Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 23:01

26 septembre calendrier

Le mardi 26 septembre 1815, le tsar de Russie Alexandre 1er, l'empereur d'Autriche François 1er et le roi de Prusse Frédéric-Guillaume III signent à Paris un pacte de fraternité et d'assistance mutuelle, le pacte de la Sainte-Alliance.

 

Sur les décombres de l'empire napoléonien, abattu quelques mois plus tôt à Waterloo, ces trois monarques absolus s'engagent à promouvoir les préceptes de justice, de charité et de paix « au nom de la Très Sainte et Indivisible Trinité des trois puissances orthodoxe, catholique et protestante » !

Ils veulent surtout se garantir mutuellement contre toute nouvelle offensive révolutionnaire ou libérale dans une Europe en ébullition et assurer la pérennité de l'Acte final du Congrès de Vienne.

 

Le 20 novembre suivant, le pacte va évoluer vers une alliance à quatre avec l'Angleterre, sous l'influence du ministre autrichien Metternich et du secrétaire britannique aux Affaires étrangères Castlereagh.

Cette Quadruple-Alliance veut prémunir l'Europe contre un réveil guerrier de la France. Elle veut aussi garantir le statu quo en Europe en organisant périodiquement des congrès internationaux.

 

La France de Louis XVIII, libérée de l'occupation étrangère, à la satisfaction de rejoindre la Sainte-Alliance en 1818.

 

En 1823, la Sainte-Alliance disparaît, car, après une dernière intervention en Espagne décidée par le traité de Vérone (1822), les divergences entre les grandes puissances éclatent : l'Angleterre se déclare favorable à l'indépendance de l'Amérique latine et intervient à côté de la France pour favoriser l'émancipation de la Grèce (1828) et de la Belgique (1830). Les révolutions de 1848 donneront le coup de grâce aux principes conservateurs incarnés par la Sainte-Alliance.

Repost 0
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 23:47

Suite à la défaite de Sedan, la France rappelle ses troupes stationnées à Rome. Les États pontificaux sont désormais à la merci des Italiens, désireux d’accomplir enfin l’unité totale du pays. Il ne leur faut donc pas longtemps pour envahir le territoire et s’emparer de Rome.

 

Le 20 septembre 1870, quelques jours après la chute du Second Empire français, les troupes piémontaises entrent à Rome.

Sous l'autorité de son général Raffaele Cardona, qui parvient à ouvrir une brèche dans les murs de la « Ville éternelle », Victor-Emmanuel II de Savoie (1820-1878), ancien roi de Sardaigne (1847-61) devenu celui de l'Italie depuis 1861, entre enfin dans Rome, dernier bastion à résister à l'unification du royaume.

 

Le pape Pie IX se considère dès lors prisonnier au Vatican. Ses successeurs feront de même jusqu'aux accords de Latran qui, en 1929, transformeront le Vatican en un État souverain.

 

 

Relire aussi :

23 octobre 1867 - Garibaldi envahit le Vatican

2 septembre 1870 - Napoléon III vaincu à Sedan

 

 

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 00:00

Début septembre 1958, à peine revenu aux affaires après les événements de mai, et répondant tant à une demande de rencontre du Chancelier qu’à son propre désir de le voir, de Gaulle fait connaître sa décision de recevoir Konrad Adenauer les 14-15 septembre dans sa résidence privée à Colombey-les-deux-Églises.

14 septembre 1958 – Konrad Adenauer rend visite à Charles De Gaulle

Ainsi, le dimanche 14 septembre 1958, le Chancelier allemand et le président de la République française se rencontrent pour la première fois dans la maison familiale du Général.

Les deux hommes appartiennent à la même génération, le général parle allemand et le chancelier est francophile.

Le Konrad Adenauer sera le seul chef de gouvernement étranger à avoir séjourné une nuit (14 au 15) à « la Boisserie ».

 

Treize ans après la fin de la Seconde guerre mondiale, cette entrevue marque le début d'une amitié franco-allemande qui ira bien plus loin que de simples relations diplomatiques. Les deux chefs d'Etat partageront une estime et une amitié réciproques qui faciliteront grandement le rapprochement entre les deux pays et la construction de la Communauté européenne.

 

Lien du jour : Chronologie des relations franco-allemandes de 1958 à 1963

 

Repost 1
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 23:03

Le mardi 12 septembre, 1848 les cantons suisses approuvent une nouvelle constitution qui met en place un État fédéral démocratique moderne avec ses 22 cantons dans quatre régions linguistiques.

Un Conseil fédéral détient les pouvoirs exécutifs tandis que le pouvoir législatif se partage entre le Conseil national et le Conseil des États. Cette Constitution subira des modifications en 1874, appuyant d’avantage le pouvoir fédéral et instaurant le droit de référendum.

Le gouvernement suisse conservera une totale neutralité dans les conflits extérieurs. Ce sera le cas durant la guerre de 1870 et durant les deux guerres mondiales.

 

Lien du jour : Constitution fédérale suisse du 12 septembre 1848

 

Repost 0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 23:22

Le mercredi 9 septembre 1570, les Turcs ottomans occupent Nicosie. L'île de Chypre tombe sous leur domination pour trois longs siècles, jusqu'à ce que les Anglais imposent leur protectorat.

Après avoir conquis Rhodes et fait fuir les chevaliers de l'ordre de Saint Jean de Jérusalem qui vont alors s'établir à Malte, les Turcs s'emparent de Chypre.

L'année suivante, les catholiques remportent la victoire de Lepante contre les Tucs et mettent un terme à leur expansion.

Des Turcs commencent à s'implanter sur Chypre : à la fin du XIXe siècle, ils représenteront 1/4 de la population chypriote. Les édifices catholiques deviennent musulmans.

 

En 1878, la Porte ottomane céda l'île à la couronne Britannique, qui, en 1925,  en fit une colonie jusqu'à l'indépendance, qui fut accordée le 16 août 1960.

 

Relire également : 16 août 1960 - Indépendance de Chypre

Repost 0
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 23:01

Pour éviter la guerre, les Anglais et les Français avaient multiplié les reculades : après avoir laissé l'Allemagne annexer l'Autriche, ils avaient, à la conférence de Munich en septembre 1938, abandonné leur allié tchécoslovaque, amputé de la région des Sudètes.
Après avoir laissé Hitler occuper Prague le 15 mars 1939, les Alliés décident de mettre fin à la politique d'expansion allemande : ils garantissent les frontières des pays menacés par le III° Reich : la Pologne, la Roumanie, les Pays bas et la Belgique.
La Pression monte d'un cran le 28 août, lorsqu’Hitler réclame le retour à l'Allemagne des territoires attribués à la Pologne en 1919, notamment le corridor de Dantzig. La Pologne décrète alors la mobilisation générale.

Hitler lance l'attaque le 1er septembre 1939.

La Wehrmacht ayant violé les frontières de la Pologne, Londres envoie un ultimatum à Berlin en suggérant une ultime conférence internationale !

Hitler dédaignant de répondre, la guerre est de facto déclarée à l'expiration de l'ultimatum, le dimanche 3 septembre à 11 heures.

À 11 h 15, Chamberlain annonce dans une émission que la guerre a commencée.

Chamberlain forme un Cabinet de guerre, lequel inclus Churchill comme Premier Lord de l'Amirauté (lequel est signalé à tous les navires et installations de la Royal Navy avec le message : « Churchill est de retour ») et Eden comme Secrétaire pour les dominions. Un ministère de l'économie de guerre est établi. Le gouvernement annonce aussi la mise en application d'un blocus contre l'Allemagne. À 11 h 35, comme pour confirmer l'état de guerre, il y a une alarme de raid aérien à Londres, mais ce n'est qu'une fausse alerte.

Le Président du Conseil français Édouard Daladier et son ministre des affaires étrangères Georges Bonnet demandent au président de la République Albert Lebrun de déclarer à son tour la guerre au nom des engagements internationaux de la France (et sans consulter le Parlement). C'est chose faite à 17h.

 

La Seconde Guerre mondiale a démarré !

 

Voir aussi : 1er septembre 1939 - l'Allemagne envahit la Pologne

Repost 0
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 23:43

Le 24 août 1991, dans la confusion qui suit l'éviction de Mikhaïl Gorbatchev, dirigeant de l'Union soviétique, le Parlement ukrainien proclame l'indépendance de la République d'Ukraine dans les frontières artificielles dessinées par les dirigeants bolchéviques. C'est la troisième renaissance de l'État kiévien en l'espace d'un millénaire.

C’est la déclaration d’indépendance votée à l’unanimité par le Parlement qui va permettre la suspension du Parti Communiste et le retour officiel de la langue ukrainienne comme langue utilisée par la nomenklatura.

Le 1er novembre 1991, le Parlement ukrainien adopta une déclaration solennelle la Déclaration des droits des nationalités d'Ukraine. Cette déclaration a joué un rôle important pendant la campagne précédant le référendum sur l'indépendance de l'Ukraine.

Cette indépendance sera donc massivement confirmée par le référendum du 1er décembre 1991.

 

Le 8 décembre 1991, l’URSS est dissolue et la Communauté des États Indépendants (CEI) créée

 

Les Ukrainiens ont fait de l'anniversaire de ce jour leur fête nationale.

Repost 0
13 août 2015 4 13 /08 /août /2015 23:01

 

Le jeudi 14 août 1969, des troupes britanniques sont envoyées en Ulster  (Irlande du Nord) pour mettre fin aux manifestations catholiques et protestantes.

Une marche protestante qui vire à l’émeute !

Tout commence le 12 août 1969, lorsque les Apprentices Boys, (une fraternité protestante, membre de l’Ordre d’Orange), décident d’organiser une marche dans les rues de Derry. Cette marche réunit plus de 15 000 protestants, et emprunte un circuit situé près du quartier du Bogside, un quartier catholique nord-irlandais.

 

Très vite, les choses s’enveniment : la population catholique du Bogside organise des meetings pour s’opposer à cette marche protestante.

C’est à ce moment-là que les choses dégénèrent : la population catholique se barricade dans le quartier du Bogside, et s’attroupe autour de la Derry Citizens’ Defence Association. C’est alors l’escalade vers la violence : la RUC (police protestante) et les B-Specials tentent de reprendre en main le quartier. Les loyalistes en profitent par la même occasion pour s’attaquer à la population catholique, investissant les foyers, et violentant les catholiques.

Très vite, la nouvelle se répand et d’autres villes d’Irlande du Nord s’embrasent et connaissent les mêmes émeutes. Ainsi, Belfast, Armagh ou encore Newry connaissent les mêmes violences.

 

Après 3 jours d’émeute, James Callaghan (alors secrétaire d'État à l'Intérieur) décide de faire appel à l’armée britannique le 14 août 1969. Celle-ci est alors menée par le Général Ian Freeland, et se place entre les catholiques républicains et les protestants loyalistes, demandant à la RUC de se retirer du conflit.

 

L’armée britannique parvient à rétablir le calme mais attise la colère des extrémistes catholiques. Dès lors, les attentats terroristes et les violences redoubleront d’intensité.

 

Relire également : 30 janvier 1972 - « Bloody Sunday » en Irlande du Nord

 

Repost 0
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 23:01

La bataille de Varsovie (également connue sous le nom de Grande Retraite) opposa les troupes russes à celle de l'empire allemand, dans le cadre de la Première Guerre mondiale.

 

À partir de mai 1915, les Allemands lancent une offensive en Galicie et parviennent à chasser les troupes russes de la région. Le 22 juillet, les armées des Empires centraux traversent la Vistule. L'armée russe bat en retraite en Pologne centrale et notamment à Varsovie. Les Allemands sont aux portes de la capitale polonaise début août 1915.

Jour symbolique de la grande retraite russe, le jeudi 5 août voit les soldats allemands entrer dans Varsovie, Lublin et Chelm, trois villes importantes de l'Est polonais.

Les Allemands, après avoir reçu des renforts des VIIIe, Xe et XIIe armées, prennent Brest-Litovsk le 25 août. Le 19 septembre, les forces de Hindenburg capturent Vilnius.

À la suite de cette bataille désastreuse, le tsar Nicolas II limoge le général Nicolas Nikolaïevitch et prend le contrôle directement des armées, afin d'éviter de nouvelles conséquences désastreuses pour l'Empire russe.

Repost 0
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 13:34

Un mois après l'attentat de Sarajevo, Vienne remet une note au gouvernement serbe le 23 juillet Elle ne menace la Serbie d'aucune annexion mais en dix points exige de Belgrade l'engagement public de ne plus soutenir les menées terroristes en Bosnie. Elle exige aussi que soient recherchés les responsables serbes de l'attentat de Sarajevo et souhaite que des fonctionnaires austro-hongrois participent à l'enquête.

 

Le gouvernement serbe a 48 heures pour répondre à ces dix points. Il se dispose à les accepter quand le tsar de Russie s'immisce dans le différent. Sur son intervention, Belgrade rejette l'ultimatum de Vienne...

 

La guerre devient inéluctable...

 

Relire aussi :

28 juin 1914 - Assassinat d'un archiduc à Sarajevo

28 juillet 1914 - L'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie

Repost 0
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 23:01

Le jeudi 20 juillet 1944, Hitler échappe à la bombe qui devait le tuer, au Grand Quartier Général de Rastenburg, en Prusse orientale, dans son repaire dit la Tanière du Loup (« Wolfsschanze »).

Assistant à une réunion au quartier général de Rastenburg, le « Führer » échappe à une tentative d'assassinat fomentée par la noblesse militaire allemande.

En fait d'attentat, il s'agit plutôt d'une tentative de coup d'État par une coalition d'opposants au régime, à un moment où celui-ci est de toute façon condamné : les Soviétiques sont déjà en Allemagne et les Anglo-Saxons ont débarqué en Normandie.

Le comte Claus von Stauffenberg, chef d'état-major des armées de l'Intérieur, organise l'attentat dans le but de restaurer la monarchie ou du moins de mettre en place une dictature conservatrice. Il dépose lui-même une valise piégée sous la table de réunion et quitte la salle.

 

Attentat manqué

Ce jour-là, la réunion est avancée à 12h30 au lieu de 13h en raison d'une visite de Mussolini et se tient dans un chalet en bois au lieu du bunker en béton habituel en raison de la chaleur de l'été. Au moment propice, Stauffenberg dépose une valise piégée sous la table, près d’Hitler. Puis il quitte la pièce sous le prétexte de donner un coup de fil.

Comme la valise dérange un des militaires, celui-ci la déplace de sorte qu'elle est désormais séparée d’Hitler par le lourd support en chêne de la table. Lorsque se produit l'explosion, les parois du chalet sont soufflées, ce qui amoindrit la puissance de l'explosion. Et le Führer, protégé par le pied de la table, n'est en fin de compte que légèrement blessé !

Stauffenberg a vu le chalet se volatiliser et des corps expulsés par les ouvertures. Il est convaincu qu'il ne reste plus personne de vivant à l'intérieur et, sans perdre une minute, se rend à Berlin dans l'intention de participer au soulèvement. À son arrivée à l'aéroport, trois heures plus tard, il téléphone aux autres conjurés et apprend, consterné, que ceux-ci n'ont pas osé déclencher le soulèvement faute de certitude sur le sort d’Hitler.

Beaucoup de participants à la conférence ont été tués ou grièvement blessés mais celui-ci et le général Keitel qui se tenait à ses côtés ont eu une chance inouïe... Quand Mussolini arrive pour ce qui sera la dernière rencontre des deux dictateurs, il est accueilli sur le quai de la gare par un Hitler surexcité, les cheveux roussis, le bras partiellement paralysé, qui l'amène sans attendre visiter le lieu de l'explosion...

Les deux hommes, après une phase d'agitation, s'installent pour le thé.

 

 

Répression

À Berlin, le ministre de la propagande, Joseph Goebbels, reprend habilement la main. À 18h30, la radio annonce qu’Hitler vient d'échapper à un attentat. À Prague et Vienne, les généraux qui avaient entamé le soulèvement font machine arrière.

 

Le ministre de l'Intérieur, Heinrich Himmler, prend le commandement de l'armée de l'intérieur. Stauffenberg et d'autres chefs de la conjuration sont exécutés sur place. Le général Beck est contraint au suicide. À 1h du matin, Hitler lui-même s'exprime à la radio et annonce une sévère répression : il tiendra parole.

De 1921 à 1945, une quarantaine d'attentats furent commis contre Hitler ; ils échouèrent avant leur réalisation ou en raison des circonstances. Les plus connus et les plus spectaculaires sont certes celui de Johann Georg Elser le 8 novembre  1939 et celui du 20 juillet 1944. Mais il ne faut pas oublier tous ceux qui, organisés en petits groupes ou seuls, voulaient libérer l'Allemagne et, à partir de 1939, l'Europe du régime nazi, ce qui n'était envisageable qu'en éliminant Hitler, chef suprême des forces armées.

 

Lien du jour : Complot du 20 juillet 1944 contre Adolf Hitler

 

Repost 0
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 23:02

Le 14 juillet 1933, à l'initiative du ministre nazi de la propagande Joseph Goebbels, le parti nazi (NSDAP, pour Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei ou Parti National-Socialiste des Travailleurs Allemands) devient seul autorisé en Allemagne.

Il est décrété parti unique et les autres formations politiques sont dissoutes. Les syndicats sont remplacés par un organisme corporatiste : le Deutscher Arbeiter Front (Front du Travail Allemand).

Cette loi est décidée par le gouvernement et non par le parlement, sur base de la loi des pleins pouvoirs. Sa promulgation est signée par le chancelier Adolf Hitler et les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Wilhelm Frick et Franz Gürtner.

 

La loi ne comporte que deux articles.

L'article 1er instaure le parti nazi comme parti unique en Allemagne. L'article 2 prévoit des peines de six mois à trois ans d'emprisonnement pour ceux qui collaborent au maintien des structure de partis interdits ou tentent de créer de nouveaux partis. Sur base de cette loi, de nombreuses personnalités politiques d'autres partis ont été condamnées à l'emprisonnement.

 

En six mois et malgré le soutien d'une minorité des électeurs, le chancelier Hitler aura réussi à renverser la démocratie allemande.

 

La loi sur le parti unique est abrogée via la loi n° 1 du Conseil de contrôle allié du 20 septembre 1945 portant abrogation du droit nazi.

 

Repost 0
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 23:01

Le samedi 10 juillet 1943, l'opération «Husky» débute : les Anglo-Saxons débarquent en Sicile. Les troupes italiennes et allemandes sont prises au dépourvu et en cinq semaines, les Alliés s'emparent de l'île.

 

Après avoir pilonné les plages siciliennes le 9 juillet 1943, le débarquement s'opère dans la nuit du 9 au 10 juillet. À leur entrée dans Gela, les Américains se heurtent à une contre-offensive allemande impressionnante, contrairement aux Britanniques qui, de leur côté, progressent rapidement le long de la côte est en direction de Syracuse et de Catane. La jonction des deux alliés doit se faire à Messine.

 

Après seulement quelques jours, il apparaît que les 90.000 Allemands qui étaient postés à l'ouest de la Sicile se sont repliés vers Enna - carrefour routier stratégique - dans l'unique but de retarder un minimum l'invasion de la péninsule italienne qui apparaît, déjà à ce moment-là, comme inévitable. Les Italiens, eux, ont très vite baissé les bras ; la plupart d'entre eux sont des Siciliens qui ne voient pas l'utilité de se battre pour Mussolini.

 

Montgomery ordonne alors aux Ière et IIe Brigades canadiennes de couper la route aux Allemands en se dirigeant immédiatement au centre de l'île et de mettre à mal la fuite de l'ennemi qui, sur leurs passages, détruisent nombre de ponts et de routes pour retarder les unités mécanisées de leurs adversaires.

 

Les Américains, motivés par leur chef qui exige d'arriver à Messine avant les Anglais, entreprennent une guerre moderne de mouvement qui les conduit à la prise de Palerme le 22 juillet (date où la moitié de la Sicile appartient alors aux Alliés). Les Britanniques ont dû freiner leur avance à la mi-juillet dans la plaine de Catane. À cette période, alors que les Italiens ne combattent presque plus, les Allemands ont quatre divisions sur l'île.

Le 8 août la 3e division américaine prend Sant'Agata. Le même jour, la 78e division britannique s'empare de Bronte. Messine, ville symbolisant le couronnement des Alliés en Sicile, tombe le 17 août 1943.

 

La Sicile est désormais aux mains des Anglo-Saxons et ceux-ci, sans attendre, prennent pied sur la péninsule. Pendant ce temps, à Rome, c'est la panique. Le 25 juillet 1943, les membres du Grand Conseil fasciste et le roi ont anticipé la défaite en renversant sans état d'âme l'idole qu'ils avaient adoré, le « Duce » Benito Mussolini.

La traversée du détroit de Messine

Repost 0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 23:01

Seuls à faire face aux nazis, après l'armistice franco-allemand du 22 juin 1940, les Anglais craignent que la flotte française, puissante et réputée, ne soit un jour réquisitionnée par les Allemands.

En effet, à la lecture de l'armistice, les Anglais comprennent que la flotte sera sous l'autorité des Allemands puisque les navires devront rejoindre des ports d'attache pour la plupart situés en zone occupée (même si la convention d'armistice prévoit leur désarmement).

Churchill décide en conséquence de s'emparer de tous les navires de guerre français à sa portée. À tout le moins, il demande que les Français les mettent hors de portée de l'ennemi, à la Martinique, par exemple. C'est l'opération « Catapult ».

 

Dès le 2 juillet 1940, par des ruses diverses ou par la menace, des officiers britanniques montent à bord des navires français amarrés dans leurs ports, à Portsmouth et Plymouth. Capturés, les marins et officiers se voient proposer de rejoindre de Gaulle. La plupart refusent, par fidélité au gouvernement légitime, et se font rapatrier.

Les Anglais excluent de s'en prendre aux navires français amarrés à Toulon, car leur attaque est risquée et d'autre part inciterait les Allemands à occuper ce port, pour l'heure épargné. L'escadre amarrée dans la rade de Mers el-Kébir, en Algérie, paraît davantage à leur portée.

 

L'assaut est donné après que le chef de la flotte française, l'amiral Marcel Gensoul, ait rejeté l'ultimatum du vice-amiral britannique Somerville.

Le mercredi 3 juillet 1940, l'aviation anglaise ouvre le feu à 17h57 heures sur les bâtiments français basés à Mers el-Kebir près d'Oran. Les canons de 380 qui tirent sur les navires français depuis le Hood, un croiseur, font mouche. Le cuirassé « Bretagne » est coulé, les cuirassés « Dunkerque » et « Provence » gravement endommagés.

1.380 marins français trouvent la mort.

 

De Gaulle à la BBC déplore l'épisode mais déclare aussi au sujet des navires bombardés : « Il n'y a pas le moindre doute que, par principe et par nécessité, l'ennemi les aurait un jour employés, soit contre l'Angleterre, soit contre notre propre empire ».

 

 

Lien du jour : http://www.ledrame-merselkebir.fr/

Repost 0
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 23:01

Le dimanche 22 juin 1941, les troupes allemandes pénètrent en Union Soviétique.  Hitler a baptisé l'opération secrète : « Barbarossa », du nom de l'ancien empereur germanique Frédéric 1er Barberousse. Cette guerre non déclarée survient un an jour pour jour après l'armistice franco-allemand.

 

Pourtant alerté par ses services secrets, Staline ne s'attendait pas à ce qu'Hitler rompe le pacte de non-agression signé deux ans plus tôt. Bien qu'ennemi du bolchevisme, le Premier ministre britannique, Winston Churchill, apporte aussitôt son soutien à l'URSS. La Wehrmacht, d'abord victorieuse face à une Armée rouge démoralisée, sera arrêtée par l'hiver avant d'atteindre Moscou.

Considérant les Slaves comme des sous-hommes et le communisme comme leur principal ennemi, les nazis mèneront en URSS une guerre bien plus cruelle qu’à l’ouest. Cette attitude jouera en leur défaveur, stimulant le patriotisme russe au sein de toute la population.

 

Le même jour, Mussolini lance la guerre contre l’URSS

Malgré ses précédentes déroutes militaires, Benito Mussolini prend l’initiative d’envoyer ses troupes combattre en URSS. Il espère enfin jouir de ses propres victoires et ne plus vivre les succès militaires par procuration avec son allié allemand. Mais le résultat de cette intervention s’avère une fois de plus désastreux. Mussolini perd de plus en plus l’estime d’Hitler et de la population italienne.

 

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 23:20

L'épopée napoléonienne s'achève le dimanche 18 juin 1815 à Waterloo, à quelques kilomètres au sud de Bruxelles.

Le retour de Napoléon de l’Ile d’Elbe le 1er mars 1815 et la campagne des Cent-Jours unissant les Alliés contre Napoléon, conduisent à la reprise de l’offensive napoléonienne face à la coalition de la Grande-Bretagne, de la Prusse, de la Russie et de l’Autriche, soutenues par l’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas. C'est la campagne de Belgique qui conduit à la fameuse bataille de Waterloo.

En réalité, les combats n'eurent pas lieu dans la commune de Waterloo mais un peu plus au sud, sur les territoires des communes actuelles de Lasne, Braine-l'Alleud et de Genappe. Cependant, Wellington écrivit la dépêche annonçant la victoire des Coalisés depuis son quartier général situé à Waterloo, fixant ainsi ce nom à la bataille qui fut initialement appelée en France « bataille de Mont Saint-Jean ».

cliquez sur l'image pour agrandir

La campagne de Belgique

Napoléon pénètre en Belgique à la tête de ses troupes, le 15 juin, et traverse la Sambre à Charleroi en vue de se placer entre les deux armées ennemies.

- Contre les Prussiens du feld-maréchal Blücher, il envoie son aile droite commandée par Grouchy.

- Contre les Anglais duc de Wellington, il envoie son aile gauche commandée par le maréchal Ney. Lui-même se tient prêt à porter secours aux uns et aux autres.

Les Prussiens sont battus le 16 juin à Ligny, entre Charleroi et Namur. Ils se retirent en bon ordre. Napoléon ordonne à Grouchy de les poursuivre avec 33.000 hommes et d'empêcher leur jonction avec les Anglais.

Le lendemain, les Anglais se retirent vers le nord et se retranchent solidement sur le plateau du Mont-Saint-Jean, au sud du village de Waterloo.

 

Chronologie de la bataille de Waterloo 

Le sol est détrempé par un violent orage survenu la veille et l'artillerie française se déplace mal. L'attaque doit être différée jusqu'à la fin de la matinée.

Les défenses anglaises se montrent d'une redoutable efficacité et les canons font des ravages dans les rangs français. Décontenancé, Napoléon se résout à reporter son attaque sur le centre.

 

 - 11h30 : Attaque française de diversion menée par la division du Prince Jérôme, frère de Napoléon, contre la ferme d’Hougoumont. On s’y battra farouchement sans que les français ne réussissent à s’emparer d’aucun des bâtiments.

- 12h30 : Préparation de l’artillerie française ; 80 canons sont disposés au centre et centre gauche de la ligne alliée.

- 13h30 : Attaque à l’est de la chaussée, entre la ferme de la Haie-Sainte et la ferme de Papelotte, des 17.000 fantassins du 1er corps français de Drouet d’Erlon. Reçus par des tirs en salves et repoussés par une attaque à la baïonnette des troupes du général Picton, ces hommes sont ensuite chargés par la lourde cavalerie britannique. C’est un carnage et le 1er corps reflue en désordre. Emportés par l’action, les cavaliers remontent le vallon pour s’en prendre à la grande batterie. Débandés, leurs montures fatiguées, ils sont alors contre chargés par les lanciers français qui leur infligent de lourdes pertes.

- 15h00 : La ligne alliée est tenue, Napoléon a déjà perdu la bataille de Waterloo...

- 16h00 : Début des charges de la cavalerie française dirigées contre le centre droit allié. Menée par le maréchal Ney pendant près de deux heures, ces charges successives aligneront jusqu’à 10.000 cavaliers sur un front de moins de 10. 000 mètres. Du côté des alliés, l’infanterie formée en carré résiste. Elle est aidée par ce qui reste de la cavalerie et surtout par l’artillerie postée sur la crête.

- 17h00 : Le IVe Corps de Büllow passe à l’attaque vers Plancenoit où l’on se bat au corps à corps. Napoléon envoie la jeune garde sous le commandement de Duhesme.

- 18h30 : La situation est très critique pour Wellington après la chute de la Haie-Sainte. Le maréchal Ney peut y mettre quelques canons en batterie et prendre la ligne alliée en enfilade. Il demande de l’infanterie à Napoléon pour exploiter ce succès mais celui-ci a déjà épuisé toutes ses réserves, à l’exception de quelques bataillons de la Garde qu’il hésite à engager. Wellington pare au danger. Il serre alors les rangs au centre en affaiblissant son aile gauche. Il sait que Blücher arrive pour l’y relever.

- 19h30 : Napoléon connait la stratégie de Wellington et, après avoir repris Plancenoit, il décide un dernier coup de boutoir pour enfoncer la ligne alliée avant l’arrivée du gros des troupes prussiennes. La Garde impériale remonte le vallon appuyée par tout ce qui reste de valide dans l’armée française. Les grognards, fidèles à la légende, avancent imperturbablement sous la mitraille. Ils vont pourtant ployer sous le nombre car Wellington a appelé toutes ses réserves et repousse la Garde impériale.

- 20h00 : Les prussiens débouchent en masse sur le champ de bataille. Les troupes françaises, voyant reculer la Garde, décrochent en criant à la trahison. On leur avait annoncé Grouchy, c’était Blücher… C’est la débâcle, Wellington lève son bicorne pour donner à ses hommes l’ordre d’avancer.

- 21h00 : Les français refluent en déroute à la seule exception de deux carrés de la garde qui parviennent à protéger la fuite de l’Empereur. Wellington et Blücher se retrouvent et se serrent la main devant la Belle-Alliance : leurs armées ont remporté la victoire. À la nuit tombante, le champ de bataille présente un spectacle d’apocalypse : près de 12.000 tués, des milliers de blessés gémissent ou agonisent, les cadavres de milliers de chevaux jonchent le terrain où les pillards et les détrousseurs sont déjà apparus. Les derniers blessés ne seront secourus que trois jours plus tard !

 

Les troupes britanniques de Wellington et les troupes prussiennes de Blücher remportent une victoire décisive sur l'armée de Napoléon Ier. Cette défaite provoque la chute de l'Empire napoléonien.

Napoléon doit en effet abdiquer quatre jours plus tard à son retour à Paris, le 22 juin.

Louis XVIII, qui avait fui Paris lors du retour de Napoléon de l'île d'Elbe, reprendra le trône.

Napoléon, empereur déchu, est exilé sur l’île de Sainte-Hélène à 7.000 km de la France.

 

Lien du jour : Champ de bataille de Waterloo

Repost 0
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 23:01

Les accords signés à Schengen (Luxembourg) par cinq États Européens (France, RFA, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg), abolissent les contrôles aux frontières communes entre les Etats signataires.

Cette suppression des contrôles intérieurs est accompagnée de la mise en place de règles communes sur l'entrée et le séjour des ressortissants n'appartenant pas à la Communauté européenne.

 

La convention de Schengen complète l’accord et définit les conditions d’application et les garanties de mise en œuvre de cette libre circulation. Signée le 19 juin 1990 par les cinq mêmes États membres, elle n’est entrée en vigueur qu’en 1995.

 

Ce n’est que dix ans plus tard, le 26 mars 1985, que les citoyens européens ont été autorisés à circuler librement dans l’espace Schengen et même à s’installer dans un autre pays.

 

Les accords de Schengen ont été étendus au fil du temps, comme on peut le voir sur la carte.

Quatre États tiers font également partie de l’espace de Schengen. Leur participation au processus de décision est néanmoins limitée. Il s’agit de l’Islande et de la Norvège, de la Suisse et du Liechtenstein.

Repost 0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 23:02

En route pour l'Égypte, la flotte de Napoléon Bonaparte s’empare l'île de Malte, le mardi 12 juin 1798.

Trois siècles plus tôt, l'île avait été confiée par Charles Quint aux « Chevaliers de l'Ordre hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem », dénommés ensuite de « Chevaliers de l'Ordre Rhodes » puis de « Chevaliers de l'Ordre Malte ».

 

La campagne d’Égypte

L'expédition militaire en Égypte menée par le général Bonaparte et ses successeurs de 1798 à 1801, a pour objectif de s'emparer de l'Égypte et de l'Orient, et ainsi bloquer la route des Indes à la Grande-Bretagne.

Le 19 mai 1798 (30 floréal an VI) le corps expéditionnaire français quitte Toulon, mais des navires les accompagnent de Marseille, Gênes, Ajaccio, Civitavecchia.

 

La flotte comprend treize vaisseaux de ligne, six frégates et une corvette, plus deux vaisseaux et sept frégates armés en flûte et vingt-quatre bâtiments légers armés. Environ treize mille marins forment les équipages des bateaux de guerre.

Trois cent-neuf bateaux de transport divers avec trois mille marins sont chargés de troupes.

L'armée embarquée, comprend environ trente-sept mille hommes.

 

La prise de Malte

Le général Bonaparte se présente devant La Valette le 9 juin 1799, en demandant de faire aiguade (remplir les barriques d'eau). Devant le refus du grand maître, Ferdinand von Hompesch zu Bolheim, de laisser entrer dans le port plus de quatre bateaux à la fois, Bonaparte s'empare de Malte (surtout à cause de son importante position dans la Méditerrané).

 

Face aux Français, le grand-maître aurait pourtant les moyens de tenir un long siège. De plus, il peut bénéficier de l'aide du roi de Naples. Sans compter que, les chevaliers en ont vu d'autres en trois siècles de présence sur l'île… Mais le cœur n'y est plus, ils rendent les armes.

 

La capitulation fut signée à bord de l’Orient, le 12 juin, à deux heures du matin.

Article Ier. Les chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem remettront à l’armée française la ville et les forts de la Valette. Ils renoncent, en faveur de la République française, aux droits de souveraineté et de propriété qu’ils ont tant sur cette ville que sur les îles de Malte, du Gozzo et de Cumino.
II. La République emploiera son influence au congrès de Rastadt pour faire avoir au grand maître, sa vie durant, une principauté équivalente à celle qu’il perd, et, en attendant, elle s’engage à lui faire une pension de trois cent mille francs. Il lui sera donné, en outre, la valeur de deux années de ladite pension à titre d’indemnité pour son mobilier. Il conservera, pendant le temps qu’il restera à Malte, les honneurs militaires dont il jouissait.
III. Les chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui sont Français, actuellement à Malte, et dont l’état sera arrêté par le général en chef, pourront rentrer dans leur patrie, et leur résidence à Malte leur sera comptée comme une résidence en France.
La République française emploiera ses bons offices auprès des républiques cisalpine, ligurienne, romaine et helvétique, pour que le présent article soit déclaré commun aux chevaliers de ces différentes nations.
IV. La République française fera une pension de sept cents francs aux chevaliers français actuellement à Malte, leur vie durant. Cette pension sera de mille francs pour les chevaliers sexagénaires et au-dessus.
La République française emploiera ses bons offices auprès des républiques cisalpine, ligurienne, romaine et helvétique, pour qu’elles accordent la même pension aux chevaliers de ces différentes nations.
V. La République française emploiera ses bons offices auprès des autres puissances de l’Europe pour qu’elles conservent aux chevaliers de leur nation l’exercice de leurs droits sur les biens de l’Ordre de Malte situés dans leurs États.
VI. Les chevaliers conserveront les propriétés qu’ils possèdent, dans les îles de Malte et du Gozzo, à titre de propriété particulière.
VII. Les habitants des îles de Malte et du Gozzo continueront à jouir, comme par le passé, du libre exercice de la religion catholique, apostolique et romaine. Ils conserveront les priviléges qu’ils possèdent. Il ne sera mis aucune contribution extraordinaire.
VIII. Tous les actes civils passés sous le gouvernement de l’Ordre seront valables et auront leur exécution.

 

Bonaparte s'installe pour quelques jours à La Valette. Il édicte toutes sortes de dispositions révolutionnaires, et poursuit sa croisière vers l'Égypte en laissant une garnison de 4.000 hommes sur place pour défendre l'île.

Le départ de Malte pour l'Egypte s'effectue le 18 juin.

Le 1er juillet 1798, la flotte est en vue d’Alexandrie.

 

En 1800, les Maltais appelèrent les Anglais à l'aide en raison de plusieurs lois impopulaires promulguées par Bonaparte. Cependant, les Britanniques refusèrent de rendre l'archipel à l'ordre de Malte, et l'annexèrent officiellement à l'Empire britannique en 1814, par le Traité de Paris.

L'indépendance de Malte ne sera reconnue que le 21 septembre 1964 mais conserve la reine Élisabeth II à sa tête.

Repost 0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 23:01

Le lundi 10 juin 1940, à 18h00, Benito Mussolini, en grand uniforme noir de la milice (MVSN), apparaît au balcon de la Piazza Venezia pour annoncer à la foule :

« ...une heure marquée par le destin a sonné dans le ciel de notre Patrie : l'heure des décisions irrévocables. La déclaration de guerre a été  signifiée aux ambassadeurs de Grande-Bretagne et de France... » 

Bien que son armée ne soit pas tout à fait prête à entrer en guerre, Mussolini entend ainsi obtenir sa part de gloire dans la victoire des allemands. Le 19 juin 1940, il lance une offensive en direction de la frontière française. Pour les français qui, au même moment, assistent impuissants au déferlement des armées allemandes sur leur territoire, la déclaration de guerre italienne est perçue comme un coup de poignard dans le dos.

 

Sur le plan militaire, l’offensive italienne est, depuis le départ, vouée à l’échec. Le résultat de la grande attaque qui se déroule du 21 au 24 juin le confirme. Le versant français est occupé sur une profondeur réduite sans atteindre les principaux forts. Seuls quelques bastions avancés sont conquis.

L’armée française a eu le mérite de continuer à se battre avec détermination alors que le reste de la France pliait sous le joug allemand. La résistance victorieuse de l’armée des Alpes constitue l’unique succès français du tragique désastre du printemps 1940.

Du côté italien, la prise de la petite ville côtière de Menton, fortement endommagée par l’artillerie, puis plusieurs fois pillée, est considérée comme une grande victoire.

L’armistice est signé à Rome le 24 juin 1940. Il prévoit que l’armée italienne occupe une bande de terrain allant des Alpes à Menton.

 

 

L'entrée de l'Italie dans la guerre favorisera paradoxalement les Alliés.

En effet, en 1941, Hitler devra différer l'attaque de l'URSS pour secourir Mussolini empêtré dans les Balkans et en Grèce, de sorte que le terrible hiver russe frappera les Allemands avant qu'ils aient le temps de conquérir Moscou.

En 1943, c'est par la Sicile que les Anglo-Saxons entameront la reconquête du continent.

 

Liens : La campagne italienne de juin 1940 dans les Alpes occidentales 

Repost 0
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 23:14

Le vendredi 9 juin 1815, l'Acte final du Congrès de Vienne (qui comporte 121 articles) est signé. Ce document de 300 pages en français (la langue universelle de l'époque) redéfinit les contours de l'Europe après la chute de Napoléon 1er et la défaite des armées françaises.

Entre octobre 1814 et juin 1815, au congrès de Vienne, les puissances européennes victorieuses, redessinent la carte de l'Europe en annulant la plus grande partie des transformations géopolitiques provoquées par les guerres révolutionnaires et napoléoniennes.

Ce congrès consacre ainsi la défaite de la France, dont les frontières sont ramenées à celles de 1792.

A noter que ce congrès se termine le 9 juin 1815, donc sans attendre la défaite définitive de Napoléon 1er à Waterloo (18 juin).

 

Les réarrangements territoriaux sont l'objet de la majorité des articles de l'Acte :

– L’Angleterre agrandit considérablement son empire colonial : Malte en Méditerranée, Heligoland dans la mer Baltique, Le Cap à la pointe de l'Afrique. Elle s'enrichit de quelques îles à épices enlevées aux Hollandais (Tobago, Ceylan, aujourd'hui Sri Lanka) et aux Français (Sainte-Lucie, île de France, aujourd'hui Maurice).

– La Russie s'accroît de la plus grande partie de l'ancien grand-duché de Varsovie, transformé en un « royaume de Pologne » directement inféodé au tsar.

– La Prusse reçoit la Poméranie suédoise, la Saxe du nord et surtout la Westphalie et la plus grande partie de la Rhénanie.

– L'Autriche met la main sur la Lombardie et la Vénétie, la côte adriatique (Illyrie et Dalmatie), le Tyrol et Salzbourg.

– La mosaïque allemande est réduite de 350 États à seulement 39, réunis au sein d'une Confédération germanique sans plus de pouvoir que l'ancien Saint Empire romain germanique.

– La péninsule italienne n'est plus divisée qu'en sept États.

– L'Espagne et le Portugal retrouvent leurs souverains... mais voient leurs empires coloniaux se disloquer peu à peu.

– La Suède enlève la Norvège au Danemark, tout en concédant aux Norvégiens une très large autonomie.

– Création d'un royaume des Pays-Bas (Belgique plus les anciennes Provinces-Unies et le Luxembourg), donné à la maison d'Orange (articles 65 à 73).

– Reconstitution de la Confédération Helvétique (agrandie des cantons de Genève, Neuchâtel, Bâle, Valais), et dont les grandes puissances garantissent la neutralité (articles 74 à 92).

– Le royaume de Piémont-Sardaigne retrouve Nice et la Sardaigne, acquiert Gênes et la Ligurie.

 

La France, quant à elle, reste dans ses frontières de 1792 (ce sera précisé dans le traité de Paris du 20 novembre 1815).

 

À ces tractations territoriales, l'Acte final du Congrès de Vienne ajoute quelques proclamations de principe importantes : libre circulation sur les fleuves internationaux que sont le Rhin et la Meuse, condamnation de la traite des Noirs.

Repost 0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 23:20

Le dimanche 2 juin 1946, les Italiens sont invités à choisir par référendum entre la monarchie et la république. Cette dernière l'emporte avec 12,7 millions de suffrages contre 10,7 millions.

Par la même occasion, ils sont appelés à élire une assemblée constituante.

Prenant les devants, le roi Victor-Emmanuel III, qui s'est discrédité en amenant Mussolini au pouvoir, tente de sauver la couronne en abdiquant au profit de son fils Humbert II le 9 mai 1946. Mais ce geste ne suffit pas à réhabiliter la monarchie et les citoyens se prononcent à 54% pour la République. Celle-ci est officiellement instaurée le 18 juin suivant.

 

L'assemblée constituante qui sort des urnes est dominée par trois partis, qui vont dès lors régenter la vie politique italienne : la Démocratie chrétienne (Democrazia cristiana) dirigée par Alcide De Gasperi (35% des voix) le parti socialiste de Pietro Nenni (20%) et le parti communiste de Palmiro Togliatti (19%). L'Assemblée Constituante élit provisoirement un chef d'Etat, Enrico de Nicola.

 

Le 2 juin est depuis lors fête nationale chômée en Italie.

Repost 0
28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 23:41

À la question « Approuvez-vous le projet de loi Qui AUTORISE la ratification du Traité établissant juin constitution verser l'Europe? », le« non »recueille près de 55% des suffrages exprimés. 

 

Avec 54,87% des voix contre, les Français rejettent Fait Le Projet de Traite Constitutionnel Européen bien mérité Une Campagne Sie Avait divisé TOUS LES Partis politiques. La participation is the same Que versez le précédent référendum sur l'Europe, Celui de Maastricht en 1992: 69,74% d'Électeurs soi are mobilise.

La France Est le 10ème paie un soi prononcer sur le texte, et le Deuxième par référendum après l'Espagne. Mais ce est aussi le premier à dire «non».

 

Ce Traité de juin Constitution Pour l'Est Europe Concu versez REMPLACER TOUS LES Series des précédents.

Verser Pouvoir ENTRER EN VIGUEUR, La Constitution Européenne Doit être Les ratifiée PAR TOUS LES ETATS Membres. À partir de l'automne 2004, PLUSIEURS paie organisent des référendums sur la question, Qui suscitent de VIFs débats. En France et aux Pays-Bas, juin grande majority d'Électeurs votent contre la ratification LORs des référendums des 29 mai et 1er juin 2005. Le 6 juin, le Royaume-Uni de suspendre le Processus de ratification.

L'Union européenne ne Pouvant adoptant Constitution this, les chefs d'État et de Gouvernement européens signent, le 13 décembre 2007, le Traité de Lisbonne. Celui-ci reprend en Grande partie les innovations du projet de 2004.

Le Gouvernement français N'a Pas proposer de nouveau d'art référendum le niveau socioéconomique Citoyens Au motif Québec Nouveau traité CE Ne est pas de Constitution européenne juin. Une révision de la Constitution française, éffectuée par la voie du Congrès le 4 février 2008 au Château de Versailles, la ratification du Traité permis la lui-même par la voie parlementaire le 8 février.

Repost 0
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 23:14

Le dimanche 23 mai 1915, l’Italie déclare la guerre à une puissance à laquelle elle était liée un an plus tôt : l’Autriche-Hongrie.

Ce revirement face à un allié qu’elle n’a d’ailleurs jamais porté dans son cœur est permis par des accords passés un mois plus tôt à Londres avec la Triple-entente.

L'Italie espérait qu'en s'alliant aux forces de la Triple-Entente contre les Empires centraux, elle pourrait obtenir les provinces du Trentin, Trieste et d'autres territoires tels que le Tyrol du Sud, l'Istrie et la Dalmatie.

Initialement membre de la Triple-Alliance (avec l'Autriche-Hongrie et l'Allemagne), l’Italie n’était jusqu’ici pas entrée en guerre : jugeant que ces alliés étaient les agresseurs, elle n’avait aucune obligation envers eux.

 

L'Italie a une forte rivalité avec l'Autriche-Hongrie qui date du congrès de Vienne de 1815, après les guerres napoléoniennes, lorsque nombre de villes italiennes sont cédées à l'Autriche.

Au cours des premières phases du conflit, l'Italie est encouragée par des diplomates alliés à entrer en guerre ce qui la conduit à la signature du pacte de Londres, le 26 avril 1915.

 

Relire aussi :

26 avril 1915 - Traité secret de Londres entre l'Italie et les Alliés

 

 

Repost 0
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 00:09

L’Empereur Constantin convoque le tout premier concile œcuménique, c'est-à-dire s'étendant à l'Église entière, à Nicée (aujourd'hui, İznik, à 130 kilomètres au sud-est d'Istanbul en Turquie), dans le but d’établir l’unité de l’Église en Orient comme en Occident.

 

Alors que le christianisme étend son emprise sur l'empire romain, un prêtre d'Alexandrie nommé Arius qui se met à prêcher une doctrine hétérodoxe.

Les partisans d'Arius professent que Jésus, fils de Dieu, est subordonné à son créateur, de même que le Saint Esprit. Ils le considèrent comme un relais existant de toute origine entre Dieu et l'humanité.

Les opposants expliquent que le Fils est consubstantiel au Père, c'est-à-dire « ayant la même essence ».

 

L'empereur Constantin 1er, récemment converti,  craint un schisme qui mettrait à mal l'unité de l'empire. Pour l'éviter, il convoque le 20 mai 325 un concile œcuménique (ou universel) à Nicée.

Le concile avait pour objectif de résoudre les problèmes qui divisaient alors les Églises d'Orient, problèmes disciplinaires et surtout problème dogmatique comme la nature du Christ ou la fixation de la date de Pâques.

Il est considéré comme le premier concile œcuménique par les Églises chrétiennes.

 

Selon la tradition, le concile de Nicée aurait réuni trois cent dix-huit évêques, venus des quatre coins de la toute jeune chrétienté. Le pape saint Sylvestre, trop âgé pour faire le voyage, était représenté par son légat Osius de Cordoue, conseiller théologique de l'empereur.

 

 

Les décisions importantes du concile

Au terme de plusieurs mois de discussions, l’arianisme sera condamné. En effet, le Fils de Dieu sera considéré comme « consubstantiel » – autrement dit de nature semblable – au Père.

Ainsi, les évêques adopteront le Symbole de Nicée, profession de foi chrétienne, et définiront la date précise du jour de Pâques (le premier dimanche après la pleine lune de printemps, c’est-à-dire celle qui suit le 21 mars).

 

Une confession de foi est adoptée au concile de Nicée :

« Nous croyons en un seul Dieu, Père tout-puissant, Créateur de toutes choses visibles et invisibles ; et en un seul Seigneur Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, engendré du Père, c’est-à-dire, de la substance du Père. Dieu de Dieu, lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu ; engendré et non fait, consubstantiel au Père ; par qui toutes choses ont été faites au ciel et en la terre. Qui, pour nous autres hommes et pour notre salut, est descendu des cieux, s’est incarné et s’est fait homme ; a souffert et est mort crucifié sur une croix, est ressuscité le troisième jour, est monté aux cieux, et viendra juger les vivants et les morts. Nous croyons aussi au Saint-Esprit. »

Repost 0
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 23:01

Le mardi 17 mai 1814, à Eidsvoll, en Norvège, une Assemblée de notables vote une Constitution, proclame l'indépendance du payset donne la couronne à l'ancien vice-roi danois, le prince Christian-Frédéric.

 

Après plus de 400 ans de domination danoise, les représentants du peuple donnent à la Norvège sa première Constitution, toujours en vigueur aujourd'hui. Ce texte fondateur fait de la Norvège une monarchie parlementaire héréditaire et fixe les principes de la souveraineté du peuple et de l'équilibre des pouvoirs.

Mais, la Norvège, détachée du royaume du Danemark, doit accepter une nouvelle union avec la Suède. La Norvège acquerra sa totale indépendance en 1905.

 

Les Norvégiens ont fait de ce jour leur fête nationale.

Repost 0

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire