Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 00:03

Un train militaire déraille dans la descente de la vallée de la Maurienne (Savoie). Il était rempli de permissionnaires, partis aider l'armée italienne à reprendre les territoires perdus lors de la bataille de Caporetto.

 http://danger-ahead.railfan.net/images/dispix/modane_md.jpg

Le train composé de 20 wagons, d’un poids de 526 tonnes est freiné par un frein automatique commandé depuis la locomotive par le mécanicien et par 7 serre-freins manuels commandés par 7 cheminots répartis dans les wagons le long du convoi.

 

Le démarrage du train s’effectue normalement et très lentement dans la rampe qui se trouve au départ de Modane. La voie depuis Modane jusqu’à St Michel de Maurienne sur une distance de 14,5 km n’est qu’une longue descente à 4 ou 5%. Afin de contrôler son lourd convoi, le mécanicien ferme l’arrivée de vapeur avant la forte pente qui précède le tunnel des Epines blanches. Cependant la vitesse continue à augmenter malgré tout et le mécanicien commence à serrer le frein automatique et de plus, bat à contre vapeur en lâchant du sable sous les roues de sa loco pour essayer de s’arrêter complètement afin de prendre d’autres dispositions de freinage car il sent que quelque chose d’anormal se passe dans le comportement de son train.

Malgré cela le train continue à prendre de la vitesse, celle-ci devenant excessivement forte malgré l’ordre donné à coups de sifflets aux sept serres frein d’actionner les freins manuels dans les wagons où ils sont affectés. Un ralentissement sensible se fait sentir après la gare de La Praz, qui se situe sur un palier puis elle recommence à augmenter à la pente suivante.

La vitesse du lourd convoi lancé dans la descente augmente rapidement. Le chrono-tachymètre de la locomotive examiné plus tard, enregistra les vitesses suivantes : 43km/h (vitesse normale pour ce tronçon) puis 72km/h pour revenir à 43km/h et une saute brusque à 70km/h puis 78, 102, et enfin 135 km/h atteints sur cette voie où les 40 km/h ne devraient pas être dépassés…La catastrophe s’est produite alors que le train filait à 102km/h…

 

L'hôpital militaire de Saint-Jean-de-Maurienne et l'usine de pâtes alimentaires Bozon-Verduraz furent immédiatement réquisitionnés afin de servir de poste de secours et de chapelle ardente. Avec 457 morts dont 455 soldats, cet évènement constitue le plus grave accident ferroviaire survenu en France.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Autre article 12/12/2015 19:26

Autre article sur le sujet : http://aufildesmotsetdelhistoire.unblog.fr/2009/05/18/laccident-ferroviaire-de-saint-michel-de-maurienne/

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire