Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 00:01

Monseigneur de Beaumont, fait interdire l'impression et la diffusion des deux premiers volumes de "L'Encyclopédie" ou "Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers".

Encyclopedie Diderot

L'œuvre collective dirigée par Diderot et D'Alembert est jugée subversive par les Jésuites qui la qualifie "d'athée et matérialiste".

Le contenu politique et philosophique, plus que les parties techniques et scientifiques, est décrié.

Les thèses développées par l'abbé de Prades, un des contributeurs de l'Encyclopédie, sont, selon les membres du conseil, "contaminées par l'esprit voltairien".

 

Les jésuites en voulaient d'abord à Diderot qui avait refusé leur collaboration à l'ouvrage, mais surtout ils ne lui pardonnaient pas de faire concurrence à un dictionnaire qu'ils venaient eux-mêmes de faire paraître. « Quels ennemis nous avons, soupirait Diderot, qu'ils sont constants ! Qu'ils sont méchants ! »

Denis Diderot

Denis DIDEROT
(5 octobre 1713 - 31 juillet 1784)

Jean le Rond D'Alembert

Jean le Rond D'Alembert
(16 novembre 1717 - 29 octobre 1783)

Mais, avant même la parution du premier volume, le succès commercial de l'Encyclopédie fut immense, puisque, dès le début du lancement, on recueillit 4300 souscriptions. Et bientôt, l'Encyclopédie se trouva dans toutes les bibliothèques, depuis celles des châteaux jusqu'à celles des petits curés de campagne.

 

Devant un tel succès, le Parlement et le Haut Clergé s'inquiétèrent.

Le roi Louis XV fit d'abord confisquer quelques exemplaires, puis accepta de condamner totalement l'ouvrage.

C'était en réalité un geste purement officiel car l'Encyclopédie avait des partisans très haut placés : Mme de Pompadour et le Lieutenant de Police lui-même protégeaient sa parution clandestine et le chef de la censure, à la veille d'une saisie, offrait à Diderot de cacher les épreuves dans son propre bureau.

 

 

Repost 0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 00:01

6 février : Saint Gaston

Cette journée depuis 2001 (puis ces journées dès 2004) consiste(nt) à ne pas utiliser son téléphone portable pour savoir quelle relation on entretient avec son appareil.

Le 6 février est la date symbolique car c'est la Saint Gaston !

Rappelez-vous ce couplet de Nino Ferrer :

"Gaston y'a l'téléfon qui son, Et y'a jamais person qui y répond".

 

 

Phil Marso, écrivain indépendant et instigateur de ce rendez-vous citoyen depuis le 6 février 2001. (En octobre 1999, avait publié : "Tueur de portable sans mobile apparent ", le premier polar sur le GSM.)

Pendant trois ans, il réclame un véritable débat de réflexion sur cet outil de communication.

N'ayant pas encore été assez entendu sur le sujet, il publiera en janvier 2004 un second ouvrage "Mobilou " présentant une série de sondages humoristiques sur tous les aspects du téléphone portable (comportement, SMS, précaution de santé, antennes-relais, flicage…)

 

En 2004, la France dépasse les 42 millions de possesseurs de téléphones mobiles.

Que l'on soit pour ou contre, accro ou allergique, l'intérêt de cette journée est de pouvoir en parler... sans prothèse électronique de préférence !

Depuis 2004, cette "journée" se déroule sur trois jours, les 6, 7 et 8 février.. certainement pour se donner le temps de décrocher.

Nous parlerons donc désormais des Journées Mondiales sans téléphone.

journée sans téléphone portable 

GSM et les ondes électromagnétiques.

Au delà de l'aspect social, le téléphone portable est dangereux pour la santé.

 

Liens du jour  sur ce point particulier :

Le site officiel

Santé et téléphonie mobile : entre “doute raisonnable” et “risques certains”

Agrégat spatio-temporel

 

Repost 0
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 00:01

5 février 1810 : Napoléon rétablit la censure

 

La liberté d'expression est un droit compris dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789.

 

article 10 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi. »

article 11 : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas prévus par la loi. »

 

Napoléon rétablit la censure pour toutes les productions de presse, par un décret, le lundi 5 février 1810, et déclare :

« Le droit d'imprimer n'est pas du nombre des droits naturels. »

Il crée les prisons d'État pour, selon ses propres mots, « les personnes détenues sans qu'il soit convenable ni de les faire traduire devant les tribunaux ni de les mettre en liberté ».

 

La censure continuera tout au long du XIXe siècle, jusqu'à la Loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881..

  pancarte liberté place de la liberté expression

5 février 1817 : Il faut payer des impôts pour voter

La "loi Lainé", réformant les dispositions électorales, est votée : pour prétendre au statut d'électeur, il faudra désormais être un homme âgé d'au moins trente ans, et payer 300 francs d'impôts.

Les hommes de plus de quarante ans devront quant à eux payer 1.000 francs d'impôts.

La Loi Lainé prévoit un renouvellement de la chambre par cinquième chaque année, les élections se faisant au moyen d'un collège unique d'électeurs réuni au chef-lieu du département.

 

La Loi Lainé est reformée avec la loi "du double vote" du 29 juin 1820.

Cette loi adoptée pour renforcer la représentativité des monarchistes en favorisant le quart le plus imposé en lui permettant de voter une première fois, comme tous les autres électeurs, au sein du collège d’arrondissement (258 députés) puis exclusivement une seconde fois dans le deuxième collège élisant ainsi un autre contingent de députés (172 députés).


Repost 0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 00:02

 

Sur une proposition des députés René Lavasseur, Delacroix et Danton, l'esclavage est aboli sur tout le territoire de la République Française.

 4 février 1794 - La Convention abolit l'esclavage en France

Dès le milieu du XVIIIe siècle l'esclavage devint un sujet fréquemment évoqué par les philosophes des Lumières : Montesquieu, Voltaire, Rousseau,…

Le 4 avril 1792, l'Assemblée nationale décida d'accorder la pleine citoyenneté à tous les libres de couleur.

Le 4 février 1794, la Convention abolit l'esclavage en avalisant et généralisant la décision unilatérale du commissaire de la Convention au nord et à l'ouest de Saint-Domingue, Léger-Félicité Sonthonax, prise le 29 août 1793 :

  « La Convention déclare l'esclavage des nègres aboli dans toutes les colonies ; en conséquence, elle décrète que tous les hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies, sont citoyens français et jouiront de tous les droits assurés par la Constitution. »  

 

Cette abolition, certes dictée par un humanisme hérité des Lumières, avait aussi comme objet de ramener le calme à Saint-Domingue dans un contexte de pression militaire britannique sur les possessions françaises des Caraïbes.

Les esclaves affranchis disposèrent dès lors de la citoyenneté française.

http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/esclavage/abolition.jpg

Abolition de courte durée !

La loi du 16 pluviôse an II sera transgressée dès 1799 quand la traite reprendra au Sénégal.

En 1802, le Premier consul Napoléon Bonaparte rétablira l'esclavage en France.

Par la loi du 20 mai 1802, Napoléon Bonaparte rétablit l'esclavage dans les territoires restitués à la suite du traité de paix d’Amiens.

Cette loi entraîne progressivement le rétablissement de l'esclavage dans l'ensemble des colonies françaises.

 

Le commerce des esclaves continuera d'être exercé jusqu'en 1848.

 

L'esclavage sera définitivement aboli par la IIème République :

Le deuxième décret d'abolition de l'esclavage en France a été signé le 27 avril 1848 par Lamartine.

 

Lien du jour : Débats de la convention lors de la séance du 16 pluviôse an II (4 février 1794).

Repost 0
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 00:01

Le traité du Benelux signé entre la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas assure aux trois pays une unité économique et leur permet d'adopter une politique commune sur les plans social et financier.

Le Traité est entré en vigueur le 1er novembre 1960.

Le siège de cette nouvelle union est installé à Bruxelles.

Ces trois pays fondateurs ont œuvré à la construction européenne avant même la naissance de la CEE puis plus tard de l’Union européenne.

  http://www.pdgbenelux.sitew.com/files/users/2/7/6/7/7/8/3/Benelux_schematic_map.png

Un passé commun explique ce rapprochement

Avant 1815, les trois pays partagent le même sort faisant partie successivement :

  • des « pays d'entre-deux » issus du partage de l'empire de Charlemagne,
  • des domaines de Charles Quint, (Voir la carte)
  • des possessions napoléoniennes.

 

La période hollandaise :

En 1815, le Congrès de Vienne redessine l'Europe sur base de la configuration qui prévalait sous l'Ancien Régime.

 

Le Royaume des Pays-Bas se constitue à partir :

  • des anciens Pays-Bas autrichiens,
  • des Provinces-Unies,
  • de la Principauté de Liège.

Il compte dix-sept provinces auxquelles est joint le Grand-Duché de Luxembourg.

Sous la tutelle française, le système continental napoléonien avait favorisé le développement de la vie économique. Une certaine prospérité se poursuit pendant les quinze années de cohabitation sous l'autorité de Guillaume 1er.

 

1830, la séparation

En 1830, la révolution belge, entérinée en 1831 par la conférence de Londres, sépare la Belgique et les Pays-Bas. Quant au Luxembourg, il est scindé en deux. Sa partie orientale, l'actuel Grand-Duché, reste attribuée au souverain néerlandais qui régnait sur le Grand Duché en union personnelle depuis le Congrès de Vienne en 1815. L'autre partie est cédée à la Belgique.

Le Grand-Duché obtient sa propre constitution et son parlement en 1841. Il devient indirectement membre du Zollverein (union douanière avec la Prusse) entre 1842 et 1918 et acquiert son indépendance en 1867.

L'union entre le Luxembourg et les Pays-Bas se poursuit néanmoins jusqu'en 1890.

 

Retour aux « premières amours » 

Dès 1944, les trois pays décidèrent de former une union douanière - et ce bien avant Schengen - et signèrent un traité le 3 février 1958 qui donna naissance à l’« Union économique Benelux ».

 

Le Benelux Aujourd'hui

Le mot Benelux est l'acronyme de Belgique, Nederland et Luxembourg.

Le nom de Benelux est aujourd'hui souvent utilisé de manière générique pour désigner l'ensemble de ces trois pays, que cela soit de manière géographique, culturelle ou économique.

Le Benelux compte plus de 27 millions d'habitants, sa superficie est de 74.656 km2.

Le néerlandais et le français sont les deux langues officielles du Benelux et de ses institutions.

 

Les atouts du Benelux

Le Benelux est le siège de plusieurs institutions internationales (Commissions et Secrétariat général du Parlement européen, Euratom, OTAN, Cour internationale de Justice, etc.).

Son tissu industriel diversifié intègre progressivement les normes de développement durable. Les secteurs bancaire, des services et du transport y sont particulièrement actifs.

 

Un réseau de communications dense favorise la mobilité, le commerce et le tourisme.

Le Benelux donc est aussi un espace de villégiature, grace à sa longue façade maritime, ses  forêts et autres paysages variés qui sont appréciés par les touristes sans oublier son riche patrimoine culturel et à sa cuisine réputée.

 

Nouveau traité

Le 17 juin 2008, un nouveau traité Benelux a été signé pour donner un nouvel élan dynamique à la coopération Benelux.

L'élargissement de la coopération au-delà des domaines de coopération purement économiques entraîne que le nom officiel du Benelux change d'Union économique Benelux en Union Benelux.

 

 

Repost 0
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 00:01

Tous les 2 février : Journée mondiale des zones humides.

 

Chaque année, le 2 février, nous célébrons la journée mondiale des zones humides pour commémorer la signature de la Convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville iranienne de Ramsar, au bord de la mer Caspienne.

 

Cette année, la Convention fêtera donc son 40e anniversaire.

Objet de la convention de Ramsar

La Convention sur les zones humides d’importance internationale, appelée Convention de Ramsar, est un traité intergouvernemental qui sert de cadre à l’action nationale et à la coopération internationale pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources.

 

La Convention a pour mission :
« La conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides par des actions locales, régionales et nationales et par la coopération internationale, en tant que contribution à la réalisation du développement durable dans le monde entier ».

 

Un long processus

En 1960, l’assèchement très rapide de vastes étendues de marécages et de zones humides en Europe et la baisse de la population des oiseaux d’eau qui en résultait suscita l’inquiétude des scientifiques et des autorités.

C'est ainsi qu'en 1962, à l’occasion d’une conférence liée au projet MAR (pour “MARécages”, “MARshes”, “MARismas”), le tout premier appel à rédiger une convention internationale sur les zones humides fut lancé.

Durant les huit années qui suivirent, un texte fut élaboré au cours de plusieurs réunions techniques internationales.

À l’origine, le projet concernait principalement la conservation des oiseaux d’eau par la création d’un réseau de refuges mais au fil de son évolution, la conservation des habitats des zones humides (plutôt que celle des espèces) prit une place prépondérante.

  

Signature de la Convention sur les zones humides

C’est dans la station balnéaire de Ramsar, sur les rives de la mer Caspienne, en Iran, que le texte de la Convention fut adopté, lors d’une réunion internationale organisée par M. Eskander Firouz, Directeur du Département iranien de la chasse et de la pêche, le mardi 2 février 1971.

Le lendemain, le texte fut signé par les délégués de 18 pays.

 

La Convention est entrée en vigueur en décembre 1975.

 

Depuis son adoption, la Convention de Ramsar a été modifiée en deux occasions : par un protocole (un nouveau traité qui modifie le texte original) en décembre 1982 ; et en 1987 par une série d’amendements au texte original qui portent le nom d’ "Amendements de Regina“.

 

Aujourd'hui, la convention Ramsar c'est :

160 Parties contractantes

1910 sites désignés

186.948.620 hectares concernés

 

Liens du jour :

Le site officiel de la convention Ramsar

Journée mondiale des zones humides ; autres liens utiles

 

Repost 0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 00:01
abbé pierre hiver 54 Hiver 54

Henri, Marie, Antoine Grouès, dit L’Abbé Pierre

(5 août 1912 - 22 janvier 2007)


Prêtre catholique français, résistant puis député, fondateur du Mouvement Emmaüs (organisation laïque de lutte contre l'exclusion).

Le lundi 1 février 1954, Henri Grouès, plus connu sous le nom de l'abbé Pierre, lance un cri d'alarme contre la misère, sur Radio Luxembourg (RTL).

Cet appel à "l’insurrection de bonté" intervient juste après le décès d’une femme, morte de froid dans la rue.

Cette année-là, l’hiver est particulièrement rigoureux et s’apprête à faire d’autres victimes.

Le fondateur d’Emmaüs incite tous les Français à recueillir les sans-logis chez eux, à donner des couvertures, de la nourriture et du temps afin de sauver la vie de dizaine de milliers de personnes :

Mes amis, au secours...
Une femme vient de mourir gelée cette nuit à 3 heures, sur le trottoir du boulevard de Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant-hier, on l’avait expulsée.
Devant leurs frères mourant de misère, une seule opinion doit exister entre les hommes : la volonté de rendre impossible que cela dure.
Je vous en prie, aimons-nous assez tout de suite pour faire cela.
Que tant de douleur nous ait rendu cette chose merveilleuse : l’âme commune de la France, merci ! Chacun de nous peut venir en aide aux sans-abri.
Il nous faut pour ce soir, et au plus tard pour demain : 5 000 couvertures, 300 grandes tentes américaines, 200 poêles catalytiques.
Grâce à vous, aucun homme, aucun gosse, ne couchera ce soir sur l’asphalte ou les quais de Paris.
Merci.

 

L’appel est entendu et la France assiste à l’un des plus grands élans de générosité de son histoire.

Le mouvement aboutira au vote d’une loi interdisant l’expulsion des locataires en hiver.

http://paroisse-croixdevalchevriere-cathisere.cef.fr/site/IMG/jpg/Photo_Abbe_Pierre.jpg

Le lien du jour : http://www.abbepierre.org/

Repost 0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 00:01

Ce n'est pas si loin, souvenez-vous :

Le lundi 31 janvier 1977, le Centre national d'art et de culture Georges Pompidou est inauguré par le président de la République Valéry Giscard d'Estaing, en présence du Premier ministre, Raymond Barre, de Madame Claude Pompidou et de nombreuses personnalités.

beaubourg.jpg

Le centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, communément appelé centre Pompidou ou centre Beaubourg, est un établissement poly-culturel situé dans le quartier de Beaubourg, entre le quartier des Halles et le quartier Marais, dans le 4e arrondissement de Paris.

 

La décision de construire « un ensemble monumental consacré à l'art contemporain sur l'emplacement du plateau Beaubourg » à Paris fut prise officiellement par le président de la République Georges Pompidou lors d'un conseil restreint tenu le 11 décembre 1969.

Mais, ce terrain étant également le seul susceptible d'accueillir la grande bibliothèque publique, il fut décidé, en février 1970, de réunir les deux projets au sein d'un même équipement culturel.

http://toutelaculture.com/wp-content/uploads/2008/09/pompidou1.jpg

L'ancien président Georges Pompidou avait chargé les architectes Renzo Piano et Richard Rogers de construire un bâtiment réunissant un musée d'art moderne, une bibliothèque nationale et l'Institut de rechercher et de création artistique (IRCAM).

 

Les tuyaux multicolores de Beaubourg, placés au cœur de la capitale, déclencheront une vive polémique.

 

Repost 0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 00:01

Naissances

1927 : Olof Palme, homme politique socialiste réformiste suédois († 28 février 1986)

1951 : Phil Collins, auteur, compositeur, interprète, batteur, leader du groupe Genesis.

 

Décès

1948 : Le mahatma Gandhi, l'âme du combat pour l'indépendance, l'apôtre de la non-violence, est assassiné par un extrémiste hindou.

1951 : Ferdinand Porsche, constructeur automobile, père des prototypes de Volkswagen puis de la marque Porshe.

 

Événements:

1592 : Clément VIII de son nom de baptême Ippolito Aldobrandini, élu 229e pape.

1835 : Attentat raté contre le président des États-Unis, Andrew Jackson.

1853 : Napoléon III épouse Eugénie de Montijo.

1876 : Victor Hugo est élu sénateur de Paris.

1879 : Le Maréchal Mac-Mahon démissionne de la présidence de la République française. Jules Grévy le remplace.

1929 : Création de l'armée de l'air en France.

1931 : Charlie Chaplin présente son film "Les lumières de la ville".

http://data-allocine.blogomaniac.fr/mdata/6/9/4/Z20050801170417350365496/img/1236978765_charlie_chaplin__les_lumiere_de_la_ville__1931.jpg

1933 : Hitler devient chancelier d'Allemagne.

1943 : Les troupes allemandes capitulent dans la ville de Stalingrad, après une violente bataille.

1956 : Attentat à la bombe au domicile de Martin Luther King.

2000 : En Roumanie, la rupture d'une digue d'un bassin de décantation de la mine d'or de « Baia Mareusine » provoquera les jours suivants une grave pollution au cyanure contaminant plusieurs cours d'eau d'Europe centrale, dont le Danube, et entraînant la mort de milliers de poissons.

Repost 0
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 00:01

Un ballon dirigeable allemand lâche 17 bombes sur l'Est de la capitale provoquant la mort de 26 personnes dans les quartiers de Belleville et de Ménilmontant.

 

Dans la soirée du samedi 29 janvier 1916 deux zeppelins, les LZ 77 (LZ 47) et LZ 79 (LZ 49) partent pour un raid sur Paris, le LZ 77 (LZ 47) survole Charleroi puis Maubeuge mais fait demi-tour en raison de problèmes mécaniques.

Le LZ 79 (LZ 49) poursuit sa mission et largue 18 bombes sur la capitale.

Bilan : 26 morts et 32 blessés.

Les victimes auront des funérailles nationales.

 

La première bombe lancée par le zeppelin éclata sur le terre-plein d'un boulevard extérieur et creva la voûte du métro.

http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/5621/zeppelin02.jpg

 

Fiche technique du Zeppelin LZ 79 (LZ 49) :

Numéro de construction : LZ 49

Longueur : 163.50 mètres environ

Diamètre : 18.70 mètres environ

Charge utile : 16 tonnes environ

Moteurs : 4 moteurs Maybach HLS de 240 chevaux environ

Vitesse : 26,7 mètres par seconde (environ 100 kilomètres/heure)

Plafond : 3200 mètres

Premier vol : 2 août 1915

Dernier vol : 30 janvier 1916

 

Les avions remplaceront bientôt les zeppelins :

Les bombardements des zeppelins s’arrêteront rapidement, les progrès de l’aviation feront qu’ils deviennent une proie trop vulnérable malgré leurs nombreux avantages : autonomie et charge transportée.

Jusqu'à la fin de la guerre il seront cantonnés à leur rôle premier : plate-forme d’observation.

 

Après le guerre le Zeppelin aura une toute autre destinée :

Le transport de passagers.

http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/90/ZeppelinLZ127a.jpg

 

Liens du jour :

Définition du Zeppelin 

Histoire de l'aérostatique
Repost 0
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 00:01

Janvier 1954 - le monde compte des millions de lépreux : Raoul Follereau (1903-1977) crée la Journée Mondiale des Lépreux (JML) pour dénoncer leur sort et faire appel à la générosité.

 raoul follereau

Un signe pour abattre les barrières de l'exclusion

Exprimant le danger et le rejet, le signe du « croisillon rouge et blanc » symbolisait la volonté de la Fondation Raoul Follereau d'abattre les barrières de l'exclusion : un combat dans lequel Raoul Follereau et à sa suite la fondation qui porte son nom se sont engagés voilà plus de 60 ans.

 

À travers ce signe universel et compris par tous, la Fondation Raoul Follereau a souhaité :

  • sensibiliser sur une cause peu médiatisée, la lèpre,
  • toucher un public de plus en plus sollicité par des appels à la générosité,
  • être mieux identifiée par les nouvelles générations.

Lien du jour : Fondation Raoul Follereau

Repost 0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 00:01

A l'extrémité du Champ-de-Mars débute la construction de la Tour de l'ingénieur Gustave Eiffel. Spécialiste des constructions métalliques, il a déjà réalisé de nombreux ponts et viaducs dont le célèbre viaduc de Garabit dans le Massif central, en 1882.

 

Dès 1882, Maurice Koechlin, chef du bureau des études de l'entreprise Eiffel, et son collègue Émile Nouguier imaginent la fameuse Tour.

Gustave Eiffel n'est pas intéressé par le projet mais autorise ses 2 ingénieurs à poursuivre leur étude.

 

En 1886, le projet obtient le 1er prix ex aequo du concours pour l'exposition de 1889.

Les travaux de construction dureront 2 ans, 2 mois et 5 jours, sans aucun accident parmi les 121 ouvriers du chantier.

http://autourduperetanguy.blogspirit.com/media/00/01/1899145919.jpg

Grande attraction de l'Exposition universelle de 1889, la Tour Eiffel est décriée par de nombreux artistes.

Mais elle a aussi ses défenseurs, comme Maurice Besset, pour qui La Tour Eiffel est
" un traitement purement dynamique de l'espace, conçu comme un jeu complexe et instable de nœuds et de champs de forces ".

La Tour Eiffel, du haut de ses 320 mètres (avec antennes) a participé activement aux débuts de la radio et de la télévision.

Avec le temps, elle deviendra, notamment à l'étranger le symbole de Paris.

Gustave Eiffel

Officier de la Légion d'Honneur en 1878
Né le 15 décembre 1832 à Dijon
Décédé le 27 décembre 1923 à Paris
 

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 00:02

Sur une proposition du député Bertrand Barère, la Convention décide que le Français est la langue obligatoire pour tous les documents publics.

 Bertrand Barère de Vieuzac

Bertrand Barère de Vieuzac, membre du comité de Salut Public - l'organe de gouvernement révolutionnaire mis en place par la Convention nationale en avril 1793 - déclare devant la Convention :

« Citoyen, chez un peuple libre, la langue d’un peuple libre doit être une et la même pour tous ».

 

Le 8 pluviôse (lundi 27 janvier 1794), Barère fait, au nom du Comité de salut public, un rapport sur les idiomes étrangers et l’enseignement de la langue française dont le décret est adopté sans discussion.

« Nous enseignerons le français, dit-il, aux populations qui parlent le bas-breton, l’allemand, l’italien ou le basque, afin de les mettre en état de comprendre les lois républicaines, et de les rattacher à la cause de la Révolution. »

 

Des professeurs de français sont dépêchés en Bretagne, en Alsace, en Corse et aux frontières espagnoles et italiennes.

 

Décret relatif à l’établissement d’instituteurs de langue française dans plusieurs départements.

 

Art.1er : Il sera établi, dans les dix jours, à compter du jour de la publication du présent décret, un instituteur de langue française dans chaque commune de campagne des départements du Morbihan, du Finistère, des Côtes-du-Nord, et dans la partie de la Loire-inférieure dont les habitants parlent l’idiome appelé bas-breton.

Art. 2 : Il sera procédé à la même nomination d’un instituteur de langue française dans les communes des campagnes des départements du Haut et Bas-Rhin, dans le département de Corse, dans la partie du département de la Moselle, du département du Nord, du Mont-Terrible, des Alpes-Maritimes, et des Basses-Pyrénées, dont les habitants parlent des idiomes étrangers.

Art. 3 : Il ne pourra être choisi aucun instituteur parmi les ministres d’un culte quelconque, ni parmi ceux qui auront appartenu à des castes ci-devant privilégiées ; ils seront nommés par les représentants du peuple, sur l’indication faite par les sociétés populaires.

Art. 4 : Ils seront tenus d’enseigner tous les jours la langue française et la déclaration des droits de l’homme à tous les jeunes citoyens des deux sexes, que les pères , mères et tuteurs sont obligés d’envoyer dans les écoles publiques.

Les jours de décade, ils donneront lecture au peuple et traduiront vocalement les lois de la république, en préférant celles qui sont analogues à l’agriculture et aux droits des citoyens.

Art. 5 : Les instituteurs recevront du trésor public un traitement de 1500 livres par an, payable à la fin de chaque mois à la caisse du district, sur certificat de résidence donné par la municipalité, d’assiduité et de zèle à leurs fonctions, donné par l’agent national près chaque commune

 

Lien du jour : le décret complet

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 00:01

Le 27 janvier est célébré pour commémorer la libération du camp de concentration et d'extermination d’Auschwitz par l’Armée Rouge, qui eut lieu le 27 janvier 1945.

 

Le 18 octobre 2002, les ministres européens de l’éducation réunis à Strasbourg au Conseil de l’Europe ont adopté à l’unanimité la Déclaration instituant la journée de la mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité dans les établissements scolaires des États membres.

 

Selon les termes de la Conférence de Cracovie :

“Cette journée n’a pas pour but de perpétuer la mémoire de l’horreur, mais d’apprendre aux élèves à être vigilants, à défendre les valeurs démocratiques et à combattre l’intolérance”.

 

La France a retenu la date du 27 janvier, anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, pour cette journée de la mémoire.

Chaque année, à cette date anniversaire, les directrices et directeurs d’école ainsi que les chefs d’établissement inciteront les enseignants à engager une réflexion avec leurs élèves sur l’Holocauste et les génocides reconnus.

Celle-ci s’effectuera en liaison avec les programmes scolaires à l’école, au collège et au lycée.

Dans les collèges et les lycées, l’objet de cette journée pourra donner lieu à un travail interdisciplinaire entre, par exemple, les professeurs d’histoire, de lettres, d’enseignement artistique, de philosophie.

 

Lien du jour : Définitions des termes "Génocide - Shoah - Holocauste"


Repost 0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 00:02

En désaccord avec la politique menée par Marie de Médicis, Sully quitte sa charge de surintendant des Finances mais continue de participer au Conseil.

 

Maximilien de Béthune dit Sully
né à Rosny-sur-Seine le 13 décembre 1559, décédé à Villebon en 1641

http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0329/m501704_96-017929_p.jpg

 

Le jeune Maximilien ayant d’excellentes capacités intellectuelles, est attaché dès l’âge de douze ans au service d’Henri de Navarre, le futur Henri IV. Il réussi à s’échapper au massacre de la Saint-Barthélemy en se réfugiant dans le collège de Bourgogne, où il poursuivait ses études.

 

Après le départ précipité d’Henri de Navarre de la cour en 1576, Sully continue à le servir dans ses différentes campagnes.

En 1593 il conseille au roi de se convertir au catholicisme, afin de pacifier le royaume, mais refuse lui-même d’abjurer.

 

Conseiller le plus écouté du roi, il devient successivement conseiller aux Finances en 1596, surintendant des Finances en 1598, grand maître de l’artillerie en 1599, surintendant des Bâtiments et des Fortifications et grand voyer de France 1599.

En 1602 il achète le château de Sully-sur-Loire, Henri IV le fera duc de Sully et pair de France en 1606.

 

Maximilien de Béthune, duc de Sully, démissionne de sa charge de surintendant des Finances le mercredi 26 janvier 1611.

L’assassinat d’Henri IV, dont il avait été le premier ministre, le compagnon d’armes mais aussi l’ami et le serviteur fidèle, a changé la donne pour Sully.

 

Protestant, il se sent menacé par le comité de régence présidé par la reine mère Marie de Médicis, régente du royaume de France au nom de son fils Louis XIII.

De plus, il est en total désaccord avec sa politique pro-espagnole.

 

Concini lui succèdera dès l'annonce de sa démission.


Repost 0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 00:01

La Journée internationale de la douane est parrainée par l´Organisation mondiale des douanes, qui compte 177 états membres et dont le siège social se trouve à Bruxelles.

Son but est de faciliter le commerce et les voyages pour tous les citoyens du monde.

 

Célébrée chaque année le 26 janvier, cette journée spéciale souligne les efforts des hommes et des femmes qui travaillent dans les administrations douanières du monde entier.

Traditionnellement, les pays participants organisent pour l´occasion des événements à l´échelle nationale.

 

Le rôle de la douane a aujourd’hui considérablement évolué.

Elle exerce une triple mission : tout d’abord, une mission fiscale, puis, un rôle économique et elle participe également à une mission de protection de la sécurité et de la santé publique.

 

En France, la douane qui dépend du ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, compte près de 20 000 agents.

 

Citation du jour :

"je n'suis pas un imbécile, puisque j'suis douanier"

(Fernand Raynaud)

 

Lien du jour : site internet de la Douane

Repost 0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 00:01

François Ier est né le 12 septembre 1494 à Cognac (Charente).

Son père Charles d'Orléans, duc d'Angoulême, que François n’a pas connu, était le cousin du roi Louis XII.

Fils de Charles d’Angoulême et de Louise de Savoie, François Ier appartient à la branche de Valois-Angoulême de la dynastie capétienne.

 

À 20 ans, François Ier succède à Louis XII, mort le 1er janvier 1515.

Le lundi 25 janvier, il est sacré roi de France à Reims. Son règne va durer 32 ans.

 

FRANCOIS Ier

12 septembre 1494 - 31 mars 1547

histoire roi francois 1er

Lien du jour :

14 janvier 1526 - François Ier signe le traité de Madrid

 

 

Repost 0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 00:01

Le lundi 24 janvier 1966, le vol 101 Air India, un Boeing 707 nommé Kanchenjunga, effectuant le trajet Bombay-New-York, s'écrase sur le massif du Mont-Blanc.

 

La Catastrophe du « Kanchenjunga »

A son bord, 117 passagers dont 48 marins et Homi Bahabha, le père de la bombe nucléaire indienne. Il n'y a aucun survivant.

 

Les archives précisent que le "captain" J.T Da Souza est un pilote expérimenté.

Le Boeing 707 quitte le faisceau-radar de Milan pour être pris en charge par celui de Genève.

Quelques minutes avant l’accident, le contrôleur aérien du centre régional de Genève-Cointrin signale au commandant de bord qu’il lui reste 9 km avant de survoler le massif du Mont-Blanc.

Mais pour des raisons indéterminées, ni le contrôleur, ni le pilote ne se rendent compte que l’avion ne se trouve qu’à 4.600m d’altitude, alors que pour survoler cette région, le seuil minimal est fixé à 5.800m.

À 8 h 10, le contact radio cesse.


Un sauvetage médiatisé

Les conditions de sauvetage ont complètement changé avec l'utilisation de l'hélicoptère (par rapport à la précédente catastrophe 16 ans plus tôt).

Rapidement sur les lieux, les sauveteurs ne découvrent aucun survivant.

http://www.pionnair-ge.com/spip1/IMG/jpg/B707-Air-India-1966-Mt-Blan.jpg

Les premières victimes découvertes sur les lieux de l'accident furent des singes destinés à des laboratoires, que le Boeing indien transportait dans ses soutes.

Les sauveteurs crurent d'abord qu'il s'agissait de cadavres d'enfants, mais la plupart des corps des passagers ne purent jamais être ni retrouvés, ni identifiés tant le crash avait été violent.

D'après des secouristes, certains de ces singes auraient survécu au crash et auraient marché quelques mètres dans la neige.

Une foule de reporters et de badauds investit rapidement les lieux. Assaillant de questions les pilotes d'hélicoptère, ils se bousculent pour essayer de monter à bord des appareils.

 

Terrible coïncidence...

Seize ans plus tôt (le 3 novembre 1950 exactement), le "Malabar Princess", un autre appareil d'Air India, s'était abîmé au même endroit faisant 48 morts.

Dans les deux accidents, les avions se sont désintégrés en milliers de morceaux éparpillés les versants français et italien.

Depuis une vingtaine d'années, le glacier des Bossons rejette au niveau de sa langue terminale les débris de ces deux catastrophes : bouts de ferraille, fils électriques...

 

Le glacier des Bossons est la plus grande cascade de glace d'Europe qui descend du sommet du mont Blanc.

 glacier des Bossons

Ironie du sort, le « Kanchenjunga », nom que portait l'avion, est aussi un sommet de l'Himalaya, sur la frontière indo-népalaise.


Repost 0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 00:01

De son vrai nom Henri Beyle, Stendhal est né à Grenoble le 23 Janvier 1783 dans une famille bourgeoise qu'il apprécie peu.

 

Son père, Chérubin Beyle, est avocat au Parlement.

Sa mère, Henriette Gagnon, meurt alors qu'il a 7 ans.

En 1796, Stendhal entre à l'école centrale de Grenoble où il acquiert une solide instruction.
Et en octobre 1799, il part à Paris pour passer le concours de l'École polytechnique.
Il renonce à se présenter et sera très déçu par la capitale, où il tombe malade.

http://www.armance.com/Images/jeune-stdh.gif

Un curieux parcours

Il commence en 1800 une carrière militaire et rejoint l’armée d’Italie.

L’Italie lui plaît, et notamment Milan qui l’enchante et restera pour lui «la beauté parfaite».

Cependant il démissionne en 1802 car l’armée l’ennuie.

Il pense alors entamer une carrière d’auteur dramatique.

Finalement, il reprend du service dans l’intendance en 1806, et exerce ses fonctions en Allemagne et en Autriche.

 

Il devient Conseiller d’État, mène une vie de dandy participe aux campagnes de Russie et de Saxe et tombe avec Napoléon en Avril 1814.

 

C'est la chute du Premier Empire, il part en Italie où il s'installe à Milan et y retrouve sa maîtresse Angéla Pietragrua.

Il publie en 1817 deux livres l’Histoire de la peinture en Italie et, sous le pseudonyme de Stendhal, Rome, Naples et Florence.

Il est expulsé de Milan en 1821 parce que soupçonné de soutenir les carbonari.

 

De retour à Paris, l’héritage de son père ayant fondu, presque ruiné, il décide de vivre de sa plume.

Il publie "De l’Amour" en 1822, sorte de journal de sa passion pour Mathilde, "La vie de Rossini" en 1823, "Racine et Shakespeare" en 1823-1825, et tient une chronique musicale et picturale dans le Journal de Paris.

À 43 ans, Stendhal devient romancier et publie un premier roman d’analyse "Armance" (1827), puis "Promenades dans Rome" en 1829.

Revenant au roman d’analyse, il donne à la fin de 1830, son premier chef d’œuvre,
"Le Rouge et le Noir".
Dans ce texte au réalisme teinté d'ironie, sorte de roman de formation du jeune et ambitieux Julien Sorel, Stendhal mêle de manière originale un parcours romanesque aux événements politiques de son temps.

En 1839, il achève "la Chartreuse de Parme". Mais sa santé se détériore.

Portrait stendhal 1840

Le 15 Mars 1841, il est victime d’une première attaque d’apoplexie à la suite de laquelle il est autorisé à retourner à Paris pour se faire soigner.

Le 22 Mars 1842, à dix neuf heures, sur le trottoir de la Rue neuve des Capucines, Stendhal a une seconde attaque et meurt dans la nuit.

Il est inhumé au cimetière Montmartre.


Repost 0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 00:01

Près de dix-huit ans après la fin de la guerre, le chancelier d'Allemagne de l'Ouest, Konrad Adenauer, et le président de la République française, Charles de Gaulle, signent le traité d'amitié franco-allemand de l'Élysée.

Le traité de l'Élysée du mardi 22 janvier 1963 fixe les objectifs d'une coopération accrue entre l'Allemagne et la France dans les domaines des relations internationales, de la défense et de l'éducation.

Ce traité "d'amitié et de coordination" marque également le début de la réconciliation des "ennemis héréditaires".

 

Ce rapprochement met fin à une rivalité séculaire entre les deux puissances européennes.

Le traité de l’Élysée a permis de mettre en œuvre la réconciliation historique de la France et de l’Allemagne en tissant des liens entre les jeunesses des deux pays et en développant le sentiment du caractère nécessaire et privilégié de la relation franco-allemande.

Il stipule d'ailleurs que des sommets seront organisés régulièrement entre les deux pays et instaure la création de l'Office franco-allemand de la Jeunesse.

 

Il constitue donc une référence symbolique incontournable.

 

En 1988, François Mitterrand et Helmut Kohl viendront renforcer ce rapprochement en instituant un Conseil franco-allemand de défense et de sécurité et un Conseil franco-allemand économique et financier.

 

Voir la vidéo sur le site de l'INA : Cliquez

 

Repost 0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 00:01

Le lundi 21 janvier 1793 à 10h20, sur la place de la Révolution (actuelle place de la Concorde), Louis Capet, 39 ans, ancien roi de France, est guillotiné.

Emprisonné aux Tuileries avec sa famille depuis le mois d'août 1792, il est jugé par le tribunal révolutionnaire :

 

Le 3 décembre 1792, devant la Convention, Maximilien de Robespierre, au nom des Montagnards, réclame l'exécution de Louis XVI afin de légitimer la Révolution.
Il invente pour l'occasion une expression appelée  qui sera reprise plus tard :
« criminel envers l'humanité ».

Les députés girondins craignent au contraire des désordres si le roi est exécuté. Ils voudraient en finir avec la Révolution maintenant que la démocratie est installée, mais ils ne peuvent éviter l'ouverture du procès de Louis XVI.

 

Le citoyen Louis Capet, anciennement Louis XVI, comparaît devant la Convention, constituée en tribunal pour l'occasion.
Il est accusé de haute trahison pour avoir joué double jeu face aux assemblées nées de la Révolution, avoir tenté de s'enfuir à l'étranger en juin 1791 (fuite à Varennes) et avoir comploté avec l'étranger.

Par un vote qui dure 36 heures, les députés se prononcent sur la peine à appliquer.

Il s'en faut d'une voix que Louis XVI échappe à la guillotine...

Mort de Louis XVI guillotine

 

Ses dernières paroles :

"Français, je meurs innocent ; je pardonne à mes ennemis ; je désire que ma mort soit..."

Mais la fin de ses mots sera occultée par le roulement de tambour annonçant son exécution.

Le 16 octobre 1793, sa femme Marie-Antoinette sera à son tour guillotinée en place publique.

 

Repost 0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 00:01

Le dimanche 20 janvier 1946, le général Charles de Gaulle, chef de la France libre, se présente en uniforme devant son gouvernement et annonce sa démission, après 18 mois passés à la tête du gouvernement provisoire.

 

Le lendemain, il adressera sa démission à Félix Gouin, président de l'Assemblée nationale.

 

Le motif :

C'est un désaccord avec le Parti communiste au sujet de l'élaboration de la nouvelle constitution qui est à l'origine de cette décision. Il déclare au cours du Conseil des ministres qu'il a convoqué pour annoncer sa décision :

"Le régime exclusif des partis a reparu. Je le réprouve".

 

Après le référendum du 21 octobre 1945 approuvant le projet de Constitution qu'il appuie, de Gaulle doit surmonter une grave crise politique au sein du gouvernement "tripartite".

Dès le 15 novembre, Maurice Thorez du Parti Communiste exige, en tant que premier parti de France, obtenir l'un des trois ministres clés, à savoir, la Défense nationale, l'Intérieur ou les Affaires Étrangères.

 

De Gaulle refuse et le PC renonce à ses exigences après que le Général menace d'en appeler le peuple. Pourtant, une nouvelle crise au sein du gouvernement se produit.

"Le grand Charles" annonce sa décision le 20 janvier 1946.

 

Son absence de la scène politique durera 12 ans.

Il reviendra en tant que président du Conseil le 1er juin 1958 pour juguler l'insurrection algérienne.

Il fondera une nouvelle République, dont la Constitution est approuvée par le peuple le 28 septembre. Charles de Gaulle est élu président de la Vème République et travaille en priorité à résoudre le conflit algérien.

 

Repost 0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 00:01

Que s'est-il passé un 19 janvier ?

 

Aujourd'hui, je n'ai pas réussi à choisir un événement en particulier.
Pour changer un peu, je vous propose simplement l'intitulé de plusieurs événements sans les détailler.

Peut-être en connaissez-vous d'autres ?
Ou encore, le 19 janvier représente quelque chose pour vous, dans votre vie personnelle ou dans l'histoire locale de votre commune...

 

En 639, à l'âge de trente-six ans, Dagobert Ier décède.

En 1493, le traité de Barcelone, par lequel Charles VIII, roi de France, rend l'Aragon, le Roussillon et la Cerdagne au roi d'Espagne.

En 1544, Catherine de Médicis, femme de Henri II, donne le jour à un fils qui sera un jour le roi François II.

En 1736, une autre naissance, celle de l'ingénieur écossais James Watt.

En 1839, naissance du peintre français : Paul Cézanne.

En 1840, le navigateur français Dumont d'Urville découvre la Terre Adélie (continent antarctique).

En 1857, après une loi sur le drainage, le gouvernement français adopte une loi sur les landes afin de favoriser l'extension des terres cultivables.

En 1902, création du Prix Goncourt afin de promouvoir de jeunes talents littéraires.

En 1915, premier bombardement aérien de civils par un zeppelin au Royaume-Uni.

En 1966, Indira Gandhi devient Premier Ministre de l'Inde.

 

Repost 0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 00:01

Dans le but de relancer l'économie, d'augmenter la quantité de monnaie en circulation avec une nouvelle monnaie stable, le Franc Germinal, le premier consul Napoléon Bonaparte, édite un décret stipulant la création de la Banque de France.

L'établissement installe son siège à l'hôtel de Toulouse à Paris et reçoit 30 millions de francs pour amorcer son activité.

La banque de France compte parmi ses principaux clients des banques commerciales qui prêtent de l'argent aux particuliers et qui elles-mêmes empruntent à la Banque de France.

 

Le privilège d'émission des billets limité à la capitale s'étendra à toute la France à partir de 1848.

Les nouveaux billets sont d'abord réservés à Paris et toute personne qui veut l'échanger contre des pièces doit obtenir satisfaction.

La confiance dans les billets de banque regagne peu à peu du terrain chez les Français et la nouvelle monnaie en papier envahit tout le pays.

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 00:01

Le traité de Lyon du 17 janvier 1601 met fin au conflit entre Charles-Emmanuel Ier, duc de Savoie et le roi de France Henri IV.

Le duc de Savoie, à l'issue du traité de Vervins (2 mai 1598) entre la France et l'Espagne, se rend à Paris pour négocier auprès du roi l'acquisition du marquisat de Saluces (Saluzzo), sans contre-partie, alors que le roi pensait obtenir la Bresse et le Bugey.

 

Le roi de France, agacé par l'attitude du duc, envahit la Savoie, occupant les vallées de Maurienne, Tarentaise et du Beaufortain, assiégeant la citadelle de Montmélian (1600).

 

Le Duc doit capituler et signer le traité de Lyon. Il récupère le fameux marquisat de Saluces, mais perd le contrôle du Rhône et les terres allant jusqu'à Lyon.


Lyon n’est plus une « ville frontière »

En échange du marquisat de Saluces, Henri IV reçoit de Charles-Emmanuel de Savoie le Bugey, la Bresse, la Volromey et le pays de Gex (l'actuel département de l'Ain).

Le traité du 17 janvier 1601 permet d'éloigner la frontière savoyarde de Lyon et rapprocher la frontière française de la ville de Genève, république amie.

Savoie-16em18em-siecles.gif

Repost 0

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire