Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 14:43

En réplique à la victoire d'Israël dans la guerre du Kippour, dix jours plus tôt, onze pays arabes membres de l'OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) annoncent un embargo total sur les ventes de pétrole aux soutiens d'Israël, parmi lesquels les États-Unis, le Portugal, l'Afrique du Sud et les Pays-Bas. L'Arabie saoudite, qui représente 21% des exportations mondiales de pétrole, est en flèche dans l'embargo, sous l'impulsion du roi Fayçal et de son ministre du pétrole, le sheikh Yamani.

Sous l'effet de la menace, les Européens, terrorisés, renoncent à soutenir les Pays-Bas et le fournir en pétrole. Chacun de son côté prend des mesures d'urgence dans la perspective d'une pénurie de carburant qui, cependant, ne viendra pas.

Le prix du baril de light Arabian, qui fait référence sur le marché, passe de 3 dollars à 18, mais se stabilise au bout de quelques mois autour de 8 ou 9 dollars. Les pays exportateurs mais aussi les grandes compagnies pétrolières occidentales sont les grands gagnants de ce premier choc pétrolier.

 

Cette première crise pétrolière pousse les États à diversifier leurs ressources énergétiques pour chercher des alternatives au tout pétrole. La France développe, à partir de 1973, un programme massif de construction de centrales nucléaires. C’est aussi le début des politiques d’économie énergétique.

Repost 0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 23:01

Le lieutenant de César Lucius Munatius Plancus fonde sur la colline de Fourvière, au-dessus du confluent du Rhône et de la Saône, une colonie promise à un destin exceptionnel…

Elle est créée pour abriter les citoyens romains chassés de Vienne par les Allobroges. La ville deviendra la capitale administrative et religieuse des trois Gaules (Lyonnaise, Aquitaine, Belge) et accueillera chaque année au mois d’août les chefs des 60 tribus gauloises.

 

Il s'agit de remplacer Colonia Julia Vienna (aujourd'hui Vienne, Isère), colonie fondée par Jules César plus au sud, sur le territoire des Allobroges, et victime d'une révolte gauloise.

 

Le choix du nouveau lieu s'explique par la présence de nombreuses routes en relation avec les différentes régions de la Gaule. Des Gaulois sont déjà installés à proximité, dans un village du nom de Condate, sur la «presqu'île», entre la colline de la Croix-Rousse et l'actuelle place Bellecour.

 

La ville porte d'abord le nom de Colonia Copia Felix Munatia, bientôt modifié en Copia Lugdunum. Le nom Lugdunum, que portent plusieurs villes d'origine gauloise, renvoie au suffixe celte dunum, qui évoque une éminence fortifiée (comme dans Châteaudun), et au dieu Lug, auquel un culte était rendu sur la colline de Fourvière. Les trouvailles archéologiques laissent penser que ce culte prenait entre autres la forme de très importants banquets. Lugdunum, plus tard transformé en Lyon, signifierait donc en gaulois : la «colline du dieu Lug».

Repost 0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 23:01

Le mardi 9 octobre 1945, l'école nationale d'administration est fondée à Paris.

ENA

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, française souffrait d'une image particulièrement négative : le désastre de 1940 n'avait pas seulement été imputé aux chefs militaires mais également aux hommes politiques et hauts fonctionnaires. Dans sa grande majorité, l'administration française avait également servi loyalement le régime de Vichy. Le général de Gaulle veut donc moderniser les institutions françaises et organiser la formation des hauts fonctionnaires destinés à constituer les cadres supérieurs de l'administration.

Une « mission provisoire de réforme de la fonction publique » avait été mise en place au sein du Gouvernement provisoire sous l'égide de Jules Jeanneney. Michel Debré, Conseiller d'État et proche du général de Gaulle, y joua un rôle déterminant. Les travaux de cette mission établirent rapidement la nécessité d'unifier et de démocratiser la haute fonction publique, en assurant notamment une formation unique pour les futurs hauts fonctionnaires.

 

Une ordonnance du 9 octobre 1945, décida de créer une École Nationale d'Administration (ENA) et de nationaliser l'École Libre des Sciences Politiques, principal vivier de la haute fonction publique de l'entre-deux-guerres.

Les étudiants doivent suivre des enseignements théoriques, pratiques et sportifs.

 

Les dernières évolutions

1990 : Création d’un concours ouvert aux salariés du secteur privé et aux élus locaux : c’est le troisième concours, qui permet d’élargir le champ de recrutement de l’École.

1991 : Le siège de l’ENA est transféré de Paris à Strasbourg.

2002 : L’ENA fusionne avec l’Institut international d’administration publique (IIAP) et renforce ainsi son ouverture vers l’international.

2004 : Le concours d’entrée s’ouvre aux candidats ressortissants de l’Union européenne.

2005 : L’ENA se dote d’un pôle européen en intégrant le Centre des études européennes de Strasbourg, rattaché totalement en 2009, et devenant la direction des affaires européennes en 2010. La scolarité, partagée entre Paris et Strasbourg jusqu’en 2005, est définitivement organisée dans la capitale alsacienne.

2006 : Réforme de la scolarité en trois modules thématiques (Europe, Territoires, Gestion et management publics) et un module optionnel : l’option Approfondissement.

2009 : Création dans les locaux parisiens d'une classe préparatoire au concours externe d'entrée à l'ENA pour les jeunes issus de milieux sociaux modestes ; scolarité des élèves à 24 mois (au lieu de 27) ; modernisation dans le sens d'une plus grande professionnalisation de la formation.

 

Selon une tradition qui remonte à la création de l'École, chaque année avant le début de leur scolarité, les élèves choisissent librement, par vote, lors d’un séminaire d’intégration le nom de leur promotion. Ils motivent leur choix par un communiqué de presse.

Repost 0
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 23:01

Le jeudi 4 octobre 1945, le gouvernement provisoire signe une ordonnance créant la Sécurité sociale obligatoire pour tous les salariés.

4 octobre 1945 - Création de la sécurité sociale

La sécurité sociale fut élaborée par le conseil national de la résistance (CNR), organe qui dès 1943 fédérait l’ensemble des mouvements de résistance hostile au gouvernement de Vichy. En 1944, le CNR a adopté le programme du conseil national de la résistance, sorte de programme politique pour la France libérée. Ce programme incluait la création d’une sécurité sociale obligatoire. A la libération, la sécurité sociale obligatoire et universelle a été créée par les ordonnances des 4 et 19 octobre 1945.

L’ordonnance du 4 octobre précise : « L'organisation de la sécurité sociale assure dès à présent le service des prestations prévues par les législations concernant les assurances sociales, l'allocation aux vieux travailleurs salariés, les accidents du travail et maladies professionnelles et les allocations familiales et de salaire unique aux catégories de travailleurs protégés par chacune de ces législations dans le cadre des prescriptions fixées par celles-ci et sous réserve des dispositions de la présente ordonnance. » En outre, l’ordonnance du 4 octobre prévoit la mise en place d’un réseau coordonné de caisses se substituant aux organismes préexistants, afin d’unifier les régimes de sécurité sociale. Mais les professions agricoles conserveront un régime spécifique, tout comme les salariés des régimes spéciaux.

Les ordonnances du 19 octobre prévoient « la refonte du système des assurances sociales, et réforment la loi du 1er avril sur la mutualité, qui doit compléter la sécurité sociale ».

 

Le 22 mai 1946, une loi établira le principe d'une généralisation de la sécurité sociale à tous les Français, salariés ou non salariés. La France comble ainsi son retard en matière de protection sociale face aux autres pays industrialisés, Angleterre, Allemagne et Etats-Unis. .

 

Relire aussi : 27 mai 1943 - Première réunion du CNR

Repost 0
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 23:01

Soixante et onze pays du monde, dont cinq puissances nucléaires, signent à New York le traité d’interdiction complète de tout essai atomique.

 

Le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICEN ou encore TICE ; en anglais : Comprehensive Test Ban Treaty / CTBT)

« Chaque État s’engage à ne pas effectuer d’explosion expérimentale d’arme nucléaire ou d’autre explosion nucléaire et à interdire et empêcher toute explosion de cette nature en tout lieu placé sous sa juridiction ou son contrôle ».

 

La France, encore secouée par la polémique des essais de Mururoa, adhère au traité qu’elle ratifiera au mois d’avril suivant. Bien que le Pakistan, l'Inde et la Corée du Nord n’aient pas signé ce traité, il sera respecté dans les premières années.

 

Bien qu'il ne put faire l'objet d'un consensus au sein de la Conférence du désarmement, le texte du Traité fut transmis à l'Assemblée générale des Nations Unies où il reçut un soutien considérable. Pour entrer en vigueur, le Traité sur l'interdiction complète des essais nucléaires doit être ratifié par 44 pays précis.

Le Traité a une durée illimitée. Les États parties peuvent se retirer; ils doivent pour cela notifier leur retrait six mois à l'avance.

En vertu du Traité sur l'interdiction complète des essais nucléaires, les États parties s'engagent à ne pas effectuer d'explosion expérimentale d'arme nucléaire ou d'autre explosion nucléaire, et de s'abstenir de provoquer ou d'encourager l'exécution — ou de participer de quelque manière que ce soit à l'exécution — de toute explosion expérimentale d'arme nucléaire ou de toute autre explosion nucléaire. Les dispositions du Traité sur l'interdiction complète des essais nucléaires s'appliquent à tous les États parties, quel que soit leur statut nucléaire.

Le Traité sur l'interdiction complète des essais nucléaires prévoit un important régime de vérification, et notamment la création d'un Système de surveillance international, des inspections sur place ainsi que des mesures de confiance.

Le Système de surveillance international comprend des installations déployées dans le monde entier pour la surveillance sismologique, la surveillance des radionucléides, la surveillance hydroacoustique et la surveillance par détection des infrasons. Ces installations doivent transmettre des données au Centre international de données qui les analyse.

 

Voir aussi :

Texte du traité d’interdiction complète des essais nucléaires

29 août - Journée internationale contre les essais nucléaires

Les essais nucléaires depuis 1945

10 juillet 1985 - Sabotage du « Rainbow Warrior »

 

Repost 0
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 23:01

Le World Wildlife Fund (fond mondial pour la planète) est créé le 11 septembre 1961 à Morges en Suisse.

 

Il a pour objectif la préservation de la diversité biologique. Sa mission sera aussi de lutter contre les différentes formes de pollution et de promouvoir le développement durable. Initialement orienté vers la protection des espèces sauvages, le WWF se concentrera ensuite sur les milieux naturels forestiers ou aquatiques ainsi que les changements climatiques.

Présent aujourd’hui dans une centaine de pays, fort de ses 5 000 salariés militants à travers le monde, le WWF œuvre au quotidien pour offrir aux générations futures une planète vivante.

 

Site : http://www.wwf.fr/

Repost 0
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 23:01

Le lundi 29 août 1949, l’URSS procède au test de sa première bombe atomique (dont le nom de code est « First Lightning »)  à Semipalatinsk au Kazakhstan. L’obtention de cette technologie est pour partie due à un bon système d’espionnage. Elle contribuera à un climat de paranoïa aux Etats-Unis qui se traduira par la « chasse aux sorcières ».

29 août 1949 - URSS - Bombe Atomique

L’URSS en faisant exploser une bombe atomique, devient la deuxième nation à développer et tester avec succès l’arme nucléaire après les États-Unis.

Cet essai marque ainsi le début de la course aux armes nucléaires de la Guerre Froide entre les deux superpuissances.

 

Voir aussi : Les essais nucléaires depuis 1945 http://aujourdhui.over-blog.fr/2015/08/les-essais-nucleaires-depuis-1945.html

Repost 0
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 23:01

Un coup de force conservateur (contre la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev) couvait depuis des mois.

Le lundi 19 août 1991, plusieurs centaines de tanks envahissent les rues de Moscou dans une tentative de coup d'État. Mené par des dirigeants conservateurs du Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS), le putsch a pour ambition de solidifier l'URSS face aux programmes réformistes et aux velléités d'indépendance de ses républiques.

 

Alors qu'il passe ses vacances en Crimée, Mikhaïl Gorbatchev est assigné à résidence par les putschistes. Ces derniers déclarent que le chef du Parti communiste de l'Union soviétique est écarté « pour raisons de santé ».

L'état d'urgence est proclamé et un Comité d'Etat prend tous les pouvoirs. Le président de la république de Russie Boris Eltsine sort alors du Parlement russe et demande à la foule de s'opposer au coup d'Etat, en empêchant l'arrivée des chars.

 

Hostile à la ligne dure du Parti communiste, la foule entame un bras de fer avec les putschistes. Le 20 août, 50.000 personnes défient l'état d'urgence lors d'un rassemblement devant le Parlement soviétique. Face à leur manque d'organisation et l'hostilité de la population, les putschistes rendent les armes le 21 août. Pour beaucoup favorables à Boris Eltsine, les militaires quittent la ville en brandissant des drapeaux russes.

À ce putsch manqué succèdent, dans les mois qui suivent, les déclarations d'indépendance de plusieurs républiques de l'URSS.

 

En décembre, Mikhaïl Gorbatchev démissionnera, ce sera la fin de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS).

 

Repost 0
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 23:01

Le métallurgiste anglais Harry Brearley met au point le « rustless steel » (acier sans rouille) dans son laboratoire de Sheffield (Angleterre). Ce nouvel acier, à base de fer contenant du chrome et du nickel, résiste aux attaques chimiques. Il sera utilisé dans à de nombreuses domaines.

Harry Brearley

Peu de temps avant la Première Guerre mondiale, la société britannique « Firth Brown Steel »s a demandé au chef de son laboratoire de recherches Harry Brearley de préparer un alliage qui ne se déformerait pas et résisterait aux températures élevées.

Il était prévu de s'en servir pour fabriquer les fûts de fusil. Les résultats de la plupart des expériences ont déçu Brearley, qui jeta les lingots dans un tas de ferraille : le métallurgiste a alors remarqué après un certain temps que les lingots qui contenaient 12,8% et 0,24% d'hydrogène ne rouillaient pas et résistaient au vinaigre ou à l'acide citrique.

Ainsi, le mercredi 13 août 1913, Harry Brearley découvrait l'acier inoxydable.

 

 Ce métal a ensuite servi pendant la Première Guerre mondiale pour fabriquer des moteurs d'avion. Mais Brearley a trouvé des possibilités plus larges d'exploitation. Il a notamment signé un contrat avec la société Robert Fead Mosley, qui fabriquait des couteaux et des ciseaux. Rapidement l'acier inoxydable a été utilisé pour fabriquer des couteaux de cuisine et de poche, des ustensiles et des outils chirurgicaux.

Repost 0
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 23:05

Poussé par sa femme à faire acte de charité, le mécène Nicolas Rolin (1376-1462), seigneur d'Aymeries et chancelier du duc de Bourgogne, Philippe III « le Bon », fonde l'Hôtel-Dieu de Beaune.

 

La création des Hospices

Beaune souffre de misère et de famine, les « écorcheurs » pillent et ruinent les campagnes. Les trois quarts des habitants de la ville sont sans ressources et les beaunois sont, dans leur grande majorité, déclarés indigents.

Pour racheter leur salut, Nicolas Rolin et son épouse, Guigone de Salins, décident alors de créer un hôpital pour les pauvres. Ils le dotent d'une rente annuelle grâce à des salines d’une part, et de ressources propres d’autre part, grâce à la vigne.

 

Le 1er janvier 1452, l'hôpital accueille son premier patient. Dès lors et jusqu’au XXe siècle, les sœurs des Hospices de Beaune prendront soin de nombreux malades dans plusieurs grandes salles. L’Hôtel-Dieu a rapidement acquis une grande renommée auprès des pauvres, mais aussi auprès des nobles et des bourgeois. A travers leurs dons, ceux-ci ont permis d’agrandir et d’embellir l’hôpital par la création de nouvelles salles et l’apport d’œuvres d’art. Ainsi l’Hôtel-Dieu est-il devenu un véritable « Palais pour les Pôvres ». Ses fonctions médicales ont été transférées en 1971 dans un hôpital moderne, à l’exception d’une maison de retraite.

 

De tout temps, il n'a jamais cessé de rayonner et a fédéré d'autres établissements : à Pommard, Nolay, Meursault et Beaune, pour constituer une communauté que l'usage a dès lors baptisée : Hospices de Beaune.

 

L'Hôtel-Dieu, monument historique

L'Hôtel-Dieu couvre aujourd’hui une aire importante de la ville de Beaune avec son musée, ses trois cours, ses dépendances, son Bastion du XVème siècle et ses centaines de mètres de caves conservant, notamment, la réserve particulière de vin des Hospices. Les quatre bâtiments ouverts au public, cernant la Cour d'Honneur, représentent la configuration de l'Hôtel-Dieu d'antan.

Préservé dans un état exceptionnel de conservation, ce monument est un rare témoignage de l’architecture civile du Moyen Age. Ses salles réunissent une vaste collection d’objets, meubles et tapisseries de cette époque.

 

 

Repost 0
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 23:01

Le tout premier parc Disney a 60 ans !

Il a été inauguré le dimanche 17 juillet et ouvert officiellement au public le 18 juillet 1955.

C'est l'un des premiers parcs de loisirs à thème au monde.

Après de longues années de conception et de développement, Disneyland ouvre enfin ses portes à Anaheim, en Californie.  Lors de sa conception, Walt Disney avait dans un premier temps destiné ce parc à ses employés et leurs enfants, mais le projet a vite pris de l'envergure et fut finalement destiné au grand public.

L’implication de Walt Disney est totale, son imaginaire partout présent sur le site. Plus qu’un parc d’attraction, Disneyland Park doit être un concept, celui d’un « Royaume Enchanté » (« Magic Kingdom »). Cette terminologie est encore aujourd’hui celle que la Walt Disney Company utilise pour qualifier un cahier des charges précis. On peut ainsi retrouver dans un « Royaume Enchanté » des mondes tirés tout droit de l’imaginaire Disney tels que Main Street, Adventureland, Frontierland ou l’incontournable Fantsayland.

L’inauguration du parc donne lieu à une cérémonie exceptionnelle en présence de Walt Disney, et de grands noms d’Hollywood comme Franck Sinatra, Sammy David Junior ou encore Ronald Reagan.

Le premier Disneyland Park de Californie reste l’emblème de la Disneyland Company et le seul « Royaume Enchanté » que Walt Disney ait jamais vu de son vivant.

 

 

Repost 0
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 23:01

Le président de la République Raymond Poincaré obtient de la majorité parlementaire, hostile à la guerre, qu'elle renonce à abroger la loi du 19 juillet 1913 prolongeant le service militaire à trois ans. En échange, il lui concède l'impôt progressif sur le revenu.

 

L'impôt sur le revenu est promu et porté par Joseph Caillaux. Ministre des Finances dans le gouvernement de Georges Clemenceau en 1906, il préconise un impôt unique sur l'ensemble des revenus (salaires, retraites, revenus agricoles et industriels, rentes...).

Le projet qu’avait présenté en février 1907 Joseph Caillaux, reposait donc sur trois idées.

La première était la redéfinition des catégories de revenus (les cédules), permettant le remplacement des quatre contributions révolutionnaires (foncière, personnelle mobilière, patente, portes et fenêtres), dites les « quatre vieilles », par de nouveaux impôts catégoriels (les impôts cédulaires). Ainsi espérait-on mieux imposer les nouvelles formes de revenus (bénéfices, salaires, dividendes) qui représentaient une part croissante de la richesse nationale. Égalité et productivité fiscales devaient aller de pair.

La seconde idée était de personnaliser l’impôt, principalement par la création d’un impôt complémentaire progressif assis sur le revenu global du foyer.

La troisième idée était le recours à la déclaration du contribuable, contrôlable par l’administration fiscale

Techniquement, Joseph Caillaux s’inspirait tout à la fois du système cédulaire anglais (1843) et de l’impôt progressif sur le revenu prussien (1891). Son projet n’était donc pas particulièrement précoce ou révolutionnaire.

La réforme fut votée par la Chambre des députés le 9 mars 1909, mais rejetée par le Sénat.

 

Le débat s'ouvre à nouveau au Sénat le 3 juillet 1914, quelques jours après l'attentat de Sarajevo dont personne n'imagine encore les tragiques conséquences.

La loi « portant fixation du budget général des dépenses et des recettes de l'exercice 1914 » est promulguée par le Président de la République Raymond Poincaré le mercredi 15 juillet 1914.

 

L'article 5 de la loi précise : « Il est établi un impôt général sur le revenu. Cet impôt est destiné à frapper les citoyens d'après leur capacité contributive totale. Il doit faire plus ou moins payer les contribuables selon l'importance de leurs revenus. Son objectif est donc de parvenir à la justice fiscale.  »

La loi est oubliée au Journal Officiel le 18 juillet 1914.

 

Le 22 décembre 1914, quelques mois après le déclenchement de la guerre, les chambres siègent à nouveau en session extraordinaire après s’être ajournées lors de la séance d’Union sacrée du 4 août, Alexandre Ribot demande le report de l’application de la loi. Mais la baisse des revenus de l’Etat pendant le conflit et les besoins de financement rendent nécessaire en 1916 une première application de l’impôt général sur les revenus de 1915.

 

Voir aussi : 10 avril 1954 - Création de la TVA

Repost 0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 23:01

Le 29 mars 1867, le Parlement de Londres adopte le British North America Act (Acte de l'Amérique du Nord britannique).

Le lundi 1er juillet 1867, la reine Victoria promulgue l'Acte de l'Amérique du Nord britannique qui est d’une certaine manière, l’acte de naissance du Canada sous sa forme actuelle.

Ce texte issu des conférences de Charlottetown et de Québec jette les bases de la Confédération canadienne avec un Parlement fédéral et un gouvernement central à Ottawa.

Le statut du Canada n’est donc pas modifié, il reste sous la domination de la Couronne mais confie l’autorité à un gouvernement fédéral.

Les deux anciennes provinces du Haut-Canada et du Bas-Canada, qui avaient fusionné avec l'Acte d'Union du 23 juillet 1840, réapparaissent sous la dénomination respective d'Ontario et de Québec (à ne pas confondre avec la ville fondée par Samuel de Champlain). Deux autres colonies britanniques leur sont par ailleurs adjointes au sein de la nouvelle Confédération : le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse.

Le Canada se verra plus tard ajouter le Manitoba, la Colombie-Britannique et l’Île-du-Prince-Édouard, grâce notamment à John MacDonald.

 

En souvenir de l'acte fondateur du Canada actuel, le 1er juillet est devenu la fête de la Fédération canadienne.

 

En 1870, le Canada acquiert les Territoires du Nord-Ouest (Terre de Rupert et Territoire du Nord-Ouest) de la Compagnie de la Baie d'Hudson. On en détache une partie pour former le Manitoba à titre de cinquième province.

La Colombie-Britannique se joint au Canada à titre de sixième province en 1871.

En 1873, l'Île-du-Prince-Édouard entre dans la Confédération à titre de septième province.

En 1876 est créé le district du Keewatin au sein des Territoires du Nord-Ouest.

En 1880, la Grande-Bretagne cède au Canada ses droits sur les îles de l’Arctique.

En 1881, la frontière du Manitoba est agrandie vers l’est, au grand dam de l’Ontario.

En 1898, on modifie les frontières des districts de Mackenzie, Keewatin, Ungava, Franklin et Yukon (1897). Retenant les mêmes frontières, le District du Yukon est constitué en territoire séparé. Le frontières du Québec sont poussées plus au nord.

En 1905, l’Alberta et la Saskatchewan constituent les huitième et neuvième provinces canadiennes. Le district du Keewatin réintègre les Territoires du Nord-Ouest et les frontières de ceux-ci sont redéfinies l’année suivante.

En 1912, l’Ontario et le Manitoba trouvent leurs frontières actuelles. Les limites septentrionales du Québec s’étendent jusqu’à la baie d’Hudson et au détroit d’Hudson. En 1927, le Québec doit céder le Labrador à Terre-Neuve ; le contentieux remonte à 1902, année où les Terre-Neuviens se sont mis à exploiter les ressources forestières le long du fleuve Churchill.

En 1949, suite à un plébiscite, Terre-Neuve entre dans la Confédération à titre de dixième province du Dominion du Canada.

Enfin, le 1er avril 1999, un troisième territoire, le Nunavut, est créé à partir de la portion continentale orientale des Territoires du Nord-Ouest et de la plupart des archipels et des îles de l’Arctique.

 

Voir aussi : 29 mars 1867 - Création de la Confédération canadienne

 

Repost 0
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 23:01

Le vendredi 24 juin 1859, la coalition franco-sarde affronte l'armée autrichienne lors de la bataille de Solférino (province de Mantoue) dans le cadre de la campagne d'Italie.

Le combat voit 330.000 hommes combattre, ce qui constitue le plus gros effectif depuis la bataille de Leipzig, en 1813. En outre, de nouvelles techniques sont utilisées au combat, telles que le transport des troupes par train ou l'utilisation de canons et de fusils à canon rayé.
Les Autrichiens seront finalement défaits.

Le caractère sanglant de cette bataille, qui coûta 17 000 morts aux Français et 22 000 aux Autrichiens, fut à l'origine de la fondation de la Croix-Rouge.

 

 

Naissance de la Croix-Rouge

La bataille de Solferino inaugure une période de conflits très meurtriers, avec des batailles où mourront des dizaines de milliers de soldats sans emporter la décision. La guerre de Sécession, qui se profile aux États-Unis, sera le premier de ces conflits d'un nouveau genre.

 

Visitant le champ de bataille de Solferino à l'occasion d'un voyage d'affaires, un banquier genevois de 31 ans, Henry Dunant, s'indigne du sort fait aux blessés et organise de premiers secours. De retour à Genève, il lance un appel à l'opinion européenne dans un livre intitulé : Un souvenir de Solferino. Lui-même s'entretient avec l'empereur Napoléon III.

 

Avec quatre amis genevois, il crée le 17 juillet 1863 une organisation internationale et neutre destinée à secourir les victimes de guerre, le Comité International de la Croix-Rouge (CICR).  Une conférence internationale aboutit à la signature le 22 août 1864 de la première Convention de Genève « pour l'amélioration du sort des militaires blessés dans les armées en   campagne ».

 

Voir aussi : 22 août 1864 - Première Convention de Genève - création de la Croix-Rouge

Repost 0
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 23:01

Sous l’impulsion de Louis XIV, l’observatoire royal est fondé le mardi 21 juin 1667. Il deviendra plus tard l’Observatoire de Paris. L’année précédente, le roi avait mis en place, en compagnie de Colbert, l’Académie royale des sciences, qui décida du projet.

C’est ainsi que le jour du solstice d’été, les scientifiques de l’Académie décident de l’emplacement du monument, en fonction du méridien de Paris. Claude Perrault en assurera la construction et Jean-Dominique Cassini la direction. Ce dernier découvrira d’ailleurs deux satellites de Saturne et étudiera la division qui portera son nom.

Au cours du XXe siècle, les observatoires de Meudon et de Nancay y seront rattachés.

 

Aujourd’hui, l’Observatoire de Paris est le plus grand pôle national de recherche en astronomie. 30 % des astronomes français y poursuivent leurs recherches au sein de cinq laboratoires et un institut.

 

Lien du jour : Site officiel de l’Observatoire de Paris

 

Repost 0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 23:12

Suite à la bataille de Waterloo, Nathan Rothschild accomplit un « coup de bourse » remarquable. Informé de la défaite napoléonienne bien avant les autorités, grâce à son réseau d’espionnage et de courrier, il se rend à la Bourse de Londres et met en vente toutes ses actions « English Consul ».

Tous pensent alors que Napoléon est sorti victorieux du combat et chacun, gagné par la panique, suit l’exemple de Rothschild. Les actions chutent à une vitesse folle.

Au bout de quelques heures, la valeur des actions tombe à 5 cents, c'est alors que Nathan Rothschild les rachète.

Peu de temps après, la nouvelle officielle sur l'issue de la guerre se répandit à Londres. En l'espace de quelques secondes, le cours des « English Consul » dépassa sa valeur première et ne cessa de monter.

En une nuit, la fortune déjà gigantesque des Rothschild est multipliée par vingt, et obtient de fait le contrôle de l'économie anglaise !

 

Relire aussi : 18 juin 1815 - Waterloo, la dernière bataille

Repost 0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 23:01

Établi le 31 décembre 1987 sur une base de 1000, le CAC 40 est officiellement créé par la Compagnie des Agents de Change.

Né au cœur de la Bourse de Paris, cet indice français est calculé en fonction de 40 valeurs continuellement cotées. Son but est de refléter le plus fidèlement possible l’évolution du marché français.

CAC, était à l’origine l’acronyme de « Compagnie des agents de change ». Aujourd’hui, il signifie « Cotation Assisté en Continu ». Il est en effet réactualisé quotidiennement toutes les trente secondes.

Les entreprises qui composent le CAC 40 ont évolué au fil des années.

 

Chaque bourse a son indice : le Footsie de Londres est composé de 100 valeurs, le Dow Jones de New York comporte 30 valeurs et le Nikkei de Tokyo compte 225 sociétés.

 

Voir aussi :

24 septembre 1724 - Création de la Bourse de Paris

4 novembre 1826 - Le palais Brongniart est inauguré

Repost 0
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 23:01

Issu d'une famille bourgeoise de la région lyonnaise, Antoine Frédéric Ozanam (couramment appelé Frédéric) est né le 23 avril 1813  à Milan.

Il fonde le 23 avril 1833, avec cinq amis, près de l'église Saint-Sulpice, à Paris, la première Conférence de Charité pour venir en aide aux pauvres, victimes collatérales de la révolution industrielle.

En 1831, il arrive à Paris et s’inscrit à la faculté de droit de Jussieu. Il est très affecté par la grande misère dans la capitale, les conditions sanitaires déplorables dans les quartiers populaires, la pauvreté extrême de la classe ouvrière. Il fréquente le quartier latin et trouve parmi les étudiants des compagnons, fervents catholiques, qui deviendront ses amis et grâce à qui il parvient à garder sa Foi, à une période où beaucoup se détournent de la religion.

En 1832, l’épidémie de choléra, qui fit près de 100.000 victimes, décide Frédéric à mettre la Foi en pratique sous forme de charité envers les pauvres.

Fréquentant  les conférences d’histoires, qui rassemblent de nombreux étudiants, il s’en inspire pour créer un groupe avec quelques jeunes catholiques « composée de braves et pieux amis, qui joignent les œuvres à la parole et ainsi affirment la vérité de leur foi par les œuvres » et le nomme « Conférence de Charité ».

La première réunion eu lieu le 23 avril 1833, près de l’église Saint-Sulpice, sous la présidence d’Emmanuel Bailly qui devient le mentor de ce petit groupe de jeunes. La conférence se place sous le patronage de Saint Vincent de Paul, apôtre de la Charité.

C'est le début de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, association spirituelle à vocation caritative, qui regroupe aujourd'hui 700.000 hommes et femmes dans 141 pays.

 

Le jeune homme, devenu professeur d'histoire à la Sorbonne, va continuer de militer toute sa vie pour une Église sociale. Disciple de Lamennais et Lacordaire, il plaide pour une réconciliation entre l’Église et son époque.

 

En 1848, il adhère aux idées républicaines parce qu’il y voit la solution à la question sociale.

« C’est dans le peuple, écrit-il dans un célèbre discours, que je vois assez de restes de foi et de moralité pour sauver une société dont les hautes classes sont perdues ».

D'une santé fragile, Frédéric Ozanam meurt à l’âge de 40 ans. Il a été béatifié par le pape Jean-Paul II au cours des JMJ de Paris, le 22 août 1997.

Repost 0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 00:01

 

« Mai 68 » a en réalité commencé le 22 mars…
En effet le « Mouvement du 22 mars » participe à l’agitation politique qui débouche vers la révolte de Mai 68.

 

Un groupe à tendance anarchiste se crée à l’université de Nanterre autour de Daniel Cohn-Bendit dit « Dany le rouge ». Les étudiants qui composent le « Mouvement du 22 mars » réagissent à l’arrestation de camarades lors d’une manifestation contre la guerre du Vietnam. Ils occupent la salle du conseil de la faculté de Lettres.

Les cours sont suspendus jusqu'au 1er avril pour éviter l'occupation de la  faculté, annoncée pour le 29 mars. Les étudiants se replient sur la Sorbonne et  y occupent le grand amphithéâtre.

L’occupation dure et les incidents se multiplient si bien que le recteur décidera de fermer la faculté de Nanterre le 2 mai. Le 3 mai, la Sorbonne est évacuée par les forces de l'ordre. De violents incidents éclatent dans la nuit suivante au Quartier Latin qui se soldent au matin par 600  interpellations.

Si ce « Mouvement du 22 mars 1968 » est un symbole de la contestation étudiante qui ébranlera la France au cours du mois de mai, il est aussi l'expression d'un clivage générationnel qui fait écho à des situations similaires en Europe de l'Est, aux États-Unis, au Mexique et même en Chine.

Repost 0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 00:01

Au milieu du XVIIe siècle, le roi Louis XIV souhaite créer une institution, destinée à recevoir les officiers et soldats invalides, vieux ou sans ressources. Les multiples projets antérieurs n'ayant jamais abouti, le droit d’oblat, qui impose à certaines abbayes l’entretien d’un vieux soldat, infirme ou démuni, a été maintenu.

 

Par l'ordonnance du 24 février 1670, Louis XIV ordonne la fondation à l'écart de Paris d'un hôtel destiné à soigner et héberger les soldats invalides et les vétérans de ses guerres.

Le roi veut que « ceux qui ont exposé leur vie et prodigué leur sang pour la défense de la monarchie passent le reste de leurs jours dans la tranquillité »… et ne vagabondent plus dans les rues, au grand déplaisir des passants. Il souhaite aussi valoriser la carrière militaire en assurant aux volontaires une retraite honorable.

 

L’ordonnance du 15 avril 1670 lui donna le nom d’Hôtel royal des Invalides. En attendant la construction du bâtiment, les premiers invalides furent accueillis dans une grande maison rue du Cherche-Midi, au faubourg Saint-Germain.

La première pierre de l’institution est posée le 30 novembre 1671. Des règlements et édits successifs fixèrent avec précision les objectifs recherchés par le roi, jusqu’à l’édit d’avril 1674 qui fonda solennellement l’Hôtel, en reprenant les textes précédents. Dès octobre 1674, l’hôtel des Invalides reçoit ses premiers pensionnaires, qui sont accueillis par Louis XIV en personne.

Cet Hôtel des Invalides figure aujourd'hui parmi les plus beaux monuments de la capitale.

Repost 0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 00:02

Le suisse Jean-Henri Dunant fonde le Comité international de secours aux blessés de guerre, la Croix-Rouge. L'idée de fonder une organisation destinée à secourir impartialement les blessés vient du spectacle terrifiant auquel assista Dunant lors de la bataille de Solférino, le 24 juin 1859.

La première convention de la Croix-Rouge se réunira en 1864.

Elle accordera l'immunité au personnel de secourisme et sera reconnue par 14 pays. Le philanthrope suisse recevra le prix Nobel de la paix en 1901.

 

Relire aussi : 22 août 1864 - Première Convention de Genève - création de la Croix-Rouge

Repost 0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 00:01

Selon la mythologue japonaise, après avoir vaincu le royaume Yamato, le prince Jimmu Tennô monte sur le trône du Japon et fonde l'empire japonais.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/01/Tenn%C5%8D_Jimmu_detai_02.jpg

Jimmu Tennô est, selon la légende, un descendant de la déesse solaire Amaterasu Omikami, divinité majeure du culte shintô. Tous les souverains de l'histoire japonaise se réclament de Jimmu Tennô.

 

En 1872, l'empereur Meiji a officiellement fait du 11 février l'anniversaire de la fondation de l'empire selon la tradition shintô. Cette fête nationale a été abolie en 1945 par les Américains et rétablie en 1966

 

Repost 0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 00:00

décembre neige

 

Dans l'ancien calendrier romain, décembre (december) était le dixième et dernier mois de l'année ; il était dédié au Dieu Saturne.

 

Décembre aux pieds blancs s'en vient ; An de neige est an de bien.

Décembre de froid trop riche, ne fait pas le paysan riche.

Tonnerre en décembre fait prospérer le blé, et remplit le grenier.

En décembre s'il tonne, l'année sera bonne.

 


Repost 0
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 00:00

novembre arbre

 

Dans l'ancien calendrier romain, novembre (november, du latin « novem », neuf) était le neuvième mois de l'année.

Quand en novembre la pluie noie la terre, ce sera du bien pour tout l'hiver.

Tonnerre en novembre fait prospérer le blé, et remplit le grenier.

Brouillard en Novembre, l'hiver sera tendre.

Quand en novembre il a tonné, l'hiver est avorté.

Quand en novembre tu entends la grive chanter ; Rentre à la maison pour t'abriter et du bois pour te chauffer.

 

 
Repost 0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 23:00

octobre citouilles

 

Dans l'ancien calendrier romain, octobre (October, de « octo », huit) était le huitième mois de l'année. Il était consacré au dieu Bacchus.

Sept batailles mémorables ont eu lieu dans le cours d’octobre.
La première est celle de Salamine, qui délivra la Grèce et sauva la civilisation ; la deuxième et la troisième sont celles d’Issus et d’Arbelles, qui assurèrent à Alexandre la conquête de l’Asie ; la quatrième est celles de Philippes, où périrent en quelque sorte les derniers des Romains, et avec eux la république romaine ; la cinquième est celle que livra Constantin sur les bords du Tibre et presque aux portes de Rome : cette victoire le rendit seul maître de l’empire romain, et l’on sait l’influence qu’elle opéra en faveur de la propagation du christianisme ; la sixième est la bataille de Lépante, qui délivra l’Europe des Turcs ; enfin la septième est la bataille d’Iéna, gagnée par l’empereur Napoléon sur le roi de Prusse et le duc de Brunswick. .

 

Octobre en bruine, hiver en ruine.

En octobre tonnerre, fait vendanges prospères.

Octobre ensoleillé, décembre emmitouflé.

Octobre le vaillant, surmène le paysan.

En octobre, le vent met les feuilles aux champs.

Brouillard d'octobre, pluie de novembre, font bon décembre.

En octobre qui ne fume rien, ne récolte rien.

Gelée d'octobre, rend le vigneron sobre.

Octobre à moitié pluvieux, rend le laboureur joyeux, mais le vendangeur soucieux met de côté son vin vieux.

 
Repost 0

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire