Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 23:01

La République de Gênes

Depuis 1284, la Corse est sous domination de la République de Gênes.

La République de Gênes, l'une des grandes républiques maritimes italiennes (ou thalassocratie), a duré environ huit siècles, du milieu du XIe siècle à 1797.

republique-genes.png 

Mais au XVIIIe siècle, les Corses luttent contre les Génois. Face aux indépendantistes, Gênes ne parvient à se maintenir en Corse que grâce à l’aide française.

En effet, depuis 1729, la Corse est la proie d’une véritable guerre d’indépendance que la République de Gênes, sa puissance tutélaire, est incapable de réprimer.

Elle fait donc appel successivement à l’Autriche puis à la France pour tenter d’endiguer cette révolte.

 

La France et Gênes signent le traité de Versailles pour régler le sort de la Corse.

Le traité de Versailles du 15 mai 1768 rattache la Corse au patrimoine personnel du roi de France. C'est-à-dire que l'île reste juridiquement possession de la République de Gênes mais que de fait, elle est occupée et administrée par la France.

 

Gênes cède ainsi "provisoirement" ses droits sur l’île à la France, pour dix ans. La Corse devra être rendue à la République après le versement des dettes énormes qu’elle devait à la France en paiement de son intervention contre les insurgés.

 

La France obtient par ce traité l’administration de la Corse pour dix ans, moyennant le remboursement des frais par Gènes. Dans les faits, Gènes ne pourra jamais payer et la Corse restera aux mains de la France.

Dès 1769, la France entreprend une campagne victorieuse contre les indépendantistes corses.


Repost 0
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 23:02

Les États-Unis achètent à la France pour 80 millions de francs ou 15 millions de dollars les territoires de la Louisiane, qui avaient été repris à l’Espagne en 1800.

Le Premier Consul Napoléon Bonaparte compte sur cet argent pour financer la guerre avec l'Angleterre.

De son côté, le président américain Thomas Jefferson peut se féliciter d'avoir doublé la superficie de son pays et d'avoir débloqué la frontière du Mississippi, ouvrant la voie à l'expansion de son pays.

Louisiane

Au XVIIIe siècle, la Louisiane n'était pas l'état d'aujourd'hui, délimité par le Mississippi, le Texas, et l'Arkansas.

C'était une région regroupant les états actuels du Montana, du Dakota du Nord et du Sud, du Nebraska, de l'Iowa, du Kansas, de l'Oklahoma, du Missouri, de l'Arkansas, de la Louisiane même et d'une partie du Minnesota, du Wyoming et du Colorado. En quelque sorte, la plus grande partie du centre des États-Unis. Une immense bande de prairies habitée à l'origine par différentes tribus indiennes.

 

Le 10 avril 1803, Bonaparte fit part aux deux ministres, Barbé-Marbois du Trésor et Decrès de la Marine, de son intention de céder la Louisiane aux États-Unis.

" Je connais tout le prix de la Louisiane et j'ai voulu réparer la faute du négociateur français qui l'a abandonnée. Quelques lignes d'un traité me l'ont rendue et à peine je l'ai recouvrée que je dois m'attendre à la perdre. Les Anglais n'auront pas le Mississipi qu'ils convoitent. Je songe à la céder aux États-Unis. Je considère la colonie comme perdue et il me semble que, dans les mains de cette puissance naissante, elle sera plus utile à la politique et même au commerce de la France que si je tentais de la garder ".

Le lendemain, le Premier Consul confia à Barbé-Marbois la mission de conduire la négociation sans attendre l'arrivée de Monroe.

Il fixa le prix de la Louisiane à 50 millions, qui devaient financer la guerre imminente contre l'Angleterre, sans avoir recours à de nouvelles contributions.

 

Le 30 avril 1803, les États-Unis achètent finalement la Louisiane pour 80 millions de francs.

carte etat de la louisiane

Aujourd'hui, l'état américain de la Louisiane est beaucoup plus réduit que le territoire contrôlé par les Français il y a trois cents ans.

De plus, il n'est pas totalement inscrit dans l'ancien territoire du même nom.

Repost 0
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 23:01

1673 : Louis Jolliet et le père Marquette explorent le Mississippi.

1682 : le notaire René Cavelier, sieur de la Salle, descend tout le Mississippi jusqu'à son embouchure.

Le 9 avril, il enregistre l'acte de baptême de la nouvelle colonie, nommée Louisiane en l'honneur de Louis XIV.

1697 : par le traité de Ryswick, Louis XIV fait reconnaître ses droits sur la Louisiane.

1699 : Le Moyne d'Iberville a pour mission d'établir la colonie du Mississippi sous le nom de Louisiane.

1718 : Le sieur de Bienville fonde La Nouvelle-Orléans, qu'il nomme ainsi en l'honneur du régent Philippe d'Orléans.

1762 : par le traité de Fontainebleau, les territoires de la Louisiane situés à l'Ouest du Mississippi sont cédés secrètement à l'Espagne par Louis XV, suite à la défaite de la France dans la Guerre de 7 Ans.

1763 : par le traité de Paris, Louis XV cède à l'Angleterre les territoires de la Louisiane situés à l'est du Mississippi, sauf La Nouvelle-Orléans.

1er octobre 1800 : traité secret de San Ildefonse par lequel l'Espagne rétrocède à la France les territoires de la Louisiane situés à l'ouest du Mississippi.

Fin 1801 : le général Leclerc part de France pour reconquérir Saint-Domingue afin de retrouver une base arrière.

Été 1802 : le général Claude Victor rassemble une flotte en Hollande en préparation d'un départ pour La Nouvelle-Orléans l'hiver suivant.

Automne 1802 : l'Intendant espagnol de La Nouvelle-Orléans ferme le port à tout bateau étranger et retire le droit de dépôt de marchandises aux États-Unis.

Janvier 1803 : le Président Jefferson envoie James Monroe en mission extraordinaire en France. Il doit proposer un partage d'autorité de la Louisiane à Bonaparte.

Mars 1803 : Bonaparte apprend que l'expédition du général Leclerc à Saint-Domingue a tourné à la catastrophe.

11 avril 1803 : Bonaparte confie au ministre Barbé-Marbois la négociation de la vente de la Louisiane pour 50 millions de francs.

30 avril 1803 : la cession de la Louisiane est signée pour 80 millions de francs (15 millions de dollars) dont 20 millions d'indemnités dues par la France aux Américains.

20 décembre 1803 : les États-Unis prennent possession de la Louisiane.

30 avril 1812 : la Louisiane actuelle devient le 18ème état des Etats-Unis.

 

Liens du jour :

Louisiane : l'avoir ou ne pas l'avoir...

30 avril 1803 : Bonaparte cède la Louisiane

 

Repost 0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 00:01

Le dimanche 23 février 1766, la Lorraine est rattachée à la France, qui prend presque l'allure d'hexagone que nous lui connaissons aujourd'hui.

 

Stanislas Leszczynski décédé le 23 février 1766

Stanislas Leszczynski est né à Lwov en Ukraine le 20 octobre 1677.
A 21 ans Stanislas épouse le 25 mai 1698, la fille de Jean-Charles Opalinski illustre magnat polonais, Catherine Opalinska, qui lui donne deux filles :
Anna, le 25 mai 1699, et Marie, le 23 juin 1703 qui deviendra reine de France.

En 1704, le roi de Suède le fait nommer roi de Pologne mais il est chassé du trône cinq ans plus tard. Il se réfugie alors en France. Par le mariage de sa fille, il devient beau-père du roi de France, Louis XV.

Stanislas Leszczynski

Stanislas roi déchu devient duc de lorraine et de Bar

Stanislas reçoit les deux duchés de Lorraine et de Bar à titre viager

La France confie alors la Lorraine à Stanislas Leszczynski. Mais les accords prévoient qu'à sa mort, le duché reviendra à la France.

 

Il s'installe au château de Lunéville en acceptant que son pouvoir soit partagé avec Martin Chaumont, le chancelier de la Galaizière.

Au château de Lunéville où la cour compte près de 500 personnes. La vie y est brillante avec beaucoup de spectacles.

Stanislas fait réaliser de nombreuses constructions. Il agrandit le château de Lunéville et fait bâtir celui de Commercy. A Nancy, on réalise la place royale qui deviendra la place Stanislas.

 

Le soir de 5 février 1766, les vêtements de Stanislas s'enflamment devant la cheminée. Il est gravement brûlé et il meurt 18 jours plus tard après de terribles souffrances.

 

Liens du jour :

Stanislas

Rétro-acronyme STAN

 

Repost 0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 00:01

Cette île de l'Océan Indien n'a été habitée qu'à compter du milieu du XVIIe siècle.

L'histoire de la Réunion s'apparente à celle de l'île Maurice. Elle fut d'abord visitée, mais non peuplée, par des marins malais, arabes, et européens. L'ensemble des îles comprenant : Rodrigues, Maurice et la Réunion fut nommé archipel des Mascareignes.

La Réunion carte ancienne

En 1613, Un forban nommé Blackwell y fait escale et rebaptise l'île "England forest".

En 1638, le Navire « le Saint-Alexis » accoste sur l'île et son capitaine en prend possession au nom du Roi de France, Louis XIII, elle est rattachée à la couronne de France, elle est dénommée Mascarin.

En 1649, l'île fut officiellement revendiquée par le Roi de France et rebaptisée par le gouverneur Flacourt qui lui donne le nom d'île Bourbon, du nom de la dynastie Royale Française.

En 1685, peuplée de 260 colons, Bourbon est un repaire pour les pirates. La Compagnie Française des Indes Orientales décide de mettre fin à leurs commerces et prend le contrôle de l'île.

À partir de 1715 : introduction des premiers caféiers, 6 plans de café du Yémen, le café Moka. La culture du café devient la principale production de l'île.

En 1764, le roi de France rachète les Mascareignes à la Compagnie des Indes.

La Réunion carte géologique

L'île Bourbon est rebaptisée par la Convention, L'île de la Réunion le jeudi 20 février 1794.

Cette nouvelle dénomination est un hommage aux fédérés marseillais et aux gardes nationaux parisiens qui se sont réunis le 10 août 1792 pour prendre d'assaut le palais des Tuileries et suspendre les pouvoirs du roi Louis XVI.

L'île retrouvera son nom d'origine lors de l'occupation anglaise de 1810 à 1815.

 

La IIème République lui rendra définitivement le nom d'île de la Réunion en 1848.

 

Repost 0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 00:02

L'espagnol Pedro Valdivia, ancien soldat de l'armée de Pizarro, fonde dans une vallée des Andes du Sud, la capitale de la région que les indiens mapuches appellent "Chile" (la neige).

carte du chili

Valdivia baptise la nouvelle cité "Santiago del nuevo Estremo" en honneur de Saint-Jacques et de la région espagnole dont il est originaire, l'Estrémadure.

Santiogo fut fondée entre les deux bras de la rivière Mapocho, sur les flancs du Cerro Santa Lucia (Huelén). Le tracé de la ville fut dessiné par Pedro de Gamboa.

Pedro Valvidia continuera à asseoir son pouvoir dans toute la région en tentant de soumettre les indiens mapuches... Il mourra torturé par ces même indiens, douze ans plus tard.

 

Santiago du Chili Aujourd'hui

À cause de la croissance exponentielle de la capitale, l'agglomération est organisée en diverses communes. Le Grand Santiago se compose à l'heure actuelle de 36 communes.

L'agglomération compte plus de 7 millions d'habitants, ce qui équivaut à un tiers de la population totale du pays.

 

La Vierge de l'Immaculée Conception protège la cité de Santiago. 

statue de la vierge de l'Immaculée Conception Santiago

 

Repost 0
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 00:01

Le traité du Benelux signé entre la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas assure aux trois pays une unité économique et leur permet d'adopter une politique commune sur les plans social et financier.

Le Traité est entré en vigueur le 1er novembre 1960.

Le siège de cette nouvelle union est installé à Bruxelles.

Ces trois pays fondateurs ont œuvré à la construction européenne avant même la naissance de la CEE puis plus tard de l’Union européenne.

  http://www.pdgbenelux.sitew.com/files/users/2/7/6/7/7/8/3/Benelux_schematic_map.png

Un passé commun explique ce rapprochement

Avant 1815, les trois pays partagent le même sort faisant partie successivement :

  • des « pays d'entre-deux » issus du partage de l'empire de Charlemagne,
  • des domaines de Charles Quint, (Voir la carte)
  • des possessions napoléoniennes.

 

La période hollandaise :

En 1815, le Congrès de Vienne redessine l'Europe sur base de la configuration qui prévalait sous l'Ancien Régime.

 

Le Royaume des Pays-Bas se constitue à partir :

  • des anciens Pays-Bas autrichiens,
  • des Provinces-Unies,
  • de la Principauté de Liège.

Il compte dix-sept provinces auxquelles est joint le Grand-Duché de Luxembourg.

Sous la tutelle française, le système continental napoléonien avait favorisé le développement de la vie économique. Une certaine prospérité se poursuit pendant les quinze années de cohabitation sous l'autorité de Guillaume 1er.

 

1830, la séparation

En 1830, la révolution belge, entérinée en 1831 par la conférence de Londres, sépare la Belgique et les Pays-Bas. Quant au Luxembourg, il est scindé en deux. Sa partie orientale, l'actuel Grand-Duché, reste attribuée au souverain néerlandais qui régnait sur le Grand Duché en union personnelle depuis le Congrès de Vienne en 1815. L'autre partie est cédée à la Belgique.

Le Grand-Duché obtient sa propre constitution et son parlement en 1841. Il devient indirectement membre du Zollverein (union douanière avec la Prusse) entre 1842 et 1918 et acquiert son indépendance en 1867.

L'union entre le Luxembourg et les Pays-Bas se poursuit néanmoins jusqu'en 1890.

 

Retour aux « premières amours » 

Dès 1944, les trois pays décidèrent de former une union douanière - et ce bien avant Schengen - et signèrent un traité le 3 février 1958 qui donna naissance à l’« Union économique Benelux ».

 

Le Benelux Aujourd'hui

Le mot Benelux est l'acronyme de Belgique, Nederland et Luxembourg.

Le nom de Benelux est aujourd'hui souvent utilisé de manière générique pour désigner l'ensemble de ces trois pays, que cela soit de manière géographique, culturelle ou économique.

Le Benelux compte plus de 27 millions d'habitants, sa superficie est de 74.656 km2.

Le néerlandais et le français sont les deux langues officielles du Benelux et de ses institutions.

 

Les atouts du Benelux

Le Benelux est le siège de plusieurs institutions internationales (Commissions et Secrétariat général du Parlement européen, Euratom, OTAN, Cour internationale de Justice, etc.).

Son tissu industriel diversifié intègre progressivement les normes de développement durable. Les secteurs bancaire, des services et du transport y sont particulièrement actifs.

 

Un réseau de communications dense favorise la mobilité, le commerce et le tourisme.

Le Benelux donc est aussi un espace de villégiature, grace à sa longue façade maritime, ses  forêts et autres paysages variés qui sont appréciés par les touristes sans oublier son riche patrimoine culturel et à sa cuisine réputée.

 

Nouveau traité

Le 17 juin 2008, un nouveau traité Benelux a été signé pour donner un nouvel élan dynamique à la coopération Benelux.

L'élargissement de la coopération au-delà des domaines de coopération purement économiques entraîne que le nom officiel du Benelux change d'Union économique Benelux en Union Benelux.

 

 

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 00:01

Le traité de Lyon du 17 janvier 1601 met fin au conflit entre Charles-Emmanuel Ier, duc de Savoie et le roi de France Henri IV.

Le duc de Savoie, à l'issue du traité de Vervins (2 mai 1598) entre la France et l'Espagne, se rend à Paris pour négocier auprès du roi l'acquisition du marquisat de Saluces (Saluzzo), sans contre-partie, alors que le roi pensait obtenir la Bresse et le Bugey.

 

Le roi de France, agacé par l'attitude du duc, envahit la Savoie, occupant les vallées de Maurienne, Tarentaise et du Beaufortain, assiégeant la citadelle de Montmélian (1600).

 

Le Duc doit capituler et signer le traité de Lyon. Il récupère le fameux marquisat de Saluces, mais perd le contrôle du Rhône et les terres allant jusqu'à Lyon.


Lyon n’est plus une « ville frontière »

En échange du marquisat de Saluces, Henri IV reçoit de Charles-Emmanuel de Savoie le Bugey, la Bresse, la Volromey et le pays de Gex (l'actuel département de l'Ain).

Le traité du 17 janvier 1601 permet d'éloigner la frontière savoyarde de Lyon et rapprocher la frontière française de la ville de Genève, république amie.

Savoie-16em18em-siecles.gif

Repost 0
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 00:01

Le 15 janvier 1790, à Paris, l'Assemblée constituante établit la carte des départements français et fixe leur nombre à 83.

Depuis plus de 1000 ans, la confusion régnait en France entre les provinces, les régions, les villes... Bref, plus personne ne savait exactement à quel territoire il appartenait.

Les députés veulent mettre fin à la confusion administrative héritée d'un millénaire d'Histoire.

Ils envisagent d'abord de créer des circonscriptions géométriques, à l'image des États américains.

 

Mirabeau s'oppose à ce découpage complètement arbitraire :

« Je demande une division qui ne paraisse pas, en quelque sorte, une trop grande nouveauté ; qui, si j'ose le dire, permette de composer avec les préjugés et même avec les erreurs, qui soit également désirée par toutes les provinces et fondée sur des rapports déjà connus. »

 

L'idée était que : la France, c'est la France avec son histoire, ses régions, ses principautés... Elle n'a rien à voir avec les États-Unis tout neufs !

 

Les nouvelles divisions sont baptisées «départements» :

Leurs limites respectent les anciennes provinces. C'est ainsi que la Bretagne et la Normandie sont divisées en cinq départements chacune. Leur taille est telle que chaque citoyen puisse accéder à son chef-lieu en une journée de cheval au maximum.

La surface d'un département est calculée d'après un trajet effectué à cheval : le chef-lieu de département doit être atteint en une journée de cheval au maximum. Les anciens pays gaulois sont dès lors remis à l'ordre du jour comme si l'occupation romaine n'avait jamais eu lieu.

Tous les chefs-lieux ou presque évoquent les anciennes tribus gauloises :

Amiens pour les Ambiens, Beauvais pour les Bellovaques, Cahors pour les Cadurques, Nantes pour les Namnètes, Paris pour les Parisii, Poitiers pour les Pictones, Reims pour les Rèmes, Soissons pour les Suessiones, Tarbes pour les Tarbelles, etc...

 

Lien du jour : Transformation des paroisses en communes

 

Repost 0

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire