Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 23:01

1693 : Marguerite de Launay, baronne Staal, femme de lettres française (Décédée le 15 juin 1750).

1748 : Jacques-Louis David, peintre français, considéré comme le chef de file du mouvement néo-classique (Décédé le 29 décembre 1825).

1772 : Henri de La Rochejaquelein, général vendéen (Décédé le 28 janvier 1794)

1797 : Mary Shelley, romancière, nouvelliste, dramaturge, essayiste, biographe et auteure de récits de voyage.  (Décédée le 1er février 1851).

1811 : Théophile Gautier, homme de lettres et critique d'art français (Décédé le 23 octobre 1872).

1820 : Gustave Le Gray, photographe français, notamment de la première photographie officielle d’un chef de l’État français, Louis-Napoléon Bonaparte, avant de devenir le photographe officiel de la famille impériale (Décédé le 29 juillet 1884).

1852 : Jacobus Henricus van 't Hoff, chimiste néerlandais, prix Nobel de chimie 1901 (Décédé le 1er mars 1911).

1871 : Ernest Rutherford, physicien et chimiste néo-zélandais, prix Nobel de chimie 1908 (Décédé le 19 octobre 1937).

1923 : Roger Pierre, acteur français (Décédé le 23 janvier 2010).

1932 : Geneviève de Fontenay, organisatrice de concours de beauté française.

1937 : Bruce McLaren, pilote et concepteur de voitures de course néo-zélandais (Décédé le 2 juin 1970).

1954 : Alexandre Loukachenko, président de la Biélorussie.

1959 : Yves Calvi, journaliste français.

1969 : Laurent Delahousse, journaliste français.

1969 : Valérie Bénaïm, journaliste française.

1972 : Cameron Diaz, actrice américaine.

28 août 2016 7 28 /08 /août /2016 23:01

Le 29 août 1966 au Candlestick Park de San Francisco, les Beatles donnent leur dernière prestation publique.

Sa séparation, peu après sa tournée américaine, signifie la fin de la décennie du rock'n roll, inaugurée par le « dieu de Memphis », Elvis Presley.

Composé de quatre jeunes Anglais de Liverpool (John Lennon, né en 1940, Paul McCartney, né en 1942, George Harrison, né en 1943 et Ringo Starr, né en 1940), le groupe s'est formé à la fin des années 50. Il multiplia les tournés entre 1962 et 1966 et vit naître la « beatlemania ».

 

Les « quatre garçons dans le vent » sont alors harcelés continuellement et n'ont plus de vie privée. Quant à leurs prestations live, les hurlements du public les rendent à peine audibles. S'ils abandonnent la scène, ils se retrouvent toutefois dans les studios pour enregistrer des albums plus avant-gardistes. Mais les dissensions auront le dessus et les Beatles se sépareront en 1970.

 

Relire aussi : 8 décembre 1980 - Assassinat de John Lennon

 

27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 23:01

Erich Von Falkenhayn, chef suprême de l'armée allemande depuis septembre 1914 et concepteur de l'offensive de Verdun, Il est remplacé par le maréchal Paul von Hindenburg.

Le général Paul Von Hindenburg (1847-1934) est à la retraire quand son pays déclare la guerre à la Russie le 31 juillet 1914. On l’appelle pourtant sous les drapeaux le 23 août pour diriger les armées du Reich sur le front de l’Est. Secondé par le général Ludendorff, il remporte les célèbres batailles de Tannenberg et des lacs Mazures en septembre et octobre, et d’autres victoires en Pologne et en Lituanie.

Ses succès font de lui un héros national. Il reçoit la distinction de Maréchal et devient donc le commandant en chef de toutes les opérations de l’armée allemande. Il occupera cette fonction jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale.

Toujours en duo avec Ludendorff, il prend toutes les décisions militaires et politiques de l’Allemagne. Mais, suite à l’échec des grandes offensives allemandes de 1918, il incite son gouvernement à demander l’armistice.

 

Il connaîtra ensuite une carrière politique prospère.

Après l’abdication de l’Empereur Guillaume II et l’instauration de la République de Weimar, il sera élu président de cette dernière en 1925.

On lui doit également la nomination d'Hitler au poste de chancelier en 1933 !

 

27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 13:08

Le protectorat français du Laos, une des composantes de l'Indochine française, était le gouvernement fédérant les différents États peuplés par le peuple Lao, sur le territoire de l'ancien royaume du Lan Xang.

Le 27 août 1946, le Protectorat français du Laos devient un état centralisé, le Royaume du Laos, suite à un traité passé entre le roi Sisavang Vong et la France.

 

Cet accord, qui fait suite à l'instabilité politique qui règne au Laos depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, prévoit une unification du pays sous l'égide du souverain, et une plus large autonomie au sein de l'Union française.

 

19 juillet 1949 : Indépendance dans le cadre de l'Union française.

Les indépendantistes du Pathet Lao demeurent néanmoins actifs et animent à Bangkok un gouvernement en exil. Si Phetsarath demeure nominalement le chef des opposants, le plus actif est son demi-frère le prince Souphanouvong, très lié au Việt Minh, qui relance dès 1947 des activités de guérilla avec le soutien de Hô Chi Minh. Le 28 juillet 1947, le roi propose aux insurgés une amnistie en échange de l'abandon de la lutte. La France, afin de stabiliser la situation, mène progressivement le Laos sur le chemin d'une indépendance mesurée : le 19 juillet 1949, Boun Oum, devenu premier ministre, signe avec le président français Vincent Auriol une convention assurant au Laos une indépendance dans le cadre de l'Union française.

 

La guerre civile

Souphanouvong ne désarme pas et, le 13 août 1950, relance les activités du Pathet Lao en formant, avec le soutien Việt Minh, un Front du Laos libre. La guerre civile laotienne débute en avril 1953.

 

22 octobre 1953 : Indépendance en tant qu'État associé, transfert de compétences.

En septembre 1953, la France cède ses dernières compétences au gouvernement royal. Le 22 octobre, le Royaume du Laos signe avec la France un traité d'amitié et d'association qui lui garantit de jouir pleinement de son indépendance.

 

12 février 1973 : Accord de cessez-le-feu.

En 1973, dans la foulée des accords de paix de Paris, les différentes parties laotiennes parviennent elles-mêmes à un accord de cessez-le-feu, signé le 12 février. En avril, Souphanouvong fait une entrée triomphale dans la capitale. Un gouvernement provisoire d'union nationale voit le jour le 5 avril 1974

 

Abolition de la monarchie

L'abolition de la monarchie le 2 décembre 1975 verra la disparition du Royaume du Laos au profit de la République démocratique populaire du Laos (régime communiste).

Les hauts fonctionnaires et les intellectuels de Vientiane sont envoyés dans des camps de « rééducation ». Environ 300.000 Laotiens (10 % de la population de l’époque) fuient le pays. La plupart émigrèrent vers la France et les États-Unis, après un passage en Thaïlande.

25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 23:01

La « guerre de Cent Ans » (qui dura en réalité 116 ans : de 1337 à 1453) est sans doute le plus célèbre conflit du Moyen Âge. Elle oppose la dynastie des Plantagenêts à celle des Valois, et à travers elles le royaume d'Angleterre et celui de France.

 

Le 7 octobre 1337, à l'Abbaye de Westminster, le roi d'Angleterre Édouard III lance publiquement un défi à son cousin, le roi de France. Il conteste la légitimité de Philippe VI de Valois et revendique la couronne de France pour lui-même. C'est le facteur déclenchant de la guerre de Cent Ans.

Le 24 juin 1340, le roi anglais Édouard III a anéanti la flotte de son rival, dans le port de L'Écluse (Flandre). Fort de ce premier succès, l'Anglais débarque en Normandie avec un millier de navires et 20.000 hommes et s'empare de Caen.

 

Mais le roi de France Philippe VI de Valois ne tarde pas à mobiliser ses troupes. À la tête de 50.000 hommes, il va à la rencontre de l'assaillant. Édouard III remonte en direction des Flandres.

Le 24 août, l'armée anglaise, sous le commandement du roi Édouard III et de son fils, le futur Prince noir, alors à peine âgé de 15 ans, dresse ses tentes sur la rive droite de la Somme, en bordure de la forêt de Crécy-en-Ponthieu. Comme arrivent les Français en provenance d'Abbeville, les Anglais s'établissent sur une hauteur et creusent des fossés en prévision des assauts de la cavalerie ennemie.

 

La confrontation intervient le samedi 26 août 1346.

Dans l'après-midi, l’armée anglaise, composée de 12.000 hommes, dont 7.000 archers, fraîchement reposée, attend les Français sur les hauteurs. Ceux-ci comptent dans leurs rangs plus de 36.000 hommes dont 15.000 mercenaires génois (essentiellement des arbalétriers).

Edouard III a organisé ses troupes habilement afin de les tenir prêtes à riposter à l’attaque de la cavalerie française : ses archers sont placés de telle façon que chaque groupe est couvert par un autre.

 

Cette bataille marqua le début de la guerre de Cent Ans.

 

Les archers anglais triomphent

Crécy marque un tournant dans la stratégie de guerre. Les Anglais possèdent quelques canons (bombardes), dont c'est la première apparition en Occident. Mais c'est à leurs archers qu'ils devront une éclatante victoire, les charges désordonnées de la chevalerie française s'étant toutes brisées contre un tir meurtrier.

Les bombardes n’étaient pas très efficaces du fait de leur portée limitée, mais elles effrayèrent les troupes françaises et leurs chevaux, contribuant ainsi au désordre de l'armée française.

 

Malgré la prépondérance numérique de Français, les pertes françaises sont lourdes : toutes les grandes familles sont touchées : Jean de Luxembourg ; Charles, comte d'Alençon (frère du roi) ; Louis de Châtillon (comte de Blois), le duc de Lorraine, Jean de Châlons, Louis de Sancerre, Jean d'Auxerre, Louis de Nevers (comte de Flandres), le Comte d'Aumale, l'évêque de Sens, l'Archevêque de Nimes, Jean de Croï (sire d'Airaines), les comtes de Salm, de Blamont, d'Harcourt,....

 

Deux jours après un succès aussi éclatant qu'imprévu, Édouard III reprenait sa route vers le nord, ses pillages et incendies : Montreuil, Etaples, Waben, St Josse. Il lui fallait un port pour rembarquer, peut-être aussi pour assurer les campagnes futures. Renonçant à Boulogne, l'Anglais fit porter son effort sur Calais, qui semblait plus vulnérable, mais qui, tenace, et sérieusement ravitaillé par la marine normande, résista jusqu'au 4 août 1347. Les Anglais conservèrent Calais comme tête de pont militaire et comme étape commerciale.

 

Relire également : 25 octobre 1415 - Bataille d'Azincourt

 

 

24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 23:01

  383 : Gratien, empereur romain.

  591 : Arède d'Atane, saint de l'Église catholique.

  775 : Grégoire d'Utrecht, saint de l'Église catholique.

1270 : Louis IX, roi de France (Né le 25 avril 1214). Voir ici

1572 : Pierre de La Place, magistrat, jurisconsulte, philosophe, historien et écrivain protestant français (Né le ca 1520).

1819 : James Watt, ingénieur écossais (Né le 19 janvier 1736).

1822 : William Herschel, astronome britannique (Né le 15 novembre 1738).

1867 : Michael Faraday, physicien et chimiste britannique (Né le 22 septembre 1791).

1900 : Friedrich Nietzsche, philosophe allemand (Né le 15 octobre 1844).

1908 : Henri Becquerel, physicien français, Prix Nobel de physique en 1903 († 15 décembre 1852).

1984 : Truman Capote, écrivain américain (Né le 30 septembre 1924).

1988 : Françoise Dolto, médecin, pédiatre et psychanalyste française (Né le 6 novembre 1908).

2001 : Philippe Léotard, comédien français (Né le 28 août 1940).

2007 : Raymond Barre, économiste et homme politique français, premier ministre de 1976 à 1981 (Né le 12 avril 1924).

2012 : Neil Armstrong, astronaute américain, premier homme à avoir marché sur la Lune (Né le 5 août 1930).

 

23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 23:01

    79 : Pline l'Ancien, écrivain et naturaliste romain (Naturalis historia), mort dans l'éruption du Vésuve qui ensevelit Pompéi et Herculanum.  Voir ici

 1217 : Eustache le moine, pirate français (né vers 1170 à Boulogne-sur-Mer) Personnage hors du commun, il apparut longtemps comme un bandit de grand chemin. Mais il se trouva mêlé au conflit entre les Capétiens et les Plantagenêts, lors des guerres entre Philippe Auguste et Jean sans Terre. Il prit parti tantôt pour l'un, tantôt pour l'autre. Vaincu et capturé par les Anglais, il eut la tête tranchée.

1372 : Casimir III de Poméranie, duc de Poméranie, Duché de Szczecin (né vers 1348).

1540 : Parmigianino, peintre italien (Né le 11 janvier 1503).

1542 : Gasparo Contarini, prélat italien (Né le 16 octobre 1483).

1572 : Gaspard II de Coligny, militaire français et dirigeant huguenot (Né le 16 février 1519). Voir ici

1832 : Sadi Carnot, physicien français (Né le 1er juin 1796). Il était le frère du père du Président  Sadi Carnot  (1837-1894).

1856 : William Buckland, géologue et paléontologiste britannique. Il est principalement connu pour son support de la théorie du catastrophisme (Né le 12 mars 1784).

1883 : Henri d'Artois, prétendant à la couronne de France, dernier descendant légitime en ligne masculine de Louis XV et de Marie Leszczyńska. Sa mort sans enfants en 1883 marque l'extinction de la branche Artois de la maison de Bourbon et le début d'une querelle (toujours d'actualité) entre les maisons de Bourbon d’Espagne et d'Orléans pour savoir laquelle a le plus de légitimité à la Couronne de France. (Né le 29 septembre 1820).

1943 : Simone Weil, philosophe et écrivaine française (Née le 3 février 1909) Ne pas confondre politique Simone Veil.

1999 : Alexandre Lagoya, musicien français (Né le 29 juin 1929).

 

22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 23:01

La troisième guerre de Religion en France débute le 23 août 1568 lorsque Condé(1) et Coligny(2) fuient la Bourgogne pour la ville de La Rochelle où ils regroupent les armées protestantes.

 

 

La deuxième  guerre de Religion s’est achevée quelques mois plus tôt, mais les tensions entre catholiques et protestants sont telles que la Paix de Longjumeau signée le 23 mars devient caduque.

 

Le 24 mai 1568, le chancelier Michel de l'Hospital est disgracié et les Guise sont rappelés à la Cour.

Les catholiques anticipent en tentant de capturer par surprise le prince de Condé, au château de Noyers, et l’amiral de Coligny, à Tanlay, le 29 juillet 1568. Le projet échoue et les chefs protestants se rassemblent à La Rochelle où Coligny et Condé ont trouvé refuge.

Les affrontements reprennent, la répression se durcit, et pour la première fois les protestants s'organisent en armées lors de batailles rangées (Jarnac, Moncontour).

 

En mars 1569, les protestants sont battus à Jarnac (le prince de Condé blessé est assassiné sur l'ordre de son vainqueur, le duc d'Anjou, frère du roi et futur roi Henri III). En octobre les protestants sont de nouveaux battus à Montcontour. Mais les protestants reforment une armée sous les ordres de Coligny qui bat les troupes royales à Arnay-le-Duc en juin 1570.

Le 8 août 1570 la Paix de Saint Germain en Laye fut signée : on en revenait au statu quo, reprenant les termes énoncés par l’édit d’Amboise, en mars 1563.

 

Lors de cette troisième guerre, les principaux meneurs des deux partis trouvent la mort : Louis de Condé pour les protestants, François de Guise pour les catholiques. C'est une nouvelle génération qui prend la relève : Henri de Navarre et Henri de Condé (fils de Louis) pour les protestants, Henri de Guise (fils de François) pour les catholiques. Le seul chef historique qui a survécu est l'amiral de Coligny (protestant).

 

 

(1) Louis Ier de Bourbon, prince de Condé, duc d'Enghien (7 mai 1530 –13 mars 1569) est un prince du sang de la maison de Bourbon et le principal chef protestant pendant les trois premières guerres de religion. Il meurt assassiné sur le champ de bataille de Jarnac.

(2) Gaspard de Coligny est un noble et amiral français, engagé aux côtés du prince de Condé en 1562. Il sera assassiné le 24 août 1572 à Paris, lors du massacre de la Saint-Barthélemy.

 

 

Lire également :

29 septembre 1567 - Début de la deuxième guerre de religion en France

8 août 1570 - Édit de Saint-Germain-en-Laye : fin de la troisième guerre de Religion

 

21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 23:01

L'explorateur suisse Johann Ludwig Burckhardt découvre l'ancienne cité de Pétra (dans l'actuelle Jordanie), située au fond d'une gorge, accessible uniquement par un défilé de 1.600 mètres de long et 2 mètres de large.

Après des siècles d’oubli, le jeune homme est le premier Européen à découvrir le spectacle grandiose de la Khazneh, ce monument qui deviendra bientôt l’emblème de Pétra, l’antique capitale des Nabatéens (Vème s. av. J.-C.).

Elle fut un important centre caravanier et une riche cité commerçante. Elle fut annexée par les Romains au IIème siècle et perdit de son importance avec la conquête arabe au VIIème siècle. La cité renferme de nombreux tombeaux creusés dans les falaises.

 

Les premières fouilles archéologiques ne commencèrent qu’en 1924.

Les nombreux bâtiments, dont les façades monumentales directement taillées dans la roche, en font un ensemble monumental unique qui, depuis le 6 décembre 1985, est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

 

Comment celle-ci a-t-elle pu sortir des mémoires occidentales ?

Le premier facteur est géographique : la cité est nichée dans une région semi-désertique, à l’écart des grandes voies de communication, au cœur d’un massif gréseux très difficile d’accès. Depuis des siècles, elle est redevenue un lieu de pâturage et d’habitat saisonnier pour les populations nomades de la région.

 

L’autre facteur, c’est la relative discrétion des sources antiques sur Pétra, dont aucune ne permet de situer exactement la cité.

 

Lien du jour : Petra sur le site de l’Unesco

 

20 août 2016 6 20 /08 /août /2016 23:01

Hawaï (ou Hawaii), archipel polynésien de 137 îles, devient au terme d'un référendum le 50ème État des États-Unis.

Ces îles, découvertes par l'explorateur anglais James Cook le 18 janvier 1778, furent annexées par les américains le 7 juillet 1898. Hawaï aura un rôle stratégique dans la Seconde Guerre mondiale, notamment suite à l’attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941.

 

Aujourd'hui, l'État d'Hawaï compte 1,36 million d'habitants contre 600.000 en 1959.

Parmi les 50 États américains, Hawaï est :

  • l'État le plus méridional (le seul situé sous les tropiques, à la latitude du Mexique central),
  • le seul des États-Unis à ne pas faire partie du continent américain,
  • l'un des deux seuls des États-Unis, avec l'Alaska, à n'être limitrophe d'aucun des 48 autres membres de l'Union.
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 23:01

Par la circulaire du 20 août 1866, Victor Duruy, ministre de l'Instruction publique de Napoléon III, institue un certificat d'études primaires destiné aux « élèves qui auraient subi avec succès un examen portant au moins sur l'enseignement obligatoire », c'est-à-dire la lecture, l'écriture, l'orthographe, le calcul et le système métrique.

 

L'organisation de l'examen est laissée à la libre discrétion des conseils généraux qui administrent les départements et il faudra attendre un arrêté de Jules Ferry, ministre de l'Instruction publique sous la IIIe République, le 28 mars 1882, pour qu'enfin l'examen soit organisé sur une base nationale.

Le « certif » va très vite devenir le sésame des jeunes paysans méritants vers les emplois de la fonction publique et un moteur puissant d'ascension sociale. Il va aussi contribuer à la sanctification de l'école et de la culture classique (souci de l'orthographe et de la calligraphie, passion pour l'Histoire...).

Pourtant, même après la Seconde Guerre mondiale, il ne sera octroyé qu'à la moitié de chaque classe d'âge, les instituteurs ne présentant à l'examen que leurs meilleurs éléments.

 

Le 28 août 1989, le certificat d'études primaires est supprimé par le décret n° 89-607.

18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 23:01

1186 : le duc de Bretagne Geoffroy II Plantagenêt trouve la mort dans un tournoi à Paris.

1859 : le gouvernement grec donne un avis favorable à l’idée de rénovation des Jeux olympiques. Ce projet est initié et financé par un riche commerçant grec : Evángelos Záppas1.. Ces jeux qui se tiennent en novembre 1859 restent dans l'histoire comme les « Jeux de Záppas ».

1895 : James Ryan porte le Record du monde du saut en hauteur à 1,94 m.

1954 : publication aux États-Unis du premier numéro de l'hebdomadaire sportif Sports Illustrated.

1981 : le Britannique Sebastian Coe bat le record du monde du mile en 3 min 48,53 s.

1986 : Natation ; Kristin Otto porte le record du monde du 100 m dos à 54,73 s.

1992 : Athlétisme ; le kényan Moses Kiptanui bat le record du monde du 3000 m steeple en 8 min 2,08 s.

1995 : Boxe anglaise ; après six années de captivité, l'Américain Mike Tyson met KO son opposant Peter McNeely, en moins de deux minutes.

1996 : le Français Loïck Peyron remporte la course Québec - Saint-Malo sur Fujicolor II et établit un nouveau record de la traversée.

2001 : Golf ; l'Américain David Toms remporte le tournoi de l'USPGA.

2006 : Natation ; lors de la 3e journée des championnats pan-pacifiques, disputés à Victoria, deux records du monde sont battus :

  • 200 m dos par Aaron Peirsol, qui établit un nouveau record à 1 min 54 s 44/100
  • 4x100 m nage libre par le relais des États-Unis, composé de Michael Phelps, Neil Walker, Cullen Jones et Jason Lezak, qui établit un nouveau record à 3 min 12 s 46/100.

2015 : le Britannique Sebastian Coe est élu président de l’IAAF (Association internationale des fédérations d'athlétisme) pour quatre ans et il succède au Sénégalais Lamine Diack.

2015 : début de la 28e édition du championnat d'Afrique de basket-ball qui se déroule en Tunisie.

17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 23:01

Après le désastre de la bataille des éperons d'or, Philippe le Bel est fou de rage : alors que son armée devait venger l'affront des « Matines de Bruges », elle a été massacrée, et de nombreux grands seigneurs y ont trouvé la mort...

Le roi de France ne peut laisser pareil camouflet sans réponse, aussi entreprend-il de préparer minutieusement sa revanche. Durant l'année 1303 et les premiers mois de 1304, de nombreux raids à la frontière du comté de Flandre et de l'Artois ont lieu, afin d'affaiblir les forces adverses, mais surtout d'amasser suffisamment d'argent pour mettre sur pied sa propre armée. Gui de Dampierre, seigneur de Flandre toujours emprisonné dans les geôles du roi de France, est libéré afin d'essayer de trouver une conciliation avec les flamands, mais les négociations n'aboutissent pas et Gui de Dampierre revient se constituer prisonnier.

 

Le 20 juin 1304, Philippe le Bel convoque l'Ost royal. Jusqu'au mois d'août, les flamands résistent avec une grande détermination et parviennent à gêner considérablement l'avancée de l'armée française, qui doit de nombreuses fois battre en retraite et trouver de nouvelles routes pour avancer. Le 11 août, la flotte flamande est totalement anéantie devant le port de Zierikzee, en Zélande (actuelle Hollande) : les espoirs d'émancipation de la Flandre deviennent dès lors quasiment nuls...

 

Du 14 au 16 août, les deux armées se retrouvent à Mons-en-Pévèle pour des négociations, mais aucun accord n'est trouvé entre les deux parties. Le 17, l'Ost royal tente de rejoindre Pont-à-Vendin, tenu par les flamands, pour libérer la route d'Arras et ainsi régler de graves problèmes d'approvisionnement : mais l'armée flamande barre la route des français, qui cette fois-ci font face pour de bon.

 

Le lundi 18 août 1304, sous une chaleur écrasante, plus de 150.000 hommes s'affrontent : 70.000 français font face à 80.000 flamands. Durant toute la journée, on se bat : arbalètes contre frondes, charges de cavalerie, contre-offensive flamande, échec de nouveaux pourparlers, destruction de catapultes françaises, prise du camp flamand par la cavalerie française, coup de force du camp flamand sur le camp royal et enfin charge décisive de la cavalerie française, qui met l'armée de Flandre en déroute.

 

Au cours de la bataille, l'espoir a fini par quitter le camp flamand : privés d'eau et de nourriture, ils tentent un ultime coup de force en se ruant par surprise sur le camp royal de Philippe le Bel, pendant une trêve. Le roi de France s'y repose, il a ôté son armure... Se relevant en catastrophe, il saisit une arme, se précipite vers son cheval, tandis que plusieurs hommes se font tuer en le protégeant, puis en l'aidant à se hisser sur sa monture.

 

Philippe le Bel se bat alors avec l'énergie du désespoir, et fait preuve d'un grand courage. À ses côtés, plusieurs hommes se distinguent également au cours de l'affrontement, qui, malgré la supériorité numérique et l'effet de surprise des flamands, voit finalement la victoire des français.

 

Relire aussi :

18 mai 1302 - Les « Matines de Bruges »

11 juillet 1302 - Bataille des Éperons d'or

 

17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 08:40

1424 : Bataille de Verneuil qui se solda par une victoire de l'armée anglaise (guerre de Cent Ans).

1427 : Première arrivée à Paris de gitans, appelés aussi bohémiens ou tsiganes.

1579 : Prise de Cambrai par « Monsieur » (Philippe de France, duc d’Orléans).

1648 : Prise de Lens par l'archiduc Léopold-Guillaume de Habsbourg.

1661 : Le surintendant des finances Nicolas Fouquet donne une grande fête dans son château de Vaux-le-Vicomte en l'honneur de Louis XIV. Il sera arrêté trois semaines après à Nantes.

1740 : Élection du pape Benoît XIV.

1795 : Vote par la Convention de la Constitution de l'An III qui définit le Directoire.

1812 : Bataille de Smolensk.

1877 : Asaph Hall découvre Phobos.

1908 : Projection de Fantasmagorie, premier dessin animé cinématographique à Paris. (voir détails)

1944 : Départ du dernier train de déportés de Drancy.

1945 : Proclamation d'indépendance de l'Indonésie vis-à-vis des Pays-Bas par Soekarno et Hatta (reconnue le 27 décembre 1949). (voir détails

1945 : Droit de vote des militaires de carrière en France.

1946 : Tomás Monje Gutiérrez devient président de la Bolivie en remplacement de Néstor Guillén Olmos.

1951 : Projet de loi du ministre de l’Education nationale André Marie visant à ouvrir les bourses du secondaire à l’enseignement privé.

1960 : Indépendance du Gabon.

1962 : Peter Fechter est abattu en tentant de passer le Mur de Berlin.

1978 : Le ballon Double Eagle II atterrit à Miserey (Eure), venant de réussir la première traversée de l'Atlantique pour ce type d'aérostat.

1990 : 13 communes serbes autour de Knin en Croatie déclarent leur autonomie.

1995 : Attentat place de l'Étoile à Paris.

1996 : En Belgique, découverte des corps de Julie Lejeune et Mélissa Russo, enlevées le 24 juin 1995. La Marche Blanche aura lieu le 20 octobre 1996.

1999 : Tremblement de terre d'Izmit, en Turquie (20.000 morts).

15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 23:01

Dès le début de la Première Guerre mondiale, les Austro-Hongrois soumettent la côte monténégrine à un blocus et bombardent ses ports. Ils sont libres de leurs actions puisque ni la Serbie, ni le Monténégro ne disposent de marine. Le 13 août 1914, la France déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie renversant le rapport de force dans l'Adriatique.

 

L'amiral Boué de Lapeyrère, qui commande la flotte française, veut profiter de son avantage numérique : il cherche à affronter les Austro-Hongrois dans une bataille décisive. Une armada de 15 cuirassés de ligne, 6 grands croiseurs accompagnés d'une trentaine de bâtiments légers ainsi que la division britannique de l'amiral Troubridge entre dans l'Adriatique. La flotte austro-hongroise ne peut espérer l'emporter, elle lève le blocus et s'empresse de se réfugier dans ses bases trop bien défendues pour redouter une attaque.

Mais le 16 août 1914, le croiseur léger Zenta (commandé par Paul Pachner - 2300 tonnes, 8 canons de 120 et 8 canons de 47) est surpris devant Antivari (Appelée maintenant Bar, au Monténégro). Il est accompagné du destroyer Uhlan et de deux torpilleurs.

La flotte française ne laisse pas passer cette occasion et le combat s'engage à 8 h 50.

Le Zenta, touché à plusieurs reprises par des salves du cuirassé dreadnought Courbet, est coulé. Mais les trois autres navires parviennent à fuir. La plupart des 300 membres d'équipage du Zenta parviennent à regagner la côte, sur des embarcations de sauvetage.

 

Ce fut la première bataille navale de la Première Guerre mondiale.

14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 23:01

1389 - Couronnement de Vassili Ier Dimitrievitch

Le 15 août 1389, Vassili Ier Dimitrievitch est couronné grand prince de Moscou. Succédant à Dimitri Donskoï, Vassili Ier Dimitrievitch poursuivra le processus d'unification de la Russie, avant d'entrer en conflit avec son beau-père, le grand-duc de Lituanie, qui vient de s'emparer de Viazma et de Smolensk. Après près de 36 ans au pouvoir, Vassili Ier Dimitrievitch décédera à Moscou le 27 février 1425, laissant derrière lui une tribu de neuf enfants, dont son successeur Vassili Vassilievitch Tiommy.

 

1461 - Couronnement de Louis XI

Le 15 août 1461, Louis XI, fils de Charles VII et de Marie d'Anjou, est proclamé roi de France à la cathédrale de Reims. Roi de France jusqu'à sa mort en 1483, Louis XI dit « Le Prudent » aura marqué son règne en prenant la défense des paysans et en s'attachant au petit peuple, une action située à l'opposé du renforcement de son autorité royale à l'encontre des grands feudataires du royaume de France.

 

1586 - Francis Walsingham dévoile un complot contre la Reine d'Angleterre

Le 15 août 1585, les espions envoyés par Sir Francis Walsingham mettent au jour un complot préparé par Babington et le Ballard, un Jésuite. Ce complot visait à assassiner la reine Élisabeth Ire d'Angleterre et appuyer l'accession de Marie Stuart au trône, le tout avec l'aval de Philippe II d'Espagne. Walsingham réussit toutefois à intercepter la correspondance des comploteurs et à les condamner à l'exécution. Marie Stuart est également jugée et condamnée à mort le 25 octobre 1585.

 

1646 - Couronnement de Ferdinand IV du Saint-Empire

Ferdinand IV de Habsbourg a été couronné roi de Bohème le 15 août 1646, à l'âge de 13 ans. Un an plus tard, il a été couronné roi de Hongrie, puis en 1653 - un an avant sa mort, Ferdinand IV est devenu roi des Romains. Autrement dit, il n'a que très peu régné, puisqu'il est décédé à l'âge de 20 ans, célibataire et avant son père. Il laisse donc la place à son frère, Léopold Ier.

 

1769 - Naissance de Napoléon Bonaparte

Napoléon Bonaparte naît le 15 août 1769 à Ajaccio, en Corse. Le Français connut un destin extraordinaire, devenant Premier consul en 1799, puis empereur de la France, le 2 décembre 1804. Il fut un conquérant de l'Europe, remportant de grandes victoires contre ses voisins, et agrandissant peu à peu la France.

13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 23:01

La « Monarchie de juillet » tire son nom des révoltes parisiennes des « Trois Glorieuses », les 26, 27 et 28 juillet 1830 qui eurent pour conséquences l'abdication du roi Charles X le 28 juillet et la fin de la Restauration.

La Monarchie de juillet s'étendra jusqu'en février 1848. Cette période de l'histoire de France correspond à une forte expansion économique avec le début de la révolution industrielle, ainsi qu'à un renouveau philosophique et artistique.

 

La Charte constitutionnelle du 14 août 1830

LOUIS-PHILIPPE, ROI DES FRANÇAIS, à tous présents et à venir, SALUT. NOUS AVONS ORDONNÉ ET ORDONNONS que la Charte constitutionnelle de 1814, telle qu'elle a été amendée par les deux Chambres le 7 août et acceptée par nous le 9, sera de nouveau publiée dans les termes suivants :

 

Droit public des Français

ARTICLE PREMIER : Les Français sont égaux devant la loi, quels que soient d'ailleurs leurs titres et leurs rangs.

ART. 2 : Ils contribuent indistinctement, dans la proportion de leur fortune, aux charges de l'État.

ART. 3 : Ils sont tous également admissibles aux emplois civils et militaires.

ART. 4 : Leur liberté individuelle est également garantie, personne ne pouvant être poursuivi ni arrêté que dans les cas prévus par la loi et dans la forme qu'elle prescrit.

ART. 5 : Chacun professe sa religion avec une égale liberté, et obtient pour son culte la même protection.

ART. 6 : Les ministres de la religion catholique, apostolique et romaine, professée par la majorité des Français, et ceux des autres cultes chrétiens, reçoivent des traitements du Trésor public.

ART. 7 : Les Français ont le droit de publier et de faire imprimer leurs opinions en se conformant aux lois : La censure ne pourra jamais être rétablie.

ART. 8 : Toutes les propriétés sont inviolables, sans aucune exception de celles qu'on appelle nationales, la loi ne mettant aucune différence entre elles.

ART. 9 : L'État peut exiger le sacrifice d'une propriété pour cause d'intérêt public légalement constaté, mais avec une indemnité préalable.

ART. 10 : Toutes recherches des opinions et des votes émis jusqu'à la Restauration sont interdites : le même oubli est commandé aux tribunaux et aux citoyens.

ART. 11 : La conscription est abolie. Le mode de recrutement de l'armée de terre et de mer est déterminé par une loi.

 

Formes du gouvernement du roi

ART. 12 : La personne du roi est inviolable et sacrée. Ses ministres sont responsables. Au roi seul appartient la puissance exécutive.

ART. 13 : Le roi est le chef suprême de l'État ; il commande les forces de terre et de mer, déclare la guerre, fait les traités de paix, d'alliance et de commerce, nomme à tous les emplois d'administration publique, et fait les règlements et ordonnances nécessaires pour l'exécution des lois, sans pouvoir jamais ni suspendre les lois elles-mêmes ni dispenser de leur exécution. Toutefois aucune troupe étrangère ne pourra être admise au service de l'État qu'en vertu d'une loi.

ART. 14 : La puissance législative s'exerce collectivement par le roi, la Chambre des pairs et la Chambre des députés.

ART. 15 : La proposition des lois appartient au roi, à la Chambre des pairs et à la Chambre des députés : Néanmoins toute loi d'impôt doit être d'abord votée par la Chambre des députés.

ART. 16 : Toute loi doit être discutée et votée librement par la majorité de chacune des deux Chambres.

ART. 17 : Si une proposition de loi a été rejetée par l'un des trois pouvoirs, elle ne pourra être représentée dans la même session.

ART. 18 : Le roi seul sanctionne et promulgue les lois.

ART. 19 : La liste civile est fixée pour toute la durée du règne par la première législature assemblée depuis l'avènement du roi.

 

De la Chambre des pairs

ART. 20 : La Chambre des pairs est une portion essentielle de la puissance législative.

ART. 21 : Elle est convoquée par le roi en même temps que la Chambre des députés. La session de l'une commence et finit en même temps que celle de l'autre.

ART. 22 : Toute assemblée de la Chambre des pairs qui serait tenue hors du temps de la session de la Chambre des députés, est illicite et nulle de plein droit, sauf le seul cas où elle est réunie comme cour de justice, et alors elle ne peut exercer que des fonctions judiciaires.

ART. 23 : La nomination des pairs de France appartient au roi. Leur nombre est illimité : il peut en varier les dignités, les nommer à vie ou les rendre héréditaires, selon sa volonté.

ART. 24 : Les pairs ont entrée dans la Chambre à vingt-cinq ans, et voix délibérative à trente ans seulement.

ART. 25 : La Chambre des pairs est présidée par le chancelier de France, et, en son absence, par un pair nommé par le roi.

ART. 26 : Les princes du sang sont pairs par droit de naissance : ils siègent immédiatement après le président.

ART. 27 : Les séances de la Chambre des pairs sont publiques, comme celles de la Chambre des députés.

ART. 28 : La Chambre des pairs connaît des crimes de haute trahison et des attentats à la sûreté de l'État, qui seront définis par la loi.

ART. 29 : Aucun pair ne peut être arrêté que de l'autorité de la Chambre et jugé que par elle en matière criminelle.

 

De la Chambre des députés

ART. 30 : La Chambre des députés sera composée des députés élus par les collèges électoraux dont l'organisation sera déterminée par des lois.

ART. 31 : Les députés sont élus pour cinq ans.

ART. 32 : Aucun député ne peut être admis dans la Chambre, s'il n'est âgé de trente ans et s'il ne réunit les autres conditions déterminées par la loi.

ART. 33 : Si néanmoins il ne se trouvait pas dans le département cinquante personnes de l'âge indiqué payant le cens d'éligibilité déterminé par la loi, leur nombre sera complété par les plus imposés au-dessous du taux de ce cens, et ceux-ci pourront être élus concurremment avec les premiers.

ART. 34 : Nul n'est électeur, s'il a moins de vingt-cinq ans, et s'il ne réunit les autres conditions déterminées par la loi.

ART. 35 : Les présidents des collèges électoraux sont nommés par les électeurs.

ART. 36 : La moitié au moins des députés sera choisie parmi les éligibles qui ont leur domicile dans le département.

ART. 37 : Le président de la Chambre des députés est élu par elle à l'ouverture de chaque session.

ART. 38 : Les séances de la Chambre sont publiques mais la demande de cinq membres suffit pour qu'elle se forme en Comité secret.

ART. 39 : La Chambre se partage en bureaux pour discuter les projets qui lui ont été présentés de la part du roi.

ART. 40 : Aucun impôt ne peut être établi ni perçu, s'il n'a été consenti par les deux Chambres et sanctionné par le roi.

ART. 41 : L'impôt foncier n'est consenti que pour un an. Les impositions indirectes peuvent l'être pour plusieurs années.

ART. 42 : Le roi convoque chaque année les deux Chambres : il les proroge et peut dissoudre celle des députés ; mais, dans ce cas, il doit en convoquer une nouvelle dans le délai de trois mois.

ART. 43 : Aucune contrainte par corps ne peut être exercée contre un membre de la Chambre durant la session et dans les six semaines qui l'auront précédée ou suivie.

ART. 44 : Aucun membre de la Chambre ne peut, pendant la durée de la session, être poursuivi ni arrêté en matière criminelle, sauf le cas de flagrant délit, qu'après que la Chambre a permis sa poursuite.

ART. 45 : Toute pétition à l'une ou à l'autre des Chambres ne peut être faite et présentée que par écrit : la loi interdit d'en apporter en personne et à la barre.

 

Des ministres

ART. 46 : Les ministres peuvent être membres de la Chambre des pairs ou de la Chambre des députés : Ils ont en outre leur entrée dans l'une ou l'autre Chambre et doivent être entendus quand ils le demandent.

ART. 47 : La Chambre des députés a le droit d'accuser les ministres et de les traduire devant la Chambre des pairs qui seule a celui de les juger.

 

De l'Ordre judiciaire

ART. 48 : Toute justice émane du roi ; elle s'administre en son nom par des juges qu'il nomme et qu'il institue.

ART. 49 : Les juges nommés par le roi sont inamovibles.

ART. 50 : Les cours et tribunaux ordinaires actuellement existants sont maintenus. Il n'y sera rien changé qu'en vertu d'une loi.

ART. 51 : L'institution actuelle des juges de commerce est conservée.

ART. 52 : La justice de paix est également conservée. Les juges de paix, quoique nommés par le roi, ne sont point inamovibles.

ART. 53 : Nul ne pourra être distrait de ses juges naturels.

ART. 54 : Il ne pourra en conséquence être créé de commissions et de tribunaux extraordinaires, à quelque titre et sous quelque dénomination que ce puisse être.

ART. 55 : Les débats seront publics en matière criminelle, à moins que cette publicité ne soit dangereuse pour l'ordre et les mœurs ; et, dans ce cas, le tribunal le déclare par un jugement.

ART. 56 : L'institution des jurés est conservée. Les changements qu'une plus longue expérience ferait juger nécessaires, ne peuvent être effectués que par une loi.

ART. 57 : La peine de la confiscation des biens est abolie et ne pourra pas être rétablie.

ART. 58 : Le roi a le droit de faire grâce et celui de commuer les peines.

ART. 59 : Le Code civil et les lois actuellement existantes qui ne sont pas contraires à la présente charte restent en vigueur jusqu'à ce qu'il y soit légalement dérogé.

 

Droits particuliers garantis par l'État

ART. 60 : Les militaires en activité de service, les officiers et soldats en retraite, les veuves, les officiers, et soldats pensionnés, conserveront leurs grades, honneurs et pensions.

ART. 61 : La dette publique est garantie. Toute espèce d'engagement pris par l'État avec ses créanciers est inviolable.

ART. 62 : La noblesse ancienne reprend ses titres, la nouvelle conserve les siens. Le roi fait des nobles à volonté ; mais il ne leur accorde que des rangs et des honneurs, sans aucune exemption des charges et des devoirs de la société.

ART. 63 : La Légion d'honneur est maintenue. Le roi déterminera les règlements intérieurs et la décoration.

ART. 64 : Les colonies sont régies par des lois particulières.

ART. 65 : Le roi et ses successeurs jureront à leur avènement, en présence des Chambres réunies, d'observer fidèlement la Charte constitutionnelle.

ART. 66 : La présente Charte et tous les droits qu'elle consacre demeurent confiés au patriotisme et au courage des gardes nationales et de tous les citoyens français.

ART. 67 : La France reprend ses couleurs. A l'avenir, il ne sera plus porté d'autre cocarde que la cocarde tricolore.

 

Dispositions particulières

ART. 68 : Toutes les nominations et créations nouvelles de pairs faites sous le règne du roi Charles X sont déclarées nulles et non avenues. L'article 23 de la charte sera soumis à un nouvel examen dans la session de 1831.

ART. 69 : Il sera pourvu successivement par des lois séparées et dans le plus court délai possible aux objets qui suivent :
1° L'application du jury aux délits de la presse et aux délits politiques ;
2° La responsabilité des ministres et des autres agents du pouvoir ;
3° La réélection des députés promus à des fonctions publiques salariées ;
4° Le vote annuel du contingent de l'armée ;
5° L'organisation de la garde nationale, avec intervention des gardes nationaux dans le choix de leurs officiers ;
6° Des dispositions qui assurent d'une manière légale l'état des officiers de tout grade de terre et de mer ;
7° Des institutions départementales et municipales fondées sur un système électif ;
8° L'instruction publique et la liberté de l'enseignements ;
9° L'abolition du double vote et la fixation des conditions électorales et d'éligibilité.

ART. 70 : Toutes les lois et ordonnances, en ce qu'elles ont de contraire aux dispositions adoptées pour la réforme de la Charte, sont dès à présent et demeurent annulées et abrogées.

 

Voir aussi : 9 août 1830 - Louis-Philippe Ier devient roi des Français

12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 23:01

1655 : Johann Christoph Denner, facteur d'instruments de musique allemand (Décédé le 20 avril 1707).

1814 : Anders Jonas Ångström, astronome et physicien suédois. Pionnier dans l’étude des spectres, il découvrit, en 1862, la présence d’hydrogène dans l’atmosphère du Soleil.  Son nom a été donné à, de symbole Å, une unité de mesure de longueur, correspondant à 10-10 mètre soit un dixième de nanomètre. (Décédé le 21 juin 1874).

1866 : Giovanni Agnelli, industriel italien. Le 1er juillet 1899 il crée la Fabbrica Italiana Automobili Torino – FIAT (Décédé le 16 décembre 1945).

1899 : Alfred Hitchcock, cinéaste britannique (Décédé le 29 avril 1980).

1914 : Luis Mariano, artiste lyrique espagnol (Décédé le 14 juillet 1970).

1914 : Mario Ricci, cycliste sur route italien (Décédé le 22 février 2005).

1926 : Fidel Castro, chef d'État cubain.

1963 : Édouard Michelin, ingénieur et industriel français  (Décédé le 26 mai 2006).

1967 : Alexandre Kiritchenko, cycliste sur piste soviétique puis ukrainien.

1984 : James Morrison, chanteur, auteur-compositeur et guitariste britannique.

11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 23:01

Le mercredi 12 août 1908, Henry Ford présente la première voiture qui sera produite en grande série, le modèle T.

Le 27 septembre suivant, la première Model T de série sort des usines de la Ford Motor Company de Detroit, fondé en 1903 par Henry Ford. Elle est facile à conduire et coûte 950 dollars.

C'est le début de la production standardisée en grande série, obtenue par une « organisation scientifique du travail » (OST), appelée « taylorisation » ou « taylorisme », du nom de l'ingénieur américain Frederick Winslow Taylor. Henry Ford y ajoute le souci d'améliorer la condition ouvrière (dans l'intérêt bien compris de son entreprise). Cette approche sociale baptisée « fordisme » va permettre à la classe ouvrière de renforcer les rangs des classes moyennes.

Entre 1908 et 1927 seront construits plus de 16 millions de Ford Model T, seule la Volkswagen Coccinelle battra ce record.

 

Depuis la fondation de sa société en 1903, Henry Ford avait produit et mis au point plusieurs modèles et prototypes de voitures. La première avait été dénommée modèle A et la dernière modèle T, mais plusieurs des dix-neuf modèles produits jusqu'à la Ford T n'étaient que des prototypes. La « T » succédait à la « S », qui elle-même dérivait du modèle le plus vendu jusque-là, la « N ». Au bout d'une vingtaine d'années de production de la Ford T, ce n'est pas un modèle « U » qui lui succéda, mais la toute nouvelle type A, qui devait par son nom exprimer le renouveau de la gamme. La firme concurrente Chrysler en profita pour lancer en 1928 la première voiture de la marque Plymouth sous le nom de… « Model U » !

 

Lien du jour : Tout sur la Ford T

10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 23:01

La République de Weimar  est le nom donné au régime politique en place en Allemagne de 1918 à 1933. Elle a été proclamée pendant le cours de la Révolution de 1918, le 9 novembre 1918, soit deux jours avant la fin des hostilités de la Première Guerre mondiale consécutivement à la défaite de l'Empire allemand.

Elle tire son nom de la ville où se réunit en février 1919 une Assemblée nationale dominée par les sociaux-démocrates et les modérés, dont les travaux aboutissent à la promulgation d'une Constitution qui fait de l'Allemagne un État fédéral, le Reich, composé de 17 États (Länder) autonomes, eux-mêmes représentés au Reichsrat. La constitution a été adoptée le 31 juillet 1919 et promulguée le 11 août suivant.

Le Reichsrat partage le pouvoir législatif avec le Reichstag, dont les députés sont élus au suffrage universel. Le pouvoir exécutif est représenté par le président du Reich, lui aussi élu au suffrage universel pour un mandat de sept ans. Commandant suprême de la Reichswehr, il nomme le gouvernement et son chef, le chancelier, qui est responsable devant le Reichstag.

 

Profitant des effets de la crise mondiale qui frappe sévèrement l'Allemagne à la fin des années 1920, les nazis mettent fin au régime républicain lors de l'arrivée d'Hitler à la chancellerie en 1933.

 

Voir également : 6 février 1919 – l’Assemblée nationale de Weimar entre en fonction

 

9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 23:01

1296 : Jean Ier de Bohême (Décédé le 26 août 1346).

1780 : Pierre François Marie Auguste Dejean, général d'Empire, pair de France et entomologiste (Décédé le 18 mars 1845).

1814 : Henri Nestlé, pharmacien et industriel suisse d’origine allemande. Il est le fondateur de l'entreprise agroalimentaire Nestlé. (Décédé le 7 juillet 1890).

1874 : Herbert Hoover, président des États-Unis (Décédé le 20 octobre 1964).

1883 : William Van Alen, architecte américain, surtout connu pour avoir réalisé le Chrysler Building, qui fut le plus haut bâtiment du monde entre 1930 et 1931.  (Décédé le 24 mai 1953).

1889 : Charles Darrow, inventeur américain du jeu Monopoly (Décédé le 29 août 1967).

1898 : Jack Haley, acteur américain (Décédé le 6 juin 1979).

1902 : Arne Tiselius, prix Nobel de chimie en 1948 (Décédé le 29 octobre 1971).

1909 : Mohammed V du Maroc, sultan puis roi du Maroc (Décédé le 26 février 1961).

1909 : Leo Fender, fondateur de la société de lutherie Fender (Décédé le 21 mars 1991).

1916 : Hubert Maga, président du Bénin (Décédé le 8 mai 2000).

1920 : Daniel Cordier, secrétaire de Jean Moulin, Grand officier de la Légion d'honneur et Compagnon de la Libération, historien.

1951 : Juan Manuel Santos, président colombien.

1959 : Rosanna Arquette, actrice américaine.

1960 : Antonio Banderas (José Antonio Dominguez Banderas), réalisateur, producteur et acteur espagnol.

8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 23:01

Louis-Philippe, duc d'Orléans et cousin de Charles X est proclamé roi des français le 9 août 1830 (et non roi de France) par la chambre des députés. Il sera le dernier roi en France.

roi Louis-Philippe

Les Trois Glorieuses parviennent à renverser la Monarchie de Charles X et les Révolutionnaires attendent donc la mise en place de la République. Mais les députés monarchistes réagissent de manière unie et rapide, soutenus par Adolphe Thiers et le marquis de la Fayette.

C'est le Duc d'Orléans, cousin du Roi qui devient Roi à son tour. Louis-Philippe Ier est soutenu par les Chambres et par le peuple qui l'acclame. Il est proclamé « Roi des Français par la grâce de Dieu et la volonté nationale ».

 

Louis-Philippe Ier, né le 6 octobre 1773 à Paris est décédé le 26 août 1850 en exil à Claremont (Royaume-Uni). Il est le fils du duc Philippe d'Orléans, cousin du roi Louis XVI.
Philippe d'Orléans est le plus riche seigneur de France. Pendant le règne de Louis XVI, il tente de se faire passer pour un partisan des réformes. Il fait donner une excellente éducation à ses enfants. Le duc d'Orléans, devenu Philippe-Égalité, est élu député à la Convention nationale où il vote la mort de son cousin Louis XVI ! Il sera lui-même guillotiné en 1793...

 

Lorsqu'éclate la Révolution française de 1830, Charles X abdique en faveur de son petit-fils le duc de Bordeaux. Mais, le 31 juillet, les députés nomment Louis-Philippe comme « lieutenant général du royaume ». La charte constitutionnelle de 1814 est révisée. Elle est acceptée par Louis-Philippe, qui, le 9 août, en présence des deux chambres, prête serment.

 

Son règne, qui a commencé avec les barricades de la Révolution de 1830, s’achève en 1848 par d’autres barricades, qui le chassent.

Le 24 février 1848 face à la révolution, il abdique en faveur de son petit-fils et héritier Louis-Philippe II alors âgé de neuf ans. La proclamation par les insurgés de la Deuxième République empêchera son investiture.

 

Voir également :

24 février 1848 - Naissance de la IIème République

 

7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 23:01

Le vendredi 8 août 1974, dans un discours télévisé de 16 minutes, Richard Milhous Nixon, 37e président des États-Unis, annonce sa démission à mi-parcours de son deuxième mandat. Il quitte la Maison-Blanche dès le lendemain. Il est le premier président américain à quitter son poste de cette façon.

Richard Nixon annonce sa démission

Impliqué dans le Watergate, une affaire d'espionnage au siège du Parti démocrate qui a commencé il y a deux ans, le président a nié aussi longtemps qu'il a pu être mêlé à l'affaire. Mais, une procédure d' « impeachment » (destitution) entamé contre lui par le Sénat, l'oblige à abandonner le pouvoir. Il est aussitôt remplacé par le vice-président Gerald Ford.

 

Le scandale du Watergate

C'est le 17 juin 1972 que le scandale du Watergate démarre quand une équipe de faux plombiers téléguidés par des hommes liés au président est prise sur le vif en train de placer des micros au siège du comité national du Parti démocrate, dans un drôle d'immeuble circulaire qui domine la rivière Potomac. Sur le coup, l'affaire n'est pas prise au sérieux. Nixon lui-même, qui nie avoir ordonné les écoutes, parle «d'un cambriolage de troisième catégorie». «Quel est le trouduc… qui a eu une idée pareille?», l'entend-on dire rageur sur l'enregistrement d'une conversation avec ses conseillers. Mais secrètement, il a ordonné à son staff de couvrir le scandale. Il espère que l'orage passera et est d'ailleurs triomphalement réélu avec plus 60 % des voix à l'automne. Mais les traces des faux plombiers vont être suivies sans répit par deux reporters d'investigation du Washington Post, Bob Woodward et Carl Bernstein…

 

Richard Nixon

Le trente-septième président des États-Unis (1969-1974) a marqué de son empreinte l'histoire de son pays principalement dans le domaine de la politique étrangère.

Il met fin à l'engagement militaire américain au Vietnam, certes moins facilement qu'il ne le pensait. Anticommuniste acharné, Nixon contribue toutefois à accélérer le processus de la détente en négociant avec l'U.R.S.S. la limitation des armements stratégiques et, surtout, reconnaît officiellement la République populaire de Chine, en se rendant à Pékin en 1972. L'affaire du Watergate, au début de son second mandat, déclenche une grave crise constitutionnelle qui, en quelques mois, détruit sa popularité et le donc contraint à démissionner.

6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 23:01

Au lendemain du Congrès de Vienne, un pacte fédéral est signé entre vingt-deux cantons suisses. Genève, Neuchâtel et le Valais, qui s’étaient vues annexées par la France impériale, rejoignent la Confédération suisse des dix-neuf anciens cantons.

Chaque canton est représenté par des députés qui prêtent solennellement serment et qui apposent leur sceau et leur signature au bas du Pacte.

Les liens sont renforcés par une armée commune et chaque canton retrouve une totale souveraineté.

La Suisse est désormais reconnue par l’Europe comme étant un territoire perpétuellement neutre.

 

Article 1 : Les XXII cantons souverains de la Suisse, savoir : Zurich, Berne, Lucerne, Uri, Schwyz, Unterwald, Glaris, Zoug, Fribourg, Soleure, Bâle, Schaffhouse, Appenzell des deux Rhodes, Saint-Gall, Grisons, Argovie, Thurgovie, Tessin, Vaud, Valais, Neuchâtel et Genève se réunissent, par le présent Pacte fédéral, pour leur sûreté commune, pour la conservation de leur liberté et de leur indépendance contre toute attaque de la part de l’étranger, ainsi que pour le maintien de l’ordre et de la tranquillité dans l’intérieur. Ils se garantissent réciproquement leurs constitutions telles qu’elles auront été statuées par l’autorité suprême de chaque canton, conformément aux principes du Pacte fédéral. Ils se garantissent de même réciproquement leur territoire.

 

Lire aussi :

15 avril 1798 - Genève perd son indépendance

12 septembre 1848 - Nouvelle Constitution établie en Suisse

 

5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 23:01

1651 : François de Pons de Salignac de La Mothe-Fénelon dit « Fénelon », homme d'Église et écrivain français, archevêque de Cambrai (Décédé le 7 janvier 1715).

1682 : Louis de France, duc de Bourgogne, dauphin de France, petit-fils du roi Louis XIV (Décédé le 18 février 1712).

1753 : François Levaillant, explorateur, collectionneur et ornithologue français (Décédé le 22 novembre 1824).

1768 : Jean-Baptiste Bessières, maréchal d'Empire français (Décédé le 1er mai 1813).

1846 : Louis Lépine, avocat et homme politique français, créateur du Concours éponyme (Décédé le 10 novembre 1933).

1868 : Paul Claudel, dramaturge et poète français, membre de l'Académie française (Décédé le 23 février 1955).

1881 : Alexander Fleming, médecin, biologiste et pharmacologue britannique, codécouvreur de la pénicilline, prix Nobel de physiologie ou médecine 1945 (Décédé le 11 mars 1955).

1900 : Cecil Howard Green, géophysicien et homme d’affaires américain (Texas Instruments) (Décédé le 11 avril 2003).

1904 : Jean Zay, avocat et homme d'État français, ministre de l'Éducation nationale de 1936 à 1939 (Décédé le 20 juin 1944).

1917 : Robert Mitchum, acteur américain (Décédé le 1er juillet 1997).

1920 : Hubert Germain, homme politique français, plusieurs fois ministre, compagnon de la Libération.

1928 : Jean-Christophe Averty, homme de radio et de télévision français.

1928 : Andy Warhol, artiste américain (Décédé le 22 février 1987).

1934 : Edmond Simeoni, homme et militant politique, médecin de profession, père du nationalisme moderne en Corse.

1962 : Marc Lavoine, chanteur et acteur français.

1965 : Luc Alphand, skieur français.

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire