Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 00:02

L'espagnol Pedro Valdivia, ancien soldat de l'armée de Pizarro, fonde dans une vallée des Andes du Sud, la capitale de la région que les indiens mapuches appellent "Chile" (la neige).

carte du chili

Valdivia baptise la nouvelle cité "Santiago del nuevo Estremo" en honneur de Saint-Jacques et de la région espagnole dont il est originaire, l'Estrémadure.

Santiogo fut fondée entre les deux bras de la rivière Mapocho, sur les flancs du Cerro Santa Lucia (Huelén). Le tracé de la ville fut dessiné par Pedro de Gamboa.

Pedro Valvidia continuera à asseoir son pouvoir dans toute la région en tentant de soumettre les indiens mapuches... Il mourra torturé par ces même indiens, douze ans plus tard.

 

Santiago du Chili Aujourd'hui

À cause de la croissance exponentielle de la capitale, l'agglomération est organisée en diverses communes. Le Grand Santiago se compose à l'heure actuelle de 36 communes.

L'agglomération compte plus de 7 millions d'habitants, ce qui équivaut à un tiers de la population totale du pays.

 

La Vierge de l'Immaculée Conception protège la cité de Santiago. 

statue de la vierge de l'Immaculée Conception Santiago

 

Repost 0
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 00:01

Le traité du Benelux signé entre la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas assure aux trois pays une unité économique et leur permet d'adopter une politique commune sur les plans social et financier.

Le Traité est entré en vigueur le 1er novembre 1960.

Le siège de cette nouvelle union est installé à Bruxelles.

Ces trois pays fondateurs ont œuvré à la construction européenne avant même la naissance de la CEE puis plus tard de l’Union européenne.

  http://www.pdgbenelux.sitew.com/files/users/2/7/6/7/7/8/3/Benelux_schematic_map.png

Un passé commun explique ce rapprochement

Avant 1815, les trois pays partagent le même sort faisant partie successivement :

  • des « pays d'entre-deux » issus du partage de l'empire de Charlemagne,
  • des domaines de Charles Quint, (Voir la carte)
  • des possessions napoléoniennes.

 

La période hollandaise :

En 1815, le Congrès de Vienne redessine l'Europe sur base de la configuration qui prévalait sous l'Ancien Régime.

 

Le Royaume des Pays-Bas se constitue à partir :

  • des anciens Pays-Bas autrichiens,
  • des Provinces-Unies,
  • de la Principauté de Liège.

Il compte dix-sept provinces auxquelles est joint le Grand-Duché de Luxembourg.

Sous la tutelle française, le système continental napoléonien avait favorisé le développement de la vie économique. Une certaine prospérité se poursuit pendant les quinze années de cohabitation sous l'autorité de Guillaume 1er.

 

1830, la séparation

En 1830, la révolution belge, entérinée en 1831 par la conférence de Londres, sépare la Belgique et les Pays-Bas. Quant au Luxembourg, il est scindé en deux. Sa partie orientale, l'actuel Grand-Duché, reste attribuée au souverain néerlandais qui régnait sur le Grand Duché en union personnelle depuis le Congrès de Vienne en 1815. L'autre partie est cédée à la Belgique.

Le Grand-Duché obtient sa propre constitution et son parlement en 1841. Il devient indirectement membre du Zollverein (union douanière avec la Prusse) entre 1842 et 1918 et acquiert son indépendance en 1867.

L'union entre le Luxembourg et les Pays-Bas se poursuit néanmoins jusqu'en 1890.

 

Retour aux « premières amours » 

Dès 1944, les trois pays décidèrent de former une union douanière - et ce bien avant Schengen - et signèrent un traité le 3 février 1958 qui donna naissance à l’« Union économique Benelux ».

 

Le Benelux Aujourd'hui

Le mot Benelux est l'acronyme de Belgique, Nederland et Luxembourg.

Le nom de Benelux est aujourd'hui souvent utilisé de manière générique pour désigner l'ensemble de ces trois pays, que cela soit de manière géographique, culturelle ou économique.

Le Benelux compte plus de 27 millions d'habitants, sa superficie est de 74.656 km2.

Le néerlandais et le français sont les deux langues officielles du Benelux et de ses institutions.

 

Les atouts du Benelux

Le Benelux est le siège de plusieurs institutions internationales (Commissions et Secrétariat général du Parlement européen, Euratom, OTAN, Cour internationale de Justice, etc.).

Son tissu industriel diversifié intègre progressivement les normes de développement durable. Les secteurs bancaire, des services et du transport y sont particulièrement actifs.

 

Un réseau de communications dense favorise la mobilité, le commerce et le tourisme.

Le Benelux donc est aussi un espace de villégiature, grace à sa longue façade maritime, ses  forêts et autres paysages variés qui sont appréciés par les touristes sans oublier son riche patrimoine culturel et à sa cuisine réputée.

 

Nouveau traité

Le 17 juin 2008, un nouveau traité Benelux a été signé pour donner un nouvel élan dynamique à la coopération Benelux.

L'élargissement de la coopération au-delà des domaines de coopération purement économiques entraîne que le nom officiel du Benelux change d'Union économique Benelux en Union Benelux.

 

 

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 00:01

Le traité de Lyon du 17 janvier 1601 met fin au conflit entre Charles-Emmanuel Ier, duc de Savoie et le roi de France Henri IV.

Le duc de Savoie, à l'issue du traité de Vervins (2 mai 1598) entre la France et l'Espagne, se rend à Paris pour négocier auprès du roi l'acquisition du marquisat de Saluces (Saluzzo), sans contre-partie, alors que le roi pensait obtenir la Bresse et le Bugey.

 

Le roi de France, agacé par l'attitude du duc, envahit la Savoie, occupant les vallées de Maurienne, Tarentaise et du Beaufortain, assiégeant la citadelle de Montmélian (1600).

 

Le Duc doit capituler et signer le traité de Lyon. Il récupère le fameux marquisat de Saluces, mais perd le contrôle du Rhône et les terres allant jusqu'à Lyon.


Lyon n’est plus une « ville frontière »

En échange du marquisat de Saluces, Henri IV reçoit de Charles-Emmanuel de Savoie le Bugey, la Bresse, la Volromey et le pays de Gex (l'actuel département de l'Ain).

Le traité du 17 janvier 1601 permet d'éloigner la frontière savoyarde de Lyon et rapprocher la frontière française de la ville de Genève, république amie.

Savoie-16em18em-siecles.gif

Repost 0
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 00:01

Le 15 janvier 1790, à Paris, l'Assemblée constituante établit la carte des départements français et fixe leur nombre à 83.

Depuis plus de 1000 ans, la confusion régnait en France entre les provinces, les régions, les villes... Bref, plus personne ne savait exactement à quel territoire il appartenait.

Les députés veulent mettre fin à la confusion administrative héritée d'un millénaire d'Histoire.

Ils envisagent d'abord de créer des circonscriptions géométriques, à l'image des États américains.

 

Mirabeau s'oppose à ce découpage complètement arbitraire :

« Je demande une division qui ne paraisse pas, en quelque sorte, une trop grande nouveauté ; qui, si j'ose le dire, permette de composer avec les préjugés et même avec les erreurs, qui soit également désirée par toutes les provinces et fondée sur des rapports déjà connus. »

 

L'idée était que : la France, c'est la France avec son histoire, ses régions, ses principautés... Elle n'a rien à voir avec les États-Unis tout neufs !

 

Les nouvelles divisions sont baptisées «départements» :

Leurs limites respectent les anciennes provinces. C'est ainsi que la Bretagne et la Normandie sont divisées en cinq départements chacune. Leur taille est telle que chaque citoyen puisse accéder à son chef-lieu en une journée de cheval au maximum.

La surface d'un département est calculée d'après un trajet effectué à cheval : le chef-lieu de département doit être atteint en une journée de cheval au maximum. Les anciens pays gaulois sont dès lors remis à l'ordre du jour comme si l'occupation romaine n'avait jamais eu lieu.

Tous les chefs-lieux ou presque évoquent les anciennes tribus gauloises :

Amiens pour les Ambiens, Beauvais pour les Bellovaques, Cahors pour les Cadurques, Nantes pour les Namnètes, Paris pour les Parisii, Poitiers pour les Pictones, Reims pour les Rèmes, Soissons pour les Suessiones, Tarbes pour les Tarbelles, etc...

 

Lien du jour : Transformation des paroisses en communes

 

Repost 0

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire