Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 23:01

Le 26 mai 1637, en Nouvelle-Angleterre, la colonie du Connecticut ordonne des représailles suite au massacre de quelques fermiers par les Indiens locaux.

Le capitaine John Mason réunit 90 hommes. Il attaque par surprise et incendie le camp principal des Indiens Péquots. Six cents hommes, femmes et enfants périssent en une heure. Les assaillants n'éprouvent aucune perte.

 

Cette opération, connue sous le nom de « Mystic Massacre », inaugure la longue litanie d'horreurs qui marque les guerres indiennes...

Partager cet article

24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 23:04

Le lundi 25 mai 1846, après six ans de captivité, le prince Louis-Napoléon Bonaparte s'évade du fort de Ham, où Louis-Philippe l'avait fait emprisonner à vie pour « complot contre l'État ».

Le neveu de Napoléon 1er était déguisé en ouvrier avec une solive sur l'épaule.

Deux ans plus tard, Dès la chute de Louis-Philippe, il revient à Paris, et les électeurs se prononcent bientôt massivement pour ce personnage presque inconnu sous son nom célèbre.

Il sera ainsi le premier président de la République française et cinq ans plus tard, il restaurera à son profit le titre d'empereur et règnera sous le nom de Napoléon III !

 

Relire aussi :

20 décembre 1848 : Louis-Napoléon Bonaparte prête serment

Partager cet article

23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 23:01

15 avant J.C. : Germanicus, général romain (Décédé le 10 octobre 19).

1686 : Daniel Gabriel Fahrenheit, physicien allemand, inventeur de l'échelle de température qui porte son nom (Décédé le 16 septembre 1736).

1743 : Jean-Paul Marat, homme politique français, figure de la Révolution française (Décédé le 13 juillet 1793).

1751 : Charles-Emmanuel IV de Sardaigne, Roi de Sardaigne de 1796 à 1802 (Décédé le 6 octobre 1819).

1803 : Charles Lucien Bonaparte, zoologue français, fils de Lucien Bonaparte et neveu de l'empereur (Décédé le 29 avril 1857).

1819 : Victoria, reine du Royaume-Uni et impératrice des Indes (Décédée le 22 janvier 1901).

1944 : Dominique Lavanant, comédienne française.

1945 : Priscilla Beaulieu, actrice américaine, épouse d'Elvis Presley.

1946 : Jacky Berroyer, acteur, écrivain et scénariste français.

1951 : Jean-Pierre Bacri, acteur et scénariste français.

Partager cet article

22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 23:14

Le dimanche 23 mai 1915, l’Italie déclare la guerre à une puissance à laquelle elle était liée un an plus tôt : l’Autriche-Hongrie.

Ce revirement face à un allié qu’elle n’a d’ailleurs jamais porté dans son cœur est permis par des accords passés un mois plus tôt à Londres avec la Triple-entente.

L'Italie espérait qu'en s'alliant aux forces de la Triple-Entente contre les Empires centraux, elle pourrait obtenir les provinces du Trentin, Trieste et d'autres territoires tels que le Tyrol du Sud, l'Istrie et la Dalmatie.

Initialement membre de la Triple-Alliance (avec l'Autriche-Hongrie et l'Allemagne), l’Italie n’était jusqu’ici pas entrée en guerre : jugeant que ces alliés étaient les agresseurs, elle n’avait aucune obligation envers eux.

 

L'Italie a une forte rivalité avec l'Autriche-Hongrie qui date du congrès de Vienne de 1815, après les guerres napoléoniennes, lorsque nombre de villes italiennes sont cédées à l'Autriche.

Au cours des premières phases du conflit, l'Italie est encouragée par des diplomates alliés à entrer en guerre ce qui la conduit à la signature du pacte de Londres, le 26 avril 1915.

 

Relire aussi :

26 avril 1915 - Traité secret de Londres entre l'Italie et les Alliés

 

 

Partager cet article

21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 23:21

  337 : Constantin Ier.

 987 : Louis V, dernier monarque de la dynastie Carolingienne, roi de France en 986/987.

1540 : Francesco Guicciardini, historien et diplomate florentin (Né le 6 mars 1483).

1885 : Victor Hugo, homme de lettres et homme politique français (Né le 26 février 1802).

1910 : Jules Renard, écrivain français (Né le 22 février 1864).

1983 : Albert Claude, biologiste belge, prix Nobel de physiologie ou médecine en 1974 (Né le 23 août 1899).

Partager cet article

20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 23:16

427 av. J.-C. : Platon, philosophe athénien (Décédé en 347 av. J-C).

1265 : Durante degli Alighieri dit « Dante », poète, écrivain et homme politique italien (Décédé le 14 septembre 1321).

1527 : Philippe II, roi d'Espagne (Décédé le 13 septembre 1598).

1688 : Alexander Pope, poète britannique (Décédé le 30 mai 1744).

1749 : Jean-Charles Musquinet de Beaupré, général d'Empire (Décédé le 26 février 1813).

1759 : Joseph Fouché, homme politique français (Décédé le 26 décembre 1820).

1775 : Lucien Bonaparte, frère de Napoléon Bonaparte (Décédé le 29 juin 1840).

1792 : Gaspard-Gustave Coriolis, mathématicien et ingénieur français (Décédé le 19 septembre 1843).

1844 : Henri Rousseau (le douanier Rousseau), peintre français (Décédé le 2 septembre 1910).

1850 : Giuseppe Mercalli, sismologue et volcanologue italien (Décédé le 20 mars 1914).

1851 : Léon Bourgeois, homme politique français (Décédé le 29 septembre 1925).

1904 : Robert Montgomery, homme de cinéma américain (Décédé le 27 septembre 1981).

1909 : Guy de Rothschild, banquier français (Décédé le 12 juin 2007).

1921 : Andreï Sakharov, physicien russe, prix Nobel de la Paix 1975 (Décédé le 14 décembre 1989).

1922 : Pio Laghi, prélat italien (Décédé le 10 janvier 2009).

1933 : Maurice André, musicien français (Décédé le 25 février 2012).

Partager cet article

20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 00:09

L’Empereur Constantin convoque le tout premier concile œcuménique, c'est-à-dire s'étendant à l'Église entière, à Nicée (aujourd'hui, İznik, à 130 kilomètres au sud-est d'Istanbul en Turquie), dans le but d’établir l’unité de l’Église en Orient comme en Occident.

 

Alors que le christianisme étend son emprise sur l'empire romain, un prêtre d'Alexandrie nommé Arius qui se met à prêcher une doctrine hétérodoxe.

Les partisans d'Arius professent que Jésus, fils de Dieu, est subordonné à son créateur, de même que le Saint Esprit. Ils le considèrent comme un relais existant de toute origine entre Dieu et l'humanité.

Les opposants expliquent que le Fils est consubstantiel au Père, c'est-à-dire « ayant la même essence ».

 

L'empereur Constantin 1er, récemment converti,  craint un schisme qui mettrait à mal l'unité de l'empire. Pour l'éviter, il convoque le 20 mai 325 un concile œcuménique (ou universel) à Nicée.

Le concile avait pour objectif de résoudre les problèmes qui divisaient alors les Églises d'Orient, problèmes disciplinaires et surtout problème dogmatique comme la nature du Christ ou la fixation de la date de Pâques.

Il est considéré comme le premier concile œcuménique par les Églises chrétiennes.

 

Selon la tradition, le concile de Nicée aurait réuni trois cent dix-huit évêques, venus des quatre coins de la toute jeune chrétienté. Le pape saint Sylvestre, trop âgé pour faire le voyage, était représenté par son légat Osius de Cordoue, conseiller théologique de l'empereur.

 

 

Les décisions importantes du concile

Au terme de plusieurs mois de discussions, l’arianisme sera condamné. En effet, le Fils de Dieu sera considéré comme « consubstantiel » – autrement dit de nature semblable – au Père.

Ainsi, les évêques adopteront le Symbole de Nicée, profession de foi chrétienne, et définiront la date précise du jour de Pâques (le premier dimanche après la pleine lune de printemps, c’est-à-dire celle qui suit le 21 mars).

 

Une confession de foi est adoptée au concile de Nicée :

« Nous croyons en un seul Dieu, Père tout-puissant, Créateur de toutes choses visibles et invisibles ; et en un seul Seigneur Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, engendré du Père, c’est-à-dire, de la substance du Père. Dieu de Dieu, lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu ; engendré et non fait, consubstantiel au Père ; par qui toutes choses ont été faites au ciel et en la terre. Qui, pour nous autres hommes et pour notre salut, est descendu des cieux, s’est incarné et s’est fait homme ; a souffert et est mort crucifié sur une croix, est ressuscité le troisième jour, est monté aux cieux, et viendra juger les vivants et les morts. Nous croyons aussi au Saint-Esprit. »

Partager cet article

18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 23:58

19 mai 1296 : Décès du pape Célestin V

Saint Célestin V (Pietro Angeleri, plus connu sous le nom de Pietro de Morrone), né (en 1209 ou au début de 1210) dans le Molise en Italie, était un moine-ermite italien appartenant à l'ordre des bénédictins. Il en fonda une nouvelle branche, qui prit par la suite le nom de célestins. Élu pape le 5 juillet 1294 à l'âge de 85 ans, il devient le 192e pape de l'Église catholique sous le nom de Célestin V.

Le 13 décembre de la même, Célestin V renonce au trône de Pierre devant le collège des cardinaux à Castel Nuovo.

Décédé le 19 mai 1296 à Fumone, il fut canonisé le 5 mai 1313.

19 mai 1342 - Clément VI est élu pape

Pierre Roger était archevêque de Rouen et chancelier de France. En 1338, à la demande du roi de France Philippe VI, il fut nommé cardinal au titre de Santi Nereo e Achilleo. Puis, à la mort du pape Benoît XII, il fut élu pour le remplacer le 19 mai 1342 et prit le nom de Clément VI. Adepte d'un mode de vie fastueux, il fut surnommé Clément VI « Le magnifique ». On lui reprocha son népotisme, en nommant des membres de sa famille à des postes importants.

19 mai 1769 - Début du pontificat de Clément XIV

Le 19 mai 1769, Clément XIV devient pape, succédant à Clément XIII. Né le 31 octobre 1705, le souverain pontife italien connut une élection difficile, car les grandes puissances européennes cherchaient un pape anti-jésuite, contrairement à son prédécesseur. Clément XIV finit par céder aux pressions, et dissout la Compagnie de Jésus le 21 mai 1773. Grand défenseur de la cause juive, il meurt le 22 septembre 1774.

Partager cet article

Par Archimède - dans Religions
commenter cet article
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 23:01

Par le sénatus-consulte du 28 floréal an XII (18 mai 1804), le Sénat français déclare :
« Article premier. Le gouvernement de la République est confié à un empereur, qui prend le titre d'Empereur des Français... »

Ce texte curieux, aussi appelé « Constitution de l'An XII », établit l'Empire français sans abolir formellement la République…

Napoléon Bonaparte échange donc son titre de Premier Consul contre celui d'Empereur, sous le nom de Napoléon 1er. C'est la récompense que lui accordent les Français pour avoir rétabli (provisoirement) la paix et la prospérité sans sacrifier les conquêtes de la Révolution.

 

L'acte législatif fondateur du Sénat sera suivi pour la forme d'un sacre solennel à Notre-Dame de Paris le 2 décembre suivant.

 

Relire aussi :

2 août 1802 : Napoléon élu consul à vie

6 avril 1814 : Napoléon Ier abdique

 

Partager cet article

16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 23:01

Le mardi 17 mai 1814, à Eidsvoll, en Norvège, une Assemblée de notables vote une Constitution, proclame l'indépendance du payset donne la couronne à l'ancien vice-roi danois, le prince Christian-Frédéric.

 

Après plus de 400 ans de domination danoise, les représentants du peuple donnent à la Norvège sa première Constitution, toujours en vigueur aujourd'hui. Ce texte fondateur fait de la Norvège une monarchie parlementaire héréditaire et fixe les principes de la souveraineté du peuple et de l'équilibre des pouvoirs.

Mais, la Norvège, détachée du royaume du Danemark, doit accepter une nouvelle union avec la Suède. La Norvège acquerra sa totale indépendance en 1905.

 

Les Norvégiens ont fait de ce jour leur fête nationale.

Partager cet article

15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 23:01

En pleine guerre mondiale, le Britannique sir Mark Sykes et le Français François Georges-Picot négocient un accord qui prévoit le démantèlement de l'empire ottoman après la guerre et le partage du monde arabe entre les deux Alliés.

Les Français se réservent le Liban, la Syrie et la région de Mossoul, au nord de la Mésopotamie ; les Britanniques le reste de la Mésopotamie (Irak) et la Transjordanie. La Palestine doit devenir zone internationale et le port d'Alexandrette (Syrie) acquérir le statut de port franc.

 

L'accord est signé à Londres le 16 mai 1916 par sir Edward Grey, ministre britannique des Affaires étrangères, et Paul Cambon, ambassadeur de France. Il sera modifié à la marge par Lloyd George et Clemenceau, le 1er décembre 1918, de façon toute aussi secrète, Londres s'octroyant toute la Mésopotamie, y compris Mossoul, ainsi que la Palestine ; Paris la Syrie toute entière et une part de la Turkish Petroleum.

 

Par cet accord secret, mais qui sera dévoilé dès 1917, les Alliés violent outrageusement la promesse faite aux Arabes de leur offrir une indépendance complète en contrepartie de leur aide contre les Turcs, promesse dont le «colonel» Thomas Edward Lawrence, dit «Lawrence d'Arabie» s'était porté garant auprès de l'influent chérif de La Mecque, Hussein, et de son fils Fayçal.

 

La conférence de San Remo, du 19 au 26 avril 1920, confirme l'accord Sykes-Picot et les protectorats de Londres et Paris sur le Moyen-Orient.

Partager cet article

14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 23:03

1567 : Claudio Monteverdi, compositeur italien (Décédé le 29 novembre 1643).

1608 : René Goupil, missionnaire et martyr canadien d’origine française (Décédé le 29 septembre 1642).

1859 : Pierre Curie, physicien français (Décédé le 19 avril 1906).

1867 : Hjalmar Johansen, explorateur polaire norvégien (Décédé le 9 janvier 1913).

1883 : Maurice Feltin, prélat français, cardinal-archevêque de Paris de 1949 à 1966 (Décédé le 27 septembre 1975).

1891 : Mikhail Boulgakov, écrivain russe (Décédé le 10 mars 1940).

1898 : Arletty, actrice française (Décédée le 23 juillet 1992).

1903 : Jean Cavaillès, philosophe et logicien français, héros de la Résistance (Décédé le 17 février 1944).

1920 : Michel Audiard, dialoguiste, scénariste et réalisateur de cinéma, écrivain et chroniqueur de presse  (Décédé le 28 juillet 1985).

1938 : Mireille Darc, actrice française.

1953 : Mike Oldfield, musicien britannique.

1972 : David Charvet, acteur et chanteur français.

Partager cet article

13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 23:10

Le 14 mai 1643, le roi Louis XIII meurt à l’âge de 43 ans, soit 33 ans jour pour jour après l'assassinat de son père Henri IV...

Comme son fils et successeur Louis XIV n'a que quatre ans, Louis XIII a prévu avant de mourir un Conseil de régence constitué de son frère, Gaston d'Orléans, du prince de Condé, de la reine Anne d'Autriche et du ministre-cardinal Mazarin.

 

Mais la reine n'a d'autre hâte que de faire casser le testament. Le Parlement de Paris lui confie « l'administration libre absolue et entière des affaires du royaume ».

 

La régence débute sous de bons auspices avec la victoire du duc d'Enghien sur les Espagnols à Rocroi, le 19 mai 1643. Mais très vite, les choses se gâtent avec la Fronde des parlementaires et des nobles. L'autorité royale est restaurée grâce au Premier ministre, le cardinal Jules Mazarin.

 

Le traité des Pyrénées, chef d'œuvre diplomatique de Mazarin, met un terme en 1659 à la guerre avec l'Espagne et se solde par le mariage du jeune roi avec sa cousine, l'infante Marie-Thérèse d'Autriche, fille de Philippe IV d'Espagne.

 

Relire aussi :

14 mai 1610 - Henri IV est assassiné par Ravaillac

7 juin 1654 - Couronnement de Louis XIV

Partager cet article

12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 23:01

Le mardi 13 mai 1958 est le jour de l'investiture de Pierre Pflimlin, favorable à l'ouverture de négociations avec le Front de libération nationale (FLN), ce qui suscite la colère des partisans de « l'Algérie française ».

Ce 13 mai 1958, les Algérois d'origine européenne, conduits par le leader étudiant Pierre Lagaillarde, le journaliste Alain de Sérigny, le général Jacques Massu et l'agitateur Léon Delbecque, manifestent pour le maintien de la souveraineté de la France sur l'Algérie.

Tout commence par une manifestation d'anciens combattants à la mémoire de trois militaires du contingent faits prisonniers par les fellaghas et fusillés en Tunisie. Profitant de la manifestation, les partisans de l'Algérie française donnent l'assaut au bâtiment du gouvernement général sous la conduite de Pierre Lagaillarde. Après la mise à sac du gouvernement général, les émeutiers nomment un Comité de salut public.

 

Le général Jacques Massu en prend la présidence. Il envoie à Paris un télégramme : « ... exigeons création à Paris d'un gouvernement de salut public, seul capable de conserver l'Algérie partie intégrante de la métropole ». Les députés, qui n'apprécient pas cette intrusion, investissent comme prévu Pierre Pflimlin. C'est la rupture avec Alger.

 

En attendant la prise de fonctions du nouveau Président du Conseil, Félix Gaillard confie les pleins pouvoirs civils et militaires en Algérie au général Raoul Salan, qui commande l'armée sur place.

Le 14 mai, à 5 heures du matin, Massu lance un nouvel appel : « Le comité de salut public supplie le général de Gaulle de bien vouloir rompre le silence en vue de la constitution d'un gouvernement de salut public qui seul peut sauver l'Algérie de l'abandon ».

 

Le lendemain, 15 mai 1958, le général Raoul Salan prononce une allocution devant le comité de salut public, à l'intérieur du Gouvernement général d'Alger : « Vive la France, vive l'Algérie française, vive le général de Gaulle ! »

Puis il se rend sur le balcon et s'adresse à la foule rassemblée sur le Forum : « Nous gagnerons parce que nous l'avons mérité et que là est la voie sacrée pour la grandeur de la France. Mes amis, je crie : «Vive la France ! Vive l'Algérie française ! »

 

L'insurrection aura raison de la IVème République et de Gaulle instaurera rapidement la Ve République.

De sa retraite de Colombey-les-deux-Églises, Charles de Gaulle fait répondre le jour même qu'il se tient prêt à « assumer les pouvoirs de la République ».

 

Le 19 mai, il donne une conférence de presse pour dire qu'il refuse de recevoir le pouvoir des factieux d'Alger. Aux journalistes qui s'inquiètent de l'éventualité d'une dictature, il lance : «Croit-on qu'à 67 ans, je vais commencer une carrière de dictateur ?».

 

Le 27 mai, de Gaulle affirme dans un communiqué qu'il entame le processus régulier pour «l'établissement d'un gouvernement républicain». Stupeur dans la classe politique. Serait-ce un coup d'État ?

 

Pour dénouer la situation, René Coty, le président de la République, se résout le 1er juin, dans un message au Parlement, à en appeler au «plus illustre des Français... Celui qui, aux heures les plus sombres de notre histoire, fut notre chef pour la reconquête de la liberté et qui, ayant réalisé autour de lui l'unanimité nationale, refusa la dictature pour établir la République».

 

Le général forme sans attendre un gouvernement de rassemblement avec Guy Mollet, chef de la SFIO (parti socialiste), Antoine Pinay (Centre National des Indépendants, droite), Pierre Pflimlin, MRP (chrétien démocrate), Michel Debré (gaulliste)...

 

Investi de la présidence du Conseil, le général Charles de Gaulle s'attelle à la mise sur pied d'une nouvelle Constitution. Elle est approuvée par référendum le 28 septembre 1958 avec 79,2% de Oui et toujours en vigueur.

 

Le 21 décembre 1958, Charles de Gaulle est  élu président de la Ve République.

Partager cet article

11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 23:26

Après onze mois de blocus et de ravitaillement américain par voie aérienne, les soviétiques lèvent le blocus de Berlin ouest.

 

Le 24 juin 1948, les Soviétiques qui occupaient depuis 1944 l'Allemagne orientale, entament le blocus de l'enclave de Berlin-Ouest. Il s'agit d'une fraction du Grand-Berlin concédée aux Alliés occidentaux et partagée en trois zones d'occupation (anglaise, américaine, française).

Les Américains et les Anglais organisèrent un « pont aérien » pour ravitailler les berlinois de l'Ouest, soit 277.728 vols en 322 jours. Le principal aéroport actuel de Berlin, Tegel, est d'ailleurs la conséquence de ce pont aérien puisqu'il est construit en secteur français d'août à novembre 1948 pour compléter les aéroports existants de Tempelhof en secteur américain et de Gatow en secteur britannique.

Le jeudi 12 mai 1949, le blocus cesse. Dans le monde occidental, la ville était devenue le symbole de la résistance à toute tentative de l’URSS de prendre le contrôle de nouveaux territoires en Europe.

Les occidentaux prennent ainsi une revanche symbolique sur le coup de Prague, auquel ils n’avaient pu réagir que par de vaines protestations.

Berlin restera pendant quarante ans un véritable symbole, notamment après la construction du mur en 1961. Par ailleurs, la fin de ce blocus permet la création de la République Fédérale Allemande (R.F.A) dix jours plus tard. L’URSS créera un an et demi plus tard la RDA (République démocratique allemande).

Les trois secteurs occidentaux se réunirent pour former Berlin-Ouest rattaché à la RFA. Berlin-Est entra dans la R.D.A pour devenir sa capitale en 1954.

 

Voir aussi :

24 juin 1948 - Début du blocus de Berlin

7 octobre 1949 : Naissance de la RDA

12 août 1961 : Construction du Mur de Berlin

Carte animée

Partager cet article

10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 23:01

  252 : Sun Quan, empereur chinois de la dynastie des Wu occidentaux (né le 5 juillet 182)

  912 : Léon VI, dit le Sage, empereur byzantin (Né le 19 septembre 866)

1633 : Catherine de Clèves, comtesse d'Eu, veuve de Henri Ier de Guise, duc de Guise, et mère de Louis III, cardinal de Guise (Née le 1548)

1812 : Spencer Perceval, Premier ministre du Royaume-Uni (Né le 1er novembre 1762)

1857 : Eugène-François Vidocq, policier français (Né le 24 juillet 1775)

1883 : Julienne Joséphine Gauvain, alias Juliette Drouet, actrice française, passée à la postérité pour avoir été la maîtresse de Victor Hugo pendant près de 50 ans (Née le 10 avril 1806)

1891 : Alexandre Edmond Becquerel, physicien français (Né le 24 mars 1820).

1981 : Bob Marley, chanteur de reggae et guitariste jamaïcain (Né le 6 février 1945).

Partager cet article

9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 23:01

  214 : Claude II, empereur romain (Décédé en 270).

1265 : Fushimi, 92e empereur du Japon (Décédé le 8 octobre 1317).

1746 : Gaspard Monge, mathématicien français (Décédé le 28 juillet 1818).

1760 : Claude Joseph Rouget de l'Isle, compositeur français (Décédé le 26 juin 1836)

1760 : Charles de Bonchamps, commandant des armées vendéennes contre les républicains (Décédé le 18 octobre 1793).

1775 : Antoine Charles Louis de Lasalle, général français du Premier Empire (Décédé le 6 juillet 1809).

1788 : Augustin Fresnel, physicien français (Décédé le 14 juillet 1827).

1795 : Augustin Thierry, historien français (Décédé le 22 mai 1856).

1864 : Léon Gaumont, pionnier de l'industrie du cinéma (Décédé le 9 août 1946).

1899 : Fred Astaire, acteur américain (Décédé le 22 juin 1987).

1922 : Aimable Pluchard dit Aimable, accordéoniste français (Décédé le 31 octobre 1997).

1944 : Marie-France Pisier, actrice, scénariste et réalisatrice française (Décédée le 24 avril 2011).

1961 : Bruno Wolkowitch, acteur français.

1964 : Emmanuelle Devos, comédienne française.

1965 : Linda Evangelista, mannequin canadien.

1969 : Bob Sinclar, DJ français affilié à la French touch.

Partager cet article

8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 23:01

Sur le front ouest de la Première Guerre mondiale, la seconde bataille de l'Artois (du 9 au 15 mai 1915) oppose les troupes françaises et britanniques, menées par Joseph Joffre, à l'armée allemande commandée par le prince Rupprecht de Bavière.

Le bombardement visant à démolir les positions ennemies débute le dimanche 9 mai, à 6h du matin.

À 10h00, l'assaut à la baïonnette et à la grenade démarre. Le 33e corps d’armée, commandé par le général Pétain, attaque sur un front large de 6 km.

En quelques heures, les assaillants parviennent à submerger le système de tranchées allemand, progressant de plus de 3 km vers la crête de Vimy. Mais les réserves, disposées trop loin du front, sont incapables de rejoindre les lignes suffisamment vite pour exploiter cette spectaculaire percée, alors que l’artillerie française est désormais incapable de protéger les unités les plus avancées. Les Allemands se ressaisissent et contre-attaquent.

 

Le coût humain de cette grande offensive, sans résultat stratégique majeur, fut tragique pour l’armée française : 102.000 pertes, soit le double de celles subies par les Allemands lors de l’ensemble des attaques françaises et britanniques entre Arras et Festubert.

Les combats se prolongent pendant une semaine, avec des affrontements sauvages sur les hauteurs de Notre-Dame-de-Lorette. Au final, le résultat de l’offensive française est limité : les villages de Carency et d’Ablain-Saint-Nazaire ont été pris, mais la crête de Vimy, et donc le contrôle de la plaine minière, restent dans les mains allemandes.

 

Partager cet article

7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 23:01

Durant la guerre de Cent Ans (1337-1453), les préliminaires d'un traité de paix entre les rois de France et d'Angleterre sont signés à Brétigny (Eure-et-Loir).

 

Depuis sa défaite à Poitiers (19 septembre 1356), le roi de France Jean II « le Bon », prisonnier des Anglais, cherche à obtenir sa libération : pourparlers et accords avec Édouard III se succèdent, tandis que le dauphin Charles (futur Charles V, « le Sage »), qui a pris le titre de régent du royaume, affronte des crises politiques.

Dans ces tentatives de paix, la papauté adopte sa posture traditionnelle de médiateur : ses légats ménagent les rencontres qui aboutissent aux préliminaires de paix de Brétigny (8 mai 1360), confirmés par les deux rois à Calais (24 octobre 1360).

 

Le roi Jean II cède, en pleine souveraineté, une grande Aquitaine (de la Loire aux Pyrénées), les comtés de Guînes et de Ponthieu, ainsi que Calais, et se soumet au paiement d'une rançon de 3 millions d'écus en versements échelonnés. Le roi d'Angleterre Edouard III renonce à revendiquer le trône de France et s'engage à évacuer les forteresses qu'il tient sur le territoire du roi de France.

Les conditions du traité sont catastrophiques pour la monarchie des Valois. Elles ramènent le domaine capétien à ce qu'il était au début du règne de Philippe Auguste, 150 ans auparavant.

En réalité, elles ne seront jamais appliquées grâce à l'habileté et à l'énergie du Dauphin, futur Charles V.

Les conflits entre les deux pays reprendront 9 ans plus tard.

Partager cet article

6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 23:01

Le vendredi 7 mai 1954, le camp retranché de Diên Biên Phu tombe aux mains du Vietminh. Un siècle de présence française en Indochine se termine dans cette cuvette où le général Henri Navarre a concentré 15.000 hommes, avec l'objectif de desserrer l'étau des communistes vietnamiens sur le riche delta du Tonkin.

Depuis 1946, la France a engagé des moyens militaires importants en Indochine afin de combattre le Viêt Minh (organisation armée du parti communiste vietnamien), dirigé par Hô Chi Minh qui lutte pour l'indépendance.

Dans la soirée du 6 mai 1954, c’est le déchaînement de l’artillerie Viêt Minh et de toutes les armes dont elle dispose.

Durant cette bataille, le corps expéditionnaire français comptera 3.000 tués et un nombre très important de blessés. 10.300 seront faits prisonniers, mais les effroyables conditions de détention des camps Viêt Minh sont telles que seulement 3.300 d’entre eux reviendront de captivité.

La chute de Diên Biên Phû, le 7 mai 1954, intervient quelques jours après l'ouverture de la conférence de Genève à laquelle participent les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l'URSS et la Chine communiste.

Le 21 juillet 1954, les accords de Genève mettront fin à cette guerre.

La France quitta la partie nord du Viêt Nam, après ces accords de Genève, qui instauraient une partition du pays de part et d'autre du 17e parallèle Nord.

 

Cette bataille de Dien Bien Phu est une étape importante de la fin de l’Empire colonial français. Elle est ressentie en Algérie comme une défaite des Français face à une révolution populaire.

 

Partager cet article

5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 23:01

Le « Grand Siècle » de Louis XIV reste marqué par l’image d’un roi absolu et d’un Etat puissant. Investi très jeune dans ses fonctions, éduqué par le Cardinal Mazarin, le Roi-Soleil pose les fondements de l’absolutisme.

Le 6 mai 1682, il s’installe, entouré de sa Cour, au château de Versailles, meilleur symbole de son pouvoir et de son influence en Europe.

Jusqu’à son installation au château de, le Roi impose à la Cour des déplacements fréquents. Louis XIV et ses courtisans séjournent au palais du Louvre puis aux Tuileries, dans les châteaux de Saint-Germain-en-Laye, de Vincennes et Fontainebleau.

Les travaux de l’architecte Louis Le Vau et du jardinier André Le Nôtre, pour transformer le pavillon de chasse de Louis XIII en résidence royale, ont commencé en 1661. Ils dureront pendant tout le règne du Roi-Soleil et coûteront 82 millions de livres à l'Etat, au grand désespoir de son administrateur, Colbert.

 

Affaibli par 72 années de règne, Louis XIV meurt le 1er septembre 1715. Il est inhumé à la basilique Saint-Denis et lègue le trône à son arrière-petit-fils Louis XV, alors âgé de 5 ans.

Partager cet article

5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 20:56

Les négociations entre le gouvernement, le RPCR (Rassemblement pour la Calédonie dans la République française) et le FLNKS (Front de libération national kanak socialiste) aboutissent à la signature de « l’accord de Nouméa ».

 

La Nouvelle-Calédonie est sur la voie de la décolonisation

L’accord prévoit le transfert de certaines compétences de la France vers la Nouvelle-Calédonie dans de nombreux domaines à l'exception de ceux de la défense, de la sécurité, de la justice et de la monnaie. Négocié à la suite des accords de Matignon de 1988 (avaient mis fin au conflit entre les indépendantistes kanaks et les anti-indépendantistes caldoches), l'accord de Nouméa est signé le 5 mai 1998 à Nouméa sous l'égide de Lionel Jospin.

 

Ces accords prévoient l'organisation dans 20 ans d'une consultation de la population locale sur le transfert des compétences régaliennes à la Nouvelle-Calédonie.

 

Ont signé l'accord de Nouméa :

Au nom de l'État :

  • Lionel Jospin, Premier ministre, les négociations ayant été menées en son nom par son conseiller à l'intérieur Alain Christnacht,
  • Jean-Jack Queyranne, secrétaire d'État à l'outre-mer auprès du ministre de l'Intérieur, les négociations ayant été menées en son nom par son directeur de cabinet Thierry Lataste.

Au nom du Rassemblement pour la Calédonie dans la République (RPCR, anti-indépendantiste) :

  • Jacques Lafleur, président du RPCR, président de l'Assemblée de la Province Sud et député de la 1re circonscription,
  • Pierre Frogier, député de la 2e circonscription, 1er vice-président de l'Assemblée de la Province Sud et maire du Mont-Dore,
  • Simon Loueckhote, sénateur de la Nouvelle-Calédonie et élu de l'Assemblée de la Province des îles Loyauté et du Congrès ainsi que conseiller municipal d'Ouvéa,
  • Harold Martin, président du Congrès du Territoire, élu de l'Assemblée de la Province Sud et maire de Païta,
  • Jean Lèques, maire de Nouméa, élu de l'Assemblée de la Province Sud et du Congrès,
  • Bernard Deladrière, directeur de cabinet du président de l'Assemblée de la Province Sud Jacques Lafleur.

Au nom du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS, indépendantiste) :

  • Rock Wamytan, président unitaire du FLNKS, membre de l'Union calédonienne (UC), grand-chef de la tribu de Saint-Louis et du district du Pont-des-Français, élu de l'Assemblée de la Province Sud et du Congrès,
  • Paul Néaoutyine, chef du Parti de libération kanake (Palika) et de l'Union nationale pour l'indépendance (UNI), élu de l'Assemblée de la Province Nord et du Congrès ainsi que maire de Poindimié,
  • Charles Pidjot, membre de l'UC, neveu de l'ancien député Rock Pidjot,
  • Victor Tutugoro, porte-parole de l'Union progressiste mélanésienne (UPM).

 

Liens du jour :

Accord sur la Nouvelle-Calédonie (Texte officiel)

4 septembre 1774 - Découverte de la Nouvelle-Calédonie par James Cook

24 septembre 1853 - La Nouvelle Calédonie devient officiellement française

Partager cet article

3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 23:01

Les Jeux olympiques d'été de 1924, Jeux de la VIIIe Olympiade de l'ère moderne, ont été célébrés à Paris, en France, du 4 mai au 27 juillet 1924. Pour ses adieux aux jeux, le baron Pierre de Coubertin milita en faveur de la capitale française, qui organisa ainsi ses deuxièmes jeux après ceux de 1900.

Les VIIIèmes Jeux Olympiques d'été débutent par le rugby au stade de Colombes (Hauts-de-Seine). La devise olympique : « Citius, Altius, Fortius » (plus vite, plus haut, plus fort) sera introduite lors de ces J.O qui mettront en compétition 3.089 athlètes (dont 135 femmes) de 44 pays.

 

Avec les Jeux de Paris de 1924, les Jeux Olympiques s'imposent comme un événement international majeur et populaire.

126 épreuves dans 17 sports jusqu’au 27 juillet

Les compétitions seront marquées par la performance du coureur finlandais Paavo Nurmi qui remportera 5 médailles d'or.

Ce seront aussi les derniers Jeux où le tennis figurera au programme avant sa réintroduction en 1988 avec les professionnels.

Partager cet article

Par Archimède - dans Sport
commenter cet article
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 00:01

Le jeudi 3 mai 1979, les Conservateurs remportent les élections législatives en Grande-Bretagne et pour la première fois une femme devient Premier ministre de sa Majesté.

Entourée de fidèles comme elle convaincue de l'urgence de revenir aux sources du conservatisme, Margaret Thatcher évince en 1975 Edward Heath de la tête du parti conservateur.

Quatre ans plus tard, bénéficiant du mécontentement général dû à une nouvelle grève des mineurs et à la pression fiscale, elle met le gouvernement travailliste de James Callaghan en minorité et remporte les élections législatives.

À la tête du gouvernement britannique pour plus de dix ans, Margaret Thatcher entamera une révolution conservatrice sans guère de précédent.

Elle mènera une politique de libéralisation avec une détermination inflexible, ce qui lui vaudra le surnom de « dame de fer ». Cette politique, qui rendra une certaine prospérité à la moyenne bourgeoisie, accentuera les inégalités sociales.

Suite à des luttes internes au sein du parti conservateur, Margaret Thatcher démissionnera en novembre 1990.

Partager cet article

1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 23:01

Le 2 mai 1935 est conclu un pacte d'assistance mutuelle franco-soviétique entre Pierre Laval et Joseph Staline. Ce traité, signé à Paris, promet assistance mutuelle entre les deux pays suite à la menace nazie qui gronde sur l'Europe.

 

Face à la montée du fascisme, les deux pays tentent de réactiver les liens privilégiés qu’ils avaient entre 1891 et 1917.

 

Mais la France ratifie ce traité avec de grosses difficultés. Par ailleurs, ce traité n’inclut pas de convention militaire. De fait, il sera laissé de côté à cause du manque de conviction des deux partis. Les gouvernements qui suivront ne voient pas d'un bon œil une coopération militaire avec les Soviétiques. Finalement, la Russie se tournera vers l’Allemagne avec le pacte germano-soviétique de 1939.

Partager cet article

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Pensée du moment

 
 

Calendrier lunaire