Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2018 4 21 /06 /juin /2018 23:01

Le 22 juin 1636, les missionnaires sont bannis du Japon et les Japonais ont interdiction de quitter l'archipel. Le vieil empire du Japon se replie ainsi sur lui-même pour plus de deux cents ans...

 

En 1542, pour la première fois, un navire portugais accoste au Japon. C'est le début de relations fructueuses pour le Portugal. Les marchands sont suivis par des missionnaires jésuites. Le premier est saint François Xavier. Sa prédication rencontre un immense succès : trente ans après son passage, on compte 150.000 convertis et 200 églises, principalement autour de Nagasaki.

En 1600, un navire hollandais accoste involontairement sur l'île de Kyushu. Les Hollandais, de confession calviniste (protestante), tiennent les catholiques pour des agents du diable et médisent sur eux auprès des autorités.

Irrité, le shogun (général en chef) Leyasu interdit le christianisme en 1612. Son fils et successeur Hidetada fait brûler vif cinquante chrétiens à Édo en 1623.

Treize ans plus tard, le 22 juin 1636, par un décret du shogun Tokugawa Iemitsu, le Japon se ferme aux influences étrangères.

 

Parmi les instructions données par le shogun, on note :

Aucun navire japonais n’est autorisé à partir vers d’autres pays.

Aucun Japonais ne doit se rendre secrètement à l’étranger. Quiconque le tentera sera mis à mort ; le navire et son propriétaire seront saisis jusqu’à ce que les hautes autorités aient été informées.

Tout japonais vivant actuellement à l’étranger qui essaiera de revenir au Japon sera mis à mort.

Tout navire étranger qui se présentera devra être surveillé par des navires fournis par le han d’Omura pendant qu’un rapport sera transmis à Edo, comme il a été fait jusqu’ici.

Tout étranger qui aidera les bateren  ou autres criminels étrangers sera emprisonné à Omura, comme il a été fait jusqu’ici.

Aucun enfant des Barbares du Sud ne sera autorisé à rester au Japon. Quiconque violera cet ordre sera mis à mort, et les parents punis selon la gravité du délit.

Tout Japonais ayant adopté un enfant des Barbares du Sud mériterait mort. Cependant de tels enfants adoptés et les parents adoptifs seront remis aux Barbares du Sud pour être déportés.

Tout déporté qui tentera de revenir ou de communiquer avec la Japon par lettre ou autrement sera naturellement mis à mort si l’on peut se saisir de lui, tandis que ses parents seront traités sévèrement, selon la gravité du délit.

Les samurais ne sont pas autorisés à entretenir des relations commerciales directes avec les marchands étrangers ou chinois à Nagasaki.

Personne, en dehors des « cinq villes » (Edo, Kyoto, Osaka, Sakaï – le port d’Osaka – et Nagasaki) n’est autorisé à participer à l’itowappu (la vente de soie en gros aux guildes des négociants en soie) et à la fixation des prix de la soie. »

 

Au XIXème siècle, les Occidentaux interviendront militairement pour obliger le Japon à s'ouvrir au commerce international.

 

Voir aussi : 8 juillet 1853 - Le Japon s'ouvre à l'Occident

Partager cet article

Repost0

commentaires

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire