Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 23:01

Médecin devenu député à la Convention nationale, Jean-Paul Marat s'était rendu populaire auprès des sans-culottes parisiens par ses diatribes assassines, publiées dans son journal « L'Ami du peuple ».

http://www.athene.antenna.nl/AFBEELDINGEN/NR03-Parijs/Marat.jpg

Marie-Anne-Charlotte de Corday d’Armont dit Charlotte Corday, qui fréquente les milieux Girondins de Caen, se rend à Paris et obtient une entrevue avec Marat.

Le Montagnard la reçoit dans son bain.

Pour la jeune femme, Marat est le principal responsable de l'élimination des Girondins et de l'instauration de « La terreur »  en France.

Elle le poignarde dans sa baignoire.  « L'Ami du peuple » expirera quelques heures plus tard.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/10/Charlotte_corday.jpg/200px-Charlotte_corday.jpg

Charlotte Corday fut maîtrisée par Simone Évrard, la maîtresse de Marat, et ses gens de maison. Protégée contre la foule, elle fut conduite non loin, à la prison de l’Abbaye où elle subit une fouille en règle. Outre quelques objets personnels on trouva sur elle une feuille de papier pliée en huit, dans laquelle elle expliquait les raisons de son geste.

Charlotte Corday sera condamnée à mort par le Tribunal révolutionnaire le 16 juillet, et exécutée le lendemain.

 

Repost 0
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 23:01

Le 30 juin 1559, lors d'un tournoi organisé en l'honneur d'un double mariage royal, celui d'Elisabeth de Valois, fille du roi, avec Philippe II, roi d'Espagne, et de Marguerite de Valois, sœur d'Henri II, avec le duc Philibert de Savoie.

http://trefaucube.free.fr/IMG2/mort_henri2-hogenberg.jpg 

Le roi, qui adorait la joute, avait tenu à participer aux jeux.

Il affronte le capitaine de sa Garde écossaise, Gabriel, seigneur de Montgomery.

C’est alors que le drame se produit : la lance de Montgomery pénètre sous la visière du heaume royal et s'enfonce dans l'œil du roi. Dans son œil gauche est resté fiché un morceau de la lance adverse.

Le roi de France est soigné par le meilleur chirurgien français, Ambroise Paré.

En vain : Henri II expire le 10 juillet après une longue agonie, il a 40 ans.

Son fils François II qui n'a que quinze ans lui succède.

Henri II sera inhumé le 13 août à Saint-Denis.

http://lauhic.perso.neuf.fr/Henri2.jpg

Repost 0
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 23:01

Né d'un père professeur d'histoire, Jean Moulin fait ses études de droit à Montpellier, puis devient Secrétaire général de préfecture à Montpellier.

En 1925, à l'âge de 25 ans, il est le plus jeune sous-préfet de France, et plus jeune préfet à 38.

Jean Moulin 

Alors que la Seconde Guerre mondiale fait rage, il veut rejoindre l'armée mais il est obligé de rester à son poste. Le 17 juin 1940, il refuse de se plier aux exigences des Allemands. Torturé et enfermé, il tente de se suicider dans sa cellule en se tranchant la gorge, mais il est sauvé in extremis.

Révoqué par le gouvernement de Vichy, il s'enfuit en zone libre et prend contact avec les réseaux de résistance.

Après avoir gagné Londres en 1941, il est chargé par le général de Gaulle d'unifier la résistance en zone libre. Parachuté près d'Avignon avec des moyens de transmission, il adopte le pseudonyme Rex.

En 1943, il parvient à fondre les organisations Combat, Libération et les Francs-tireurs dans les Mouvements unis de résistance (MUR). Il se fait appeler Max et devient le chef de la Résistance. Son travail aboutit à la constitution du Conseil National de la Résistance (CNR) dont il est le premier président. Victime d'une trahison, il est arrêté par la Gestapo à Caluire, puis emmené à Paris.

 

Arrêté le 21 juin par la Gestapo de Klaus Barbie à Caluire, près de Lyon, Jean Moulin meurt à Metz après avoir été soumis à la torture et sans n’avoir dévoilé aucune information sur l'action du CNR.

 

Ses cendres seront transférées au panthéon en 1964.

 

Voir aussi : 2 janvier 1942 - Jean Moulin parachuté en France

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 23:01

Le 28 juin 1914, l'archiduc François-Ferdinand, prince héritier du trône d'Autriche-Hongrie, et son épouse sont assassinés à Sarajevo par un nationaliste serbe, Gavrilo Princip (19 ans).

http://patrickseitert.unblog.fr/files/2008/11/untitled.bmp

Préparation de l’attentat de Sarajevo

Tout commence à Belgrade, capitale de la Serbie, où le chef des services de renseignements, le colonel Dimitrievitch, manipule une organisation secrète terroriste : La Main Noire. Celle-ci prône la réunion de tous les Slaves du Sud (on dit aussi Yougoslaves) autour de la Serbie, principal état slave des Balkans.

 

L'assassin et ses complices sont des jeunes gens pauvres originaires de Bosnie-Herzégovine, ancienne province ottomane, (dont Sarajevo est la capitale), devenue un protectorat de Vienne avant d'être annexée par l'Autriche-Hongrie le 5 octobre 1908.

 

Pour faire avancer la cause yougoslave, Princip et cinq amis, projettent de leur propre initiative d'assassiner un haut fonctionnaire autrichien.

Mais apprenant l'arrivée à Sarajevo de François-Ferdinand, l'héritier du vieil empereur d'Autriche François-Joseph 1er (84 ans), ils se disent qu'il fera encore mieux l'affaire !

 

Prémices de la Première guerre mondiale

Le début du 20ème Siècle a vu 2 blocs se créer, la triple entente (Angleterre, France, Russie) et la triple alliance (Allemagne, Autriche-Hongrie, Italie). Les tensions sont allées croissantes jusqu'en 1914. Depuis le début du siècle, tous les pays belligérants, accumulent des armements de plus en plus meurtriers, au cas où.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fe/Map_Europe_alliances_1914-fr.svg/800px-Map_Europe_alliances_1914-fr.svg.png

 

La mèche a été allumée par un étudiant Serbe, qui tue l'archiduc d'Autriche.

Cet attentat est le prétexte que vont utiliser quelques semaines plus tard les grandes puissances européennes pour s'entredévorer...

L'Autriche déclare la guerre à la Serbie. Celle ci est soutenue par la Russie qui rentre en guerre le 30 juillet, et c'est l'engrenage.

En France, la mobilisation générale est décrétée le premier août.

Ce sont 1.700.000 hommes qui s'en vont en guerre au mois d'août, sûrs de revenir dans 2 mois.

 

 

Repost 0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 23:06

Le 26 juin 1945, à San Francisco, les représentants de 51 pays fondent l'Organisation des Nations Unies (ONU).

Promise dès 1941 par Roosevelt et Churchill, l'ONU remplace la Société des Nations (SDN).

Issue de la Première Guerre mondiale, la SDN avait failli dans sa mission de paix en partie parce que les États-Unis avaient renoncé à y entrer.

http://acoeuretacris.a.c.pic.centerblog.net/05107c50.jpg 

L'ONU naît alors que l'Allemagne vient de capituler et que se poursuit la guerre contre le Japon.

Son siège est fixé à New York, preuve que les États-Unis sont cette fois décidés à assumer leurs responsabilités mondiales.

 

L'Organisation des Nations unies comprend six organes principaux :

  1. L'Assemblée générale : 192 membres aujourd'hui, avec le même droit de vote, qu'il s'agisse de la Chine ou du micro-État de Nauru (État insulaire d'Océanie situé en Micronésie et composé d'une unique île peuplée de 9 267 habitants) ;
  2. Le Secrétariat, chargé du bon fonctionnement de l'ONU, avec à sa tête le Secrétaire général des Nations unies (10.000 fonctionnaires et un budget de 4 milliards de dollars) ;
  3. Le Conseil de tutelle, chargé de surveiller les territoires placés sous tutelle ;
  4. Le Conseil économique et social ;
  5. Le Conseil de sécurité ;
  6. La Cour internationale de justice (CIJ), chargée de régler les litiges entre les États.

En plus de ces six organes principaux, l'ONU a créé au fil du temps de nombreuses agences spécialisées comme l'OMS pour la santé ou l'UNESCO pour la coopération internationale en matière de développement de l'éducation, des sciences et de la culture mais aussi l'UNICEF pour les enfants.

gifs Monde drapeaux onu

Le Conseil de sécurité réunit dix membres tournants et des membres permanents.
Aux quatre membres permanents de 1945 (États-Unis, URSS/Russie, Royaume-Uni, France) s'ajoute aujourd'hui la Chine.

 

Le Conseil peut sanctionner des États fautifs et même autoriser une action militaire comme ce fut le cas en 1991 suite à l'invasion du Koweit par l'Irak, mais sa capacité d'action est limitée par le droit de veto des cinq membres permanents.

 

À la différence de la SDN, l'ONU dispose d'une force militaire, les « Casques bleu ».

ONU tous les drapeaux du monde

« L'ONU n'a pas créé le paradis, mais elle a évité l'enfer », a déclaré son deuxième secrétaire général, le Suédois Dag Hammarskjöld...

 


Repost 0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 23:01

« Je m'adresse aujourd'hui à vous, Français de la Métropole et Français d'outre-mer, pour vous expliquer les motifs des deux armistices conclus, le premier avec l'Allemagne il trois jours, le second avec l'Italie.

 

Ce qu'il faut d'abord souligner, c'est l'illusion profonde que la France et ses alliés se sont faite sur la véritable force militaire et sur l'efficacité de l'arme économique : liberté des mers, blocus, ressources dont ils pouvaient disposer. Pas plus aujourd'hui qu'hier on ne gagne une guerre uniquement avec de l'or et des matières premières. La victoire dépend des effectifs, du matériel et des conditions de leur emploi. Les événements ont prouvé que l'Allemagne possédait, en mai 1940, dans ce, domaine, une écrasante supériorité à laquelle nous ne pouvions plus opposer, quand la bataille s'est engagée, que des mots d'encouragement et d'espoir.

 

La bataille des Flandres s'est terminée par la capitulation de l'armée belge en, rase campagne et l'encerclement des divisions 'anglaises et françaises. .'Ces dernières se sont battues bravement. Elles formaient l'élite de notre armée ; malgré leur valeur, elles n'ont pu sauver une partie de leurs effectifs qu'en abandonnant leur matériel.

 

Une deuxième bataille s'est livrée sur l'Aisne et sur la Somme Pour tenir cette lignée soixante divisions françaises, sans fortifications, presque sans chars, ont lutté contre 150 divisions d'infanterie et 2 divisions cuirassées allemandes. L'ennemi, en quelques jours, a rompu notre dispositif, divisé nos troupes en quatre tronçons et envahi la majeure partie du sol français.

 

La guerre était déjà gagnée virtuellement par l'Allemagne lorsque l'Italie est entrée en campagne, créant contre la France un nouveau front en face duquel notre armée des Alpes a résisté.

 

L'exode des réfugiés a pris, dès lors, des proportions inouïes. Dix millions de Français, rejoignant un million et demi de Belges, se sont précipités vers l'arrière de notre front, dans des conditions de désordre et de misères indescriptibles.

 

A partir du 15 juin, l'ennemi, franchissant la Loire, se répandait a son tour sur le reste de la France.

 

Devant une telle épreuve, la résistance armée devait cesser. Le Gouvernement était acculé à l'une de ces deux décisions : soit demeurer sur place, soit prendre la mer. Il en a délibéré et s'est résolu à rester en France, pour maintenir l'unité de notre peuple et le représenter en face de l'adversaire. Il a estimé qu'en de telles circonstances, soit devoir était d'obtenir un armistice acceptable, en faisant appel chez l'adversaire au sens de l'honneur et de la raison.

 

L'armistice est conclu, le combat a pris fin. En ce jour de deuil national, ma pensée va à tous les morts, à tous ceux que la guerre a meurtris dans leurs chairs et dans leurs affections. Leur sacrifice a maintenu haut et pur le drapeau de la France. Qu'ils demeurent dans nos mémoires et dans nos coeurs 1

 

Les conditions auxquelles nous avons dû souscrire sont sévères.

 

Une grande partie de notre territoire va être temporairement occupée. Dans tout le nord et dans l'ouest de notre pays, depuis le lac de Genève jusqu'à Tours, puis le long de la côte, de Tours -aux Pyrénées, l'Allemagne tiendra garnison. Nos armées devront être démobilisées. Notre, matériel remis à l'adversaire, nos fortifications rasées, notre flotte désarmée dans nos ports. En Méditerranée, des bases navales seront démilitarisées. Du moins l'honneur est-il sauf. Nul ne fera usage de nos avions et de notre flotte. Nous gardons les unités terrestres et navales nécessaires au maintien de l'ordre dans la métropole et dans nos colonies. Le gouvernement reste libre,' la. France ne sera administrée que par des Français.,

 

Vous étiez prêts à continuer la lutte, je le savais. La guerre était perdue dans la métropole ; fallait-il la prolonger dans nos colonies ?

 

Je ne serais pas digne de rester à votre tête si j'avais accepté de répandre le sang français pour prolonger le rêve de quelques Français mal instruits des conditions de la lutte. Je n'ai pas voulu placer hors du sol de France ni ma Personne, ni mon espoir.

Je n'ai pas été moins soucieux de nos colonies que de la métropole. L'armistice sauvegarde les liens qui l'unissent à elle. La Franc a le droit de compter sur leur loyauté.

 

C'est vers l'avenir que, désormais, nous devons tourner nos efforts. Un ordre nouveau commence. Vous serez bientôt rendus à vos foyers. Certains auront à le reconstruire.

 

Vous avez souffert.

 

Vous souffrirez encore. Beaucoup d'entre vous ne retrouveront pas leur métier ou leur maison. Votre vie sera dure. Ce n'est pas moi qui vous bernerai par des paroles trompeuses. Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal. La terre, elle, ne ment pas. Elle demeure votre recours. Elle est la patrie elle-même. Un champ qui tombe en friche, c'est Une portion de France qui meurt. Une jachère de nouveau emblavée, c'est une portion de France qui renaît. N'espérez pas trop de l'Etat qui ne peut donner que ce qu'il reçoit. Comptez pour le présent sur vous-mêmes et, pour l'avenir, -sur les enfants que vous aurez élevés dans le sentiment du devoir.

 

Nous avons à restaurer la France. Montrez-la au monde qui l'observe, à l'adversaire qui l'occupe, dans tout son calme, tout son labeur et toute sa dignité. Notre défaite est venue de nos relâchements. L'esprit de jouissance détruit ce que l'esprit de sacrifice a édifié. C'est à un redressement intellectuel et moral que, d'abord, je vous convie. Français, vous l'accomplirez et vous verrez, je le jure, une France neuve surgir de votre ferveur. »

hitler pétain

 

Repost 0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 23:01

 

Napoléon 1er envahit la Russie sans déclaration de guerre préalable. Il franchit le Niemen (fleuve coulant sur les territoires actuels de la Biélorussie, de la Lituanie et de la Russie) avec ses troupes.

http://anapophil.free.fr/DECLIN/niemen1812.jpg 

L'Europe avant la campagne de Russie

En 1812, Napoléon était l’homme le plus puissant du continent Européen, maitre d’un empire s’étendant de la péninsule ibérique à la Pologne et de la baltique à l’Italie.

En avril, le Tsar Alexandre, qui avait concentré des troupes à la frontières avec le Grand Duché de Varsovie depuis 1811, adressa un ultimatum à Napoléon : les Français devaient évacuer séance tenante l'ensemble de la Pologne et se retirer derrière l'Elbe. En réponse, Napoléon et son immense armée passèrent à l’attaque.

états alliés de la france empire 1812

Le jeudi 24 juin 1812, la « Grande Armée », forte de 600.000 hommes, en grande partie fournis par les états annexés à la France, traverse le Niémen et force les frontières de l'empire du tsar Nicolas 1er.

Les troupes napoléoniennes pénètreront sans difficulté à l'intérieur de la Russie jusqu'à Moscou.

 

Le 18 Août : Entrée dans Smolensk ; les russes font sauter la ville et les combats sont rares.

7 Septembre : Bataille de la Moskova, les effectifs de la Grande Armée ne s’élèvent plus qu’à 130.000 car usés par 3 mois de marche ! ! Les russes se replient en bon ordre…

Bien que l’issue de la bataille ait tourné en faveur des français ; on déplore des dizaines de milliers de morts et blessés de part et d’autre.

14 Septembre : Entrée dans Moscou presque déserte ; la résistance est très faible.

16 Septembre : Durant la nuit des policiers russes incendient la ville sur ordre du gouverneur Rostopchine.

19 octobre : Face à la résistance moscovite et au refus des Russes de négocier, Napoléon fut contraint d'ordonner la retraite. Cette opération tournera au désastre en raison de la rigueur de l'hiver et du manque de ravitaillement.

27 novembre : Les Français, harcelés par l'ennemi et souffrant du froid, atteignent les rives de la Bérézina. Cependant, les Russes avaient coupé les ponts surplombant la rivière, coupant ainsi la retraite de la Grande armée.

28 novembre : Les troupes russes, changeant de stratégie, attaquèrent la rive droite du fleuve, mais furent finalement repoussés par les Français.

Ce même jour, la Grande armée reçut l'ordre de traverser, Napoléon annonçant son intention de détruire les ponts le lendemain matin.

Malgré les multiples mises en garde annoncées par l'Etat-major, de nombreux trainards préfèrent attendre le matin du 29 novembre pour traverser. Cependant, soucieux de protéger la retraite de la Grande armée, Napoléon ordonna la destruction des deux ponts vers 9 heures du matin.

Plus d’un millier de retardataires, paniqués, se jetèrent dans les flammes ou furent contraints de traverser la rivière à la nage.

http://boulesteix.blog.lemonde.fr/files/2010/03/berezina.1269278972.jpg

5 décembre : Le commandement de l'armée est confié à Joachim Murat. Napoléon Ier part pour Varsovie. 6 décembre : Débâcle de l'armée française ; la température est de -36°C.

La campagne de Russie, qui a coûté 300.000 hommes, s’achève par une immense déroute à travers la Lithanie, la Prusse, le Brandebourg, la Saxe.

http://napoleonbonaparte.files.wordpress.com/2007/08/blog-portraits-de-napoleon-bonaparte.jpg


Repost 0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 23:01

Louis XVI déguisé en valet de chambre, sa famille, et la gouvernante sont arrêtés dans la bourgade de Varennes-en-Argonne.

Parvenu sans encombre à Sainte-Menehould, il y est reconnu par le maître de poste Drouet qui donne l'alerte et arrêté à Varennes, un petit bourg.

http://www.vacances-location.net/locations-vacances/small-map-town/meuse/varennes-en-argonne.png 

Le 18 avril 1791, Louis XVI est arrêté par la garde nationale et par le peuple de Paris, au moment où il voulait se rendre à St.-Cloud ; dès lors, on le surveille très étroitement dans son palais des Tuileries.

La nuit du 20 au 21 juin 1791, Louis XVI, la reine, sa sœur la princesse Elisabeth, et ses enfants fuient le palais des Tuileries afin de rejoindre l'armée du marquis de Bouillé à Metz.

Monsieur, comte de-Provence, son frère, s'enfuit aussi, et prend la route des Pays-Bas.

http://vdaucourt.free.fr/Revo/Varennes.jpg

Le 22 juin 1791, Louis XVI est arrêté à Varennes; il est ramené en triomphe à Paris par les gardes nationales. On le surveille plus étroitement que jamais.

Le peuple se sentira trahi par la fuite du roi. L'Assemblée suspendra le roi provisoirement. Pour freiner la montée des Républicains, elle tentera de faire passer la fuite royale pour un enlèvement organisé par les contre-révolutionnaires.

Cet événement déterminant dans le cours de la Révolution française, a largement contribué à rendre crédible l’idée d’instaurer une république en France.

 

Lien du jour : Varennes, dernière étape avant la guillotine

Repost 0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 23:02

Le vendredi 19 juin 1942, François Mitterrand arrive à Vichy et parvient à trouver un emploi de documentaliste à la légion des combattants et des Volontaires de la Révolution Nationale, sorte de parti unique qui reprend la propagande pétainiste.

 

Le jeune François Mitterrand

 

http://www.nationspresse.info/wp-content/uploads/2009/11/Mitterrand1.JPG

Admirateur du Maréchal

Dans les premiers mois de l'année 1942, François Mitterrand éprouve de l'admiration pour le maréchal Pétain et collabore à une revue de Vichy : « France, revue de l'État nouveau ».

Dans une lettre retrouvée dans ses archives, François Mitterrand fait même l'éloge du SOL (Service d'Ordre Légionnaire), groupe paramilitaire chargé de pourchasser les ennemis du régime.

François Mitterrand a été maréchaliste et plein de confiance et d'admiration pour l'homme Pétain, notamment à la lecture d'une de ses lettres à sa sœur, rédigée le 13 mars 1942 et dans laquelle il écrit : « j'ai vu le maréchal au théâtre [...] il est magnifique d'allure, son visage est celui d'une statue de marbre. »

Mitterrand-Petain vichy

François Mitterrand à Vichy

Pendant la collaboration, Mitterrand est donc à Vichy et fait la connaissance de René Bousquet, secrétaire général de la police. En juin 1942, ce dernier négocie avec le chef de la police allemande les modalités de collaboration de la police française pour participer aux rafles des juifs.

 

Les rares fois où François Mitterrand a accepté de parler de cette période, le président de la République se justifiait en expliquant qu'il n'était pas au courant de ce qui se passait pour les Juifs.

Lors du vote des lois de 1941 qui excluent les Juifs de la communauté nationale, Mitterrand était en Allemagne. Toutefois, il est difficile de croire que Mitterrand ignorait le sort qui était réservé aux Juifs.

Il était à Vichy lorsque les fonctionnaires de la police française arrêtaient les Juifs à Paris et dans la zone sud, sous les ordres de René Bousquet.

 

Le 2 juillet 1942, Bousquet rencontre le SS Karl Oberg pour lui proposer l'arrestation de 20.000 juifs étrangers en zone occupée et 10.000 en "zone libre".

 

Le 16 et 17 juillet 42, les Parisiens assisteront à la razzia par la police et gendarmerie française (grâce à l'accord Mitterrand-Bousquet), parmi cette razzia 4501 enfants.

 

François Mitterrand resta à Vichy jusqu'à fin 1943 (une fois que les nazis avaient perdu Stalingrad et que les Américains avaient débarqué en Sicile).

 

Récompense pour services rendus à Pétain

En avril 1943, Le Maréchal Pétain remet la francisque à François Mitterrand pour « récompenser les services rendus à l'État français ».

Il figure sur le répertoire des récipiendaires sous n° 2202.

Ses parrains ont été Simon Arbellot, ancien journaliste au Temps et au Figaro devenu directeur des services de presse de Vichy, et Gabriel Jeantet, un ancien cagoulard, ami de Mitterrand.

Pour obtenir cette décoration, il faut en faire la demande en remplissant un formulaire sans ambiguïté : « Je fais don de ma personne au maréchal Pétain comme il a fait don de la sienne à la France. Je m'engage à servir ses disciplines et à rester fidèle à sa personne et à son œuvre. »

 

Bousquet - Mitterrand

En 1974, René Bousquet soutenait et apportait son concours financier au candidat François Mitterrand contre.

En 1981, après la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle, Bousquet sera reçu à l'Élysée « pour parler politique ».

En 1986, quand les accusations portées contre René Bousquet prennent de la consistance, le président aurait cessé de le voir.

En 1994, ses liens avec Bousquet sont rendus publics à l'occasion de la sortie du livre de Pierre Péan.

Liens du jour :

10 mai 1981 - François Mitterrand président

Francisque gallique

Repost 0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 23:01

25 ans déjà !

L’humoriste Coluche, perd la vie dans un accident de moto sur une petite route des Alpes-Maritimes, à l'âge de 41 ans.

http://perlbal.hi-pi.com/blog-images/78621/gd/1207487870/les-mysteres-autour-de-la-mort-de-Coluche.jpg 

Le jeudi 19 juin 1986, sur le trajet à moto qui le ramène de Cannes à Opio, Coluche est accompagné de deux amis. Coluche roule à vitesse modérée (selon l'expertise, à environ 60 km/h au lieu des 90 km/h autorisés). Sans motif apparent, un poids lourd lui coupe brusquement la route, en effectuant une manœuvre (virage sec à gauche).

L'humoriste ne peut rien faire, sa tête percute l'avant-droit du véhicule. Le choc lui est fatal.

Les circonstances entourant cet accident entraîneront plusieurs rumeurs et même la thèse d'un assassinat.

 

Michel Colucci alias Coluche

Fils de Honorio Colucci peintre en bâtiment d’origine italienne et de Simone Bouyer, fleuriste.

Il passa une enfance pauvre dans la banlieue parisienne.

Il adopta le pseudonyme « Coluche » à l'âge de 26 ans, au tout début de sa carrière.

Il participa à la création du Café de la Gare en 1968 et devint très populaire avec ses sketches tournant en dérision les contradictions de notre société.

Coluche sa annonça à l'élection présidentielle de 1981.

Ce qui était au début une simple plaisanterie, devient sérieux lorsque des sondages le créditent de plus de 16 % d'intentions de vote. À partir de ce moment, diverses pressions sont exercées sur l'humoriste, incluant des menaces de mort, pour que ce dernier renonce à se présenter. Ce qu'il fait finalement le 16 mars 1981.

Constatant que la misère s'est amplifiée en France, il fonde les Restos du Cœur en 1985.

coluche président

 

Citations de Coluche :

« Homme politique, un métier difficile? C’est pas vrai! C’est très simple! La politique, les études c’est 5 ans de droit et tout le reste de travers! »

« La moitié des hommes politiques sont bons à rien. Les autres sont prêts à tout. »

 

« Les hommes politiques, il y en a certains pour briller en public, ils mangeraient du cirage ! »

 

« Le mois de l’année où les hommes politiques disent le moins de conneries, c’est le mois de février, parce qu’il n’y a que 28 jours ! »

 

« Les hommes politiques, on devrait tous les faire souffler dans le ballon, pour savoir s’ils ont le droit de conduire le pays au désastre ! »

 

« Les technocrates, si on leur donnerait le Sahara, dans 5 ans, il faudrait qu’ils achètent du sable ailleurs. »

 

http://www.paj74.com/fr/News/Entrees/2011/2/22_5_faits_marquants_de_1985_6_files/shapeimage_6.png

Repost 0
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 23:01

Jules Ferry, à la fois Président du Conseil et ministre de l’instruction publique, fait voter une loi qui établit la gratuité de l’école.

 

Le jeudi 16 juin 1881, il propose une loi dont le premier article commence ainsi : « Il ne sera plus perçu de rétribution scolaire dans les écoles primaires publiques, ni dans les salles d’asile publiques ».

Désormais, il ne sera plus nécessaire de payer une rétribution scolaire dans les écoles primaires publiques. Quelques temps plus tard, il y ajoutera le caractère obligatoire et laïque (loi du 28 mars 1882).

 

 

Depuis 1879, l’homme politique promulgue une série de textes afin de promouvoir l’école publique et d’affaiblir le poids de l’Église dans l’éducation des jeunes français. Dans ce contexte, une nouvelle loi paraîtra encore le 28 mars 1882, rendant l’enseignement obligatoire pour les enfants de 3 à 6 ans, et définitivement laïc.

Les bases de l’enseignement public en France seront posées.

 

L’instruction civique remplacera dorénavant l’instruction religieuse et même les instituteurs devront être laïcisés au sein des écoles spécialisées.

 école de Jules Ferry salle de classe ancienne

Repost 0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 23:01

Le roi de France Louis XIV et l'infante d'Autriche Marie-Thérèse, tous deux âgés de 21 ans, se marient à l’église Saint Jean-Baptiste à Saint-Jean-de-Luz.

Cette union scelle la paix signée dans les Pyrénées, qui mit fin à l'interminable guerre qui opposait la dynastie française des Bourbons et la dynastie espagnole des Habsbourg.

 

Le traité des Pyrénées, et mariage arrangé

C'est en 1635 que Louis XIII et Richelieu déclarèrent la guerre à l'Espagne. Cette guerre dura jusqu'en 1659, et se termina par la signature du traité des Pyrénées qui faisait suite à la victoire française de la Bataille des Dunes le 14 juin 1658.

Le 7 novembre 1659, le cardinal Mazarin pour la France et Don Luis de Haro pour l’Espagne signent le traité des Pyrénées sur l’île aux Faisans rebaptisée depuis l’événement l’île de la Conférence.

Les 124 points du traité prévoient des concessions territoriales ainsi que l’union du Roi de France, Louis XIV à l’Infante Marie-Thérèse d’Autriche, fille aînée du roi d’Espagne.

Le Roussillon, la Cerdagne, l'Artois et d'autres places en Flandres furent donnés à la France.

 traité des Pyrénées

 

Le Roi était connu pour ses nombreuses conquêtes.

L'une d'elles, Marie Mancini, une des nièces de Mazarin, fut certainement celle qu'il a le plus aimée. Louis XIV voulait même l'épouser contre l'avis de sa mère, mais aussi de la Reine Anne d'Autriche et de celui du Cardinal lesquels étaient en pleine tractation pour le marier à l'Infante d'Espagne.

L'échec de ce mariage aurait débouché sur la reprise de la guerre !

La décision fut donc prise le 21 juin 1659 lorsque Mazarin ordonna à sa nièce de s'éloigner de la cour.

Pour le jeune roi de France, cette union était raison d’Etat avant tout ; jusqu’au bout, il avait espéré épouser Marie Mancini. Anne d’Autriche, la reine-mère, fit comprendre au roi qu’il devait épouser l’infante.

 

L’infante d'Autriche Marie-Thérèse

Fille de Philippe IV d’Espagne et d’Elisabeth de France, Marie-Thérèse naît en 1638 à l’Escurial, palais proche de Madrid.

Depuis son plus jeune âge, elle vécut dans l’intime conviction d’épouser son cousin, Louis XIV.

À 8 ans, Marie-Thérèse était le seul enfant survivant de Philippe IV et l'héritière des immenses possessions espagnoles sur lesquelles "le soleil ne se couchait jamais". Marie-Thérèse d’Autriche, conformément au traité des Pyrénées renonce à ses droits sur l’Espagne contre la somme de 500.000 écus d’or qu’elle ne recevra jamais. D’ailleurs, en 1667, parce que l'Espagne n'a toujours pas payé la dot, Louis XIV revendiquera ses droits sur la succession.

 

Louis XIV lui plut immédiatement et elle resta éprise de lui, jusqu’à sa mort. En revanche, ce ne fut pas réciproque : le roi ne l’aimera jamais vraiment.

Elle fut décrite comme timide, patiente, naïve, et effacée. Toutefois, et malgré ses difficultés à parler le français, la Reine accompagne le Roi dans tous ses déplacements officiels.

http://www.capet.org/geneal7/Capedia/galerie/Capet_129_H128162534.jpg

Les époux sont doublement cousins germains :

Louis XIV est le fils de Louis XIII et d’Anne d'Autriche.

Marie-Thérèse d'Autriche est la fille d’Élisabeth de France (la sœur de Louis XIII) et du roi d'Espagne Philippe IV de Habsbourg (le frère d’Anne d'Autriche).

 

Louis XIV délaissa bien vite son épouse pour ses nombreuses favorites.

L'union n'en sera pas moins féconde et Marie-Thérèse mit ainsi au monde six enfants en 10 ans :

Louis, « Grand Dauphin » (1er novembre 1661-14 avril 1711)

Anne-Élisabeth (18 novembre-30 décembre 1662)

Marie-Anne (16 novembre-26 décembre 1664)

Marie-Thérèse, la Petite Madame (2 janvier 1667-1er mars 1672)

Philippe, duc d'Anjou (5 août 1668-10 juillet 1671)

Louis-François (14 juin-4 novembre 1672)

Un seul survivra, Louis de France. Cette considérable mortalité était certainement due à la consanguinité dont on ne connaissait pas les méfaits à l’époque.

 

Louis de France, dit « Le Grand Dauphin » ou « Monseigneur », n’a jamais régné.

Bien qu’il soit l’héritier de la Couronne, il n’aura pas l’occasion de régner.

Pourtant, son père le prépara à devenir roi : Le Grand Dauphin occupa des postes tant politiques que militaires.

En effet, avant la mort de son père (Louis XIV), le Grand Dauphin meurt d’une petite vérole dans son Château de Meudon, le 14 avril 1711.

Quant à son fils (le duc de Bourgogne), il décera de la rougeole l'année suivante.

Le dernier héritier de la couronne après la mort de son grand-père en 1711 et de son père en 1712, est donc Louis XV.

Agé de 5 ans, il succède à son arrière grand-père, Louis XIV décédé le 1er septembre 1715.

 

Repost 0
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 23:28

Jeanne d'Arc est brûlée vive comme "relapse" (retombée dans l'hérésie) sur la place du Vieux-Marché, à Rouen (Haute-Normandie).

30 mai 1431 Jeanne d'Arc au bûcher

Jeanne d'Arc est brûlée vive comme "relapse" (retombée dans l'hérésie) sur la place du Vieux-Marché, à Rouen (Haute-Normandie).

Le bûcher étant trop haut, le bourreau ne peut étrangler Jeanne d'Arc avant que le feu ne l'atteigne...

Deux ans plus tôt, Jeanne avait réussi à délivrer Orléans assiégée par les Anglais et à faire sacrer Charles VII à Reims.

Mais elle fut arrêtée par les Bourguignons à Compiègne et vendue aux Anglais.

 

Sur son bûcher, elle s'écrie : "Mes voix ne m'ont pas trompée, ma mission était de Dieu".

Elle meurt en criant : "Jésus ! "

 

Voir aussi :

23 mai 1430 - Jeanne d'Arc arrêtée à Compiègne

16 mai 1920 - L'Église canonise Jeanne d'Arc

 

Repost 0
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 23:08

À la mort de son frère Louis XVIII, en 1824, il monte sur le trône (et devient ipso facto co-prince d'Andorre). Il renoue avec la tradition du sacre, le 29 mai 1825 dans la cathédrale de Reims.

sacre du roi Charles X couronné à Reims

Né à Versailles le 9 octobre 1757, Charles X était le petit-fils de Louis XV, et le frère cadet des rois Louis XVI et Louis XVIII. Jusqu’à son avènement en 1824, il porta le titre de comte d’Artois. Le 16 novembre 1773, il épousa Marie-Thérèse de Sardaigne dont il eut deux fils - Louis Antoine, duc d’Angoulême, et Charles Ferdinand, duc de Berry -, et deux filles, mortes en bas âge.

Dès la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, il donna le signal de l’émigration à la haute noblesse avec l’assentiment de Louis XVI, et parcourut les diverses cours d’Europe pour chercher des défenseurs à la cause royale.

 

Sous la Restauration (1814-1830), le roi Charles X, se fait sacrer à Reims.

Il s'emploie ainsi à rétablir une partie des coutumes de l'Ancien Régime.

Son ignorance de la réalité politique l'amènera à prendre une série de mesures particulièrement impopulaires.

Suite à la révolution des "Trois Glorieuses" (27, 28 et 29 juillet 1830), il abdiquera et s'exilera en Ecosse.

 

Repost 0
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 23:38

Face aux événements d'Algérie, de Gaulle, appuyé par Jacques Chaban-Delmas, prépare depuis le début du printemps son retour dans la vie politique française.

En effet, de nombreuses personnalités avaient jusqu'alors appelé à son retour pour gérer la situation difficile et le climat d'insurrection qui règnent en France.

http://www.constantine-hier-aujourdhui.fr/images/personnages/degaulle.jpg

Le 13 mai 1958, un comité de vigilance appelle à manifester contre le FLN à Alger.

Un comité de salut public est créé, à la tête duquel se trouve le général Massu. Il lance un appel au général de Gaulle le 14 mai. L'insurrection prend de l'ampleur et risque de dégénérer en guerre civile.

Le 15, le Général se dit « prêt à assumer les pouvoirs de la République ». Mais certains voient dans cette déclaration un soutien à l'armée et s'inquiètent.

Le 19, lors d'une conférence au palais d'Orsay, il répond aux inquiétudes des français en objectant : « Croit-on, qu'à 67 ans, je vais commencer une carrière de dictateur ? ».

Durant cette conférence, il explique sa déclaration du 15 mai, rassure et insiste sur la nécessité de l'union nationale. Il précise que s'il se présente encore comme le recours, il ne donne aucune caution ni à l'armée ni à quiconque.

Le Général refuse la première exigence des opposants à son retour, notamment François Mitterrand, qui est de désavouer officiellement les Comités de Défense de la République, composés de civils et de militaires et constitués dans toute la France pour favoriser sa prise de pouvoir.

 

Quittant sa retraite de Colombey-les-Deux-Eglises, le général de Gaulle est appelé le 25 mai par le Président de la République, René Coty, à assumer la direction du gouvernement.

 

Il est investi par les députés le 1er juin 1958.

Repost 0
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 23:02

Le 23 mai1430 Jeanne d'Arc, qui a joué un rôle décisif dans la libération d'Orléans un an plus tôt, est capturée par un mercenaire au service du duc de Bourgogne, Jean de Luxembourg, et vendue aux Anglais pour 10 000 livres.

capture de jeanne d'arc à compiègne

Déférée devant le tribunal d'Inquisition de Rouen en novembre, elle subira un procès pour hérésie. Ce procès sans défenseur aura lieu à partir du 13 février 1431.

Le tribunal d'Inquisition de Rouen est présidé par l'évêque de Beauvais Pierre Cauchon, allié des Anglais. Jugée hérétique et relapse, elle est brûlée vive à l'âge de dix-neuf ans.

Le 30 mai, Jeanne est brûlée vive sur la place du Vieux-Marché de Rouen.

Jeanne d'Arc est réhabilitée vingt-cinq ans plus tard à la demande de Charles VII, béatifiée, puis canonisée en 1920 par le pape Benoît XV.

 

Voir aussi : 16 mai 1920 - L'Église canonise Jeanne d'Arc

Repost 0
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 23:01

Jeanne d'Arc, surnommée la Pucelle d'Orléans, est une figure emblématique de l'histoire de France. Elle mène victorieusement les troupes françaises contre les armées anglaises, levant le siège d'Orléans, conduisant le dauphin Charles au sacre à Reims et contribuant ainsi à inverser le cours de la guerre de Cent Ans.

http://duguesclin.free.fr/guerre_de_cent_ans/image/Jeanne_mignature.jpg

Fille d'humbles paysans de Lorraine, (on m'appelait "Jeannette"), elle entendit des voix mystérieuses alors qu'elle n'avait que 13 ans.

Saint Michel, Sainte Catherine et Sainte Marguerite, pendant trois ans lui demandèrent de libérer la France et de faire sacrer le roi à Reims.

 

Jeanne est née à Domrémy aux frontières du duché de Bourgogne et du Saint Empire romain germanique vers 1412. En 1428, les habitants de Domrémy quittent leur village en raison de l’arrivée des troupes anglaises.

Jeanne fait partie des réfugiés et avec ses parents, elle se rend à Neufchâteau.

C’est alors qu’elle entreprend selon la légende de «boutter les Anglais hors de France» et de faire sacrer le dauphin Charles à Reims».


Le 12 février 1429, les Anglais gagnent Orléans et Jeanne est autorisée à rencontrer le Dauphin Charles à Chinon. Elle le rencontrera le 11 mars.

Le 8 mai, les Anglais lèvent le siège d'Orléans, et sont battus à Patay le 18 juin.

Le 17 juillet, le Dauphin Charles devient le roi Charles VII à Reims.

 

A partir de juillet, Jeanne entreprend de libérer Paris, mais le 10 septembre, le roi abandonne l'attaque. Elle passe l'hiver à Sully-sur-Loire et en mars 1430, elle reprend les hostilités.

Le 23 mai, elle est faite prisonnière par Jean de Luxembourg qui la vend aux Anglais.

Elle est transférée à Rouen en novembre.

Le procès en hérésie aura lieu à partir du 13 février 1431, les débats seront dirigés par Pierre Cauchon.

Le 30 mai, Jeanne est brûlée vive sur la place du Vieux-Marché de Rouen.

En 1450, débute le procès de réhabilitation de Jeanne d'Arc, qui sera réhabilitée en 1456.

 

Sainte Jeanne d'Arc

Sous pontificat de Benoît XV, le 16 mai 1920, elle est reconnue par l’Église comme Sainte.

La procédure avait déjà amené sa béatification en 1909.

Et en 1979 : Inauguration de l'église Sainte Jeanne d'Arc sur la place du vieux marché à Rouen.


Repost 0
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 23:01

Ce jour 14 mai 1610, Sully était malade. Henri IV décide d'aller le visiter, et s'y rend en carrosse. Le domicile de son ministre et confident étant proche, le roi juge inutile de se faire escorter par la Garde à cheval.

Vers 16h15, alors que le carrosse royal s'engage rue de la Ferronnerie (Paris), ruelle étroite et encombrée, un catholique fanatisé saute sur le marchepied et poignarde Henri IV.

Ravaillac s’est s’approché du carrosse qui n’avait pas de fenêtre et il a poignardé Henri IV à plusieurs reprises.

Le meurtrier est vite maitrisé, mais trop tard pour le roi. On ramène en catastrophe le roi chez lui, mais il meurt en arrivant au Louvre. Ravaillac est soustrait à la foule qui allait le massacrer. Il sera écartelé place de Grève le 27 mai 1610.

 

Louis XIII, n'ayant que 9 ans, Marie de Médicis assurera la régence.

La mort brutale d'Henri IV fera oublier ses erreurs et c’est ainsi que naîtra la légende qui fera de son règne un âge d’or.

 

Repost 0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 23:01

 

À la question : Pourquoi trouve-t-on des couteaux à bout ronds ?

Tout le monde répond : pour ne pas que les enfants se blessent !

Erreur !

D'abord, il n'y a que depuis très peu de temps que les enfants prennent place entière autour de la table, avant ils avaient leur propre table (mais sans couteaux).

 

Le cardinal de Richelieu, agacé par les gens qui se curent les dents avec la pointe du couteau à table, fait arrondir les lames.

Par l'édit du 13 Mai 1610 rendant obligatoire la fabrication de couteaux à bouts ronds, Richelieu invente le couteau de table.

Le cardinal de Richelieu

Jusque là, on se servait de son poignard pour couper la viande. Au siècle précédent, François Ier a lancé la mode de l'assiette et Henri III celle de la fourchette.

Peu à peu apparaît sur les tables raffinées le couvert individuel.

Ce n'est qu'au XIXème siècle que sera ajouté le verre.

 

Repost 0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 23:01

Il y a 30 ans, François Mitterrand était élu président de la République face à Valéry Giscard d'Estaing, avec 51,76% des uffrages.

Pour la première fois dans l'histoire de la Vème République, les Français portait un socialiste au sommet de l'État (lequel était justement opposé à la 5ième République).

 

Le 21 mai 1981, lors de l'investiture, le septennat du nouveau président s'ouvre par une cérémonie au Panthéon.

Puis il nomme son premier gouvernement dirigé par Pierre Mauroy et dissout l'Assemblée nationale. Les élections qui suivent, les 14 et 21 juin 1981, lui donnent la majorité absolue au Parlement. Un deuxième gouvernement de Pierre Mauroy fait entrer quatre ministres communistes.

 mitterrand président 1981

Scènes de liesse populaire

Le 10 mai au soir, "le peuple de gauche" est dans la rue.

Pendant deux ans, François Mitterrand va bénéficier d'un état de grâce dans l'opinion qui va lui permettre de mettre en œuvre les réformes les plus emblématiques de son programme : l'abolition de la peine de mort en octobre, l'autorisation des radios libres, la création de l'impôt sur les grandes fortunes, les nationalisations, les 39 h hebdomadaires en 1982...

 

Cette joie sera de très courte durée

Dès le lendemain, c'est l'agitation politique et financière : le franc est ébranlé, les cotations à la Bourse arrêtées... La méfiance des investisseurs internationaux à l'égard du nouveau gouvernement et les fuites de capitaux seront telles que le franc sera dévalué dès le mois octobre.

Moins de 2 ans plus tard, 6 avril 1983 le premier ministre Pierre Mauroy annonce son plan de rigueur.

Le nombre de chômeurs passe de 1.486.000 au moment de son élection à 2.300.000 en fin1985. Les élections législatives de 1986 donneront lieu à la première "cohabitation" avec Jean Chirac pour premier ministre.

 

Élection surprise

On présente souvent l'élection comme très attendue par le peuple Français.

Pourtant, le premier tour fut dominé par Valéry Giscard d'Estaing.

Plusieurs éléments effacés de la mémoire collective permettent de l'expliquer.

 

Le vrai-faux soutien de Chirac

Jacques Chirac, après son refus d'appeler ses partisans à soutenir Valéry Giscard d'Estaing pour le second tour, est accusé de soutenir le candidat socialiste en ne se prononçant qu'à titre personnel en faveur du président sortant.

 

Le poids des médias dans l'élection présidentielle

Entre les deux tours, Le Canard enchaîné publie des documents montrant, pour la première fois, que le ministre du Budget Maurice Papon a été, sous le régime de Vichy, responsable de la déportation de Juifs.

Valéry Giscard d'Estaing dénonce une manipulation politique et nie avoir connu le passé de Papon.

Les médias de l'époque n'ont pas parlé de "la francisque", décoration Vichyste que François Mitterrand avait reçue du Maréchal Pétain sous le numéro 2202.

Ils n'ont pas diffusé les deux photographies où François Mitterrand apparaît face à un cordon de policiers dans une manifestation le 1er février 1935 contre les médecins étrangers autorisés à exercer en France, aux cris de « La France aux Français ».

De même ses liens avec René Bousquet (secrétaire général à la police du régime de Vichy, responsable de la rafle du Vél'd'hiv' en 1942) ne seront rendus publics qu'à l'occasion de la sortie du livre de Pierre Péan en 1994.

 

Repost 0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 20:16

L'ex-empereur Napoléon Ier, 52 ans, meurt dans sa pauvre maison de Longwood à Sainte-Hélène, un îlot perdu au milieu de l'Atlantique sud où l'ont exilé les Anglais en 1815 après la défaite de Waterloo.

 

Pendant ses 2 000 jours d'exil, l'ex-empereur a peaufiné sa légende en se confiant au comte de Las Cases qui publiera ses notes l'année suivante sous le titre "Le Mémorial de Sainte-Hélène".

Napoléon ressent en mars 1820 une première violente douleur au ventre. Dans les mois qui suivent, son état se dégrade très vite... Selon le diagnostic publié après son autopsie, sa mort aurait été provoquée par un cancer de l'estomac, sans doute accéléré par l'amertume de l'exil.

 

En 1961, un toxicologue suédois évoque pour la première fois l'hypothèse d'un empoisonnement à l'arsenic de l'empereur, sur la base d'une analyse de quelques cheveux rapportés de Sainte-Hélène.

Plusieurs chercheurs l'ont reprise depuis lors mais elle paraît peu plausible.

 

Repost 0
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 23:01

Charles Francis Richter est un sismologue américain né à Butler County près de Hamilton (Ohio) le 26 avril 1900 et mort le 30 septembre 1985 à Altadena (Californie).

Charles Richter est né dans une famille de fermiers de l'Ohio. Il passe son adolescence à Los Angeles en Californie.

http://www.portalsaofrancisco.com.br/alfa/terremotos/imagens/richter.jpg

Il fréquenta le laboratoire de sismologie de Pasadena en 1927 et étudia à l'université Stanford, et au California Institute of Technology (Caltech), où il obtint son PhD de Physique en 1928.

La même année, il épousa Lillian Brand.

 

En 1935, non satisfait des échelles de Rossi (années 1880) ou de Mercalli (1902) décrivant les séismes en termes de destruction ou sensation, il présenta une échelle (qui sera appelée « échelle de Richter ») permettant de décrire la puissance d'un tremblement de terre à son épicentre par l'énergie mise en jeu.

 

Il travailla au "Carnegie Institute" de 1927 à 1936 puis au "California Institute of Technology" comme personnel technique. Il y devint professeur de séismologie en 1952.

En 1956, avec Beno Gutenberg (1889-1960), il montra que la magnitude 0 correspond à environ 104 joules, alors que la magnitude 9 égale 1017 joules.

Il meurt le 30 septembre 1985 à Altadena près de Pasadena en Californie.

 

Échelle de Richter

L'échelle sismique de référence qui quantifie l'énergie libérée par un tremblement de terre par la valeur de la magnitude porte son nom.

Elle, fournit ce qu'on appelle la magnitude d'un séisme, calculée à partir de la quantité d'énergie dégagée au foyer.

 

C'est une échelle logarithmique : cela signifie que les ondes sismiques d'un séisme de magnitude 6 ont une amplitude dix fois plus grande que celles d'un séisme de magnitude 5.

Description

Magnitude

Effets

Fréquence

Micro

Moins de 2,0

Micro tremblement de terre, non ressenti.

8 000 par jour

Très mineur

2,0 à 2,9

Généralement non ressenti mais détecté/enregistré.

1 000 par jour

Mineur

3,0 à 3,9

Souvent ressenti mais causant rarement des dommages.

49 000 par an

Léger

4,0 à 4,9

Secousses notables d'objets à l'intérieur des maisons, bruits d'entrechoquement. Dommages importants peu communs.

6 200 par an

Modéré

5,0 à 5,9

Peut causer des dommages majeurs à des édifices mal conçus dans des zones restreintes. Cause de légers dommages aux édifices bien construits.

800 par an

Fort

6,0 à 6,9

Peut être destructeur dans des zones allant jusqu'à 180 kilomètres à la ronde si elles sont peuplées.

120 par an

Majeur

7,0 à 7,9

Peut provoquer des dommages modérés à sévères dans des zones plus vastes.

18 par an

Important

8,0 à 8,9

Peut causer des dommages sérieux dans des zones à des centaines de kilomètres à la ronde.

1 par an

Exceptionnel

9,0 et plus

Dévaste des zones de plusieurs milliers de kilomètres à la ronde.

1 tous les 20 ans

Repost 0
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 23:02

Le 24 avril 1792, dans le salon du baron de Dietrich, maire de la ville de Strasbourg, l'effervescence est à son comble. Cinq jours plus tôt, la France a déclaré la guerre à l'Autriche.

 

Le maître de maison s'adresse au jeune officier, et violoncelliste à ses heures :
« Monsieur de Lisle, faites-nous quelque beau chant pour ce peuple soldat qui surgit de toutes parts à l'appel de la patrie en danger et vous aurez bien mérité de la nation ».

 

En une seule nuit, Rouget de Lisle écrit son
" Chant de guerre pour l'armée du Rhin "

Le capitaine de garnison, de retour chez lui, s'exécute avec enthousiasme.

Le lendemain soir, le 25 avril 1792, de Dietrich organise un dîner au cours duquel lui-même reprend son chant, accompagné par une dame au clavecin et par Rouget de Lisle au violon.

 

D'abord baptisé "Chant de guerre pour l'Armée du Rhin", le nouveau chant recueille un succès fulgurant. Des voyageurs colportent les paroles et l'air dans tout le pays.

 

A Marseille, les fédérés se préparent à se rendre à Paris pour combattre l'invasion, on leur distribue des feuillets avec les paroles du chant patriotique. Les fédérés marseillais entonnent celui-ci tout au long de leur voyage et lors de leur entrée dans la capitale le 30 juillet.

Le chant est renommé " Marseillaise " par les Parisiens.

Il sera décrété chant national en 1795 par la Convention et deviendra hymne national en 1879.

 

Voir aussi : 14 février 1879 - La Marseillaise, hymne national

 

Repost 0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 23:02

Le mardi 19 avril 2005, la fumée blanche apparaît sur le toit de la chapelle Sixtine à 17h56.

Joseph Ratzinger est élu pape et prend le nom de Benoît XVI.

Il est le premier pape allemand depuis près d'un millénaire, avec la fin du pontificat de Victor II en 1057.

 

Joseph Alois Ratzinger est né le 16 avril 1927 à Marktl, en Bavière. Son père était commissaire de gendarmerie et fervent pratiquant catholique.

Après son adolescence, il fut enrôlé dans les auxiliaires de la défense anti-aérienne à la fin de la seconde Guerre mondiale. Entre 1946 et 1951, année de son ordination sacerdotale, il étudia la philosophie et la théologie près l’Université de Munich. Il obtint son doctorat en théologie en 1953.

Le 24 mars 1977 Paul VI le nommait Archevêque de München-Freising. Il fut créé Cardinal le 27 juin 1977 par le même Pape.

Le 25 novembre 1981, Jean-Paul II l’a nommé Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ; Président de la Commission pontificale Biblique et de la Commission pontificale Théologique internationale.

 

Le 8 avril 2005, étant le doyen du Collège des cardinaux, il a la responsabilité de diriger l'office religieux des funérailles du pape Jean-Paul II.

benoit 16 cheminee vatican fumée blanche

Après 24 heures de conclave et quatre tours de scrutin seulement, les cardinaux choisissent le cardinal allemand Joseph Ratzinger pour succéder à Jean-Paul II.

Le 13 mai 2005, il annonce le début du procès en béatification de Jean-Paul II, en exerçant sa prérogative de ne pas tenir compte du délai de cinq ans après la mort normalement requis par le droit de l'Église.

pape Benoit XVI

Voir aussi : 2 avril 2005 - Mort du pape Jean-Paul II

Repost 0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 23:01

Il laisse derrière lui 2 millions de victimes.

 

De son vrai nom Saloth Sar, Pol pot est né le 19 mai 1928 à Prek Sbauv, au Cambodge.

Il s’engagea dans le mouvement anti-français de Hô Chi Minh (Vietnam) au cours de la seconde guerre mondiale, et devint membre du Parti Communiste Indochine en 1949.

 

Le gouvernement cambodgien lui accorda une bourse afin d'effectuer des études de radio-électricité en France, de 1949 à 1953.

Dès son arrivée à Paris, il rejoignit les cercles du parti communiste français auprès desquels il se familiarisa avec l’idéologie marxiste, et au sein desquels il passait la majorité son temps.

Saloth Sar manifestait un désintérêt flagrant vis-à-vis de ses études.

Il n’a jamais réussi à obtenir aucun diplôme.

C’est sur les bancs de la Sorbonne qu’il rencontra Yeng Sary et Khieu Samphan, les futurs chefs khmers rouges à l’origine de l’un des génocides les plus violents de l’histoire de l’humanité.

 

Il retourne au Cambodge en 1953, pour devenir professeur de français.

Quand les Français partirent d’Indochine en 1954, ils nommèrent le roi Norodom Sihanouk à la tête du Cambodge.

Saloth Sar entra alors dans le Parti Révolutionnaire du Kampuchéa, "Khmer Rouge", et rédigea de nombreux articles pour le journal communiste.

Il mit en place les congrès du parti communiste du Kampuchéa en 1960, et fut élu secrétaire du comité central du Parti Révolutionnaire en 1962.

 

Il tient le surnom "Pol Pot" de cette époque :

Alors que le précédent secrétaire, Tou Sammuth, venait de décéder soudainement et dans des circonstances inexpliquées, la Chine a choisi Pol Pot pour le remplacer, le désignant comme "Potential Political".

 

Les forces communistes menées par Saloth Sar triomphent de l’armée de Lon Nol le 17 avril 1975, Phnom Penh tombe entre les mains des Khmers rouges, considérés au départ comme une force libératrice par la population.

 

Pol Pot et ses alliés mettent en place un régime totalitaire qui entreprend rapidement d'éliminer tout individu lié au gouvernement de Lon Nol.

Sous le prétexte, fictif ou réel, d'une attaque américaine imminente, Phnom Penh est pratiquement vidée de ses deux millions d'habitants dans les jours qui suivent.

Assimilés au capitalisme, tous les citadins, à la pointe du fusil, sont forcés d'aller travailler dans les campagnes.

 

La monnaie, la famille, la religion et la propriété privée sont abolies.

 

À partir de 1977, après avoir survécu à trois tentatives d'assassinat et constatant l'incapacité des Khmers rouges à maintenir l'ordre, Pol Pot multiplie les purges au sein de son parti, parsème les frontières de mines anti-personnelles et se montre très menaçant envers le Viêt Nam

 

Un quart de la population du Cambodge victime du génocide et de la barbarie.

Au pouvoir entre 1975 et 1979, l'organisation khmère rouge met en place une dictature d'une extrême violence chargée, dans un cadre autarcique, de créer une société communiste sans classe et purgée de l'influence capitaliste et coloniale occidentale ainsi que de la religion.

 

Selon les sources, il y a entre 500.000 et 900.000 exécutions sous les ordres de Pol Pot.

A cela s'ajoutent plus d'un million d'individus qui périssent par la torture, le travail forcé excessif, la maladie non traitée ou la famine.

 

Cette dictature a entraîné la mort d'environ 2 millions de Cambodgiens, soit le quart de la population de l'époque.

 

La chute de la dictature

Fin 1978, le Viêt Nam envahit le Cambodge dans le but de renverser le régime de Pol Pot. L'avance de l'armée vietnamienne est rapide, et dès le 11 janvier 1979, un nouveau gouvernement est formé par d'anciens Khmers rouges opposés à Pol Pot, dont la plupart ont fui les purges de 1977-1978.

 

Pol Pot et ses fidèles s'enfuient dans la jungle. Après avoir organisé une guérilla jusqu'en 1985 il aurait coulé des jours paisibles, dans une résidence luxueuse en Thaïlande grâce au trafic illégal de bois et de pierres précieuses pendant.

 

Retrouvé en juillet 1997, il est condamné à une peine d'emprisonnement à perpétuité.

 

Après plusieurs mois de détention, le dictateur meurt le mercredi 15 avril 1998 à l’âge de soixante-treize ans, officiellement d’une crise cardiaque.

Le décès fut confirmé par l’armée thaïlandaise, qui ne livra aucun détail supplémentaire. Certains journalistes prétendirent qu’il s’était suicidé, d’autres qu’il avait été empoisonné.

 

 

Liens du jour :

« Hitler, Pol Pot et le Pouvoir hutu : Thèmes distinctifs de l’idéologie génocidaire », par le Professeur Ben Kiernan

 

Génocide - Shoah – Holocauste

 

 

Repost 0

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire