Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 23:26

Après onze mois de blocus et de ravitaillement américain par voie aérienne, les soviétiques lèvent le blocus de Berlin ouest.

 

Le 24 juin 1948, les Soviétiques qui occupaient depuis 1944 l'Allemagne orientale, entament le blocus de l'enclave de Berlin-Ouest. Il s'agit d'une fraction du Grand-Berlin concédée aux Alliés occidentaux et partagée en trois zones d'occupation (anglaise, américaine, française).

Les Américains et les Anglais organisèrent un « pont aérien » pour ravitailler les berlinois de l'Ouest, soit 277.728 vols en 322 jours. Le principal aéroport actuel de Berlin, Tegel, est d'ailleurs la conséquence de ce pont aérien puisqu'il est construit en secteur français d'août à novembre 1948 pour compléter les aéroports existants de Tempelhof en secteur américain et de Gatow en secteur britannique.

Le jeudi 12 mai 1949, le blocus cesse. Dans le monde occidental, la ville était devenue le symbole de la résistance à toute tentative de l’URSS de prendre le contrôle de nouveaux territoires en Europe.

Les occidentaux prennent ainsi une revanche symbolique sur le coup de Prague, auquel ils n’avaient pu réagir que par de vaines protestations.

Berlin restera pendant quarante ans un véritable symbole, notamment après la construction du mur en 1961. Par ailleurs, la fin de ce blocus permet la création de la République Fédérale Allemande (R.F.A) dix jours plus tard. L’URSS créera un an et demi plus tard la RDA (République démocratique allemande).

Les trois secteurs occidentaux se réunirent pour former Berlin-Ouest rattaché à la RFA. Berlin-Est entra dans la R.D.A pour devenir sa capitale en 1954.

 

Voir aussi :

24 juin 1948 - Début du blocus de Berlin

7 octobre 1949 : Naissance de la RDA

12 août 1961 : Construction du Mur de Berlin

Carte animée

Repost 0
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 23:01

  252 : Sun Quan, empereur chinois de la dynastie des Wu occidentaux (né le 5 juillet 182)

  912 : Léon VI, dit le Sage, empereur byzantin (Né le 19 septembre 866)

1633 : Catherine de Clèves, comtesse d'Eu, veuve de Henri Ier de Guise, duc de Guise, et mère de Louis III, cardinal de Guise (Née le 1548)

1812 : Spencer Perceval, Premier ministre du Royaume-Uni (Né le 1er novembre 1762)

1857 : Eugène-François Vidocq, policier français (Né le 24 juillet 1775)

1883 : Julienne Joséphine Gauvain, alias Juliette Drouet, actrice française, passée à la postérité pour avoir été la maîtresse de Victor Hugo pendant près de 50 ans (Née le 10 avril 1806)

1891 : Alexandre Edmond Becquerel, physicien français (Né le 24 mars 1820).

1981 : Bob Marley, chanteur de reggae et guitariste jamaïcain (Né le 6 février 1945).

Repost 0
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 23:01

  214 : Claude II, empereur romain (Décédé en 270).

1265 : Fushimi, 92e empereur du Japon (Décédé le 8 octobre 1317).

1746 : Gaspard Monge, mathématicien français (Décédé le 28 juillet 1818).

1760 : Claude Joseph Rouget de l'Isle, compositeur français (Décédé le 26 juin 1836)

1760 : Charles de Bonchamps, commandant des armées vendéennes contre les républicains (Décédé le 18 octobre 1793).

1775 : Antoine Charles Louis de Lasalle, général français du Premier Empire (Décédé le 6 juillet 1809).

1788 : Augustin Fresnel, physicien français (Décédé le 14 juillet 1827).

1795 : Augustin Thierry, historien français (Décédé le 22 mai 1856).

1864 : Léon Gaumont, pionnier de l'industrie du cinéma (Décédé le 9 août 1946).

1899 : Fred Astaire, acteur américain (Décédé le 22 juin 1987).

1922 : Aimable Pluchard dit Aimable, accordéoniste français (Décédé le 31 octobre 1997).

1944 : Marie-France Pisier, actrice, scénariste et réalisatrice française (Décédée le 24 avril 2011).

1961 : Bruno Wolkowitch, acteur français.

1964 : Emmanuelle Devos, comédienne française.

1965 : Linda Evangelista, mannequin canadien.

1969 : Bob Sinclar, DJ français affilié à la French touch.

Repost 0
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 23:01

Sur le front ouest de la Première Guerre mondiale, la seconde bataille de l'Artois (du 9 au 15 mai 1915) oppose les troupes françaises et britanniques, menées par Joseph Joffre, à l'armée allemande commandée par le prince Rupprecht de Bavière.

Le bombardement visant à démolir les positions ennemies débute le dimanche 9 mai, à 6h du matin.

À 10h00, l'assaut à la baïonnette et à la grenade démarre. Le 33e corps d’armée, commandé par le général Pétain, attaque sur un front large de 6 km.

En quelques heures, les assaillants parviennent à submerger le système de tranchées allemand, progressant de plus de 3 km vers la crête de Vimy. Mais les réserves, disposées trop loin du front, sont incapables de rejoindre les lignes suffisamment vite pour exploiter cette spectaculaire percée, alors que l’artillerie française est désormais incapable de protéger les unités les plus avancées. Les Allemands se ressaisissent et contre-attaquent.

 

Le coût humain de cette grande offensive, sans résultat stratégique majeur, fut tragique pour l’armée française : 102.000 pertes, soit le double de celles subies par les Allemands lors de l’ensemble des attaques françaises et britanniques entre Arras et Festubert.

Les combats se prolongent pendant une semaine, avec des affrontements sauvages sur les hauteurs de Notre-Dame-de-Lorette. Au final, le résultat de l’offensive française est limité : les villages de Carency et d’Ablain-Saint-Nazaire ont été pris, mais la crête de Vimy, et donc le contrôle de la plaine minière, restent dans les mains allemandes.

 

Repost 0
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 23:01

Durant la guerre de Cent Ans (1337-1453), les préliminaires d'un traité de paix entre les rois de France et d'Angleterre sont signés à Brétigny (Eure-et-Loir).

 

Depuis sa défaite à Poitiers (19 septembre 1356), le roi de France Jean II « le Bon », prisonnier des Anglais, cherche à obtenir sa libération : pourparlers et accords avec Édouard III se succèdent, tandis que le dauphin Charles (futur Charles V, « le Sage »), qui a pris le titre de régent du royaume, affronte des crises politiques.

Dans ces tentatives de paix, la papauté adopte sa posture traditionnelle de médiateur : ses légats ménagent les rencontres qui aboutissent aux préliminaires de paix de Brétigny (8 mai 1360), confirmés par les deux rois à Calais (24 octobre 1360).

 

Le roi Jean II cède, en pleine souveraineté, une grande Aquitaine (de la Loire aux Pyrénées), les comtés de Guînes et de Ponthieu, ainsi que Calais, et se soumet au paiement d'une rançon de 3 millions d'écus en versements échelonnés. Le roi d'Angleterre Edouard III renonce à revendiquer le trône de France et s'engage à évacuer les forteresses qu'il tient sur le territoire du roi de France.

Les conditions du traité sont catastrophiques pour la monarchie des Valois. Elles ramènent le domaine capétien à ce qu'il était au début du règne de Philippe Auguste, 150 ans auparavant.

En réalité, elles ne seront jamais appliquées grâce à l'habileté et à l'énergie du Dauphin, futur Charles V.

Les conflits entre les deux pays reprendront 9 ans plus tard.

Repost 0
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 23:01

Le vendredi 7 mai 1954, le camp retranché de Diên Biên Phu tombe aux mains du Vietminh. Un siècle de présence française en Indochine se termine dans cette cuvette où le général Henri Navarre a concentré 15.000 hommes, avec l'objectif de desserrer l'étau des communistes vietnamiens sur le riche delta du Tonkin.

Depuis 1946, la France a engagé des moyens militaires importants en Indochine afin de combattre le Viêt Minh (organisation armée du parti communiste vietnamien), dirigé par Hô Chi Minh qui lutte pour l'indépendance.

Dans la soirée du 6 mai 1954, c’est le déchaînement de l’artillerie Viêt Minh et de toutes les armes dont elle dispose.

Durant cette bataille, le corps expéditionnaire français comptera 3.000 tués et un nombre très important de blessés. 10.300 seront faits prisonniers, mais les effroyables conditions de détention des camps Viêt Minh sont telles que seulement 3.300 d’entre eux reviendront de captivité.

La chute de Diên Biên Phû, le 7 mai 1954, intervient quelques jours après l'ouverture de la conférence de Genève à laquelle participent les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l'URSS et la Chine communiste.

Le 21 juillet 1954, les accords de Genève mettront fin à cette guerre.

La France quitta la partie nord du Viêt Nam, après ces accords de Genève, qui instauraient une partition du pays de part et d'autre du 17e parallèle Nord.

 

Cette bataille de Dien Bien Phu est une étape importante de la fin de l’Empire colonial français. Elle est ressentie en Algérie comme une défaite des Français face à une révolution populaire.

 

Repost 0
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 23:01

Le « Grand Siècle » de Louis XIV reste marqué par l’image d’un roi absolu et d’un Etat puissant. Investi très jeune dans ses fonctions, éduqué par le Cardinal Mazarin, le Roi-Soleil pose les fondements de l’absolutisme.

Le 6 mai 1682, il s’installe, entouré de sa Cour, au château de Versailles, meilleur symbole de son pouvoir et de son influence en Europe.

Jusqu’à son installation au château de, le Roi impose à la Cour des déplacements fréquents. Louis XIV et ses courtisans séjournent au palais du Louvre puis aux Tuileries, dans les châteaux de Saint-Germain-en-Laye, de Vincennes et Fontainebleau.

Les travaux de l’architecte Louis Le Vau et du jardinier André Le Nôtre, pour transformer le pavillon de chasse de Louis XIII en résidence royale, ont commencé en 1661. Ils dureront pendant tout le règne du Roi-Soleil et coûteront 82 millions de livres à l'Etat, au grand désespoir de son administrateur, Colbert.

 

Affaibli par 72 années de règne, Louis XIV meurt le 1er septembre 1715. Il est inhumé à la basilique Saint-Denis et lègue le trône à son arrière-petit-fils Louis XV, alors âgé de 5 ans.

Repost 0
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 20:56

Les négociations entre le gouvernement, le RPCR (Rassemblement pour la Calédonie dans la République française) et le FLNKS (Front de libération national kanak socialiste) aboutissent à la signature de « l’accord de Nouméa ».

 

La Nouvelle-Calédonie est sur la voie de la décolonisation

L’accord prévoit le transfert de certaines compétences de la France vers la Nouvelle-Calédonie dans de nombreux domaines à l'exception de ceux de la défense, de la sécurité, de la justice et de la monnaie. Négocié à la suite des accords de Matignon de 1988 (avaient mis fin au conflit entre les indépendantistes kanaks et les anti-indépendantistes caldoches), l'accord de Nouméa est signé le 5 mai 1998 à Nouméa sous l'égide de Lionel Jospin.

 

Ces accords prévoient l'organisation dans 20 ans d'une consultation de la population locale sur le transfert des compétences régaliennes à la Nouvelle-Calédonie.

 

Ont signé l'accord de Nouméa :

Au nom de l'État :

  • Lionel Jospin, Premier ministre, les négociations ayant été menées en son nom par son conseiller à l'intérieur Alain Christnacht,
  • Jean-Jack Queyranne, secrétaire d'État à l'outre-mer auprès du ministre de l'Intérieur, les négociations ayant été menées en son nom par son directeur de cabinet Thierry Lataste.

Au nom du Rassemblement pour la Calédonie dans la République (RPCR, anti-indépendantiste) :

  • Jacques Lafleur, président du RPCR, président de l'Assemblée de la Province Sud et député de la 1re circonscription,
  • Pierre Frogier, député de la 2e circonscription, 1er vice-président de l'Assemblée de la Province Sud et maire du Mont-Dore,
  • Simon Loueckhote, sénateur de la Nouvelle-Calédonie et élu de l'Assemblée de la Province des îles Loyauté et du Congrès ainsi que conseiller municipal d'Ouvéa,
  • Harold Martin, président du Congrès du Territoire, élu de l'Assemblée de la Province Sud et maire de Païta,
  • Jean Lèques, maire de Nouméa, élu de l'Assemblée de la Province Sud et du Congrès,
  • Bernard Deladrière, directeur de cabinet du président de l'Assemblée de la Province Sud Jacques Lafleur.

Au nom du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS, indépendantiste) :

  • Rock Wamytan, président unitaire du FLNKS, membre de l'Union calédonienne (UC), grand-chef de la tribu de Saint-Louis et du district du Pont-des-Français, élu de l'Assemblée de la Province Sud et du Congrès,
  • Paul Néaoutyine, chef du Parti de libération kanake (Palika) et de l'Union nationale pour l'indépendance (UNI), élu de l'Assemblée de la Province Nord et du Congrès ainsi que maire de Poindimié,
  • Charles Pidjot, membre de l'UC, neveu de l'ancien député Rock Pidjot,
  • Victor Tutugoro, porte-parole de l'Union progressiste mélanésienne (UPM).

 

Liens du jour :

Accord sur la Nouvelle-Calédonie (Texte officiel)

4 septembre 1774 - Découverte de la Nouvelle-Calédonie par James Cook

24 septembre 1853 - La Nouvelle Calédonie devient officiellement française

Repost 0
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 23:01

Les Jeux olympiques d'été de 1924, Jeux de la VIIIe Olympiade de l'ère moderne, ont été célébrés à Paris, en France, du 4 mai au 27 juillet 1924. Pour ses adieux aux jeux, le baron Pierre de Coubertin milita en faveur de la capitale française, qui organisa ainsi ses deuxièmes jeux après ceux de 1900.

Les VIIIèmes Jeux Olympiques d'été débutent par le rugby au stade de Colombes (Hauts-de-Seine). La devise olympique : « Citius, Altius, Fortius » (plus vite, plus haut, plus fort) sera introduite lors de ces J.O qui mettront en compétition 3.089 athlètes (dont 135 femmes) de 44 pays.

 

Avec les Jeux de Paris de 1924, les Jeux Olympiques s'imposent comme un événement international majeur et populaire.

126 épreuves dans 17 sports jusqu’au 27 juillet

Les compétitions seront marquées par la performance du coureur finlandais Paavo Nurmi qui remportera 5 médailles d'or.

Ce seront aussi les derniers Jeux où le tennis figurera au programme avant sa réintroduction en 1988 avec les professionnels.

Repost 0
Par Archimède - dans Sport
commenter cet article
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 00:01

Le jeudi 3 mai 1979, les Conservateurs remportent les élections législatives en Grande-Bretagne et pour la première fois une femme devient Premier ministre de sa Majesté.

Entourée de fidèles comme elle convaincue de l'urgence de revenir aux sources du conservatisme, Margaret Thatcher évince en 1975 Edward Heath de la tête du parti conservateur.

Quatre ans plus tard, bénéficiant du mécontentement général dû à une nouvelle grève des mineurs et à la pression fiscale, elle met le gouvernement travailliste de James Callaghan en minorité et remporte les élections législatives.

À la tête du gouvernement britannique pour plus de dix ans, Margaret Thatcher entamera une révolution conservatrice sans guère de précédent.

Elle mènera une politique de libéralisation avec une détermination inflexible, ce qui lui vaudra le surnom de « dame de fer ». Cette politique, qui rendra une certaine prospérité à la moyenne bourgeoisie, accentuera les inégalités sociales.

Suite à des luttes internes au sein du parti conservateur, Margaret Thatcher démissionnera en novembre 1990.

Repost 0
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 23:01

Le 2 mai 1935 est conclu un pacte d'assistance mutuelle franco-soviétique entre Pierre Laval et Joseph Staline. Ce traité, signé à Paris, promet assistance mutuelle entre les deux pays suite à la menace nazie qui gronde sur l'Europe.

 

Face à la montée du fascisme, les deux pays tentent de réactiver les liens privilégiés qu’ils avaient entre 1891 et 1917.

 

Mais la France ratifie ce traité avec de grosses difficultés. Par ailleurs, ce traité n’inclut pas de convention militaire. De fait, il sera laissé de côté à cause du manque de conviction des deux partis. Les gouvernements qui suivront ne voient pas d'un bon œil une coopération militaire avec les Soviétiques. Finalement, la Russie se tournera vers l’Allemagne avec le pacte germano-soviétique de 1939.

Repost 0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 23:14

Le dimanche 1er mai 1707 prend effet l’Acte d’Union (« Act of Union ») qui unit l’Angleterre et l’Écosse au sein d’un Royaume-Uni de Grande-Bretagne (United Kingdom of Great-Britain).

 

Au siècle précédent, Jacques VI d'Ecosse est devenu roi d'Angleterre (Jacques Ier) et les 2 pays ont appris à vivre ensemble. Ils ont désormais un gouvernement et un Parlement communs, établi à Londres.

Ce n’est qu’avec la « Glorieuse Révolution » de 1688, l’éviction définitive des Stuart et l’avènement du roi Guillaume III que les Écossais obtiennent enfin le respect de leur foi… et un renforcement des pouvoirs législatifs de leur Parlement.

 

Mais peu après l’avènement de la reine Anne Stuart, en 1702, le Parlement écossais laisse entendre par l’Act of Security qu’il pourrait remettre en cause une décision du Parlement de Westminster prévoyant qu’à la mort d’Anne, sans enfant, la couronne reviendrait à l’Électeur de Hanovre.

Cela signifierait la fin de l’union personnelle des deux royaumes et l’éventuel retour des Stuart sur le trône d’Écosse !

C’est pour éviter ce drame que le parti des whigs lance alors l’idée de réunir le royaume d'Écosse et le royaume d'Angleterre (comprenant le Pays de Galles) en un seul et, en cas de refus, menace les Écossais d’un blocus économique.

La reine, dans un souci de conciliation, nomme une commission anglo-écossaise qui rédige un traité de 25 articles dont quinze se rapportent à des différends économiques et les autres au projet d’union politique.

Cet Acte d’Union est ratifié le 16 janvier 1707 par le Parlement d’Édimbourg, par 110 voix contre 67 et 46 abstentions. C’est ainsi que naît officiellement le Royaume-Uni de Grande-Bretagne, avec un seul souverain, un seul gouvernement et un seul Parlement, à Westminster, où entrent 45 députés écossais (Chambre des Communes) et 16 pairs écossais (Chambre des Lords).

Il entre en vigueur le 1er mai suivant.

 

En 1999, le gouvernement de Tony Blair assouplira cette union en donnant aux Ecossais plus d'autonomie avec une assemblée régionale.

 

 

Repost 0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 23:01

La chute de Saïgon (appelée aussi « libération de Saïgon » par les communistes) est la prise de la ville de Saïgon, alors capitale de la République du Viêt Nam (Sud-Viêt Nam), par l'armée populaire vietnamienne le 30 avril 1975.

Le mercredi 30 avril 1975, le gouvernement du Viêt-nam du Sud capitule suite à l'entrée des troupes du Nord-Vietnam et du Viêt-công dans Saigon.

Une semaine plus tôt, l'aéronavale des États-Unis a évacué en catastrophe les derniers Américains du pays ainsi que 70.000 Vietnamiens, mettant fin à plus de dix ans d'assistance militaire au gouvernement du Sud.

 

L'opération d'évacuation a donné lieu à des scènes de panique et les téléspectateurs du monde entier ont pu voir des fugitifs désespérés s'accrocher aux hélicoptères sur le toit de l'ambassade américaine. Pour les Américains et leurs alliés, ainsi se termine, de la façon la plus humiliante qui soit, la guerre du Vietnam entamée une douzaine d'années plus tôt.

 

La capitale du Sud-Vietnam est rebaptisée Hô Chi Minh-Ville, du nom de l'ancien leader communiste vietnamien. Le pays, divisé au cours de la 1ère guerre d'Indochine contre les Français en 1954, est définitivement réunifié sous l'autorité du gouvernement communiste de Hanoï.

 

Relire aussi :

7 février 1965 - Bombardement du Nord-Vietnam

29 mars 1973 - Les derniers GI quittent le Vietnam

 

Repost 0
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 23:01

Le dimanche 29 avril 1945, les élections municipales donnent l'occasion aux Françaises de voter pour la première fois de leur Histoire.

En France, alors que les hommes obtiennent le droit de vote « universel » en 1848, les femmes attendent 1944 pour pouvoir se rendre aux urnes !

Pendant l’Occupation de nombreuses femmes ont rejoint les rangs de la Résistance. Cet engagement conduira la France libre du général de Gaulle à reconnaître l’égalité économique et politique des sexes

 

Le 23 mars 1944, l’Assemblée consultative siégeant à Alger adopte le principe du droit de vote des femmes par 51 voix « pour » et 16 voix « contre ». Un mois après, le 21 avril, le général de Gaulle ratifie une ordonnance qui, à l’article 17, prévoit le vote des femmes et leur éligibilité : « Les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes. »

 

Relire aussi : 21 avril 1944 - Les femmes obtiennent le droit de vote

 

Repost 0
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 23:02

1076 : Sven II Estridsen, roi de Danemark de 1047 à 1076.

1192 : Conrad de Montferrat, roi de Jérusalem,

1912 : Jules Bonnot, anarchiste français. Meneur de ce que la presse appela la « bande à Bonnot », un groupe illégaliste ayant multiplié les braquages et les meurtres en 1911 et 1912. (Né le 14 octobre 1876).

1918 : Gavrilo Princip, anarchiste serbe. Le 28 juin 1914, il tua l'archiduc et sa femme la duchesse de Hohenberg à coups de revolver.  (Né le 25 juillet 1894).

1922 : Paul Deschanel, homme d'État français. Président de la République le 18 février 1920, il doit démissionner quelques mois plus tard pour raisons de santé. L'année suivante, il est élu sénateur et le reste jusqu'à sa mort.

 (Né le 13 février 1855).

1936 : Fouad Ier, premier roi de l'Égypte moderne (Né le 26 mars 1868).

1945 : Mussolini et Clara Petacci sont fusillés, selon la version officielle à Giulino di Mezzegra, à proximité de Dongo par le Comandante Valerio, nom de guerre du communiste Walter Audisio.

Benito Mussolini, dictateur italien (Né le 29 juillet 1883).

Clara Petacci, ministre italienne et compagne de Benito Mussolini (Née le 28 février 1912).

Repost 0
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 23:01

    32 : Othon, empereur romain (Décédé le 16 avril 69).

1442 : Édouard IV, roi d'Angleterre (Décédé le 9 avril 1483).

1758 : James Monroe, 5e président des États-Unis d'Amérique (Décédé le 4 juillet 1831).

1900 : Maurice Thorez, homme politique français (Décédé le 11 juillet 1964).

1908 : Oskar Schindler, industriel tchécoslovaque, Juste parmi les nations (Décédé le 9 octobre 1974).

1931 : Anicet Le Pors, homme politique français.

1943 : Jacques Dutronc, chanteur et acteur français.

1943 : Gérard Majax, illusionniste français.

1955 : Bertrand Renard, présentateur du jeu télévisé Des chiffres et des lettres.

1972 : Sébastien Cauet, animateur français TV et radio.

1974 : Penélope Cruz, actrice espagnole.

Repost 0
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 23:01

  630 : Ardachîr III, roi de Perse.

1272 : Zita de Lucques, sainte italienne (Née en 1212).

1386 : Éléonore Teles de Menezes, reine de Portugal.

1404 : Philippe II, duc de Bourgogne (Né le 15 janvier 1342).

1521 : Fernand de Magellan, explorateur portugais (Né le 1480).

1605 : Léon XI, pape (Né le 2 juin 1535).

1702 : Jean Bart, corsaire français (Né le 21 octobre 1650).

2010 : Pierre-Jean Rémy, écrivain français, membre de l'Académie française (Né le 21 mars 1937).

2014 : Micheline Dax, actrice française (Née le 3 mars 1924).

Repost 0
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 23:01

Neutralité contestée

L'Italie s'était liée en 1892 à l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie par un accord appelé Triple-Alliance ou Triplice, par lequel les trois signataires s'engageaient à se porter assistance en cas d'attaque par un tiers. Lorsque la Grande Guerre éclate, en août 1914, le nouveau président du Conseil, le libéral Antonio Salandra, renonce sagement à se joindre aux Puissances centrales en raison du désir de paix de la grande majorité des Italiens.

 

Mais tandis que le conflit s'éternise dans le reste de l'Europe, l'effervescence monte dans la bourgeoisie italienne et notamment chez les intellectuels.

 

Le pacte de Londres

Le lundi 26 avril 1915, l'Italie signe un traité secret avec l'Angleterre et la France. Contre la promesse de gains territoriaux, elle leur propose d'entrer en guerre à leurs côtés contre l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie.

Cet acte est décidé par le gouvernement, le roi et la hiérarchie militaire, sans la consultation du Parlement.

 

Dans cet accord, l'Italie s'engage, dans un délai d'un mois, à entrer en guerre aux côtés de l'Entente en attaquant les empires centraux.

En contrepartie, et en cas de victoire finale, elle recevrait des territoires qu'elle convoite : le Tyrol du Sud (Bolzano), le Trentin, la Marche julienne, l'Istrie (sans la ville de Fiume), une partie de la Dalmatie, de nombreuses îles de l'Adriatique, ainsi que la ville albanaise de Vlora (Vlorë en albanais) et la petite île de Saseno (Sazan en albanais) dans la baie de Vlorë et le bassin houiller d'Antalya dans le sud de la Turquie. De plus, l'Italie se voyait confirmer la souveraineté sur la Libye, l'Érythrée, la Somalie et le Dodécanèse en Grèce) ainsi qu'une partie de l'empire colonial allemand en Asie.

 

L’Italie entra officiellement en guerre le 23 mai 1915 en déclarant la guerre à l’Autriche-Hongrie (et le 27 août 1916 à l’Allemagne).

 

À la fin de la guerre, les Alliés reviennent sur leurs promesses et refusent d'appliquer le traité dans son intégralité. Cette rancœur italienne mènera le parti national fasciste de Mussolini au pouvoir dès 1922.

Repost 0
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 23:06

Le mercredi 25 avril 1792, la guillotine est « inaugurée » lors de l'exécution, en place de Grève à Paris, de Nicolas-Jacques Pelletier, un voleur de grand chemin.

La Chronique de Paris du 26 avril relate l’événement :
« Hier, à trois heures de l’après-midi, on a mis en usage, pour la première fois, la machine destinée à couper la tête des criminels […] La nouveauté du spectacle avait considérablement grossi la foule de ceux qu’une pitié barbare conduit à ces tristes spectacles ».

 

Le 28 novembre 1789, le docteur Joseph Guillotin présente sa machine à décapiter à l'Assemblée constituante.

En 1791, un décret fixe que « tout condamné à mort aura la tête tranchée ».

Pendant la Terreur, de septembre 1793 à juillet 1794, près de 50 guillotines seront installées en France et quelques 20.000 personnes seront exécutées.

 

Elle fut aussi utilisée  dans certains cantons de Suisse, en Suède, en Belgique, en Allemagne et en Algérie.

En France, une guillotine fonctionna pour la dernière fois à la prison des Baumettes en septembre 1977 et la peine de mort sera abolie en 1981.

 

 

En 1996, le démocrate Doug Teper député de l’État américain de Géorgie a proposé de remplacer la chaise électrique par la guillotine pour éviter de faire souffrir le condamné et permettre le recyclage éventuel de son corps. Cette proposition a finalement été rejetée, la guillotine (jamais utilisée aux États-Unis) étant considérée comme une méthode barbare car sanglante. L’État abandonnera la chaise électrique, déclarée anticonstitutionnelle par la Cour suprême de Géorgie, au profit de l’injection létale en 2001.

 

Relire aussi :

18 septembre 1981 : Abolition de la peine de mort en France

 

Repost 0
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 23:01

1581 : Vincent de Paul, saint catholique (Décédé le 27 septembre 1660).

1608 : Gaston de France, duc d'Orléans (Décédé le 2 février 1660).

1849 : Joseph Gallieni, militaire français, maréchal de France (Décédé le 27 mai 1916).

1856 : Philippe Pétain, maréchal de France et homme d'État français (Décédé le 23 juillet 1951).

1898 : René Leduc, ingénieur et constructeur d'avions français (Décédé le 9 mars 1968).

1914 : William Castle, cinéaste américain (Décédé le 31 mai 1977).

1942 : Barbra Streisand, chanteuse et actrice américaine.

1944 : Christine Ockrent, journaliste belge.

1945 : Dick Rivers, chanteur de rock français.

1949 : Véronique Sanson, chanteuse française.

1952 : Jean-Paul Gaultier, couturier français.

Repost 0
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 19:46

Une fois n’est pas coutume, je souhaite aujourd’hui commenter l’actualité.

L’école de la république subit de nombreuses attaques avec notamment la réforme sur les rythmes scolaires qui a créé des disparités entre les communes riches et les communes pauvres mais aussi entre les communes rurales et les grandes villes.

Le nouveau calendrier scolaire privilégiera l’industrie touristique des sports d’hiver au détriment des enfants car il y aura toujours une des zones qui subira une fin d’année pénible avec une période trop longue.

Une nouvelle attaque récente des programmes fait débat actuellement, et c’est pour cette raison que j’écris cet article sur un blog normalement consacré aux dates et à l’Histoire.

En effet, une fois de plus les programmes d’Histoire vont être revisités pour faire disparaître un peu plus les connaissances fondamentales !

 

 

Le saviez-vous ?

Clovis, Saint Louis ou François I er, Henri IV, Louis XIV ou Napoléon ne sont plus étudiés dans les collèges français depuis quelques années déjà !

Raison invoquée : il faut consacrer du temps, entre la sixième et la cinquième, à « l'enseignement des civilisations extra-européennes ».

Le programme de sixième passe sans transition de l'Empire romain au IIIe siècle à l'empire de Charlemagne, soit une impasse de six siècles.

 

Je vous invite à lire ou relire cet article pour voir toutes les incohérences des programmes scolaires : Ce que nos enfants n'apprennent plus au collège

 

L’héritage culturel français en danger

Je vous invite aussi à lire les nouvelles dispositions inquiétantes du gouvernement.
Nouveaux programmes d'histoire : atomisation sociale, culpabilité et haine de soi

On peut notamment y lire :

[…] l'étude de l'Islam sera obligatoire, mais celle du christianisme médiéval facultative - ceux qui choisiront de l'enseigner devront le faire uniquement sous l'angle de l' « emprise de l'Eglise sur les mentalités rurales ». […]

 

Repost 0
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 23:01

Issu d'une famille bourgeoise de la région lyonnaise, Antoine Frédéric Ozanam (couramment appelé Frédéric) est né le 23 avril 1813  à Milan.

Il fonde le 23 avril 1833, avec cinq amis, près de l'église Saint-Sulpice, à Paris, la première Conférence de Charité pour venir en aide aux pauvres, victimes collatérales de la révolution industrielle.

En 1831, il arrive à Paris et s’inscrit à la faculté de droit de Jussieu. Il est très affecté par la grande misère dans la capitale, les conditions sanitaires déplorables dans les quartiers populaires, la pauvreté extrême de la classe ouvrière. Il fréquente le quartier latin et trouve parmi les étudiants des compagnons, fervents catholiques, qui deviendront ses amis et grâce à qui il parvient à garder sa Foi, à une période où beaucoup se détournent de la religion.

En 1832, l’épidémie de choléra, qui fit près de 100.000 victimes, décide Frédéric à mettre la Foi en pratique sous forme de charité envers les pauvres.

Fréquentant  les conférences d’histoires, qui rassemblent de nombreux étudiants, il s’en inspire pour créer un groupe avec quelques jeunes catholiques « composée de braves et pieux amis, qui joignent les œuvres à la parole et ainsi affirment la vérité de leur foi par les œuvres » et le nomme « Conférence de Charité ».

La première réunion eu lieu le 23 avril 1833, près de l’église Saint-Sulpice, sous la présidence d’Emmanuel Bailly qui devient le mentor de ce petit groupe de jeunes. La conférence se place sous le patronage de Saint Vincent de Paul, apôtre de la Charité.

C'est le début de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, association spirituelle à vocation caritative, qui regroupe aujourd'hui 700.000 hommes et femmes dans 141 pays.

 

Le jeune homme, devenu professeur d'histoire à la Sorbonne, va continuer de militer toute sa vie pour une Église sociale. Disciple de Lamennais et Lacordaire, il plaide pour une réconciliation entre l’Église et son époque.

 

En 1848, il adhère aux idées républicaines parce qu’il y voit la solution à la question sociale.

« C’est dans le peuple, écrit-il dans un célèbre discours, que je vois assez de restes de foi et de moralité pour sauver une société dont les hautes classes sont perdues ».

D'une santé fragile, Frédéric Ozanam meurt à l’âge de 40 ans. Il a été béatifié par le pape Jean-Paul II au cours des JMJ de Paris, le 22 août 1997.

Repost 0
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 23:01

Pour débloquer une guerre figée dans les tranchées, les Allemands utilisent une nouvelle arme à Ypres (Belgique) : des gaz asphyxiants.

À base de chlore, ce gaz sera appelé l'ypérite, d'après le lieu de son premier emploi, ou gaz moutarde d'après son odeur.

Cette arme chimique brûle les yeux et les voies respiratoires.

Le jeudi 22 avril 1915, près du village flamand de Langemarck, dans le secteur d'Ypres, les soldats britanniques voient venir en provenance des tranchées allemandes un épais nuage d'un vert jaunâtre.

Ils s'enfuient vers l'arrière. Plusieurs centaines s'effondrent et quelques milliers vont demeurer handicapés à vie ou pendant plusieurs mois. Atteints par le chlore, un gaz suffocant qui agresse les voies respiratoires, ils sont les premières victimes de la guerre chimique.

 

Le gaz fait son effet, mais, alors que certains soldats s’enfuient pris de panique, les Canadiens tiennent bon. Après plusieurs jours de combats violents et chaotiques, la position d’Ypres demeure aux mains des Alliés.

Contre ces gaz, les alliés se muniront au début de lunettes et de tampons. Puis ils se protégeront avec des masques respiratoires.

 

Le 22 avril 1915, l’attaque fit 1500 morts sur le coup.

Cette arme toxique, interdite par la déclaration de la Haye de 1899, tua près de 100.000 soldats entre 1915 et 1916. Des dispositions plus récentes concernant l'emploi des gaz, figurent dans le Protocole de Genève de 1925 et la résolution 2603 des Nations Unies de 1969.

 

Des gaz plus mortels et des systèmes de diffusion plus fiables furent introduits plus tard pendant la guerre. En 1917, des obus chimiques, des projecteurs et des mortiers purent déposer de denses barrages gazeux sur les lignes ennemies, ou derrière elles sur des routes d’approvisionnement, des tranchées de réserve ou des batteries de tir.

 

Lien du jour : PRELUDE A LA GRANDE GUERRE CHIMIQUE

Repost 0
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 23:01

Dans la nuit du vendredi 21 au samedi 22 avril 1961, quatre généraux français tentent de soulever les militaires stationnés en Algérie et les « Pieds-noirs » dans un effort désespéré pour maintenir l'Algérie à l'intérieur de la République française.

Trois mois et demi après le référendum favorable à l’autodétermination des populations algériennes, les quatre généraux à la retraite (Challe, Zeller, Jouhaud et Salan) et quelques colonels prennent le pouvoir à Alger afin de s'opposer à l'émancipation de l'Algérie. Avec l'appui du 1er régiment étranger de parachutistes, ils ont arrêté le Délégué général du Gouvernement, M. Jean Morin, le général Gambiez, commandant en chef en Algérie depuis le 1er février, et le ministre des Travaux publics, M. Robert Buron, qui se trouvait en voyage en Algérie.

 

Mais les putschistes ne parviennent pas à rallier l'armée d'Algérie et le président de Gaulle interdit à tous Français d'exécuter leurs ordres.

De Paris, dès le 22 avril, le Conseil des ministres institue l'état d'urgence en Algérie et décide de déférer les chefs de la mutinerie à la justice militaire.

Le dimanche 23 avril, après avoir consulté le Premier ministre, les présidents des Assemblées parlementaires et le Conseil constitutionnel, le général de Gaulle décide d'assumer les pouvoirs exceptionnels prévus par l'article 16 de la Constitution.

Le soir même, à 20h00, de Gaulle prononce sa fameuse allocution devant la nation :

« Un pouvoir insurrectionnel s'est établi en Algérie par un pronunciamiento militaire. […] Ce pouvoir a une apparence : un quarteron de généraux en retraite. Il a une réalité : un groupe d'officiers, partisans, ambitieux et fanatiques. […] Au nom de la France, j'ordonne que tous les moyens, je dis tous les moyens, soient employés pour barrer partout la route à ces hommes-là, en attendant de les réduire. J'interdis à tout Français et, d'abord, à tout soldat d'exécuter aucun de leurs ordres. […] Françaises, Français ! Aidez-moi ! »

 

Les généraux seront arrêtés et les partisans acharnés de l'Algérie française entreront dans l'OAS (Organisation de l'armée secrète) qui cessera d'exister avant l'indépendance algérienne en 1962.

 

Repost 0
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 23:01

1099 : Pierre Barthélemy, moine et mystique français.

1314 : Clément V (Bertrand de Got), pape (né en1264).

1947 : Christian X de Danemark, roi de Danemark et d'Islande (né le 26 septembre 1870).

1992 : Benny Hill, humoriste, acteur et chanteur britannique (né le 21 janvier 1924).

1994 : Jean Carmet, acteur français (né le 25 avril 1920).

Repost 0

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire