Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 00:01

La Toussaint, c'est la (fête de) tous (les) saints.

La Toussaint est une fête catholique, en l'honneur de tous les saints du panthéon catholique, et non une fête chrétienne.

 

Au IVe siècle, l'église grecque décide de fêter les martyrs chrétiens. A l'origine, les premiers saints, après les apôtres, étaient des martyrs, morts pour leur foi. Cette fête est célébrée le premier dimanche après la Pentecôte dans l'église orthodoxe.

 

Au VIIe siècle, l'église catholique fait du Panthéon de Rome une église dédiée à Sainte-Marie des martyrs. Ainsi, au culte des divinités romaines se substitue le culte des saints catholiques. C'est à cette occasion que la fête de la Toussaint est instituée. A l'origine, elle est célébrée en mai. On l'a ensuite déplacée au 1er novembre.

 

La Toussaint, c'est la fête des saints et non la fête des morts !

Celle-ci a lieu le 2 novembre. Cependant, parce que la Toussaint est un jour férié, il est plus facile de se rendre au cimetière ce jour-là !


 

Repost 0
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 00:01

 

31 octobre 1512 : Inauguration de la Sixtine

Le 31 octobre 1512 est inaugurée la fresque de la chapelle Sixtine, oeuvre maîtresse de Michel-Ange (Michelangelo Buonarroti).

La chapelle Sixtine doit son nom au pape Sixte IV, né Francesco della Rovere, qui l'avait faite construire au coeur des palais du Vatican en 1481-1483. Ses murs avaient été peints à fresque par d'illustres artistes tels Botticelli, Ghirlandaio ou Le Pérugin.

 

31 octobre 1929 : Avènement du cinéma parlant en France

Le premier film parlant de l'histoire du cinéma français sort à Paris le 31 octobre 1929 .

« Les trois masques » avec Marcel Vibert et Renée Heribel, est l'œuvre du réalisateur André Hugon.

Il a été tourné à Londres en quinze jours.

Voir aussi : 6 octobre 1927 - Sortie du premier film parlant

 

31 octobre 1984 : Assassinat d'Indira Gandhi

Le 31 octobre 1984, Indira Gandhi, Premier ministre de l'Union indienne, est assassinée par ses propres gardes du corps, des Sikhs ralliés à la cause indépendantiste.

 

 

Repost 0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 23:01

Le 30 Octobre 1980, le comique Michel Colucci alias « Coluche » convoque une centaine de journalistes au théâtre du Gymnase où il se produit tous les soirs. Coluche annonce officiellement sa candidature à la présidence de la république. Tous croient à une plaisanterie.

http://www.poilagratter.net/wp-content/uploads/ac015web.jpg 

Il déclare être candidat car trop de gens ne sont pas représentés par la classe politique. Il lance même cette phrase audacieuse : « Ils nous prennent pour des imbéciles alors votons pour un imbécile ! »

Coluche amuse. Un journaliste déclarera même : « Depuis De Gaule, c'est la première fois qu'on se marre à une conférence de presse ! »

Les politiques ne le prennent pas plus au sérieux. Pour eux ce n'est qu'un coup médiatique.

C'en était un. Seulement, un sondage va complètement changer les intentions de Coluche.

Le 14 Décembre 1980, un sondage paru dans le Journal du Dimanche crédite Coluche de 16% d'intentions de votes.

Pour le PS et son candidat, François Mitterrand, la situation est dramatique.

 

Un événement va précipiter la descente de Coluche.

La police retrouve le cadavre de René Gorlin, régisseur de Coluche depuis plus de 6 ans, abattu de 2 balles dans la nuque. L'enquête conduira à un crime passionnel.

2 jours plus tard, Coluche reçoit une lettre anonyme dont les mots ont été découpés dans un journal. Le texte est édifiant : « COLUCHE : ATTENTION A LA MORT ! »

 

Il reçoit également des appels téléphoniques dont un qui fait froid dans le dos puisque l'interlocuteur lui dit que « sa passion pour les deux-roues pourrait lui être fatale. » et que « il pourrait déraper même sur chaussée sèche. »

 

Coluche, accablé par la pression médiatique et victime de menaces se retirera da la campagne présidentielle au bout de cinq mois, le 6 avril.

 

Voir aussi : 19 juin 1986 - Mort de Coluche

Repost 0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 23:01

Durant toute sa vie, Georges Brassens souffre d’une maladie des reins qui le fait particulièrement souffrir et le contraint parfois à quitter la scène.

Une de ses premières opérations chirurgicales remonte à la fin des années 50.

Il écrira plus tard la chanson « L’épave » pour exorciser ses douleurs.

Les problèmes de santé répétitifs du chanteur le font vieillir rapidement. A cinquante ans, il en paraît dix ans de plus.

En novembre 1980, Georges Brassens est atteint d’un cancer et subit une troisième opération des reins.

Il décède un an plus tard, le jeudi 29 octobre 1981. Il venait juste de fêter ses 60 ans.

Georges Brassens est l'auteur de nombreux textes qui font la fierté de la chanson française : « L’Auvergnat », « Les Copains d’Abord », "Le Gorille".

Poète, écrivain, auteur, compositeur, il inspire encore la scène française d’aujourd’hui.

 

 

 

Repost 0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 23:01

Charles de Gaulle demande aux Français de se rendre aux urnes afin de déterminer si l'élection du président de la République se fera désormais au suffrage universel.

le president de gaulle 28 octobre 1962 référendum sur l'élection présidentielle

Le 20 septembre 1962, dans une allocution télévisée, le général de Gaulle annonçait qu'il organisera prochainement un nouveau référendum pour savoir si la population française est favorable à l'élection du Président de la République au suffrage universel direct.

La proposition était faite en ces termes :

« Quand sera achevé mon propre septennat, ou si la mort ou la maladie l’interrompait avant le terme, le Président de la République sera dorénavant élu au suffrage universel. »

 

Le dimanche 28 octobre, le « oui » l'emporte avec 62,25% des voies.

En organisant ce référendum De Gaulle consolide les fondements de la Vème république mais s'attire les foudres de ses détracteurs qui jugent qu'une telle mesure confère trop de pouvoir au président.

Les premières élections présidentielles au suffrage universel auront lieu trois ans plus tard, en décembre 1965.

 


Repost 0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 23:01

Ballottée entre plusieurs royaumes, Dunkerque devient définitivement française le 27 octobre 1662.

Louis XIV rachète Dunkerque et Mardyck, (dans l’actuel département du Nord), pour 400 000 £ au roi d'Angleterre Charles II.

L'opération se fait suite à la victoire de Turenne à la bataille des Dunes, contre l'armée espagnole des Flandres dirigée par Condé, en juin 1658.

Dunkerque et son territoire, composé des paroisses environnantes, ainsi que Mardyck et les forts deviennent français, définitivement le 27 octobre 1662.

 

Le 2 décembre, le Roi Soleil fait une entrée triomphale dans Dunkerque. Vauban entreprend alors de fortifier la ville et développe son port, qui devient le plus grand port de guerre du royaume.

Louis XIV décida d’une réorganisation du littoral flamand en relevant et en élevant des fortifications autour des villes de Gravelines et de Dunkerque.

Plus tard, Colbert, alors ministre de la Marine, installe une colonie de marins venus de Picardie sur l'ancien fort de Mardyck.

 

Relire : 14 juin 1658 - Le vicomte de Turenne remporte la bataille des Dunes

 

Repost 0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 23:01

La période du Directoire est comprise entre la Constitution de l'an III et le coup d'état de Napoléon Bonaparte.

 

Première République (septembre 1792 - mai 1804)

La Première République passa par trois formes de gouvernement :

La Convention nationale, entre le 21 septembre 1792 et le 26 octobre 1795, incluant la période dite de « la Terreur » où l'essentiel du pouvoir réside dans le Comité de Salut Public (6 avril 1793- 27 juillet 1794).

Le Directoire, entre le 26 octobre 1795 et le 9 novembre 1799.

Le Consulat, issu du Coup d'État du 18 brumaire par Napoléon, entre le 10 novembre 1799 et le 18 mai 1804.

 

Le Directoire

La Constitution de l'an III est votée par les thermidoriens. Elle met fin à la Convention et instaure le Directoire. Le nouveau pouvoir exécutif est composé de deux assemblées : les Cinq-cents et les Anciens. Cependant les deux tiers des députés sont choisis parmi les conventionnels. Le général Bonaparte prend la place de Barras et devient commandant en chef de l'armée de l'intérieur.

Le Directoire échoua et ne put se maintenir au pouvoir.

 

Lien du jour : La première république

 

Repost 0
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 23:01

Énergique et ambitieux, le jeune roi anglais profite de la folie du roi Charles VI pour dénoncer la trêve conclue en 1396.

Le 25 octobre 1415, la « fleur de la chevalerie française » est anéantie à Azincourt, au nord de la Somme, par les archers et les piétons du roi d'Angleterre, Henri V de Lancastre (28 ans).

carte bataille d'Azincourt

L'armée française est écrasée par les troupes anglaises du roi Henri V à Azincourt, au nord de la Somme.

Le champ de bataille était situé sur 900 mètres de terrain découvert, coincés entre deux bois, ce qui empêchait les grandes manœuvres et joua en faveur d'Henri V.

La bataille débuta à 11 heures du matin. Les Français étaient lourdement armés (leurs armures ne pesaient plus de 20 kg) et progressaient difficilement sur le sol boueux. Les archers ennemis étaient équipés d'arcs performants, avec une portée supérieure à 200 mètres. Ils étaient, protégés par une ligne de défense constitués de pieux.

Bien qu'en supériorité numérique (50.000 contre 15.000 anglais) les Français sont trop désorganisés.

http://www.histoirdefrance.fr/images/image196.gif

Plus les Français avançaient, plus ils s’embourbaient, si bien que certains n'avaient plus la force de lever leurs armes. Henri V a décidé de profiter de cet avantage et à lancer ses archers, plus légèrement équipés, à l'assaut de l'adversaire. Ce fût le début d'un véritable massacre.

Plus de 6000 soldats français ont perdu la vie à Azincourt contre 400 Anglais.

De nombreux chevaliers sont faits prisonniers.

Azincourt est l'une des batailles les plus meurtrières du moyen-âge. Suite à cette victoire, Henri V s'emparera de la Normandie.

 

Voir aussi : 5 août 1392 - Charles VI sombre dans la folie

 

 

Repost 0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 23:02

Changement d’heure le week-end prochain !

passage à l’heure d’hiver

 

Le passage à l’heure d’hiver aura lieu dimanche 30 octobre 2011 à 3 heures du matin.
Vous devrez retirer 60 minutes à l’heure légale. Il sera alors 2 heures.

 

Le passage à l’heure d’été aura lieu dimanche 25 mars 2012 à 2 heures du matin.

 

Voir l’article : 19 mars 1917 - loi instituant l'heure d'été en France


Repost 0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 23:01

L'assemblée constituante décrète officiellement le drapeau tricolore, drapeau français, en substitution au drapeau blanc.

http://motsetmauxdemiche.blog50.com/media/00/00/887356306.jpg 

Le drapeau tricolore apparaît dans la toute jeune république française. Il est largement inspiré par la cocarde que les révolutionnaires arborent depuis 1789.

Il reprend le bleu et le rouge, couleurs de la ville de Paris, auxquelles est ajouté le blanc, couleur royale, sous l’impulsion de Lafayette. Cet emblème est confirmé par la loi du 27 pluviôse de l’an II (15 février 1794). Celle-ci précise, sur les recommandations du peintre David, que le bleu doit être attaché à la hampe, suivi du blanc et du rouge à l’extrémité.

 

Ce drapeau de proportions « 2:3 » est composé de trois bandes verticales de largeur égale.

http://beuvry62photos.unblog.fr/files/2009/11/drapeaufrance.gif

Repost 0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 23:01

Giuseppe Garibaldi tente de s'emparer de l'état pontifical protégé par Napoléon III depuis le décret du 15 septembre 1864 signé avec le roi Victor-Emannuel II.

Les troupes françaises interviennent et le Pape Pie IX obtient la protection de la France pour encore trois ans.

Le 3 novembre 1867 à Mentana, les "Chemies Rouges" de Garibaldi sont mises en déroute par la bravoure des Français et des soldats pontificaux armés du redoutable chassepot à longue portée.


plan du Vatican

Repost 0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 23:01

Le mercredi 22 octobre 1941, à Châteaubriant, en Bretagne, les Allemands fusillent 27 détenus (dont Guy Môquet) en riposte à l'assassinat d'un commandant allemand, le Feldkommandant Fritz Holtz.

Celui-ci a été abattu le 20 octobre, en plein centre de Nantes, par Gilbert Brustlein, qui a aussi participé les jours précédents au déraillement d'un train de permissionnaires allemands.

Les auteurs de ces attentats ont agi sur ordre du parti communiste clandestin, entré en résistance après l'invasion de l'URSS par la Wehrmacht le 22 juin 1941.

Sans succès, les Allemands offrent 15 millions de francs à toute personne qui leur fournirait des renseignements sur eux.

 

Le 22 octobre, en début d'après-midi, les gardes allemands assistés d'un lieutenant français procèdent à l'appel des otages dans les baraques du camp de Choisel-Châteaubriant.

Les futures victimes ont 30 minutes pour écrire une dernière lettre à leurs proches. Après quoi, chantant la Marseillaise avec leurs camarades de détention, ils montent dans les camions qui vont les transporter à la carrière de la Sablière, à deux kilomètres du camp.

Ils refusent de se faire bander les yeux. Face aux 90 SS du peloton d'exécution, 9 poteaux. Trois salves. Les victimes meurent en chantant jusqu'au bout la Marseillaise.

 

La « fameuse » lettre de Guy Môquet

L'Histoire retient du jeune otage Guy Môquet la poignante lettre ci-dessous, écrite en prison avant son exécution. 

Ma petite maman chérie,

mon tout petit frère adoré,

mon petit papa aimé,

Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c'est d'être courageuse. Je le suis et je veux l'être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j'aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon coeur, c'est que ma mort serve à quelque chose. Je n'ai pas eu le temps d'embrasser Jean.
J'ai embrassé mes deux frères Roger et Rino. Quant au véritable, je ne peux le faire hélas ! J'espère que toutes mes affaires te seront renvoyées elles pourront servir à Serge, qui je l'escompte sera fier de les porter un jour. A toi petit papa, si je t'ai fait ainsi qu'à ma petite maman, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j'ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m'as tracée.

Un dernier adieu à tous mes amis, à mon frère que j'aime beaucoup. Qu'il étudie bien pour être plus tard un homme.

17 ans et demi, ma vie a été courte, je n'ai aucun regret, si ce n'est de vous quitter tous. Je vais mourir avec Tintin, Michels. Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c'est d'être courageuse et de surmonter ta peine.

Je ne peux en mettre davantage. Je vous quitte tous, toutes, toi maman, Serge, papa, en vous embrassant de tout mon coeur d'enfant. Courage !

Votre Guy qui vous aime.

Guy


Dernières pensées : vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les 27 qui allons mourir !

 

Qui était Guy Môquet ?

Rappelons que Guy Môquet est le fils du député communiste Prosper Môquet, interné en octobre 1939, sur décision du gouvernement Daladier en raison de son ralliement au pacte germano-soviétique.

" C’est parce qu’il était communiste, et surtout fils d’un député communiste, que Guy Môquet a été désigné comme otage à fusiller dans une liste soumise aux Allemands sous la responsabilité du ministre de l’Intérieur de Vichy, Pierre Pucheu.

Arrêté par la police française parce qu’il distribuait de la propagande communiste, doit-on considérer cette action comme un acte de résistance ? Les tracts communistes de l’automne 1940 appellent ils à la résistance contre l’occupant ?

La réponse est négative si l’on considère la propagande de la direction du parti communiste, étant entendu que, localement, des communistes ont adopté des positions différentes de celle d’une direction dont ils sont souvent coupés depuis la dissolution du parti.

De juin à août 1940, les dirigeants du Parti communiste français ont entamé des négociations avec les Allemands afin d’obtenir la reparution légale de L’Humanité, interdite depuis le 26 août 1939. Dans les documents retrouvés depuis, les communistes rappellent leur soutien au pacte germano-soviétique :

« Pour l’URSS nous avons bien travaillé par conséquent par ricochet pour vous. » Ils promettent : « Nous ne ferons rien pour vous mais rien contre vous. »

Rien qui s’apparente donc à de la résistance, mais la volonté de reconstruire un parti affaibli, sur une base qui cède plus à la compromission qu’au simple compromis.

Quel est le contenu de « L’Humanité » distribuée par Guy Môquet ?

Dans les grands thèmes du journal figurent une constante dénonciation de Vichy, qui interne les communistes, défend le capitalisme et opprime le peuple, ainsi qu’une exaltation flamboyante du « génial Staline » et de l’URSS, patrie du socialisme, pays de liberté et paradis des travailleurs. "

 François Marcot
Professeur à l’Université de Franche-Comté

 

 

 

Exploitation par la propagande

Dans les années qui vont suivre, le Parti communiste exploitera la mort de l'innocent Guy Môquet et de ses camarades pour faire oublier son retard à s'engager dans le combat contre l'occupant. Cette récupération laisse dans l'oubli nombre de jeunes Français de toutes obédiences qui sont tombés les armes à la main dès les premiers mois de l'Occupation.

 

Ceci n’enlève rien à la monstruosité des exécutions sommaires du régime Nazi.

 

Repost 0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 23:01

Alors que la France avait été l’un des premiers pays à instaurer le suffrage universel masculin, il faudra un long processus pour que ce droit soit étendu aux femmes.

 

Le 18 mars 1944, le Général de Gaulle avait déclaré devant l'Assemblée consultative provisoire que « Le régime nouveau doit comporter une représentation élue par tous les hommes et toutes les femmes de chez nous ».

Le 24 mars à l'Assemblée consultative provisoire, l'amendement Fernand Grenier instaurant le vote des femmes est adopté par 51 voix contre 16.

L'ordonnance du 5 octobre 1944 accordait officiellement le droit de vote aux Françaises.

Le suffrage universel donc prend tout son sens.

Les dimanches 29 avril et 13 mai 1945, c’est le premier vote des femmes aux élections municipales.

 

Le dimanche 21 octobre 1945, les femmes participent massivement pour élire les membres de la nouvelle assemblée constituante : 33 femmes sont élues membres de l'Assemblée nationale constituante.

http://homosexus.hypotheses.org/files/2009/01/vote-femmes-19451.jpg

Voir aussi :

8 mars - Journée internationale des droits de la femme

21 avril 1944 - Les femmes obtiennent le droit de vote

Chronologie du droit vote des femmes

 

 

Repost 0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 23:01

Les guerres de religion opposant les catholiques et les protestants durent en France depuis 1562. Le roi Henri III de Navarre (né Henri de Bourbon) est l’héritier de la couronne de France (futur Henri IV), et par ailleurs le chef du parti protestant. Le roi de France étant Henri III, son beau-frère et cousin.

 

Le 20 octobre 1587, Henri de Navarre bat les ligueurs catholiques commandés par le duc de Joyeuse lors de la bataille de Coutras (Gironde), malgré des effectifs inférieurs.

http://www.henri-iv.culture.fr/medias/communs/images/grand_format/0/104_4.jpg 

Après un début de bataille qui donne l'avantage aux catholiques, Henri de Navarre utilise l'artillerie et la cavalerie, gardées en réserve. L'armée royale fléchit.

En effet, le duc de Joyeuse lance sa charge de loin, au grand galop. Quand il arrive au contact, ses chevaux sont épuisés, et ses escadrons de lanciers ont perdu leur cohésion, perdant toute efficacité.

C'est un corps-à-corps qui s’engage, dans lequel Henri de Navarre fait preuve d'un courage remarquable.

La bataille fait 2000 mort chez les catholiques, parmi lesquels le chef de l'armée royale, le duc de Joyeuse, l'un des favoris (les fameux « mignons ») du roi Henri III.

 

En fin stratège politique, pour préparer la réconciliation future entre les deux clans ennemis, Henri III de Navarre organise dès le lendemain, à Libourne, de grandioses funérailles pour les victimes des deux camps.

Il renvoie la dépouille de Joyeuse au roi de France avec un message de sincère contrition :

« Je suis bien marri qu'en cette journée je ne pus faire de différence des bons et naturels Français d'avec les partisans et adhérents de la Ligue... Croyez, mon cousin, qu'il me fâche fort du sang qui se répand... ».

La défaite achève de discréditer Henri III aux yeux des ligueurs catholiques. Ceux-ci vont se rallier aux Guise et chasser le roi de Paris.

 

Pour rétablir la paix et s’assurer le trône, Henri de Navarre, ayant succédé à Henri III sous le nom d’Henri IV, se convertira définitivement au catholicisme en 1593 et sera sacré à Chartres en 1594. Les nobles catholiques finiront par se rallier au roi, mettant ainsi fin aux guerres de Religion.

 

Pour s’y retrouver, voir aussi :

19 septembre 1551 - Naissance d’Henri III de France

27 février 1594 - Sacre d'Henri IV

13 avril 1598 - Signature de l'Édit de Nantes

Les guerres de religion en France

 

Repost 0
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 23:01

Camille Claudel est née à Fère-en-Tardenois (dans l’Aisne) le 8 décembre 1864, est la sœur du célèbre écrivain Paul Claudel.

Camille Claudel

Camille est rapidement sûre de sa vocation.

Elle s'établit alors à Paris en 1881. Deux ans plus tard, elle rencontre d'Auguste Rodin.

Elle devient la maîtresse de Rodin qui a 24 ans de plus qu'elle, et en 1884 elle commence à travailler dans son atelier, pour lui (parfois même comme modèle) et avec lui.

Mais elle fait aussi ses propres œuvres qui sont exposées chaque année au Salon des Artistes français.

Relation passionnelle qui se détériore lorsqu'elle comprend qu'elle ne deviendra jamais sa femme, évincée par Rose Beuret.

Les deux artistes s'influençaient réciproquement, cependant les œuvres de Camille Claudel acquièrent paradoxalement un nouveau souffle au moment de cette rupture.

Utilisant l'onyx, matériau rare, elle fondera ses compositions sur d'élégants jeux de courbes. Elle travaille aussi bien le plâtre et l'argile, que le marbre où elle est même meilleure que Rodin.

 

 

Camille Claudel est décédée à l'âge de 78 ans à Montfavet (dans le Vaucluse) le 19 octobre 1943.

Vivant misérablement, Camille Claudel s'enferme bientôt dans la solitude et sombre peu à peu dans la folie. Lorsque son père meurt, le 2 mars 1913, Camille semble ne pas en être prévenue elle n'assistera d'ailleurs pas à l'inhumation.

Sa famille la fait interner à l’asile de Ville-Évrard, où elle entre dès le 10 mars.

En 1914, la Première Guerre mondiale éclate et les hôpitaux sont réquisitionnés : elle est transférée le 9 septembre à l'asile d'aliénés de Montdevergues, à Montfavet, dans le Vaucluse.

Elle meurt le 19 octobre 1943 d'une attaque cérébrale, sans doute par suite de la malnutrition sévissant à l'hôpital.

 

Repost 0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 23:01

La promulgation de l’édit de Nantes, le 13 avril 1598, avait permit l’arrêt des guerres de religion qui ont ravagé le royaume de France au XVIe siècle.

Le Roi-Soleil met fin à 87 ans de tolérance religieuse en abolissant l'édit de Nantes (signé par son grand-père Henri IV) au profit de l'édit de Fontainebleau.

http://www.servir.caef.net/wp-content/uploads/2009/11/R%C3%A9vocation-Edit-de-Nantes.jpg

Louis XIV ne conçoit pas que plusieurs religions puissent coexister dans son royaume et veut en finir avec les huguenots. Le 18 octobre 1685, à Fontainebleau, il révoque l'Édit de tolérance.

Par ce nouvel édit, le Roi-Soleil signifie qu'il n'y a plus de religion autorisée en France en-dehors de la religion catholique.

L'édit de Fontainebleau interdit donc le protestantisme : les temples et les écoles réformés doivent être détruits, les pasteurs sont contraints à l'exil.

 

Par contre, les fidèles protestants sont obligés de rester. Cependant, beaucoup partiront vers l'étranger (Londres, Genève ou Amsterdam), privant la France d'une bonne partie de l'élite intellectuelle et économique.

 

Très vite, le roi peut mesurer l'étendue de son erreur.

Des foyers de résistance se forment. Les dragonnades doivent reprendre. Dans les Cévennes (Lozère et nord du Gard), la révolte des Camisards éclate en 1702.

 

Sans attendre la publication de l'édit de Fontainebleau et malgré l'interdiction qui leur est faite de s'enfuir, près de 300.000 « religionnaires » quittent la France.

 

Ces exilés issus de la bourgeoisie laborieuse vont faire la fortune de leur pays d'accueil et leur départ va appauvrir la France en la privant de nombreux talents. Ils vont aussi nourrir à l'extérieur les ressentiments contre la France et son monarque.

 

Voir aussi : 13 avril 1598 - Signature de l'Édit de Nantes


Repost 0
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 23:01

La Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté est célébrée chaque 17 octobre depuis 1993.

 

Journée mondiale refus de la misère

Le 17 octobre 1987, à l'appel du Père Joseph Wresinski, 100.000 défenseurs des Droits de l'Homme se sont rassemblés sur le Parvis du Trocadéro, à Paris, pour rendre honneur aux victimes de la faim, de la violence et de l'ignorance, pour dire leur refus de la misère et appeler l'humanité à s'unir pour faire respecter les Droits de l'Homme. Une dalle, proclamant ce message, a été inaugurée à cette occasion sur le Parvis des Libertés et des Droits de l'Homme, là où fut signée, en 1948, la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. On peut y lire l'appel du père Joseph :

« Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l'homme sont violés. S'unir pour les faire respecter est un devoir sacré. »

logo Journée mondiale refus de la misère logo Journée mondiale refus de la misère

Depuis cette date, le 17 octobre de chaque année, les plus pauvres et tous ceux qui refusent la misère et l'exclusion se rassemblent dans le monde entier afin de témoigner de leur solidarité et de leur engagement pour que la dignité et la liberté de tous soient respectées.

Ainsi est née la « Journée Mondiale du Refus de la Misère ».

 

Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté

Le 17 octobre 1992, Monsieur Javier Perez de Cuellar, ancien Secrétaire général de l'ONU, au nom d'un groupe de personnalités internationales rassemblées dans le Comité pour la Journée Mondiale du Refus de la Misère, lance un appel pour la reconnaissance du 17 octobre.

 

C’est le 22 décembre 1992 que l'assemblée générale des Nations Unies a désigné le 17 octobre « Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté » pour sensibiliser à la nécessité d'éradiquer la pauvreté et la misère dans tous les pays, en particulier dans les pays en développement.

 

Le thème de la Journée 2011est : « De la pauvreté à la viabilité: les personnes au sein d'un développement sans exclusion ».

 

La Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté 2011 est une occasion de reconnaître les efforts et le courage des personnes vivant en très grande pauvreté et de faire entendre leur voix. 

L'objectif de la Journée est d'illustrer de quelle façon les personnes vivant dans la pauvreté participent concrètement à la protection de l'environnement et à l'éradication de la pauvreté, et comment ces efforts peuvent être soutenus et développés.

 

Repost 0
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 23:01

Après un procès expéditif entamé le 14 octobre, la reine déchue Marie-Antoinette est exécutée place de la Révolution à Paris. C’est avec courage et dignité qu’elle monte sur l’échafaud, laissant derrière elle son fils et sa fille. Elle est condamnée à la guillotine pour trahison. Emprisonnée depuis l’été 1792, elle meurt moins d’un an après l’exécution de son époux, Louis XVI.

http://bastille-day.com/media/Marie_Antoinette_Execution.jpg

Née à Vienne, Autriche le 2 novembre 1755, Fille de François Ier de Lorraine, empereur germanique et de Marie-Thérèse impératrice d'Autriche, Marie-Antoinette est élevée à Vienne, dans la patrie de sa mère. Elle épouse à 15 ans le dauphin Louis, futur Louis XVI.

Elle devient reine de France en 1774, à l'âge de 19 ans.

Durant les émeutes du 5 octobre 1789, elle doit quitter Versailles avec sa famille pour les Tuileries.

Tentant d'échapper à leur sort, elle s'enfuit avec le roi mais ils sont arrêtés à Varennes. Elle est emprisonnée au Temple après le 10 août 1792.

A la mort de Louis XVI, elle est transférée à la Conciergerie et séparée de son fils le dauphin dit Louis XVII, âgé de 8 ans.


Repost 0
Par Archimède - dans Décès
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 23:01

François Mitterrand est reçu par le maréchal Pétain avec plusieurs responsables du Comité d'entraide aux prisonniers rapatriés de l'Allier.

15 octobre 1942 : Mitterrand rencontre Pétain

En 1941, François Mitterrand travailla pour le régime de Vichy dans le cadre du commissariat aux prisonniers de guerre et fut même décoré de la francisque au printemps 1943.

Longtemps passé sous silence, cet épisode fut « révélé » en 1994 par le livre du journaliste Pierre Péan « Une jeunesse française ».

 

Cela provoqua une assez vive émotion dans l'opinion publique, d'autant que l'on avait déjà reproché au président de la République ses liens personnels avec René Bousquet, ancien secrétaire général de la police de Vichy, assassiné l'année précédente, ou encore son passage aux volontaires nationaux (mouvement de jeunesse des Croix de Feu du colonel de La Rocque) dans les années 1930.

 

Le jeune militant de l’Action Française qui dans le sillon de Charles Maurras manifestait len Février 1935, Place de la Concorde aux cris de « Aux Français la France ! » contre l’autorisation accordée à des médecins d’origine étrangère de s’établir en France…

http://lechatdorleans.files.wordpress.com/2011/05/mitterrand1.jpeg

http://blogdejeromehelie.files.wordpress.com/2011/01/mitterrand_1935-62d17.jpg

Le 24 octobre 1940, Pétain rencontrait Hitler à Montoire, et entraînait les Français dans la collaboration avec les nazis.

En 1942 Mitterrand est « chef de la section presse » intimement liée à la propagande en faveur du maréchal Pétain et de l'Allemagne nazie.

 

Voir aussi :

19 juin 1942 - Mitterrand à Vichy

La Francisque

Repost 1
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 23:01

Molière donne la première représentation du « Bourgeois gentilhomme » au château de Chambord, devant le roi Louis XIV et sa cour.

La musique est signée par son fidèle compagnon, de Jean-Baptiste Lully, les ballets sont de Pierre Beauchamp, les décors de Carlo Vigarani et les costumes turcs du chevalier d'Arvieux.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/94/LeBourgeoisGentilhomme.jpg/405px-LeBourgeoisGentilhomme.jpg

Satyre de la bourgeoisie française de l'époque, cette vingt-cinquième pièce de Molière dépeint un personnage délirant d'imagination, qui se prend à son jeu de grand seigneur. La pièce est une « comédie-ballet », comme beaucoup d'œuvres de Molière.

 

Molière s'inquiète de l'accueil réservé du roi à sa pièce après la représentation de Chambord. C'est seulement au bout de cinq jours que le roi lui confie qu'il a trouvé la comédie excellente. Les Parisiens attendront cinq semaines avant de la découvrir à leur tour le 24 novembre 1670 au théâtre du Palais-Royal.

 

A 47 ans « Le Bourgeois gentilhomme », est une des dernières de Molière. Il mourra trois ans plus tard sur scène, lors d'une ultime interprétation du « Malade imaginaire ».


Repost 0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 23:02

-e Vichy (1940-44) et le gouvernement provisoire né de la libération (1944-46), la France se dote d'une nouvelle Constitution.

 

Au terme d'un long processus d'élaboration, le projet constitutionnel est adopté par référendum avec une courte majorité (53%).

Il définit un bicamérisme complexe et déséquilibré : la Chambre des députés a un rôle envahissant.

Les institutions de la Quatrième République restent proches de celle de la Troisième République avec un chef d'État faible et un gouvernement exerçant l'essentiel du pouvoir exécutif.

En effet, le fait d'être élue au suffrage universel direct (donc sans intermédiaire) donne à l'Assemblée nationale une grande légitimité face au Conseil de la République et au Président de la République, ces deux dernières institutions étant élues au suffrage universel indirect.

 

Douze ans plus tard, la France adoptera une autre Constitution, celle de la Vème République, qui donnera plus de pouvoir au Président de la République.

quatrième République

5-republique.jpg

 

Lien du jour : Histoire des institutions Françaises

 

 

Repost 0
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 23:01

Après deux longs mois de mer, le navigateur génois et ses hommes découvrent ce qu'ils croient être les Indes. Six mois plus tôt, Cristobal Colón a convaincu les souverains espagnols de le soutenir dans son projet fou d'atteindre l'Asie des épices en navigant vers l'Ouest, à travers l'Océan Atlantique. Le départ a lieu le 3 août 1492.

Après une escale dans l'archipel des Canaries, possession espagnole, la flottille fonce vers le sud-ouest en suivant les alizés.

http://brevehistoire.free.fr/Image/Decouverte_Amerique.jpg

Persuadé d'avoir atteint l'Asie des épices Colomb baptise ces nouvelles terres « les indes » et les hommes qui les peuplent « les indiens ».

Mais Colomb se trompe, il vient de découvrir une île américaine et non pas le continent asiatique. Ses trois caravelles la Niña, la Pinta et la Santa Maria, accostent sur l'île de Guanahani dans les Bahamas actuelles.

Après en avoir pris possession au nom des rois catholiques espagnols Isabelle et Fernand, il lui donnera le nom de San Salvador (Saint Sauveur).

 

Repost 0
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 23:01

Née 19 décembre 1915 à Paris, la reine de la chanson française s'éteint dans les Alpes-Maritimes le 11 octobre 1963, le même jour que son ami Jean Cocteau.

Surnommée la « môme Piaf » était rapidement devenue une star de la chanson dans le Paris populaire de l'avant-guerre.

Elle est repérée à Pigalle en 1935 par Louis Leplée, directeur d'un cabaret des Champs-Elysées, qui la produit sous le nom de « la môme Piaf ». Elle est produite l'année suivante par Raymond Asso sous son nom d'artiste. Le public la découvre à la salle de l'ABC, où elle séduit avec la chanson « Mon légionnaire ».

En 1940, Cocteau écrit une pièce pour elle et son compagnon Paul Meurisse « Le bel indifférent ». Cette œuvre révèlera aussi au public la force de Piaf et ses immenses qualités de comédienne. Elle écrira « L'hymne à l'amour » pour l'homme le plus important de sa vie, le boxeur français Marcel Cerdan, décédé dans un accident d'avion en 1949.

 

De maladies en accidents et échecs sentimentaux successifs, elle tombe dans la drogue pour adoucir la douleur puis dans la déchéance.

L'alcool, la drogue et différents accidents de voiture ont gravement altéré sa santé à partir des années 50. Elle subit plusieurs cures de désintoxication sans cesser de travailler.

 

Partie de rien dans l'existence, elle aime par dessus tout lancer les artistes en qui elle croit tels Gilbert Bécaud, Les Compagnons de la chanson (Les Trois Cloches, 1946), Yves Montand ou Georges Moustaki...

 

Édith Piaf meurt le vendredi 11 octobre 1963 à Plascassier (un quartier excentré de Grasse) à l'âge de 48 ans d'une hémorragie interne (rupture d'anévrisme) due à une insuffisance hépatique.

Les obsèques d'Édith Piaf ont lieu à l'église Saint-Honoré d'Eylau. Et c'est devant une foule immense de plus de 40.000 admirateurs, qu'elle est enterrée au cimetière du Père Lachaise le 14 octobre.

Repost 0
Par Archimède - dans Décès
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 23:01

Le « Canard enchaîné » dévoile l'affaire des diamants, peu après le renversement du dictateur centre-africain Jean-Bedel Bokassa (le 20 septembre).

http://s1.lemde.fr/image/2011/09/14/540x270/1572377_3_82bd_jean-bedel-bokassa-raccompagne-par-valery.jpg

Le mercredi 10 octobre 1979, le Canard Enchaîné révèle que Bokassa Ier, empereur de Centrafrique, aurait offert une plaquette de bijoux d'une valeur estimée de un million de francs à Valéry Giscard d'Estaing, alors qu'il n'était que ministre des finances et se rendait en Centrafrique pour des parties de chasse en 1973.

 

Au moment de cette révélation, Valéry Giscard d'Estaing est président de la République. Il peinera à trouver des explications pour justifier ce somptueux cadeau.

 

En avril 1979, plusieurs dizaines d'écoliers sont tués dans les prisons de Bangi, la capitale centrafricaine. Une commission d'enquête conclut à la participation "quasi-certaine" de Jean Bédel Bokassa à ce massacre, et en septembre, la France fait intervenir l'armée pour le remplacer par David Dacko, ancien président.

Selon certaines sources, l'entourage de M. Bokassa aurait alors aidé à la révélation de l'affaire des diamants, le "président à vie" espérant ainsi faire pression sur l'Elysée pour retrouver son trône.

 

Au terme du conseil des ministres qui siège le 10 octobre, le porte-parole, Pierre Hunt, déclare, à ce sujet que « le conseil n'a évoqué que des affaires sérieuses ».

En fin d'après-midi, l'Agence France-Presse publie une dépêche ainsi rédigée : En réponse à une question concernant la pratique des cadeaux diplomatiques, on indique, à l'Elysée, que les échanges de cadeaux de caractère traditionnel, notamment lors des visites de membres du gouvernement dans les Etats étrangers, n'ont, en aucun cas, ni le caractère ni la valeur qui ont été mentionnés par certains organes de presse à propos du Centrafrique.


Repost 0
Par Archimède - dans Scandales
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 09:05

N'oubliez pas que le mois d'octobre est le mois rose du dépistage du cancer du sein.

La Ligue contre le cancer se mobilise aux côtés des femmes pour promouvoir le dépistage organisé du cancer du sein.

octobre rose

Repost 0

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire