Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 23:01

1882 - Suisse : mise en service du tunnel ferroviaire du Saint-Gothard (16,3 km), le plus long tunnel du monde à l'époque.

1893 - France : mise en service du tronçon Aire-sur-la-Lys  / Fruges de la ligne Aire-sur-la-Lys  / Berck-Plage.

1894 - France : ouverture de la ligne Livron - Aspres reliant les Hautes-Alpes à la vallée du Rhône.

1910 - France : mise en service du chemin de fer de Brioude à Saint-Flour (compagnie du Midi/PLM)

1924 - France : mise en service de la section Castéra-Verduzan-Eauze du chemin de fer d'Eauze à Auch (compagnie du Midi)

1958 - Italie, Suisse : mise en service du TEE Lemano entre Milan et Genève.

1975 - Italie : suppression de l'Aurora en tant que TEE entre Rome et Reggio de Calabre.

1980 - Suisse : mise en service de la liaison ferroviaire entre la ville et l'aéroport de Zurich-Kloten.

2000 - Italie : le réseau ferroviaire italien est ouvert à la concurrence, les nouveaux exploitants devant obtenir une licence d'entreprise ferroviaire. Les chemins de fer de l'État, Ferrovie dello Stato filialisent leurs activités de transport en créant Trenitalia.

2005 : Lors du sommet de la Communauté des États sahélo-sahariens(Cen-Sad) à Ouagadougou (Burkina Faso), les chefs d’État ont décidé de mettre en étude la construction d’une ligne de chemin de fer reliant la Libye, le Tchad, le Niger, avec des bretelles vers le Burkina Faso, le Mali et le Sénégal, afin de faciliter les échanges et de désenclaver l’espace Cen-Sad.

2016 - Suisse : inauguration du tunnel de base du Saint-Gothard long de 57,1 km, soit le plus long tunnel ferroviaire du monde.

Repost 0
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 23:01

Le TGV Nord, troisième train à grand vitesse en France après Paris-Lyon et Paris-Nantes, a été mis en service le dimanche 23 mai 1993. Les TGV continuant ensuite vers les grandes villes du Nord-Pas-de-Calais par ligne classique.  Le prolongement de la ligne vers Lille et le tunnel sous la Manche sera ouvert le 23 septembre de la même année. Aujourd’hui, grâce au TGV Nord, Lille est à 1h de Paris, 1h20 de Londres et 35mn de Bruxelles.

Un projet repoussé

À l’origine, le TGV Nord devait être le premier à voir le jour en France. Dans les années 1960, une ligne à grande vitesse est envisagée pour améliorer la liaison entre la France, la Belgique et la Grande Bretagne. Le projet est lié à la réalisation du tunnel sous la Manche.

 

En 1975, le gouvernement britannique met un grand coup de frein. Le projet de tunnel sous la Manche est abandonné. La SNCF s’intéresse alors à la desserte entre Paris et Lyon. Et c’est la ligne TGV Sud-est qui sera la première réalisée en France.

Six ans plus tard, le projet de tunnel sous la Manche est ressorti des cartons. La France et la Grande Bretagne lancent de nouvelles études. En 1987, la construction du tunnel sous la Manche est décidée. Le TGV Nord est à nouveau sur les rails.

Le TGV Nord est inauguré le 18 mai 1993 par François Mitterrand, cinq jours avant sa mise en service.

Le président de la République a pris place dans la cabine aux côtés du conducteur Joël Deroubaix.

La LGV Nord

La LGV Nord, ou ligne nouvelle 3 (LN3), est une ligne à grande vitesse française de 333 km de long reliant Paris à la frontière belge et au tunnel sous la Manche via Lille, mise en service en mai 1993. Autorisant en service commercial une vitesse de 300 km/h, elle a permis à sa création d'accélérer sensiblement les liaisons ferroviaires entre Paris et le nord de la France, mais aussi la Belgique et la Grande-Bretagne. Son tracé est jumelé avec celui de l'A1 sur 130 km. Située en totalité en plaine, elle ne comporte pas de rampe supérieure à 25 pour mille. La circulation y est entièrement contrôlée depuis le poste d'aiguillage et de régulation (PAR) de Lille.

Chronologie

20 janvier 1986 : François Mitterrand et Margaret Thatcher se rencontrent à Lille, et décident la construction d’un tunnel sous la Manche dont la concrétisation prendra trois ans. Jacques Chirac décide alors de confier la construction du TGV Nord à la SNCF le tracé sera celui de l'autoroute Paris-Lille

1988 : Les archéologues organisent les fouilles avant les premiers travaux de terrassement.

Novembre 1989 : Les ministres des transports Européens tiennent un congrès à La Haye et fixent l’avenir du TGV Nord avec un calendrier prévisionnel.

2 septembre 1991 : Début de la pose des rails

9 septembre 1992 : Mise sous tension des caténaires

20 octobre 1992 : Premiers essais de circulation

23 Mai 1993 : La première rame à grande vitesse du TGV Nord circule à 300 km/h sur la Ligne à Grande Vitesse entre Paris et Arras.

26 Septembre 1993 : La Ligne à Grande Vitesse s’ouvre totalement au service jusqu’à Lille et Calais.

1994 : La ligne s’enrichit d’une connexion vers Londres avec le tunnel sous la Manche où circulent les Eurostar.

2 juin 1996 : Mise en service de la dernière section entre Lille et la frontière belge. Le lien avec la LGV de la frontière à Bruxelles où circulent les Thalys.

1998 : La ligne fait le lien avec la LGV vers Anvers, Cologne et Amsterdam.

 

Voir également :

22 septembre 1981 - Voyage inaugural pour le TGV

13 août 1986 - Fondation d’Eurotunnel

Repost 0
2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 23:01

La SNCF, Alsthom et RFF s’offrent un coup publicitaire de premier choix en établissant un nouveau record de vitesse sur rail : 574,8 km/h sur la ligne à grande vitesse (LGV) Est-européenne.

Une rame de TGV spéciale a officiellement battu mardi 3 avril à 13h14 le record du monde de vitesse sur rails à 574,8km/h, selon une annonce à bord, dépassant le précédent record établi en 1990 par un TGV à 515,3km/h.

Ce nouveau record, atteint au point kilométrique 191, dans le sens Strasbourg-Paris, a été homologué par deux huissiers présents à bord de la rame baptisée V150.

 

Le but affiché était de dépasser le record de mai 1990, soit 515,3 km/h, en roulant à au moins 540 km/h, soit une vitesse de 150 mètres par seconde, nom de code de l'opération (V150).

Le TGV a déjà atteint 560 à 570 km/h au cours de plusieurs dizaines d'essais officieux non homologués effectués depuis mi-janvier: au moins 559 km/h selon la SNCF.

Alors que la crise pétrolière redonne de l’intérêt pour le train à grande vitesse face à l’avion, Alsthom cherche à démontrer sa suprématie à l’échelle mondiale. De son côté, la SNCF met ainsi en valeur sa nouvelle ligne à grande vitesse Paris-Strasbourg qui doit être commercialisée le 10 juin suivant.

Repost 0
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 00:01

 

 

 

  337 : Jules Ier est élu pape.

  886 : Effondrement du Petit-Pont à Paris suite à une crue.

1221 : Mariage du roi d'Aragon Jacques Ier avec Aliénor de Castille.

1340 : Édouard III est reconnu « roi d'Angleterre et de France » par le Parlement de Gand.

1577 : Henri de Navarre est reconnu comme chef du parti huguenot français.

1626 : Signature de la Paix de La Rochelle entre les Huguenots rebelles et la couronne de France.

1626 : Sur proposition de Richelieu, rédaction d'un édit royal contre les duellistes qui sont privés de noblesse ; le duel ayant entraîné mort d’homme est considéré comme crime de lèse-majesté.

1650 : Visite du jeune roi Louis XIV à Rouen.

1701 : Début de la Guerre de Succession d'Espagne ; Philippe d'Anjou entre à Madrid, en tant que Philippe V d'Espagne, tandis que l'armée française occupe le sud des Pays-Bas espagnols.

1715 : La Paix d'Utrecht met fin à la guerre entre l'Espagne et le Portugal.

1778 : Signature, à Versailles, d'un Traité d'alliance et d'un Traité d'amitié et de commerce, entre la France et la Révolution américaine, représentées par le comte de Vergennes et Benjamin Franklin.

L'Angleterre déclare la guerre à la France.

1800 : Le physicien Alessandro Volta invente la pile électrique, composée de lamelles de cuivre et de zinc.

1819 : La Compagnie anglaise des Indes orientales établit un comptoir à Singapour.

1831 : Couronnement du pape Grégoire XVI.

1840 : Traité de Waitangi, entre les Māori et les Anglais, par lequel la Nouvelle-Zélande devient britannique (fête nationale).

1863 : Napoléon III proclame l'Algérie « royaume arabe », en demandant l'égalité entre Algériens et Français.

1869 : La Grèce accepte d'évacuer la Crète à la suite d'un ultimatum turc.

1881 : Fondation de l'Union vélocipédique française, future Fédération française de cyclisme.

1895 : La Nouvelle-Zélande entre dans l'Empire britannique.

1897 : La Crète proclame son rattachement à la Grèce.

1899 : Ratification du traité de Paris par lequel l'Espagne cède aux États-Unis : Cuba, Porto Rico, Guam et les Philippines, moyennant un versement de 20 millions de dollars.

1902 : Un accord franco-éthiopien en vue de la construction d'un chemin de fer Djibouti-Addis-Abeba provoque des protestations de la part des Anglais et des Italiens.

1904 : Apparition au générique d'un film de la margueritte qui sert, aujourd'hui encore comme logo de Gaumont.

1918 : Institution du suffrage universel avec vote des femmes au Royaume-Uni.

1919 : Les femmes obtiennent le droit de vote au Luxembourg.

1922 : Pie XI succède à Benoît XV au Vatican.

1932 : Coup de force fasciste à Memel (Lituanie).

1934 : En France, le 6 février 1934, de violents incidents sur la Place de la Concorde, à Paris. Voir détails

1935 : Le congrès des soviets approuve la politique de Staline.

1936 : Début des IVe jeux Olympiques d'hiver à Garmisch-Partenkirchen.

1937 : En Chine, Tchang Kaï-chek est mis en difficulté par la rébellion des généraux du Nord qui devaient combattre les communistes.

1941 : Staline succède à Molotov et devient chef du gouvernement soviétique (officiellement président du Conseil des commissaires du peuple).

1952 : Élisabeth II devient reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, et chef du Commonwealth.

1954 : L'assemblée constituante du Cachemire demande le rattachement à l'Inde.

1958 : à Munich, l'avion transportant l'équipe de football de Manchester s'écrase : vingt-et-un morts.

1964 : La France et la Grande-Bretagne décident de la construction d'un tunnel ferroviaire sous la Manche.

1968 : Début des Xe jeux Olympiques d'hiver à Grenoble.

1971 : Alan Shepard se détend en jouant au golf… sur la Lune.

1973 : Incendie du Collège Édouard-Pailleron : 20 morts.

1984 : Des milices antigouvernementales s'emparent du contrôle de la plus grande partie des quartiers musulmans de Beyrouth et réclament la démission du président chrétien Amine Gemayel.

1991 : L'Irak rompt ses relations diplomatiques avec la France, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Italie, l'Arabie saoudite et l'Égypte.

1995 : Près de 2.700 communes françaises dans 31 départements sont reconnues en état de catastrophe naturelle, à la suite des récentes inondations.

1995 : Premier arrimage spatial entre la navette Discovery et la station Mir. Le lieutenant-colonel Eileen Collins, première femme pilote de navette spatiale était aux commandes.

1998 : Le préfet de Corse, Claude Érignac, 60 ans, est abattu en pleine rue à Ajaccio par deux hommes armés. Bernard Bonnet lui succédera.

1998 : Louis Schweitzer, président de Renault comparaît devant la justice belge dans le cadre de la fermeture des usines de Vilvorde.

1999 : Ouverture à Rambouillet de la conférence de paix sur le Kosovo, qui ne débouchera sur aucun accord en raison de l'intransigeance serbe.

2000 : La sociale-démocrate Tarja Halonen devient la première présidente finlandaise.

2001 : Le chef de la droite nationaliste, Ariel Sharon, est élu Premier ministre d'Israël, face à son rival Ehoud Barak, Premier ministre démissionnaire.

2001 : L'écrivain Phil Marso décide de faire du 6 février la journée mondiale sans téléphone. Voir détails

2002 : Les États-Unis se retirent du traité instituant la Cour pénale internationale.

2004 : Un attentat dans le métro de Moscou à une heure de grande affluence, attribué aux indépendantistes tchétchènes, fait une quarantaine de morts.

2004 : Un séisme de 6,9 sur l'échelle ouverte de Richter secoue la Papouasie et tue au moins 23 personnes.

2005 : Au Togo, Faure Gnassingbé est élu président de l'Assemblée, après modification de la Constitution par les députés pour lui permettre de succéder légalement à son père.

Repost 0
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 00:01

Le 23 décembre 1933, en soirée, le train rapide Paris - Strasbourg percute par l'arrière un train express Paris – Nancy qui était à presque à l'arrêt à Pomponne (à 25 km à l'est de Paris, aujourd'hui dans le département de Seine-et-Marne).

L’express No 55 Paris - Nancy était d'un train supplémentaire mis en place par la Compagnie des chemins de fer de l'Est qui exploitait alors le réseau pour l'Est de la France, pour faire face à l'afflux de voyageurs pour les fêtes de fin d'année. Or, pour ces trains supplémentaires, on utilisait généralement d'anciens wagons de voyageurs dont la caisse était entièrement en bois avec seulement le châssis en acier.

La puissante locomotive de type 241 Mountain, du rapide No 25-bis Paris - Strasbourg est venue percuter, dans le noir, le dernier wagon du Paris - Nancy, le chevauchant et détruisant ainsi sa caisse en bois et celles des 4 wagons suivants.

 

C'est le deuxième accident ferroviaire le plus meurtrier en France après l'accident de Saint-Michel-de-Maurienne en 1917. On dénombre 204 morts et 120 blessés. Une chapelle ardente est dressée dans la salle à bagages de la gare de Paris-Est, lieu de départ des deux trains. Le président de la République Albert Lebrun vient s’y recueillir.

 

L'enquête ouverte ne put déterminer les réelles causes de l'accident, seules plusieurs hypothèses furent avancées.

Cause humaine

Il semblerait que le mécanicien du train tamponneur ait été daltonien. Ne pouvant discerner la couleur des feux de signalisation dans la nuit, il aurait interprété le signal d'annonce protégeant le train Paris - Nancy comme étant un signal de voie libre. Ce handicap n'était alors pas détecté lors de l'embauche du personnel roulant. D'autre part, du fait de cantons courts de block-système (les signaux en tôle étaient manœuvrés par les trains eux-mêmes. De nuit, la position des panneaux était fournie par des feux produits par des lampes à pétrole), les signaux d'annonce étaient positionnés dans le canton précédent.

Cause climatique

Au vu des conditions météorologiques de cette nuit, en particulier du gel, on ne peut pas non plus exclure un raté de fermeture des signaux devant protéger le train Paris-Nancy.

En effet, les sémaphores ou cocardes étant manœuvrées mécaniquement, le dispositif de commande à distance était susceptible de se gripper en cas de formation de givre sur les organes mobiles ou de gel des lubrifiants.

Facteurs aggravants

Le bilan humain se révéla extrêmement élevé du fait de l'utilisation de voitures en bois.

 

Conséquences

Conséquence de la catastrophe, les voitures à caisse en bois durent être progressivement retirées du service. Cette opération ne fut toutefois achevée que vers 1962 par la SNCF. Entretemps, de 1935 à 1937, la signalisation des grands réseaux de chemins de fer français avait été simplifiée et harmonisée.

 

Les points significatifs furent (signalisation Verlant, mise en place en 1936) :

  1. remplacement des lampes à pétrole par des ampoules électriques beaucoup plus lumineuses ;
  2. remplacement de la couleur verte d'annonce par la couleur jaune, beaucoup plus perceptible. Le signal d'annonce n'est plus constitué de deux feux verts faiblement lumineux, mais par un seul feu jaune ;
  3. remplacement des deux couleurs de sémaphore d'arrêt (une verte et une rouge) par un seul feu rouge ;
  4. remplacement de la couleur de voie libre, le blanc (pouvant être confondu avec n'importe quelle lampe d'éclairage) par la couleur verte ;
  5. conjugaison des feux : un signal mécanique ayant un sémaphore et un avertissement fermés présentait quatre feux : deux verts de l'avertissement et un vert et un rouge du sémaphore. Si l'avertissement était ouvert, on avait alors deux feux blancs de l'avertissement ouvert et toujours les feux rouge et vert du sémaphore fermé. Avec l'électricité et la signalisation Verlant, on n'indique que la signalisation la plus contraignante : sémaphore fermé = un feu rouge, sémaphore ouvert mais avertissement fermé = un feu jaune, signaux ouverts = un feu vert.

 

Voir aussi : 12 décembre 1917 - Accident ferroviaire de Saint-Jean-de-Maurienne

 

Repost 0
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 00:01

Le samedi 26 novembre 1966, le général de Gaulle inaugure la première usine marémotrice au monde. Elle symbolise l'âge d'or de la technologie française et marque la modernisation du pays.

 

Historique de la construction

La décision de construire une usine marémotrice (centrale électrique qui tire son énergie de la force des marées) à l’embouchure de la Rance a été prise dans les années 60 alors que la France lance sa politique d’indépendance énergétique (1ère centrale nucléaire de Chinon et campagne de construction de grands barrages hydrauliques).

Devant la faiblesse de l'activité industrielle en Bretagne, pour favoriser l'implantation d'industries nouvelles, il avait été promis d'améliorer la fourniture de l'énergie, en particulier la quantité de l'électricité. C'est dans ce Plan qu'étaient prévus les travaux de construction de l'usine marémotrice et du « barrage-route » sur la Rance.

La construction du barrage est autorisée en 1960 par le ministère de l’Industrie. Les travaux débutent en 1961 après 10 ans de démarches institutionnelles et administratives. Ils ont duré 6 ans et mobilisés plus de 600 ouvriers.

 

Le principe de l'énergie marémotrice

L'énergie marémotrice est une énergie renouvelable et propre produite en captant l'énergie des marées. Le captage de l'énergie marémotrice n'est pas une technique récente par rapport aux autres projets de production d'électricité à partir de l'eau. En effet au Moyen-Âge de nombreux moulins à marée existaient dans toute la Bretagne.

 

Le fonctionnement de l’usine marémotrice

Le fonctionnement de l’usine marémotrice dépend de la différence entre la hauteur d’eau de chaque côté du barrage et du débit de l’eau. De ce fait, l’usine marémotrice de la Rance fonctionne au rythme des marées en utilisant la variation du niveau de la mer qui chaque jour monte et descend deux fois.

Le barrage de la Rance a ainsi été construit dans une zone où les variations de hauteur du niveau de la mer sont importantes avec 13,50 m d’amplitude maximale. Il permet de créer une retenue d’eau : le bassin de la Rance.

La spécificité de l’usine marémotrice de la Rance est qu’elle peut produire de l’électricité lorsque la marée descend mais aussi quand elle monte. Cela est possible grâce aux groupes de production de type « Bulbe » qui fonctionnement dans les deux sens et se prêtent à l’exploitation d’un barrage avec un dénivelé inférieur à 30 m et un très fort débit.

 

Caractéristiques de l'usine marémotrice de la Rance

Usine : 390 m de long et 33 m de large abritant 24 groupes de production de type « bulbe » de 10 MW chacun.

Débit maximum turbiné : 6 600 m3/s.

Équivalent consommation : 225 000 habitants, soit la ville de Rennes.

Digue en enrochement : 163 m de long.

Barrage mobile : 115 m de long, équipé de 6 vannes de type « wagon » d’une hauteur de levée de 10 m et d’une largeur de 15 m.

Bassin : 184 000 000 m³ d’eau / 22 km2.

Route départementale 168 : 30 000 véhicules par jour en moyenne et jusqu'à 60 000 en été.

Écluse : 65 m de long et 13 m de large permettant le passage d’environ 20 000 bateaux par an.

 

Situation

L’usine est située à l'embouchure de l’estuaire de La Rance, entre Dinard et Saint Malo.

 

Allocution prononcée lors de l'inauguration de l'usine marémotrice de la Rance

 

 

Lien : Article détaillé sur l’usine marémotrice de la Rance

Repost 0
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 00:01

 

1863 : un décret approuve les statuts de la société anonyme dénommée Compagnie des chemins de fer de la Vendée faits à Paris par acte devant notaire le 12 octobre 1863. Les adjudicataires apportent les concessions à la société. L'ensemble des lignes du réseau de la compagnie est mis sous séquestre par décret du 9 juin 1877, le tribunal de commerce de la Seine déclare la société en faillite par le jugement du 22 juin 1877 et le 25 mai 1878 le réseau racheté par l'État est intégré dans l'administration des chemins de fer de l'État.

 

1909 : un accident ferroviaire a lieu au cours d'essais de charge du pont de Cassagne situé sur le territoire de la commune de Planès (Pyrénées-Orientales). Il coûte la vie à 6 personnes dont l'ingénieur Albert Gisclard, concepteur de ce pont suspendu sur la ligne de Cerdagne. L'ouvrage est un pont suspendu d'une longueur totale de 253 mètres et d'une portée de 156 mètres, comportant deux piles en maçonnerie de 32 et 28 mètres de hauteur surmontées chacune d'un pylône métallique d'une hauteur de 30 mètres.

 

1912 : ouverture de la section Pigalle - Jules Joffrin de la ligne A du « Nord-Sud » (Société du chemin de fer électrique souterrain Nord-Sud de Paris). Elle deviendra la ligne 12 du métro Parisien. La concession « Nord-Sud » (absorbée par sa concurrente, la CMP - Compagnie du chemin de fer Métropolitain de Paris - en 1931) comportait trois lignes :

-          ligne A : Porte de la Chapelle - Montmartre - Montparnasse - Porte de Versailles ;

-          ligne B : Saint-Lazare - Porte de Saint-Ouen et Porte de Clichy ;

-          ligne C : Montparnasse - Porte de Vanves.

 

1942 : à Montauban (Tarn-et-Garonne), le cheminot Léon Bronchart refuse de conduire un train de prisonniers. Ce sera le seul cas connu en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Déporté au camp de Dora, Léon Bronchart a reçu plus tard le titre de Juste parmi les nations de la part du Mémorial de Yad Vashem.

« Quand, en attendant ma mise en tête, j'assiste à l'évolution d'une rame que l'on ajoute au train que je dois emmener. Sur les marchepieds des éléments de la Police d'État gardent les portières, j'effectue ma mise en tête et je m'enquiers auprès du sous-chef de gare de la raison d'un tel service d'ordre et de sécurité. Il m'apprend que ce sont des internés politiques que l'on transfère d'Eysse à Saint-Pol-des-Jeaux. Aussitôt ma détermination est prise, je refuse d'emmener le train. Chef de gare, chef de dépôt, sous-chef de dépôt, inspecteur viennent au pied de la machine discuter avec moi : malgré les conseils, les objurgations, les sommations, les menaces, j'ai continué à refuser ; quand j'en ai eu assez, j'ai coupé moi-même la machine, et avancé auprès du mat. Rentré au dépôt, je me suis rendu au bureau du chef de dépôt, au sous-chef, j'ai dit : Si vous voulez, faites venir un médecin pour qu'il puisse constater que je ne suis ni fou, ni ivre. »

 

1968 : fermeture des lignes encore ouvertes (lignes Cheylard - Dunières, Cheylard - Tournon et Cheylard - La Voulte-sur-Rhône) du réseau du Vivarais de la compagnie de chemins de fer départementaux (CFD).

C’était un réseau de chemin de fer à voie métrique qui desservait les départements de l'Ardèche et de la Haute-Loire. L'ensemble du réseau mesurait 201,2 km.

La ligne Raucoules - Yssingeaux - La Voûte sur Loire était fermée depuis le 28 février 1952.

Deux sections ont été conservées :

-          La ligne Tournon - Lamastre, remise en service dès 1969 par la Société des Chemins de Fer Touristiques et de Montagne (CFTM) issue d'un groupe d'amateurs lyonnais. Elle est exploitée par le chemin de fer du Vivarais.

-          La section Dunières - Saint-Agrève, rouverte le 16 août 1970 et exploitée par l'association Voies ferrées du Velay.

 

2001 : le déraillement à Saubusse (Landes) d'un TGV reliant Paris à Hendaye et roulant à 130 km/h sur une voie classique.  L'accident est dû à la rupture d'un rail, fait six blessés légers.

Repost 0
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 23:01

Le chemin de fer atteint Toulouse en 1856 avec la ligne venant de Bordeaux (mise en service le 30 août)

Le premier bâtiment destiné aux voyageurs est inauguré le 16 octobre 1856.

Le trafic augmentant rapidement avec l'ouverture de plusieurs lignes, un nouvel édifice est reconstruit à la place de l'ancien de 1903 à 1905.

 

Débarcadère du chemin de fer à Toulouse Matabiau

La gare de Toulouse (que l’on appelait à l’époque « débarcadère du chemin de fer ») est construite en un temps record (un an et demi) dans le quartier de Matabiau,

Le bâtiment comprend un pavillon central et deux ailes.

En forme de U, comme la gare actuelle, le bâtiment est toutefois plus petit et beaucoup moins haut que le bâtiment actuel.

En 1864, la première marquise est créée par l’entreprise de Gustave Eiffel. En 1895 une marquise supplémentaire est rajoutée.

 

Le premier souterrain est bâti en 1899 (c’est l’actuel souterrain dans le prolongement du hall départ).

Cette première gare sera détruite pour laisser place en 1905, au bâtiment actuel. Il subsiste actuellement de ce premier bâtiment :

La façade en brique rouge donnant sur le quai n°1, en effet la marquise « Eiffel » de 1864 s’appuie encore sur cette façade.

Le souterrain dans le prolongement du hall départ.

 

Origine du nom Matabiau

Le nom Matabiau vient de l'Occitan « mata buoù », qui signifie « tuer le bœuf ».

Au IIIème siècle, Saturnin est le premier évêque chrétien de la Ville rose. Mais, les temps ne sont pas favorables aux catholiques. N’échappant pas à la règle, celui qui est aujourd’hui connu sous le nom de Saint Sernin subit les foudres des païens. Lors de la préparation d’un sacrifice rituel à Esquirol, l’évêque est interpellé. On lui demande de participer au sacrifice. Comme il refuse, les païens l’attachent au taureau destiné au sacrifice et frappent l’animal. La bête traverse alors la ville à vive allure, traînant Saturnin derrière lui jusqu’à l’actuelle basilique Saint Sernin, en passant par une rue qui gardera le nom de l’évènement : la rue du Taur.

L'animal cependant continue sa route et est tué dans un quartier qui sera ainsi nommé « mata buoù ».

Repost 0
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 23:01

Le pilote de chasse américain Charles Yeager franchit la barrière mythique de mur du son à bord d'un avion prototype lar Bell X 1.

Le mardi 14 octobre 1947, en survolant le lac asséché de Murac en Californie, il atteint une vitesse de Mach 1,06. Son record n'a pas été homologué du fait que son avion n'a pas décollé par ses propres moyens. Il a été largué par depuis un bombardier B 29 pour pouvoir économiser du carburant.

Son exploit prouve néanmoins que l'homme est capable de dépasser les limites les plus dangereuses de la vitesse.

 

Le 28 octobre 1952, le premier avion français, le Mystère II, fabriqué par la société Marcel-Dassault franchi à son tour le mur du son au-dessus de Melun-Villaroche.

Le 18 mai 1953, l'aviatrice américaine Jacqueline Cochran, devient la première femme à franchir le mur du son à bord d'un Canadair F-86 Sabre.

 

Le mur du son

Le mur du son correspond à une vitesse au moins égale à celle de la vitesse du son, soit 1.224 km/h (343.2 mètres par seconde) dans l'air à 15 °C. Cette valeur ne vaut cependant qu'au niveau du sol et elle diminue avec la densité de l'air et donc l'altitude et la température.

L’expression « mur du son » reviendrait à W.F. Hilton. Lors d’une conférence de presse en 1935, ce physicien anglais, spécialisé en aérodynamique, aurait expliqué aux journalistes comment les ailes et les commandes d’un avion se durcissent et deviennent instables lorsque l’appareil prend de la vitesse et s’approche de la vitesse du son. W.F. Hilton aurait alors parlé d’une barrière. Dès le lendemain les journaux titraient sur ce « mur du son ».

 

Bang

Lorsqu'un avion (ou n'importe quel objet) dépasse la vitesse son, il produit une forte détonation surnommée le « bang », comme s'il avait véritablement brisé le mur du son.

Lorsqu'il s'approche des 1.224 km/h, un avion rattrape son propre son. Comme si notre caillou essayait de sortir du cercle de ses rides d'eau. Les ondes sonores qu'il émet vers l'avant se compriment donc devant l'appareil. Si l'avion accélère encore, et passe le mur du son, ces ondes sont brusquement expulsées vers l'arrière. C'est la libération brutale de ces ondes sonores qui crée le fameux « bang ».

 

Relire aussi : 1 octobre 1969 - Le Concorde franchit le mur du son

 

Repost 0
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 23:01

L'astronome anglais William Lassell découvre la lune de la planète Neptune, Triton.

William Lassell

 

17 jours après la découverte de Neptune l’astronome pense apercevoir un anneau autour de la planète, il tombe en réalité sur son satellite. En 1851, il découvrira aussi les satellites d'Uranus Ariel et Umbriel.

Triton, le plus gros des quatorze satellites naturels de Neptune,  a un diamètre d'un peu plus de 2.700 kilomètres, ce qui en fait le septième satellite naturel du Système solaire par taille décroissante.

Triton tourne autour de Neptune en 5 jours et 21 heures sur une trajectoire quasi circulaire. Cet orbite est rétrograde c’est à dire que son sens de rotation est opposé à celui de la rotation de Neptune, cette caractéristique dévoile que Triton est un objet extérieur qui a été capturé par la planète géante.

 

Voir aussi : 23 septembre 1846 - Découverte de Neptune

 

Repost 0
31 août 2016 3 31 /08 /août /2016 23:01

 

1er septembre 1839 : mise en service au trafic de passagers de la liaison Mulhouse – Thann

À la suite d'une demande de Nicolas Kœchlin, la ligne de Mulhouse à Thann est déclarée d'utilité publique et lui est concédée par une loi du 17 juillet 1837.

Cette liaison ferroviaire est la 3e ligne de chemin de fer de France à avoir été ouverte au trafic passager.

Le tronçon de Lutterbach à Thann, partie de la ligne originelle de Mulhouse à Thann fut financé par les industriels de la région.

 

Le dimanche 1er septembre, l’inauguration se déroule sous une pluie battante qui n’entame pas l’enthousiasme général.

À 8 h 30, le premier convoi, tiré par la « Napoléon » et composé d’une berline, d’une diligence et de deux chars-à-banc, part de Mulhouse, avec une centaine de personnes à bord, au son des canons, de la musique de la garde nationale et des vivats de la foule. Vingt-cinq minutes plus tard, il arrive en gare de Thann. Après les discours et les toasts, le train repart à midi et fait le trajet du retour, en légère descente, en 15 mn, à 80 km/h !

À 16 h, un banquet offert par Nicolas Koechlin réunit 400 personnes dans un atelier de forge touchant à la station.

 

Ce premier chemin de fer d'Alsace est un grand succès ; là où les pessimistes ne prévoyaient guère qu'une cinquantaine de passagers quotidiens, on atteint rapidement les 550 utilisateurs par jour en décembre 1839.

 

 

1er septembre 1899 : mise en service du tronçon Berck-Ville - Berck-Plage de la ligne Aire-sur-la-Lys - Berck-Plage.

La ligne d'Aire-sur-la-Lys à Berck-Plage était une voie ferrée d'intérêt local à écartement métrique qui relia, de la fin du XIXe siècle aux années 1950, la Plaine de la Lys au sud de la Côte d'Opale en traversant le Boulonnais dans le département du Pas-de-Calais.

Le journal officiel ayant déclaré en 1889, d'utilité publique les chemins de fer d'intérêts locaux d'Aire à Berck, la construction de ce nouvel axe ferroviaire débuta en 1890.

La ligne d'Aire à Berck fut effective en août 1893, et inaugurée officiellement le 11 septembre 1893.

Le 28 février 1955, lors de son dernier voyage, le conducteur actionna en continu son avertisseur entre Berck ville et Berck plage.

Locotracteur n° 652 ex Dordogne en gare de Berck plage

 

 

1er septembre 1905 : mise en service de la section Lanne à Tardets de la ligne Oloron-Mauléon

Le 25 juillet 1898 la Compagnie des Chemins de Fer à Voie étroite du Midi, prit le nom de « Compagnie du Chemin de Fer Pau - Oloron - Mauléon & du Tramway de Bayonne à Biarritz ».

 

Tramway POM (Pau/Oloron/Mauléon)

Le POM desservait à partir de ces villes, les principales localités du département.

 

La ligne a été ouverte d'Oléron à Lanne-en-Barétous le 1er mai 1904, de Lanne à Tardets le 1er septembre 1905 et de Tardets à Mauléon le 22 septembre 1905.

 

 

Elle a fermé définitivement le 15 septembre 1931 car le tramway mettait 2h 40 à 2h 50 entre Oloron et Mauléon pour effectuer 43km !

On raconte que les hommes devaient descendre dans la côte de Montory lorsque les rails étaient mouillés ou gelés et même poussent le tram à vapeur…

 

Repost 0
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 23:01

Le mercredi 12 août 1908, Henry Ford présente la première voiture qui sera produite en grande série, le modèle T.

Le 27 septembre suivant, la première Model T de série sort des usines de la Ford Motor Company de Detroit, fondé en 1903 par Henry Ford. Elle est facile à conduire et coûte 950 dollars.

C'est le début de la production standardisée en grande série, obtenue par une « organisation scientifique du travail » (OST), appelée « taylorisation » ou « taylorisme », du nom de l'ingénieur américain Frederick Winslow Taylor. Henry Ford y ajoute le souci d'améliorer la condition ouvrière (dans l'intérêt bien compris de son entreprise). Cette approche sociale baptisée « fordisme » va permettre à la classe ouvrière de renforcer les rangs des classes moyennes.

Entre 1908 et 1927 seront construits plus de 16 millions de Ford Model T, seule la Volkswagen Coccinelle battra ce record.

 

Depuis la fondation de sa société en 1903, Henry Ford avait produit et mis au point plusieurs modèles et prototypes de voitures. La première avait été dénommée modèle A et la dernière modèle T, mais plusieurs des dix-neuf modèles produits jusqu'à la Ford T n'étaient que des prototypes. La « T » succédait à la « S », qui elle-même dérivait du modèle le plus vendu jusque-là, la « N ». Au bout d'une vingtaine d'années de production de la Ford T, ce n'est pas un modèle « U » qui lui succéda, mais la toute nouvelle type A, qui devait par son nom exprimer le renouveau de la gamme. La firme concurrente Chrysler en profita pour lancer en 1928 la première voiture de la marque Plymouth sous le nom de… « Model U » !

 

Lien du jour : Tout sur la Ford T

Repost 0
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 23:01

Les physiciens nucléaires Leó Szilárd, Edward Teller et Eugene Wigner (tous les trois des réfugiés hongrois) étaient convaincus que l'énergie libérée par la fission nucléaire pouvait être utilisée dans des bombes par l'Allemagne nazie. Ils persuadèrent Albert Einstein, le plus célèbre physicien de l'époque, d'avertir de ce danger le président des États-Unis, Franklin Roosevelt.

Dans une lettre datée du 2 août 1939 dont Szilárd fit le brouillon, ils expliquent au président américain les risques que présenterait l’Allemagne nazie si elle détenait l'arme atomique.

La lettre ne sera remise par l'économiste Alexander Sachs au président que le 10 octobre, en raison de l'invasion de la Pologne par les armées allemandes.

Suite au courrier, Franklin Roosevelt créera le « Manhattan Project » ayant pour objectif la réalisation d'une bombe atomique, comme le demandait le courrier.

Le 6 et 9 août 1945, les Américains lanceront deux bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki.

 

 

Monsieur,

Certains travaux récents d'E. Fermi et L. Szilárd, dont les manuscrits m'ont été communiqués, me conduisent à prévoir que l'élément uranium peut devenir une source nouvelle et importante d'énergie dans un futur immédiat. Certains aspects de la situation qui est apparue me semblent demander une attention, et si nécessaire, une action rapide de la part de l'Administration. Je pense donc qu'il est de mon devoir d'attirer votre attention sur les faits et recommandations suivants :

Ces quatre derniers mois, il est devenu possible grâce aux travaux de Joliot en France ainsi que ceux de Fermi et Szilárd en Amérique, de déclencher une réaction en chaîne nucléaire avec de grandes quantités d'uranium. Grâce à elle, une grande quantité d'énergie et de grandes quantités de nouveaux éléments similaires au radium pourraient être produits. Maintenant, il semble presque certain que ceci pourrait être atteint dans un très proche avenir.

Ce nouveau phénomène pourrait conduire à la construction de bombes et il est concevable, quoique bien moins certain, que des bombes d'un nouveau type et extrêmement puissantes pourraient être assemblées. Une seule bombe de ce type, transportée par bateau et explosant dans un port, pourrait très bien détruire l'ensemble du port ainsi qu'une partie de la zone aux alentours. Toutefois, de telles bombes pourraient très bien s'avérer trop lourdes pour un transport aérien.

Les États-Unis n'ont que du minerai pauvre en uranium et en quantité modérée. Il y a de bons filons au Canada et dans l'ancienne Tchécoslovaquie mais les sources les plus importantes se trouvent au Congo belge.

Eu égard à ces éléments, vous pouvez penser qu'il serait désirable d'avoir un contact permanent entre l'Administration et l'équipe de physiciens qui travaillent sur les réactions en chaîne en Amérique. Une manière possible de réaliser cela serait de donner mission à une personne qui a votre confiance, et qui pourrait peut-être jouer ce rôle à titre officieux. Sa tâche pourrait consister à :

a) se mettre en rapport avec les départements gouvernementaux, pour les informer des développements à venir, et faire des recommandations pour l'action du Gouvernement, en portant une attention particulière au problème de la préservation de l'approvisionnement en minerai d'uranium pour les États-Unis ;

b) accélérer le travail expérimental, qui n'est à présent accompli que dans les limites des budgets des laboratoires universitaires, en fournissant des fonds, si nécessaire, par des contacts avec des mécènes privés ralliés à cette cause, et peut-être aussi en obtenant la coopération de laboratoires industriels possédant les équipements requis.

Il paraît que l'Allemagne a actuellement mis fin à la vente d'uranium des mines tchèques qu'elle a annexées. Une telle action précoce de sa part peut sans doute être mieux comprise quand on sait que le fils du sous-secrétaire d'État allemand, von Weizsäcker, est attaché à l'Institut du Kaiser Wilhelm à Berlin où une partie du travail américain sur l'uranium est en train d'être reproduite.

Très sincèrement vôtre

Signé : Albert Einstein.

 

Repost 0
28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 23:01

Dix mois après le lancement du premier satellite par les Soviétiques, les Américains relèvent le défi spatial. Le 29 juillet 1958, ils regroupent tous les organes militaires travaillant sur l'espace dans un organisme unique : la NASA (National Aeronautics and Space Administration, en français : Agence nationale de l'aéronautique et de l'espace).

Dans un contexte de guerre froide, le président Eisenhower signe la loi instituant la National Aeronautics and Space Administration (NASA) afin de gagner la « course de l'espace » engagée contre l'URSS. La NASA coordonne les travaux de recherche et d’exploration aéronautique et spatiale. Cette institution est destinée à rattraper le retard sur l’URSS : l’envoie de Spoutnik-1 a en effet provoqué un véritable choc aux Etats-Unis. Le programme lunaire annoncé par le président Kennedy en 1961 provoquera le véritable essor de la NASA. Le pari d'envoyer un homme sur la Lune sera tenu en 1969.

 

Avec une vingtaine de centres de recherche dont celui de Mountain View, au sud de la Californie, et la base de lancement de Cap Canaveral (ex-Cap Kennedy), en Floride, la nouvelle administration va très vite prendre les devants dans la course à l'espace. 

 

 

Voir aussi : Chronologie de la conquête de l’Espace

 

Repost 0
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 23:01

Le 16 juillet 1969 a capsule spatiale Apollo 11 décolle de Cap Kennedy en Floride (Cap Canaveral) avec à son bord un équipage de trois astronautes : Neil Armstrong, Edwin Aldrin et Michael Collins. La mission a pour objectif de conduire les trois hommes à la surface de la lune.

 

La fusée Saturn V décolla du complexe 39A de Cap Kennedy le 16 juillet 1969 à 13 h 32 UTC (8 h 32 à Houston). Douze minutes plus tard, elle naviguait sur une orbite terrestre à 190 km d'altitude. La 1ère étape du voyage était réussie.

Le 21 juillet à 2 h 56 min UTC (3 h 56 min heure française ; le 20 juillet 21 h 56 min à Houston), Neil Armstrong sera le premier à réaliser le rêve de nombreux terriens en foulant le sol lunaire.

 

 

Relire aussi : 21 juillet 1969 - Premier pas sur la Lune

Repost 0
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 23:01

La première ligne ferroviaire transcontinentale en Amérique du Nord qui rejoint l’Est du Canada à la Côte Pacifique est achevée depuis 1885 et transporte ses premiers passagers le 28 juin 1886.

Le « Canadian Pacific » (CP) permettra aux colonies de peuplement européennes de s'installer dans l'ouest du pays, chose jusqu'alors impossible à cause de la barrière géographique des montagnes rocheuses. C'est en partie grâce à ce projet de construction que la Colombie-Britannique accepta de rejoindre le Canada en 1871.

 

Un impératif national

Le lancement des travaux pour la construction d'un chemin de fer transcontinental, dans un délai de deux ans et leur achèvement, dans un délai de 10 ans, sont posés comme conditions de l'entrée de la Colombie-Britannique dans la Confédération Canadienne, en 1871.

La compétition pour l'obtention du contrat lucratif de sa construction est féroce. C’est finalement Sir Hugh Allan, magnat du transport maritime et promoteur du chemin de fer, qui l’obtient en 1872.

Mais, Allan a également fait don de près de 350.000$ à la campagne électorale du Parti conservateur… Lorsque l’affaire est dévoilée au public, en 1873, le gouvernement de sir John A. Macdonald est obligé de démissionner.

Macdonald revient au pouvoir en 1878 en faisant de l'achèvement du chemin de fer un point de sa Politique nationale, et le contrat finit par être accordé à un groupe d'intérêts dirigé par Donald A. Smith, J. J. Hill et George Stephen.

 

La construction de la ligne

Les difficultés de recrutement d'une main-d’œuvre adéquate en Colombie-Britannique sont à l'origine de l'immigration controversée de milliers de travailleurs chinois. Quelque 15 000 ouvriers chinois travaillent à la construction du chemin de fer Canadien Pacifique, et ce, dans des conditions difficiles et pour un maigre salaire.

 

L’évolution de la compagnie

Progressivement, le CP diversifie ses activités, construisant des hôtels et en délimitant des lignes de navigations et des voies aériennes ; il développe en outre l’industrie minière et les télécommunications.

En 2001, le CP se divise en cinq compagnies distinctes et indépendantes, et la compagnie de chemin de fer du Canadien Pacifique retourne à sa fonction première de gestion du chemin de fer.

 

Repost 0
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 23:01

Le 22 juin 1926, l'Association française de normalisation (AFNOR) est créée dans le but de contrôler le secteur de la normalisation.

Premier logo afnor

Treize ans plus tard, l'AFNOR est autorisée à utiliser la marque NF, marque nationale de certification. Placée sous l'égide du ministère de l'Industrie, l'AFNOR contribue, le 23 février 1947, à la création de l'Organisation internationale de normalisation (ISO) dont elle est l'un des membres.

Le 20 juillet 1988, c’est la création de l’AFAQ, Association Française d’Assurance de la Qualité, structure de certification qui répond à l’émergence des normes ISO 9000, outils privilégiés pour structurer la démarche qualité dans les entreprises.

En janvier 2011, AFNOR Certification fait évoluer l'identité de ses marques de certification dont notamment AFAQ et NF.

 

Aujourd’hui, l'AFNOR et ses filiales constituent un groupe international au service de l'intérêt général et du développement économique. Il conçoit et déploie des solutions fondées sur les normes, sources de progrès et de confiance.

Il est organisé autour de 4 grands domaines de compétences : la normalisation, la certification, l’édition de solutions et services d’information technique et professionnelle et la formation.

Lien : http://www.afnor.org/

Repost 0
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 23:01

Le cargo américain « Alliance » est le premier bateau à traverser le canal de Panama, pour passer de l'océan Atlantique à l'océan Pacifique. Le trajet de New York au Japon est raccourci de sept mille milles marins !

Le projet de la construction du canal de Panama, qui relie l'océan Pacifique à l'océan Atlantique, fut lancé le 1er janvier 1880 par l'ingénieur français, Ferdinand de Lesseps. Mais les travaux ne débutèrent qu'en 1882.

Le canal est long de 80 kilomètres, large de 90 à 300 mètres et profond de 12 mètres. Les travaux de construction ont duré plus de trente ans. En 1905, après la banqueroute française, les Américains ont racheté les droits de construction.

En décembre 1999 que le canal est rétrocédé à la République de Panama par les Etats-Unis, conformément au traité Carter-Torrijos signé en 1979 entre le Panama et les Etats-Unis.

 

Voir aussi : 10 octobre 1913 - Fin du percement du canal de Panama

 

 

Repost 0
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 23:01

La première recette ancêtre du Coca-Cola, le French Wine Coca, est inventée par John Pemberton en 1885. C’est une boisson alcoolisée à base de coca, de noix de kola et de damiana, Pemberton se serait inspiré de la recette du vin Mariani, un mélange de vin de Bordeaux et de feuille de coca créé par le chimiste français Angelo Mariani en 1863.

Le « French Wine Coca » est présenté comme un remède efficace plus que comme un produit de plaisir gustatif.

Le 25 novembre 1885, le maire d’Atlanta organise un référendum sur la question de l’interdiction de l’alcool dans la ville. Atlanta devient une ville « sèche » pour une période d’essai de deux ans durant lesquels la vente d’alcool est interdite.

John Pemberton va chercher à développer une version sans alcool de sa boisson, mais toujours avec la coca, son principal ingrédient actif, qui subsistera dans la recette jusqu'à la fin du 19e siècle.

Il remplace alors le vin avec des huiles essentielles, mais la boisson était trop amère... Il a ajouté du sucre, mais il est devenu trop sucré ! Il a donc décidé d'ajouter de l'acide citrique pour contrebalancer la saveur sucrée.

 

Le premier verre d’une nouvelle boisson est servi le 8 mai 1886.

La mixture est alors diluée avec de l’eau gazeuse, puis proposée aux clients pour qu’ils la goûtent.

À l’unanimité, ces derniers lui trouvent quelque chose de nouveau. La pharmacie Jacob’s met aussitôt en vente la boisson au prix de 5 cents le verre. Il s’en écoule neuf par jour pendant la première année.

Frank Robinson, le comptable du docteur Pemberton, baptise rapidement le breuvage « Coca-Cola », nom qu’il consigne de son écriture très soignée. C’est cette même calligraphie qui est toujours utilisée aujourd’hui.

 

Repost 0
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 23:01

Le 1er mai 1851, la reine Victoria inaugure à Londres la première Exposition universelle du monde. L'initiative en revient à son époux, le prince Albert. Elle témoigne des magnifiques espoirs suscités par la Révolution industrielle.

Long de 560 mètres, le Crystal Palace (bâtiment fait à base de verre) érigé au cœur de la capitale, à Hyde Park, par l'architecte sir Joseph Paxton, va accueillir en six mois six millions de visiteurs émerveillés.

Au cours de cette Exposition universelle, près de 20.000 exposants viennent faire partager leurs innovations et leurs dernières créations technologiques. Plus de six millions de visiteurs se rendent à l'Exposition entre le mois de mai et celui d'octobre.

Le Crystal Palace fut démonté après l'exposition, puis rebâti dans la banlieue sud de Londres, avant d'être détruit en 1936 à la suite d'un incendie.

Repost 0
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 23:01

Le constructeur américain IBM (international business machines) lance son ordinateur individuel PC (personal computer).

En 1937, la société IBM, International Business Machines, réussit à mettre au point un ordinateur programmable créé par Howard Aiken. Cette machine fut baptisée Mark I. Elle mesurait 17 mètres de long et 205 mètres de hauteur !

En 1958, le circuit intégré inventé par Texas Instrument permet à IBM de construire des ordinateurs plus petits auxquels sont intégrés des transistors.

En 1971 arrive l’invention du microprocesseur par Intel, ce qui permet aux micro-ordinateurs de voir le jour. Deux ans plus tard le micro-ordinateur est lancé.

Le dimanche 24 avril 1981, IBM-PC est présenté à New York à l’hôtel Warldorf-Astoria à l’occasion d’une conférence de presse.

L’ordinateur est doté d’un micro-processeur Intel 8088, possède une mémoire vive de 16 Ko avec extension vers 256 Ko. Il fonctionne sous système DOS créé par Microsoft.

Premier prix : 1565 dollars.

Repost 0
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 10:29

Le vendredi 4 avril 1969, le docteur Denton Cooley réalise la première implantation d'un cœur artificiel au Texas Heart Institute de Houston. Le patient, Haskell Karp, ne survivra que trois jours à cette greffe.

Depuis, près de 150 implantations ont été effectuées dans le monde, avec différents types de cœur artificiel et un taux de réussite oscillant de 20 à 60 %.

 

Le 18 décembre 2013, la première véritable greffe d'un cœur artificiel, produit par la société Carmat, a été menée à bien à l'hôpital européen Georges-Pompidou, à Paris. Elle a été réalisée sur un homme de soixante-quinze ans sans rencontrer, semble-t-il, plus de difficultés qu'une greffe de cœur « ordinaire ». Le cœur artificiel s'est montré immédiatement fonctionnel. Après avoir connu 75 jours d’une vie pratiquement normale, le patient greffé est décédé subitement le 2 mars 2014. Le cœur a donc fonctionné normalement pendant deux mois et demi. L’analyse des nombreux enregistrements et des examens réalisés pendant cette période permet une amélioration des conditions post-opératoires et du fonctionnement du cœur lui-même. À la suite de ce travail, une seconde greffe d’un cœur artificiel Carmat a d’ailleurs été réalisée le 5 septembre 2014. Le succès sur le court terme permet de penser que la greffe d’un cœur artificiel pourra servir de procédure intermédiaire avant la greffe d'un vrai cœur pour au moins plusieurs milliers de patients qui attendent actuellement un organe à greffer.

Repost 0
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 00:01

Le lundi 25 mars 1996, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France signent à Suva, capitale des îles Fidji, le traité de Rarotonga qui entérine l'arrêt des essais nucléaires dans le Pacifique sud.

Gaston Flosse (président de la Polynésie française) est mandaté par le Président Jacques Chirac pour signer, au nom de la France, les trois protocoles du traité de Rarotonga.

Le texte consacre la dénucléarisation du Pacifique Sud. Les tests et le stockage de matériel nucléaire sont formellement interdits dans toute la région. Cinq mois à peine après le dernier tir-test effectué sur l'atoll de Mururoa, la France renonce définitivement aux essais nucléaires en Polynésie française.

La France ratifiera le traité d’interdiction totale des essais le 6 avril 1998.

 

Voir aussi : Les essais nucléaires depuis 1945

 

Repost 0
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 00:01

En 1980, Tim Berners-Lee, informaticien britannique de 22 ans tout juste sorti d'Oxford, est en stage à Genève, au CERN (Centre Européen pour la Recherche Nucléaire), pour une durée de six mois...

Pour faciliter la lecture de la base de données du centre, il conçoit une connexion directe entre tout mot-clé et le dossier référent. Ainsi naît le lien hypertexte...

Neuf ans plus tard, de retour au CERN après un détour par une entreprise britannique, il a l'idée de relier par des liens hypertexte non plus seulement les dossiers du CERN mais toutes les bases de données scientifiques mises en relation à travers le monde par le réseau internet, dérivé du réseau ARPAnet.

Le 13 mars 1989, il crée à cet effet une interface visuelle qu'il baptise World Wide Web (« Toile d'Araignée Mondiale »). C'est le début d'une révolution planétaire...

 

Lire aussi : 13 novembre 1990 - La première page Web « WWW »

 

Repost 0
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 00:01

Le mercredi 26 février 1936, Adolf Hitler inaugure l'usine qui va fabriquer la Volkswagen (la voiture du peuple) à Fallersleben, en Basse-Saxe.

C’est au lendemain de son arrivée au pouvoir, en 1933, que le Führer a eu l’idée d’une voiture bon marché, robuste et de qualité destinée à tous les Allemands. En 1934, il en a confié la réalisation à l’ingénieur Ferdinand Porsche. Achevée après deux ans d’études et de travaux, la Volkswagen pèse 450 kilos, est équipée d’un moteur à refroidissement par air situé à l’arrière, développe 24 chevaux et consomme 6 à 7 litres d’essence aux 100 kilomètres.
 

La voiture est prévue en trois versions : limousine, décapotable et cabriolet.

La Volkswagen sera commercialisée à partir de 1938 et connaîtra un succès fulgurant.

La « Coccinelle » arrêtera d’être produite en 2003. Sur ses quelque 70 années d’existence, elle a été vendue à plus de 21 millions d’exemplaires.

Repost 1

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire