Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 23:01

La Conférence internationale réunie à Genève le 8 août 1864 pour élaborer une convention « pour l'amélioration du sort des militaires blessés », s'achève le 22 août.

La première Convention élaborée à l'initiative d'un homme d'affaires et philanthrope genevois, Henri Dunant.

Elle prévoit : l'obligation de soigner les blessés sans distinction de nationalité, la neutralité du personnel et des établissements sanitaires et le signe distinctif de la croix rouge sur fond blanc.

 http://www.maison-des-drapeaux.com/pics/croix-rouge-13526b.gif

Le texte protège les personnes portant secours aux blessés sur le champ de bataille, considérées comme neutre durant le conflit.

Cette convention marque la naissance officielle du droit international humanitaire.

Trois autres conventions (1906, 1929 et 1949) renforceront son rôle.

 

Les conventions de Genève

Les Conventions de Genève sont des traités internationaux fondamentaux dans le domaine du droit international humanitaire. Elles définissent des règles de protection des personnes en cas de conflit armé, notamment les soldats de certaines actions, les blessés et prisonniers de guerre, mais aussi les civils et leurs biens.

1ère Convention : protection des malades et blessés des forces armées en campagne.

2ème Convention : protection des malades et blessés et naufragés dans les forces armées sur mer.

3ème Convention : traitement des prisonniers de guerre.

4ème Convention : protection des populations civiles.

 

Elles sont complétées par 2 protocoles additionnels (1977) relatifs à la protection des victimes des conflits armés internationaux et à la protection des victimes de conflits armés non internationaux.

Puis par d’autres conventions notamment sur la réglementation des armes :

Convention d’Ottawa sur l’interdiction des mines anti-personnel

Traités spécifiques interdisent ou restreignent l'emploi de certaines armes (biologiques ou chimiques, armes à laser aveuglantes, incendiaires ou balles qui explosent ou s'aplatissent facilement dans le corps humain…)

 

Lien du jour : Croix-Rouge française

Repost 0
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 23:05

Le 9 août 1564, à Roussillon, près de Grenoble, le roi Charles IX signe en présence de sa mère, la régente Catherine de Médicis, un édit préparé par le chancelier Michel de L'Hospital et le ministre Sébastien de L'Aubespine.

 Édit de Roussillon

Entre autres dispositions, cet édit fixe au 1er janvier le début de l'année calendaire dans toute la France, confirmant ainsi l'article 39 de l'édit de Saint-Germain qui prescrivait déjà de dater les actes publics en faisant commencer les années au 1er janvier. Auparavant, le début de l'année variait selon les provinces.

 

Le 1er mars, premier jour du calendrier julien

En 46 avant J.C., Jules César décide de remplacer le calendrier lunaire jusque-là en vigueur par un calendrier solaire, dit « julien ».

Comme notre calendrier actuel, il est divisé en 12 mois et 365 jours, une journée supplémentaire étant ajoutée tous les quatre ans (année bissextile).

Mais le premier jour de l'année est fixé au 1er mars, mois très important à Rome car associé au dieu de la guerre. Cette répartition a laissé des traces : nos derniers mois de l'année actuels s'appellent ainsi octobre (de « octo », le huitième), novembre (de « novo » le neuvième) et décembre ( de « decem » le dixième) alors qu'ils sont désormais les dixième, onzième et douzième mois de l'année.

 

Le premier jour de l'année variable selon les provinces

En 532, l'Église décide de faire commencer l'année au 1er janvier, mois qui suit immédiatement la naissance du Christ fixée au 25 décembre 753 de l'an de Rome (la fondation de la ville éternelle servant de point de départ au calendrier romain) par le Pape Libère.

Cependant, le 1er janvier n'est pas le premier jour de l'année pour tous. Dans certaines régions de France, c'est Pâques, date anniversaire de la résurrection du Christ, qui fait office de nouvel an.

Mais cela pose des problèmes évidents : Pâques est une date mobile qui correspond au premier dimanche après la pleine lune de printemps (21 mars). On peut donc se retrouver aussi bien avec des années de longueur variable !

Dans d'autres pays ou régions, c'est Noël qui est choisi comme début de l'année : ainsi, à Lyon, dans le Poitou, en Normandie ou en Anjou.

 

L'empereur d'Allemagne Charles Quint avait déjà fixé le début de l'année au 1er janvier pour ses terres, quelques décennies plus tôt. Mais, c’est l’Édit de Roussillon qui impose définitivement le 1er janvier comme point de départ obligatoire de chaque année pour tout le Royaume. La mesure prend effet au 1er janvier 1567.

En 1622, le pape généralisera cette mesure à l'ensemble du monde catholique.

 

 

Repost 0
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 23:01

Le mois d'août fut consacré à l'empereur Auguste qui lui donna son nom (Augustus). Mais le mois d'août avait un jour de moins que le mois de juillet, le mois de Jules César. Pour ne pas offenser Auguste, on décida de rallonger le mois en prenant un jour de février.

C'est pourquoi février n'a plus que 28 jours et que les mois de juillet et août, bien que se suivant, comportent chacun 31 jours.

 

Repost 0
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 23:01

Ludwick Lejzer Zamenhof, médecin ophtalmologiste polonais, publie à 28 ans le « Premier Livre », instituant les bases de la langue espéranto. La première édition parait le mardi 26 juillet 1887 à Varsovie, en langue russe.

Rapidement, d'autres versions, allemande, française et polonaise, apparaissent.

Le concepteur de l'Espéranto souhaite doter le monde d'une langue commune internationale.

 http://quetigny.esperanto.free.fr/photos/muzeo-gray/Zamenhof-petit.jpg

Création

Lejzer Ludwig (Louis-Lazare) Zamenhof est né le 15 décembre 1859 à Bialystok, ville située aujourd’hui en Pologne. Partagé par les puissances voisines, ce pays était alors rayé de la carte et faisait partie de la Russie tsariste.

Dans cette ville peuplée alors d’environ 30.000 habitants, vivaient quatre communautés linguistiques : les Polonais 3.000 ; les Russes 4.000 ; les Allemands 5.000 ; les Juifs 18.000. Plusieurs langues étaient en usage : les classes intellectuelles parlaient surtout le polonais ; dans les quartiers ouvriers l’allemand dominait ; dans le commerce c’était l’hébreu.

Alors qu’il n’était encore qu’un jeune adolescent, Lejzer Ludwig confia un jour à sa mère son désir de donner une langue commune à l’humanité pour rapprocher tous les hommes.

 

En 1874, à 15 ans, il commence un travail qui aboutira 4 ans plus tard à un premier projet qu’il présente à ses camarades lycéens. Ce premier essai ne lui paraissant pas satisfaisant, il se remet au travail, élabore un deuxième projet qui ne lui donne toujours pas entière satisfaction.

 

À l’âge de 28 ans, après 13 années d’un travail constant, de nombreux essais et plusieurs refontes, il publia le 26 juillet 1887 son premier manuel intitulé : « Lingvo Internacia de Doktoro Esperanto » (Langue Internationale du Docteur Espéranto)

Ce mot « Esperanto », est le pseudonyme de l’auteur, et veut dire, en Langue Internationale, celui qui espère. Esperanto est le participe présent du verbe espérer, « esperi » en espéranto.

 

Zamenhof se consacrera désormais à faire vivre sa langue qui très vite se répand en Europe puis dans le monde. Le premier congrès universel de Boulogne-sur-Mer du 5 au 13 août 1905 a réuni 688 participants de 20 pays. C’est la consécration !

 

Structure de la langue

L’espéranto, est sans doute la langue la plus simple qui existe au monde :

Sa grammaire ne souffre d’aucune exception et toutes les lettres se prononcent.

Cette langue « construite » se base sur seize règles de grammaire combinées

Pour former des mots, il suffit de coller des préfixes et des terminaisons à des racines.

Une bonne partie des racines sont les mêmes en français.

 

Lien du jour : http://esperanto-france.org/

 

 

Repost 0
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 23:02

Dans la seconde partie du XIXe siècle, de nombreuses localités tentent d’organiser et de développer le tourisme. Le 23 juillet 1875, Gerardmer (Vosges) est la première ville à se doter d’une structure qui y est entièrement dédiée : le « Comité des Promenades » de Gerardmer.

gerardmer quai du lac

Gérardmer connut très tôt un engouement « touristique ».

Dès le XVIIème siècle, les ducs de Lorraine et les chanoinesses de Remiremont viennent s'y reposer.

C'est cependant au XIXème siècle que les rives du lac commencent à s'aménager avec les hôtels et les villas, propriétés de riches industriels et de notables belges, nancéïens et parisiens.

Depuis des années, la ville accueille une foule de visiteurs estivaux. Hôtels et loisirs se sont développés à vive allure, conduisant à la création du tout premier « office de tourisme ». Il avait pour but d’augmenter encore le flux de touristes et d’organiser au mieux leur séjour. Des sentiers seront donc tracés au cœur de la nature et autour des lacs vosgiens.

 

Voir aussi : Chronologie des vacances estivales

 

Repost 0
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 23:01

Dès le XVIIIe siècle, le tourisme prend forme, mais concerne alors surtout la haute société anglaise. Il se développe ensuite au fil des années et touche progressivement toutes les classes sociales.

 

1820 : Construction de la Promenade des Anglais

Le révérend britannique Lewis Way fait construire, par ses propres moyens, un chemin longeant le littoral niçois. Depuis le milieu du siècle dernier, les Anglais les plus fortunés passent leurs hivers à Nice, enrichissant l’économie de la ville.

1839 : Naissance des guides de voyage Baedeker

L’allemand Karl Baedeker publie un guide de voyage sur le Rhin. La qualité des informations fournies, régulièrement actualisées, leur vaudra une renommée mondiale.

5 juillet 1841 : Cook crée la première agence de voyage

Thomas Cook est l’initiateur du premier voyage de groupe organisé.

1860 : Création de la station de Deauville

Demi-frère de Napoléon III, le duc de Morny fonde la station balnéaire de Deauville. Accompagné par le docteur Olliffe, l’architecte Breney et le banquier Donon, il ne rencontre aucune difficulté pour commencer les travaux. Desservie par un chemin de fer, elle attirera la noblesse et toutes les célébrités, développant ainsi le tourisme estival.

23 juillet 1875 : Création du premier office de tourisme français

Voir détails

1876 : La première colonie de vacances est organisée

Le pasteur suisse Hermann Walter Bion emmène plus de 60 enfants à la campagne. L’idée lui vint en les observant au cœur du quartier défavorisé de Zurich. Accompagné de dix adultes, il leur fera passer deux semaines au grand air. Les garçons dormiront dans la paille et les filles, chez les paysans. Chacun d’eux contribuera aux tâches ménagères mais participe surtout à des activités instructives et sportives.

2 mai 1889 : premier syndicat d’initiative

Le premier syndicat d’initiative est créé à Grenoble le 2 mai 1889. Il s’agit d’une association initiée par la commune et ayant une mission de service public à but non lucratif, visant à promouvoir le lieu, accueillir, informer, et retenir les visiteurs en leur proposant des activités.

Août 1900 : Parution du premier guide Michelin

Michelin se dote d’un outil promotionnel innovant : un guide des restaurants et adresses utiles pour les automobilistes.

28 mars 1912 : Le Touquet – Paris-Plage est né

Voir détails

22 septembre 1924 : Première mise en service d'une autoroute

L'Italien Puricelli, fondateur de la société Strade e Cave, construit la première véritable autoroute de la planète. Elle relie Milan à Varèse en Italie, soit 85 kilomètres. Toutes les autres constructions de routes à deux chaussées étaient restées jusqu'alors à l'état de prototype, notamment en Allemagne et aux Etats-Unis. Suivant l'exemple italien, Hitler chargera son gouvernement de faire construire des autoroutes dans toute l'Allemagne.

7 juin 1936 : Congés payés

Dans la nuit du 7 au 8 juin, à l'hôtel Matignon à Paris, sont signés les accords entre le nouveau président du Conseil, Léon Blum, la Confédération Générale du Patronat Français et CGT : généralisation des conventions collectives, création des délégués du personnel, augmentation de 12% des salaires, instauration de la semaine de 40 heures ; et octroi de 15 jours de congés payés.

3 juin 1946 : Le bikini fait scandale

Voir détails

27 avril 1950 : Naissance du premier Club Méditerranée

Gilbert Trigano et Gérard Blitz fonde le Club Méditerranée en ouvrant le premier site à Palma de Majorque, aux Baléares. Cette association a pour but d’offrir aux touristes différents loisirs au sein d’un village de vacances.

30 juin 1976 : Naissance de Bison Futé

Voir détails

 

 

Repost 0
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 23:01

A la suite de sa rencontre avec l'ambassadeur de France Benedetti au sujet de la succession au trône d'Espagne, le roi de Prusse Guillaume Ier rend compte de son rendez-vous au Ministre-président Otto Von Bismarck.

Il lui adresse depuis Bad Ems un télégramme lui annonçant qu'il ne soutient plus la candidature de son cousin, le prince Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen au trône d'Espagne.

Dès réception du message, Bismarck qui estime que le roi a agi par faiblesse, déforme la dépêche royale en lui donnant un tour belliciste.

Il y est écrit que « le roi a refusé de voir l'ambassadeur de France » et qu'il lui a « fait dire qu'il n'avait plus rien à lui communiquer ».

 

La France, insultée par la dépêche d'Ems, déclarera la guerre à la Prusse le 19

La guerre franco-prussienne qui opposa la France et les états d'Allemagne sous la domination de la Prusse fut une guerre courte (à peine six mois) qui se déroula du 19 juillet 1870 jusqu'au 29 janvier 1871.

Le 2 septembre, Napoléon III est vaincu à Sedan.

Le 19 septembre, débute le siège de Paris ; la capitale est encerclée par les troupes prussiennes.

Le 7 octobre, Gambetta quitte Paris en ballon.

Le 27 octobre, le maréchal François Achille Bazaine capitule à Metz avec son armée de 180 000 hommes. Le 4 novembre, le maréchal prussien Moltke à la tête de 40 000 hommes établit un siège à Belfort.

Le 18 janvier 1871, alors que la guerre n'est pas encore achevée, les représentants des états allemands se réunissent dans la galerie des Glaces du château de Versailles et proclament l'Empire allemand.

Le 28 janvier, au terme de plusieurs mois d’un siège qui a affamé les Parisiens et quelques jours après l’échec du Général Trochu, Paris est contraint de capituler.

 

Relire aussi :

19 juillet 1870 - La guerre de 1870 éclate

2 septembre 1870 - Napoléon III vaincu à Sedan

 

 

Repost 0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 23:01

 

Le mercredi 30 juin 1976, le ministère des Transports annonce la naissance de « Bison Futé ». Symbolisé par un indien, ce service est chargé d’améliorer la circulation sur les routes de France lors des grands chassés croisés en prodiguant conseils et prévisions.

 

L’été précédent, plus de 60.000 voitures étaient immobilisées sur près de 600 km d’embouteillage.

C’est ainsi que « Bison Futé », groupe composé d'une dizaine de personnes, en arrive à informer et conseiller les automobilistes pour mieux organiser la circulation.

« Bison futé », au début est simplement composé d’une dizaine de personnes chargées de conseiller et d’informer les futurs voyageurs pour organiser au mieux les déplacements.

Le service oriente dès la première année son action sur trois axes : l'étalement dans le temps des déplacements (grâce à des tranches horaires conseillées et des aires de repos aménagées), le renforcement des itinéraires Bis (plus de 3 500 km d'itinéraires Bis sont balisés dès 1976) et la communication vers l'usager (via 64 quotidiens nationaux et régionaux).

 

Aussitôt créé, le succès est au rendez-vous

Bison Futé est suivi par des millions de français, soucieux de ne pas se retrouver coincés sur les routes et autoroutes pendant des heures.

Dès le mois de juillet, le résultat est épatant et « Bison Futé » gagnera ainsi l’estime des Français.

Le résultat sera spectaculaire puisque les congés de l’été 1976 verront les bouchons fondre de plus de 50 %

http://www.lerepairedesmotards.com/img/logo/bison-fute-1.gif  http://www.live2times.com/imgupload/event/10713/230910180331/normal/naissance-de-bison-futedm8wce46-.gif   http://2.bp.blogspot.com/_DMxDOYqJJ7Q/S-RCzP2jHiI/AAAAAAAABKs/ZomuHvXOVPs/s320/bison-fut%C3%A9.jpg

 

Lien du jour : Site officiel de Bison Futé

Repost 0
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 23:01

Le 30 mai 1631, sous le règne de Louis XIII, une poignée de privilégiés découvre « La Gazette ». Il s'agit du premier journal publié en France. Cet hebdomadaire tire son nom d'une monnaie vénitienne (gazetta) qui équivalait au prix du journal.

Théophraste Renaudot

Le fondateur de La Gazette, Théophraste Renaudot (45 ans), est un médecin philanthrope qui bénéficie de la protection du cardinal Richelieu.

 

Il a déjà à son actif la création d'un bureau d'assistance aux pauvres à Paris, sur l'île de la Cité. Ce « Bureau et Registre d'adresses » publie les offres d'emploi des particuliers ainsi que des annonces marchandes (c'est le début des agences pour l'emploi et de la publicité !).

 

Réformateur visionnaire, Théophraste Renaudot en arrive de fil en aiguille à l'idée de La Gazette.

 

Paraissant tous les vendredis, le journal compte quatre à douze pages selon les semaines. Il s'agit de communiqués officiels et de nouvelles de l'étranger.

 

Richelieu et le roi Louis XIII lui confient des articles où ils expliquent leur politique étrangère, notamment leur alliance avec les protestants allemands dans la Guerre de Trente Ans.

Le tirage de La Gazette atteint bientôt... 800 exemplaires !

 

Le journal fut racheté par le gouvernement au siècle suivant. À partir du 1er mai 1792, La Gazette parut quotidiennement et prit le nom de Gazette nationale de France après l’exécution de Louis XVI, le 21 janvier 1793. Le ton des articles de la Gazette, dont l’orientation politique changera en fonction des régimes en place, resta impartial et très prudent. Bonapartiste sous le Premier Empire, elle s’affirmera ouvertement royaliste pendant la Restauration.

 

Cette ligne éditoriale restera le fonds de commerce de La Gazette rebaptisée La Gazette de France sous la IIIe République jusqu’à la parution de son dernier numéro en 1915.

La Gazette

 

Repost 0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 23:01

Le 17 mai 1792, à New York, au numéro 68 de la rue du mur (Wall Street), près de l'ancien mur d'enceinte des Hollandais, 24 agents de change signent la convention du Buttonwood tree, du nom du platane sous lequel ils ont pris l'habitude de se réunir.

 

Par cette convention, ils décident d'appliquer un taux de commission unique sur toutes leurs ventes de titres.

C'est la naissance du New York Stock Exchange (NYSE), la Bourse des valeurs de New York, surnommé Wall Street depuis 1863.

Wall Street est la première place financière du monde.

http://autourduperetanguy.blogspirit.com/media/00/00/1790982800.jpg

Voir aussi :

4 novembre 1826 - Le palais Brongniart est inauguré

 

 

Repost 0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 23:02

Lors du congrès d'Issy-les-Moulineaux, le 4 mai 1969, la SFIO (Section française de l'Internationale ouvrière, fondée en 1905) devient le « Parti Socialiste »

La SFIO s’unit avec d’autres partis de gauche et souhaite « le renouveau ».
Il prend alors le nom de « Parti Socialiste » et décide de présenter Gaston Defferre aux élections présidentielles.

Alain Savary devient le premier secrétaire du Nouveau Parti Socialiste.

 

Relire aussi :

10 mai 1981 - François Mitterrand président

6 avril 1983 - Pierre Mauroy accentue la rigueur

7 avril 1991 - Perquisition au siège d'Urba

2 avril 1993 - Libération révèle les écoutes illégales de l’Élysée

21 décembre 2000 - Jean-Christophe Mitterrand écroué

 

Repost 0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 23:01

Le mercredi 25 avril 1945 s'ouvre la conférence de San Francisco.

Les représentants des nations libres élaborent la charte de l'Organisation des Nations Unies (ONU). Le même jour, les armées américaines et soviétiques font leur jonction à Berlin.

25 avril 1945 Conférence de San Francisco

San Francisco accueille 51 États convoqués par les Etats-Unis afin d’établir la Charte des Nations Unies. Cette dernière s’appuie sur les décisions prises à Dumbarton Oaks l’année précédente. Après deux mois de discussion, tous les États réunis signeront le document, qui sera ratifié par la majorité d’entre eux le 24 octobre.

Ainsi naîtra officiellement l’Organisation des Nations Unies.

http://www.un.org/fr/aboutun/flag/images/unflag.gif

Le but principal de l'ONU est le maintien de la sécurité et de la paix internationale. Actuellement cette organisation compte 192 membres.

 

Voir aussi :

10 janvier 1920 : naissance de la SDN

26 juin 1945 : Fondation de l'ONU

22 juillet 1946 : fondation de l'OMS

Repost 0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 00:02

La conférence intergouvernementale pour le Marché commun et l'Euratom s'ouvre le 26 juin 1956 en Belgique. En dépit des désaccords, animés d'un profond désir d'approfondir la construction européenne, les Six accouchent au printemps suivant des Traités instituant la Communauté économique européenne et la Communauté européenne de l'énergie atomique.

 

Le traité de Rome

Le lundi 25 mars 1957, six pays (l'Allemagne, la France, l'Italie, les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg) signent à Rome le traité à l'origine de l'Union européenne.

traité de Rome

La ratification du traité ne va pas sans difficultés. Des personnalités s'y opposent, comme le député socialiste Pierre Mendès France qui craint que l'industrie nationale ne supporte pas l'ouverture des frontières et la concurrence allemande. Par contre, plus visionnaire, le général Charles de Gaulle, sollicité par ses proches d'y mettre son veto, refuse. Il écrit en marge du dossier : « Nous sommes forts mais ils ne le savent pas ».

 

Le traité de Rome sur la CEE entre finalement en vigueur le 1er janvier 1958.

Il instaure un Parlement dont le siège est d'abord fixé à Bruxelles et une Cour de Justice établie à Luxembourg.

 

Voir aussi :

18 avril 1951 - Création de la CECA

3 février 1958 - Création du Benelux

7 février 1992 - Le traité de Maastricht

 

 

Repost 0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 00:10

Louis et Auguste Lumière qui viennent de déposer le brevet du cinématographe, font la démonstration de leur invention devant un parterre de scientifiques.

Ils organisent une projection « corporative » dans les locaux de la Société d'encouragement à l'industrie nationale, rue de Rennes à Paris.

Les deux inventeurs au nom prédestiné présentent un petit film d'une minute :
« La sortie des ouvrières de l'usine Lumière ».

Il constitue le premier film de l'histoire du cinéma.

 

 

Les frères Lumière sont les fils d'un fabricant franc-comtois de matériel photographique. Ils ont déjà à leur actif une importante contribution à la photographie avec un brevet sur la couleur quand, faisant la synthèse de plusieurs décennies de recherches, ils déposent le 13 février 1895 le brevet du cinématographe.

 

Leur invention restitue l'impression de mouvement à partir d'un film perforé que fait défiler un opérateur à la vitesse de dix-huit images par seconde (aujourd'hui, les films se déroulent à 24 images/seconde ; cette différence explique le caractère saccadé des films Lumière lorsqu'ils se déroulent sur des appareils de projection modernes).

 

Voir aussi :

28 décembre 1895 - Séance publique du cinématographe

6 octobre 1927 - Sortie du premier film parlant

 

 

 

Repost 0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 00:01

Le 20 mars 1933, soit seulement sept semaines après l’accession d’Adolf Hitler au pouvoir, le commissaire nazi à la police de Munich, Heinrich Himmler, crée dans les locaux d'une ancienne usine de poudre à Dachau un camp de concentration destiné aux prisonniers politiques.

http://forum.valka.cz/files/dachau.jpg 

Les opposants au nouveau régime (sociaux-démocrates, communistes et quelques monarchistes) commenceront à y être déportés. Ils sont bientôt rejoints par des témoins de Jéhovah, des « droit commun », des Juifs et des Tsiganes, des homosexuels, alors qu’est construit un véritable complexe concentrationnaire.

Le camp de Dachau, situé en Bavière, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Munich, constitue ainsi le modèle de référence sur lequel d’autres camps ont été construits.

 

De 1933 à 1939, 35.575 détenus, des Allemands, puis des Autrichiens, des Tchèques et des Polonais, sont ainsi immatriculés au KL Dachau.

A partir de 1939, des détenus provenant de tous les pays en guerre contre l’Allemagne arrivent à Dachau. A la libération, trente nations sont représentées. Au total, plus de 200.000 déportés sont passés par Dachau et ses Kommandos. Parmi eux, on trouve 12.500 Français environ.

 

Voir aussi :

11 avril 1945 - Les Américains libèrent le camp de Buchenwald

27 janvier 1945 - Libération du camp d'Auschwitz-Birkenau

 

 

Repost 0
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 00:01

Le 15 février 1794, la Convention décrète que « le pavillon sera formé des trois couleurs nationales disposées en trois bandes égales posées verticalement... » Le peintre David suggère que le bleu soit fixé à la hampe.

Ces règles destinées aux pavillons des navires s'appliquent dans la foulée à l'ensemble des emblèmes nationaux.

 

L’origine des trois couleurs

Les rois de France ont porté séparément les trois couleurs de notre drapeau national, le bleu, le blanc et le rouge.

En effet, une bannière bleue flottait pour le couronnement de Charlemagne et, de Clovis à Charles X, le manteau royal paré de fleurs de lys d'or était de couleur bleu azur.

La couleur rouge vient de ce que les rois de France, dans les heures de grand péril, brandissaient la bannière de Saint-Denis, rouge du sang du martyr. Cette tradition a été reprise par les Parisiens insurgés contre le roi Louis XVI, de sorte que le drapeau rouge est devenu le symbole mondial des luttes ouvrières !

 

Enfin, le blanc a été la couleur du drapeau royal et du pavillon de la marine depuis 1638.

 

La création du drapeau tricolore

Aux premiers jours de la Révolution française, les trois couleurs du drapeau français ont d'abord été réunies sous la forme d'une cocarde.

Le 17 juillet 1789, peu après la prise de la Bastille, Louis XVI est accueilli à l'Hôtel de Ville par une foule arborant une cocarde aux couleurs de Paris, le bleu et le rouge. La Fayette remet au roi une cocarde semblable où il insère le blanc.

Le 24 octobre 1790, l'assemblée constituante décrète le drapeau tricolore, comme étant le drapeau français, en substitution au drapeau blanc.

 

Le drapeau tricolore a été officiellement adopté comme pavillon national, par la loi du 27 pluviôse an II (15 février 1794).

 http://www.gralon.net/articles/vignettes/thumb-le-drapeau-francais---histoire-de-la-banniere-tricolore-953.gif

Voir aussi : 24 octobre 1790 - La France adopte le drapeau tricolore

Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 00:16

Le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) entre en vigueur en France.

 

La loi du 11 février 1950 sur les conventions collectives rendit aux partenaires sociaux la liberté de négocier les salaires, suspendue dès le début des hostilités en 1939, mais à la fois pour laisser au gouvernement une flexibilité d’intervention dans le domaine des salaires et pour rassurer les syndicats qui craignaient de ne pas être de force, du moins dans certains secteurs d’obtenir des salaires convenables, la loi créa un salaire minimum interprofessionnel garanti, le SMIG que le gouvernement fixerait par décret à partir d’un budget type.

 

Le nouveau dispositif impose donc le principe d'une rémunération minimale en dessous de laquelle aucun salarié ne peut être payé. Déterminé en fonction du budget type d'un ménage, le SMIG permet aussi de garantir un pouvoir d'achat minimum aux ménages les plus modestes.

A partir de 1952, le SMIG sera indexé sur les prix.

Le 21 janvier 1970, il sera remplacé par le SMIC (Salaire minimum interprofessionnel de croissance).

 

Mais la loi de 1950 permet aussi de restaurer les conventions collectives supprimées lors du régime de Vichy.

Toutefois, des modifications seront instaurées vis-à-vis de la loi de 1936.

 

Repost 0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 00:02

La paraskevidékatriaphobie est la phobie du vendredi treize.

Depuis des siècles, la combinaison et les composantes du vendredi et du 13 sont symboles d'infortune.

 

Plusieurs origines sont avancées pour expliquer ces craintes :

Les Grecs et les Romains donnaient au chiffre 13 une connotation négative. Ces deux mythologies associent le chiffre 12 à la régularité et la perfection.

Ainsi, il y a 12 dieux olympiens, 12 constellations, 12 signes du zodiaque, 12 heures du jour et de la nuit.

Le nombre 13, qui vient rompre ce cycle régulier et introduit le désordre. Détruisant l'harmonie, il est synonyme de malheur. Pour ce qui est du vendredi, il est associé aux événements malheureux puisque c'est ce jour là, dans la Rome antique, que se déroulent généralement les exécutions des condamnés à mort.

 

Une autre hypothèse vient de la chute de l'Ordre du temple :

Le vendredi 13 octobre 1307 (calendrier julien), le roi Philippe le Bel fait arrêter les membres de l'ordre du Temple et les fait torturer, afin qu'ils avouent des crimes qu'ils n'ont pas commis. Ceux qui reviennent sur leurs affirmations sont condamnés au bûcher. L'ordre du Temple est ainsi dissout, laissant tout le pouvoir au roi.

D’autres associent le chiffre 13 à La Cène, où Judas est la treizième personne présente au repas ; et le vendredi au vendredi de la Crucifixion de Jésus-Christ.

 

A l'inverse, le vendredi 13 est un jour de chance pour certains.

http://petitemimine.p.e.pic.centerblog.net/o/b545557f.jpg


Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 00:01

La Société Des Nations naît officiellement le samedi 10 janvier 1920, date d'entrée en vigueur du traité de Versailles (Élaboré au cours de la conférence de Paris, le traité fut signé le 28 juin 1919, dans la galerie des Glaces du château de Versailles).

 

L'organisation internationale, dont le siège est établi à Genève, accueille 32 pays membres. Elle est soumise à l'autorité d'un conseil permanent composé de la France, du Royaume-Uni, de l'Italie, du Japon et de la Chine.

 

Paradoxe : bien qu'imaginée par le président américain Wilson, la SDN n'accueillera jamais en son sein les Etats-Unis.

 

Le rôle de la SDN est d'assurer le maintien de la paix dans le monde.

Les objectifs de la SDN comportaient le désarmement, la prévention des guerres au travers du principe de sécurité collective, la résolution des conflits par la négociation et l’amélioration globale de la qualité de vie.

 

Après la Seconde Guerre mondiale, elle sera remplacée par l'ONU.

 

Voir aussi : 26 juin 1945 - Fondation de l'ONU

 

Repost 0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 00:01

D'un mot grec qui désigne une apparition, l'Épiphanie désigne plusieurs manifestations du Christ au monde : la Chandeleur (présentation de l'Enfant Jésus au Temple), le baptême du Christ dans le Jourdain et la transformation de l'eau en vin aux noces de Cana (premier récit d'un miracle de Jésus).

 

La tradition populaire a restreint l'usage du mot Épiphanie à la visite que rendirent des mages venus d'Orient à l'Enfant Jésus.

Selon le récit qu'en fait saint Matthieu, les mages furent guidés jusqu'à la crèche de Bethléem par une étoile mystérieuse. Une fois arrivés, ils déposèrent devant la crèche l'or, qui évoque la richesse terrestre, la myrrhe, qui accompagne les hommages rendus à un roi à sa mort, et l'encens qui honore la divinité.

Trois mages jesus

La tradition de la galette des rois

L'Épiphanie est traditionnellement fixée au 6 janvier mais pour plus de commodité, l'Église catholique la célèbre le dimanche qui suit le 1er janvier.

Ce jour-là c'est aussi l'occasion de « tirer les rois » : cette pratique trouve son origine dans la Rome antique. La fève cachée dans la galette rappelait à l'origine l'Enfant Jésus que les mages avaient longtemps cherché en suivant l'étoile.

 

La tradition veut que l'on partage la galette en autant de parts que de convives, plus une. Cette dernière, appelée « part du Bon Dieu », « part de la Vierge » ou « part du pauvre », était destinée au premier pauvre qui se présenterait au logis.

La personne ayant dans sa part la fève sera symboliquement couronnée roi ou reine et devra offrir la prochaine galette…

Lorsqu'il y a des enfants, le plus jeune doit se placer sous la table, et la personne qui fait le service choisit une part, l'enfant désigne le destinataire.

 

Longtemps, le 6 janvier (Epiphanie) fût plus important que le jour de Noël.

À noter qu'en Espagne, encore actuellement, ce sont les Rois mages qui apportent les cadeaux à l'Epiphanie et non à Noël.

 

Voir aussi : Les Rois mages

Repost 0
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 05:50

Le Comité des ministres adopte le drapeau des douze étoiles sur fond azur comme emblème du Conseil de l'Europe le 8 décembre 1955.

 http://www.atheisme.org/drapeau.gif

La Communauté européenne choisira le même drapeau en 1986.

Les étoiles forment un cercle illustrant la solidarité entre les différents peuples d’Europe ; elles sont au nombre invariable de douze, symbole de la perfection et de la plénitude.

 

L'origine chrétienne du drapeau européen 

Ce motif est en fait l'attribut typique du culte de Marie. Les représentations de la mère de l'hypothétique JC la montrent toujours auréolée de douze étoiles, souvent sur un fond de ciel bleu.

Arsène Heitz déclarait lui-même qu'il avait conçu le drapeau sur le modèle de la médaille dite miraculeuse de la Chapelle de la rue du Bac, à Paris. Et il faut ajouter à cela que la date à laquelle a été décidée l'adoption du drapeau en 1955, le 8 décembre, coïncide avec celle choisie en 1854 par Pie IX pour célébrer le culte de l'Immaculée Conception de Marie.

  http://www.maastatues.fr/statues/medaille0.jpg

Le bleu se voulait officiellement une couleur dépassant les affinités nationales, les autres couleurs incarnant déjà, selon le Conseil Européen, les autres continents. Quant au nombre 12 les responsables y ont vu un symbole de perfection.

Le seul intérêt du nombre 12 est la possibilité de pouvoir être facilement divisé : 2, 3, 4 et 6 sont ses diviseurs. Si cela constitue un avantage indéniable pour la mesure de diverses quantités comme le temps ou les angles, on en voit mal l'utilité dans le cas de la Communauté Européenne.

La véritable justification est donnée sur divers sites internet de la Communauté Européenne, comme celui du Conseil de l'Europe : « c'est le chiffre 12 qui est retenu, chiffre qui constitue un signe de perfection et de plénitude, évoquant aussi bien les apôtres que les fils de Jacob, les tables du législateur romain ou les travaux d'Hercule, les heures du jour, les mois de l'année, les signes du zodiaque ».

L'inspiration chrétienne alliée à la « magie » du nombre 12 a donc été déterminante pour les caractéristiques du drapeau. En outre l'adoption définitive du drapeau en 1986 a bénéficié d'une confusion tendant à occulter son origine chrétienne. Les états membres étaient alors au nombre de douze et on a pu croire à une correspondance exacte avec le nombre d'étoiles, à la manière du drapeau des Etats Unis d'Amérique.

http://www.atheisme.org/marie.jpg

Repost 0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 21:38

Afin de réviser ce grand classique pour demain, voici les paroles et la vidéo de cette chanson enfantine, racontant la légende la plus connue de Saint Nicolas.

 

 

Ils étaient trois petits enfants

qui s'en allaient glaner aux champs.

Ils sont allés et tant venus

que sur le soir se sont perdus.

Ils sont allés chez le boucher :

- boucher, voudrais-tu nous loger ?

 

- Entrez, entrez, petits enfants,

Il y a de la place assurément.

Ils n'étaient pas sitôt entrés

que le boucher les a tués.

les a coupés en petits morceaux

et puis salés dans un tonneau.

 

Saint Nicolas au bout de sept ans

vint à passer dedans ce champ,

alla frapper chez le boucher :

- boucher, voudrais-tu me loger ?

- entrez, entrez Saint Nicolas.

Il y a de la place, il n'en manque pas.

 

- Du petit salés je veux avoir

qu'il y a sept ans est au saloir.

Quand le boucher entendit ça,

bien vivement il se sauva.

- Petits enfants qui dormez là,

je suis le grand Saint Nicolas.

 

Le grand Saint étendit trois doigts,

les trois enfants ressuscita.

Le premier dit : " j'ai bien dormi. ""

Le second dit : " et moi aussi. "

« Je me croyais au paradis »

A ajouté le plus petit.


 la légende de Saint Nicolas 3 enfants

Repost 0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 00:02

Les « Catherinettes »

On célèbre les Catherine mais aussi les « Catherinettes », une tradition qui remonte au Moyen Age et persiste encore dans le nord de la France.

Une Catherinette est une jeune femme qui, ayant atteint 25 ans n'est toujours pas mariée (l'origine grecque du prénom est katharos = pur).

Si elles respectent la tradition, le 25 novembre, ces célibataires doivent se mettre un couvre-chef comportant les couleurs jaune (symbole de la foi) et verte (symbole de la connaissance), en rappel de l'ancienne tradition qui voulait que des jeunes filles coiffent la statue de sainte Catherine à Paris, ce jour-là.

 

L'expression « Coiffer Sainte-Catherine » signifie donc qu'une jeune femme arrive à l'âge de vingt cinq ans et n'est toujours pas mariée.

De plus dans le Nord-Pas-de-Calais, la tradition veut que les petites filles échangent des cartes (et les garçons à la Saint Nicolas).

carte Sainte Catherine carte Sainte Catherine carte Sainte Catherine carte Sainte Catherine

 

Sainte Catherine d’Alexandrie, l'une des plus célèbres martyres des premiers siècles.

Née à Alexandrie au sein d'une famille noble, Sainte Catherine se convertit au christianisme à la suite d'une vision.

Jésus, ému par sa ferveur, contracte avec elle un mariage mystique sous les yeux de Marie et de la Cour céleste.

Très intelligente, elle suit les cours des plus grands maîtres chrétiens et on dit qu'elle réussit à démontrer à 50 grands philosophes d'Alexandrie la vanité des idoles et la fausseté de leur foi, jusqu'à les convertir tous.

 

Impressionné, l'empereur Maxence lui propose un mariage royal, qu'elle refuse par fidélité envers son mari mystique. Humilié, l'empereur lui fera subir le supplice de la dislocation des membres sans succès, puis le supplice de la roue duquel elle sort indemne.
Elle finira décapitée le 25 Novembre 307 et deviendra la seule Sainte du paradis à posséder trois auréoles : la blanche des vierges, la verte des docteurs et la rouge des martyrs.

Sainte Catherine d’Alexandrie 

Sainte Catherine est aujourd'hui la patronne des filles à marier, écoliers et étudiants, mais aussi des barbiers, charrons, cordiers, drapiers, fileuses de laine, généalogistes, meuniers, notaires, nourrices, orateurs, philosophes, plombiers, potiers, prêcheurs, rémouleurs, tailleurs, théologiens.

Repost 0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 23:02

Changement d’heure le week-end prochain !

passage à l’heure d’hiver

 

Le passage à l’heure d’hiver aura lieu dimanche 30 octobre 2011 à 3 heures du matin.
Vous devrez retirer 60 minutes à l’heure légale. Il sera alors 2 heures.

 

Le passage à l’heure d’été aura lieu dimanche 25 mars 2012 à 2 heures du matin.

 

Voir l’article : 19 mars 1917 - loi instituant l'heure d'été en France


Repost 0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 23:31

L'histoire se déroule à Béthune, sous le règne de Philippe-Auguste, époque où le Nord de la France et une partie de la Belgique actuelle dépendaient des Comtes d'Artois.

 

Les ravages des épidémies

Le sol marécageux d'une partie des communes voisines de Béthune et de Beuvry favorisait l'éclosion de mouches, moustiques, puces, rats qui semaient à profusion des germes de maladies contagieuses et mortelles variées, telles que malaria, lèpre, peste.

Une épidémie de ce genre apparut fin 1187, mais l'hiver calma la contagion. 

Pourtant, l’épidémie reprit en 1188 avec une nouvelle vigueur, juste au moment où la paix venait d'être signée entre le Roi de France et le Comte de Flandres, après quatre années de guerre qui avaient affaibli les habitants et l'économie de la région.

La désolation fut extrême, le découragement total, au point de voir la population s'enfuir des villes, laissant les malades sans soins ni secours, et les morts abandonnés sans sépulture.

La médecine de l'époque était rudimentaire et impuissante.

En pareille situation, la population cherchait secours auprès de Dieu, remplissant les églises.

 

21 septembre 1188 : Saint Eloi apparu en rêve à 2 forgerons

C'est alors qu'à trois reprises, Saint Eloi, Patron des forgerons, apparut de nuit à un forgeron de Beuvry, nommé Germon, le priant d'aller vers Béthune pour fonder une « karité » (confrérie de charité), qui inhumera les défunts, et pour instaurer une « candeille » (chandelle de cire vierge) pour guérir les malades.

Germon prend alors la route de Béthune le, jour de la fête St-Matthieu, mais en arrivant à la limite des deux communes, il vit, venant à lui, un homme également habillé en forgeron, mais se dirigeant vers Beuvry.

Cet homme n'est autre que Gauthier, un forgeron du faubourg de Saint-Pry, près de Béthune.

Il avait reçu de Saint Eloi le même message que Germon !

La légende veut que les deux forgerons tombent dans les bras l'un de l'autre, pleurent et prient ensemble près de la source de Quinty toute proche (à la limite des 2 communes). Cherchant conseil, Gauthier suggère de consulter un saint homme, le moine Rogon, du Couvent cistercien de Saint-Pry.

stèle germon et gautier bethune beuvry

Fondation de la confrérie de charité

Il est de bon conseil et, après avoir prié, demande aux deux forgerons de constituer leur « karité » et de commencer aussitôt à enterrer dignement tous les défunts, pendant que lui se charge de leur fournir la Sainte-Chandelle en cire vierge.

Le mouvement est lancé, et devant le courage de ces deux forgerons, des habitants des deux villes viennent les aider.

 

Progressivement, les défunts sont dignement inhumés, et les malades sont soignés, l'épidémie régresse doucement, puis finit par disparaître complètement.

Mais la chose la plus étrange de cette histoire est le fait que jamais aucun de ces hommes charitables n'ait contracté la maladie ?

La légende parle d'une épidémie de peste. Certains historiens locaux disent ne pas en avoir de preuve écrite, et parlent d'une maladie très contagieuse.

 

8 siècles d’existence !

Et pendant plus de huit siècles, aucun Charitable n'est mort d'une épidémie, car selon la prophétie de Saint-Eloi :

« Le fléau n'approchera point de vous, ni même de vos demeures ! »

 

De nos jours, ils ont toujours pour vocation d'accompagner les morts à leur dernière demeure, et accordent leurs attentions aux vivants. D’autres confréries se sont fondée dans les villages et villes de la région de Béthune.

Les 2 confréries de Béthune et Beuvry célèbrent chaque année cette rencontre historique, le dimanche qui suit la Saint Mathieu. Deux processions dont organisées au départ de chaque « chambre » (local de réunion des charitables). Les deux processions se rendent à la rencontre l’une de l’autre, comme l’avaient les 2 forgerons. Une messe en plein air est donnée près de la source Quinty.

procession confrérie charitables béthune beuvry

messe plein air quinty bethune beuvry

Lien du jour :

Histoire, photos et actualité des charitables de Beuvry et Béthune.


Repost 0

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire