Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 23:01

Le roi Charles VI, 24 ans, est saisi d'un accès de folie, alors qu'il traverse la forêt du Mans avec ses troupes. Il croit voir autour de lui ses ennemis et s'élance en donnant des coups d'épée, tuant six chevaliers.

Sa lucidité revient après deux jours, mais ce n'est qu'un début, ces accès de folie intermittents assombrissent son règne.

Son règne (1380-1422) sera marqué par 44 attaques, dont chacune durera 3 à 9 mois.

roi de France Charles 6

 

Charles VI le fol (né à Paris, le 3 décembre 1368 – décédé à Paris, le 21 octobre 1422)

Fils aîné de Charles V et de Jeanne de Bourbon. Les oncles de Charles VI, les ducs de Bourgogne, d’Anjou, de Berry et de Bourbon, gouvernèrent pendant sa minorité et cherchèrent à tirer le maximum de profit du pouvoir.

Majeur en 1388, Charles VI remercia ses oncles et rappela au gouvernement les anciens conseillers de son père, les Marmousets.

roi de France Charles VI le fol

Mais la folie du roi, permit aux ducs de Bourgogne et de Berry, et au duc d’Orléans, frère du roi, de se disputer à nouveau le pouvoir.

Les désordres permettent à la guerre de Cent Ans de reprendre.

Henri V, roi d'Angleterre, profitant de ces troubles, arme contre la France : il remporte la bataille d'Azincourt en 1415 et s'empare de la Normandie.

La guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, à partir de 1405, conduisit à l’intervention étrangère et au traité de Troyes (1420), par lequel Charles VI, à peine conscient de ce qui se passait pendant ses longues périodes d’aliénation et désormais soumis au duc de Bourgogne et à la reine Isabeau de Bavière, déshérita son propre fils, le futur Charles VII, qui fut déclaré bâtard au profit du roi d’Angleterre Henri V.

Repost 0
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 23:01

La nuit du 4 au 5 août 1789, où l'Assemblée Constituante issue de la Révolution votait l'abolition des privilèges féodaux et mettait fin ainsi à la structure économique de l'Ancien Régime, a été bien plus importante que la prise de la Bastille. Rappelons en effet que la Bastille n'embastillait que 7 personnes (4 faussaires, 2 fous, 1 criminel) le14 juillet 1789.

http://www.histoirepassion.eu/local/cache-vignettes/L556xH329/nuit_4_aout-62e6d.jpg

La séance du 4 août 1789 de l'Assemblée nationale est la conséquence de la « Grande Peur » : les paysans s'en étaient pris aux maisons seigneuriales, tout en proclamant leur fidélité au roi.

Les députés, inquiets par ses soulèvements, décident d'abolir les restes de féodalités : corvée, dîme, juridiction seigneuriale, etc…

 

Le 4 août 1789, à 8 heures du soir, l’ensemble des députés est réuni sous la présidence de Le Chapelier. Le très riche duc et pair d’Aiguillon se lève et évoque « le malheureux cultivateur soumis au reste barbare des lois féodales ». Il propose « d’établir cette égalité de droits qui doit exister entre tous les hommes ». L’assemblée applaudit.

En 6 heures, abolit l’ensemble des privilèges en usage depuis plusieurs siècles. La dîme est supprimée, les droits de chasse, sur la proposition de monseigneur de Lubersac, sont abolis. L’égalité fiscale est instaurée. Les mesures vexatoires des seigneurs sont supprimées, comme l’est la mainmorte, qui interdisait aux serfs de transmettre leurs biens à leurs descendants, comme le sont les corvées et les fonctions inutiles et coûteuses des courtisans. Pendant toute la nuit c’est une surenchère de générosité.

L’égalité des peines et de l’accès aux emplois publics est proposée.

 

L'Assemblée se prépare alors à rédiger une grande Déclaration des droits.

http://static.blog4ever.com/2011/01/461260/artimage_461260_3380059_201105023621660.jpg

Repost 0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 07:04

Le général Napoléon Bonaparte s'était emparé du pouvoir par le coup d'État du 18 Brumaire et avait pris le titre de Premier Consul, mettant un terme à l'instabilité de dix ans de révolution.

Napoléon devient consul à vie

Après la paix d'Amiens (le 25 mars 1802) avec l'Angleterre, le Premier consul Napoléon Bonaparte, au faîte de sa popularité, décide d'en appeler au peuple et de se faire élire consul à vie.

Le 2 août 1802, les citoyens français sont invités à se rendre aux urnes pour se prononcer sur une question : « Napoléon Bonaparte sera-t-il Consul à vie ? ».

Il obtient plus de 3.600.000 oui contre 8.374 non (dont ceux de La Fayette et de quelques républicains).

Bonaparte devient un monarque absolu sans en avoir le titre, avec plus de pouvoirs que Louis XIV lui-même !

Le Sénat ratifie alors la Constitution de l'an X qui consacre la toute puissance de Napoléon Bonaparte. Il se fera proclamer empereur des Français deux ans plus tard.

 

 

http://static.blog4ever.com/2008/09/243973/artimage_243973_3330350_201104062011314.jpg

 
Repost 0
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 23:01

Les volontaires Marseillais de l'armée révolutionnaire entrent à Paris en chantant le « Chant de guerre pour l'armée du Rhin », après 25 jours de marche.

Ils participeront à l’insurrection du palais des Tuileries le 10 août 1792.

http://revolution.1789.free.fr/image/10_aout_1792.jpg

Il n'en fallait pas plus pour que les parisiens appellent spontanément ce chant l'Hymne des Marseillais puis la Chanson Marseillaise et enfin tout simplement la « Marseillaise », nom qui lui est resté.

 

La chanson a été composée par l'officier Claude Joseph Rouget de Lisle quelques mois plus tôt. Son succès sera tel, qu'elle sera agréée par le ministère de la guerre et deviendra « chant national » le 14 juillet 1795.

Elle sera proclamée « hymne national de la République françaisel » le 14 février 1879.

 

Voir aussi : 25 avril 1792 - Rouget de Lisle présente son chant patriotique

Repost 0
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 23:01

Depuis longtemps, le budget royal de Louis XIII est en déficit. La pression fiscale est donc augmentée, et à chaque fois, des mouvements de contestation éclatent (1623 à Rouen, 1628, 1634 ...). La Normandie, une des plus riches provinces du royaume, est donc mise à forte contribution.

 

En janvier 1639, le gouvernement décide de supprimer le privilège de « Quart Bouillon » dont bénéficie le Cotentin. Désormais, toute la production est soumise à la gabelle et vendue uniquement dans les greniers à sel royaux, ce qui a pour conséquence de tripler le prix de l'« or blanc ».

http://ventdamont.blog50.com/media/00/00/185598132.JPG

Exaspérée par l’empilement de nouvelles taxes, la population de Normandie s’agite. Lorsque la décision de rétablir la gabelle dans cette région est annoncée, les habitants d’Avranche décident de se rebeller.

Le 16 juillet 1639, un collecteur d'impôts, Charles le Poupinel, est tué à Saint-Léonard tout près du Grouin du sud.

C’est le début de la révolte des va-nu-pieds qui va secouer la Normandie pendant plusieurs mois, notamment dans les villes d’Avranche, Rouen ou Bayeux.


 

Manœuvriers, laboureurs, clercs et même des gentilshommes appauvris par les impôts, viennent se joindre à la révolte. De plus, l'idée d'indépendance comme aux temps de ducs de Normandie se répand.

Amplifié par des agents de troubles envoyés par l'Angleterre et par l'Espagne, le mouvement de mécontentement se transforme en révolte. Partout, la chasse aux officiers de finance, à leurs partisans, est ordonnée.

A l'automne, vingt mille hommes constituent cette armée de va-nu-pieds (ils doivent leur nom aux sauniers de la région d'Avranches, qui marchent pieds nus sur les grèves) menée par la capitaine « Jean Nu-Pieds ».

 

Richelieu adopte alors la stratégie de la force et donne des pouvoirs exceptionnels à Gassion ou encore Séguier pour écraser les insurgés.

Comme sanction royale, Richelieu ordonne que les villes normandes concernées perdent leurs privilèges. Par contre, le cardinal de Richelieu ne fit pas appliquer le décret qui devait supprimer le privilège de Quart Bouillon. Celui-ci fonctionnera jusqu'à la révolution de 1789.

 

Les violences prendront fin en janvier 1640.

Repost 0
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 23:01

POM-POM-POM-POM.

Cet indicatif radiophonique est sans doute le plus célèbre du monde et même pour ceux qui n'étaient pas d'âge à l'écouter entre 1940-1944.

http://doctsf.com/bbc/speakers.jpg

 

Moins d’un mois après célèbre Appel du Général De Gaulle, une émission quotidienne, indépendante de la France libre est diffusée à partir du 14 juillet, date de la fête nationale française.

Appelée « Ici la France » puis à partir du 6 septembre 1940 « Les Français parlent aux Français », l’émission est diffusée depuis la BBC à Londres.

Elle propose de nombreux reportages et commentaires sur l’actualité, tous destinés à servir la cause alliée, et sera diffusée jusqu’en août 1944.

Cette émission a joué un très grand rôle pour faire connaître les nouvelles du front expurgées de la propagande nazie, transmettre des messages codés à la résistance intérieure française mais aussi soutenir le moral des Français.

 

Des voix dans la nuit…

Certains seront des stars, mais durant quatre ans, ils ne sont que des voix dans la nuit de l'Occupation :

les journalistes Jean Marin et Pierre Bourdan ;

le dessinateur Jean Oberlé créateur du fameux slogan « Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand » ;

Paul Gordeaux qui traduisait les journaux étrangers ;

Pierre Lazareff qui préparait le débarquement allié ;

Pierre Lefèvre ;

le réalisateur et acteur Jacques Brunius ;

e poète et homme de théâtre Jacques Duchesne.

Ils seront rejoints par : Franck Bauer, Pierre Dac, Maurice Diamant-Berger et Maurice Schumann qui sera le porte-parole officiel de la France Libre.

Le Général de Gaulle s'exprimait aussi dans l'émission en moyenne une fois par semaine.


J. Duchesne, pilier de l'émission « Les Français parlent aux Français »

J. Duchesne, pilier de l'émission « Les Français parlent aux Français »

 

Messages codés

Andromaque se parfume à la lavande

Grand-Mère mange nos bonbons

Il faut avoir des pipes pour trier les lentilles

La vache saute par dessus la lune

Tante Amélie fait du vélo en short

 

Repost 0
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 23:01

Le 30 juin 1559, lors d'un tournoi organisé en l'honneur d'un double mariage royal, celui d'Elisabeth de Valois, fille du roi, avec Philippe II, roi d'Espagne, et de Marguerite de Valois, sœur d'Henri II, avec le duc Philibert de Savoie.

http://trefaucube.free.fr/IMG2/mort_henri2-hogenberg.jpg 

Le roi, qui adorait la joute, avait tenu à participer aux jeux.

Il affronte le capitaine de sa Garde écossaise, Gabriel, seigneur de Montgomery.

C’est alors que le drame se produit : la lance de Montgomery pénètre sous la visière du heaume royal et s'enfonce dans l'œil du roi. Dans son œil gauche est resté fiché un morceau de la lance adverse.

Le roi de France est soigné par le meilleur chirurgien français, Ambroise Paré.

En vain : Henri II expire le 10 juillet après une longue agonie, il a 40 ans.

Son fils François II qui n'a que quinze ans lui succède.

Henri II sera inhumé le 13 août à Saint-Denis.

http://lauhic.perso.neuf.fr/Henri2.jpg

Repost 0
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 23:01

Le 9 juillet 1789, l'Assemblée nationale née des états généraux convoqués à Versailles le 5 mai par Louis XVI, se déclare constituante. Les députés veulent modifier l'organisation politique et sociale du royaume et entament la rédaction de la Constitution.

9 juillet 1789 l'Assemblée Constituante 

Le 17 juin, le tiers état se proclame « Assemblée nationale ».

Le 9 juillet, l'Assemblée se déclare "constituante".

Après l'abolition de la féodalité dans la nuit du 4 août et la déclaration des droits de l'homme et du citoyen le 26 août, l'Assemblée vote dès la fin de l'année 1789 les grands principes de la Constitution de 1791.

Le 3 septembre 1791, elle consacre une monarchie constitutionnelle, fondée sur le principe de la souveraineté du peuple et la séparation des pouvoirs.

 

L'Assemblée constituante siégera jusqu'au 30 septembre 1791 pour laisser la place à l'Assemblée législative.

 

Voir aussi :

17 juin 1789 - Les états généraux deviennent Assemblée nationale


Repost 0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 23:02

En France, une loi abaisse l'âge de la majorité civile qui passe de 21 à 18 ans.

Cette décision ne fut pas celle d'un révolutionnaire !

C’était une promesse électorale du candidat Valéry Giscard d’Estaing qui l’a mise en application par une loi votée le vendredi 5 juillet 1974 et parue au Journal Officiel le 7 juillet.

Depuis les événements de mai 1968, « l'âge légal à partir duquel une personne devient pleinement capable de faire valoir ses droits » était jugé trop tardif.

Valéry Giscard d’Estaing 1974 

La majorité civile ou majorité légale ou encore simplement majorité est l'âge auquel un individu est juridiquement considéré comme civilement capable et responsable, c'est-à-dire essentiellement l'âge auquel il est capable de s'engager dans les liens d'un contrat ou d'un autre acte juridique.

 

Lien du jour :

Loi n°74-631 du 5 juillet 1974 fixant à dix-huit ans l'âge de la majorité

Repost 0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 23:02

 

Le 13 juin 1940, Pétain est déjà l’homme fort : lors du Conseil à Tours, il déclare que la guerre est perdue, qu’il faut demander sans délai l’armistice. Il devient du coup le chef de l’opposition à Reynaud.

Le lendemain, après avoir rompu le front de la Somme, les Allemands entrent dans Paris.

Le 16 juin, la ligne Maginot, prise à revers, s’effondre et les Allemands sont sur la Loire.

Le 17 juin, Pétain s'adresse à la radio aux Français : « Je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur. C'est le cœur serré que je vous dis aujourd'hui qu'il faut cesser le combat. ». S’engage une lutte terrible entre les partisans d’un armistice et les tenants de la continuation de la guerre par le transfert des pouvoirs publics en Afrique du Nord.

Le 18, parti à Londres, De Gaulle Lance son célèbre appel à poursuivre le combat.

Le 20 juin Pétain parle à nouveau à la radio, donnant le ton de la future politique française : « J'ai demandé à nos adversaires de mettre fin aux hostilités. ...» Le même jour, à la tête d’une délégation de parlementaires, Laval force la porte de Lebrun et l’oblige au cours d’une scène d’une rare violence à renoncer au projet de transporter le gouvernement en Afrique du Nord.

Deux jours plus tard, à 18h35, une délégation française menée par le général Hunzinger signe l’armistice à Rethondes.

 

Le mardi 25 juin 1940, Pétain annonce à la radio l’entrée en vigueur de l'armistice : Voir ce que l’on a nommé « l’appel de Pétain ».

 

Le 29 juin, après avoir hésité entre diverses solutions (Clermont, Lyon, Vichy), le gouvernement Pétain s’établit à Vichy.

Le 2 juillet, le gouvernement s’installe à Vichy.

Le 4 juillet, le Conseil des ministres adopte à la demande de Laval le projet de nouvelle constitution donnant plein pouvoir à Pétain.

Le 11 juillet, l'Acte Constitutionnel n°1 fait de Pétain le chef de l'« Etat français », nouveau régime qui remplace la République.

 

Repost 0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 23:01

« Je m'adresse aujourd'hui à vous, Français de la Métropole et Français d'outre-mer, pour vous expliquer les motifs des deux armistices conclus, le premier avec l'Allemagne il trois jours, le second avec l'Italie.

 

Ce qu'il faut d'abord souligner, c'est l'illusion profonde que la France et ses alliés se sont faite sur la véritable force militaire et sur l'efficacité de l'arme économique : liberté des mers, blocus, ressources dont ils pouvaient disposer. Pas plus aujourd'hui qu'hier on ne gagne une guerre uniquement avec de l'or et des matières premières. La victoire dépend des effectifs, du matériel et des conditions de leur emploi. Les événements ont prouvé que l'Allemagne possédait, en mai 1940, dans ce, domaine, une écrasante supériorité à laquelle nous ne pouvions plus opposer, quand la bataille s'est engagée, que des mots d'encouragement et d'espoir.

 

La bataille des Flandres s'est terminée par la capitulation de l'armée belge en, rase campagne et l'encerclement des divisions 'anglaises et françaises. .'Ces dernières se sont battues bravement. Elles formaient l'élite de notre armée ; malgré leur valeur, elles n'ont pu sauver une partie de leurs effectifs qu'en abandonnant leur matériel.

 

Une deuxième bataille s'est livrée sur l'Aisne et sur la Somme Pour tenir cette lignée soixante divisions françaises, sans fortifications, presque sans chars, ont lutté contre 150 divisions d'infanterie et 2 divisions cuirassées allemandes. L'ennemi, en quelques jours, a rompu notre dispositif, divisé nos troupes en quatre tronçons et envahi la majeure partie du sol français.

 

La guerre était déjà gagnée virtuellement par l'Allemagne lorsque l'Italie est entrée en campagne, créant contre la France un nouveau front en face duquel notre armée des Alpes a résisté.

 

L'exode des réfugiés a pris, dès lors, des proportions inouïes. Dix millions de Français, rejoignant un million et demi de Belges, se sont précipités vers l'arrière de notre front, dans des conditions de désordre et de misères indescriptibles.

 

A partir du 15 juin, l'ennemi, franchissant la Loire, se répandait a son tour sur le reste de la France.

 

Devant une telle épreuve, la résistance armée devait cesser. Le Gouvernement était acculé à l'une de ces deux décisions : soit demeurer sur place, soit prendre la mer. Il en a délibéré et s'est résolu à rester en France, pour maintenir l'unité de notre peuple et le représenter en face de l'adversaire. Il a estimé qu'en de telles circonstances, soit devoir était d'obtenir un armistice acceptable, en faisant appel chez l'adversaire au sens de l'honneur et de la raison.

 

L'armistice est conclu, le combat a pris fin. En ce jour de deuil national, ma pensée va à tous les morts, à tous ceux que la guerre a meurtris dans leurs chairs et dans leurs affections. Leur sacrifice a maintenu haut et pur le drapeau de la France. Qu'ils demeurent dans nos mémoires et dans nos coeurs 1

 

Les conditions auxquelles nous avons dû souscrire sont sévères.

 

Une grande partie de notre territoire va être temporairement occupée. Dans tout le nord et dans l'ouest de notre pays, depuis le lac de Genève jusqu'à Tours, puis le long de la côte, de Tours -aux Pyrénées, l'Allemagne tiendra garnison. Nos armées devront être démobilisées. Notre, matériel remis à l'adversaire, nos fortifications rasées, notre flotte désarmée dans nos ports. En Méditerranée, des bases navales seront démilitarisées. Du moins l'honneur est-il sauf. Nul ne fera usage de nos avions et de notre flotte. Nous gardons les unités terrestres et navales nécessaires au maintien de l'ordre dans la métropole et dans nos colonies. Le gouvernement reste libre,' la. France ne sera administrée que par des Français.,

 

Vous étiez prêts à continuer la lutte, je le savais. La guerre était perdue dans la métropole ; fallait-il la prolonger dans nos colonies ?

 

Je ne serais pas digne de rester à votre tête si j'avais accepté de répandre le sang français pour prolonger le rêve de quelques Français mal instruits des conditions de la lutte. Je n'ai pas voulu placer hors du sol de France ni ma Personne, ni mon espoir.

Je n'ai pas été moins soucieux de nos colonies que de la métropole. L'armistice sauvegarde les liens qui l'unissent à elle. La Franc a le droit de compter sur leur loyauté.

 

C'est vers l'avenir que, désormais, nous devons tourner nos efforts. Un ordre nouveau commence. Vous serez bientôt rendus à vos foyers. Certains auront à le reconstruire.

 

Vous avez souffert.

 

Vous souffrirez encore. Beaucoup d'entre vous ne retrouveront pas leur métier ou leur maison. Votre vie sera dure. Ce n'est pas moi qui vous bernerai par des paroles trompeuses. Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal. La terre, elle, ne ment pas. Elle demeure votre recours. Elle est la patrie elle-même. Un champ qui tombe en friche, c'est Une portion de France qui meurt. Une jachère de nouveau emblavée, c'est une portion de France qui renaît. N'espérez pas trop de l'Etat qui ne peut donner que ce qu'il reçoit. Comptez pour le présent sur vous-mêmes et, pour l'avenir, -sur les enfants que vous aurez élevés dans le sentiment du devoir.

 

Nous avons à restaurer la France. Montrez-la au monde qui l'observe, à l'adversaire qui l'occupe, dans tout son calme, tout son labeur et toute sa dignité. Notre défaite est venue de nos relâchements. L'esprit de jouissance détruit ce que l'esprit de sacrifice a édifié. C'est à un redressement intellectuel et moral que, d'abord, je vous convie. Français, vous l'accomplirez et vous verrez, je le jure, une France neuve surgir de votre ferveur. »

hitler pétain

 

Repost 0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 23:02

Le 22 juin 1940 l'armistice est conclu entre le IIIe Reich allemand et les représentants du gouvernement français de Philippe Pétain.

http://www.linternaute.com/savoir/magazine/adolf-hitler/image/france-se-rend-a-l-allemagne-565508.jpg

Désireux de laver l'humiliation de 1918, Hitler exige de signer l'armistice à Rethondes, en forêt de Compiègne, dans le wagon historique où le maréchal Foch et les plénipotentiaires allemands se retrouvèrent pour l'Armistice du 11 novembre 1918.

Il est entouré du maréchal Hermann Goering, du ministre des Affaires étrangères Joachim Von Ribbentrop, du maréchal Wilhelm Keitel et du général Alfred Jodl (ce dernier signera à Reims, cinq ans plus tard, la capitulation de l'Allemagne).

Quelques minutes plus tard arrive la délégation française, conduite par le général Charles Huntziger, qui a commandé la IIe Armée de Sedan, et composée d'un amiral, d'un général d'aviation et d'un civil, Léon Noël, ancien ambassadeur en Pologne.

 

Le maréchal Keitel présente un texte en 24 articles qui exclut toute revendication sur les colonies et sur la flotte de guerre, pour éviter que colons et marins français n'y trouvent motif de se rallier aux Britanniques, encore invaincus.

Hitler et sa suite quittent le wagon après la lecture de ce préambule, laissant les négociateurs entre eux.

 

Cet armistice met un terme à la participation de la France au conflit et fait du nord du pays une zone sous occupation allemande.

Deux jours plus tard, à 19h35, est signé à Rome l'armistice franco-italien. Au vu des médiocres performances de ses troupes, Mussolini ne peut obtenir que l'annexion d'une bande de quelques centaines de mètres à la frontière et la démilitarisation d'une bande de 80 kilomètres en France et en Tunisie.

 

Repost 0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 23:01

Louis XVI déguisé en valet de chambre, sa famille, et la gouvernante sont arrêtés dans la bourgade de Varennes-en-Argonne.

Parvenu sans encombre à Sainte-Menehould, il y est reconnu par le maître de poste Drouet qui donne l'alerte et arrêté à Varennes, un petit bourg.

http://www.vacances-location.net/locations-vacances/small-map-town/meuse/varennes-en-argonne.png 

Le 18 avril 1791, Louis XVI est arrêté par la garde nationale et par le peuple de Paris, au moment où il voulait se rendre à St.-Cloud ; dès lors, on le surveille très étroitement dans son palais des Tuileries.

La nuit du 20 au 21 juin 1791, Louis XVI, la reine, sa sœur la princesse Elisabeth, et ses enfants fuient le palais des Tuileries afin de rejoindre l'armée du marquis de Bouillé à Metz.

Monsieur, comte de-Provence, son frère, s'enfuit aussi, et prend la route des Pays-Bas.

http://vdaucourt.free.fr/Revo/Varennes.jpg

Le 22 juin 1791, Louis XVI est arrêté à Varennes; il est ramené en triomphe à Paris par les gardes nationales. On le surveille plus étroitement que jamais.

Le peuple se sentira trahi par la fuite du roi. L'Assemblée suspendra le roi provisoirement. Pour freiner la montée des Républicains, elle tentera de faire passer la fuite royale pour un enlèvement organisé par les contre-révolutionnaires.

Cet événement déterminant dans le cours de la Révolution française, a largement contribué à rendre crédible l’idée d’instaurer une république en France.

 

Lien du jour : Varennes, dernière étape avant la guillotine

Repost 0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 23:01

 

L’Assemblée nationale, considérant qu’appelée à fixer la constitution du royaume, opérer la régénération de l’ordre public et maintenir les vrais principes de la monarchie, rien ne peut empêcher qu’elle continue ses délibérations dans quelque lieu qu’elle soit forcée de s’établir, et qu’enfin, partout où ses membres sont réunis, là est l’Assemblée nationale ;

Arrête que tous les membres de cette assemblée prêteront, à l’instant, serment solennel de ne jamais se séparer, et de se rassembler partout où les circonstances l’exigeront, jusqu’à ce que la Constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides, et que ledit serment étant prêté, tous les membres et chacun d’eux en particulier confirmeront, par leur signature, cette résolution inébranlable.

Lecture faite de l’arrêté, M. le Président a demandé pour lui et pour ses secrétaires à prêter le serment les premiers, ce qu’ils ont fait à l’instant ; ensuite l’assemblée a prêté le même serment entre les mains de son Président. Et aussitôt l’appel des Bailliages, Sénéchaussées, Provinces et Villes a été fait suivant l’ordre alphabétique, et chacun des membres * présents [en marge] en répondant à l’appel, s’est approché du Bureau et a signé.

 

[en marge]

* M. le Président ayant rendu compte à l’assemblée que le Bureau de vérification avait été unanimement d’avis de l’admission provisoire de douze députés de S. Domingue, l’assemblée nationale a décidé que les dits députés seraient admis provisoirement, ce dont ils ont témoigné leur vive reconnaissance ; en conséquence ils ont prêté le serment, et ont été admis à signer le procès verbal l’arrêté.

 

Après les signatures données par les Députés, quelques uns de MM. les Députés, dont les titres ne sont pas [….] jugés, MM. les Suppléants se sont présentés, et ont demandé qu’il leur fût permis d’adhérer à l’arrêté pris par l’assemblée, et à apposer leur signature, ce qui leur ayant été accordé par l’assemblée, ils ont signé.

 

M. le Président a averti au nom de l’assemblée le comité concernant les subsistances de l’assemblée chez demain chez l’ancien des membres qui le composent. L’assemblée a arrêté que le procès verbal de ce jour sera imprimé par l’imprimeur de l’assemblée nationale.

 

La séance a été continuée à Lundi vingt-deux de ce mois en la salle et à l’heure ordinaires ; M. le Président et ses Secrétaires ont signé.

Repost 0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 23:02

Le vendredi 19 juin 1942, François Mitterrand arrive à Vichy et parvient à trouver un emploi de documentaliste à la légion des combattants et des Volontaires de la Révolution Nationale, sorte de parti unique qui reprend la propagande pétainiste.

 

Le jeune François Mitterrand

Admirateur du Maréchal

Dans les premiers mois de l'année 1942, François Mitterrand éprouve de l'admiration pour le maréchal Pétain et collabore à une revue de Vichy : « France, revue de l'État nouveau ».

Dans une lettre retrouvée dans ses archives, François Mitterrand fait même l'éloge du SOL (Service d'Ordre Légionnaire), groupe paramilitaire chargé de pourchasser les ennemis du régime.

François Mitterrand a été maréchaliste et plein de confiance et d'admiration pour l'homme Pétain, notamment à la lecture d'une de ses lettres à sa sœur, rédigée le 13 mars 1942 et dans laquelle il écrit : « j'ai vu le maréchal au théâtre [...] il est magnifique d'allure, son visage est celui d'une statue de marbre. »

Mitterrand-Petain vichy

François Mitterrand à Vichy

Pendant la collaboration, Mitterrand est donc à Vichy et fait la connaissance de René Bousquet, secrétaire général de la police. En juin 1942, ce dernier négocie avec le chef de la police allemande les modalités de collaboration de la police française pour participer aux rafles des juifs.

 

Les rares fois où François Mitterrand a accepté de parler de cette période, le président de la République se justifiait en expliquant qu'il n'était pas au courant de ce qui se passait pour les Juifs.

Lors du vote des lois de 1941 qui excluent les Juifs de la communauté nationale, Mitterrand était en Allemagne. Toutefois, il est difficile de croire que Mitterrand ignorait le sort qui était réservé aux Juifs.

Il était à Vichy lorsque les fonctionnaires de la police française arrêtaient les Juifs à Paris et dans la zone sud, sous les ordres de René Bousquet.

 

Le 2 juillet 1942, Bousquet rencontre le SS Karl Oberg pour lui proposer l'arrestation de 20.000 juifs étrangers en zone occupée et 10.000 en "zone libre".

 

Le 16 et 17 juillet 42, les Parisiens assisteront à la razzia par la police et gendarmerie française (grâce à l'accord Mitterrand-Bousquet), parmi cette razzia 4501 enfants.

 

François Mitterrand resta à Vichy jusqu'à fin 1943 (une fois que les nazis avaient perdu Stalingrad et que les Américains avaient débarqué en Sicile).

 

Récompense pour services rendus à Pétain

En avril 1943, Le Maréchal Pétain remet la francisque à François Mitterrand pour « récompenser les services rendus à l'État français ».

Il figure sur le répertoire des récipiendaires sous n° 2202.

Ses parrains ont été Simon Arbellot, ancien journaliste au Temps et au Figaro devenu directeur des services de presse de Vichy, et Gabriel Jeantet, un ancien cagoulard, ami de Mitterrand.

Pour obtenir cette décoration, il faut en faire la demande en remplissant un formulaire sans ambiguïté : « Je fais don de ma personne au maréchal Pétain comme il a fait don de la sienne à la France. Je m'engage à servir ses disciplines et à rester fidèle à sa personne et à son œuvre. »

 

Bousquet - Mitterrand

En 1974, René Bousquet soutenait et apportait son concours financier au candidat François Mitterrand contre.

En 1981, après la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle, Bousquet sera reçu à l'Élysée « pour parler politique ».

En 1986, quand les accusations portées contre René Bousquet prennent de la consistance, le président aurait cessé de le voir.

En 1994, ses liens avec Bousquet sont rendus publics à l'occasion de la sortie du livre de Pierre Péan.

Liens du jour :

10 mai 1981 - François Mitterrand président

Francisque gallique

Repost 0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 23:01

Voici le texte de l'appel du Général De Gaulle lancé depuis les studios de la BBC à Londres, le 18 juin 1940 :

Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement.

Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.

Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi.

Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer.

Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

Mais le dernier mot est-il dit ?
L'espérance doit-elle disparaître ?
La défaite est-elle définitive ?

Non !

 l’appel du 18 juin 1940 par le général Charles De Gaulle

Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France.

Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle.

Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte.

Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des États-Unis.

Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays.

Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale.

Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis.

Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.

 

Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

 

Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.

Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres.


Repost 0
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 23:02

La réunion des Etats-généraux à Versailles

Louis XVI convoque les Etats-Généraux par une lettre du 24 janvier 1789 : l’ouverture a lieu le 5 mai.

Le tiers état réunit 578 députés, tous bourgeois, dont 200 avocats, et quelques nobles (Mirabeau) ou prêtres (Abbé Sieyès).

Les deux autres ordres totalisent 561 siègent, répartis à raison de 291 pour le clergé et 270 pour la noblesse. Mais, en dépit du « doublement du tiers » accordé par le roi, le vote continue à se faire par ordre, et non par tête. Le tiers état est donc continuellement minorisé et ne peut pas faire valoir les cahiers de doléances que ses électeurs lui ont transmis.

La réunion des Etats-généraux à Versailles 

Le 17 juin 1789 inaugure la Révolution française.

Constatant qu’il représente 98% de la population, le tiers état réagit et propose aux membres des deux autres ordres de le rejoindre.

Avec l’appui d’une faible majorité du clergé et de quelques nobles, le tiers état se proclame « Assemblée nationale » sur une proposition de l'abbé Sieyès.

Le 17 juin 1789 est ainsi la date retenue comme celle de la naissance du système représentatif français.

 

Le 19 juin, le clergé rejoindra cette Assemblée.

Le 9 juillet, l'Assemblée sera déclarée "constituante".

Cette institution, récuse le vote par ordre et réclame « le vote par tête », un vote représentatif du peuple français.

Louis XVI, sous la pression du peuple contraint la noblesse à se joindre à l’assemblée.

 

Le 20 juin 1789, Louis XVI fait fermer la salle de l'assemblée nationale à Versailles. Les députés du tiers-état se rendent au jeu de paume, où ils jurent de ne se séparer qu'après avoir donné une constitution à la France.

serment du jeu de paume

L’abbé Sieyès

Emmanuel-Joseph Sieyès ou l'abbé Sieyès était un homme d'Église, homme politique et essayiste français.

Robespierre, qui le détestait, l'avait surnommé « la Taupe de la Révolution ».

Siéyés devient célèbre dès 1788 par son Essai sur les privilèges.

Mais c'est plus encore sa brochure de 1789 « Qu'est-ce que le tiers état ? », le texte fondateur de la Révolution française.

- Qu'est-ce que le tiers état ? Tout.

- Qu'a-t-il été jusqu' à présent dans l'ordre politique ? Rien.

- Que demande-t-il ? À y devenir quelque chose.

Ce pamphlet obtint un grand retentissement et assure sa popularité.

Il prend ainsi une part active à la Révolution française jusqu'à sa fin, par sa participation au coup d'État du 18 brumaire.

En 1789, élu député du tiers état aux États généraux, il joue un rôle de premier plan dans les rangs du parti patriote du printemps à l'automne 1789 et propose, le 17 juin 1789, la transformation de la Chambre du Tiers état en assemblée nationale. Il rédigea le serment du Jeu de paume et travailla à la rédaction de la Constitution.

Emmanuel-Joseph Sieyès ou l'abbé Sieyès

L'Assemblée constituante (1789-1791)

La première assemblée constituante fut fondée par des députés des États généraux lorsqu'ils s'érigèrent d'eux-mêmes en une « Assemblée nationale » le 17 juin 1789.

Cette assemblée devient, le 9 juillet 1789, l'Assemblée nationale constituante.

La constitution qu'elle met en place le 3 septembre 1791 consacre une monarchie constitutionnelle.

L'Assemblée comptait environ 1.200 députés et siégea du 9 juillet 1789 au 30 septembre 1791.

Les débats de l'Assemblée sont publiés par Le Moniteur universel.

Après l'abolition de la féodalité (dans la nuit du 4 août 1789) et la déclaration des droits de l'homme et du citoyen (le 26 août 1789), l'Assemblée vote dès la fin de l'année les grands principes de la Constitution de 1791.

 

 

Liens du jour :

Le tiers état se constitue en Assemblée nationale (Site de l’assemblée Nationale)

Histoire des institutions Françaises

Déclaration du 17 juin 1789 proclamant l’Assemblée nationale

 

Repost 0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 23:01

Le matin du 10 juin 1944, des chenillettes chargées de soldats allemands s'arrêtent à Oradour-sur-Glane, une bourgade paisible de 1.200 habitants, proche de Limoges.

La compagnie qui vient d'y pénétrer appartient à la division SS Das Reich du général Lammerding.

http://members.iinet.net.au/~gduncan/images/oradour-hulk.jpg

Les Allemands ont été attaqués dans les jours précédents par les maquisards qui veulent freiner leur remontée vers la Normandie où les Alliés viennent de débarquer. En guise de représailles, le général Lammerding ordonne à la compagnie de détruire Oradour-sur-Glane.

La compagnie SS compte environ 120 hommes qui se sont déjà illustrés en Russie dans l'extermination des populations civiles.

 

En début d'après-midi, le bourg est cerné et la population rassemblée sur le champ de foire sous le prétexte d'une vérification d'identité. Les hommes sont enfermés dans des granges, les femmes et les enfants sont conduits dans l'église.

 

Les SS agissent dans le calme et la population s'exécute sans broncher.

Les hommes sont séparés des femmes et des enfants. Ils sont divisés en six groupes et enfermés dans des granges, sous la menace de mitraillettes. Vers 16 heures, les SS tirent des rafales et tuent les malheureux en quelques secondes.

Puis ils mettent le feu aux granges bourrées de foin et de paille où gisent les cadavres.

 

Pendant ce temps, les femmes et les enfants sont enfermés dans l'église et des SS y déposent une caisse d'explosifs et de la paille. Le feu commence de ravager l'édifice.

Pour s'assurer de l'extermination de tous les occupants, les SS leur tirent dessus.

 

Leur forfait accompli, ils pillent le village et mettent le feu aux bâtiments.

Au total, ils laissent 642 victimes.

Parmi elles 246 femmes et 207 enfants, dont 6 de moins de 6 mois, brûlés dans l'église.

 

Oradour-sur-Glane est devenu en Europe occidentale le symbole de la barbarie nazie.

 

Lien du jour :

Oradour-souviens-toi, site qui a pour but d'entretenir la mémoire du lieu et du massacre

http://ddotb.files.wordpress.com/2007/03/plan_natio.jpg

Il existe plusieurs événements historiques intéressant, le 10 juin. Je réserve les autres pour les années suivantes si je parviens à continuer ce blog. Vous comprendrez ce choix qui m’a semblé évident.

Repost 0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 23:01

Le roi de France Louis XIV et l'infante d'Autriche Marie-Thérèse, tous deux âgés de 21 ans, se marient à l’église Saint Jean-Baptiste à Saint-Jean-de-Luz.

Cette union scelle la paix signée dans les Pyrénées, qui mit fin à l'interminable guerre qui opposait la dynastie française des Bourbons et la dynastie espagnole des Habsbourg.

 

Le traité des Pyrénées, et mariage arrangé

C'est en 1635 que Louis XIII et Richelieu déclarèrent la guerre à l'Espagne. Cette guerre dura jusqu'en 1659, et se termina par la signature du traité des Pyrénées qui faisait suite à la victoire française de la Bataille des Dunes le 14 juin 1658.

Le 7 novembre 1659, le cardinal Mazarin pour la France et Don Luis de Haro pour l’Espagne signent le traité des Pyrénées sur l’île aux Faisans rebaptisée depuis l’événement l’île de la Conférence.

Les 124 points du traité prévoient des concessions territoriales ainsi que l’union du Roi de France, Louis XIV à l’Infante Marie-Thérèse d’Autriche, fille aînée du roi d’Espagne.

Le Roussillon, la Cerdagne, l'Artois et d'autres places en Flandres furent donnés à la France.

 traité des Pyrénées

 

Le Roi était connu pour ses nombreuses conquêtes.

L'une d'elles, Marie Mancini, une des nièces de Mazarin, fut certainement celle qu'il a le plus aimée. Louis XIV voulait même l'épouser contre l'avis de sa mère, mais aussi de la Reine Anne d'Autriche et de celui du Cardinal lesquels étaient en pleine tractation pour le marier à l'Infante d'Espagne.

L'échec de ce mariage aurait débouché sur la reprise de la guerre !

La décision fut donc prise le 21 juin 1659 lorsque Mazarin ordonna à sa nièce de s'éloigner de la cour.

Pour le jeune roi de France, cette union était raison d’Etat avant tout ; jusqu’au bout, il avait espéré épouser Marie Mancini. Anne d’Autriche, la reine-mère, fit comprendre au roi qu’il devait épouser l’infante.

 

L’infante d'Autriche Marie-Thérèse

Fille de Philippe IV d’Espagne et d’Elisabeth de France, Marie-Thérèse naît en 1638 à l’Escurial, palais proche de Madrid.

Depuis son plus jeune âge, elle vécut dans l’intime conviction d’épouser son cousin, Louis XIV.

À 8 ans, Marie-Thérèse était le seul enfant survivant de Philippe IV et l'héritière des immenses possessions espagnoles sur lesquelles "le soleil ne se couchait jamais". Marie-Thérèse d’Autriche, conformément au traité des Pyrénées renonce à ses droits sur l’Espagne contre la somme de 500.000 écus d’or qu’elle ne recevra jamais. D’ailleurs, en 1667, parce que l'Espagne n'a toujours pas payé la dot, Louis XIV revendiquera ses droits sur la succession.

 

Louis XIV lui plut immédiatement et elle resta éprise de lui, jusqu’à sa mort. En revanche, ce ne fut pas réciproque : le roi ne l’aimera jamais vraiment.

Elle fut décrite comme timide, patiente, naïve, et effacée. Toutefois, et malgré ses difficultés à parler le français, la Reine accompagne le Roi dans tous ses déplacements officiels.

http://www.capet.org/geneal7/Capedia/galerie/Capet_129_H128162534.jpg

Les époux sont doublement cousins germains :

Louis XIV est le fils de Louis XIII et d’Anne d'Autriche.

Marie-Thérèse d'Autriche est la fille d’Élisabeth de France (la sœur de Louis XIII) et du roi d'Espagne Philippe IV de Habsbourg (le frère d’Anne d'Autriche).

 

Louis XIV délaissa bien vite son épouse pour ses nombreuses favorites.

L'union n'en sera pas moins féconde et Marie-Thérèse mit ainsi au monde six enfants en 10 ans :

Louis, « Grand Dauphin » (1er novembre 1661-14 avril 1711)

Anne-Élisabeth (18 novembre-30 décembre 1662)

Marie-Anne (16 novembre-26 décembre 1664)

Marie-Thérèse, la Petite Madame (2 janvier 1667-1er mars 1672)

Philippe, duc d'Anjou (5 août 1668-10 juillet 1671)

Louis-François (14 juin-4 novembre 1672)

Un seul survivra, Louis de France. Cette considérable mortalité était certainement due à la consanguinité dont on ne connaissait pas les méfaits à l’époque.

 

Louis de France, dit « Le Grand Dauphin » ou « Monseigneur », n’a jamais régné.

Bien qu’il soit l’héritier de la Couronne, il n’aura pas l’occasion de régner.

Pourtant, son père le prépara à devenir roi : Le Grand Dauphin occupa des postes tant politiques que militaires.

En effet, avant la mort de son père (Louis XIV), le Grand Dauphin meurt d’une petite vérole dans son Château de Meudon, le 14 avril 1711.

Quant à son fils (le duc de Bourgogne), il décera de la rougeole l'année suivante.

Le dernier héritier de la couronne après la mort de son grand-père en 1711 et de son père en 1712, est donc Louis XV.

Agé de 5 ans, il succède à son arrière grand-père, Louis XIV décédé le 1er septembre 1715.

 

Repost 0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 23:02

Le roi de France François Ier et le roi d'Angleterre Henri VIII se rencontrent du 7 au 24 juin 1520 à proximité de Calais (entre Ardes et Guînes). L’objectif est de conclure une alliance Angleterre-France contre Charles Quint.

Leur entrevue se déroule dans un camp de toile d'un luxe inouï. François 1er, dans le désir d'épater son hôte, s'est offert une tente de drap d'or doublé de velours bleu.

D'où le nom de «Camp du Drap d'Or» qu'a gardé cette rencontre.

Camp du Drap d'or

Cette entrevue porte essentiellement sur le maintien de l'équilibre européen et sur l'attitude à adopter vis-à-vis du Saint Empire romain germanique, le roi d'Espagne ayant été élu empereur sous le nom de Charles Quint un an plus tôt.

Désormais encerclé par les possessions de l’empereur, François Ier espère convaincre le roi d’Angleterre de faire alliance avec la France.

Il déploie pour cela tout le luxe et le prestige possible pour le recevoir, au Camp du Drap d’or.

François 1er (25 ans) et Henri VIII (28 ans) sont alors au faîte de leur gloire. Durant trois semaines, les deux monarques, François 1er et Henri VIII, rivaliseront de richesses et d'apparats.

François 1er Henri VIII

Cet événement devait en théorie sceller l'alliance militaire entre l'Angleterre et la France.

Mais, ce fut un échec.

Henri VIII n'aime pas beaucoup François 1er et celui-ci va encore trouver moyen de l'humilier par un excès de fanfaronnade.

Le rapprochement d'Henri VIII avec Charles Quint deux semaines plus tard effacera tout le bénéfice que François Ier pensait tirer de cette rencontre.

 

Lien du jour : Tous les détails de cette rencontre


Repost 0
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 23:08

À la mort de son frère Louis XVIII, en 1824, il monte sur le trône (et devient ipso facto co-prince d'Andorre). Il renoue avec la tradition du sacre, le 29 mai 1825 dans la cathédrale de Reims.

sacre du roi Charles X couronné à Reims

Né à Versailles le 9 octobre 1757, Charles X était le petit-fils de Louis XV, et le frère cadet des rois Louis XVI et Louis XVIII. Jusqu’à son avènement en 1824, il porta le titre de comte d’Artois. Le 16 novembre 1773, il épousa Marie-Thérèse de Sardaigne dont il eut deux fils - Louis Antoine, duc d’Angoulême, et Charles Ferdinand, duc de Berry -, et deux filles, mortes en bas âge.

Dès la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, il donna le signal de l’émigration à la haute noblesse avec l’assentiment de Louis XVI, et parcourut les diverses cours d’Europe pour chercher des défenseurs à la cause royale.

 

Sous la Restauration (1814-1830), le roi Charles X, se fait sacrer à Reims.

Il s'emploie ainsi à rétablir une partie des coutumes de l'Ancien Régime.

Son ignorance de la réalité politique l'amènera à prendre une série de mesures particulièrement impopulaires.

Suite à la révolution des "Trois Glorieuses" (27, 28 et 29 juillet 1830), il abdiquera et s'exilera en Ecosse.

 

Repost 0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 23:01

Au terme de la "Semaine sanglante" (21-28 mai 1871), la Commune de Paris est écrasée.

commune-paris.jpg

18 mars 1871 : Paris est encerclée depuis plusieurs mois par les troupes prussiennes.

Les Parisiens humiliés par la défaite face aux Prussiens et mis sous pression par un long siège, s’étaient révoltés contre le gouvernement de Thiers.

Un mouvement insurrectionnel avait alors pris le pouvoir sous le nom de :
"Commune de Paris".

Le chef du pouvoir exécutif, Adolphe Thiers, réfugié à Versailles, lance contre la capitale cinq corps d'armée.

Le 21 mai, les troupes versaillaises pénètrent dans Paris. Commence alors la « Semaine sanglante » durant laquelle des milliers de « communards » sont massacrés.

D’ultimes combats ont lieu dans le cimetière du Père Lachaise.

 

Le 28 mai, la Commune n’est plus :

En début d'après-midi, les Versaillais prennent la dernière barricade des Communards (rue Ramponneau).

Les combats de rue et la répression terrible de la Commune feront au total plus de 20.000 victimes, parmi lesquelles on compte femmes et enfants.
38.000 personnes sont arrêtées et jugées, 10.000 d'entre elles sont condamnées (93 à la peine de mort, dont 23 seulement sont effectivement exécutées ; 3500 à la déportation simple, 1.100 à la déportation dans une enceinte fortifiée ; les autres au départ vers la Nouvelle-Calédonie).

Repost 0
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 23:38

Face aux événements d'Algérie, de Gaulle, appuyé par Jacques Chaban-Delmas, prépare depuis le début du printemps son retour dans la vie politique française.

En effet, de nombreuses personnalités avaient jusqu'alors appelé à son retour pour gérer la situation difficile et le climat d'insurrection qui règnent en France.

http://www.constantine-hier-aujourdhui.fr/images/personnages/degaulle.jpg

Le 13 mai 1958, un comité de vigilance appelle à manifester contre le FLN à Alger.

Un comité de salut public est créé, à la tête duquel se trouve le général Massu. Il lance un appel au général de Gaulle le 14 mai. L'insurrection prend de l'ampleur et risque de dégénérer en guerre civile.

Le 15, le Général se dit « prêt à assumer les pouvoirs de la République ». Mais certains voient dans cette déclaration un soutien à l'armée et s'inquiètent.

Le 19, lors d'une conférence au palais d'Orsay, il répond aux inquiétudes des français en objectant : « Croit-on, qu'à 67 ans, je vais commencer une carrière de dictateur ? ».

Durant cette conférence, il explique sa déclaration du 15 mai, rassure et insiste sur la nécessité de l'union nationale. Il précise que s'il se présente encore comme le recours, il ne donne aucune caution ni à l'armée ni à quiconque.

Le Général refuse la première exigence des opposants à son retour, notamment François Mitterrand, qui est de désavouer officiellement les Comités de Défense de la République, composés de civils et de militaires et constitués dans toute la France pour favoriser sa prise de pouvoir.

 

Quittant sa retraite de Colombey-les-Deux-Eglises, le général de Gaulle est appelé le 25 mai par le Président de la République, René Coty, à assumer la direction du gouvernement.

 

Il est investi par les députés le 1er juin 1958.

Repost 0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 23:32

Employé de gare au début de la guerre, Paul Touvier s'engagera très vite dans la Légion française des combattants puis dans la Milice, la police politique de Vichy.

Il est chef régional de la Milice à Lyon et il participe à la persécution des Juifs et à la lutte contre les résistants.

Il infiltre la Résistance, interroge des prisonniers, dirige des rafles, pille des biens...

Le 10 janvier 1944, la milice française, dont Paul Touvier dirige le 2e service, arrête à son domicile Victor Basch (fondateur de la ligue des droits de l'homme, alors âgé de 80 ans) et son épouse Hélène. Paul Touvier assiste à l'arrestation. Hélène et Victor Basch seront assassinés à Neyron par Lécussan (chef régional de la milice) et Gonnet.

Sur le corps de Victor Basch sera retrouvé un écriteau laissé par les miliciens sur lequel était inscrit « le juif paie toujours ».

En Juin 1944, Touvier venge Philippe Henriot, le porte-parole de Vichy, en faisant fusiller sept juifs à Rillieux-la-Pape.

 

A la fin de la guerre, alors qu'il est traqué, il est condamné à mort par contumace par la cour de justice de Lyon.

La police met la main sur lui en 1947 mais, après son interrogatoire, il arrive à s'échapper juste avant d'être emmené devant le peloton d'exécution à Lyon, dans des conditions restées mystérieuses. Sa longue cavale commence…

 

En 1967, les peines sont prescrites mais il est encore interdit de séjour dans plusieurs départements et ne peut rentrer en possession de ses biens.

Le président Pompidou signe le 23 novembre 1971 un décret de grâce. Cette mesure ayant été révélée par l'Express en juin 1972 ainsi que son refuge, il s'enfuit de nouveau et se cache dans plusieurs monastères. Les premières plaintes pour crimes contre l'humanité sont déposées à Lyon en 1973 et une information judiciaire est ouverte en 1979. Le mandat d'arrêt lancé contre lui en novembre 1981 conduit à son arrestation le mercredi 24 mai 1989 dans un prieuré de Nice.

Il est jugé en mars et avril 1994 par la cour d'assises des Yvelines, qui le condamne le 24 avril à la réclusion criminelle à perpétuité.

 

Paul Touvier est décédé le mercredi 17 juillet 1996 à Prison De Fresnes.

 

Repost 0
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 23:02

Le 23 mai1430 Jeanne d'Arc, qui a joué un rôle décisif dans la libération d'Orléans un an plus tôt, est capturée par un mercenaire au service du duc de Bourgogne, Jean de Luxembourg, et vendue aux Anglais pour 10 000 livres.

capture de jeanne d'arc à compiègne

Déférée devant le tribunal d'Inquisition de Rouen en novembre, elle subira un procès pour hérésie. Ce procès sans défenseur aura lieu à partir du 13 février 1431.

Le tribunal d'Inquisition de Rouen est présidé par l'évêque de Beauvais Pierre Cauchon, allié des Anglais. Jugée hérétique et relapse, elle est brûlée vive à l'âge de dix-neuf ans.

Le 30 mai, Jeanne est brûlée vive sur la place du Vieux-Marché de Rouen.

Jeanne d'Arc est réhabilitée vingt-cinq ans plus tard à la demande de Charles VII, béatifiée, puis canonisée en 1920 par le pape Benoît XV.

 

Voir aussi : 16 mai 1920 - L'Église canonise Jeanne d'Arc

Repost 0