Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 23:06

La loi Marthe Richard, du nom de la conseillère municipale de Paris qui l'a élaborée, est votée par le gouvernement provisoire. Elle impose la fermeture des « maisons closes » en France.

20.000 femmes environ sont concernées par cette loi et près d'un millier de maisons de tolérance ferment leurs portes.

 

Marthe Richard (née Marthe Betenfeld)

Née Betenfeld à Blamont, Meurthe-et-Moselle, en 1889, est apprentie couturière dès 14 ans à Nancy.

A Nancy, ville avec une importante garnison militaire, où elle tombe amoureuse d'un Italien se disant sculpteur mais qui se révèle être un proxénète. Il l'envoie sur les trottoirs puis elle devient prostituée dans les « bordels à soldats » de Nancy. Devant effectuer plus de 50 passes par jour, elle tombe rapidement malade et contracte la syphilis. Elle monte à Paris et continue à user de ses charmes.

Elle y rencontre et épouse un riche industriel, Henri Richer, qui lui offre, en 1912, un avion sur lequel elle passera son brevet de pilote. Elle est l'une des premières Françaises à acquérir un brevet de pilote. Elle prétend avoir fait de l'espionnage au service de la France pendant la Grande Guerre.

Loi Marthe Richard

Bien que vivant avec un proxénète, la santé des femmes lui importe.

Elle dépose donc un projet devant le conseil municipal pour la fermeture des maisons closes. Sa proposition fut votée localement, dans le département de la Seine, ce qui l'encouragea à mener une campagne de presse pour le vote d'une loi générale.

Celle-ci fut votée le 13 Avril 1946 et elle gardera le nom populaire de « Loi Marthe Richard » alors que son auteur n'était pas député.

 

L'article 1 de la Loi, stipule que « toutes les maisons de tolérance sont interdites sur l'ensemble du territoire national » mais la prostitution reste autorisée outre-mer.

C'est la fin d'un système légal datant de 1804.

Le proxénétisme est désormais interdit, 1 400 établissements sont fermés en France, dont 180 à Paris.

Les locaux de ces anciens « lupanars » ou « bordels » sont affectés aux organisations syndicales ou transformés en foyers pour étudiants.

 

Cette loi fait d'abord sourire la brigade mondaine du 3e étage du 36, quai des Orfèvres puisqu'elle émane de Marthe Richard, ancienne prostituée et affabulatrice notoire ; par la suite, la police la voit d'un mauvais œil car elle risque de la priver de ses sources de renseignement que sont ces prostituées.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> Fermer des maisons closes ?<br /> <br /> <br /> Maison si elles étaient déjà closes, comment a-t-pu les fermer ?<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br />
Répondre

Rechercher

Calendrier lunaire