Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 23:01

Le 22 octobre 1962, à Washington, dans un discours mémorable prononcé d'une voix grave, le président américain John Fitzgerald Kennedy lance un ultimatum à peine voilé aux Soviétiques. Il les met en demeure de retirer les fusées à tête nucléaire installées à Cuba, aux portes des États-Unis.

Une semaine plus tôt, des photos aériennes prises par un avion-espion U2 ont révélé au président américain que les Soviétiques étaient en train d'installer des bases de lancement de fusées à tête nucléaire sur l'île de Cuba, à 200 kilomètres de la Floride et à portée immédiate des métropoles américaines.

Pour les Américains, cette épée de Damoclès est inadmissible.

 

Le monde tremble dans la crainte d'une guerre nucléaire entre les deux superpuissances.

Le président Kennedy confie la gestion de la crise à un Conseil de sécurité nationale placé sous l'autorité de son frère Bob et du Secrétaire à la Défense McNamara. Le vice-président Lyndon Johnson y participe exceptionnellement.

Pendant plusieurs jours et plusieurs nuits, dans le secret, ce conseil élabore tous les scénarios possibles face à ce casus belli, y compris le pire, à savoir un bombardement de Cuba avec le risque d'un engrenage nucléaire.

 

Le 19 octobre, dans le salon ovale de la Maison Blanche, le général en chef de l'aviation (US Air Force) Curtis Le May tente encore de convaincre le président d'employer la manière forte.

Américains et Soviétiques négocient pendant ce temps dans les coulisses.

La tension est à son comble. Le président choisit en définitive le bluff et, dans son discours du 22 octobre, annonce une « quarantaine » autour de Cuba pour empêcher les navires communistes de livrer le matériel destiné aux bases de missiles.

C'est un jeu extrêmement périlleux : avec ce blocus (un acte de guerre qui ne dit pas son nom), on frôle à tout moment l'incident qui pourrait dégénérer en troisième guerre mondiale.

 

Dès le 24 octobre, des cargos soviétiques renoncent à poursuivre leur route vers l'île. Le 26 octobre, Nikita Khrouchtchev propose des négociations mais Kennedy ne veut rien d'officiel qui rappellerait les tristement célèbres accords de Munich (1938).

 

Le lendemain, un avion-espion U2 est abattu au-dessus de Cuba et son pilote tué. Kennedy prévient les Soviétiques que la prochaine agression de ce type serait suivie d'un bombardement des sites de missiles.

Mais finalement, du bout des lèvres, il accepte le principe des négociations et prend par écrit l'engagement de ne jamais tenter d'envahir Cuba. Par une clause secrète, il  s'engage aussi à démanteler ses missiles en Turquie, aux frontières de l'URSS.

 

Le 28 octobre, Khrouchtchev, l'honneur sauf, s'incline et accepte de démonter les sites de missiles.

 

Relire aussi :

14 octobre 1962 - Début de la crise des missiles de Cuba

30 août 1963 - mise en place du « téléphone rouge »

L’histoire d’un téléphone rouge qui n'était ni téléphone, ni rouge

 

Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 23:26

Dix ans après la proclamation unilatérale d'Indépendance américaine, et quatre ans après la reconnaissance de cette indépendance par l’Angleterre, les treize États qui forment le pays décident d'établir une Constitution afin de définir précisément les fonctions du Congrès.

 

Les idées développées par le philosophe français Montesquieu dans « l'Esprit des Lois » et celles du Britannique John Locke ont largement inspiré le texte, rédigé, entre autres, par Benjamin Franklin.

On y retrouve la séparation des pouvoirs entre exécutif, législatif et judiciaire ainsi que les principes d'un système fédéral moderne. La Constitution américaine est l'une des plus anciennes de toutes. Basée sur un modèle républicain, elle se centre en particulier sur la souveraineté du peuple.

 

Voir également :

15 septembre 1777 - Le Congrès américain adopte les « Articles de Confédération »

17 décembre 1777 - La France reconnaît l'indépendance de l'Amérique

3 septembre 1783 - Fin de la guerre d’Indépendance américaine

 

Repost 1
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 23:01

Le téléphone rouge est une ligne de communication directe établie le 30 août 1963 entre les États-Unis et l’Union soviétique après que la crise des missiles a mené le monde au bord de la guerre mondiale en 1962.

 

Le contexte

La Guerre froide entre les Etats-Unis et l'Union soviétique poussée à son paroxysme. En octobre 1962, les Américains détectent la présence de missiles soviétiques sur l'île de Cuba, située 160 Km au sud de la Floride. Les flottes des deux puissances se mettent en place, un bras de fer s'engage. Des deux côtés du monde, les dirigeants craignent un conflit nucléaire.

Progressivement, pour prévenir le retour à une telle situation, l'idée de mettre en place un canal de discussion entre les deux grands fait surface.

Lors de cette crise, il avait fallu douze heures aux Américains pour déchiffrer le message de Nikita Khrouchtchev à John Kennedy. Il fallait trouver un moyen de communication sécurisé et rapide.

 

Le projet a été évoqué dès le 12 décembre 1962.

L'accord entre l'Union soviétique et les États-Unis a été signé aujourd'hui ce 20 juin 1963 à Genève.

 

Le fameux « téléphone rouge » n'a pas de combiné, ni de cadran à chiffres et n’est même pas rouge.

Ce que l’on nomme « téléphone rouge » est réalité constitué d'un radio téléscripteur encodant des textes.

Il existait en fait un circuit télégraphique qui passait par Washington, Londres, Copenhague, Stockholm, Helsinki et Moscou ; et un second circuit radiotélégraphique qui allait de Washington à Moscou, en passant par Tanger.

Autre idée reçue, cette liaison n’aboutit pas dans le Bureau ovale de la Maison blanche, mais au Pentagone.

Le vendredi 30 août 1963, Washington envoie son premier message crypté à Moscou.

Il s'agit d'une phrase sans signification précise  – The quick brown fox jumped over the lazy dog’s back 1243567890 (Le rapide renard brun a sauté par-dessus le chien paresseux) – mais dont le but est de tester la fiabilité dispositif.

En effet ce message a l’avantage d’utiliser toutes les lettres de l’alphabet anglais ainsi que tous les chiffres arabes.

 

Une ligne utilisée uniquement qu’en cas de crise majeure

En 1967, les Russes décrochent le téléphone rouge pour obtenir des Américains qu’ils mettent la pression sur Israël pour voir la fin de la Guerre des Six Jours au Proche-Orient. Ce sont près de 20 messages entre le ministre américain de la Défense, Robert McNamara, et le président du conseil des ministres de l’URSS, Kossyguine, qui sont échangés pendant ce conflit arabo-israélien.

A nouveau mis à contribution, le téléphone est utilisé en 1971 lors du conflit indo-pakistanais, mais également en 1973 lors de la Guerre du Kippour. Et en 1979, Jimmy Carter met en garde l’URSS sur les conséquences du déploiement des troupes soviétiques en Afghanistan.

 

Une ligne téléphonique directe fut mise en place en 1971, et une ligne de fax en 1986.

La ligne « historique » n’est plus utilisée depuis longtemps (les présidents communiquent désormais en s’appelant directement), mais reste parait-il dans un très bon état.

 

Voir aussi :

14 octobre 1962 - Début de la crise des missiles de Cuba

L’histoire d’un téléphone rouge qui n'était ni téléphone, ni rouge

Repost 0
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 23:01

 

Le 15 août 1969 se tient dans la prairie de Woostock, dans l'État de New York, un festival de musique plus ou moins improvisé. Il réunit pendant trois jours près de 400.000 personnes pour célébrer l'amour, la paix, la musique.

août 1969 festival de Woodstock

Ces jeunes gens issus des classes moyennes, aux tenues bariolées et fleuries, se qualifient d'hippies. Ils sont à la pointe du combat pacifiste contre l'intervention américaine au Vietnam avec un mot d'ordre plein de naïve fraîcheur : « Make love, not war » (Faites l'amour, pas la guerre).

Ils sont ainsi désireux de se libérer des codes sociaux et de vivre leurs rêves, au besoin en s'aidant de quelques drogues. La plus en vogue est alors le LSD.

 

Les plus grandes stars du rock se succéderont sur la scène : Joan Baez, Joe Cocker, Janis Joplin, Santana, The Who... et Jimi Hendrix qui y interprétera l'hymne américain, « Star Splangled Banner », de façon à évoquer les bombes qui tombent alors sur le Vietnam.

Repost 0
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 23:43

À la suite d'une altercation avec les forces policières, des émeutes raciales éclatent dans Watts, un quartier de Los Angeles.

 

Le 11 août 1965, le quartier de Watts, le ghetto noir de Los Angeles, se révolte.

Ses habitants vivent dans des lieux insalubres, sans électricité et la plupart n'ont pas de travail. La tentative d'arrestation par la police d'un conducteur noir met le feu aux poudres.

 

Les six jours de violence qui suivent se soldent par un bilan désolant : 34 morts, plus de 1.100 blessés, 977 bâtiments détruits ou endommagés (les dégâts matériels furent évalués à 35 millions de dollars). On comptera 4.000 arrestations.

 

 

Repost 0
21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 23:08

Le samedi 22 juillet 1944 prend fin à Bretton Woods (New-Hampshire, États-Unis) une conférence financière réunissant 44 nations alliées. Après trois semaines de travaux, cette conférence met en place un nouveau système financier destiné à corriger l'instabilité monétaire d'entre les deux guerres mondiales.

À l'instigation de l'économiste britannique John Maynard Keynes, l'étalon-or est abandonné au profit d'un étalon-change or (le « Gold Exchange Standard ») qui accorde une place prépondérante au dollar. Ce système perdurera jusqu'à l'abandon par le président Nixon de la convertibilité du dollar en or, le 15 août 1971.

À Bretton Woods sont par ailleurs créés le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale (BIRD, Banque Internationale pour la reconstruction et le développement).

 

Repost 0
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 23:01

Le 26 mai 1637, en Nouvelle-Angleterre, la colonie du Connecticut ordonne des représailles suite au massacre de quelques fermiers par les Indiens locaux.

Le capitaine John Mason réunit 90 hommes. Il attaque par surprise et incendie le camp principal des Indiens Péquots. Six cents hommes, femmes et enfants périssent en une heure. Les assaillants n'éprouvent aucune perte.

 

Cette opération, connue sous le nom de « Mystic Massacre », inaugure la longue litanie d'horreurs qui marque les guerres indiennes...

Repost 0
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 00:48

Le dimanche 9 avril 1865, la bataille d'Appomattox met fin à la guerre de Sécession.

Sans aucune possibilité de retraite, le général Robert Edward Lee est contraint à capituler à Appomattox, en Virginie, devant le général Grant.

Sherman et ce dernier avaient monté ensemble un plan d’attaque qui ne laissait aucune chance aux confédérés. En effet, pendant que Grant lançait ses offensives contre la Virginie, pour atteindre Richmond, Sherman marchait sur Atlanta puis sur Savannah dans le but de remonter vers le nord afin d’encercler ses ennemis. Le reste des troupes sudistes abandonneront les combats les semaines suivantes, mettant définitivement fin à la guerre de Sécession.

 

Le général Joseph Johnston se rend à son tour le 26 avril 1865 au général Sherman. L'ultime reddition a lieu le 23 juin 1865. Elle est le fait du général de brigade Stand Watie qui a la particularité d'être un chef cherokee et le seul général indien de la guerre de Sécession.

 

 

Le bilan de la guerre de Sécession s'avère très lourd. Les combats ont au total mobilisé quatre millions de combattants. Ils ont fait 359.000 morts chez les vainqueurs nordistes et 258.000 chez les Sudistes.

Aux pertes militaires s'ajoutent quelques centaines de milliers de victimes civiles. Ainsi, la guerre la plus dure qu'aient jamais livrée les États-Unis aura été une guerre civile. Elle aura fait plus de victimes américaines que toutes les guerres du XXe siècle, y compris les deux guerres mondiales !...

Repost 0
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 23:01

Le vendredi 6 avril 1917, sur une proposition du président Wilson, le Congrès américain vote l'entrée en guerre des Etats-Unis aux côtés de la France. Les Américains renoncent ainsi à leur neutralité proclamée en 1914.

Pendant trente mois, les combats opposant Allemands et Austro-Hongrois à la Triple-Entente (Français, Anglais, Russes et autres alliés) se sont enlisés dans les tranchées.

La lassitude commence à se faire sentir dans les deux camps et principalement chez les Puissances centrales, l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie, très affectées par le blocus de leurs côtes par la marine anglaise. Empêchés de s'approvisionner correctement depuis avril 1915, soit deux ans déjà, les citadins allemands souffrent de la disette...

En désespoir de cause, l'état-major allemand joue son va-tout. Au risque de heurter les États-Unis, encore neutres, il proclame le 31 janvier 1917 la reprise de la guerre sous-marine à outrance et déclare les eaux territoriales britanniques zone de guerre.

 

Dès le 16 janvier 1917, Arthur Zimmerman, Secrétaire d'État allemand aux Affaires étrangères, adresse un télégramme secret à son homologue mexicain. Il lui fait part de l'intention de son pays de reprendre la guerre sous-marine à outrance (la guerre sous-marine reprend en effet dès le 1er février 1917).

Le télégramme est intercepté par la Marine britannique et transmis au président américain. L’information fait basculer l'opinion américaine, jusque-là neutraliste.

Les États-Unis entrent donc dans la guerre aux côtés des Alliés le 6 avril 1917.

 

Avec l'entrée des États-Unis dans la Grande Guerre, celle-ci prend un caractère non plus européen mais mondial. 

 

Relire aussi : 16 janvier 1917 - Le télégramme de Zimmermann provoque l’entrée en Guerre des États-Unis

Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 00:01

Le dimanche 6 mars 1836, 5.000 soldats mexicains, sous le commandement du général Antonio Lopez de Santa Anna, s'emparent de Fort Alamo, au Texas, après des combats acharnés.

Au début du XIXe siècle, le Texas appartient encore au tout jeune État mexicain… officiellement. Mais à ses 4.000 habitants hispaniques étaient venus s'ajouter de nombreux colons nord-américains accompagnés de leurs esclaves. Des centaines d'éleveurs et de fermiers américains s'approprient donc les terres sans se préoccuper des lois mexicaines et sans apprendre l'espagnol.

Les nouveaux habitants se heurtent au gouvernement mexicain, notamment parce qu'il prétend abolir l'esclavage ! Ils proclament leur autonomie à l'initiative de l'un d'eux, Sam Houston

 

Mexico délègue le général Santa Anna sur place pour faire régner la loi mexicaine au Texas.

Deux colons, James Bowie et William Travis, décident d'attendre les Mexicains dans une ancienne mission hâtivement fortifiée, près de San Antonio, avec 160 hommes. Tandis que l'armée ennemie l'encercle, il est rejoint par quelques dizaines de volontaires américains conduits par un trappeur de légende originaire du Tennessee : Davy Crockett (49 ans).

 

Pendant 13 jours, sans répit, les Mexicains canonnent le fort.

Le 5 mars, le général Santa Anna échafaude le plan d'attaque du fort. Il pense triompher aisément mais espère, avec ce massacre, terrifier les rebelles de tout le Texas. (C'est le contraire qui va se produire puisque la chute d'Alamo fera des victimes de véritables martyrs et galvanisera les troupes du Général Houston).

 

Le 6 mars à quatre heures du matin et le fort tout entier est endormi. Les sentinelles se sont assoupies, épuisées comme tous les défenseurs par les treize jours de siège dont les nuits ont été perturbées par d'intenses bombardements. A l'extérieur, l'armée mexicaine prend position pour l'assaut final. Un peu avant cinq heures, les Mexicains passent à l'offensive sous les cris « Viva Santa Anna » et attaque Alamo par les quatre cotés.

 

Quand l'alerte est donnée, chacun se précipite à son poste mais le combat est trop inégal.

Dans un premier temps, les insurgés, appuyés par leur artillerie, causèrent de terribles pertes aux Mexicains. Des bataillons entiers furent décimés et un Général fut même blessé au combat. Mais les 189 combattants d'Alamo ne peuvent plus faire face quand les canons ennemis perforent le mur du Nord. Les Texans, voulant protéger ce trou béant dans leur fortification, dirigent leur artillerie vers la brèche mais rendent par la même, le sud-ouest vulnérable qui tombe aux mains des assaillants.

À 6 h 30, la bataille était terminée. Les soldats mexicains inspectèrent chaque corps et poignardèrent tous ceux qui bougeaient.

Les 189 défenseurs du Fort furent tués, dont le trappeur Davy Crockett.

Repost 0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 00:01

La Baltimore and Ohio Railroad (B&O) est la plus ancienne compagnie de chemin de fer aux États-Unis. Elle a été la première compagnie à proposer un service au public avec des horaires fixes, tant pour le fret que pour les passagers. Sa première ligne reliait le port de Baltimore (Maryland, États-Unis) à la rivière Ohio près de Wheeling (Virginie-Occidentale, États-Unis).

Le 7 janvier 1830, la « Baltimore and Ohio Railroad » ouvre son premier tronçon de 2,5 km à Baltimore.

La construction de la voie débuta le 4 juillet 1828. Le premier entre Baltimore et Ellicott's Mills (actuellement Ellicott City dans le Maryland) fut ouvert le 24 mai 1830.

 

La compagnie est devenue célèbre aux États-Unis en devenant une des quatre compagnies ferroviaires de la version américaine du célèbre jeu de société Monopoly.

 

Repost 0
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 00:01

Dans le Dakota du Sud, près de 300 indiens sioux, dont des femmes et des enfants, sont exterminés par les troupes nord-américaines.

Cinq cents soldats du 7e régiment de cavalerie des États-Unis appuyé par quatre mitrailleuses Hotchkiss ont encerclé un campement d'indien Lakota avec l'ordre de les convoyer en train vers Omaha dans le Nebraska.

Le commandant du 7e avait reçu l'ordre de procéder à un désarmement préalable. Il existe différentes versions du massacre mais les historiens s'accordent sur le fait que les tirs ont commencé pendant le désarmement des Indiens.

Un coup de fusil a retenti et les Indiens, désarmés et encerclés, ont été mitraillés. Vingt-cinq soldats de la cavalerie ainsi que 153 indiens Sioux ont alors été tués, y compris 62 femmes et enfants. Les cadavres indiens furent enterrés dans une fosse commune sur le lieu du massacre.

 

D'autres Sioux sont morts de leurs blessures ultérieurement.

Les soldats tirant de quatre cotés à la fois, certaines des victimes militaires ont probablement été touchées par leurs camarades.

 

Le massacre de Wounded Knee met un terme aux guerres indiennes qui sévissent en Amérique du Nord depuis le début de la colonisation blanche au XVIIème siècle. Les Blancs déclarent dès lors la conquête des territoires de l'Ouest terminée.

 

Repost 0
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 23:01

Sitting Bull, est né à Bullhead dans la région de Grand River dans le Dakota du Sud en mars 1831. Chef et homme-médecine de la tribu des Sioux Hunkpapas, il fut l'un des principaux résistants indiens face à l'armée américaine.

Sitting Bull

Il est à l'origine du soulèvement des Sioux contre les Américains, et il mena son armée à la célèbre bataille de Little Big Horn le 25 juin 1876 : avec l'aide de tribus cheyennes, il anéantira les hommes du général Custer.

 

Le 20 juillet 1881, le chef sioux Sitting Bull se rend à l'armée américaine, il est emprisonné deux ans. Le gouvernement décida de l'envoyer dans la réserve de Standing Rock (Dakota du Nord), où, le 15 décembre 1890, il meurt assassiné par la police indienne ainsi que son fils alors qu'ils revenaient d'une marche de protestation.

 

Repost 0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 00:01

Suite à l'élection d'Abraham Lincoln à la présidence des États-Unis, la Caroline du Sud, farouchement opposée à l'abolition de l'esclavage, est le premier État des États-Unis à se rebeller contre le pouvoir fédéral et à se retirer de l'Union.

 

carte guerre sécession

Le 20 décembre 1860, les parlementaires de Caroline du Sud votent à l'unanimité la sécession de leur État.

L'initiative de la Caroline du Sud est rapidement imitée par dix autres États du Sud.

Bientôt la Géorgie, l'Alabama, la Floride, le Mississipi, la Louisiane et le Texas rejoindront le mouvement sécessionniste et formeront les États confédérés.

Le pays divisé entre les nordistes, partisans de l'abolition de l'esclavage et les sudistes, qui craignent que la libération des Noirs entraîne la ruine de l'économie, sombrera dans la guerre civile en avril 1861.

Les États du Sud dépendent pour leur prospérité de grandes plantations (tabac, café, canne à sucre et surtout de coton), exploitées par des esclaves noirs. L’économie des États du Nord repose sur l'industrie et les cultures vivrières.

 

Relire également :

8 février 1861 - Formation des États confédérés d'Amérique

18 décembre 1865 - Abolition de l'esclavage aux États-Unis

 

Repost 0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 00:01

Le treizième amendement à la Constitution des États-Unis prend effet le lundi 18 décembre 1865.

Abolition de l'esclavage aux États-Unis

La Guerre de Sécession (ou Civil War) est à peine terminée que le Congrès tranche sur ce qui en fut la cause directe : l'esclavage dans les plantations de coton du Sud.

Le 1er janvier 1863, en pleine guerre, le président Abraham Lincoln avait déjà proclamé l'émancipation des esclaves dans les États insurgés. Mais il n'avait pu introduire l'abolition de l'esclavage dans la Constitution faute d'une majorité suffisante au Congrès.

 

Lincoln Abolition de l'esclavage aux États-Unis

Le 31 janvier 1865, le Congrès des États-Unis vote un 13e amendement à leur Constitution. Il sera ratifié le 6 décembre et prendra effet le 18 décembre de la même année.

L'article Ier stipule : « Il n'existera dans les Etats-Unis, et dans toute localité soumise à leur juridiction, ni esclavage, ni servitude involontaire, si ce n'est à titre de peine d'un crime dont l'individu aurait été dûment déclaré coupable. »

Mais il faudra près d'un siècle et d'autres amendements à la Constitution avant que les droits civiques des descendants d'esclaves soient partout reconnus

 

Voir également :

Chronologie de l'abolition de l'esclavage en France

23 août - Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition

8 février 1861 - Formation des États confédérés d'Amérique

 

Repost 0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 23:01

Roswell est une ville américaine située au sud-est du Nouveau-Mexique.

La ville de Roswell est surtout connue pour avoir été le lieu d'un écrasement d'OVNI en 1947. Néanmoins le crash s'est produit à côté de la ville de Corona au Nouveau Mexique.

Roswell est en fait le nom de la base militaire la plus proche.

 http://jesse.marcel.free.fr/images/carte2.gif

Au cours des trois jours qui ont précédés le « crash de Roswell », il y a eut 88 apparitions d’OVNIS dans 24 États. La base aérienne d'Holloman près d'Alamogordo aurait capté un étrange écho radar non identifié.

 

Chronologie du crash de Roswell

Le soir du 2 juillet 1947, des témoins voient un disque traverser le ciel puis exploser en partie au-dessus d’un ranch après avoir été frappé par la foudre près de Roswell, au Nouveau-Mexique.

Il poursuit néanmoins sa route avant de s’écraser près de la ville de Magdalena, à plus de 250 km de là.

Le lendemain, William Brazel, propriétaire du ranch au dessus duquel avait eut explosion, découvre un tas de débris éparpillés sur une grande zone. Surpris par l'aspect de ces débris, il en ramasse quelques-uns qu'il ramène à son ranch, les montrant à ses voisins et à sa famille.

Le dimanche 6 juillet, William Brazel va avertir le shérif du comté de Chaves : George Wilcox. Celui-ci avertit alors la base militaire de Roswell : le « Roswell Army Air Field ».

Le lundi 7 juillet, deux militaires se rendent sur les lieux du crash : il s'agit du major Jesse Marcel et du capitaine Sheridan Cavitt qui inspectent les débris. Les deux hommes ramènent quelques échantillons à la base.

Le mardi 8 juillet, le colonel Blanchard ordonne de boucler le périmètre du crash. Les débris sont ramassés et emmenés par camion à la base de Roswell d'où ils seront transférés par avion aux bases militaires de Fort Worth et de Wright Field.

L’armée publie alors un communiqué affirmant qu’elle détient les restes d’un OVNI.

 

Lors de cette journée du 8 juillet, un deuxième site aurait été découvert par des « archéologues » qui auraient observé l'épave d'un vaisseau avec quatre corps humanoïdes. Ce site aurait été rapidement balisé par les forces militaires.

http://theudericus.pagesperso-orange.fr/Donnery/Theudericus_Exobiologie/Roswell_Carte_des_Sites.jpg

Communiqué et démenti

Le 8 juillet, la base de l'armée de l'air de Roswell fit un communiqué de presse qui fut immédiatement relayé par de nombreux journaux :

  « Les nombreuses rumeurs faisant état d'une soucoupe volante sont devenues réalité hier, lorsque le service des renseignements du 509e escadron de l'air force de la base de Roswell a pris possession d'un disque grâce à la coopération d'un rancher et du bureau du shérif du comté de Chaves au Nouveau Mexique. L'objet volant a atterri dans un ranch près de Roswell durant la semaine dernière. Sans téléphone, le rancher a conservé le disque jusqu'à ce qu'il puisse contacter le bureau du shérif, qui informa le major Jesse A. Marcel du 509e escadron de l'air force. Une action fut immédiatement lancée, et le disque fut récupéré au domicile du rancher. Il a été examiné à la base de Roswell, puis transmis à de plus hautes autorités. »

Le communiqué ne mentionne pas les corps que le shérif affirmait avoir vu.

http://s1.e-monsite.com/2009/01/09/05/62515011roswell-daily-record-july-8-1947-jpg.jpg

Trois heures après ce premier communiqué, le général Ramey fait diffuser un rectificatif disant que les débris sont ceux d’un ballon météorologique équipé d’un réflecteur de radar d’un modèle courant. La presse accepta aussitôt cette curieuse explication.

L'objet en question serait donc officiellement un ballon-sonde envoyé par l'armée américaine pour espionner les installations militaires soviétiques.

 

Plus de 30 ans plus tard que l'affaire rebondit

Charles Berlitz et l'ufologue William L. Moore (qui fait également appel aux recherches du physicien nucléaire Stanton Friedman) publient en 1980 un livre basé sur une enquête minutieuse réalisée à partir du milieu des années 70.

Ils ont réussi à retrouver les témoins de l'époque et ont reconstitué une histoire où il serait question de soucoupe volante et d'extraterrestres et non pas de ballon météo.

 

En mai 1995, le producteur Ray Santilli affirme posséder une preuve visuelle d'un crash extraterrestre en 1947 : c'est un film de l'autopsie d'un des corps récupérés après le crash.

Suite à la diffusion de ce film, une partie de l'opinion publique en vient à croire à un complot militaire pour taire la vérité.

Un nouveau rebondissement a cependant lieu : le film est un faux et la thèse des petits hommes gris tombe à l'eau car les ufologues sont tournés en dérision par ce canular. Officiellement, c'est donc la thèse du ballon top secret qui prévaut.

 

Cet « incident de Roswell » est entré dans la culture populaire comme étant le plus célèbre symbole d'une manifestation extraterrestre.

 

Relire aussi :

24 juin 1947 - Premières soucoupes volantes

11 juin 1982 : Rencontre avec « E.T. l’extra-terrestre »

 

 

Repost 0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 23:01

L'histoire officielle et moderne des Ovnis commence le mardi 24 juin 1947.

Kenneth Arnold, un riche homme d’affaires (32 ans) et pilote privé, rapporte avoir observé « neuf engins bizarres ». Il en parle à des journalistes qui emploient alors pour la première fois l'expression « flying saucers » (soucoupes volantes).

Kenneth Arnold soucoupes volantes

Le 24 juin 1947, Kenneth Arnold, jeune P.D.G d'une compagnie de matériels anti-incendie dans l'Idaho, décolla avec son avion personnel de Chéhalis dans l’État de Washington pour rentrer chez lui. Un avion militaire se serait écrasé vers les Monts Rainier. Kenneth Arnold décide alors de faire un détour afin de participer aux recherches.

Longeant ces montagnes, sont attention fut attirée par une formation de neuf disques lumineux. Ces objets se déplaçaient en une formation effectuant des mouvements ondulatoires pareils aux ricochets de pierres à la sur surface de l'eau. Les objets étaient à environ 30 kms, ils se déplaçaient à plus de 2.400 km/h (vitesse incroyable pour cette époque). L'observation dura plus de deux minutes.

Cette affaire relatée à la presse, fit le tour du monde en quelques heures !

Dans les semaines suivantes, de nombreux autres témoins feront alors part de la même observation. Même les pilotes militaires en observaient !

L'armée de l'air et le FBI (police fédérale) mèneront une enquête sur ces mystérieux disques.

 

Depuis 1947, de très nombreuses explications ont été proposées pour rendre compte de l'observation de Kenneth Arnold. On a évoqué un mirage, des bolides, des avions expérimentaux,…

 

Naissance de l’expression « soucoupe volante »

Une heure après avoir effectué son observation, Kenneth Arnold atterrit à Yakima (État de Washington) où il décrit ce qu'il a vu à des amis pilotes. Le soir même, il tente en vain de contacter le FBI. Le lendemain, Arnold rencontre Nolan Skiff et Bill Bequette, deux journalistes de l'East Oregonian à qui il décrit à nouveau son observation. Il explique que les objets volaient de façon irrégulière, « comme une soucoupe qui ricocherait sur l'eau ».

Bill Bequette rédige un petit article qui paraît dans l'édition du jour de l'East Oregonian et adresse une dépêche Associated Press à Portland. Il apprendra plus tard que la dépêche a été diffusée sur le réseau national de l'AP, ce qui provoque l'intérêt général et donnera lieu à l'invention des expressions « soucoupe volante » et « disque volants » (pourtant cette description se référait au déplacement des objets et non à leur forme).

 

Dans la semaine qui suivit, des centaines d'observations similaires inondèrent le monde entier, la plupart d'entre elles décrivant des objets avec une forme de soucoupe !

 

Repost 0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 23:01

Le 17 mai 1792, à New York, au numéro 68 de la rue du mur (Wall Street), près de l'ancien mur d'enceinte des Hollandais, 24 agents de change signent la convention du Buttonwood tree, du nom du platane sous lequel ils ont pris l'habitude de se réunir.

 

Par cette convention, ils décident d'appliquer un taux de commission unique sur toutes leurs ventes de titres.

C'est la naissance du New York Stock Exchange (NYSE), la Bourse des valeurs de New York, surnommé Wall Street depuis 1863.

Wall Street est la première place financière du monde.

http://autourduperetanguy.blogspirit.com/media/00/00/1790982800.jpg

Voir aussi :

4 novembre 1826 - Le palais Brongniart est inauguré

 

 

Repost 0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 23:03

San Francisco (Californie), 400.000 habitants, est dévastée par un tremblement de terre (d'une magnitude de 8,5 sur l'échelle de Richter) et par les incendies qui suivent.

La catastrophe entraîne la mort de près de 3.000 personnes et la destruction totale de la ville.

à l'origine d'un gigantesque incendie qui détruisit une bonne partie de la ville et générant des déplacements, le long de la faille, qui atteignirent plus de 6 mètres

http://www.alertes-meteo.com/catastrophe/sanfran.jpg

Le séisme se traduit par un élargissement considérable de la faille de San Andreas, un phénomène géologique qui tend à détacher la Californie du continent américain.

 

Plusieurs milliers de séismes par an sur la faille de San Andreas

Tous ne sont pas ressentis par les populations mais un certain nombre d'entre eux ont des effets catastrophiques. Pour les plus représentatifs il est à noter :

Comté d'Orange, 28 Juillet 1769, magnitude 6 sur l'échelle ouverte de Richter

San Diego, 22 Novembre 1800, magnitude 6.5

San Francisco, 21 Juin 1808, magnitude 6

San Juan Capistrano, 8 Décembre 1812, magnitude 7, 40 morts

Santa Barbara, 21 Décembre 1812, magnitude 7

Hayward, 10 Juin 1836, magnitude 6.8

San Francisco, 22 Juin 1838, magnitude 7

Fort Tejon, 9 Janvier 1857, magnitude 8.3, 2 morts

Monts Santa Cruz, 8 Otobre 1865, magnitude 6.5

Hayward, 21 Octobre 1868, magnitude 7, 30 morts

San Francisco, 18 Avril 1906, magnitude 7.8, 3000 morts

Santa Barbara, 29 juin 1925, magnitude 6.3, 14 morts recensés

Santa Barbara 4 Novembre 1927, magnitude 7.3

Long Beach, 11 Mars 1933, magnitude 6.3, 115 morts

Comté de Kern, 21 juillet 1952, magnitude 7.7 14 morts, 18 blessés

San Francisco, 22 Mars 1957, magnitude 5.3, 40 blessés

San Fernando, faubourg de Los Angeles, 9 février 1971, magnitude 6

San Francisco 21 Juillet 1986, magnitude 7

Loma Prieta, 17 Octobre 1989, magnitude 7.1, 63 morts, 3757 blessés

San Francisco, 20 octobre 1989, magnitude 6, allumant des incendies et, effets connexes, écroulement d'un pont causant la mort de 50 personnes

Northridge, faubourg de Los Angeles, 17 janvier 1994, magnitude 6.2, ruinant une partie des ouvrages d'art, 42 morts et 2.600 blessés, suivi de plus de 200 répliques

Parkfield, 28 Septembre 2004, magnitude 6

Los Angeles, 29 juillet, 2008, magnitude 5.5.

 

The Big One

« The Big One » est le nom donné à un séisme dévastateur qui doit, théoriquement, se produire, dans un temps futur, plus ou moins immédiat, plus ou moins lointain, sur la côte ouest des États-Unis, en un point situé sur la faille de San Andréas.

The Big One faille de San Andréas

Repost 0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 09:15

Les forces armées américaines, croyant riposter à une attaque japonaise, ont tiré sur des engins qui se sont avérés plus tard être des objets volants non identifiés.

Dans la nuit du 24 au 25 Février 1942, des appareils aériens non-identifiés sont repérés dans le ciel de Los Angeles. Á cette époque, l'Amérique vit dans la crainte d'une offensive japonaise sur la Côte Ouest, suite à l'attaque de Pearl Harbor du 7 Décembre 1941. Les autorités militaires pensent donc qu'il s'agit d'avions japonais.

Après une première observation en début de soirée, les objets sont de nouveau repérés vers 2h du matin. A 2h25 du matin, les sirènes d'alertes de la ville sont enclenchées et un black-out total est décrété sur le champ. A 3h16, la 37ème Brigade d'Artillerie Côtière ouvre le feu sur les objets volants avec ses canons anti-aériens, et tentent de les visualiser avec ses projecteurs. Les tirs de DCA contre les objets inconnus durèrent presque une heure, sans résultats.

Les nombreux témoins voient des boules lumineuses évitant habilement les tirs américains, ainsi qu'un objet plus gros, qui reste immobile un moment, avant de disparaitre vers le Sud.

Le mystère entourant cet épisode n'a pas encore été résolu. Plus de 1.400 obus ont attaqué ces objets sans qu'un seul les atteigne.

La bataille de Los Angeles a fait six morts : trois ont été tués par des retombées d'obus, et trois autres sont décédés des suites d'une crise cardiaque due au stress.

 

Il s'agit de l'un des plus célèbres phénomènes ufologiques.

Le couvre-feu a été levé à 7h21 du matin. L'événement est à la une de toute la presse américaine.

Le secrétaire d'État à la Marine, Frank Knox, explique l'affaire par une fausse alerte et au stress dû à la guerre. Cette explication paraîtra simpliste pour beaucoup, et le journal Long Beach Independent écrira : « Il y a une mystérieuse réticence des autorités à s'exprimer sur cette affaire et il semble que la censure soit à l'œuvre. Bien que cette affaire soit de première importance, les commentateurs n'y prêtent pas l'attention attendue ».

Repost 0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 00:02

L'élection de Lincoln fut, pour les États du Sud, le signal de la dissolution de l'Union. La Caroline du Sud, la première, promulgua une ordonnance de sécession, le 20 décembre 1860.

 

6 autres états esclavagistes du sud des États-Unis (La Géorgie, l'Alabama, la Floride, le Mississippi, la Louisiane, le Texas) font sécession avec la Caroline du Sud et s'organisent en États confédérés d'Amérique.

Le 8 février 1861, les représentants des États sécessionnistes se réunirent à Montgomery, en Alabama, se constituèrent en États confédérés d'Amérique.

Ils adoptent une nouvelle Constitution et Jefferson Davis est nommé président provisoire.

http://www.history.com/images/media/slideshow/civil-war-confederate-leaders/jefferson-davis-portrait.jpg

Après la bataille de fort Sumter, la Virginie, l'Arkansas, le Tennessee et la Caroline du Nord rejoindront les confédérés. Ils compteront alors 9 millions d'habitants dont 4 millions de Noirs.

Leur formation en confédération autonome marque le début de la guerre de sécession (1861-1865).

Repost 0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 00:01

Le 2 février 1625, les Hollandais établissent un fortin sur l'île de Manhattan, à l'embouchure du fleuve Hudson. Autour du fortin se sont installées trente familles de protestants flamands, français et surtout wallons, envoyées par la Compagnie hollandaise des Indes occidentales.

http://bible-truths.com/tower2.jpg

La petite colonie est baptisée « La Nouvelle Amsterdam ».

Le gouverneur hollandais, Peter Minuit, légalise l'occupation en remettant aux Indiens Algonkins des parages quelques perles de pacotille d'une valeur de 60 florins ou 24 dollars. Les débuts sont difficiles. Guerres avec les Algonkins, épidémies de choléra...

En 1664, quatre navires anglais bloquent le port et le gouverneur Peter Stuyvesant se résout à céder la colonie au roi d'Angleterre.

La Nouvelle Amsterdam devient New York, en hommage au duc d'York, futur roi d'Angleterre sous le nom de Jacques II.

 

La ville connaît un rapide développement grâce au commerce des fourrures avec la région des Grands Lacs. Quand éclate la guerre d'Indépendance, c'est déjà la principale ville d'Amérique du Nord avec 30.000 habitants.

La métropole compte 500.000 habitants en 1850 et trois millions à la fin du XIXe siècle. L'invention de l'ascenseur électrique suscite la construction des premiers gratte-ciel, posés sans façon sur le granit de Manhattan.

Les immigrants affluent d'Europe. Au total, 16 millions transitent par Ellis Island, aujourd'hui transformée en musée.

 

Aujourd'hui, New York sa population est de 7 millions d'habitants.

 

Repost 0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 00:08

Le lundi 24 janvier 1848, en Californie, James Marshall découvre des pépites d'or mélangées à des cailloux alors qu'il travaille à la réparation d'un moulin à eau.

C'est cette dans une scierie de Coloma qui donne lieu à la « ruée vers l'or ».

ruée vers l'or 1848

Pour ne pas voir arriver une foule d’excités, la nouvelle demeura secrète...

Nous sommes en pleine guerre américano-mexicaine, la Californie appartient encore au Mexique, colonie espagnole devenue indépendante en 1821.

En février 1848, soit le mois suivant cette découverte, au terme d'une guerre rapide, le Mexique est contraint de céder aux États-Unis la Californie ainsi que tous les territoires situés au nord du rio Grande.

Hélas pour les Mexicains sinon ils se seraient battus avec beaucoup plus d’acharnement s’ils avaient eu connaissance des richesses de la région !

usa-carte-1783.gif

Puis, la rumeur de la présence d'or se répand très vite et des milliers de colons américains et de nouveaux venus européens partent pour la Californie afin de devenir chercheurs d'or.

En même temps, la conquête des territoires de l'Ouest des États-Unis commence et se traduira par de nombreux affrontements et guerres durant des années.

 

La « ruée vers l'or » et de la « conquête de l'Ouest ».

En décembre 1848, le président américain confirme très officiellement la présence d'or en Californie. L'annonce entraîne une ruée du monde entier. Beaucoup d'aventuriers traversent le continent américain dans les chariots à bâche.

D'autres contournent l'Amérique en bateau en empruntant le détroit de Magellan. Les difficultés de la navigation donnent à certains l'idée de creuser un canal à travers l'isthme de Panama...

 

La Californie étant encore dépourvue d'administration, les terrains et l'or qu'ils recèlent appartiennent au premier arrivant. Des villes éphémères se multiplient dans la vallée du Sacramento. À la fin de l'année, le territoire compte déjà 90.000 habitants.

Il devient dès 1849 un état de plein droit au sein des États-Unis d'Amérique.

En 1852, la population de la Californie a plus atteint 250.000 habitants.

 


Repost 0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 00:04

Le dimanche 7 décembre 1941, la flotte américaine du Pacifique était au repos, ses matelots étaient pour beaucoup en permissions... journée s'annonçait paisible.

Au matin, des nuées d'avions japonais attaquent par surprise, sans déclaration de guerre préalable, la base américaine de Pearl Harbor située sur l’île Hawaïenne d’Oahu.

7 décembre 1941 Pearl Harbor 

L'amiral Yamamoto a voulu détruire préventivement la flotte américaine pour permettre au Japon de poursuivre la conquête de l'Asie.

Ses pilotes ont été entraînés en secret et leurs avions équipés de torpilles spéciales capables de plonger dans les eaux très peu profondes de la rade américaine.

 

Le jour venu, la flotte nippone, forte de 6 porte-avions, 423 avions et 27 sous-marins, s'approche à 500 km de l'archipel sans être repérée par les radars.

Le code de déclenchement de l'attaque est « Tora, Tora, Tora » (Tigre en japonais).

 

À 7h 40, une première vague d'assaut pique vers les navires rangés dans la rade (90 au total!).

Une deuxième vague frappe la base à 9h 45. En deux heures, les Japonais détruisent ou endommagent huit cuirassés ainsi que 3 croiseurs, 3 destroyers et 4 navires auxiliaires.

 

188 avions sont aussi détruits. Au total 2403 marins américains sont tués. Du côté des assaillants, les pertes sont très faibles (29 avions, 55 tués).

Fort heureusement, les trois porte-avions de la flotte américaine du Pacifique n'étaient pas présents sur les lieux. D'autre part, six des huit cuirassés attaqués sont rapidement remis en service.

7 décembre 1941 Pearl Harbor

 

Franklin Roosevelt, président des États-Unis, était partisan d'une intervention dans le second conflit mondial. Il avait fait voter la loi prêt-bail en juin 1941, afin de fournir des armes à la Grande-Bretagne, tandis qu'une partie de son opinion publique restait isolationniste.

L'attaque de Pearl Harbor cause un tel choc, que le Congrès constatant « l'état de guerre » déclare la guerre aux forces de l'Axe (Allemagne nazie, Japon, Italie fasciste), le 8 décembre 1941.

 

 

Repost 0
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 23:01

Quinze ans plus tôt, Hergé envoyait Tintin sur la lune dans deux albums,
« Objetif Lune » et « On a marché sur la Lune ».

Mais Hergé n'était pas le premier à envisager un tel périple : depuis l'Antiquité, nombre d'écrivains comme Jules Verne, avaient conté des voyages similaires, en contribuant à faire de l'exploration lunaire le plus extraordinaire des voyages qu'on puisse imaginer.

Juillet 1969, le rêve devient réalité.

Tintin sur la lune humour Neil Armstrong

 

Le 20 juillet 1969, à 21h17 (heure française), le module lunaire Eagle de la mission Apollo 11 se pose sur la Lune. L'astronaute Neil Armstrong annonce :

« Houston, ici la base de la Tranquillité. L'Aigle a atterri ».

 

L'événement est retransmis dans le monde entier. Un milliard d'être humains suivent l'exploit en temps réel ou presque sur leurs écrans de télévision.

 

Le 21 à 3H56 (heure française), l'astronaute Neil Armstrong sort du module lunaire "Eagle" et pose pour la première fois le pied sur la lune.

Il prononce alors une phrase qui restera gravée dans l'histoire :

« Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'humanité. »

Il avait préparé cette phrase avant son départ et l'avait soumise à ses supérieurs de la NASA.

premier pas sur la Lune

Un quart d'heure plus tard, il sera rejoint par son camarade Edwin "Buzz" Aldrin.

Neil Armstrong avait été désigné pour être le premier à marcher sur la Lune car il était un civil et non un militaire comme ses deux compagnons.

 

De retour sur la Terre après un peu plus de 8 jours d'absence, les astronautes rapportent 20 kg d'échantillons de minéraux lunaires.

Pour les Etats-Unis, c'est une victoire décisive dans la course à l'espace engagée avec l'Union soviétique.

 

Repost 0

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire