Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 00:02

Accusée d'hérésie, Jeanne d’Arc (dite la Pucelle) comparaît à Rouen devant un tribunal composé de 40 membres et présidé par Pierre Cauchon, évêque de Beauvais.

Elle sera brûlée vive sur la place du Vieux-Marché à Rouen, le 30 mai.

 jeanne-d-arc---proces---cauchon.jpg

Née vers le 6 janvier 1412 dans le Barrois à Domrémy, morte le 30 mai 1431 à Rouen, Jeanne d’Arc est la fille de Jacques Darc (ou Tarc ou Dare, l’orthographe d’Arc apparaît pour la première fois dans un poème en 1576) et d’Isabelle Romée, paysans aisés.

Elle entendit des voix célestes à l’âge de treize ans, celles de saint Michel et des martyres sainte Catherine et sainte Marguerite qui lui enjoignaient de libérer le royaume de France de l’occupation anglaise et de faire sacrer le dauphin futur Charles VII roi de France à Reims.

Á la tête des troupes royales, Jeanne entre par la porte Bourgogne le 29 avril 1429. Le 8 mai, les Anglais lèvent le siège d'Orléans après que Jeanne d'Arc fut montée à l'attaque de leurs lignes.

Le 23 mai1430 elle est capturée par Jean de Luxembourg (mercenaire au service du duc de Bourgogne) et vendue aux Anglais pour 10.000 livres.

Déférée devant le tribunal d'Inquisition de Rouen en novembre, elle subira un procès pour hérésie.

 

Le procès en hérésie de Jeanne d'Arc

Jeanne la Pucelle comparaît donc à Rouen devant un tribunal le 9 janvier 1431, elle est accusée d'hérésie. Un tribunal ecclésiastique est constitué, par Pierre Cauchon, évêque de Beauvais, diocèse sur le territoire duquel Jeanne avait été prise ; son diocèse étant aux mains des Français.

La première séance publique aura lieu le 21 février dans la chapelle royale du château de Rouen.

  

Les charges portées contre Jeanne

Port de vêtements d’homme, qui tombait sous le coup d’une interdiction canonique.

Tentative de suicide qui n’était en fait qu’une tentative d’évasion lorsqu’elle se jeta du haut d’une tour du château de Beaulieu-en-Vermandois.

Ses visions considérées comme une imposture et un signe de sorcellerie.

Refus de soumission à l’Église militante, et divers griefs mineurs.

Jeanne, qui a résisté aux menaces de torture, « abjure » le 24 mai au cimetière de Saint-Ouen. Elle se ressaisit bientôt et, en signe de fidélité envers ses voix et Dieu, elle reprend le 27 mai ses habits d’homme. Un nouveau procès est expédié et, le 30 mai 1431, Jeanne hérétique et relapse, est brûlée sur le bûcher sur la place du Vieux-Marché de Rouen.

 

Réhabilitation de Jeanne d'Arc

Un quart de siècle après sa mort le rôle de « Jehanne la Pucelle » sera pleinement reconnu.

Le pape Calixte III, à l'initiative de la mère de Jeanne, constitue à Rouen un tribunal ecclésiastique destiné à réexaminer les conditions du premier procès.

Le 7 juillet 1456, les juges déclarent le procès de 1431 « entaché de vol, calomnie, iniquité ».

Elle sera ensuite béatifiée en 1909 et canonisée en 1920 par le pape Benoît XV.

 

Relire également : Chronologie de Jeanne d'Arc  

Partager cet article

Repost 0
Par Archimède - dans Procès
commenter cet article

commentaires

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire