Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 00:02

Le samedi 5 février 1921, les spectateurs américains découvrent The Kid, le premier long métrage de Charlie Chaplin. Le film est produit par la société de production de Charlie Spencer Chaplin et de ses amis acteurs Douglas Fairbanks et Mary Pickford, la United Artists Corporation. En France, le film sortira sous le nom de « Le gosse ».

Un pauvre vitrier recueille un enfant abandonné par sa mère victime d'un séducteur. L'enfant casse des carreaux pour aider son père adoptif, qui l'arrache à des dames patronnesses, puis le rend à sa mère, devenue riche...

 

Voir aussi :

28 décembre 1895 - Séance publique du cinématographe

6 octobre 1927 : Sortie du premier film parlant

 

Repost 0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 00:01

Le cancer constitue la première cause de mortalité dans le monde.

Chaque année, l’OMS, aux côtés de l’Union internationale contre le cancer, met en avant des moyens susceptibles de faire reculer la charge de cette maladie partout dans le monde.

http://static.cybercartes.com/ccimg/images_cc/cc_cb_110004.jpg 

Prévention

Aujourd’hui, l’accent sera mis sur la prévention. On considère en effet que 4 cancers sur 10 pourraient être évités grâce à des mesures comme la vaccination ou une hygiène de vie plus saine.

 

Actuellement, le cancer du poumon est celui qui provoque le plus de décès chaque année. Viennent ensuite les cancers de l’estomac, du foie, et le cancer colorectal.

Bien qu’il existe des prédispositions génétiques, des mesures quotidiennes peuvent être mises en application pour diminuer le risque de développer un cancer.

 

L’OMS rappelle qu’il est important de se protéger des rayons ultraviolets, d’éviter les substances toxiques comme le tabac ou l’alcool, et de pratiquer une activité physique régulière qui permettra de limiter la surcharge pondérale et le stress.

Les dépistages sont également recommandés, dans le cas du cancer du sein ou du col de l’utérus.


Cette journée mondiale de lutte contre le cancer est donc l’occasion de rassembler les populations autour d’une même cause, d’apporter son soutien aux malades mais surtout de prévenir et sensibiliser le plus grand nombre.

Repost 0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 00:01

Le 3 février 1954 commence le siège du camp retranché de Diên Biên Phu, dans la région montagneuse du haut Tonkin, près de la frontière avec le Laos.

 

Un siècle de présence française en Indochine va se terminer dans cette cuvette où le général Henri Navarre a concentré 15.000 hommes, avec l'objectif de desserrer l'étau des communistes vietnamiens sur le riche delta du Tonkin.

 

A l'extérieur de la cuvette, plus de 30.000 soldats aux ordres du général Vo Nguyên Giap sont prêts à assaillir l'occupant français. Le siège prendra fin le 7 mai avec une écrasante victoire des partisans de Hô Chi Minh.

 

La défaite de Diên Biên Phu marque la fin de la présence française en Indochine. Le retrait français sera définitivement scellé lors de la signature des accords de Genève, le 21 juin.

La bataille aura fait 3.000 morts et disparus dans le camp français ainsi que 4.000 blessés. 10.000 hommes sont faits prisonniers et vont subir un long calvaire dans la jungle, humiliés de toutes les façons possibles par les vainqueurs. Seuls 3.300 seront libérés, épuisés, en septembre 1954. Du côté vietnamien, les chiffres sont plus incertains. Il y aurait eu 20.000 à 30.000 tués et blessés.

 

Repost 0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 00:01

Le 2 février 1625, les Hollandais établissent un fortin sur l'île de Manhattan, à l'embouchure du fleuve Hudson. Autour du fortin se sont installées trente familles de protestants flamands, français et surtout wallons, envoyées par la Compagnie hollandaise des Indes occidentales.

http://bible-truths.com/tower2.jpg

La petite colonie est baptisée « La Nouvelle Amsterdam ».

Le gouverneur hollandais, Peter Minuit, légalise l'occupation en remettant aux Indiens Algonkins des parages quelques perles de pacotille d'une valeur de 60 florins ou 24 dollars. Les débuts sont difficiles. Guerres avec les Algonkins, épidémies de choléra...

En 1664, quatre navires anglais bloquent le port et le gouverneur Peter Stuyvesant se résout à céder la colonie au roi d'Angleterre.

La Nouvelle Amsterdam devient New York, en hommage au duc d'York, futur roi d'Angleterre sous le nom de Jacques II.

 

La ville connaît un rapide développement grâce au commerce des fourrures avec la région des Grands Lacs. Quand éclate la guerre d'Indépendance, c'est déjà la principale ville d'Amérique du Nord avec 30.000 habitants.

La métropole compte 500.000 habitants en 1850 et trois millions à la fin du XIXe siècle. L'invention de l'ascenseur électrique suscite la construction des premiers gratte-ciel, posés sans façon sur le granit de Manhattan.

Les immigrants affluent d'Europe. Au total, 16 millions transitent par Ellis Island, aujourd'hui transformée en musée.

 

Aujourd'hui, New York sa population est de 7 millions d'habitants.

 

Repost 0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 00:01

Le 1er février 1328, le roi de France Charles IV le Bel, troisième et dernier fils de Philippe le Bel, meurt à trente-quatre ans en laissant une épouse sur le point d'accoucher. Celle-ci donne naissance à une fille.

http://membres.multimania.fr/nexus98/charles4.jpg

Pour la première fois depuis Hugues Capet, il ne se trouve pas un garçon pour perpétuer la dynastie en ligne directe... La succession par les femmes est rejetée comme elle l'avait déjà été onze ans plus tôt, après la mort de Louis X le Hutin et de son fils Jean 1er le Posthume.

 

Les grands seigneurs du royaume renouent avec le rite de l'élection et hissent sur le trône un cousin du défunt roi, Philippe de Valois, qui devient Philippe VI.

Cette élection va faire des jaloux et l'on éprouvera a posteriori le besoin de la justifier par une « loi salique » qui officialise l'inaptitude des femmes à accéder au trône capétien...

 

Voir aussi : 3 janvier 1322 - Avènement de Charles IV le Bel

 

Repost 0
Par Archimède - dans Décès
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 00:01

Encerclées dans Stalingrad (l'actuelle Volgograd) depuis la fin novembre 1942, les troupes de la VIe armée allemande de Friedrich Von Paulus se rendent à l'armée rouge.

 

Le froid de plus en plus rigoureux et les munitions de plus en plus rares finissent par décourager définitivement les soldats d'Hitler. Ce dernier a interdit à Von Paulus de se rendre. Il l'a fait élever au rang de maréchal du Reich le 25 pour l'empêcher de capituler. Mais en vain.

Le 31 janvier 1943, le maréchal Friedrich Paulus signe la capitulation du secteur sud de la ville. Le 2 février, c'est au tour du secteur nord de cesser toute résistance.

90.000 allemands sont morts de froid et de faim au cours du siège de Stalingrad.

 

Un tournant dans la guerre contre l’Allemagne

La victoire des Soviétiques, trois mois après celle des Britanniques à El Alamein, soulève un immense espoir dans les pays soumis à l'occupation allemande. En démontrant la vulnérabilité des armées allemandes, la bataille de Stalingrad marque un tournant dans la Seconde Guerre mondiale.

Les troupes Soviétiques passent alors à la contre offensive et progressent à leur tour (occupation de l’Ukraine, libération de Leningrad en janvier 1944)

La bataille de Stalingrad marque, un tournant dans la Seconde Guerre mondiale qui augure, d’une possible résistance : la victoire des troupes alliées sur le nazisme se dessine.

 

De nombreux collaborateurs du régime de Vichy deviendront « résistants » après la défaite de l’Allemagne à Stalingrad et l’avancée de troupes soviétiques.

les Allemands capitulent à Stalingrad

 

Repost 0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 00:07

Du 30 janvier au 8 février 1944, le gouvernement provisoire du général de Gaulle organise à Brazzaville, capitale de l'AEF (Afrique Équatoriale Française), une réunion destinée à rétablir son autorité dans les colonies françaises d'Afrique.

gaulle-conference-brazzaville-1944

Le chef de la France Libre prononce à cette occasion un discours où il énonce sa vision de la vocation coloniale de la France et écarte toute idée d'indépendance pour les colonies :
« En Afrique française comme dans tous les autres territoires où des hommes vivent sous notre drapeau, il n'y aurait aucun progrès qui soit un progrès, si les hommes, sur leur terre natale, n'en profitaient pas moralement et matériellement, s'ils ne pouvaient s'élever peu à peu jusqu'au niveau où ils seront capables de participer chez eux à la gestion de leurs propres affaires. C'est le devoir de la France de faire en sorte qu'il en soit ainsi ».

Le gouverneur Félix Éboué, petit-fils d'esclave originaire de Guyane, qui s'est rallié dès 1940 au général de Gaulle, figure parmi les principaux inspirateurs du discours.

 

Repost 0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 00:01

29 janvier 1635 : Fondation de l'Académie française

Le cardinal de Richelieu signe les lettres patentes qui fondent l'Académie française.

L'Académie française est issue d'un petit groupe d'érudits qui se réunissaient chaque semaine chez Valentin Conrart, secrétaire de Louis XIII.

L'habile Richelieu a l'idée de s'attacher ces gens de lettres et de les mettre au service de l'État et de la monarchie. Il invite les érudits à se constituer en corps officiel et leur accorde sa protection.

 

29 janvier 1820 : Début du règne de George IV du Royaume-Uni

Georges IV devient d'abord régent du Royaume-Uni après que son père ait sombré dans la folie suite au décès de l'une de ses filles. Georges III décède et son fils accède au trône le 29 janvier 1820.

 

29 janvier 1853 : Napoléon III épouse Eugénie de Montijo

Éperdument amoureux depuis plusieurs mois, Napoléon III épouse la jeune espagnole Eugenia Maria de Montijo de Guzman, comtesse de Teba. Le mariage est célébré à Notre-Dame de Paris.

 

29 janvier 1886 : Carl Benz brevette la première automobile

Installant un moteur à explosion sur un tricycle en le munissant d’une boîte de vitesse et d’un différentiel, Carl Benz construit ce qui est considéré comme la première automobile. Des engins motorisés avaient déjà été construits, mais le tricycle de Carl Benz est la première automobile aboutie qui va pouvoir engendrer une commercialisation et une production industrielle.

 

29 janvier 1916 : Un Zeppelin allemand bombarde Paris

Un ballon dirigeable allemand lâche 17 bombes sur l'Est de la capitale provoquant la mort de 26 personnes.

Détail

 

29 janvier 1966 : Compromis du Luxembourg

Alors que la France refuse de prendre part au Conseil européen depuis juillet 1965, tous les membres de la CEE se rassemblent pour trouver un compromis et mettre fin à la crise. La France reprochait notamment à la Communauté de n’avoir pas tenu ses engagements quant au financement de la Politique agricole commune (PAC).

 

Repost 0
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 00:01

Le roi d'Angleterre Henri VIII meurt dans son palais de Westminster après 38 ans de règne et 6 mariages.

 

Henri VIII monte sur le trône d'Angleterre à 17 ans, le 22 avril 1509.

Il succède à son père Henri VII, fondateur de la dynastie des Tudor, en lieu et place de son frère aîné Arthur, mort prématurément.

Son époque aura été marquée par l'exécution de deux de ses épouses pour adultère, par le rattachement du pays de Galles à la couronne d'Angleterre et enfin par la Réforme anglicane et le schisme avec l'église catholique romaine.

Agé de 9 ans, le fils qu'il a eu avec sa quatrième femme Jeanne Seymour lui succède sur le trône sous le nom d’Edouard VI.

Henri VIII roi d’Angleterre Barbe-bleue 

Une vie conjugale mouvementée :

Quelques semaines après sa montée sur le trône d'Angleterre, Henri VIII épouse Catherine d'Aragon qui lui donna une unique fille, Marie, qui deviendra Marie Ière d'Angleterre. Faute d'héritier mâle, Henri VIII demanda l'annulation du mariage en 1527 et répudia Catherine d'Aragon en 1532 ; elle mourut en 1536.

En 1522, Henri VIII vit pour la première fois Anne Boleyn lors d'un bal masqué où elle y a exécuté une danse. En 1525, Henri VIII commença à la courtiser. Il l'épousera en janvier 1533 ; elle sera faite reine d'Angleterre grâce à l'annulation du mariage avec Catherine d'Aragon par l'archevêque de Canterbury.

En 1536, accusée d'adultère et d'inceste, semble-t-il à tord, Anne Boleyn, qui n'a donné qu'une fille, la future Elisabeth Ière, à Henri VIII, est exécutée.

Quelques jours après l'exécution d'Anne Boleyn, Henri VIII épouse Jeanne Seymour (le 30 mai 1536). En 1537, elle meurt deux jours après avoir donné au roi son premier fils légitime, le futur Edouard VI.

En 1540, Henri VIII épouse Anne de Clèves afin de lier l'Angleterre et les princes protestants d'Allemagne. Ayant rompu son alliance avec les protestants allemands, Henri VIII répudia Anne de Clèves six mois après leur mariage. Anne de Clèves continua néanmoins à poursuivre sa vie paisiblement. En mourut à Chelsea en 1557.

Henri VIII épousa le 28 juillet 1540 la nièce du duc de Norfolk, Catherine Howard, qui poussa le roi, alors chef de l'Église anglicane, à un rapprochement avec les catholiques. Accusée à son tour d'infidélité par Thomas Cranmer, archevêque de Canterbury, elle fut condamnée à mort et exécutée le 13 février 1542 dans la tour de Londres.

En 1543, Henri VIII épouse sa sixième et dernière épouse, Catherine Parr. Le roi mourut le 28 janvier 1547, laissant veuve Catherine Parr. Elle mourut l'année d'après.

 

Repost 0
Par Archimède - dans Décès
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 00:01

Le samedi 27 janvier 1945, les troupes soviétiques découvrent le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, à l'ouest de Cracovie (Pologne).

Libération du camp d'Auschwitz-Birkenau 

En janvier 1945, l'armée rouge approche d'Auschwitz. On commence à entendre le canon ; les nazis décident d'évacuer le camp.

Le 18 janvier, les déportés rassemblés par les S.S. sont jetés sur les routes. Les terribles marches de la mort commencent alors : à pied ou dans des wagons à ciel ouvert, les déportés sont transportés vers les camps encore en activité.

Les nazis évacuèrent du camp 58.000 prisonniers encore capables de marcher. Ils laissèrent derrière eux plus de 7.000 prisonniers malades ou invalides, persuadés qu'ils ne survivraient que très peu de temps.

 

Le 27 janvier, les libérateurs soviétiques découvrent le camp d'extermination, ils sont accueillis par 7.650 détenus survivants et ont la révélation de la Shoah.

Les journaux du lendemain restent néanmoins muets sur cet événement et l'opinion publique mondiale ne prendra la mesure de la tragédie que bien après la fin de la Seconde Guerre mondiale !

Libération du camp d'Auschwitz-Birkenau

Le complexe concentrationnaire d'Auschwitz était constitué de trois camps :

Auschwitz I camp principal ;

Auschwitz II, ou Birkenau, ouvert le 8 octobre 1941 en tant que camp d'extermination ;

Auschwitz III ou Monowitz, ouvert le 31 mai 1942 en tant que camp de travail.

 

Pour commencer, en 1941, les Allemands ouvrent une prison pour les résistants polonais dans une ancienne caserne d'Auschwitz (Oświęcim en polonais). Dans ce premier camp périrent près de 70.000 personnes, au début des prisonniers de guerre et des opposants politiques polonais et soviétiques ; ensuite des Juifs et des résistants de toutes nationalités.

Ensuite, des baraquements en bois, près du village voisin de Birkenau (Brzezinka en polonais), reçoivent les déportés destinés à une mort immédiate.

Un troisième camp reçoit comme le premier les prisonniers destinés au travail forcé. La plupart sont affectés dans une usine chimique de la firme IG Farben.

 

Ces trois camps étaient complétés par une cinquantaine de « petits » camps dispersés dans la région et placés sous la même administration.

 

« Usine de la mort »

Au printemps 1943, le camp d'Auschwitz-Birkenau s'étant équipé de quatre énormes chambres à gaz, chacune associée à un four crématoire, il devient le principal lieu d'extermination des Juifs alors qu'environ 80% des victimes de la Shoah ont déjà été tuées !

Vers Auschwitz vont être envoyés en particulier les déportés français, à partir du camp de transit de Drancy, au nord de Paris.

 

Auschwitz connaît une pointe d'activité à la fin de la guerre, avec l'extermination précipitée des Juifs de Hongrie. Dans le camp, où sévissent 3.000 SS sous la férule de Rudolf Hoess, on arrive en 1944 à exterminer et brûler les malheureux au rythme de 6.000 par jour. Un médecin diabolique, Josef Mengele, se rend célèbre en pratiquant des expériences insoutenables sur les déportés à des fins scientifiques.

A peu près d’un million de Juifs sont morts à Auschwitz-Birkenau, auxquels s'ajoutent environ 200.000 non-Juifs.

 

Voir aussi :

27 janvier - Journée de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité

20 janvier 1942 - Les nazis adoptent la solution finale

Repost 0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 00:02

Malgré les conflits internes entre différents chefs, Jean Moulin parvient à unifier les trois plus grands mouvements de Résistance français.

Le mardi 26 janvier 1943, il fonde le Mouvements Unis de la Résistance (MUR), qui comprend les mouvements « Combat », d’Henri Frenay, « Franc-Tireur », de Jean-Pierre Levy et « Libération-Sud » d’Emmanuel d’Astier de la Vigerie.

 

La fondation des MUR marque une étape essentielle dans l’unité de la résistance. De fait, les trois mouvements acceptaient de fusionner l’ensemble de leurs services, à l’exception de la presse (chaque formation conserve son journal clandestin), ce qui devait permettre d’accroître la rationalisation et la coordination des activités clandestines.

 

Puis viendra la création du Conseil National de la Résistance (CNR) qui se réunit le 27 mai 1943 rue du Four à Paris.

Le lundi 29 novembre 1943, sont créées les Forces Françaises de l'Intérieur.

Elles regroupent les différents groupes de résistance à l'occupant nazi en vue du futur combat aux côté des Alliés qui préparent leur débarquement en Normandie.

 

Voir aussi : 8 juillet 1943 - Mort de Jean Moulin

Repost 0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 00:05

Le vendredi 25 janvier 1924 débutent à Chamonix les premiers Jeux Olympiques d'hiver.

Elle survient 28 ans après la naissance des premières Olympiades modernes à Athènes, à l'initiative du baron Pierre de Coubertin.

 

Cette initiative consacre la vogue des sports d'hiver.

L’idée d’organiser des Jeux Olympiques d’Hiver est venue de deux représentants Français du Comité International Olympique (CIO): le Comte Clary et le Marquis de Polignac. Ils soumettent l’idée d’organiser des Jeux d’Hiver au CIO en 1921.

Les premiers Jeux Olympiques d’Hiver ont donc lieu en 1924, sous l’égide de l’organisateur des Jeux Olympiques d’été de la même année, à savoir la France et plus particulièrement Paris.

Le Comité Olympique Français désigne Chamonix Mont-Blanc comme ville hôte des premiers JO d’Hiver le 20 février 1923.

http://www.memosport.fr/wp-content/uploads/2010/02/JO-1924-Chamonix-Mont-Blanc.jpg 

La compétition a lieu du 25 janvier au 5 février 1924 :

16 pays sont représentés et 258 sportifs (dont 13 femmes) participent à cette nouvelle compétition.

L'Américain Charles Jewtraw, médaille d'or au patinage de vitesse (500 m) fut le tout premier champion olympique d'hiver. La remise officielle des médailles d’est déroulée le 5 février, lors de la cérémonie de clôture.

Outre le combiné nordique et le patinage artistique, on retrouve également le hockey sur glace, le curling et le bobsleigh.

Depuis, d'autres épreuves sont ajoutées et certaines d'entre elles, telles que la luge, le patinage de vitesse sur piste courte et le ski acrobatique…

 

La Seconde Guerre mondiale interrompt la célébration des JO d'hiver. Les Jeux de 1940 sont attribués à Sapporo au Japon mais la décision est annulée en 1938 à cause de l'invasion japonaise de la Chine. Ils sont transférés à Garmisch-Partenkirchen (organisateur en 1936) et c’est cette fois l'invasion allemande de la Pologne en 1939 qui force l'annulation des Jeux de 1940. En raison de la guerre, les Jeux de 1944, initialement prévus à Cortina d'Ampezzo en Italie, sont également annulés.

 

Voir aussi :

25 mars 1896 - Ouverture des premiers Jeux Olympiques modernes

24 avril 1920 - Apparition du drapeau et du serment olympique


Repost 0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 00:08

Le lundi 24 janvier 1848, en Californie, James Marshall découvre des pépites d'or mélangées à des cailloux alors qu'il travaille à la réparation d'un moulin à eau.

C'est cette dans une scierie de Coloma qui donne lieu à la « ruée vers l'or ».

ruée vers l'or 1848

Pour ne pas voir arriver une foule d’excités, la nouvelle demeura secrète...

Nous sommes en pleine guerre américano-mexicaine, la Californie appartient encore au Mexique, colonie espagnole devenue indépendante en 1821.

En février 1848, soit le mois suivant cette découverte, au terme d'une guerre rapide, le Mexique est contraint de céder aux États-Unis la Californie ainsi que tous les territoires situés au nord du rio Grande.

Hélas pour les Mexicains sinon ils se seraient battus avec beaucoup plus d’acharnement s’ils avaient eu connaissance des richesses de la région !

usa-carte-1783.gif

Puis, la rumeur de la présence d'or se répand très vite et des milliers de colons américains et de nouveaux venus européens partent pour la Californie afin de devenir chercheurs d'or.

En même temps, la conquête des territoires de l'Ouest des États-Unis commence et se traduira par de nombreux affrontements et guerres durant des années.

 

La « ruée vers l'or » et de la « conquête de l'Ouest ».

En décembre 1848, le président américain confirme très officiellement la présence d'or en Californie. L'annonce entraîne une ruée du monde entier. Beaucoup d'aventuriers traversent le continent américain dans les chariots à bâche.

D'autres contournent l'Amérique en bateau en empruntant le détroit de Magellan. Les difficultés de la navigation donnent à certains l'idée de creuser un canal à travers l'isthme de Panama...

 

La Californie étant encore dépourvue d'administration, les terrains et l'or qu'ils recèlent appartiennent au premier arrivant. Des villes éphémères se multiplient dans la vallée du Sacramento. À la fin de l'année, le territoire compte déjà 90.000 habitants.

Il devient dès 1849 un état de plein droit au sein des États-Unis d'Amérique.

En 1852, la population de la Californie a plus atteint 250.000 habitants.

 


Repost 0
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 00:01

Les seigneuries de Schellenberg et de Vaduz, acquises par les princes autrichiens de Liechtenstein, sont érigées en principauté d'empire indépendante sous le nom de Liechtenstein par l'empereur d'Allemagne, Charles VI.

http://s3.hubimg.com/u/1292330_f260.jpg

Le Liechtenstein est une petite principauté indépendante, circonscrite à l'ouest par la Suisse et à l'est par l'Autriche. Cest l'un des plus petits États du monde avec une superficie de seulement 157 km², soit 200 fois plus petit que la Belgique.

Le Liechtenstein est une monarchie constitutionnelle gouvernée par des princes héréditaires.

Depuis 1919, c’est la Suisse qui assure la représentation diplomatique du Liechtenstein à l’étranger et qui lui fournit sa monnaie (le franc suisse). Un trait distinctif : ce petit État sans ressources naturelles est pourtant l'un des pays les plus riches du monde par le revenu annuel de ses habitants, dépassant même celui de la Suisse.

drapeau Liechtenstein

Repost 0
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 00:01

22 janvier 1852 : Création de la médaille militaire

Le président de la République Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, crée une nouvelle décoration : la médaille militaire. Elle est accordée aux sous-officiers et hommes de troupe pour leur ancienneté de service. Ainsi qu'aux officiers généraux qui ont commandé en chef devant l'ennemi.

 

22 janvier 1905 : « Dimanche rouge »

A Saint-Pétersbourg, l'armée tire sur une manifestation d'ouvriers et de paysans devant le Palais d'hiver. C'est l'un des événements-clés contribuant au déclenchement de la révolution russe de 1905 anticipant celle de 1917.

 

22 janvier 1963 : signature du traité de l'Elysée

Le chancelier d'Allemagne de l'Ouest Konrad Adenauer et le président de la République française Charles de Gaulle signent le traité d'amitié franco-allemand de l'Elysée.

Détails

 

22 janvier 1972 : Elargissement de la CEE

A Bruxelles, l'Irlande, le Royaume-Uni, le Danemark et la Norvège signent un traité d'adhésion au marché commun européen. Dès le 1er janvier 1973, les Britanniques, les Danois et les Irlandais intègreront la CEE. En revanche, les Norvégiens, soumis à un référendum, refuseront d'entrer dans la Communauté européenne.

Voir aussi : 12 juin 1985 - L'Espagne et le Portugal adhèrent officiellement à la CEE

Repost 0
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 00:03

La princesse héréditaire Bonne de Luxembourg, épouse de Jean II le Bon, donne naissance à un fils, Charles à Vincennes.

Ce dernier deviendra roi sous le nom de Charles V à 26 ans le 8 avril 1364.

Surnommé le Sage, le roi Charles V est l'un des plus grands rois de France, l'un des plus généreux aussi.

Charles assume la régence du royaume dès 1356, à 18 ans, après que son père eut été capturé à Poitiers par les Anglais.

Il doit faire face à une alliance des seigneurs féodaux et des bourgeois de Paris, mais aussi des paysans qui se lancent dans de violentes Jacqueries...

 

Le Dauphin (titre donné pour la première fois à l'héritier du trône) se sort finalement de tous ces mauvais pas et signe même à Brétigny, des préliminaires de paix avec les Anglais.

Il devient roi de France le 8 avril 1364, après la mort de son père en prison. Puis il est sacré à Reims le 19 mai 1364, ainsi que sa femme, Jeanne de Bourbon.

Handicapé d'un bras et peu adepte de la guerre, Charles V n'en gère pas moins le royaume avec une énergie et une intelligence qui lui vaudront le qualificatif très mérité de « Sage ».

Charles 5

Quand Charles V meurt à son tour le 16 septembre 1380, il laisse à son fils et héritier un royaume prospère et solide.

 

Repost 0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 00:04

Le mardi 20 janvier 1942, la conférence de Wannsee, dans la banlieue de Berlin, réunit 15 hauts responsables nazis et des officiers SS sous la présidence de Reinhard Heydrich.

Reinhard Heydrich était l'adjoint d'Heinrich Himmler et directeur de l'Office central de sécurité du Reich (Reichssicherheitshauptamt).

 

La réunion a pour objectif de débattre sur « la solution finale de la question juive ».

Les hauts fonctionnaires du Parti nazi et de l'administration allemande se réunissaient dans une villa réquisitionnée par l'Office central de sécurité du Reich, au bord du lac de Wannsee.

La « Solution finale » était le nom de code nazi pour la destruction délibérée, programmée, des Juifs d'Europe. La Conférence de Wannsee détermina la façon dont la solution du « problème juif » selon Hitler, par des assassinats de masse, serait transmise aux ministères et fonctionnaires concernés.

Il est décidé que les juifs d'Europe en état de travailler seront transférés dans des camps de travaux forcés. Pour ceux incapables de travailler, l'élimination pure et simple est décrétée. Certains camps seront bientôt essentiellement consacrés à cette extermination de masse : Belzec, Sobibor, Treblinka puis Auschwitz.

Le génocide du peuple juif est clairement amorcé.

 

La signification véritable de cette Conférence de Wannsee, reste débattue par les historiens.

S'agissait-il de coordonner et de discuter de la mise en œuvre de la « Solution finale » entre les grandes administrations allemandes, ou d' « officialiser » une décision qui avait été prise précédemment ?

La plupart des participants avaient déjà conscience du fait que le régime national-socialiste s'était engagé dans les meurtres de masse des Juifs. Certains avaient eu connaissance des actions des Einsatzgruppen (unités mobiles d'intervention) : au moment de la conférence de Wannsee, au moins 50.000 Juifs avaient déjà été assassinés en Europe orientale ou dans les Balkans.

 

Parmi les participants il n'y eut aucune opposition à la politique prévue.

Heydrich annonça que la « Solution finale » s'appliquerait à tous les Juifs d'Europe, et qu'elle concernerait environ 11 millions de Juifs.

Les Lois de Nuremberg servant à déterminer qui était juif. « Sous bonne surveillance, les Juifs devraient être (…) transportés à l'Est », annonça Heydrich, « et affectés à un travail approprié… Les Juifs valides, séparés selon leur sexe, seront emmenés dans ces régions pour y travailler à la construction de routes, et la plupart d'entre eux seront éliminés naturellement. Il faudra traiter les survivants convenablement ».

Les discussions portèrent seulement sur le sort des demi-Juifs et des conjoints d'aryens. Cette question ne fut d'ailleurs pas tranchée complètement.

 

Plus de 6 millions d'entre eux périront dans les camps de la mort.

http://www.crdp-reims.fr/memoire/enseigner/natzweiler_struthof/images_struthof/carte_camps.jpg

 

 

Voir aussi :

11 avril 1945 - Les Américains libèrent le camp de Buchenwald

27 janvier - Journée de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité.

Définitions des termes "Génocide - Shoah - Holocauste"

 

 

Repost 0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 00:02

Les frères Jules et Edmond de Goncourt étaient des écrivains et des amateurs d'art bien connus à la fin du XIXe siècle. Préférant fuir l'excitation parisienne, ils s'installèrent à Auteuil dans un petit hôtel particulier afin de profiter au calme de leur grande collection d'œuvres d'art.

Un peu plus tard, Edmond ouvrit les portes de sa demeure pour former un salon :
la « société littéraire des Goncourt ».

Edmond Huot de Goncourt, né à Nancy le 26 mai 1822
décédé le 16 juillet 1896 à Draveil (Essonne), chez Alphonse Daudet.

Très proche d’Alphonse Daudet, Edmond lui laissa un testament avec pour mission de créer dans l'année suivant sa mort, une société littéraire perpétuelle dont le but était de récompenser un ouvrage d'imagination en prose, paru dans l'année.

Le dimanche 19 janvier 1903, l'Académie Goncourt est officiellement reconnue par un décret du président du Conseil, Emile Combes.

Issue du testament d'Edmond de Goncourt, l'Académie se donne pour tâche de promouvoir de jeunes talents littéraires.

La première académie se réunira le 21 décembre et attribuera le Goncourt à John-Antoine Nau pour « La force ennemie ».

 

À la différence de sa « rivale » du quai de Conti (l'Académie française), l'Académie Goncourt ne craint pas d'étaler les conflits de personnes ni d'être suspectée de compromissions commerciales avec les grands éditeurs.

Ses choix n'en sont pas moins justifiés. C'est en effet par l'Académie Goncourt que Proust (avec « A l'ombre des jeunes filles en fleur ») et Malraux (avec « La condition humaine ») ont été révélés au grand public.

 

 

Il est aujourd’hui le prix littéraire français le plus prestigieux.

Un chèque de 50 francs est remis au lauréat depuis 1903.

Ce montant, ne représente plus qu'un prix symbolique… actualisé quand même à 10 € !

 

Voir : Liste des Lauréats de l'Académie Goncourt

Repost 0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 00:01

1903 - John-Antoine Nau, Force ennemie (Plume)

1904 - Léon Frapié, La Maternelle (Albin Michel)

1905 - Claude Farrère, Les Civilisés (Flammarion)

1906 - Jérôme et Jean Tharaud, Dingley, l'illustre écrivain (Cahiers de la Quinzaine)

1907 - Émile Moselly, Terres lorraines et Jean des Brebis ou le livre de la misère (Plon)

1908 - Francis de Miomandre, Écrit sur l'eau (Émile-Paul)

1909 - Marius-Ary Leblond, En France (Fasquelle)

1910 - Louis Pergaud, De Goupil à Margot (Mercure de France)

1911 - Alphonse de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines (Grasset)

1912 - André Savignon, Filles de la pluie (Grasset)

1913 - Marc Elder, Le Peuple de la mer (Calmann-Lévy)

1914 - Adrien Bertrand, L'Appel du sol (Calmann-Lévy) (décerné en 1916)

1915 - René Benjamin, Gaspard (Fayard)

1916 - Henri Barbusse, Le Feu (Flammarion)

1917 - Henry Malherbe, La Flamme au poing (Albin Michel)

1918 - Georges Duhamel, Civilisation (Mercure de France)

1919 - Marcel Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs (Gallimard)

1920 - Ernest Pérochon, Nêne (Clouzot puis Plon)

1921 - René Maran, Batouala (Albin Michel)

1922 - Henri Béraud, Le Vitriol de Lune et Le Martyre de l'obèse (Albin Michel)

1923 - Lucien Fabre, Rabevel ou le Mal des ardents (Gallimard)

1924 - Thierry Sandre, Le Chèvrefeuille, le Purgatoire, le Chapitre XIII (Gallimard)

1925 - Maurice Genevoix, Raboliot (Grasset)

1926 - Henri Deberly, Le Supplice de Phèdre (Gallimard)

1927 - Maurice Bedel, Jérôme 60° latitude nord (Gallimard)

1928 - Maurice Constantin-Weyer, Un homme se penche sur son passé (Rieder)

1929 - Marcel Arland, L'Ordre (Gallimard)

1930 - Henri Fauconnier, Malaisie (Stock)

1931 - Jean Fayard, Mal d'amour (Fayard)

1932 - Guy Mazeline, Les Loups (Gallimard)

1933 - André Malraux, La Condition humaine (Gallimard)

1934 - Roger Vercel, Capitaine Conan (Albin Michel)

1935 - Joseph Peyré, Sang et lumières (Grasset)

1936 - Maxence Van der Meersch, L'Empreinte du dieu (Albin Michel)

1937 - Charles Plisnier, Faux Passeports (Corrêa)

1938 - Henri Troyat, L'Araigne (Plon)

1939 - Philippe Hériat, Les Enfants gâtés (Gallimard)

1940 - Francis Ambrière, Les Grandes Vacances (Nouvelle France)

1941 - Henri Pourrat, Vent de Mars (Gallimard)

1942 - Marc Bernard, Pareils à des enfants (Gallimard)

1943 - Marius Grout, Passage de l'homme (Gallimard)

1944 - Elsa Triolet, Le premier accroc coûte 200 francs (Gallimard)

1945 - Jean-Louis Bory, Mon village à l'heure allemande (Flammarion)

1946 - Jean-Jacques Gautier, Histoire d'un fait divers (Julliard)

1947 - Jean-Louis Curtis, Les Forêts de la nuit (Julliard)

1948 - Maurice Druon, Les Grandes Familles (Julliard)

1949 - Robert Merle, Week-end à Zuydcoote (Gallimard)

1950 - Paul Colin, Les Jeux sauvages (Gallimard)

1951 - Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes (J. Corti), refusé par l'auteur

1952 - Béatrix Beck, Léon Morin, prêtre (Gallimard)

1953 - Pierre Gascar, Les Bêtes (Gallimard)

1954 - Simone de Beauvoir, Les Mandarins (Gallimard)

1955 - Roger Ikor, Les Eaux mêlées (Albin Michel)

1956 - Romain Gary, Les Racines du ciel (Gallimard)

1957 - Roger Vailland, La Loi (Gallimard)

1958 - Francis Walder, Saint-Germain ou la Négociation (Gallimard)

1959 - André Schwartz-Bart, Le Dernier des Justes (Seuil)

1960 - Vintila Horia, Dieu est né en exil (Fayard), prix attribué, mais non décerné à l'auteur en raison de révélations politiques

1961 - Jean Cau, La Pitié de Dieu (Gallimard)

1962 - Anna Langfus, Les Bagages de sable (Gallimard)

1963 - Armand Lanoux, Quand la mer se retire (Julliard)

1964 - Georges Conchon, L'État sauvage (Albin Michel)

1965 - Jacques Borel, L'Adoration (Gallimard)

1966 - Edmonde Charles-Roux, Oublier Palerme (Grasset)

1967 - André Pieyre de Mandiargues, La Marge (Gallimard)

1968 - Bernard Clavel, Les Fruits de l'hiver (Laffont)

1969 - Félicien Marceau, Creezy (Gallimard)

1970 - Michel Tournier, Le Roi des aulnes (Gallimard)

1971 - Jacques Laurent, Les Bêtises (Grasset)

1972 - Jean Carrière, L'Épervier de Maheux (J.J. Pauvert)

1973 - Jacques Chessex, L'Ogre (Grasset)

1974 - Pascal Lainé, La Dentellière (Gallimard)

1975 - Émile Ajar (Romain Gary), La Vie devant soi (Mercure de France)

1976 - Patrick Grainville, Les Flamboyants (Seuil)

1977 - Didier Decoin, John l'Enfer (Seuil)

1978 - Patrick Modiano, Rue des boutiques obscures (Gallimard)

1979 - Antonine Maillet, Pélagie la Charrette (Grasset)

1980 - Yves Navarre, Le Jardin d'acclimatation (Flammarion)

1981 - Lucien Bodard, Anne Marie (Grasset)

1982 - Dominique Fernandez, Dans la main de l'Ange (Grasset)

1983 - Frédérick Tristan, Les Égarés (Balland)

1984 - Marguerite Duras, L'Amant (Minuit)

1985 - Yann Queffélec, Les Noces barbares (Gallimard)

1986 - Michel Host, Valet de nuit (Grasset)

1987 - Tahar Ben Jelloun, La Nuit sacrée (Seuil)

1988 - Erik Orsenna, L'Exposition coloniale (Seuil)

1989 - Jean Vautrin, Un grand pas vers le Bon Dieu (Grasset)

1990 - Jean Rouaud, Les Champs d'honneur (Minuit)

1991 - Pierre Combescot, Les Filles du Calvaire (Grasset)

1992 - Patrick Chamoiseau, Texaco (Gallimard)

1993 - Amin Maalouf, Le Rocher de Tanios (Grasset)

1994 - Didier Van Cauwelaert, Un aller simple (Albin Michel)

1995 - Andreï Makine, Le Testament français (Mercure de France)

1996 - Pascale Roze, Le Chasseur Zéro (Albin Michel)

1997 - Patrick Rambaud, La Bataille (Grasset)

1998 - Paule Constant, Confidence pour confidence (Gallimard)

1999 - Jean Echenoz, Je m'en vais (Minuit)

2000 - Jean-Jacques Schuhl, Ingrid Caven (Gallimard)

2001 - Jean-Christophe Rufin, Rouge Brésil (Gallimard)

2002 - Pascal Quignard, Les Ombres errantes (Grasset)

2003 - Jacques-Pierre Amette, La Maîtresse de Brecht (Albin Michel)

2004 - Laurent Gaudé, Le Soleil des Scorta (Actes Sud)

2005 - François Weyergans, Trois jours chez ma mère (Grasset)

2006 - Jonathan Littell, Les Bienveillantes (Gallimard)

2007 - Gilles Leroy, Alabama song (Mercure de France)

2008 - Atiq Rahimi, Syngué sabour. Pierre de patience (P.O.L.)

2009 - Marie NDiaye, Trois Femmes puissantes (Gallimard)

2010 - Michel Houellebecq, La Carte et le Territoire (Flammarion)

2011 - Alexis Jenni, L'Art français de la guerre (Gallimard)

 

Voir : 19 janvier 1903 - Reconnaissance officielle de l'Académie Goncourt

 

 

Repost 0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 00:07

 

18 janvier 1701 : Couronnement d'un roi en Prusse

Le 18 janvier 1701, Frédéric III de Hohenzollern, électeur de Brandebourg, se fait couronner roi en Prusse à Königsberg (aujourd'hui Kaliningrad, en Russie) et établit sa capitale à Berlin.

C’est la naissance du Royaume de Prusse au sein du Saint Empire Romain Germanique.

 

18 janvier 1778 : Cook découvre les îles Hawaï

Lors de sa troisième mission d'exploration pour le gouvernement britannique, le navigateur anglais James Cook fait la découverte des îles Hawaï qu'il nomme « les îles Sandwich ».

C'est sur ces mêmes îles qu'il sera tué, un an plus tard le 14 février 1779, dans une attaque menée par les indigènes.

Entre temps, son voyage l'avait mené jusqu'au détroit de Béring où, bloqué par la banquise, il avait rebroussé chemin.

 

18 janvier 1871 : Proclamation de l'Empire allemand

Le 18 janvier 1871, l'Empire allemand est proclamé dans la galerie des Glaces du château de Versailles. Ce IIe Reich (Empire) succède au Saint Empire romain germanique fondé par Otton le Grand et aboli par Napoléon...

 

Repost 0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 00:01

La France a expérimenté sans succès sept régimes politiques en 80 ans.

La Troisième République (4 septembre 1870 - 10 juillet 1940) est le premier régime français à s’imposer dans la durée depuis 1789.

Le premier président est Adolphe Thiers, élu « chef du pouvoir exécutif de la République française » le 17 février 1871.

Par la suite, 4 des 14 présidents de la IIIe République ont été élus un 17 janvier.

 

17 janvier 1895 : Félix Faure président de la République

Le jeudi 17 janvier 1895, suite à la démission de Jean Casimir-Périer, les parlementaires élisent à la présidence de la République Félix Faure (54 ans).

Élu par une coalition de modérés et de monarchistes, celui que l'on surnommera le « Président Soleil », du fait de son amour du faste, restera dans l'Histoire en raison de sa mort heureuse !

On retient aussi de lui qu'il ébaucha une alliance avec la Russie en recevant le tsar Nicolas II, qu'il s'opposa à la révision du procès de Dreyfus et que son gouvernement dut céder aux Anglais le Soudan après le bras de fer de Fachoda.

Le 18 février 1899, à la suite du décès de Félix Faure, Emile Loubet est élu président de la République au premier tour par les radicaux et les partisans de la révision de l'affaire Dreyfus.

17 janvier 1906 : Armand Fallières président de la République

Armand Fallières (65 ans) est élu président de la République française le mercredi 17 janvier 1906 comme candidat des gauches.

Il forme un nouveau gouvernement le 13 mars 1906 avec le transparent Ferdinand Sarrien à la présidence du Conseil, l'énergique Georges Clemenceau à l'Intérieur et le diplomate Aristide Briand à l'Instruction publique et aux Cultes. Il apaise la bataille des inventaires. Au même moment, le 12 juillet 1906, la Cour de cassation annule la condamnation d'Alfred Dreyfus.

Le 18 octobre 1906, Georges Clemenceau prend la présidence d'un nouveau gouvernement avec pour la première fois la création d'un ministère du Travail dont le premier titulaire est René Viviani. Ce gouvernement qui durera jusqu'au 20 juillet 1909 (un exploit sous la IIIe République !) aura à gérer la crise viticole.

17 janvier 1913 : Raymond Poincaré président de la République

Le vendredi 17 janvier 1913, les parlementaires élisent à la présidence de la République Raymond Poincaré, précédemment président du Conseil (chef du gouvernement).

Toujours soucieux de préparer la « revanche » ou du moins de mettre la France en situation de résister à une agression allemande, Poincaré fait voter en juillet 1913 une loi sur le service militaire de 3 ans pour tous (curés compris !). Mais il est désavoué par les électeurs qui amènent à la Chambre une majorité radicale et de gauche. Il se sépare donc de son président du Conseil et ami Louis Barthou et appelle à la tête du gouvernement René Viviani, un leader socialiste et anticlérical mais partisan de la loi de trois ans. Pour apaiser l'électorat populaire de gauche, qui ne veut pas de cette loi, il fait voter une loi sur l'impôt progressif sur le revenu.

Raymond Poincaré président de la République

Après l'attentat de Sarajevo, Raymond Poincaré, soucieux de préserver à tout prix l'alliance franco-russe, donne au tsar l'assurance de « seconder entièrement, dans l'intérêt de la paix générale, l'action du gouvernement impérial ». Le 1er août 1914, le président lance une formule qui se veut rassurante : « la mobilisation n'est pas la guerre » et le 4 août, une fois les hostilités engagées, plaide pour l'« Union sacrée ». La formule fait florès mais lui-même a du mal à galvaniser les énergies !

Il finit en 1917 par appeler au gouvernement son adversaire politique, Georges Clemenceau.

 

17 janvier 1920 : Paul Deschanel président de la République

Le samedi 17 janvier 1920, les parlementaires français se montrent avant tout soucieux de barrer la route de l'Élysée à Georges Clemenceau (79 ans) à qui ils reprochent moins son âge que sa supposée modération à l'égard de l'Allemagne lors des négociations du traité de Versailles !...

Ils élisent donc à la présidence de la République son concurrent Paul Deschanel (66 ans).

Surmené, celui-ci montre des signes de fatigue. Sous l'emprise de médicaments ou d'une crise de somnambulisme, il descend d'un train en marche, en pleine nuit et en pyjama ! La garde-barrière à laquelle il s'adresse voit de suite qu'il s'agit de quelqu'un d'important car il a les pieds propres !

Contraint de démissionner au bout de neuf mois, Paul Deschanel recouvre la santé après un séjour en maison de repos et poursuit une carrière de sénateur...

 

Voir aussi : 4 septembre 1870 - Naissance de la IIIème République

 

Repost 0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 00:11

16 janvier 1947 : Vincent Auriol président de la République

Vincent Auriol (63 ans) devient le 16 janvier 1947 le premier président de la IVe République. Il a été élu peu avant par les deux Chambres réunies en Congrès à Versailles.

16 janvier 1954 : René Coty président de la République

René Coty (65 ans) succède le 16 janvier 1954 à Vincent Auriol à la présidence de la République. Son mandat sera troublé par la décolonisation de l'Indochine et la fin du protectorat sur le Maroc et la Tunisie. Il devra prématurément quitter l'Élysée pour laisser la place au général de Gaulle et à la Ve République.

René Coty président de la République

Voir aussi :

13 octobre 1946 - La Constitution de la quatrième République

28 septembre 1958 - Les Français disent oui à la Cinquième République

 

Repost 0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 10:10

1622 : Jean Baptiste Poquelin dit Molière.

1866 : Nathan Murray Butler, prix Nobel de la paix en 1930.

1906 : Aristoteles Sokrates Onassis, armateur richissime, époux de la célèbre diva Callas puis époux de Jacqueline Bouvier (ex-Kennedy).

1908 : Edward Teller, père de la bombe H.

1912 : Michel Debré, Premier Ministre Français de 1959 à 1962.

1918 : Gamal Abdel Nasser, Premier Ministre, gouverneur militaire de l'Egypte, Président de la République égyptienne, il nationalise le canal de Suez, ce qui provoque la crise de Suez en 1956, et la guerre contre Israël.

1919 : Maurice Herzog, alpiniste (premier au sommet de l'Annapurna, en compagnie de Lachenal) puis homme politique français (haut-commissaire à la Jeunesse et aux Sports).

 

Repost 0
Par Archimède - dans Naissance
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 00:01

1526 : Le traité de Madrid permet de libérer François 1er.

1797 : Napoléon bat les autrichiens à Rivoli.

1858 : A Paris, rue Le Peletier, attentat à la bombe : 4 bombes, chargées de fulminate de mercure, fabriquées à Londres par un Français, le docteur Bernard, sont lancées sur le cortège impérial qui se rend à l’Opéra.

3 explosent faisant 8 morts et 140 blessés. Napoléon III et l'impératrice Eugénie sont indemnes.

1900 : Première de la Tosca de Puccini à Paris.

1907 : Un tremblement de terre à Kingston, en Jamaïque, fait 1.000 morts.

1908 : Gaumont dépose la marguerite comme marque de fabrique de la société cinématographique.

1914 : Inauguration de la première chaine d'assemblage industrielle dans les usines Ford.

1953 : Josip Broz dit Tito devient président de Yougoslavie.

1963 : Charles de Gaulle, se prononce contre l’admission de la Grande-Bretagne dans le Marché commun (« la nature, la structure, la conjoncture, qui sont propres à l'Angleterre diffèrent de celles des Etats continentaux ») et désapprouve les accords de Nassau entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne (force multilatérale) en réaffirmant l'autonomie de la défense nucléaire française face aux Etats-Unis.

1986 : Le surgénérateur Superphenix est mis en service.

1989 : Les dirigeants d'Action Directe, groupe terroriste, sont condamné à la réclusion perpétuelle pour l'assassinat de Georges Besse, PDG de Renault.

1992 : Renaud Van Ruymbeke, perquisitionne au siège national du PS.

Repost 0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 00:02

La paraskevidékatriaphobie est la phobie du vendredi treize.

Depuis des siècles, la combinaison et les composantes du vendredi et du 13 sont symboles d'infortune.

 

Plusieurs origines sont avancées pour expliquer ces craintes :

Les Grecs et les Romains donnaient au chiffre 13 une connotation négative. Ces deux mythologies associent le chiffre 12 à la régularité et la perfection.

Ainsi, il y a 12 dieux olympiens, 12 constellations, 12 signes du zodiaque, 12 heures du jour et de la nuit.

Le nombre 13, qui vient rompre ce cycle régulier et introduit le désordre. Détruisant l'harmonie, il est synonyme de malheur. Pour ce qui est du vendredi, il est associé aux événements malheureux puisque c'est ce jour là, dans la Rome antique, que se déroulent généralement les exécutions des condamnés à mort.

 

Une autre hypothèse vient de la chute de l'Ordre du temple :

Le vendredi 13 octobre 1307 (calendrier julien), le roi Philippe le Bel fait arrêter les membres de l'ordre du Temple et les fait torturer, afin qu'ils avouent des crimes qu'ils n'ont pas commis. Ceux qui reviennent sur leurs affirmations sont condamnés au bûcher. L'ordre du Temple est ainsi dissout, laissant tout le pouvoir au roi.

D’autres associent le chiffre 13 à La Cène, où Judas est la treizième personne présente au repas ; et le vendredi au vendredi de la Crucifixion de Jésus-Christ.

 

A l'inverse, le vendredi 13 est un jour de chance pour certains.

http://petitemimine.p.e.pic.centerblog.net/o/b545557f.jpg


Repost 0

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire