Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 23:02

Après s'être éclipsé une journée en s'envolant vers Baden-Baden sans même prévenir son premier ministre, Charles de Gaulle prononce un discours de fermeté qui lui permet de reprendre la main politiquement.

 

La signature, avec les syndicats, des Accords de Grenelle, le 27 mai, n'avait pas immédiatement mis fin aux grèves ouvrières.

Le jeudi 30 mai, après avoir effectué la veille un déplacement chez le général Massu à Baden-Baden, de Gaulle prononce à 16 h 30 un discours de fermeté face aux tentatives de renversement du pouvoir.

Cette allocution est radiodiffusée (la télévision étant en grève). Elle intervient au bout d’un mois de crise sociale marquée par des manifestations tournant parfois à l’émeute, et par des grèves importantes conduisant à la paralysie de l’économie du pays.

Charles de Gaulle rejette toutes les demandes de l'opposition concernant sa démission comme la révocation du Premier ministre. Par contre, il annonce la dissolution de l'Assemblée nationale élue en mars 1967.

Le soir même, les gaullistes organisent une grande manifestation de soutien au général sur les Champs-Elysées, montrant leur capacité de mobilisation et indiquant aux différents acteurs des événements du mois de mai qu’ils n’avaient pas le monopole de l’occupation de l’espace public.

Ses choix semblent efficaces puisque les contre-manifestations connaissent un grand succès et que les gaullistes sont renforcés au Parlement après les législatives anticipées du 30 juin.

Des militants gaullistes manifestent le 30 mai 1968
sur les Champs-Elysées leur soutien à Charles de Gaulle.

 

Relire aussi :

13 mai 1968 - Grande manifestation contre de Gaulle

  

 

Repost 0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 23:01
 

Françaises, Français.

 

Étant le détenteur de la légitimité nationale et républicaine, j'ai envisagé, depuis vingt quatre heures, toutes les éventualités, sans exception, qui me permettraient de la maintenir. J'ai pris mes résolutions.

Dans les circonstances présentes, je ne me retirerai pas. J'ai un mandat du peuple, je le remplirai.

Je ne changerai pas le Premier ministre, dont la valeur, la solidité, la capacité, méritent l'hommage de tous.

Il me proposera les changements qui lui paraîtront utiles dans la composition du gouvernement.

Je dissous aujourd'hui l'Assemblée nationale.

J'ai proposé au pays un référendum qui donnait aux citoyens l'occasion de prescrire une réforme profonde de notre économie et de notre Université et, en même temps, de dire s'ils me gardaient leur confiance, ou non, par la seule voie acceptable, celle de la démocratie. Je constate que la situation actuelle empêche matériellement qu'il y soit procédé. C'est pourquoi j'en diffère la date. Quant aux élections législatives elles auront lieu dans les délais prévus par la Constitution, à moins qu'on entende bâillonner le peuple français tout entier, en l'empêchant de s'exprimer en même temps qu'on l'empêche de vivre, par les mêmes moyens qu'on empêche les étudiants d'étudier, les enseignants d'enseigner, les travailleurs de travailler. Ces moyens, ce sont l'intimidation, l'intoxication et la tyrannie exercées par des groupes organisés de longue main en conséquence et par un parti qui est une entreprise totalitaire, même s'il a déjà des rivaux à cet égard.

Si donc cette situation de force se maintient, je devrais pour maintenir la République prendre, conformément à la Constitution, d'autres voies que le scrutin immédiat du pays. En tout cas, partout et tout de suite, il faut que s'organise l'action civique. Cela doit se faire pour aider le gouvernement d'abord, puis localement les préfets, devenus ou redevenus commissaires de la République, dans leur tâche qui consiste à assurer autant que possible l'existence de la population et à empêcher la subversion à tout moment et en tous lieux.

La France, en effet, est menacée de dictature. On veut la contraindre à se résigner à un pouvoir qui s'imposerait dans le désespoir national, lequel pouvoir serait alors évidemment et essentiellement celui du vainqueur, c'est-à-dire celui du communisme totalitaire. Naturellement, on le colorerait, pour commencer, d'une apparence trompeuse en utilisant l'ambition et la haine de politiciens au rancart. Après quoi, ces personnages ne pèseraient pas plus que leur poids qui ne serait pas lourd.

Eh bien ! Non ! La République n'abdiquera pas. Le peuple se ressaisira. Le progrès, l'indépendance et la paix l'emporteront avec la liberté.

Vive la République !

Vive la France !

 

Repost 0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 23:01

Il y a 60 ans, le 29 mai 1953, le Néo-Zélandais Edmund Hillary, 33 ans, et son sherpa népalais Tensing Norgay, 29 ans, sont les premiers à planter leur drapeau sur le « Toit du monde ».

Les années 50 furent les années des pionniers de l'alpinisme moderne; les plus hauts sommets du monde firent l'objet de tentatives d'ascension répétées, notamment l'Everest.

Ce dernier est situé à la frontière du Tibet et du Népal, dans le Mahalangur Himal, un massif de la chaîne de l'Himalaya. L'Everest est un pic pyramidal à 3 faces, (Sud-Ouest, Nord et l'Est) séparées par 3 arêtes quasi rectilignes. Il culmine officiellement à 8.848 mètres.

L'Everest a connu plusieurs tentatives d’ascension.

L'expédition de 1953 comprenait au total 15 grimpeurs, 450 porteurs et 34 sherpas.

La première équipe d'assaut échoua à 8.750 mètres le 26 mai. Hillary et Tenzing quittèrent le camp le lendemain et, après une nuit passé à 8.500 mètres, atteignirent le sommet à 11h30.

Le duo ouvrait en tout cas la voie à des milliers d'alpinistes vers le « Toit du monde ».

Les nouvelles du succès de l'expédition parviennent rapidement à Londres le matin du 2 juin 1953, jour du couronnement de la reine Élisabeth II.

De retour à Katmandou, quelques jours plus tard, Hunt, citoyen britannique, et Hillary, sujet de la reine souveraine de la Nouvelle-Zélande au sein du royaume du Commonwealth, découvrent qu'ils ont été faits chevaliers de l'Ordre de l'Empire britannique !

 

Relire aussi :

7 août 1786 - La première ascension du Mont Blanc

Repost 0
Par Archimède - dans Sport
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 23:01

Du latin « germen » = du même sang, de la même race.

Saint Germain de Paris

Germain voit le jour près d'Autun. On raconte que sa mère ne le désirait pas et voulut se faire avorter. Elle n'y parvint pas et l'enfant vécut. Après des études à Avallon, il est, durant quinze ans, moine dans une petite communauté locale. C'est là que l'évêque d'Autun, Agrippin, vient le chercher pour en faire un prêtre.

Le roi de Paris, Childebert, fils de Clovis et de sainte Clotilde, le découvre et se prend d'amitié pour lui. En 555, Childeber l’appelle à remplacer Libanus, l'évêque de Paris.

Germain ne changea rien à l'austérité de sa vie ni à son costume. Toujours aussi frugal, il continua d'observer les jeûnes et les veilles monastiques, se passant de feu jusqu'à un âge très avancé.

Il fait construire un monastère, l'abbaye de Sainte-Croix-Saint-Vincent (Futur-Saint-Germain-des-Près) pour y déposer un fragment delà croix du Christ et une tunique de Saint-Vincent de Saragosse rapportées d'Espagne par Chilbebert, fils de Clovis.

Cette abbaye deviendra nécropole royale en attendant Saint-Denis.

Il décède et est enterré à Sainte-Croix le 28 mai 576.

 

 

Repost 0
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 23:01

Afin de renforcer la Résistance française, Jean Moulin a mis en place une entité politique qui représente chaque mouvement. Il s’agit du Conseil National de la Résistance, qu’il préside lui-même.

Le 27 mai 1943 et après maintes difficultés d’ordre conflictuel, derrière les volets clos de l'appartement de René Corbin au premier étage du 48 rue du Four à Paris, Jean Moulin préside la première réunion du Conseil national de la Résistance.

 

Seuls Jean Moulin et les secrétaires connaissaient l’adresse. Des rendez-vous furent donnés en divers points de Paris, les uns devant informer les autres. Ils se rencontrèrent donc par groupes de deux ou trois et s’acheminèrent vers le lieu connu de l’un d’eux. C’est Meunier et Chambeiron qui avaient organisé ces rencontres. Ces précautions étaient indispensables pour qu’il n’y ait pas de fuites.

 

Ont participé à la réunion :

- les représentants des huit grands mouvements de résistance :

Pierre Villon du Front national de la résistance

Roger Coquoin pour Ceux de la Libération,

Jacques Lecompte-Boinet pour Ceux de la Résistance,

Charles Laurent pour Libération-Nord,

Pascal Copeau pour Libération-Sud,

Jacques-Henri Simon pour Organisation civile et militaire,

Claude Bourdet pour Combat,

Eugène Claudius-Petit pour Franc-Tireur ;

- les représentants des deux grands syndicats d'avant-guerre :

Louis Saillant pour la CGT,

Gaston Tessier pour la CFTC :

- les représentants des six principaux partis politiques de la Troisième République :

André Mercier pour le PC,

André Le Troquer pour la SFIO,

Marc Rucart pour les radicaux,

Georges Bidault pour les démocrates-chrétiens,

Joseph Laniel pour l’Alliance démocratique (droite modérée et laïque),

Jacques Debû-Bridel pour la Fédération républicaine (droite conservatrice et catholique).

 

Le 21 juin, Jean Moulin est arrêté par la Gestapo à Caluire, près de Lyon.

Le 8 juillet, il meurt après avoir été soumis à la torture et sans avoir dévoilé aucune information sur l’action du CNR.

 

Relire aussi :

26 janvier 1943 - Fondation du MUR - Mouvements Unis de la Résistance

8 juillet 1943 - Mort de Jean Moulin

 

 

 

Repost 0
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 23:01

1805 : Napoléon est couronné roi d'Italie

1896 : Couronnement de l'empereur Nicolas II de Russie

1896 : L'indice Dow Jones est publié pour la première fois

1918 : La Géorgie proclame son indépendance

1923 : Première course automobile des 24 Heures du Mans (voir détails)

1937 : Ouverture du pont du Golden Gate

1938 : Inauguration des usines Wolkswagen par Hitler

1940 : Opération « Dynamo » à Dunkerque (voir détails)

1942 : Début de la Bataille de Bir Hakeim (1ère victoire française de la 2ème Guerre Mondiale).

1944 : Bombardement de Chambéry, Grenoble, Lyon, Nice et Saint-Étienne.

1966 : La Guyane britannique accède à l'indépendance, sous le nom de Guyana

1972 : Signature à Moscou entre les Américains (R. Nixon) et les Soviétiques (L. Brejnev) des accords SALT 1(négociations sur la limitation des armes stratégiques).

1986 : La Communauté européenne adopte officiellement son drapeau.

1991 : Le Boeing 767 assurant le vol 004 de la compagnie Lauda Air s'écrase en Thaïlande faisant 223 victimes.

1994 : Reprise des relations diplomatiques entre les États-Unis et le Vietnam.

 

Repost 0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 23:01

25 mai 1845 - Naissance d'Eugène Grasset

Eugène Grasset étudie le dessin et l'architecture. Il s'installe à Paris et travaille comme dessinateur de modèle de fournitures et de joaillerie. Il travaille ensuite dans l'illustration et réalise également des vitraux. En 1890, il crée le logotype des livres Larousse. Il travaille également pour les Etats-Unis où il fait apparaître le mouvement de l'Art nouveau. En 1900, sa création du caractère d'imprimerie Grasset est présentée à l'Exposition universelle de Paris.

25 mai 1902 - Naissance de Henri Guillaumet

Célèbre aviateur français, Henri Guillaumet naît le 25 mai 1902 à Bouy. Pionnier de l'Aéropostale, il a ouvert de nombreuses routes dans les Andes ou encore dans l'Atlantique Nord. En 1938, il obtient le prix Henri Deutsch de la Meurthe attribué par l'Académie des sports, pour ses exploits. Il meurt en vol au-dessus de la Méditerranée, le 27 novembre 1940, abattu par un chasseur italien par erreur.

25 mai 1925 - Naissance de Claude Pinoteau

Né le 25 mai 1925 à Boulogne-Billancourt (France), Claude Pinoteau est un réalisateur et scénariste français. Dès ses débuts, il se spécialise dans le film policier, avec des longs-métrages comme Le Silencieux (1973), L'Homme en colère (1979), ou La Septième Cible (1984), tous trois avec Lino Ventura, son acteur fétiche, avec qui il tournera également La Gifle (1974). C'est dans le registre de la comédie que Claude Pinoteau connaît son plus grand succès : La Boum (1980) et sa suite sortie deux ans plus tard connaissent un immense succès populaire.

 

25 mai 1926 - Naissance de Miles Davis

Miles Dewey Davis III, plus connu sous le nom de Miles Davis, voit le jour le 25 mai 1926 à Alton (États-Unis). Considéré comme étant l'un des plus grands trompettistes américains, Miles Davis a marqué l'histoire du jazz par les nombreuses évolutions qu'il a apportées au genre. Il est également connu pour avoir collaboré avec les principaux musiciens de jazz du XXe siècle, de Bill Evans à Kenny Garrett, en passant par John Coltrane, Herbie Hancock, Charlie Parker ou encore Keith Jarrett. Miles Davis disparaît en 1991, à l'âge de 65 ans.

25 mai 1920 - Naissance de Noël Josèphe

Secrétaire national du Parti socialiste en 1969, il est élu maire de Beuvry (Pas-de-Calais) puis conseiller général de Nœux-les-Mines. En 1981, il est élu député du Pas-de-Calais et le reste jusqu'en 1993. Il remplace Pierre Mauroy en 1981 à la présidence du conseil régional Nord-Pas-de-Calais. Il sera le premier président de cette région élu au suffrage universel, et restera à la tête de la région jusqu'en 1992.

A la suite d'une plainte déposée en février 1993 par Marie-Christine Blandin, nouvelle présidente (Verts) du conseil régional, de graves dysfonctionnements ont été découverts dans la gestion de l'Orcep (Office régional pour la culture et l'éducation permanente), il est mis condamné le 29 septembre 1994 par le tribunal de grande instance de Lille, Noël Josèphe devra rembourser 40 % de ce passif. Il est décédé le 23 mars 2006.

25 mai 1944 - Naissance de Pierre Bachelet

Pierre Bachelet naît le 25 mai 1944 dans le 12e arrondissement de Paris. Sa famille déménage à Calais, ville natale de son père, puis revient à Paris pendant sa jeunesse. Il est resté très attaché à Calais, où il aimait se ressourcer.

Il commença sa carrière en tant que technicien sonore sur l’émission Dim, Dam, Dom, puis fut médiatisé pour avoir composé et interprété la bande sonore du film Emmanuelle, que tous avaient refusée.

En 1975 sort son premier album L’Atlantique. Il doit attendre 1980 pour connaître le succès du grand public avec son deuxième album Elle est d’ailleurs.

S’il fut l’homme de plusieurs tubes (Elle est d’ailleurs, les Corons, l’An 2001...) il continua néanmoins à composer des musiques de films comme « Bronzés font du ski », « Les Enfants du marais »...

Il est décédé le 15 février 2005 à Suresnes (Hauts-de-Seine).

25 mai 1963 - Naissance de Mike Myers

Mike Myers est un acteur et scénariste canadien né à Scarborough en Ontario.

Il obtient l'un de ses premiers rôles à l'âge de neuf ans aux côtés de Gilda Radner dans la célèbre émission Saturday Night Live. Il participe à l'émission pendant plusieurs années, En 1997, il atteint la célébrité internationale avec son rôle d'Austin Powers.

 

Bon anniversaire aussi à :

Klaus Meine, chanteur du groupe Scorpions (1948).

François Bayrou (1951).

 

Repost 0
Par Archimède - dans Naissance
commenter cet article
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 23:01

Le 24 mai 1873, la majorité monarchiste de l'Assemblée nationale retire sa confiance au président de la République Adolphe Thiers et le remplace par le maréchal de Mac Mahon.

Mac-Mahon succède à Thiers à l'Élysée

L'Assemblée nationale contraint le président Adolphe Thiers, trop républicain à son goût, à démissionner.

Elle élit à sa place le maréchal Patrice de Mac Mahon, comte de Mac Mahon, duc de Magenta, héros de Malakoff avec 300 voix sur 392 (on qualifie depuis lors d'« élection de maréchal » une élection à la quasi-unanimité !).

Après avoir limogé le président du Conseil Jules Dufaure, il le remplace par le duc Albert de Broglie, un monarchiste, projetant ainsi une restauration de la monarchie.

Les élections sénatoriales du 5 janvier 1879 ayant livré cette assemblée à la gauche, Mac Mahon, qui ne dispose plus d'aucun soutien parlementaire, préfère démissionner le 30 janvier 1879. Le républicain Jules Grévy lui succède.

Repost 0
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 23:01

Le 23 mai 1555, Jean-Pierre Caraffa, né à Capriglio le 28 juin 1476, est élu pape de l'Eglise catholique et prend le nom de Paul IV. Il est intronisé le 26.

Paul IV est issu d'une noble famille de Naples. Il a également été l'archevêque de la ville qui se débat, prise en tenaille par les incessantes guerres d'Italie. Paul IV va donc choisir de faire alliance avec les Français afin de chasser les Habsbourg de Naples.

Fervent catholique, opposé à la paix religieuse d'Augsbourg, il interviendra aussi contre Elisabeth Ière, reine d'Angleterre de confession protestante.

 

Son pontificat va durer 4 ans, jusqu’à sa mort 1559. Il fut inhumé en l’église Santa-Maria sopra Minerva de Rome.

 

Repost 0
Par Archimède - dans Religions
commenter cet article
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 23:01

Les ministres des Affaires étrangères allemand et italien, Von Ribbentrop et le comte Ciano, signent à Berlin un pacte d'assistance militaire offensif. Il scelle officiellement l'union des forces de l'Axe déjà définie en novembre 1936 : l'Allemagne nazie (qui a annexé l'Autriche et la Tchécoslovaquie) et l'Italie fasciste (qui a annexé l'Albanie).

 

Le 1er septembre suivant, l'Allemagne attaque la Pologne et déclenche la Seconde Guerre mondiale.

Le 27 septembre 1940, un pacte tripartite est signé par l'Allemagne, l'Italie et le Japon qui forment à présent l'Axe Rome-Berlin-Tokyo. Le pacte d'Acier sera formellement abrogé après la chute de l'Italie fasciste en 1943.

 

Repost 0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 23:01

Le duc de Bourgogne Philippe Le Bon et le roi d'Angleterre Henri V signent le traité de Troyes (Actuel département de l'Aube) qui livre la France aux Anglais.

Ce traité, souvent qualifié de « honteux » intervient alors que la France est dans une situation désastreuse, après des décennies de guerre (discontinue, mais préjudiciable aux cultures et au commerce).

http://his.nicolas.free.fr/Images/Cartes/FranceTroyes_WEB.gif

Depuis 1392, le roi de France Charles VI est en proie à des crises de démence profondes et récurrentes. Incapable de gouverner, il doit laisser la régence du royaume à ses oncles. Mais la confusion politique règne, et les tensions entre les familles de Bourgogne et d’Armagnac, qui revendiquent leur influence sur le trône, ravivent la Guerre de Cent Ans. Le roi d’Angleterre, Henri V, profite largement des troubles français.

 

La France est dans le creux de la vague : la défaite d'Azincourt (25 octobre 1415) a décimé l'armée, le pays est divisé entre deux factions (Armagnacs et Bourguignons), et le roi Charles VI a perdu la raison. Il ne règne plus que sur la moitié sud de la France, son conseil et sa cour sont itinérants.

 

Henri V exige d’épouser Catherine, la fille de Charles VI, et à la mort du roi de France, le roi d'Angleterre règnera alors sur les deux pays.

Les négociations s'accompagnent d'une trêve, très appréciée par la population.

Le duc de Bourgogne impose l'alliance anglaise au conseil royal et après quelques mois de mise au point, le traité est signé en la cathédrale de Troyes, le 21 mai 1420. Il stipule que :

A la mort de Charles VI, Henri V et ses descendants seront souverains légitimes de la France, comme de l'Angleterre ;

La France conserve ses lois et coutumes, son organisation et ses privilèges ;

Le Dauphin, qualifié de bâtard, ne doit être approché par personne.

 

Le 2 juin, Henri V épouse Catherine et s'en va prendre quelques villes encore favorables au Dauphin (Sens, Montereau, Melun)

Le Dauphin est donc déchu de ses droits à la couronne de France et est désormais cantonné à ne plus diriger que les territoires au sud de la Loire.

 

Mais Henri V ne profitera pas de sa conquête politique car il meurt le 31 août 1422, deux mois avant Charles VI. Cependant, il a eu un fils avec Catherine de Valois et en vertu du traité de Troyes, l’enfant d’à peine dix mois est proclamé « Roi de France et d’Angleterre » sous le nom d’Henri VI.

Les anglais mettent le Duc de Bedford à la régence, et celui-ci met le siège devant Orléans, la dernière ville au nord de la Loire encore fidèle au Dauphin.

 

Charles VII, aidé de Jeanne d'Arc, parviendra à « bouter les Anglais hors de France ».

 

Repost 0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 23:01

L’équipe de l’unité d’oncologie virale de l’Institut Pasteur, dirigée par le professeur Luc Montagnier, identifie pour la première fois le virus responsable du sida. Le virus, sera plus tard appelé VIH (virus de l'immunodéficience humaine)

Comment a-t-on découvert les premiers cas de sida ?

Le 5 juin 1981, l'agence épidémiologique d'Atlanta relève cinq cas de pneumonie rarissime à Los Angeles, entre octobre 1980 et mai 1981. Elle note que ces patients sont tous homosexuels et présentent un système immunitaire défaillant.

A l'époque, on en déduit que ce mal inconnu se transmet par voie sexuelle. Une hypothèse qui gagne en crédibilité avec la découverte de cas similaires au sein de la communauté gay, aux Etats-Unis mais aussi dans le reste du monde (qui fait que ce syndrome, qui ne portait pas encore le nom de sida, est provisoirement appelé le syndrome gay ou cancer gay).

Toutefois, en 1982, on recense des personnes contaminées à la fois chez des toxicomanes et chez des hémophiles ayant reçu des transfusions sanguines. La contamination se ferait donc aussi par voie sanguine. La maladie est baptisée Syndrome d'immunodéficience acquise. L'acronyme AIDS (SIDA en Français) est né.

Une équipe inconnue de l'Institut Pasteur, dans laquelle travaillent Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi, se penche alors sur ce qu'en France, on commence à appeler sida. Ils sont rapidement contactés par un clinicien, Willy Rozenbaum, chef de clinique assistant à l'hôpital Claude-Bernard de Paris, qui depuis 1981 soigne un steward homosexuel, M. Bru, atteint de cette maladie étrange.

En janvier 1983, lorsque le patient décède, Willy Rozenbaum prélève les ganglions lymphatiques pour les faire analyser par l'équipe de Pasteur. D'après les maigres données disponibles sur le sida, ces structures ont en effet tendance à gonfler dans les premiers stades du développement de la maladie.

Un examen au microscope électronique a permis de visualiser, pour la première fois, le virus, le 4 février 1983.

Ce nouveau rétrovirus est alors appelé Lymphadenopathy Associated Virus (LAV) et les résultats sont publiés dans Science le 20 mai 1983.

À ce stade, le lien entre le LAV et le sida n'est pas clairement établi par l'équipe de Luc Montagnier. Luc Montagnier et David Klatzmann découvrent que ce virus détruit les lymphocytes T4 avec lesquels il est mis en culture. On savait que le nombre de LT4 diminuait beaucoup chez les malades atteints de sida.

Le LAV était donc sûrement l'agent provoquant le sida.

 

Très vite, 3 modes de transmission ont été observés :

Par voie sexuelle (principal mode de transmission), la meilleure protection étant le préservatif.

Par voie sanguine : sont particulièrement concernés les usagers de drogues injectables, les hémophiles, les transfusés et certains professionnels de la santé.

De la mère à l'enfant : contamination dans les dernières semaines de la grossesse, au moment de l’accouchement et de l'allaitement.

 

Bien qu'il existe des traitements antirétroviraux luttant contre le VIH et retardant par conséquent l'apparition du sida, réduisant ainsi la mortalité et la morbidité, il n'existe à l'heure actuelle aucun vaccin ou traitement définitif.

La prévention (rapports sexuels protégés et la connaissance de son statut sérologique de manière à éviter les infections d'autrui) reste le moyen de lutte le plus efficace.

 

 

Repost 0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 23:01

Valéry Giscard d’Estaing devance de peu (50,81%) le candidat socialiste François Mitterrand et devient à 48 ans le 20ième président de la République française (3ième président de la Ve République).

Bien que la maladie du président Georges Pompidou était devenue visible à tout un chacun depuis plusieurs mois, la classe politique se laisse surprendre par sa mort, le 2 avril 1974.

Le président du Sénat, Alain Poher, assure pour la deuxième fois l'intérim présidentiel, le ministre de l'économie Giscard prend les devants dans la campagne électorale.

Le 8 avril 1974, six jours après le décès de Georges Pompidou, il annonce sa candidature à l'élection présidentielle depuis la mairie de Chamalières, expliquant vouloir « regarder la France au fond des yeux ».

Soutenu par les Républicains indépendants et par une partie de l'UDR, notamment Jacques Chirac, il parvient à distancer l'ancien Premier ministre gaulliste Jacques Chaban-Delmas au premier tour, avec 32,6 % des voix.

L'union de la gauche autour d’un unique candidat avait pourtant propulsé Mitterrand à un score de 43,6% au premier tour. Mais Giscard saura réunir les voix de la droite et surtout convaincre les Français, avec, lors du débat télévisé d’entre deux tours, une phrase qui restera dans la mémoire collective : « vous n'avez pas le monopole du cœur ».

Le 27 mai 1974, dans son discours d'investiture, il déclare : « J'entends encore l'immense rumeur du peuple français qui nous a demandé le changement. Nous ferons ce changement avec lui, pour lui, tel qu'il est dans son nombre et sa diversité. »

VGE place d'emblée sa présidence sous le signe de la jeunesse et du renouveau en se donnant un Premier ministre de 42 ans, Jacques Chirac.

Alors que les sondages le placent longtemps en situation de favori à l'élection présidentielle de 1981, il est battu par François Mitterrand.

Il est par la suite notamment président du conseil régional d'Auvergne (1986-2004) et président de l'UDF (1988-1996) qu'il avait créée en 1978.

 

Relire également :

15 juin 1969 - Pompidou élu président de la République

10 mai 1981 - François Mitterrand président

Repost 0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 23:07

18 mai 1868 : Naissance de Nicolas II

Naissance à Tsarskoïe Selo (aujourd'hui Pouchkine) de Nicolas II Alekssandrovitch Romanov, dernier tsar de toutes les Russies. Succédant à son père Alexandre III en 1894 avant d'être investi de la couronne à Moscou l'année suivante, il fut contraint d'abdiquer dans les remous de la révolution de février 1917 (le 2 mars). Sur décision du gouvernement provisoire (20 mars) qui fit arrêter les souverains, il fut transféré à Iekaterinbourg, où lui et les siens furent exécutés par les Bolcheviks, le 17 juillet 1917.

18 mai 1913 : Naissance de Charles Trenet

Le 18 mai 1913, Charles Trenet naît à Narbonne. C'est un auteur-compositeur-interprète français aussi connu sous le nom de « Fou chantant ». Il compose de nombreuses chansons populaires tel que « Y'a d'la joie », « Je chante », « Douce France ». En 1930 il part pour Paris où il travaille en tant qu'accessoiriste pour le cinéma. En 1937, il réalise des galas. C'est à cette époque qu'il compose ses chansons les plus connues et qu'il est appelé pour la première fois le Fou Chantant. Mobilisé durant la Seconde Guerre mondiale, il enchaîne les concerts pendant la collaboration. Il meurt le 19 février 2001.

 

18 mai 1920 : Naissance de Jean Paul II

Karol Józef Wojtyla, né le 18 mai 1920, est un prêtre polonais, élu pape de l'Eglise catholique romaine le 16 octobre 1978 sous le nom de Jean-Paul II. Son pontificat dura plus de 26 ans et fut marqué par la mise en place des journées mondiales de la jeunesse qui réunissent des milliers de jeunes. Jean-Paul II fut un grand défenseur de la dignité humaine et des droits de l'homme. Son successeur, Benoît XVI, le béatifia le 1er mai 2011, six ans après sa mort.

18 mai 1936 : Naissance de Popeck

Judka Herpstu, né le 18 mai 1936 à Paris de père roumain et de mère polonaise, est un acteur depuis 1966 (sous le pseudonyme de Jean Herbert).

Après avoir fait le cours Simon, Judka Herpstu crée le personnage de Popeck en 1978 et se produit dans de petits cabarets.

Popeck

 

Repost 0
Par Archimède - dans Naissance
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 23:01

De l'hébreu pascal, « passage ».

Saint Pascal Baylon naquit en Espagne, le 17 mai 1540 (jour de Pâques) à Torre-Hermosa, petit bourg du royaume d'Aragon.

Ses parents, Martin Baylon et Isabelle Jubera, étaient d'humbles ouvriers agricoles, pauvres et vertueux. Dès ses premières années, sa mère qui le menait fréquemment à l'église, lui apprit à adorer Jésus présent dans l'Eucharistie. Occupé dès l’âge de sept ans, à la garde des troupeaux, il passait son temps en prières et en lectures ; on dit que les Anges eux-mêmes lui donnèrent des leçons.

Quoique pauvre, il trouvait le moyen de faire l’aumône en donnant une partie de sa nourriture à ceux qui en avaient besoin. 

Vers l'âge de vingt ans, Pascal se sentait appelé à la vie religieuse, se rendit dans le royaume de Valence pour rejoindre le couvent des franciscains construit dans un lieu désert, près de la ville de Montforte. Son allure un peu gauche et son accoutrement bizarre, mirent en défiance les supérieurs qui lui refusèrent l'entrée du couvent. Il reprit alors son métier de berger chez des cultivateurs du voisinage, sans s'éloigner pour ne pas perdre des vue le petit campanile du couvent vers lequel se portaient ses aspirations, suivant par la pensée les offices dont il entendait les sonneries, et s’unissant profondément à la messe. Un jour que la cloche annonçait l'approche de l'élévation, et qu’il était à genoux une hostie lui apparut soutenue par deux anges.

Sa réputation de sainteté se répandit dans toute la région et, lui ouvrit les portes du couvent.

Il passa les dernières années de sa vie au couvent Notre-Dame-du-Rosaire, près de Valence où il mourut en 1592.

Pascal Baylon a été canonisé en 1690 par le Pape Alexandre VIII. En 1897, le pape Léon XIII l’a déclaré patron des œuvres eucharistiques et du congrès eucharistique international.

Repost 0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 23:01

Le mercredi 16 mai 1770, Marie-Antoinette (14 ans) épouse Louis (16 ans), petit-fils du roi de France Louis XV.

L'archiduchesse Marie-Antoinette (15ième et avant-dernier enfant de Marie-Thérèse de Habsbourg, impératrice d'Allemagne, et de François 1er de Lorraine) et le dauphin Louis, petit-fils de Louis XV, se marient à Versailles.

Le duc de Choiseul (ministre du roi Louis XV et favori de la Pompadour) espère ainsi resserrer l'alliance avec l'Autriche et contenir l'agressivité de la Prusse et de l'Angleterre. Mais, les rancœurs anti-autrichiennes reprendront le dessus et Marie-Antoinette sera vite surnommée de manière péjorative « l'Autrichienne ».

Louis XV, de son côté, réjouit d'une alliance qui réconcilie la France et l'Autriche et permet de contenir l'agressivité croissante de la Prusse et la puissance montante de l'Angleterre.

Le sacrement du mariage est conféré à Louis et Marie-Antoinette dans la chapelle de Versailles par l'archevêque de Reims, grand aumônier du roi.

Les deux époux, victimes de la Révolution, seront guillotinés en 1793.

 

Relire aussi :

21 janvier 1793 - Mort de Louis XVI

16 octobre 1793 - Marie-Antoinette est guillotinée

 

Repost 0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 23:01

Le 15 mai 1756 débute la Guerre de Sept ans qui verra s'affronter France, l'Autriche, la Russie, la Saxe, la Suède et plus tard l'Espagne, contre la Grande-Bretagne, la Prusse et le Hanovre.

La Guerre de Sept ans est occasionnée par des conflits de limites entre colons anglais et français dans le Canada, ce que Voltaire appelait « quelques arpents de neige », et pour la possession de la vallée de l'Ohio.

Se déroulant en Europe, en Amérique, aux Indes et sur les mers, et impliquant les grandes puissances européennes, cette guerre sera a posteriori considérée comme la première guerre mondiale.

L'Angleterre et la France luttent sur mer et aux colonies, la Prusse et la coalition européenne sur le continent. Les deux guerres simultanées durent sept ans.

 

Le 10 février 1763, traité de Paris met fin à la guerre.

C'est une humiliation pour la France, contrainte d'abandonner le Canada, la vallée de l'Ohio, la rive gauche du Mississipi et plusieurs Antilles. Les Français renoncent à toute prétention politique sur l'Inde où ils conservent 5 villes démantelées et sans garnison. Ils abandonnent également leurs comptoirs du Sénégal, sauf l'île de Gorée.

La Guerre de Sept ans marquera la naissance de l'Empire britannique et la fin de l'empire colonial français.

 

Relire aussi : 10 février 1763 - Fin de la guerre de Sept Ans

 

Repost 0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 23:01

L'Albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie, l'URSS et la Tchécoslovaquie signent un pacte militaire à Varsovie (Pologne). Ce pacte d'amitié et d'assistance mutuelle est conçu comme une riposte à l'intégration de la RFA, réarmée, aux forces de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) créée en 1949 par les Occidentaux. Il concrétise l'opposition entre les deux blocs Est et Ouest.

Le Pacte de Varsovie, qui se composait d'un préambule et de 11 articles, fut établi en 4 exemplaires : un en russe, un en polonais, un en tchèque et un en allemand. Ce Traité se proclamait ouvert à tous les États, indépendamment de leur régime social et politique. L'adhésion de nouveaux membres restait toutefois soumise au consentement des États signataires (art. 9).

RDA, a rejoint le pacte de Varsovie en 1956 ; l’Albanie, le quitte le 13 septembre 1968.

En 1991, l'organisation militaire sera dissoute et les troupes soviétiques évacueront les anciens pays du Pacte.

Repost 0
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 23:01

Le lundi 13 mai 1968, les syndicats ouvriers (CGT, CFDT) déclenchent une grève générale et appellent à rejoindre les étudiants qui manifestent depuis le début du mois.

Une foule impressionnante envahit les rues de Paris aux cris de « 10 ans, ça suffit ! », en allusion au dixième anniversaire du retour au pouvoir de De Gaulle. Le syndicat CFDT parle de plus d’un million de manifestants, quand les autorités parlent de 200.000 au maximum (déjà à l’époque…) .

Bien plus que porteur de simples revendications sur les conditions de travail ou les salaires, ce mouvement s’appuie sur un rejet du régime gaulliste ainsi que sur la remise en cause du système social, de la société de consommation et plus généralement de toutes les formes d’autorité, des institutions et des valeurs morales traditionnelles, avec une grande aspiration à plus de liberté.

A partir de la manifestation du 13 mai, les évènements prennent un tour politique et social radical. Dès le lendemain, les ouvriers de Sud Aviation à Bouguenais débrayent en masse. Rapidement, les grèves s’étendent à tout le pays et la France se retrouve bientôt complètement paralysée.

 

Unité des étudiants et des salariés…

Mais, au grand dam des étudiants, les syndicats vont négocier pour leur compte la sortie de crise avec Georges Pompidou.

Entre le 25 et le 26 mai, les négociations entre le pouvoir, le patronat et les syndicats accouchent des « Accords de Grenelles »

Repost 0
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 23:01

L'horloger américain d'origine allemande, Ottmar Mergenthaler, reçoit un brevet pour l'invention de la première composeuse mécanique, la linotype.

La Linotype est une machine d’imprimerie qui utilise un clavier alphanumérique à 90 caractères permettant de composer une ligne de texte complète en un seul bloc de plomb, d’où l’étymologie en anglo-américain : « line o' type ».

Depuis l'invention de l'imprimerie par l'allemand Gutenberg (1440), les typographes doivent composer les textes entièrement à la main, caractère par caractère.

La linotype permet au compositeur de frapper directement ses textes sur un clavier. Elle sera employée la première fois par Le New York Tribune en 1886.

Chaque frappe sur le clavier fait basculer une matrice en cuivre depuis un magasin ; chacune de ces matrices correspond à un caractère. Une fois qu'une ligne de matrices, dite ligne-bloc, a été saisie, la machine coule un alliage étain-plomb-antimoine à bas point de fusion sur la ligne-bloc, qui sert de moule. La machine crée ainsi une ligne typographique d'un seul tenant qui n'a plus qu'à être encrée pour faire l'impression.

Les lignes-blocs sont ensuite assemblées en une forme correspondant aux dimensions de la page, qu'il n'y a plus qu'à insérer dans une presse à imprimer traditionnelle.

 

Ce système sera le plus utilisé pour la composition des journaux jusqu'aux années 70.

 

Repost 0
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 23:01

Le lundi 11 mai 1987, le procès de l’ancien chef de la Gestapo lyonnaise, Klaus Barbie s’ouvre à Lyon. Il est accusé de tortures, exécutions et déportations (dont celles des enfants juifs d’Izieu). Il est défendu par Maitre Vergès.

 http://www.lepoint.fr/images/2011/04/27/vergesune-298601-jpg_184603.JPG

 

En 1952 et 1954, Klaus Barbie est condamné à mort par contumace par le Tribunal permanent des forces armées de Lyon. 

Mais Klaus Barbie est protégé par les services secrets américains qui l’ont engagé. Grâce à eux, il gagne la Bolivie et en acquière la nationalité. Mais le pouvoir politique change en Bolivie et un mandat d’arrêt est émis le 5 novembre 1982 contre Klaus Barbie, qui s’est donné une nouvelle identité : Klaus Altmann.

Klaus Barbie est arrêté. La nationalité bolivienne lui est retirée au motif qu’il a fait de fausses déclarations pour l’obtenir.

Dans la nuit du 4 au 5 février 1983, Klaus Barbie, est expulsé de Bolivie et se retrouve dans un avion vers la France, via Cayenne. Il est emprisonné à Lyon, là-même où il a torturé naguère, à la prison Montluc, puis à celle de St Joseph, jusqu’à l’ouverture de son procès.

 

L’instruction a duré quatre ans.

Le procès s’est tenu du 11 mai au 4 juillet 1987 en 37 audiences au tribunal de Lyon.

Le procès Barbie, premier procès français entièrement filmé, fut aussi le premier procès se tenant en France pour crimes contre l'humanité, notion reconnue imprescriptible depuis 1964. Les audiences ont duré près de 180 heures.

 

Lien du jour :

4 juillet 1987 - Perpétuité pour Klaus Barbie

Procès Barbie sur le site de l’INA

 

 

Repost 0
Par Archimède - dans Procès
commenter cet article
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 11:00

La révolte des étudiants atteint son point culminant dans la nuit du vendredi 10 au samedi 11 mai. Dès le début de la soirée, 20.000 manifestants occupent le quartier latin, qui prend un aspect insurrectionnel. Les rues se couvrent de barricades, certaines hautes de 3 mètres.

 

Cette nuit là, étudiants et CRS s'affrontent dans de véritables combats de rues : voitures incendiées, rues dépavées, vitrines brisées, centaines de blessés.

Après l'échec des négociations, à 2 heures 15, les CRS se lancent à l'assaut des premières barricades de la rue Gay-Lussac. La police ne prendra la dernière que trois heures plus tard, après de très violents affrontements qui feront plus de 367 blessés (dont 251 chez les policiers). 469 manifestants seront interpellés et 188 véhicules seront incendiés ou endommagés.

Le pays est stupéfait et l'agitation étudiante, jusque-là isolée, rencontre alors la sympathie d'une grande partie de l'opinion publique. La population sympathise avec les émeutiers.

 

Le 13 mai, les syndicats manifesteront avec les étudiants pour protester contre les brutalités policières et, le 14 mai, une vague de grèves commencera.

 

Voir aussi : 3 mai 1968 - Premières barricades de Mai 68

Repost 0
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 23:01

Le vendredi 10 mai 1940, 7 mois après la déclaration de guerre de la France et de l'Angleterre, l'Allemagne rompt le front occidental. Le Führer met ainsi fin à la « drôle de guerre » en lançant ses armées sur les Pays-Bas, le Luxembourg, la Belgique (3 pays pourtant neutres) puis la France.

http://www.checkpoint-online.ch/CheckPoint/Images/N-Mai1940.gif

La bataille de France 

La bataille de France se déroule en 2 étapes. D'abord le « Plan Jaune », à partir du 10 mai, consiste à envahir les Pays-Bas, le Luxembourg et la Belgique. Ensuite, le « Plan Rouge » doit amener, une fois les Ardennes franchies, à la conquête du territoire français jusqu'à sa capitulation complète.

L’armée belge n'a pas la capacité suffisante pour résister à l’armée allemande. Les français viennent à son secours et dégarnissent le front de l'Est. C'est ce qu'a prévu Hitler. Le 14 mai, ses troupes attaquent dans la région de Sedan, dans les Ardennes en évitant les fortifications de la ligne Maginot.

En quelques jours, 8 à 10 millions de Belges et de Français se retrouvent sur les routes.

Les états-majors néerlandais et belge capitulent les 15 et 27 mai. Les Allemands entrent dans Paris le 14 juin et le maréchal Pétain demande l'armistice qui sera signé le 22 juin.

 

Relire aussi : 22 juin 1940 - La France signe l'armistice


Repost 0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 23:01

Le mardi 9 mai 1978, le cadavre d'Aldo Moro, président de la Démocratie chrétienne italienne, est retrouvé dans le coffre d’une Renault 4 garée via Cateani dans le centre historique de Rome.

Aldo Moro a été cinq fois Président du Conseil italien entre 1963 et 1976. En pleine Guerre Froide, il devient la figure de l'ouverture politique, en rendant possible le Compromis historique (Compromesso Storico). En effet, en tant que membre de la Démocratie Chrétienne, il souhaite intégrer des membres du Parti communiste au pouvoir.

Il a été enlevé le 16 mars 1978, en plein Rome, rue Stresa, par les Brigades rouges, un groupe terroriste d'extrême gauche dirigé par Mario Moretti. Ce groupe terroriste réclamait la libération de 13 prisonniers.

Après 55 jours de captivité, Aldo Moro est tué par ses geôliers.

La police italienne, grâce aux dénonciations de militants repentis, parviendra à arrêter de nombreux brigadistes dont les activités cesseront dans les années 80.

Mais la capture de d'Aldo Moro, la cause et les méthodes de son assassinat n'ont pas été complètement éclaircies à ce jour.

 

Repost 0
Par Archimède - dans Décès
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 23:01

Le 8 mai 1842, sous le règne de Louis-Philippe 1er, se produit la première catastrophe ferroviaire en France et l'une des premières dans le monde.

Le drame survient à Meudon, sur la ligne Paris-Versailles, dans un train qui ramène des Parisiens venus passer la journée à Versailles pour le spectacle des grandes eaux.

http://rail4402.fr/DOCUMENTS/LIGNES/ILL_22.JPG

Le convoi est composé de 2 locomotives et des 5 wagons. La première locomotive est une petite locomotive à 4 roues, suivie directement de son tender. Elle est suivie d'une grosse locomotive de Sharp et Roberts à 6 roues, elle-même suivie de son tender.

 

Alors que le train roule à environ 40 km/h et se trouve dans la tranchée de Bellevue, à l'entrée de Meudon, un essieu de la locomotive de tête se brise, celle-ci déraille et vient s'enfoncer dans le talus de la tranchée.

Le tender s'écrase contre elle et la seconde locomotive la percute et se couche.

Les cinq voitures suivantes viennent chevaucher les locomotives. Les morceaux de coke disséminés et enflammés des machines à vapeur mettent rapidement le feu à l'enchevêtrement de voitures en bois.

Les voyageurs succombent sans pouvoir sortir des compartiments, fermés à clé de l'extérieur avant le départ du train selon l'usage de l'époque. Parmi les victimes figurent le navigateur Dumont d'Urville, découvreur de la terre Adélie, ainsi que sa femme et son fils.

Quarante-trois personnes périssent dans l'accident et neuf mourront de leurs blessures les jours suivants. Il y a une centaine de blessés graves. Plus tard, d'autres sources évoqueront plus de 200 morts !

 

Malgré son caractère spectaculaire et inédit, le drame ne remet pas en cause la confiance de l'opinion publique dans le progrès technique.

Le député et poète Alphonse de Lamartine déclare à la tribune de l'Assemblée législative, au lendemain de la catastrophe : «Plaignons les victimes et marchons !» (sous-entendu : continuons d'aller de l'avant) ou encore : « la civilisation qui est aussi un champ de bataille pour la conquête et l'avancement de tous »

 

Relire aussi : 26 août 1837 - Les débuts du chemin de fer français

Repost 0

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire