Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 23:01

Le pilote de chasse américain Charles Yeager franchit la barrière mythique de mur du son à bord d'un avion prototype lar Bell X 1.

Le mardi 14 octobre 1947, en survolant le lac asséché de Murac en Californie, il atteint une vitesse de Mach 1,06. Son record n'a pas été homologué du fait que son avion n'a pas décollé par ses propres moyens. Il a été largué par depuis un bombardier B 29 pour pouvoir économiser du carburant.

Son exploit prouve néanmoins que l'homme est capable de dépasser les limites les plus dangereuses de la vitesse.

 

Le 28 octobre 1952, le premier avion français, le Mystère II, fabriqué par la société Marcel-Dassault franchi à son tour le mur du son au-dessus de Melun-Villaroche.

Le 18 mai 1953, l'aviatrice américaine Jacqueline Cochran, devient la première femme à franchir le mur du son à bord d'un Canadair F-86 Sabre.

 

Le mur du son

Le mur du son correspond à une vitesse au moins égale à celle de la vitesse du son, soit 1.224 km/h (343.2 mètres par seconde) dans l'air à 15 °C. Cette valeur ne vaut cependant qu'au niveau du sol et elle diminue avec la densité de l'air et donc l'altitude et la température.

L’expression « mur du son » reviendrait à W.F. Hilton. Lors d’une conférence de presse en 1935, ce physicien anglais, spécialisé en aérodynamique, aurait expliqué aux journalistes comment les ailes et les commandes d’un avion se durcissent et deviennent instables lorsque l’appareil prend de la vitesse et s’approche de la vitesse du son. W.F. Hilton aurait alors parlé d’une barrière. Dès le lendemain les journaux titraient sur ce « mur du son ».

 

Bang

Lorsqu'un avion (ou n'importe quel objet) dépasse la vitesse son, il produit une forte détonation surnommée le « bang », comme s'il avait véritablement brisé le mur du son.

Lorsqu'il s'approche des 1.224 km/h, un avion rattrape son propre son. Comme si notre caillou essayait de sortir du cercle de ses rides d'eau. Les ondes sonores qu'il émet vers l'avant se compriment donc devant l'appareil. Si l'avion accélère encore, et passe le mur du son, ces ondes sont brusquement expulsées vers l'arrière. C'est la libération brutale de ces ondes sonores qui crée le fameux « bang ».

 

Relire aussi : 1 octobre 1969 - Le Concorde franchit le mur du son

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sites et blogs incontournables logo

Rechercher

Calendrier lunaire