Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 00:05

Le vendredi 25 janvier 1924 débutent à Chamonix les premiers Jeux Olympiques d'hiver.

Elle survient 28 ans après la naissance des premières Olympiades modernes à Athènes, à l'initiative du baron Pierre de Coubertin.

 

Cette initiative consacre la vogue des sports d'hiver.

L’idée d’organiser des Jeux Olympiques d’Hiver est venue de deux représentants Français du Comité International Olympique (CIO): le Comte Clary et le Marquis de Polignac. Ils soumettent l’idée d’organiser des Jeux d’Hiver au CIO en 1921.

Les premiers Jeux Olympiques d’Hiver ont donc lieu en 1924, sous l’égide de l’organisateur des Jeux Olympiques d’été de la même année, à savoir la France et plus particulièrement Paris.

Le Comité Olympique Français désigne Chamonix Mont-Blanc comme ville hôte des premiers JO d’Hiver le 20 février 1923.

http://www.memosport.fr/wp-content/uploads/2010/02/JO-1924-Chamonix-Mont-Blanc.jpg 

La compétition a lieu du 25 janvier au 5 février 1924 :

16 pays sont représentés et 258 sportifs (dont 13 femmes) participent à cette nouvelle compétition.

L'Américain Charles Jewtraw, médaille d'or au patinage de vitesse (500 m) fut le tout premier champion olympique d'hiver. La remise officielle des médailles d’est déroulée le 5 février, lors de la cérémonie de clôture.

Outre le combiné nordique et le patinage artistique, on retrouve également le hockey sur glace, le curling et le bobsleigh.

Depuis, d'autres épreuves sont ajoutées et certaines d'entre elles, telles que la luge, le patinage de vitesse sur piste courte et le ski acrobatique…

 

La Seconde Guerre mondiale interrompt la célébration des JO d'hiver. Les Jeux de 1940 sont attribués à Sapporo au Japon mais la décision est annulée en 1938 à cause de l'invasion japonaise de la Chine. Ils sont transférés à Garmisch-Partenkirchen (organisateur en 1936) et c’est cette fois l'invasion allemande de la Pologne en 1939 qui force l'annulation des Jeux de 1940. En raison de la guerre, les Jeux de 1944, initialement prévus à Cortina d'Ampezzo en Italie, sont également annulés.

 

Voir aussi :

25 mars 1896 - Ouverture des premiers Jeux Olympiques modernes

24 avril 1920 - Apparition du drapeau et du serment olympique


Repost 0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 00:01

La France a expérimenté sans succès sept régimes politiques en 80 ans.

La Troisième République (4 septembre 1870 - 10 juillet 1940) est le premier régime français à s’imposer dans la durée depuis 1789.

Le premier président est Adolphe Thiers, élu « chef du pouvoir exécutif de la République française » le 17 février 1871.

Par la suite, 4 des 14 présidents de la IIIe République ont été élus un 17 janvier.

 

17 janvier 1895 : Félix Faure président de la République

Le jeudi 17 janvier 1895, suite à la démission de Jean Casimir-Périer, les parlementaires élisent à la présidence de la République Félix Faure (54 ans).

Élu par une coalition de modérés et de monarchistes, celui que l'on surnommera le « Président Soleil », du fait de son amour du faste, restera dans l'Histoire en raison de sa mort heureuse !

On retient aussi de lui qu'il ébaucha une alliance avec la Russie en recevant le tsar Nicolas II, qu'il s'opposa à la révision du procès de Dreyfus et que son gouvernement dut céder aux Anglais le Soudan après le bras de fer de Fachoda.

Le 18 février 1899, à la suite du décès de Félix Faure, Emile Loubet est élu président de la République au premier tour par les radicaux et les partisans de la révision de l'affaire Dreyfus.

17 janvier 1906 : Armand Fallières président de la République

Armand Fallières (65 ans) est élu président de la République française le mercredi 17 janvier 1906 comme candidat des gauches.

Il forme un nouveau gouvernement le 13 mars 1906 avec le transparent Ferdinand Sarrien à la présidence du Conseil, l'énergique Georges Clemenceau à l'Intérieur et le diplomate Aristide Briand à l'Instruction publique et aux Cultes. Il apaise la bataille des inventaires. Au même moment, le 12 juillet 1906, la Cour de cassation annule la condamnation d'Alfred Dreyfus.

Le 18 octobre 1906, Georges Clemenceau prend la présidence d'un nouveau gouvernement avec pour la première fois la création d'un ministère du Travail dont le premier titulaire est René Viviani. Ce gouvernement qui durera jusqu'au 20 juillet 1909 (un exploit sous la IIIe République !) aura à gérer la crise viticole.

17 janvier 1913 : Raymond Poincaré président de la République

Le vendredi 17 janvier 1913, les parlementaires élisent à la présidence de la République Raymond Poincaré, précédemment président du Conseil (chef du gouvernement).

Toujours soucieux de préparer la « revanche » ou du moins de mettre la France en situation de résister à une agression allemande, Poincaré fait voter en juillet 1913 une loi sur le service militaire de 3 ans pour tous (curés compris !). Mais il est désavoué par les électeurs qui amènent à la Chambre une majorité radicale et de gauche. Il se sépare donc de son président du Conseil et ami Louis Barthou et appelle à la tête du gouvernement René Viviani, un leader socialiste et anticlérical mais partisan de la loi de trois ans. Pour apaiser l'électorat populaire de gauche, qui ne veut pas de cette loi, il fait voter une loi sur l'impôt progressif sur le revenu.

Raymond Poincaré président de la République

Après l'attentat de Sarajevo, Raymond Poincaré, soucieux de préserver à tout prix l'alliance franco-russe, donne au tsar l'assurance de « seconder entièrement, dans l'intérêt de la paix générale, l'action du gouvernement impérial ». Le 1er août 1914, le président lance une formule qui se veut rassurante : « la mobilisation n'est pas la guerre » et le 4 août, une fois les hostilités engagées, plaide pour l'« Union sacrée ». La formule fait florès mais lui-même a du mal à galvaniser les énergies !

Il finit en 1917 par appeler au gouvernement son adversaire politique, Georges Clemenceau.

 

17 janvier 1920 : Paul Deschanel président de la République

Le samedi 17 janvier 1920, les parlementaires français se montrent avant tout soucieux de barrer la route de l'Élysée à Georges Clemenceau (79 ans) à qui ils reprochent moins son âge que sa supposée modération à l'égard de l'Allemagne lors des négociations du traité de Versailles !...

Ils élisent donc à la présidence de la République son concurrent Paul Deschanel (66 ans).

Surmené, celui-ci montre des signes de fatigue. Sous l'emprise de médicaments ou d'une crise de somnambulisme, il descend d'un train en marche, en pleine nuit et en pyjama ! La garde-barrière à laquelle il s'adresse voit de suite qu'il s'agit de quelqu'un d'important car il a les pieds propres !

Contraint de démissionner au bout de neuf mois, Paul Deschanel recouvre la santé après un séjour en maison de repos et poursuit une carrière de sénateur...

 

Voir aussi : 4 septembre 1870 - Naissance de la IIIème République

 

Repost 0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 00:03

François Maurice Adrien Marie Mitterrand est né le 26 octobre 1916 à Jarnac (Charente) et mort le 8 janvier 1996 à Paris.

50 ans après son élection de député, « l’homme de gauche » s’éteint.

 

Voyons ce qu’était ce premier mandat de « l’homme de gauche » avec des informations que l’on ne nous donne pas spontanément quand on parle de « l’homme de gauche ».

 

Mitterrand député de la Nièvre

En 1946, l’industriel Schueller (collaborateur du régime de Vichy) veut concrétiser ses rêves de pouvoir. Il finance des jeunes espoirs qu’il lance à l’assaut des circonscriptions.

Pour la 3e circonscription de la Nièvre, Mitterrand sera son candidat.

 

Voici sa profession de foi :

« Réforme de la sécurité sociale écrasée par la bureaucratie » ;

« Non au déficit et à l’inflation » ;

« Non à la gabegie administrative » ;

« Suppression des emplois inutiles » ;

« Non aux nationalisations » ;

« La lutte contre l'Etat-trust qui se substitue partout à l'initiative privée » ;

« Encourager la production par la suppression des réglementations qui briment la liberté de l'agriculture et du commerce » ;

« Combattre le PC qui prépare la bolchévisation de la France » ;

« S’opposer à la dictature communiste, à la faiblesse socialiste ».

 

Sa campagne est courte ; très anticommuniste, avec le soutien du PRL (Parti Républicain de la Liberté) et le parrainage de l'ensemble des formations de droite.

Le 10 novembre 1946, François Mitterrand devient député de la Nièvre.

 

Dans les rangs du PRL on trouvait, un certain nombre d'anciens collabos condamnés par les tribunaux de la Libération et frappés d'inéligibilité. Et c'est sans doute pourquoi le PRL demandait « l'amnistie des épurés au nom d'une unité nationale soudée par le péril communiste ».

 

Trente-cinq ans après, il devenait président de la République et appliquait un programme contredisant mot pour mot sa profession de foi de 1946.

 

Une surprise ?

Il a fallut attendre l’automne 1994, et la photographie de couverture du livre de Pierre Péan « Une jeunesse française. François Mitterrand, 1934-1947 » qui montre l'homme politique face au maréchal Pétain pour que le passé ressurgisse.

 

Retournons plus loin dans l’histoire :

 

Mitterrand avant la seconde guerre mondiale

À partir de novembre 1934, François Mitterrand milite aux Volontaires nationaux, mouvement de jeunesse de la droite nationaliste des Croix-de-feu du Colonel de La Rocque.

Il participe aux manifestations contre « l'invasion métèque » en février 1935 puis à celles contre le professeur de droit Gaston Jèze, après la nomination de ce dernier comme conseiller juridique du Négus d'Éthiopie, en janvier 1936.

http://www.nationspresse.info/wp-content/uploads/2009/11/Mitterrand1.JPG

 

Mitterrand pendant la seconde guerre mondiale

Le 14 juin 1940, François Mitterrand, qui sert dans l'armée française, est blessé et capturé.

Il finit par réussir à s'évader le 10 décembre 1941 et retourne en France.

Dans les premiers mois de l'année 1942, François Mitterrand éprouve de l'admiration pour le maréchal Pétain et collabore à une revue de Vichy : « France, revue de l'État nouveau ».

Dans une lettre du 22 avril 1942, il avoue encore n'être pas particulièrement inquiet du retour aux affaires, intervenu quelques jours auparavant, de Pierre Laval.

Le vendredi 19 juin 1942, François Mitterrand arrive à Vichy au service de presse du commissariat général au prisonnier.

Le 15 octobre 1942, François Mitterrand est reçu par le Maréchal Pétain.

En avril 1943, Le Maréchal Pétain remet la francisque à François Mitterrand pour « récompenser les services rendus à l'État français ».

Mitterrand-Petain francisque

 

Lire aussi :

19 juin 1942 - Mitterrand à Vichy

La Francisque

7 mars 1956 - Le procès de Mitterrand dans « l'affaire des fuites »​

Repost 0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 00:01

À la mort de son père Clotaire II, le 4 janvier 629, Dagobert, qui, jusque-là, régnait sur l'Austrasie, se fait reconnaître roi de Neustrie par les évêques et les leudes (les hommes qui entourent le souverain). Son frère cadet Charibert (ou Caribert) obtient en compensation le gouvernement de l'Aquitaine. Deux ans plus tard, sa mort permet à Dagobert de reconstituer temporairement l'unité du Regnum Francorum de son ancêtre Clovis.

Dagobert 1er

Le roi, à Paris, s'entoure d'une cour relativement fastueuse et de conseillers émérites, comme son trésorier Didier et le « bon saint Éloi » de la chanson, son argentier, qui ne manque pas de lui reprocher sa débauche.

Il soumet les Gascons et le chef breton Judicaël, signe même un traité d'amitié avec l'empereur byzantin Héraclius. Mais en 634, cédant à la pression des nobles d'Austrasie, il a la faiblesse de leur donner un roi en la personne de son fils de 3 ans, Sigebert III...


Repost 0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 00:01

La loi salique écarte toute femme du trône qui devient exclusivement masculin.

Le troisième fils de Philippe le Bel, en profite et monte sur le trône sous le nom de Charles IV le Bel, à la mort de son frère Philippe V le Long, le 3 janvier 1322.

Sa femme Blanche de Bourgogne étant emprisonnée pour cause d'adultère, il est sacré seul à Reims le 11 février suivant. Il divorce enfin et se remarie avec Marie de Luxembourg puis avec Jeanne d'Évreux, qui lui donnera trois filles.

 

Sa mort prématurée clôt la lignée des Capétiens directs, issus d'Hugues Capet en droite ligne, de père en fils, pendant trois siècles.

 

La noblesse de France, dépourvue d'héritier mâle en ligne directe à la mort de Charles IV, confiera le trône au représentant de la branche cadette des Valois.

Philippe VI, premier roi de cette dynastie, sera contesté par le roi d'Angleterre et celui de Navarre qui revendiquaient leurs droits. Le conflit donnera naissance à la guerre de Cent ans.

 

Loi salique

A l'origine, le terme de loi salique désigne la loi des francs saliens, le peuple de Clovis. Entre autres choses, la loi des francs prévoit les dispositions d'héritage des propriétés foncières :

Exclusion des femmes de la succession.

Partage du domaine foncier à parts égales entre les fils du défunt.

 

Voir aussi :

3 janvier 1322 - Mort de Philippe V

7 octobre 1337 - Début de la guerre de Cent Ans

Repost 0
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 00:02

Voici pour une fois, une date très facile à retenir dans l'histoire de France !

Le pape Léon III sacre Charlemagne « Empereur des Romains » dans la basilique Saint-Pierre de Rome selon le rite byzantin. A 53 ans le roi des Francs et des Lombards devient empereur d'Occident sur un empire qui s'étend de la mer du nord à l'Italie et de l'Atlantique aux Carpates.

 

La cérémonie se déroule dans la basilique Saint-Pierre, en présence d'une nombreuse délégation de Francs.

25 décembre 800 Sacre de Charlemagne

Repost 0
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 00:10

 

Le roi de France, Louis XI, et l'empereur d’Autriche, Maximilien Ier de Habsbourg, signent le traité d'Arras.

Ce traité stipule que les duchés de Bourgogne et de Picardie reviennent à Louis XI et prévoit l'union du dauphin Charles VIII avec la fille de Maximilien de Habsbourg, Marguerite d'Autriche.

Par cette union, l'Autriche apportera en dot la Franche-Comté et l'Artois.

carte france 1482

Repost 0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 00:01

Appelé à la présidence du Conseil au mois de Juin, De Gaulle a préparé la constitution de la Cinquième République selon les principes qu’il avait annoncés dans le discours de Bayeux. Lors des premières élections présidentielles, il est élu avec un score de 78,5% par un comité de 80.000 grands électeurs.

http://www.gaullisme.fr/wp-content/uploads/2011/02/bhvs1x02_thumb.jpg

Mais très vite, prenant conscience du rôle central du président de la République dans les institutions, la classe politique de l'époque réalise que le président ne peut avoir pleinement de légitimité qu'en étant élu directement par le peuple.

Un référendum a donc été organisé en octobre 1962 pour modifier la constitution et introduire le principe de l'élection au suffrage universel direct.

La première élection présidentielle au suffrage universel direct a eu lieu le 19 décembre 1965.

 

Voir aussi : 19 décembre 1965 - De Gaulle premier président élu au suffrage universel

Repost 0
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 00:04

A la suite de la promulgation, le 4 novembre 1848, de la constitution de la IIe République, Charles Louis Napoléon Bonaparte, dit Louis-Napoléon Bonaparte est candidat à l'élection présidentielle, et est élu pour quatre ans au suffrage universel, le 10 décembre 1848, avec près de 75% des voix.

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSn82E_yWhhy4UiJhqbtd9JAXJGXwCR-6Q02K_bmJyR-aezq1xSuPWNw7EX 

Le mercredi 20 décembre 1848, il prête serment devant la tribune :

« En présence de Dieu et devant le peuple français représenté par l'Assemblée nationale, je jure de rester fidèle à la République démocratique une et indivisible et de remplir tous les devoirs que m'impose la Constitution. »

Peu après son discours le « prince-président » s'établira dans sa nouvelle résidence du palais de l'Elysée.

 

Le 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte organisera un Coup d'Etat qui lui permettra de se faire sacrer empereur sous le titre de Napoléon III le 2 décembre 1852.

 

 

Louis-Napoléon Bonaparte (20 avril 1808 - 9 janvier 1873) est le neveu de Napoléon Ier.

Il est le premier président de la République française puis le deuxième empereur* des Français en 1852 sous le nom de Napoléon III.

Louis-Napoléon Bonaparte est donc à la fois le premier président de la France et son dernier monarque à régner sur ce pays !

 

Voir aussi :

2 décembre chez les Bonaparte

9 janvier 1873 : Mort de Napoléon III

 

* Napoléon II n’a jamais réellement régné :

Napoléon François Charles Joseph Bonaparte ou Napoléon II dit l'Aiglon était le fils de Napoléon 1er. Il n’a « régné » que du 4 au 6 avril 1814 et du 22 juin au 7 juillet 1815.

Le 4 avril 1814, Napoléon 1er rédige un acte d'abdication réservant les droits de son fils. Le 6 avril 1814, Napoléon doit finalement renoncer à la couronne pour lui et sa descendance.

À la fin des Cent-Jours, l'abdication faite au palais de l'Élysée le 22 juin 1815 indique : « Ma vie politique est terminée, et je proclame mon fils, sous le titre de Napoléon II, empereur des Français. » Mais Napoléon II vit alors à Vienne aux mains de l'« ennemi »... Une commission de gouvernement se met en place et le désigne, dans tous ses documents, comme l'empereur, avant de se dissoudre le 7 juillet 1815. Louis XVIII entre à Paris le 8 juillet 1815 pour y régner à nouveau.

Repost 0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 00:02

Le 18 décembre 1994, Jean-Marie Chauvet, Éliette Brunel et Christian Hillaire découvrent par hasard une grotte préhistorique sur le cirque d’Estre en Ardèche. La grotte est ornée de peintures du paléolithique et jonchée d’ossements animaliers.

Ces peintures de l'homme de Cro-Magnon sont les plus anciennes que l'on connaisse à ce jour. D'après la datation au carbone 14, elles remontent à 36.000 ans et sont donc près de deux fois plus vieilles que celles de Lascaux !

http://1.bp.blogspot.com/-BdqpLm3YQEs/TklyobobWFI/AAAAAAAACGI/2QKltKTmDTs/s1600/projet_eco_photo09.jpg

Jean Clottes, de l'Institut de France, a étudié de fond en comble les figures animales de la grotte. 430 animaux sont représentés, presque autant qu'à Lascaux, répartis entre 14 espèces, y compris le hibou et l'aigle. Notons que les deux tiers des animaux sont des espèces que ne chassaient pas les hommes préhistoriques : mammouths, rhinocéros laineux, félins et ours des cavernes.

 

Après avoir été authentifiée et visitée par le Ministre de la culture, elle est fermée au public et équipée de systèmes permettant sa préservation. Une exposition permanente lui est consacrée dans le village voisin, Vallon-Pont-d’Arc.

 

Lien du jour : Site officiel de la Grotte Chauvet-Pont d’Arc

Repost 0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 00:01

Le 15 décembre 1941, 75 otages juifs et communistes sont fusillés au mont Valérien.

Parmi les victimes figure Gabriel Péri, 39 ans, ancien journaliste au quotidien du parti communiste, « L'Humanité ».

 

Le mont Valérien est une colline culminant à 162 mètres, située en Hauts-de-Seine sur les communes de Suresnes, Nanterre et Rueil-Malmaison, quelques kilomètres à l'ouest de Paris. Sa partie supérieure est occupée par la forteresse du Mont-Valérien, construite à partir de 1841.

carte Mont-Valérien

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le Mont-Valérien est utilisé par les Allemands comme lieu d'exécution de résistants et d'otages. Les condamnés sont fusillés dans la clairière située en contrebas. Entre 1940 et 1944, un millier d’otages et prisonniers ont été exécutés au Mont Valérien.

 

Adossé au rempart sud de la forteresse, le Mémorial de la France combattante, inauguré le 18 juin 1960 par le général de Gaulle, fut érigé en l'honneur de tous les morts de la Seconde Guerre mondiale.

Mémorial de la France combattante Mont-Valérien

Liens du jour :

Le site du Mont-Valérien

Chemin de la mémoire - Le Mont-Valérien

Repost 0
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 00:06

Vers 16 heures, l'anarchiste français Auguste Vaillant lance, depuis la tribune de la Chambre, une bombe chargée de clous sur les députés.

http://www.19e.org/documents/troisiemerepublique/anarchistesattentats3A.jpg 

Plus de peur que de mal

Une illumination éclaire la salle qui est envahit ensuite par la fumée. C'est aussi une grêle de projectiles qui s'abat sur les députés et les spectateurs assistant aux délibérations.

 

L'attentat dans l'hémicycle ne fait aucun mort.

 

De la tribune, le président Charles Dupuy lance dans le brouhaha ambiant : « Messieurs, la séance continue ! »

Un peu plus tard, il ajoute : « Il est de la dignité de la Chambre et de la République que de pareils attentats, d'où qu'ils viennent et dont, d'ailleurs, nous ne connaissons pas la cause, ne troublent pas les législateurs ».

Le Président, en maintenant la séance, fait preuve de sang-froid, de même que les parlementaires qui ne cèdent pas à la panique, certains d'entre-eux prêtant leur concours aux médecins arrivant sur les lieux.

 

Auguste Vaillant, âgé de 33 ans qui a lancé la bombe, est arrêté.

Lors de son procès, il énoncera clairement que son objectif n'était pas de tuer mais de blesser un grand nombre de députés. Il expliquera son geste par sa volonté de venger la mort de Ravachol, un anarchiste exécuté après avoir commis 4 attentats.

Condamné à mort, il est exécuté le 5 février 1894.

De sa mort naîtront une chanson, La Complainte de Vaillant, mais aussi une série de lois répressives – les « lois scélérates » – à l'initiative du parlementaire Jean Casimir-Perier... et une nouvelle vague d'attentats !

 

L'attentat manqué de la Chambre est une illustration spectaculaire de la violence anarchiste qui frappe l'Occident dans la dernière décennie du XIXe siècle... comme le terrorisme rouge dans les années 1970.

 

Les lois scélérates

La conséquence directe des actes anarchistes fut l'adoption des « Lois scélérates » :

La première, votée le 12 décembre 1893, concerne la sécurité générale. Elle prévoit la création de nouveaux délits, dont l'apologie de faits ou apologie de crime. Cette loi permet aux autorités d'ordonner des arrestations et des saisies préventives.

La seconde, datée du 18 décembre 1893, concerne les associations de malfaiteurs. Elle a pour objectif d'autoriser toute poursuite contre des groupes accusés de préparer des attentats.

La troisième, adoptée le 28 juillet 1894, concerne la liberté de la presse. Elle interdit toute propagande aux anarchistes et se traduit par l'interdiction de leurs journaux.

 

Les lois scélérates ont été abrogées que le 23 décembre 1992.


Repost 0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 00:01

2 décembre 1804 : Sacre de Napoléon 1er

Le 2 décembre 1804, Napoléon Bonaparte est sacré empereur des Français dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, en présence du pape Pie VI.

Comme convenu avec le malheureux pape, Napoléon 1er se couronne lui-même, debout, face à l'assistance, selon un rite carolingien, puis il couronne l'impératrice.

Adolphe Thiers répandra plus tard la légende selon laquelle Napoléon, refusant d'être couronné par le pape, aurait saisi la couronne par surprise et l'aurait lui-même posée sur sa tête...

 

2 décembre 1805 : Victoire d'Austerlitz

Un an jour pour jour après son avènement sur le trône de France, Napoléon remporte une bataille décisive lors de la campagne de Prusse près du village d'Austerlitz.

Feignant un repli, il parvient à tromper les troupes de François II d'Autriche et d'Alexandre Ier, Tsar de toutes les Russies. Les forces austro-russes composées de 90.000 hommes, perdent 30 000 soldats.

La France quant à elle ne dénombre que 7.000 pertes sur 73.000 hommes. Avec la paix de Presbourg signée entre les trois empereurs (France, Autriche et Russie), la France se verra céder la Vénétie et la Bavière par François II.

http://ancrehistoire.fr/napoleon/sacre.jpeg%20

 

2 décembre 1851 : Coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte

En 1851, le neveu de Napoléon le Grand choisit le 2 décembre, anniversaire du sacre de son oncle et de la bataille d'Austerlitz, pour conduire le coup d'État qui lui permettra de passer du statut de prince-président à celui d'Empereur des Français.

Charles Louis Napoléon Bonaparte, dit Louis-Napoléon Bonaparte, Président de la République française depuis trois ans, conserve le pouvoir à quelques mois de la fin de son mandat, alors que la Constitution de la Deuxième République lui interdisait de se représenter.

 

2 décembre 1852 : Louis-Napoléon devient Napoléon III

Avec l'approbation du suffrage universel, Louis-Napoléon Bonaparte est couronné empereur des Français sous le nom de Napoléon III (le deuxième du nom étant supposé être le fils unique de Napoléon 1er, mort en pleine jeunesse à Vienne).

http://s1.e-monsite.com/2010/07/17/05/Napoleon-III-bis.jpg

Repost 0
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 00:01

29 novembre 1226 : Sacre de Louis IX

Louis IX est sacré roi en la cathédrale de Reims, par Mgr Bazoches.

 

29 novembre 1314 : décès de Philippe IV le Bel

Le roi Philippe IV le Bel meurt au Château de Fontainebleau. Son fils Louis X devient roi.

 

29 novembre 1516 : Signature de la « paix perpétuelle » entre la Suisse et la France

Au lendemain de la défaite de Marignan (13 septembre 1515), les Suisses abandonnent tout projet de conquête étrangère.

Ils signent alors une paix perpétuelle avec la France qui leur attribue le Tessin et des indemnités en échange de mercenaires suisses.

 

29 novembre 1943 : Création des FFI

Le lundi 29 novembre 1943, sont créées les Forces Françaises de l'Intérieur.

Elles regroupent les différents groupes de résistance à l'occupant nazi en vue du futur combat aux côté des Alliés qui préparent leur débarquement en Normandie.

http://jcn54.unblog.fr/files/2010/11/ffi.jpg

 

29 novembre 1962 : Naissance du concorde

La France (De Gaulle) et le Royaume-Uni (Macmillan) décident de développer ensemble un avion supersonique commercial (entrée en service prévue en 1970), le « Super-Caravelle » qui deviendra le Concorde.

 

Repost 0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 00:05

Conformément aux accords du traité de Fontainebleau (22 août 1612), le jeune roi de France Louis XIII épouse la fille du roi d'Espagne, Anne d'Autriche.

http://idata.over-blog.com/2/70/65/85//Articles/Mariage-de-Louis-XIII-et-anne-d-autriche.jpg  

La mère du roi est la régente Marie de Médicis, veuve d'Henri IV. Elle a voulu marier son fils avec la fille du très catholique roi d'Espagne, Philippe III de Habsbourg, dans le dessein de reprendre la lutte contre les huguenots.

La messe est célébrée dans la cathédrale Saint-André à Bordeaux alors que les deux époux ont à peine 14 ans.

23 ans plus tard, la reine donnera naissance au premier héritier de Louis XIII, Louis XIV.

 

Voir aussi :

27 septembre 1601 - Naissance de Louis XIII

14 mai 1610 - Henri IV est assassiné par Ravaillac

 

Repost 0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 00:01

27 novembre 2011 : 1500e anniversaire de la mort de Clovis

Le roi des Francs s'éteint à Paris à l'âge approximatif de 46 ans. Peu avant sa mort il avait partagé son empire entre ses quatre fils. Reims revient au plus puissant d'entre eux, Thierry Ier. Orléans à Clodomir, Paris à Childebert Ier et enfin Soissons à Clotaire Ier. Clovis sera inhumé dans la basilique des Saint-Apôtres à Paris.

http://www.france-pittoresque.com/IMG/gif/clovis-Ier.gif

Extension du royaume franc sous Clovis.

http://i56.tinypic.com/20p5v8j.gif

Le roi conquiert l'ancienne Gaule romaine.

La Burgondie, elle, deviendra franque sous le règne de ses fils

Durant deux siècles et demi, la dynastie des mérovingiens règnera sur les vestiges du royaume de Clovis avant de faire place aux Carolingiens.

 

Charles de Gaulle a dit :

« Pour moi, l'histoire de France commence avec Clovis, choisi comme roi de France par la tribu des Francs, qui donnèrent leur nom à la France. Avant Clovis, nous avons la préhistoire gallo-romaine et gauloise. L'élément décisif pour moi, c'est que Clovis fut le premier roi à être baptisé chrétien. Mon pays est un pays chrétien et je commence à compter l'histoire de France à partir de l'accession d'un roi chrétien qui porte le nom des Francs ».

 

Voir aussi :

1 mars 487 - Vengeance de Clovis à Soissons

Repost 0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 00:01

Le 24 novembre 1793, à Paris, la Convention publie le calendrier républicain, ou calendrier révolutionnaire français, aussi appelé « calendrier des Français ».

 

Rompre avec le passé

Les députés menacent de la guillotine quiconque s'exprimerait selon l'ancien calendrier, hérité de Jules César et modifié par le pape Grégoire XIII.

Ils veulent de cette façon déraciner les rites chrétiens, en particulier le repos dominical et les fêtes religieuses.

 

Création

Le calendrier républicain est l'œuvre du poète François Fabre d'Églantine, qui s'est rendu célèbre en composant l'immortel « tube » : « Il pleut, il pleut, bergère... » !

Chaque jour de l'année a un nom propre, les noms des saints du calendrier grégorien ayant été remplacés par des noms de fruits, de légumes, d'animaux, d'instruments, etc.

Les semaines sont portées à dix jours (Primidi, Duodi, Tridi, Quartidi, Quintidi, Sextidi, Septidi, Octidi, Nonidi, Décadi) et prennent le nom de décades.

Quant aux mois, ils ont des terminaisons semblables pour chaque saison :

- aire pour l'automne
- ôse pour l'hiver
- al pour le printemps
- or pour l'été

Ils ont chacun 30 jours et reçoivent des noms évocateurs des saisons : vendémiaire, brumaire, frimaire, nivôse, pluviôse, ventôse, germinal, floréal, prairial, messidor, thermidor, fructidor. Ils sont complétés par cinq ou six jours consacrés à des fêtes patriotiques, les « sanculottides ».

Le calendrier a produit des années « sextiles », les années 3, 7, et 11 par ajout d’un jour à la fin de l’année, donc un sixième jour complémentaire.

Ce jour s’appelait le « jour de la Révolution », qui marquait la fin d’une « franciade » et qu’on célébrait comme une fête nationale.

 

Napoléon Ier l’abolira le 9 septembre 1805.
Le calendrier grégorien reprendra donc le 1er janvier 1806.

 

 

Repost 0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 00:01

Le Breton Nominoë, comte de Vannes et gouverneur de Bretagne, bat les troupes du roi Carolingien Charles le Chauve à Ballon près de Redon. Pour le roi cette défaite marque l'échec de la conquête de la Bretagne. Celle-ci deviendra bientôt indépendante du royaume et le restera pendant près de 7 siècles.

Charlemagne a le plus grand mal à soumettre les Bretons malgré la victoire du comte Wido sur les chefs locaux en 799. Son fils Louis le Pieux confère au chef breton Nominoë le titre de duc dans l'espoir de se l'attacher. Mais Nominoë ne tarde pas à se soulever contre les Francs.

 

Charles le Chauve, fils de Louis le Pieux, à qui le traité de Verdun (843) avait reconnu la possession de la Gaule, veut en finir avec Nominoë et s'avance jusqu'au delà de la Vilaine avec une forte armée. La rencontre a lieu le 22 novembre 845 à Ballon, près de Bains-sur-Oust.

 

La bataille

Nominoë attire le Roi au confluent marécageux de l'Oust et de l'Aff, non loin de l'abbaye de Ballon. Il s'agit d'un véritable chausse-trape, où les Bretons exploitent leur connaissance des marécages pour vaincre les Francs. Charles le Chauve est battu par Nominoë.

 

L’année suivante, Charles le Chauve désire prendre sa revanche : nouvelle victoire de Nominoë. Charles le Chauve reconnaît alors l'indépendance de la Bretagne. Nominoë est couronné roi de Bretagne à Dol, en 848.

Par sa politique et ses victoires, Nominoë donna à la Bretagne son unité géographique, des institutions durables et une indépendance qui allait perdurer, avec des hauts et des bas, jusqu'en 1532.

http://kounbreizh.free.fr/images/nominoe.a3.jpg

Statue érigée en l'honneur du roi Nominoë à BAINS-sur-OUST.

 

Lien du jour : Histoire de la Bretagne

Repost 0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 00:02

Le 16 novembre 1700, Louis XIV prend la décision que toute l'Europe attend. Il entérine le testament du roi d'Espagne Charles II de Habsbourg, mort le 1er novembre sans héritier.

Charles II d'Espagne fut le dernier roi ayant appartenu à la maison de Habsbourg.
Atteint du syndrome de Klinefelter (trisomie sexuelle XXY, ce n’est qu’en 1959 que l'origine chromosomique de ce syndrome fut découverte) il meurt sans descendance.

Par son testament du 2 octobre, roi d'Espagne Charles II de Habsbourg avait désigné le petit-fils du roi de France, le duc Philippe d'Anjou (17 ans) pour lui succéder, bien que le jeune Bourbon fût issu d'une dynastie hostile depuis deux siècles aux Habsbourg.

 

Le Roi-Soleil annonce à sa cour et à l'ambassadeur d'Espagne, Castel dos Rios, qu'il autorise son petit-fils le Duc d'Anjou à coiffer la couronne espagnole.

Castel dos Rios s'exclame: « Quelle joie Sire ! Il n'y a plus de Pyrénées ! ».

Philippe d'Anjou prendra le nom de Philippe V et sera le premier souverain de la maison des Bourbons à faire son entrée en Espagne au début de l'année 1701.

Philippe V d'Espagne

Philippe V d'Espagne.

 

À l'exception de l'archiduc d'Autriche, Léopold 1er, tous les souverains reconnaissent le nouveau roi d'Espagne, Philippe V. Celui-ci est bien accueilli par ses sujets.

Les désillusions vont très bientôt arriver et déboucher sur la dernière et plus dramatique guerre du Roi-Soleil : la guerre de Succession d'Espagne.

L'archiduc d'Autriche revendiquera en effet son droit à devenir souverain d'Espagne et des Amériques.


Repost 0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 00:01

Le général de Gaulle est élu à l'unanimité par l'Assemblée constituante nouveau chef du gouvernement provisoire. Il formera son équipe aux côtés de ministres communistes.

De Gaulle suivi de son gouvernement 1945

Le 21 octobre 1945, par référendum, les Français se prononcent, à une écrasante majorité de 96% des suffrages exprimés, contre le retour aux institutions de la IIIe République et, avec une majorité plus réduite (66%), pour une assemblée constituante aux pouvoirs limités.

Le même jour, est élue l'Assemblée constituante.

 

Élu à l'unanimité, le 13 novembre 1945, de Gaulle se trouve pourtant rapidement en désaccord avec la majorité de l'Assemblée sur le projet de Constitution : opposé à un système de souveraineté parlementaire, dans lequel il voit la raison de la faiblesse et des errements de la IIIe République, il veut un exécutif plus fort.

Le 20 janvier 1946, il démissionne.

 



Repost 0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 00:01

La IIIe République rend pour la première fois un hommage à un soldat inconnu mort pendant la Première Guerre, représentant anonyme de la foule héroïque des « Poilus », symbole de ses frères de combat.

 

Evoquée en 1916, l'idée d'honorer un soldat inconnu fut adoptée en 1918. Le 12 novembre 1919, on décida du Panthéon comme lieu de sépulture.

Mais en 1920, une campagne menée par des écrivains est à l'origine du choix définitif de l'Arc de Triomphe.

 

Le Parlement vote alors à l'unanimité la loi suivante :

Article 1er : les honneurs du Panthéon seront rendus aux restes d'un des soldats non identifiés morts au Champ d'Honneur au cours de la guerre 1914-1918. La translation des restes de ce soldat sera faite solennellement le 11 novembre 1920.

Article 2 : le même jour, les restes du Soldat inconnu seront inhumés sous l'Arc de Triomphe.

Les députés adoptent le texte le 8 novembre, le Sénat le 9.

Le 10 novembre, le corps du soldat inconnu a été choisi par un jeune soldat de la garde d'honneur, Auguste Thien, parmi 8 cercueils de combattants non-identifiés.

Le cercueil arrive à Paris et rejoint, pour la cérémonie du 11 novembre ; une foule immense accompagne le cortège à l'Arc de Triomphe.

Le soldat inconnu à l'Arc de Triomphe

Provisoirement, le cercueil est déposé dans une chapelle ardente au premier étage du monument et accessible à tous.

Le 28 janvier 1921, le Soldat inconnu est inhumé sous la voûte de l'Arc de Triomphe.

Sur la dalle de granit sont gravés ces mots :

Ici repose un soldat français mort pour la Patrie (1914-1918).

 soldat-inconnu paris

Lien du jour : 11 Novembre - jour de mémoire

Repost 0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 00:01

Ce traité des Pyrénées est l'œuvre du cardinal Jules Mazarin, Premier ministre du jeune Louis XIV (21 ans).

Il réconcilie les deux principales puissances d'Europe, entrées en guerre l'une contre l'autre un quart de siècle plus tôt !

Il est signé sur l'île des Faisans, au pays basque au milieu de la rivière Bidassoa qui sépare les deux pays.

 http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTS_K_ecJuOr_LuomQxs38s-dLPowCo5OoCuPWffbwdupVBdrCKbI2hOSI8vw

Ce traité met fin à 24 ans d'hostilités entre les deux puissances européennes et scelle cette nouvelle paix par le mariage de Louis XIV avec l'infante Marie-Thérèse d'Autriche, fille aînée du roi d'Espagne Philippe IV.

La France reçoit de l'Espagne le Roussillon, la Cerdagne, l'Artois et plusieurs places fortes en Flandres et en Lorraine.

La France confirme son hégémonie, alors que la puissance des Habsbourgs s'essouffle.

 

Voir aussi : 9 juin 1660 - Louis XIV épouse Marie-Thérèse

Repost 0
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 00:06

L'impôt permanent apparaît en France le 2 novembre 1439 sous la forme d'une ordonnance promulguée à Orléans par Charles VII et destinée à financer une armée royale permanente.

 roi de france Charles 7

En effet, lorsque le Charles VII devait partir à la guerre et ne pouvait se suffire des armées de ses vassaux, il recrutait des mercenaires. Pour les payer, il convoquait alors les états généraux et leur demandait le droit de lever une aide pour la « taille des lances » (autrement dit l'achat et l'entretien des armes de guerre).

À Orléans, le 2 novembre 1439, les états généraux accordent à Charles VII la permission de renouveler la cet impôt d'année en année. Le roi ne se fait pas prier et publie donc une ordonnance pour prélever annuellement la taille dans le pays.

 

L'argent nécessaire à l'effort de guerre sera donc prélevé comme un impôt direct permanent dans chaque famille du royaume, il prend définitivement le nom de « taille ».

 

Le clergé et la noblesse en sont dispensés.

L'impôt annuel (le plus impopulaire avec la gabelle) sera aboli à la fin de l'Ancien Régime.

 

Notons qu’à l'origine, le terme désigne un bâton de taille :

C'était une baguette de bois fendue, permettant de conserver la trace de valeurs chiffrées au niveau d'encoches qui permettent de conserver la preuve de ces valeurs.

C'était un système de comptabilité accessible aux personnes ne sachant ni lire ni écrire. Il est employé d'abord pour les paiements à crédit, puis est appliqué à la fiscalité.

 

Lien du jour : La gabelle

Repost 0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 23:01

Charles de Gaulle demande aux Français de se rendre aux urnes afin de déterminer si l'élection du président de la République se fera désormais au suffrage universel.

le president de gaulle 28 octobre 1962 référendum sur l'élection présidentielle

Le 20 septembre 1962, dans une allocution télévisée, le général de Gaulle annonçait qu'il organisera prochainement un nouveau référendum pour savoir si la population française est favorable à l'élection du Président de la République au suffrage universel direct.

La proposition était faite en ces termes :

« Quand sera achevé mon propre septennat, ou si la mort ou la maladie l’interrompait avant le terme, le Président de la République sera dorénavant élu au suffrage universel. »

 

Le dimanche 28 octobre, le « oui » l'emporte avec 62,25% des voies.

En organisant ce référendum De Gaulle consolide les fondements de la Vème république mais s'attire les foudres de ses détracteurs qui jugent qu'une telle mesure confère trop de pouvoir au président.

Les premières élections présidentielles au suffrage universel auront lieu trois ans plus tard, en décembre 1965.

 


Repost 0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 23:01

Ballottée entre plusieurs royaumes, Dunkerque devient définitivement française le 27 octobre 1662.

Louis XIV rachète Dunkerque et Mardyck, (dans l’actuel département du Nord), pour 400 000 £ au roi d'Angleterre Charles II.

L'opération se fait suite à la victoire de Turenne à la bataille des Dunes, contre l'armée espagnole des Flandres dirigée par Condé, en juin 1658.

Dunkerque et son territoire, composé des paroisses environnantes, ainsi que Mardyck et les forts deviennent français, définitivement le 27 octobre 1662.

 

Le 2 décembre, le Roi Soleil fait une entrée triomphale dans Dunkerque. Vauban entreprend alors de fortifier la ville et développe son port, qui devient le plus grand port de guerre du royaume.

Louis XIV décida d’une réorganisation du littoral flamand en relevant et en élevant des fortifications autour des villes de Gravelines et de Dunkerque.

Plus tard, Colbert, alors ministre de la Marine, installe une colonie de marins venus de Picardie sur l'ancien fort de Mardyck.

 

Relire : 14 juin 1658 - Le vicomte de Turenne remporte la bataille des Dunes

 

Repost 0

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire