Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 23:03

Le mardi 12 septembre, 1848 les cantons suisses approuvent une nouvelle constitution qui met en place un État fédéral démocratique moderne avec ses 22 cantons dans quatre régions linguistiques.

Un Conseil fédéral détient les pouvoirs exécutifs tandis que le pouvoir législatif se partage entre le Conseil national et le Conseil des États. Cette Constitution subira des modifications en 1874, appuyant d’avantage le pouvoir fédéral et instaurant le droit de référendum.

Le gouvernement suisse conservera une totale neutralité dans les conflits extérieurs. Ce sera le cas durant la guerre de 1870 et durant les deux guerres mondiales.

 

Lien du jour : Constitution fédérale suisse du 12 septembre 1848

 

Repost 0
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 23:01

Le World Wildlife Fund (fond mondial pour la planète) est créé le 11 septembre 1961 à Morges en Suisse.

 

Il a pour objectif la préservation de la diversité biologique. Sa mission sera aussi de lutter contre les différentes formes de pollution et de promouvoir le développement durable. Initialement orienté vers la protection des espèces sauvages, le WWF se concentrera ensuite sur les milieux naturels forestiers ou aquatiques ainsi que les changements climatiques.

Présent aujourd’hui dans une centaine de pays, fort de ses 5 000 salariés militants à travers le monde, le WWF œuvre au quotidien pour offrir aux générations futures une planète vivante.

 

Site : http://www.wwf.fr/

Repost 0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 23:21

A partir de 1929 que l'entreprise Michelin fait ses premiers essais de pneumatique sur rail. D'abord testé sur le réseau privé de la société à Clermont Ferrand, les essais sont poursuivis sur la ligne PO Saint Florent - Issoudun. 

Micheline train sur pneu

A partir de 1931, la société Michelin est autorisée par le directeur du réseau de l'Etat, Rouel Dautry, à utiliser une portion de la ligne de Massy-Palaiseau - Chartres, entre Saint Arnoult en Yvelines - Coltainville. 

Les premiers modèles à trois essieux ressemblaient à des autocars sur rails.

Le 10 septembre 1931 a lieu le premier essai officiel sur la ligne Paris - Deauville.

 

Micheline

La Micheline

Cette invention, due à André Michelin, avait pour objectif d'améliorer le confort des voyageurs. Elle a nécessité la mise au point d'un pneu-rail creux spécial, capable de rouler sur la surface de roulement réduite offerte par le champignon du rail, de franchir les aiguillages et aussi capable de résister à la charge de véhicules ferroviaires. Ce pneu, dont la première version a été brevetée en 1929, sera par la suite réalisé avec une structure métallique plus résistante. Le guidage de la roue sur le rail est assuré par un boudin métallique solidaire de la jante.

 

Pour assurer la promotion de son invention, Marcel Michelin, le fils d'André Michelin, organisa une démonstration le jeudi 10 septembre 1931. Pour l'occasion, il convia André Citroën et sa femme, le directeur du réseau de l'État, quelques officiels, et des journalistes.

A 12h44, soit 2h14 après son départ, la Micheline prototype N°5 entre en gare de Deauville. Partie à 10h30 pour un aller et retour entre Paris Saint-Lazare et Deauville, elle parcourt au retour la distance de 219,2 km qui sépare les deux gares en 2h 03, soit une vitesse de 107 km/h de moyenne avec des pointes à 130 km/h.

Cette vitesse élevée pour l'époque assure une large publicité au procédé.

L’année suivante fut mise en service la  micheline type 11 de 24 places qui avait l’apparence d’un véhicule routier, sorte d’autocar doté d’un semi-remorque.
D’autres modèles vont dès lors se succéder et circuler sur les rails de France et d’ailleurs, notamment aux Etats-Unis, et ce jusqu’à la moitié du XXe siècle.
Le nom de « micheline » a été donné par la suite, abusivement mais de façon familière, à tous les autorails.
 

Repost 0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 23:22

Le mercredi 9 septembre 1570, les Turcs ottomans occupent Nicosie. L'île de Chypre tombe sous leur domination pour trois longs siècles, jusqu'à ce que les Anglais imposent leur protectorat.

Après avoir conquis Rhodes et fait fuir les chevaliers de l'ordre de Saint Jean de Jérusalem qui vont alors s'établir à Malte, les Turcs s'emparent de Chypre.

L'année suivante, les catholiques remportent la victoire de Lepante contre les Tucs et mettent un terme à leur expansion.

Des Turcs commencent à s'implanter sur Chypre : à la fin du XIXe siècle, ils représenteront 1/4 de la population chypriote. Les édifices catholiques deviennent musulmans.

 

En 1878, la Porte ottomane céda l'île à la couronne Britannique, qui, en 1925,  en fit une colonie jusqu'à l'indépendance, qui fut accordée le 16 août 1960.

 

Relire également : 16 août 1960 - Indépendance de Chypre

Repost 0
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 23:01

8 septembre calendrier

 

1157 : Richard Ier, roi d'Angleterre (Décédé le 6 avril 1199).

1207 : Sanche II, roi de Portugal (Décédé le 4 janvier 1248).

1621 : Louis II de Bourbon-Condé, prince royal français (Décédé le 11 décembre 1686).

1633 : Ferdinand IV du Saint-Empire, roi de Bohème (Décédé le 9 juillet 1654).

1697 : Alexander Monro, médecin britannique qui a démontré que la jaunisse est causée par l’obstruction du conduit biliaire. (Décédé le 10 juillet 1767).

1783 : August Friedrich Schweigger, médecin allemand (Décédé le 20 juin 1821).

1828 : Joshua Lawrence Chamberlain, homme politique et général américain, (Décédé le 24 février 1914).

1830 : Frédéric Mistral, homme de lettres français, prix Nobel de littérature en 1904 (Décédé le 25 mars 1914).

1841 : Antonín Dvořák, musicien tchèque (Décédé le 1er mai 1904).

1910 : Jean-Louis Barrault, acteur et metteur en scène français (Décédé le 22 janvier 1994).

1920 : Madeleine Rebérioux, historienne française (Décédée le 7 février 2005).

1941 : Yves Saint-Martin, ancien jockey français.

1947 : Jean-Michel Larqué, footballeur et consultant TV français.

1958 : Jean-Michel Aphatie, journaliste français.

Repost 0
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 23:01

En 1821, le roi portugais Jean VI rentre à Lisbonne. Son fils, le futur Pedro Ier, resté à Rio, proclame l'indépendance du Brésil le 7 septembre 1822.

 

Le pays a été abordé par le navigateur portugais Pedro Alvares Cabralen 1500, suite à une erreur de navigation. Il est devenu de ce fait, avec la permission du pape, la principale terre sud-américaine qui échappe à la colonisation espagnole.

Lorsque le royaume du Portugal est occupé par les troupes de Napoléon 1er, en 1807, le prince régent, de la dynastie de Bragance, s'enfuit sur un navire anglais et se réfugie outre-Atlantique. Il s'établit à Rio de Janeiro, alors la capitale du Brésil. Séparée de sa métropole par la guerre, la colonie apprend à se débrouiller seule.

Devenu roi du Portugal en 1816, après la mort de sa mère, la reine Marie la Folle, le prince régent prend le nom de Joao VI (Jean VI). Mais bien que les troupes d'occupation françaises aient depuis longtemps quitté la métropole, le nouveau souverain prolonge son séjour au Brésil dont il apprécie les charmes.

Il octroie à la colonie son autonomie au sein du « Royaume-Uni de Portugal, du Brésil et des Algarves ».

 

En 1820 se produit en Espagne une révolution libérale ; elle fait tache d'huile au Portugal où, le 24 août 1820, à Porto une junte libérale menace de faire sécession. Elle convoque une assemblée constituante, les Cortes, qui se réunit à Lisbonne. Le nouveau gouvernement, poussé par l'armée, rappelle d'urgence le roi Jean VI et réclame qu'il soit mis un terme à l'autonomie du Brésil !

À regret, Jean VI regagne la métropole mais il confie la régence du Brésil à son fils cadet Dom Pedro (Pierre), 24 ans. Tandis que les provinces du nord et du centre se montrent attirées par la révolution libérale de Lisbonne et rechignent à se soumettre à Rio, la capitale supplie le régent de se prononcer pour l'indépendance.

Pour maintenir l'unité de la colonie et éviter les troubles qui endeuillent à la même époque les colonies espagnoles voisines, Dom Pedro choisit donc de rester envers et contre tout et lance ce simple cri, le 9 janvier 1822 : « Fico » (« Je reste »).

Comme les Cortes prétendent envoyer des troupes au Brésil et nommer de nouveaux gouverneurs militaires dans les provinces, le régent prend les devants.

Le 7 septembre 1822, près de São Paulo, au bord de la rivière Ipiranga, il proclame : « Independencia ou muerte » (« L'indépendance ou la mort »).

 

Le 12 octobre, le régent est nommé empereur constitutionnel du pays sous le nom de Pedro 1er et solennellement couronné à Rio de Janeiro le 1er décembre de la même année.

 

Repost 0
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 23:29

6 septembre calendrier

 

1757 : Gilbert du Motier de La Fayette, militaire français (Décédé le 20 mai 1834).

1766 : John Dalton, chimiste et physicien britannique (Décédé le 27 juillet 1844).

1787 : Salvatore Viale, poète français (Décédé le 23 novembre 1861).

1802 : Alcide Dessalines d'Orbigny, naturaliste, explorateur et paléontologue français (Décédé le 30 juin 1857).

1888 : Joseph Patrick Kennedy, politique et diplomate américain, père du président John Fitzgerald Kennedy (Décédé le 18 novembre 1969)

1909 : Michael Gordon, réalisateur américain (Décédé le 29 avril 1993).

Repost 0
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 23:19

Louis XV roi de France n'a que douze ans lorsqu'il est sacré roi. Son règne personnel débute en 1725. Le jeune roi, doit se marier au plus vite pour assurer sa descendance.

Il est prévu que Louis XV, épousera plus tard une infante d'Espagne. Mais celle-ci n'a pour l'heure que trois ans et la santé chétive du roi fait craindre que le mariage n'ait jamais lieu.

Les fiançailles avec Marie-Anne-Victoire de Bourbon sont annulées, celle-ci étant trop jeune pour enfanter.

 

Le 5 septembre 1725, le jeune Louis XV, alors agé de 15 ans, épouse la modeste et pieuse Marie Leszczynska (22 ans), fille d'un ex-roi de Pologne en exil et ruiné.

Repost 0
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 23:01

4 septembre calendrier

1729 : Louis-Ferdinand de France, dauphin du Viennois, fils aîné du roi Louis XV de France (Décédé le 20 décembre 1765)

1768 : François-René de Chateaubriand, écrivain et homme politique français (Décédé le 4 juillet 1848).

1824 : Anton Bruckner, compositeur autrichien (Décédé le 11 juin 1896).

1894 : Orane Demazis, actrice française ayant joué rôle de « Fanny » dans la Trilogie marseillaise (Décédée le 25 décembre 1991).

1896 : Antonin Artaud, acteur, écrivain, essayiste, dessinateur et poète français (Décédé le 4 mars 1948).

1901 : William Lyons, constructeur automobile britannique, créateur de la marque Jaguar (Décédé le 8 février 1985).

1909 : Eduard Wirths, chef SS médecin (SS-Standortarzt) au camp de concentration d'Auschwitz (Décédé le 20 septembre 1945).

1917 : Henry Ford II, industriel américain, président de la compagnie Ford (1945-79) (Décédé le 29 septembre 1987).

1928 : Dick York, acteur américain, ayant notamment interprété le premier « Jean-Pierre » dans la série Ma sorcière bien-aimée. (Décédé le 20 février 1992).

1931 : Mitzi Gaynor, chanteuse, danseuse et actrice américaine.

1957 : Patricia Tallman, actrice américaine.

1974 : Carmit Bachar, américaine, chanteuse américaine du groupe The Pussycat Dolls.

Repost 0
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 23:01

Pour éviter la guerre, les Anglais et les Français avaient multiplié les reculades : après avoir laissé l'Allemagne annexer l'Autriche, ils avaient, à la conférence de Munich en septembre 1938, abandonné leur allié tchécoslovaque, amputé de la région des Sudètes.
Après avoir laissé Hitler occuper Prague le 15 mars 1939, les Alliés décident de mettre fin à la politique d'expansion allemande : ils garantissent les frontières des pays menacés par le III° Reich : la Pologne, la Roumanie, les Pays bas et la Belgique.
La Pression monte d'un cran le 28 août, lorsqu’Hitler réclame le retour à l'Allemagne des territoires attribués à la Pologne en 1919, notamment le corridor de Dantzig. La Pologne décrète alors la mobilisation générale.

Hitler lance l'attaque le 1er septembre 1939.

La Wehrmacht ayant violé les frontières de la Pologne, Londres envoie un ultimatum à Berlin en suggérant une ultime conférence internationale !

Hitler dédaignant de répondre, la guerre est de facto déclarée à l'expiration de l'ultimatum, le dimanche 3 septembre à 11 heures.

À 11 h 15, Chamberlain annonce dans une émission que la guerre a commencée.

Chamberlain forme un Cabinet de guerre, lequel inclus Churchill comme Premier Lord de l'Amirauté (lequel est signalé à tous les navires et installations de la Royal Navy avec le message : « Churchill est de retour ») et Eden comme Secrétaire pour les dominions. Un ministère de l'économie de guerre est établi. Le gouvernement annonce aussi la mise en application d'un blocus contre l'Allemagne. À 11 h 35, comme pour confirmer l'état de guerre, il y a une alarme de raid aérien à Londres, mais ce n'est qu'une fausse alerte.

Le Président du Conseil français Édouard Daladier et son ministre des affaires étrangères Georges Bonnet demandent au président de la République Albert Lebrun de déclarer à son tour la guerre au nom des engagements internationaux de la France (et sans consulter le Parlement). C'est chose faite à 17h.

 

La Seconde Guerre mondiale a démarré !

 

Voir aussi : 1er septembre 1939 - l'Allemagne envahit la Pologne

Repost 0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 23:01

Le Vietminh, fondé en 1941 par d'anciens dirigeants du parti communiste indochinois, profite de la capitulation du Japon et de l'incapacité des Français à reprendre le pouvoir, pour proclamer l'indépendance.

Le 2 septembre 1945 Sur le pont du cuirassé américain Missouri, le représentant du gouvernement japonais signe l’acte de reddition de son pays. Au même moment, sur la place Ba-Dinh, à Hanoi, Ho Chi Minh proclame l’indépendance de la République démocratique du Vietnam. La déclaration commence par un pied de nez à deux puissances qui, dans les années à venir, viendront s’enliser ici : « « Tous les hommes sont nés égaux. Le Créateur nous a donné des droits inviolables : le droit de vivre, le droit d’être libre et le droit de réaliser notre bonheur. » Cette parole immortelle est tirée de la Déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique en 1776. Ho Chi Minh devient président du nouveau gouvernement révolutionnaire. Le discours s’achève sur une proclamation solennelle : « Le Vietnam a le droit d’être libre et indépendant et, en fait, est devenu libre et indépendant. Tout le peuple du Vietnam est décidé à mobiliser toutes ses forces spirituelles et matérielles, à sacrifier sa vie et ses biens pour garder son droit à la liberté et l’indépendance. »

 

Le 19 décembre 1946, le parti communiste vietnamien de Hô Chi Minh lance une insurrection générale contre le colonisateur français à Hanoï et dans tout le Tonkin. C'est le début de la première guerre d'Indochine...

La France, vaincue à Dien Bien Phu en 1954, reconnaîtra l'indépendance du Vietnam avec les accords de Genève en 1956.

 

Relire aussi :

10 août 1945 - Les Vietnamiens se soulèvent contre les Japonais

2 septembre 1945 - fin de la Seconde Guerre mondiale

 

 

Repost 0
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 23:01

Le dimanche 1er septembre 1985, soit plus de soixante-treize ans après le naufrage du Titanic, une équipe franco-américaine repère l'épave, au large de Terre-Neuve.

Les premières recherches sérieuses débutent à la fin des années 1970 à l'instigation du milliardaire Jack Grimm, mais l'épave reste introuvable. Elle est finalement découverte le 1er septembre 1985 par Robert Duane Ballard dans le cadre d'une mission secrète pour la marine américaine.

L'épave se trouve à près de 3.821 mètres de fond dans l'Atlantique Nord à quelques kilomètres de l'endroit où il a sombré le 15 avril 1912 à 2 h 20 du matin.

Le luxueux paquebot britannique de la White Star Line, réputé indestructible, avait coulé après avoir heurté un iceberg, entraînant la mort de plus de 1.500 personnes.

Il sera exploré en 1987 par le sous-marin français télécommandé le Nautile, qui remontera notamment de l'argenterie et des bijoux.

 

Liens :

14 avril 1912 - Naufrage du Titanic

L’expédition franco-américaine « Titanic 1985 » : la découverte

 

 

 

Repost 0
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 23:01

    12 : Caligula, empereur romain (Décédé le 24 janvier 41).

161 : Commode, empereur romain (Décédé le 31 décembre 192).

1786 : Eugène Chevreul, chimiste français (Décédé le 9 avril 1889).

1870 : Maria Montessori, médecin et pédagogue italienne (Décédée le 6 mai 1952).

1879 : Yoshihito, 123e empereur du Japon (Décédé le 25 décembre 1926).

1897 : Fredric March, acteur américain (Décédé le 14 avril 1975).

1903 : Arthur Godfrey, acteur et scénariste américain (Décédé le 16 mars 1983).

1906 : Michel François, historien français (Décédé le 11 juillet 1981).

1925 : Maurice Pialat, réalisateur français (Décédé le 11 janvier 2003).

1949 : Richard Gere, acteur américain.

1952 : Edwy Plenel, journaliste français.

1958 : Serge Blanco, joueur de rugby français.

1958 : Éric Zemmour, journaliste et écrivain français.

1959 : Laurence Parisot, dirigeante d'entreprise française.

1974 : Andreï Medvedev, joueur de tennis ukrainien.

1976 : Vincent Delerm, chanteur français.

 

Repost 0
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 23:01

Le téléphone rouge est une ligne de communication directe établie le 30 août 1963 entre les États-Unis et l’Union soviétique après que la crise des missiles a mené le monde au bord de la guerre mondiale en 1962.

 

Le contexte

La Guerre froide entre les Etats-Unis et l'Union soviétique poussée à son paroxysme. En octobre 1962, les Américains détectent la présence de missiles soviétiques sur l'île de Cuba, située 160 Km au sud de la Floride. Les flottes des deux puissances se mettent en place, un bras de fer s'engage. Des deux côtés du monde, les dirigeants craignent un conflit nucléaire.

Progressivement, pour prévenir le retour à une telle situation, l'idée de mettre en place un canal de discussion entre les deux grands fait surface.

Lors de cette crise, il avait fallu douze heures aux Américains pour déchiffrer le message de Nikita Khrouchtchev à John Kennedy. Il fallait trouver un moyen de communication sécurisé et rapide.

 

Le projet a été évoqué dès le 12 décembre 1962.

L'accord entre l'Union soviétique et les États-Unis a été signé aujourd'hui ce 20 juin 1963 à Genève.

 

Le fameux « téléphone rouge » n'a pas de combiné, ni de cadran à chiffres et n’est même pas rouge.

Ce que l’on nomme « téléphone rouge » est réalité constitué d'un radio téléscripteur encodant des textes.

Il existait en fait un circuit télégraphique qui passait par Washington, Londres, Copenhague, Stockholm, Helsinki et Moscou ; et un second circuit radiotélégraphique qui allait de Washington à Moscou, en passant par Tanger.

Autre idée reçue, cette liaison n’aboutit pas dans le Bureau ovale de la Maison blanche, mais au Pentagone.

Le vendredi 30 août 1963, Washington envoie son premier message crypté à Moscou.

Il s'agit d'une phrase sans signification précise  – The quick brown fox jumped over the lazy dog’s back 1243567890 (Le rapide renard brun a sauté par-dessus le chien paresseux) – mais dont le but est de tester la fiabilité dispositif.

En effet ce message a l’avantage d’utiliser toutes les lettres de l’alphabet anglais ainsi que tous les chiffres arabes.

 

Une ligne utilisée uniquement qu’en cas de crise majeure

En 1967, les Russes décrochent le téléphone rouge pour obtenir des Américains qu’ils mettent la pression sur Israël pour voir la fin de la Guerre des Six Jours au Proche-Orient. Ce sont près de 20 messages entre le ministre américain de la Défense, Robert McNamara, et le président du conseil des ministres de l’URSS, Kossyguine, qui sont échangés pendant ce conflit arabo-israélien.

A nouveau mis à contribution, le téléphone est utilisé en 1971 lors du conflit indo-pakistanais, mais également en 1973 lors de la Guerre du Kippour. Et en 1979, Jimmy Carter met en garde l’URSS sur les conséquences du déploiement des troupes soviétiques en Afghanistan.

 

Une ligne téléphonique directe fut mise en place en 1971, et une ligne de fax en 1986.

La ligne « historique » n’est plus utilisée depuis longtemps (les présidents communiquent désormais en s’appelant directement), mais reste parait-il dans un très bon état.

 

Voir aussi :

14 octobre 1962 - Début de la crise des missiles de Cuba

L’histoire d’un téléphone rouge qui n'était ni téléphone, ni rouge

Repost 0
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 23:02

Le 2 décembre 2009, à sa soixante-quatrième session, l’Assemblée générale a proclamé le 29 août Journée internationale contre les essais nucléaires en adoptant à l’unanimité la résolution 64/35. Cette résolution appelle à éduquer le public et à le sensibiliser « aux effets des explosions expérimentales d’armes nucléaires et autres explosions nucléaires et à la nécessité d’y mettre fin, en tant que moyen parmi d’autres de parvenir à l’objectif d’un monde sans armes nucléaires ».

Cette résolution a été initiée par la République du Kazakhstan, à laquelle se sont joints un grand nombre d’auteurs et de co-auteurs, afin de commémorer la fermeture du polygone d’essais nucléaires de Semipalatinsk, le 29 août 1991.

Journée internationale contre les essais nucléaires

La Journée internationale vise à mobiliser l’Organisation des Nations Unies, les Etats Membres, les organisations intergouvernementales et non gouvernementales, les milieux universitaires, les réseaux de jeunes et les médias aux fins de l’information et de l’éducation du public et de sa sensibilisation à la nécessité d’interdire les essais d’armes nucléaires en tant que pas majeur vers l’édification d’un monde plus sûr.

 

Chaque année, depuis 2010, la Journée est observée grâce à des activités menées en coordination dans le monde entier, notamment des colloques, des conférences, des expositions, des compétitions, des publications, des conférences données dans des institutions universitaires, des programmes diffusés dans les médias, etc.

 

Liens du jour :

Résolution 64/35 en PDF

29 août 1949 - L’URSS fait exploser sa première Bombe A

Les essais nucléaires depuis 1945

Repost 0
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 23:01

Le lundi 29 août 1949, l’URSS procède au test de sa première bombe atomique (dont le nom de code est « First Lightning »)  à Semipalatinsk au Kazakhstan. L’obtention de cette technologie est pour partie due à un bon système d’espionnage. Elle contribuera à un climat de paranoïa aux Etats-Unis qui se traduira par la « chasse aux sorcières ».

29 août 1949 - URSS - Bombe Atomique

L’URSS en faisant exploser une bombe atomique, devient la deuxième nation à développer et tester avec succès l’arme nucléaire après les États-Unis.

Cet essai marque ainsi le début de la course aux armes nucléaires de la Guerre Froide entre les deux superpuissances.

 

Voir aussi : Les essais nucléaires depuis 1945 http://aujourdhui.over-blog.fr/2015/08/les-essais-nucleaires-depuis-1945.html

Repost 0
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 23:01

Le début de l’ère nucléaire

En août 1942, les États-Unis d'Amérique mettent en place le « Projet Manhattan » pour concevoir la première arme nucléaire. Dans les quelques heures précédant l’aube du 16 juillet 1945, ils ont fait exploser une bombe atomique de 20 kilotonnes dont le nom de code était « Trinity » à Alamogordo, au Nouveau-Mexique.

« Trinity » à Alamogordo, au Nouveau-Mexique

Les États-Unis ont ensuite largué deux bombes atomiques sur le Japon : la première était une bombe de type arme à fission nommée « Little Boy » larguée sur Hiroshima le 6 août 1945 ; la seconde était une bombe de type à implosion testée à Alamogordo pour la première fois un mois plus tôt et nommée « Fat man » qui fut larguée sur Nagasaki le 9 août.

 

La Guerre Froide et la course à l’arme nucléaire

La Deuxième Guerre mondiale était à peine terminée en août 1945 qu’une course aux armes nucléaires technico-industrielles suivit entre les deux nouvelles superpuissances émergeantes, les États-Unis d'Amérique et l’Union Soviétique. Entre 1946 et 1949, les États-Unis d'Amérique ont effectué six essais supplémentaires. Puis, le 29 août 1949, l’Union Soviétique a testé sa première bombe nucléaire, « Joe 1 ». Cet essai a marqué le début de la course aux armes nucléaires de la Guerre Froide entre les deux superpuissances.

Des tensions exacerbées et une atmosphère de peur et de méfiance envahissante ont catalysé la compétition pour construire des bombes toujours plus puissantes et sophistiquées. Pendant les années 1950, de nouveaux modèles de bombes à hydrogène ont été testés dans le Pacifique, ainsi que de nouveaux modèles et des modèles améliorés d’armes à fission.

 

Le 3 octobre 1952, le Royaume-Uni est devenu le troisième pays à tester des armes nucléaires. Au départ, le Royaume-Uni testait principalement en Australie et, plus tard, aux États-Unis. À partir de 1958, son programme fut étroitement coordonné à celui des États-Unis d'Amérique par l’Accord de Défense Mutuelle RU-EU.

Le premier novembre 1952, les États-Unis d'Amérique deviennent le premier pays à tester une bombe à hydrogène.

 

Le 2 avril 1954, le premier ministre de l’Inde, Jawaharlal Nehru, fut le premier homme d’état à demander un accord d’ « arrêt » des essais nucléaires. Toutefois, ceci eut peu d’effet pour arrêter les essais nucléaires extensifs qui caractérisèrent les 35 années suivantes, et qui ne s’apaisèrent qu’à la fin de la Guerre Froide à la fin des années 1980.

Ainsi, entre 1955 et 1989, environ 55 essais nucléaires furent effectués chaque année. Le pic d’essais nucléaires se fit à la fin des années 50 et au début des années 60. Rien qu’en 1962, 178 essais furent effectués (96 par les États-Unis d'Amérique et 79 par l’Union Soviétique). Cette année-là, la Guerre Froide devint presque une guerre nucléaire avec la crise des missiles de Cuba.

 

La France devient puissance nucléaire le 13 février 1960, avec le premier engin (Gerboise bleu) nucléaire français testé à Reggane, dans le dans le Sahara algérien. Plus tard, la France déplacera ses essais dans le Pacifique sud.

Gerboise bleu bombe nucléaire le 13 février 1960

Le 30 octobre 1961, l’Union Soviétique fait exploser la bombe la plus puissante n’ayant jamais existé : une arme nucléaire atmosphérique de 58 mégatonnes, surnommée « Tsar Bomba », au-dessus de Novaya Zemlya dans le nord de la Russie.

 

La Chine procède à son premier essai nucléaire le 16 octobre 1964 dans le désert de Xinjiang.

essai nucléaire le 16 octobre 1964 chine

 

Traité d’Interdiction Partielle de 1963

Le Traité d’Interdiction Partielle d’essais nucléaires de 1963 interdit les essais à but militaire et pacifique, dans l’atmosphère, sous l’eau et dans l’espace. Le Traité était important du point de vue de l’environnement, car il limitait les retombées radioactives étroitement associées aux essais atmosphériques, mais il eut peu d’effet sur les essais nucléaires dans leur ensemble, qui se firent largement sous terre.

 

Traité de Non-Prolifération de 1968

Afin de limiter une telle propagation de l’arme nucléaire, un Traité de Non-Prolifération nucléaire (TNP) fut établi en 1968 : il autorise ces cinq pays à conserver l’arme nucléaire et interdit aux autres Etats de tenter de s’en doter. Il est aujourd’hui signé par la quasi-totalité des Etats de la planète, cependant, plusieurs pays ont ensuite procédé à des essais nucléaires.

 

D’autres pays entrent aussi dans la course l’arme nucléaire

Israël a amorcé un programme nucléaire dans les années 1950, et a complété la phase de recherche et de développement de son programme d’armes nucléaires en 1966, bien qu’il n’ait pas, du moins qu’on le sache, testé de telles armes. Israël a adopté une soi-disant « politique nucléaire d’ambigüité », ne confirmant ni ne déniant son statut nucléaire.

 

L’Inde est devenue officiellement la sixième nation à développer des armes nucléaires en mai 1974, ayant alors effectué un essai nucléaire qu’elle qualifia d’explosion nucléaire pacifique.

 

En 1982, une nation de plus, l’Afrique du Sud, acquit des armes nucléaires, selon le Centre d’Études sur la Non-prolifération de l’Institut Monterey. Officiellement, l’Afrique du Sud n’a pas effectué d’essais nucléaires.

 

Moins de dix ans plus tard, avec la transition vers un gouvernement élu à la majorité, l’Afrique du Sud a démantelé toutes ses armes nucléaires, étant à ce jour la seule nation à avoir volontairement renoncé aux armes nucléaires entièrement sous son contrôle. Le démantèlement fut terminé en 1991. La même année, l’Afrique du Sud accéda au Traité de Non-prolifération de 1968 en tant d’État non possesseur d’armes nucléaires.

 

Les relations sont devenues plus chaleureuses entre l’Union Soviétique et les États-Unis à partir des années 1985. La chute du mur de Berlin en 1989, la dissolution de l’Union Soviétique, en 1991, elle-même remplacée par la Fédération russe, la Biélorussie, le Kazakhstan et l’Ukraine, qui avaient accueilli l’arsenal nucléaire soviétique, devinrent des États sans armes nucléaires sous le Traité de Non-prolifération. Le site principal d’essais, Semipalatinsk au Kazakhstan fut fermé le 29 août 1991.

 

Vers une interdiction complète des essais nucléaires

En 1990, l’Union Soviétique proposa un moratoire sur les essais nucléaires que le Royaume-Uni et les États-Unis d'Amérique approuvèrent.

 

Le dernier essai nucléaire de l’Union Soviétique a eu lieu le 24 octobre 1990 ; celui du Royaume-Uni le 26 novembre 1991, et celui des États-Unis d'Amérique le 23 septembre 1992.

La France et la Chine ont effectué leurs derniers essais respectivement en janvier et en juillet 1996, avant de signer le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires, le 14 septembre 1996, de concert avec les trois autres États détenteurs d’armes nucléaires ainsi que 66 autres pays.

La France a fermé et démantelé tous ses sites d’essais nucléaires dans les années 1990 – c’est le seul État détenteur d’armes nucléaires à l’avoir fait à ce jour.

 

Les essais nucléaires souterrains ont été interdits par le Traité de 1996, instaurant ainsi une interdiction complète des essais nucléaires.

 

Violation du moratoire

Cinq essais nucléaires ont été effectués entre 1998 et 2007 : deux par l’Inde et deux par le Pakistan, ainsi qu’un que la Corée du Nord déclara en 2006, violant ainsi par deux fois le moratoire de fait établi par le TICE.

 

L’Inde a effectué deux essais nucléaires souterrains, « Shakti(Pouvoir) ’98 », le 11 et 13 mai 1998 sur son site d’essais souterrain de Pokhran. Contrairement aux premiers essais nucléaires effectués par l’Inde en 1974, ces essais ne furent aucunement qualifiés officiellement d’ « essais pacifiques ». Au contraire, les représentants du gouvernement ont rapidement souligné la nature militaire des explosions.

À peine deux semaines plus tard, le Pakistan a réagi en effectuant deux essais nucléaires souterrains sur son site de Ras Koh.

L’Inde et le Pakistan ont toutes deux annoncé immédiatement des moratoires unilatéraux sur les essais nucléaires et aucun autre essai n'a été effectué depuis 1998.

 

Voir aussi :

29 août - Journée internationale contre les essais nucléaires

2 août 1939 - Lettre d'Einstein à Roosevelt

6 août 1945 - Bombe atomique sur Hiroshima

9 août 1945 - Bombe atomique sur Nagasaki

29 août 1949 - L’URSS fait exploser sa première Bombe A

13 février 1960 - Première bombe atomique française

14 octobre 1962 - Début de la crise des missiles de Cuba

24 août 1968 - La France devient la 5ème puissance nucléaire

10 juillet 1985 - Sabotage du « Rainbow Warrior »

 

 

Repost 0
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 23:01

 

Quel jour de la semaine suis-je né ?

La prise de la Bastille a-t'elle eut lieu un lundi ou un mardi ?

Pour le savoir, il suffit d'utiliser un calendrier perpétuel.

 

Petite explication avant de passer à la pratique :

Il n'y a que quatorze calendriers différents, déterminés par deux critères :
1) l'année est ou n'est pas bissextile ;
2) le premier janvier est un lundi, un mardi, un mercredi, un jeudi, un vendredi, un samedi ou un dimanche.

Ces quatorze calendriers sont tous représentables à l'aide d'un calendrier perpétuel.

Cependant, il faut tenir compte du passage en 1582 du calendrier julien au calendrier grégorien. Cela se complique un peu...

 

Il existe donc un système constinué de 3 tableaux à utiliser successivement, le calendrier perpétuel de G.D. Moret.

 

Une date comme par exemple le 14 juillet 1789, se décompose en un millésime (1789), un mois (juillet), un quantième (14) et enfin un jour (que nous cherchons à connaître). Le millésime est constitué de deux parties distinctes : la centaine (17) et l’année (89).

Cette décomposition d'une date va vous permettre d'utiliser le calendrier perpétuel Moret.

 

Pour trouver un jour de semaine à partir d'une date, voir la page Calendrier perpétuel.

 

Calendrier perpétuel

 

Repost 0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 23:01

Le samedi 27 août 1859, du pétrole jaillit pour la première fois du sous-sol de la Pennsylvanie, au lieu-dit « Oil Creek » (la mare d'huile), près de Titusville.

Au lieu d'éponger le pétrole en surface, Edwin Laurentine Drake a eu l'idée de forer pour chercher l'or noir en profondeur.

Drake est un bourlingueur de 40 ans qui se fait abusivement appeler « colonel Drake ». Sa découverte survient à point nommé, à un moment où les besoins d'éclairage n'arrivent plus à être satisfaits avec l'huile de baleine traditionnelle et le kérozène, un combustible extrait du charbon...

Jusqu'alors, le pétrole est essentiellement utilisé pour alimenter des lampes d'éclairage. Il est difficile à récolter, puisqu’il faut creuser des tranchées dans le sol pour recueillir la précieuse huile au compte-gouttes.

En Pennsylvanie, c'est un fermier de Titusville qui, le premier, éponge ainsi bon an mal an vingt à trente barils. D'autres veulent l'imiter. Ainsi, George Bissell acquiert des milliers d'hectares et crée la Seneca Oil Company avant d'engager Edwin Drake, un ancien conducteur de train, pour recenser les zones de suintement. Malheureusement, elles sont peu nombreuses et pas rentables. Alors, les deux hommes passent des heures à réfléchir sur une méthode d'extraction plus efficace. C'est Drake qui propose de forer le sol comme le font les exploitants de saumure.

Contre l'avis des experts, il a acquis la conviction qu'il pourrait extraire le pétrole du sous-sol par simple forage et s'est adjoint pour cela le concours d'un puisatier. Ensemble, ils ont creusé un puits grâce à un trépan suspendu à un câble et mis en mouvement par une machine à vapeur. Le précieux liquide a jailli lorsque le trépan a atteint une bonne vingtaine de mètres de profondeur seulement.

 

Dès le premier jour, avec une production de l'ordre de huit ou dix barils, Drake multiplie la production mondiale de pétrole par... deux ! Il s'ensuit une première ruée vers l'or noir. La région se couvre de derricks et procure la fortune à de nombreux audacieux.

 

Mais le «colonel» Drake, dépourvu du sens des affaires, néglige de faire breveter son système de forage et sombre dans la pauvreté. Le précieux liquide fera la fortune des Rockefeller, Mellon, Ibn Saoud et de bien d'autres..., sauf la sienne.

Compatissants, les habitants de Titusville finiront par verser une pension à lui-même et à sa veuve.

Repost 0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 23:01

Lorsque le général de Gaulle lance l’appel du 18 Juin, Félix Éboué, administrateur colonial, petit-fils d’esclaves, occupe depuis deux ans la fonction de gouverneur du Tchad. Accueillant tel un ultime recours « ce cri d’espérance lancé pendant que les pires malheurs s’abattaient sur la France », il prend le parti de la France libre contre le régime de Vichy et prépare en secret le ralliement du Tchad et du reste de l’Afrique-Équatoriale française (AEF).

Dès le lundi 26 août 1940, le « gouverneur insoumis » annonce officiellement l’appartenance du Tchad à la France libre, provoquant un effet domino. Le lendemain, le Cameroun se rallie à la France libre sous l’impulsion du capitaine Leclerc, de René Pleven et de Claude Hettier de Boislambert.

Le Congo-Brazzaville et l’Oubangui-Chari (l’actuelle République centrafricaine) annoncent à leur tour leur ralliement le 28 août. Le 15 octobre suivant, Félix Éboué reçoit de Gaulle à Fort-Lamy. Ce dernier le nomme au Conseil de défense de l’empire et en fait, un mois plus tard, le gouverneur de l’AEF. La France libre dispose désormais d’un territoire, donc d’une légitimité. Elle pourra bientôt compter sur une armée.

 

En 1941, Félix Éboué est condamné à mort par contumace par le gouvernement de Vichy, mais il décèdera le 17 mai 1944, à l’Hôpital français du Caire, quelques jours avant la Libération.

Repost 0
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 23:01

 

1530 : Ivan IV le Terrible, tsar de Russie (Décédé le 18 mars 1584).

1624 : François d'Aix de La Chaise, confesseur du roi Louis XIV (Décédé le 20 janvier 1709).

1707 : Louis Ier, roi d'Espagne (Décédé le 31 août 1724).

1767 : Louis Antoine de Saint-Just, homme politique et révolutionnaire français (Décédé le 28 juillet 1794).

1845 : Louis II, roi de Bavière (Décédé le 13 juin 1886).

1850 : Charles Richet, physiologiste français, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1913 (Décédé le 3 décembre 1935).

1880 : Guillaume Apollinaire, poète et écrivain français (Décédé le 9 novembre 1918).

1930 : Sean Connery, acteur britannique.

Repost 0
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 23:43

Le 24 août 1991, dans la confusion qui suit l'éviction de Mikhaïl Gorbatchev, dirigeant de l'Union soviétique, le Parlement ukrainien proclame l'indépendance de la République d'Ukraine dans les frontières artificielles dessinées par les dirigeants bolchéviques. C'est la troisième renaissance de l'État kiévien en l'espace d'un millénaire.

C’est la déclaration d’indépendance votée à l’unanimité par le Parlement qui va permettre la suspension du Parti Communiste et le retour officiel de la langue ukrainienne comme langue utilisée par la nomenklatura.

Le 1er novembre 1991, le Parlement ukrainien adopta une déclaration solennelle la Déclaration des droits des nationalités d'Ukraine. Cette déclaration a joué un rôle important pendant la campagne précédant le référendum sur l'indépendance de l'Ukraine.

Cette indépendance sera donc massivement confirmée par le référendum du 1er décembre 1991.

 

Le 8 décembre 1991, l’URSS est dissolue et la Communauté des États Indépendants (CEI) créée

 

Les Ukrainiens ont fait de l'anniversaire de ce jour leur fête nationale.

Repost 0
22 août 2015 6 22 /08 /août /2015 23:01

 

Allié du Royaume-Uni, l'empire du Japon entre dans le conflit en déclarant la guerre à l'Allemagne le dimanche 23 août 1914.

 

L'empire du Japon entre dans la grande guerre par pur opportunisme, en vue de s'emparer des possessions allemandes d'Extrême-Orient.

Dans un premier temps, le Japon est chargé d'occuper les colonies allemandes du Pacifique, principalement des îles, et les concessions allemandes de Chine. Par la suite, il est chargé d'escorter des bateaux en Méditerranée. Au total, 788 navires et 700.000 soldats du Commonwealth profiteront de la protection japonaise.

Dès le 27 août, l’armée japonaise organise le blocus du port de Tsingtao (ou Qingdao) de la région de Chandong au sud de Pékin, détenu par l’empire allemand depuis 1898. L’offensive débutera le 31 octobre avec le bombardement du fort et prendra fin le 7 novembre avec une victoire facile pour les japonais.

L’Empire du Soleil Levant a mobilisé 58 000 hommes. Les britanniques sont symboliquement à leurs côtés, avec 1 500 hommes. En face, les allemands sont un peu moins de 5 000, dont des supplétifs chinois. Les combats feront quelques centaines de morts des deux côtés.

Le 7 novembre au matin, les allemands, qui ne se sont jamais fait d’illusions sur l’issue des combats, se rendent. Les japonais organisent dans les rues de la ville un défilé de la Victoire le… 11 novembre 1914.

 

Le Japon ne participe pas aux combats sur le sol européen.

Ses objectifs de guerre sont en partie atteints : les allemands ont été chassés de la région, le Shandong a été récupéré.

En 1915, alors que la Chine demande le retrait des troupes japonaises du Shandong, le Japon réplique par les 21 demandes à la République de Chine. Peu soutenue par l’Occident, la Chine ne peut qu’accepter celles-ci qui constituent une véritable mise sous tutelle politique et économique.

 

Le Japon contribuera par ailleurs à l’effort de guerre européen en fournissant équipement et armement à la Russie tsariste et en participant à la chasse des navires et sous-marins allemands, dans le Pacifique mais aussi en Méditerranée. Pour récompenser cette aide militaire, Français et anglais acceptent en 1917 (accords secrets) de soutenir les revendications du Japon sur le Shandong lors de la conférence de paix.

Repost 0
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 23:02

Depuis la chute de Napoléon des bandes royalistes exercent la Terreur blanche. Appelées « verdets » en raison de la cocarde verte que portent leurs membres (le vert est la couleur du comte d’Artois, chef des ultra-royalistes appelés « les Ultras »), ces bandes s’arment et terrorisent le pays…

 

Alors que Louis XVIII retrouvait le trône après l’épisode des Cent-Jours, des élections à la Chambre des députés marquèrent le triomphe des ultra-royalistes le 22 août 1815. L’assemblée ainsi élue passera à la postérité sous le nom de « Chambre introuvable », d’après l’expression de Louis XVIII lui-même. Le roi voulait exprimer l'idée qu’il n’aurait pu rêver une Chambre des députés aussi favorable à son trône.

En fait, le régime va très vite être confronté à cette chambre extrémiste, « plus royaliste que le roi ».

Bien que le suffrage censitaire du régime ait pour fonction d’éviter l’arrivée au pouvoir des Républicains, la nouvelle chambre s’avère bien plus réactionnaire qu’attendu.

Loin de dénoncer la « Terreur blanche » qui se traduit par les persécutions et les assassinats de Républicains, voire de protestants, la « Chambre introuvable »,  l’institutionnalisera en réclamant notamment le bannissement des régicides et l’exécution des « traîtres » des Cent jours.

 

La chambre introuvable siège à partir du 7 octobre 1815 ; elle est suspendue en avril 1816 et dissoute le 5 septembre, permettant l'établissement d'une assemblée plus libérale.

Repost 0
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 23:01

Philippe de Valois, roi de France depuis 1328, meurt le 22 août 1350.

Son accession au trône avait résulté d'un choix politique pour écarter l'héritier légitime, le roi Edouard III d'Angleterre. Le règne de Philippe VI de France fut marqué notamment par les débuts de la guerre de Cent Ans, la guerre de Succession de Bretagne, ainsi que l'arrivée de la peste noire en France.

Philippe VI de France  

 

A sa mort, il laisse à son fils Jean II de France dit « Jean Le Bon », un royaume désorganisé et convoité.

Il sera couronné et sacré un mois plus tard le 26 septembre. Devant faire face à la défiance de la population suite aux défaites cinglantes de la guerre de Cent Ans ainsi qu'aux conspirations de Charles II de Navarre, prétendant au trône, il règnera en secret entouré seulement de ses plus proches conseillers.

Jean II de France dit « Jean Le Bon »

 

Jean Le Bon 

Il est ainsi surnommé en raison de sa réputation de bravoure (bon est à prendre au sens de brave ou fougueux). Rien à voir avec de quelconques qualités humaines car le deuxième roi de la branche des Valois est aussi mauvais homme que piètre politique. Il va entraîner le royaume dans les pires déconvenues de son histoire...

 

Relire aussi :

26 septembre 1350 - Sacre à Reims de Jean II de France

8 avril 1364 - Décès de Jean II « le Bon » et avènement de Charles V « le Sage »

Repost 0

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire