Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 00:02

Voici pour une fois, une date très facile à retenir dans l'histoire de France !

Le pape Léon III sacre Charlemagne « Empereur des Romains » dans la basilique Saint-Pierre de Rome selon le rite byzantin. A 53 ans le roi des Francs et des Lombards devient empereur d'Occident sur un empire qui s'étend de la mer du nord à l'Italie et de l'Atlantique aux Carpates.

 

La cérémonie se déroule dans la basilique Saint-Pierre, en présence d'une nombreuse délégation de Francs.

25 décembre 800 Sacre de Charlemagne

Repost 0
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 00:01

À la tête d'un puissant clan aristocratique, le duc Henri de Guise, dit le Balafré, devint populaire pendant les guerres de religion en se posant comme le défenseur de la foi catholique. Après avoir participé au massacre de la Saint-Barthélemy (1572), il s'illustra à plusieurs reprises sur le champ de bataille en combattant les protestants.

Le 23 décembre 1588, Henri de Guise est exécuté sur l'ordre d'Henri III, dans la propre chambre de ce dernier, dans le château de Blois, par des membres des « Quarante-cinq », la garde personnelle du roi.

assassinat duc de guise

Repost 0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 00:01

Le 15 octobre 1894, le général Mercier, ministre de la Guerre, ordonne l'arrestation du capitaine français Alfred Dreyfus. L'officier est accusé d'avoir délivré des renseignements militaires confidentiels à l'Allemagne. Il sera inculpé sur simple ressemblance d'écriture sur un bordereau trouvé à l'Ambassade d'Allemagne à Paris.

 

Dreyfus condamné au bagne à perpétuité pour espionnage au profit de l'Allemagne.

Le 22 décembre 1894, à 19 heures 30, le capitaine français est reconnu coupable de haute trahison par le premier conseil de guerre permanent du gouvernement militaire de Paris, présidé par le colonel Maurel, auquel un « dossier secret » fabriqué de toute pièce a été communiqué lors de la délibération à l’insu de l’accusé et de son avocat.

Il est condamné par le conseil, à l'unanimité de ses 7 membres, « à la peine de la déportation dans une enceinte fortifiée et à la dégradation militaire. »

Il sera envoyé sur l'île du Diable en Guyane le 21 janvier 1895.

dégradation militaire affaire Dreyfus

La condamnation du capitaine Dreyfus deviendra alors « l'Affaire » Dreyfus.

Cette banale histoire d'espionnage débouchera sur une des plus graves crises politiques de la IIIe République.

Sa condamnation va en effet plonger la France dans une bataille idéologique entre « Dreyfusards » et « antidreyfusards » quand le chef des renseignements, le commandant Picquart, demandera la révision du procès en 1898.

Derrière cette accusation se cache une autre réalité, religieuse, car le capitaine Dreyfus était issu d'une famille juive alsacienne.

 

Voir aussi :

13 janvier 1898 - Émile Zola : « J'accuse ! »

9 septembre 1899 - Dreyfus à nouveau condamné

Repost 0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 00:01

Appelé à la présidence du Conseil au mois de Juin, De Gaulle a préparé la constitution de la Cinquième République selon les principes qu’il avait annoncés dans le discours de Bayeux. Lors des premières élections présidentielles, il est élu avec un score de 78,5% par un comité de 80.000 grands électeurs.

http://www.gaullisme.fr/wp-content/uploads/2011/02/bhvs1x02_thumb.jpg

Mais très vite, prenant conscience du rôle central du président de la République dans les institutions, la classe politique de l'époque réalise que le président ne peut avoir pleinement de légitimité qu'en étant élu directement par le peuple.

Un référendum a donc été organisé en octobre 1962 pour modifier la constitution et introduire le principe de l'élection au suffrage universel direct.

La première élection présidentielle au suffrage universel direct a eu lieu le 19 décembre 1965.

 

Voir aussi : 19 décembre 1965 - De Gaulle premier président élu au suffrage universel

Repost 0
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 00:04

A la suite de la promulgation, le 4 novembre 1848, de la constitution de la IIe République, Charles Louis Napoléon Bonaparte, dit Louis-Napoléon Bonaparte est candidat à l'élection présidentielle, et est élu pour quatre ans au suffrage universel, le 10 décembre 1848, avec près de 75% des voix.

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSn82E_yWhhy4UiJhqbtd9JAXJGXwCR-6Q02K_bmJyR-aezq1xSuPWNw7EX 

Le mercredi 20 décembre 1848, il prête serment devant la tribune :

« En présence de Dieu et devant le peuple français représenté par l'Assemblée nationale, je jure de rester fidèle à la République démocratique une et indivisible et de remplir tous les devoirs que m'impose la Constitution. »

Peu après son discours le « prince-président » s'établira dans sa nouvelle résidence du palais de l'Elysée.

 

Le 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte organisera un Coup d'Etat qui lui permettra de se faire sacrer empereur sous le titre de Napoléon III le 2 décembre 1852.

 

 

Louis-Napoléon Bonaparte (20 avril 1808 - 9 janvier 1873) est le neveu de Napoléon Ier.

Il est le premier président de la République française puis le deuxième empereur* des Français en 1852 sous le nom de Napoléon III.

Louis-Napoléon Bonaparte est donc à la fois le premier président de la France et son dernier monarque à régner sur ce pays !

 

Voir aussi :

2 décembre chez les Bonaparte

9 janvier 1873 : Mort de Napoléon III

 

* Napoléon II n’a jamais réellement régné :

Napoléon François Charles Joseph Bonaparte ou Napoléon II dit l'Aiglon était le fils de Napoléon 1er. Il n’a « régné » que du 4 au 6 avril 1814 et du 22 juin au 7 juillet 1815.

Le 4 avril 1814, Napoléon 1er rédige un acte d'abdication réservant les droits de son fils. Le 6 avril 1814, Napoléon doit finalement renoncer à la couronne pour lui et sa descendance.

À la fin des Cent-Jours, l'abdication faite au palais de l'Élysée le 22 juin 1815 indique : « Ma vie politique est terminée, et je proclame mon fils, sous le titre de Napoléon II, empereur des Français. » Mais Napoléon II vit alors à Vienne aux mains de l'« ennemi »... Une commission de gouvernement se met en place et le désigne, dans tous ses documents, comme l'empereur, avant de se dissoudre le 7 juillet 1815. Louis XVIII entre à Paris le 8 juillet 1815 pour y régner à nouveau.

Repost 0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 00:01

La construction d’un bâtiment pour les services de radio-télévision est décidée dans les années 1950.

En 1952, l’État acquiert un terrain, avenue du Président-Kennedy dans le 16e arrondissement de Paris en bordure de Seine, où se situait auparavant une usine à gaz, désaffectée en 1928.

L’architecte Henry Bernard dresse les plans, et la maison de la Radio est inaugurée le 14 décembre 1963 par Charles de Gaulle, président de la République française, en présence d'André Malraux, ministre d’État chargé des Affaires culturelles.

La Maison de la Radio et sa forme arrondie font sensation. Conçue sur 25.000 m² de superficie, elle compte 64 studios.

 

Elle est successivement le siège de la Radiodiffusion Télévision Française (RTF) de décembre 1963 au 27 juin 1964, puis de l’Office de radiodiffusion télévision française jusqu’au 31 décembre 1974.

Lors de l’éclatement de l’ORTF le 1er janvier 1975, elle est attribuée à Radio France et prend le nom de « maison de Radio France ».

 

Allocution d'Alain Peyrefitte lors de l'inauguration de la maison de la Radio

Mon général,

La maison de la RTF, pour beaucoup de Parisiens, c’est déjà le Quai de Passy, comme l’Académie française est devenue depuis longtemps le Quai Conti. Tout comme le palais Mazarin, le palais de la RTF n’est pas seulement le siège d’une grande institution, il est aussi un symbole, le symbole de la civilisation du son et de l’image, aussi différente de la civilisation du livre que la civilisation du livre l’était de celle du manuscrit, une civilisation où nous sommes désormais condamnés à vivre, que nous en soyons satisfaits ou inquiets.

 

Cette perspective est-elle inquiétante, comme est inquiétante, aux yeux de certains, l’architecture futuriste de ce Colisée du XXe siècle ? Oui et non. Inquiétante, oui, si la magie du son et la fascination de l’image sont utilisés non pour élever le public, mais seulement pour le séduire, non pour lui apprendre à voir et à juger, mais pour lui imposer une façon de voir et pour lui ôter son jugement. Inquiétante, non, si, au contraire, les sons et les images véhiculés par les ondes ont pour effet de favoriser l’éclosion d’une culture accessible à tous.

 

La radio, qui atteint chaque Français, la télévision, qui atteint un Français sur trois et qui bientôt les atteindra tous, la télévision, qui marque tous les jours de la vie, la radio, qui en marque toutes les heures, rendent possible, grâce aux miracles de la technique, et pour la première fois dans l’histoire, l’éclosion d’une culture réellement universelle. Cette culture est d’autant plus universelle que les joies du monde, et aussi ses peines, comme un drame récent l’a montré, par la radio et la télévision, rapprochent les hommes les uns des autres.

À nous de faire en sorte que cette nouvelle sorte de communion rassemble les peuples pour le meilleur et non pour le pire.

 

Mon général,

La radio et la télévision intéressent désormais l’ensemble des Français. La manière dont la RTF accomplit sa mission est donc une affaire d’État, au sens le plus noble du terme. La nouvelle maison de la RTF doit lui fournir les moyens matériels d’accomplir sa tâche, mais le progrès matériel n’est qu’un moyen : le progrès véritable est intérieur. Le problème, désormais, est de permettre à la RTF de se rajeunir pour avoir l’âge de sa maison, et de lui permettre, aussi, à cet immeuble qui annonce l’architecture et l’urbanisme de 1980, de contribuer à former la France de 1980. Puisse ce Quai de Passy, que vous nous faites l’honneur d’inaugurer, être une maison de culture et de liberté, une maison au service des hommes.

Alain Peyrefitte

Ministre de l’Information


Repost 0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 00:03

Saint Nicolas de Myre

Le personnage de Saint Nicolas provient de Nicolas de Myre appelé aussi Nicolas de Bari. Né à Patara au sud ouest de l'actuelle Turquie (à l'époque Asie mineure) entre 250 et 270 après JC, il fut le successeur de son oncle l'évêque de Myre.

 

Saint Nicolas serait décédé un 6 décembre 343, victime de persécutions sous l'Empire Romain. C’est donc pour cette raison qu'on célèbre la Saint-Nicolas ce jour-là.

Reconnu pour sa grande générosité, il devint, au Moyen Âge, le patron des petits enfants puis des écoliers.

 

La tradition rapporte que saint Nicolas de Myre s'est soucié du sort de trois jeunes filles de sa paroisse. Leur père, un noble appauvri, était sur le point de les vendre comme esclaves afin d'améliorer la situation familiale. Dans l'Antiquité, il n'était pas rare que la dot d'une jeune fille serve à subvenir aux besoins de ses parents et de la famille.

Nicolas de Myre est considéré saint parce qu'il a su voir l'asservissement qui menaçait les trois jeunes filles. Il leur fit don de pièces d'or qui servirent de dot et leur permirent de retrouver la liberté. Le fardeau de la pauvreté ne les menaçant plus, chacune des jeunes filles put alors choisir son destin.

Saint Nicolas de Myre

Autre version de la légende de Saint Nicolas

Un jour, un paysan demanda à ses enfants d’aller dans les champs pour glaner les épis de blé laissés par les moissonneurs. Les heures passèrent et la nuit les surprit. Ils comprirent très vite qu’ils s’étaient perdus, mais ils continuèrent à marcher...

Soudain, l’un d’entre eux aperçut une lueur dans le lointain. Ils se dirigèrent dans cette direction et arrivèrent devant une maison isolée dans la campagne. Ils frappèrent à la porte et un homme de forte corpulence leur ouvrit.

« Pourriez-vous nous loger ? » demandèrent les enfants.

« Entrez, entrez, petits enfants, répondit l’homme, je suis boucher et je vais vous donner à souper. »

A peine étaient-ils entrés que le boucher les tua, les découpa en petits morceaux et les mit dans son saloir.

Sept ans plus tard, Saint Nicolas passa devant cette maison et demanda à souper.

« Voulez-vous un morceau de jambon ? », dit le boucher.

« Je n’en veux pas, il n’est pas bon ! »

« Peut-être une tranche de veau ? »

« Tu te moques de moi, il n’est pas beau ! Du petit salé, je veux avoir, qui est depuis sept ans dans ton saloir ! »

Entendant cela, le boucher s’enfuit en courant.

Le grand saint, alla s’asseoir sur le bord du saloir, il leva trois doigts et les enfants se levèrent tous les trois.

 

Voir les paroles de la chanson

 

De Saint Nicolas à Santa Claus

Au Moyen-âge se répand dans une partie du nord de l’Europe (Pays-Bas, Belgique, Allemagne, Nord et Est de la France) le culte de Saint-Nicolas, que l’on prend l’habitude de célébrer le 6 décembre.

Mais deux fêtes pour les enfants dans le même mois, cela fait beaucoup. De fil en aiguille, les Anglais en viennent à mélanger les fêtes religieuses du 6 et du 25 décembre jusqu’à ce que ce soit finalement Santa Claus qui apporte aux enfants leurs cadeaux pour célébrer la naissance du petit Jésus.

http://www.calixo.net/~knarf/almanach/nicolas/nicolas8.gif

Repost 0
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 00:01

Le général Wojciech Jaruzelski, chef de l'Etat polonais, est reçu en audience à l'Elysée pendant 90 mn par François Mitterrand. Il s'agit de sa première réception par un dirigeant occidental depuis la déclaration de l'état de guerre en Pologne le 13 décembre 1981.

Jaruzelski dirigeant d'un régime totalitaire exprime sa satisfaction, évoquant une visite « très utile, très sincère ».

Le 5 décembre, lors de la séance des questions d'actualité à l'Assemblée nationale, le Premier ministre Laurent Fabius se déclare « troublé » par cet épisode. Jacques Chirac estime que, désavoué, Fabius doit démissionner.

Raymond Barre renchérit : « Si j'avais été troublé, je serais parti. »

 

Mitterrand a même remis la Légion d’honneur, au général polonais Jaruzelski (juin 1989), quelques mois avant la vague de contestation populaire qui, à l’Est, allait faire chuter le Mur de Berlin.

 

Qui était Jaruzelski ?

Ministre de la Défense nationale en 1968, puis membre suppléant et enfin membre de plein droit du bureau politique au début des années 1970, il fait dès lors partie du premier cercle des dirigeants de la Pologne communiste : en 1970, il fait tirer sur les manifestants lors des émeutes qui font tomber Władysław Gomułka.

 

Il est nommé président du Conseil des ministres (chef du gouvernement) le 10 février 1981.

Le 13 décembre 1981, face à la popularité grandissante du syndicat Solidarność et de son chef Lech Wałęsa, il impose l'état de siège. Il est nommé président du Conseil d'État en 1985.

Le 31 mars 2006, le général Jaruzelski est inculpé de « crime communiste » et encourt jusqu'à huit années de prison pour avoir instauré la loi martiale en 1981.

Le 17 avril 2007, il est officiellement inculpé.

 

Repost 0
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 00:01

Le procès du roi s’ouvrira devant la Convention le 10 décembre 1792. Prénommé dès son arrestation Louis Capet, il est défendu par Desèze, Malesherbes et Tronchet.

Pendant ce procès, Louis XVI sera déclaré « coupable de conspiration contre la liberté de la nation et d’attentats contre la sûreté générale de l’État ».

http://emilyintheglass.files.wordpress.com/2011/07/louis-xvi1.jpg

Louis XVI n'entend pas s'accommoder de la monarchie constitutionnelle mise en place à partir de 1791. Il tente de fuir pour demander l'aide de l'empereur d'Autriche. Reconnu à Varennes, il est arrêté et ramené à Paris.

Cependant l'Assemblée constituante refuse de le démettre de ses fonctions. Le 17 juillet 1791, elle fait tirer sur la foule venue au Champ-de-Mars signer une pétition pour la déchéance du roi. Louis XVI conserve son trône mais le régime perd la confiance du peuple.

Les souverains des pays voisins commencent à craindre une contagion révolutionnaire et envisagent de venir en aide au roi ; ils massent des troupes aux frontières où se trouvent les émigrés. Le 20 avril 1792, l'Assemblée législative ayant déclaré la guerre à l'Autriche, l'armée française essuie une sévère défaite. Le roi en est tenu pour responsable.

Le 10 août, le palais des Tuileries est pris d'assaut, la famille royale est enfermée dans la prison du Temple : c'est la fin de la monarchie.

 

Le 3 décembre 1792, la Convention nationale décide que Louis XVI sera jugé par elle. Le procès commence le 10 décembre et dura jusqu’au 26 décembre, date du plaidoyer de De Seze.

 

Les principaux chefs d’accusation

D’avoir tenté d’empêcher la réunion des États généraux, et par là avoir attenté à la liberté.

D’avoir rassemblé une armée contre les citoyens de Paris et de ne l’avoir éloignée qu’après la prise de la Bastille.

De n’avoir pas tenu ses promesses à l'Assemblée constituante, d’avoir éludé l’abolition de la féodalité et laissé piétiner la cocarde tricolore provoquant ainsi les journées des 5 et 6 octobre 1789.

D’avoir prêté serment lors de la fête de la Fédération pour essayer ensuite de corrompre l'Assemblée constituante en particulier par l’intermédiaire de Mirabeau.

D’avoir trompé l’Assemblée constituante en lui adressant copie d’une lettre adressée aux agents diplomatiques indiquant qu’il avait accepté librement la Constitution, tout en prodiguant l’argent du peuple pour préparer la fuite de la famille royale.

Convention passée entre Léopold II et le roi de Prusse pour rétablir la monarchie française.

D’avoir envoyé des sommes considérables au marquis de Bouillé et aux émigrés.

D’avoir eu une part dans l’insurrection du 10 août 1792.

D’avoir autorisé Septeuil à faire un commerce considérable de grains, de sucre et de café.

D’avoir mis son veto au décret prévoyant la formation d’un camp de 20 000 fédérés.

D’être responsable de la fusillade du Champ-de-Mars le 17 juillet 1791.

 

Louis XVI est condamné à mort pour une seule petite voix de majorité.

Le 15 janvier le débat pour décider du sort du roi abouti au vote des députés qui décidèrent à 361 voix sur 721 de la mort de l'ancien souverain. Il est guillotiné le 21 janvier 1793.

http://static1.assistancescolaire.com/ele/images/4hrf0301.png

Repost 0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 00:05

Conformément aux accords du traité de Fontainebleau (22 août 1612), le jeune roi de France Louis XIII épouse la fille du roi d'Espagne, Anne d'Autriche.

http://idata.over-blog.com/2/70/65/85//Articles/Mariage-de-Louis-XIII-et-anne-d-autriche.jpg  

La mère du roi est la régente Marie de Médicis, veuve d'Henri IV. Elle a voulu marier son fils avec la fille du très catholique roi d'Espagne, Philippe III de Habsbourg, dans le dessein de reprendre la lutte contre les huguenots.

La messe est célébrée dans la cathédrale Saint-André à Bordeaux alors que les deux époux ont à peine 14 ans.

23 ans plus tard, la reine donnera naissance au premier héritier de Louis XIII, Louis XIV.

 

Voir aussi :

27 septembre 1601 - Naissance de Louis XIII

14 mai 1610 - Henri IV est assassiné par Ravaillac

 

Repost 0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 00:01

27 novembre 2011 : 1500e anniversaire de la mort de Clovis

Le roi des Francs s'éteint à Paris à l'âge approximatif de 46 ans. Peu avant sa mort il avait partagé son empire entre ses quatre fils. Reims revient au plus puissant d'entre eux, Thierry Ier. Orléans à Clodomir, Paris à Childebert Ier et enfin Soissons à Clotaire Ier. Clovis sera inhumé dans la basilique des Saint-Apôtres à Paris.

http://www.france-pittoresque.com/IMG/gif/clovis-Ier.gif

Extension du royaume franc sous Clovis.

http://i56.tinypic.com/20p5v8j.gif

Le roi conquiert l'ancienne Gaule romaine.

La Burgondie, elle, deviendra franque sous le règne de ses fils

Durant deux siècles et demi, la dynastie des mérovingiens règnera sur les vestiges du royaume de Clovis avant de faire place aux Carolingiens.

 

Charles de Gaulle a dit :

« Pour moi, l'histoire de France commence avec Clovis, choisi comme roi de France par la tribu des Francs, qui donnèrent leur nom à la France. Avant Clovis, nous avons la préhistoire gallo-romaine et gauloise. L'élément décisif pour moi, c'est que Clovis fut le premier roi à être baptisé chrétien. Mon pays est un pays chrétien et je commence à compter l'histoire de France à partir de l'accession d'un roi chrétien qui porte le nom des Francs ».

 

Voir aussi :

1 mars 487 - Vengeance de Clovis à Soissons

Repost 0
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 00:01

A 26 ans, Rainier Louis Henri Maxence Bertrand Grimaldi, prince de Monaco et duc de Valentinois succède à son grand-père Louis II décédé au mois de mai.

Le souverain prendra le nom de Rainier III et le 19 novembre sera symboliquement proclamé fête nationale à Monaco.

Le 19 avril 1956, Rainier épousera à Monaco l'actrice américaine Grace Kelly.

Rainier III prince de Monaco

 

Depuis la fin des années 1980 début des années 1990, le Prince Rainier III lui a confié un rôle progressif croissant dans l'administration et la vie de la Principauté de Monaco avec un point culminant le 5 octobre 2004 où Albert représente Monaco lors de la cérémonie d'adhésion de la principauté au Conseil de l'Europe.

Il a hérité du trône le 6 avril 2005 lors du décès de son père le prince Rainier III de Monaco.

Repost 0
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 00:01

Georges Clemenceau, 76 ans, est appelé à la présidence du Conseil par son vieil ennemi, le Président de la République Raymond Poincaré.

Georges Clemenceau 1917

Le 13 novembre, le gouvernement Painlevé tombe et le président Poincaré doit rapidement lui trouver un successeur. Il aurait eu à choisir entre Joseph Caillaux et Georges Clemenceau. Bien qu'il n'aime guère Clemenceau, il préfère celui-ci, favorable à une victoire militaire et dont la force morale l'impressionne, plutôt que Caillaux, partisan d’une paix de compromis.

 

Clemenceau forme donc un gouvernement de choc afin de poursuivre et intensifier la guerre avec l'Allemagne. Celui-ci comprend essentiellement des ministres radicaux et seulement deux membres rescapés du cabinet Painlevé.

Hormis la presse socialiste, les journaux acclament sa nomination, jusqu'au New York Times !

Dans son discours d'investiture Clémenceau annonce son intention de traquer les défaitistes et les traîtres de l'arrière.

Sa détermination vaut au Président du Conseil d'être surnommé le « Tigre ».

Georges Clemenceau tranchées

Repost 0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 00:02

Le 16 novembre 1700, Louis XIV prend la décision que toute l'Europe attend. Il entérine le testament du roi d'Espagne Charles II de Habsbourg, mort le 1er novembre sans héritier.

Charles II d'Espagne fut le dernier roi ayant appartenu à la maison de Habsbourg.
Atteint du syndrome de Klinefelter (trisomie sexuelle XXY, ce n’est qu’en 1959 que l'origine chromosomique de ce syndrome fut découverte) il meurt sans descendance.

Par son testament du 2 octobre, roi d'Espagne Charles II de Habsbourg avait désigné le petit-fils du roi de France, le duc Philippe d'Anjou (17 ans) pour lui succéder, bien que le jeune Bourbon fût issu d'une dynastie hostile depuis deux siècles aux Habsbourg.

 

Le Roi-Soleil annonce à sa cour et à l'ambassadeur d'Espagne, Castel dos Rios, qu'il autorise son petit-fils le Duc d'Anjou à coiffer la couronne espagnole.

Castel dos Rios s'exclame: « Quelle joie Sire ! Il n'y a plus de Pyrénées ! ».

Philippe d'Anjou prendra le nom de Philippe V et sera le premier souverain de la maison des Bourbons à faire son entrée en Espagne au début de l'année 1701.

Philippe V d'Espagne

Philippe V d'Espagne.

 

À l'exception de l'archiduc d'Autriche, Léopold 1er, tous les souverains reconnaissent le nouveau roi d'Espagne, Philippe V. Celui-ci est bien accueilli par ses sujets.

Les désillusions vont très bientôt arriver et déboucher sur la dernière et plus dramatique guerre du Roi-Soleil : la guerre de Succession d'Espagne.

L'archiduc d'Autriche revendiquera en effet son droit à devenir souverain d'Espagne et des Amériques.


Repost 0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 20:35

Thierry Le Luron,  imitateur, chanteur, humoriste et animateur de radio  est né le mercredi 2 avril 1952 à Paris (13ème).

 

Thierry Le Luron meurt le jeudi 13 novembre 1986, à l'âge de 34 ans, officiellement d'un cancer des cordes vocales, mais de nombreuses sources évoquent le sida du fait de la mort des suites de ce virus, un peu plus d'un an plus tard, en mars 1988, de son compagnon, Daniel Varsano.

 

Repost 0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 00:01

Le général de Gaulle est élu à l'unanimité par l'Assemblée constituante nouveau chef du gouvernement provisoire. Il formera son équipe aux côtés de ministres communistes.

Le gouvernement provisoire de Charles de Gaulle, ici le 21 novembre avec les ministres

Le 21 octobre 1945, par référendum, les Français se prononcent, à une écrasante majorité de 96% des suffrages exprimés, contre le retour aux institutions de la IIIe République et, avec une majorité plus réduite (66%), pour une assemblée constituante aux pouvoirs limités.

Le même jour, est élue l'Assemblée constituante.

 

Élu à l'unanimité, le mardi 13 novembre 1945, de Gaulle se trouve pourtant rapidement en désaccord avec la majorité de l'Assemblée sur le projet de Constitution : opposé à un système de souveraineté parlementaire, dans lequel il voit la raison de la faiblesse et des errements de la IIIe République, il veut un exécutif plus fort.

Le 20 janvier 1946, il démissionne...

 

 

 

Repost 0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 00:01

Le lundi 9 novembre 1970, à 19h15, Charles de Gaulle meurt paisiblement dans sa maison de « La Boisserie », à Colombey-les-deux-Églises (Haute-Marne). Il est pris d'un malaise en faisant une réussite aux cartes.

Le Général avait reçu son voisin René Piot, cultivateur, pour une affaire de parcelle agricole à gérer. Un entretien cordial d'un bon quart d'heure sur tout et rien. René Piot se souviendra qu'après avoir évoqué un hangar qu'il construisait, le Général lui glissa :
« Si vous êtes gêné, je peux vous aider. Vous savez, le Général n'est pas à plaindre. »

Ensuite, Charles de Gaulle était allé faire une promenade dans le parc avant de joindre au téléphone son secrétariat particulier à Paris. Vers 17 h, nouvelle promenade puis retour au bureau pour quelques lettres.

Vers 19 h, le Général ferma les volets et alluma la télévision, s'installa à la table de bridge, prit les cartes pour s'atteler à une patience.
Soudain, un cri : « Oh, j'ai mal, là, dans le dos. » puis s'affaissa doucement sur le côté, retenu par le bras du fauteuil.

 

À 19 h 25, le cœur cessa de battre.

La nouvelle de la mort sera tenue secrète jusqu'au lendemain matin. Elle chargea l'abbé Lacheny de prévenir le contre-amiral Philippe de Gaulle alors à Brest, lequel ouvrit les courriers confidentiels que lui avait remis son père quelques années auparavant, les mêmes que Georges Pompidou possédait depuis 1952.

« Je veux que mes obsèques aient lieu à Colombey... »

 

Selon ses vœux, son enterrement se fait dans l'intimité

Au petit matin du 10 novembre 1970, la France est sous le choc. Colombey-les-Deux-Églises, 391 habitants, devient pour quelques jours le centre du monde.

Le 12 novembre, sa dépouille est transportée sur un engin blindé de reconnaissance vers la petite église, en présence de sa famille, des Compagnons de la Libération et des habitants de son village.

Il est enterré au cimetière auprès de sa fille Anne, avec une simple inscription sur sa tombe, « Charles de Gaulle 1890-1970 ».

Hommage simple, discret, infiniment respectueux, à l'image des douze jeunes gens du village choisis pour porter le cercueil recouvert d'un drapeau tricolore.

Toutefois, une cérémonie officielle rassemblant quatre-vingts chefs d'État a lieu parallèlement à Notre-Dame de Paris.

tombe de Charles de Gaulle

Le 18 juin 1972, une Croix de Lorraine monumentale a été érigée au-dessus du village de Colombey.

 

Voir aussi : Autres articles concernant le Général De Gaulle

 

Repost 0
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 00:01

Marie Curie, née Maria Salomea Skłodowska le 7 novembre 1867 à Varsovie (et décédée le 4 juillet 1934 à Sancellemoz en France), est une physicienne française d'origine polonaise.

Marie Curie  

En juillet 1893, à 26 ans, Marie Curie obtient une licence de physique. Elle est première à la Sorbonne. En juillet 1894, elle obtient une licence en mathématiques, elle est deuxième. Elle excelle partout. Elle obtient une bourse polonaise pour continuer ses études en France car elle n'a plus assez d'argent.

 

Quand Marie rencontre Pierre Curie, il est chef de travaux à l'École de physique et chimie de Paris, il prépare les expériences pour les étudiants.

Le 26 juillet 1895, Pierre et Marie Curie se marient. Elle a l'autorisation de travailler avec Pierre dans son laboratoire. Pour obtenir un doctorat, il faut que Marie fasse une thèse, aucune femme au monde n'en a obtenu un à ce moment là.

 

En décembre 1897, elle commence, à l'École supérieure de physique et de chimie industrielle de la ville de Paris, des travaux de thèse sur l'étude des rayonnements produits par l'uranium.

Le 18 juillet 1898, Marie Curie découvre le polonium, nommé ainsi en l'honneur de son pays.

25 juin 1903, Marie Curie présente son doctorat sur la radioactivité à la Sorbonne.

 

A 39 ans, elle devient la première femme professeur à la Sorbonne.

Marie Curie succède en fait à son mari, Pierre Curie, (mort prématurément le 19 avril 1906 dans un accident de circulation), à la chaire de physique le lundi 5 novembre 1906.

Cela intrigue beaucoup de gens, qu'une femme, de plus jeune puisse donner un cours dans une université. C'est la première femme à enseigner dans cette université. Elle impose la place des femmes dans l’enseignement supérieur français.

 

Elle enseignera tout en continuant ses recherches et recevra son deuxième prix Nobel en 1911.

 

Voir aussi : 18 juillet 1898 - Marie Curie annonce la découverte du polonium

 

Repost 0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 23:01

Le 30 Octobre 1980, le comique Michel Colucci alias « Coluche » convoque une centaine de journalistes au théâtre du Gymnase où il se produit tous les soirs. Coluche annonce officiellement sa candidature à la présidence de la république. Tous croient à une plaisanterie.

http://www.poilagratter.net/wp-content/uploads/ac015web.jpg 

Il déclare être candidat car trop de gens ne sont pas représentés par la classe politique. Il lance même cette phrase audacieuse : « Ils nous prennent pour des imbéciles alors votons pour un imbécile ! »

Coluche amuse. Un journaliste déclarera même : « Depuis De Gaule, c'est la première fois qu'on se marre à une conférence de presse ! »

Les politiques ne le prennent pas plus au sérieux. Pour eux ce n'est qu'un coup médiatique.

C'en était un. Seulement, un sondage va complètement changer les intentions de Coluche.

Le 14 Décembre 1980, un sondage paru dans le Journal du Dimanche crédite Coluche de 16% d'intentions de votes.

Pour le PS et son candidat, François Mitterrand, la situation est dramatique.

 

Un événement va précipiter la descente de Coluche.

La police retrouve le cadavre de René Gorlin, régisseur de Coluche depuis plus de 6 ans, abattu de 2 balles dans la nuque. L'enquête conduira à un crime passionnel.

2 jours plus tard, Coluche reçoit une lettre anonyme dont les mots ont été découpés dans un journal. Le texte est édifiant : « COLUCHE : ATTENTION A LA MORT ! »

 

Il reçoit également des appels téléphoniques dont un qui fait froid dans le dos puisque l'interlocuteur lui dit que « sa passion pour les deux-roues pourrait lui être fatale. » et que « il pourrait déraper même sur chaussée sèche. »

 

Coluche, accablé par la pression médiatique et victime de menaces se retirera da la campagne présidentielle au bout de cinq mois, le 6 avril.

 

Voir aussi : 19 juin 1986 - Mort de Coluche

Repost 0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 23:01

Durant toute sa vie, Georges Brassens souffre d’une maladie des reins qui le fait particulièrement souffrir et le contraint parfois à quitter la scène.

Une de ses premières opérations chirurgicales remonte à la fin des années 50.

Il écrira plus tard la chanson « L’épave » pour exorciser ses douleurs.

Les problèmes de santé répétitifs du chanteur le font vieillir rapidement. A cinquante ans, il en paraît dix ans de plus.

En novembre 1980, Georges Brassens est atteint d’un cancer et subit une troisième opération des reins.

Il décède un an plus tard, le jeudi 29 octobre 1981. Il venait juste de fêter ses 60 ans.

Georges Brassens est l'auteur de nombreux textes qui font la fierté de la chanson française : « L’Auvergnat », « Les Copains d’Abord », "Le Gorille".

Poète, écrivain, auteur, compositeur, il inspire encore la scène française d’aujourd’hui.

 

 

 

Repost 0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 23:01

Le mercredi 22 octobre 1941, à Châteaubriant, en Bretagne, les Allemands fusillent 27 détenus (dont Guy Môquet) en riposte à l'assassinat d'un commandant allemand, le Feldkommandant Fritz Holtz.

Celui-ci a été abattu le 20 octobre, en plein centre de Nantes, par Gilbert Brustlein, qui a aussi participé les jours précédents au déraillement d'un train de permissionnaires allemands.

Les auteurs de ces attentats ont agi sur ordre du parti communiste clandestin, entré en résistance après l'invasion de l'URSS par la Wehrmacht le 22 juin 1941.

Sans succès, les Allemands offrent 15 millions de francs à toute personne qui leur fournirait des renseignements sur eux.

 

Le 22 octobre, en début d'après-midi, les gardes allemands assistés d'un lieutenant français procèdent à l'appel des otages dans les baraques du camp de Choisel-Châteaubriant.

Les futures victimes ont 30 minutes pour écrire une dernière lettre à leurs proches. Après quoi, chantant la Marseillaise avec leurs camarades de détention, ils montent dans les camions qui vont les transporter à la carrière de la Sablière, à deux kilomètres du camp.

Ils refusent de se faire bander les yeux. Face aux 90 SS du peloton d'exécution, 9 poteaux. Trois salves. Les victimes meurent en chantant jusqu'au bout la Marseillaise.

 

La « fameuse » lettre de Guy Môquet

L'Histoire retient du jeune otage Guy Môquet la poignante lettre ci-dessous, écrite en prison avant son exécution. 

Ma petite maman chérie,

mon tout petit frère adoré,

mon petit papa aimé,

Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c'est d'être courageuse. Je le suis et je veux l'être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j'aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon coeur, c'est que ma mort serve à quelque chose. Je n'ai pas eu le temps d'embrasser Jean.
J'ai embrassé mes deux frères Roger et Rino. Quant au véritable, je ne peux le faire hélas ! J'espère que toutes mes affaires te seront renvoyées elles pourront servir à Serge, qui je l'escompte sera fier de les porter un jour. A toi petit papa, si je t'ai fait ainsi qu'à ma petite maman, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j'ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m'as tracée.

Un dernier adieu à tous mes amis, à mon frère que j'aime beaucoup. Qu'il étudie bien pour être plus tard un homme.

17 ans et demi, ma vie a été courte, je n'ai aucun regret, si ce n'est de vous quitter tous. Je vais mourir avec Tintin, Michels. Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c'est d'être courageuse et de surmonter ta peine.

Je ne peux en mettre davantage. Je vous quitte tous, toutes, toi maman, Serge, papa, en vous embrassant de tout mon coeur d'enfant. Courage !

Votre Guy qui vous aime.

Guy

 

Dernières pensées : vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les 27 qui allons mourir !

 

Qui était Guy Môquet ?

Rappelons que Guy Môquet est le fils du député communiste Prosper Môquet, interné en octobre 1939, sur décision du gouvernement Daladier en raison de son ralliement au pacte germano-soviétique.

" C’est parce qu’il était communiste, et surtout fils d’un député communiste, que Guy Môquet a été désigné comme otage à fusiller dans une liste soumise aux Allemands sous la responsabilité du ministre de l’Intérieur de Vichy, Pierre Pucheu.

Arrêté par la police française parce qu’il distribuait de la propagande communiste, doit-on considérer cette action comme un acte de résistance ? Les tracts communistes de l’automne 1940 appellent ils à la résistance contre l’occupant ?

La réponse est négative si l’on considère la propagande de la direction du parti communiste, étant entendu que, localement, des communistes ont adopté des positions différentes de celle d’une direction dont ils sont souvent coupés depuis la dissolution du parti.

De juin à août 1940, les dirigeants du Parti communiste français ont entamé des négociations avec les Allemands afin d’obtenir la reparution légale de L’Humanité, interdite depuis le 26 août 1939. Dans les documents retrouvés depuis, les communistes rappellent leur soutien au pacte germano-soviétique :

« Pour l’URSS nous avons bien travaillé par conséquent par ricochet pour vous. » Ils promettent : « Nous ne ferons rien pour vous mais rien contre vous. »

Rien qui s’apparente donc à de la résistance, mais la volonté de reconstruire un parti affaibli, sur une base qui cède plus à la compromission qu’au simple compromis.

Quel est le contenu de « L’Humanité » distribuée par Guy Môquet ?

Dans les grands thèmes du journal figurent une constante dénonciation de Vichy, qui interne les communistes, défend le capitalisme et opprime le peuple, ainsi qu’une exaltation flamboyante du « génial Staline » et de l’URSS, patrie du socialisme, pays de liberté et paradis des travailleurs. "

 François Marcot
Professeur à l’Université de Franche-Comté

 

 

 

Exploitation par la propagande

Dans les années qui vont suivre, le Parti communiste exploitera la mort de l'innocent Guy Môquet et de ses camarades pour faire oublier son retard à s'engager dans le combat contre l'occupant. Cette récupération laisse dans l'oubli nombre de jeunes Français de toutes obédiences qui sont tombés les armes à la main dès les premiers mois de l'Occupation.

 

Ceci n’enlève rien à la monstruosité des exécutions sommaires du régime Nazi.

 

Repost 0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 23:01

Les guerres de religion opposant les catholiques et les protestants durent en France depuis 1562. Le roi Henri III de Navarre (né Henri de Bourbon) est l’héritier de la couronne de France (futur Henri IV), et par ailleurs le chef du parti protestant. Le roi de France étant Henri III, son beau-frère et cousin.

 

Le 20 octobre 1587, Henri de Navarre bat les ligueurs catholiques commandés par le duc de Joyeuse lors de la bataille de Coutras (Gironde), malgré des effectifs inférieurs.

http://www.henri-iv.culture.fr/medias/communs/images/grand_format/0/104_4.jpg 

Après un début de bataille qui donne l'avantage aux catholiques, Henri de Navarre utilise l'artillerie et la cavalerie, gardées en réserve. L'armée royale fléchit.

En effet, le duc de Joyeuse lance sa charge de loin, au grand galop. Quand il arrive au contact, ses chevaux sont épuisés, et ses escadrons de lanciers ont perdu leur cohésion, perdant toute efficacité.

C'est un corps-à-corps qui s’engage, dans lequel Henri de Navarre fait preuve d'un courage remarquable.

La bataille fait 2000 mort chez les catholiques, parmi lesquels le chef de l'armée royale, le duc de Joyeuse, l'un des favoris (les fameux « mignons ») du roi Henri III.

 

En fin stratège politique, pour préparer la réconciliation future entre les deux clans ennemis, Henri III de Navarre organise dès le lendemain, à Libourne, de grandioses funérailles pour les victimes des deux camps.

Il renvoie la dépouille de Joyeuse au roi de France avec un message de sincère contrition :

« Je suis bien marri qu'en cette journée je ne pus faire de différence des bons et naturels Français d'avec les partisans et adhérents de la Ligue... Croyez, mon cousin, qu'il me fâche fort du sang qui se répand... ».

La défaite achève de discréditer Henri III aux yeux des ligueurs catholiques. Ceux-ci vont se rallier aux Guise et chasser le roi de Paris.

 

Pour rétablir la paix et s’assurer le trône, Henri de Navarre, ayant succédé à Henri III sous le nom d’Henri IV, se convertira définitivement au catholicisme en 1593 et sera sacré à Chartres en 1594. Les nobles catholiques finiront par se rallier au roi, mettant ainsi fin aux guerres de Religion.

 

Pour s’y retrouver, voir aussi :

19 septembre 1551 - Naissance d’Henri III de France

27 février 1594 - Sacre d'Henri IV

13 avril 1598 - Signature de l'Édit de Nantes

Les guerres de religion en France

 

Repost 0
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 23:01

Camille Claudel est née à Fère-en-Tardenois (dans l’Aisne) le 8 décembre 1864, est la sœur du célèbre écrivain Paul Claudel.

Camille Claudel

Camille est rapidement sûre de sa vocation.

Elle s'établit alors à Paris en 1881. Deux ans plus tard, elle rencontre d'Auguste Rodin.

Elle devient la maîtresse de Rodin qui a 24 ans de plus qu'elle, et en 1884 elle commence à travailler dans son atelier, pour lui (parfois même comme modèle) et avec lui.

Mais elle fait aussi ses propres œuvres qui sont exposées chaque année au Salon des Artistes français.

Relation passionnelle qui se détériore lorsqu'elle comprend qu'elle ne deviendra jamais sa femme, évincée par Rose Beuret.

Les deux artistes s'influençaient réciproquement, cependant les œuvres de Camille Claudel acquièrent paradoxalement un nouveau souffle au moment de cette rupture.

Utilisant l'onyx, matériau rare, elle fondera ses compositions sur d'élégants jeux de courbes. Elle travaille aussi bien le plâtre et l'argile, que le marbre où elle est même meilleure que Rodin.

 

 

Camille Claudel est décédée à l'âge de 78 ans à Montfavet (dans le Vaucluse) le 19 octobre 1943.

Vivant misérablement, Camille Claudel s'enferme bientôt dans la solitude et sombre peu à peu dans la folie. Lorsque son père meurt, le 2 mars 1913, Camille semble ne pas en être prévenue elle n'assistera d'ailleurs pas à l'inhumation.

Sa famille la fait interner à l’asile de Ville-Évrard, où elle entre dès le 10 mars.

En 1914, la Première Guerre mondiale éclate et les hôpitaux sont réquisitionnés : elle est transférée le 9 septembre à l'asile d'aliénés de Montdevergues, à Montfavet, dans le Vaucluse.

Elle meurt le 19 octobre 1943 d'une attaque cérébrale, sans doute par suite de la malnutrition sévissant à l'hôpital.

 

Repost 0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 23:01

La promulgation de l’édit de Nantes, le 13 avril 1598, avait permit l’arrêt des guerres de religion qui ont ravagé le royaume de France au XVIe siècle.

Le Roi-Soleil met fin à 87 ans de tolérance religieuse en abolissant l'édit de Nantes (signé par son grand-père Henri IV) au profit de l'édit de Fontainebleau.

http://www.servir.caef.net/wp-content/uploads/2009/11/R%C3%A9vocation-Edit-de-Nantes.jpg

Louis XIV ne conçoit pas que plusieurs religions puissent coexister dans son royaume et veut en finir avec les huguenots. Le 18 octobre 1685, à Fontainebleau, il révoque l'Édit de tolérance.

Par ce nouvel édit, le Roi-Soleil signifie qu'il n'y a plus de religion autorisée en France en-dehors de la religion catholique.

L'édit de Fontainebleau interdit donc le protestantisme : les temples et les écoles réformés doivent être détruits, les pasteurs sont contraints à l'exil.

 

Par contre, les fidèles protestants sont obligés de rester. Cependant, beaucoup partiront vers l'étranger (Londres, Genève ou Amsterdam), privant la France d'une bonne partie de l'élite intellectuelle et économique.

 

Très vite, le roi peut mesurer l'étendue de son erreur.

Des foyers de résistance se forment. Les dragonnades doivent reprendre. Dans les Cévennes (Lozère et nord du Gard), la révolte des Camisards éclate en 1702.

 

Sans attendre la publication de l'édit de Fontainebleau et malgré l'interdiction qui leur est faite de s'enfuir, près de 300.000 « religionnaires » quittent la France.

 

Ces exilés issus de la bourgeoisie laborieuse vont faire la fortune de leur pays d'accueil et leur départ va appauvrir la France en la privant de nombreux talents. Ils vont aussi nourrir à l'extérieur les ressentiments contre la France et son monarque.

 

Voir aussi : 13 avril 1598 - Signature de l'Édit de Nantes


Repost 0
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 23:01

François Mitterrand est reçu par le maréchal Pétain avec plusieurs responsables du Comité d'entraide aux prisonniers rapatriés de l'Allier.

15 octobre 1942 : Mitterrand rencontre Pétain

En 1941, François Mitterrand travailla pour le régime de Vichy dans le cadre du commissariat aux prisonniers de guerre et fut même décoré de la francisque au printemps 1943.

Longtemps passé sous silence, cet épisode fut « révélé » en 1994 par le livre du journaliste Pierre Péan « Une jeunesse française ».

 

Cela provoqua une assez vive émotion dans l'opinion publique, d'autant que l'on avait déjà reproché au président de la République ses liens personnels avec René Bousquet, ancien secrétaire général de la police de Vichy, assassiné l'année précédente, ou encore son passage aux volontaires nationaux (mouvement de jeunesse des Croix de Feu du colonel de La Rocque) dans les années 1930.

 

Le jeune militant de l’Action Française qui dans le sillon de Charles Maurras manifestait len Février 1935, Place de la Concorde aux cris de « Aux Français la France ! » contre l’autorisation accordée à des médecins d’origine étrangère de s’établir en France…

http://lechatdorleans.files.wordpress.com/2011/05/mitterrand1.jpeg

http://blogdejeromehelie.files.wordpress.com/2011/01/mitterrand_1935-62d17.jpg

Le 24 octobre 1940, Pétain rencontrait Hitler à Montoire, et entraînait les Français dans la collaboration avec les nazis.

En 1942 Mitterrand est « chef de la section presse » intimement liée à la propagande en faveur du maréchal Pétain et de l'Allemagne nazie.

 

Voir aussi :

19 juin 1942 - Mitterrand à Vichy

La Francisque

Repost 1

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire