Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 23:01

La danseuse d'origine hollandaise Margaretha Geertruida Zelle est fusillée au camp du château de Vincennes. Elle est accusée d'espionnage au service de l'ennemi, l'Allemagne. Elle paie de sa vie son inconscience et sa légèreté.

 

Née en 1876, fille d'un marchand de chapeaux de Leeuwarden aux Pays-Bas et d'une mère javanaise Margaretha Geertruida Zelle ou « M'greet » a un teint basané qui la fait passer pour une Eurasienne.

Renvoyée de l'école normale de Leiden à la suite d'une liaison avec le directeur, elle se marie par annonce matrimoniale avec un capitaine écossais, de 19 ans son aîné, alcoolique et violent. Ils s'installent dans les Indes néerlandaises et perdent leur jeune fils.

De retour en France avec leur fille en 1903, « M'greet » divorce et devient « Mata Hari », (l'œil de l'aurore en malais).

Sous l'aspect d'une princesse orientale, elle danse le 13 mars 1905 au musée Guimet et fait fureur. Le spectacle connaît le succès et la troupe se produit bientôt à Madrid, Monte Carlo, Berlin, La Haye, Vienne et même Le Caire. La jeune et troublante artiste collectionne les protecteurs haut placés…

À Paris, elle mène grand train au Grand Hôtel où les uniformes chamarrés abondent.

 

Les pilotes de chasse jouissent en particulier d'un prestige irrésistible. C'est ainsi que la belle s'éprend fin 1916 d'un capitaine russe au service de la France dénommé Vadim Maslov, fils d'amiral. Il a 21 ans et lui rappelle peut-être son fils mort en bas âge.

 

Vadim Maslov est abattu et soigné dans un hôpital de campagne, du côté de Vittel. Lorsqu'elle se met en tête de lui rendre visite à l'infirmerie du front, elle doit payer cette faveur de la promesse d'aller espionner le Kronprinz (le prince héritier de l'Empire allemand), qui est de ses connaissances, moyennant une rétribution considérable.

 

Arrivée à Paris le 4 janvier 1917, elle est arrêtée le 13 février à l'hôtel Élysée Palace par le contre-espionnage français. Elle sort nue de la salle de bains et, s'étant rhabillée, présente aux hommes venus l'arrêter des chocolats dans un casque allemand (cadeau de son amant Maslov).

 

Elle est convoquée à huis clos le 24 juillet 1917 devant le 3e conseil militaire, au Palais de justice de Paris. Les juges doivent décider si elle est bien H 21, coupable « d'espionnage et d'intelligences avec l'ennemi ». Son défenseur, un de ses anciens amants, est un expert réputé du droit international, mais malheureusement peu familier de la cour criminelle.

 

La Cour déclare Mata Hari coupable d'intelligence avec l'ennemi et la condamne à être passée par les armes.

 

Elle est fusillée le 15 octobre 1917 dans les fossés de la forteresse de Vincennes. Elle refuse le bandeau qu'on lui propose et lance avant d’être exécutée un baiser à son avocat et au peloton d'exécution.

 

Mata Hari appartient à la légende des femmes de pouvoir et de séduction, sacrifiées pour sa dangereuse audace au nom de la « raison d'Etat », et rendue mythique par des actrices renommées.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire